DAESH

Publié le par José Pedro

DAESH est armé par les USA et la coalition.
DAESH est armé par les USA et la coalition.
DAESH est armé par les USA et la coalition.
DAESH est armé par les USA et la coalition.
DAESH est armé par les USA et la coalition.
DAESH est armé par les USA et la coalition.

DAESH est armé par les USA et la coalition.

Les soutiens américains à Daesh, dévoilés

 

Selon l'agence de presse irakienne, BRASA, la façon dont les hélicoptères américains font parvenir ces aides aux Daeshistes, est indéniable; l'affaire se transforme, peu à peu, en un grand scandale, pour le pays, qui prétend diriger la lutte contre le terrorisme mondial. D'après des documents authentiques et des images enregistrés par les forces de sécurité et de renseignement, les hélicoptères de l'armée de l'Air US ont largué, rien qu'au cours de la semaine dernière, à plusieurs reprises, des convois d'équipements militaires et de nourriture, à destination des éléments de Daesh, dans les régions d'opération de Falloudjah et d'Al-Ramadi, à Al-Anbar. Les responsables de Diyala, dans l'Est, et de Slaheddine, dans le Nord de l'Irak, avaient informé, la semaine dernière, le bureau du Premier ministre, du transfert, par des hélicoptères américains, après l'échec des terroristes de Daesh, dans cette région, de dizaines de terroristes de la province de Ninive, dans le Nord de l'Irak, vers ces deux dernières provinces. Pour le rappel, l'affaire des aides suspectes des forces américaines à Daesh, en Irak, a été, pour la première fois, avancée, l’été dernier, où des informations ont été diffusées sur le bombardement des positions des forces populaires et de l'armée irakienne, dans le Nord de l'Irak, ce que les Américains ont, d'abord, démenti, affirmant, toutefois, ensuite, que ces bombardements ont eu lieu, par erreur. Vu de nombreux rapports faisant part des soutiens américains aux Daeshistes, on a décidé de former une commission d'enquête sur l'affaire, qui a, déjà, collecté les déclarations des commandants, qui ont été témoins de ce soutien en armement et logistique des Etats-Unis et de leurs alliés à Daesh, et que l’on publiera, dans un proche avenir. Avec la formation de cette commission d'enquête par le gouvernement irakien, il semble que Bagdad, qui était indifférent à cette aide, ne peut plus la ignorer ou observer le silence, d'autant plus que les partis politiques du pays demandent, ces jours-ci, plus que jamais, des dialogues plus sérieux entre les gouvernements irakien et américain. Il semblerait, d'ailleurs, selon certains analystes, que le Premier ministre irakien, Haïdar al-Abadi, ait fait part, en marge de la Conférence de sécurité de Munich, du soutien de la soi-disant Coalition aux terroristes, aux Américains participant à la réunion.

 

 

 

"L'attaque des Etats-Unis contre l'Irak était une erreur, qui a contribué à la formation de Daesh" (Kofi Annan)

"L'attaque des Etats-Unis contre l'Irak était une erreur, qui a contribué à la formation de Daesh", a estimé Kofi Annan, lors de la Conférence sur la sécurité de Munich.

"J'étais contre l'agression et je vois que j'avais raison d'être inquiet", a ajouté Kofi Annan, l'ancien secrétaire général des Nations Unies, lors de la cérémonie de clôture de cette Conférence.

"Pour mettre un terme à la guerre, en Syrie, et aux actes des terroristes, nous devons opter pour une approche commune. Nous devons faire cesser l'envoi d'armes et d'argent, pour les groupes terroristes, de même que pour le gouvernement syrien, afin de pouvoir résoudre la crise, dans ce pays", a-t-il souligné.

 

Les membres arabes de la coalition, mécontents de la participation de l’Iran à la guerre contre Daesh

 

Selon le site israélien, Debka, les pays arabes, membres de la coalition anti-Daesh, sont divisés et menacent de sortir de la coalition, en raison de la participation de l’Iran à la guerre contre Daesh. 

Selon le site israélien Debka, qui a des liens très proche avec les services de renseignement du régime sioniste, les pays arabes, qui on adhéré, en septembre 2014, à la coalition anti-Daesh formée par le Président des Etats-Unis, Barack Obama, pour attaquer les positions de l’Etat islamique, (Daesh), d’abord, en Irak, puis, en Syrie, sont divisés maintenant. Après le crash d’un avion F-16 de l’armée de l’air jordanienne, et la capture de son pilote, par les terroristes de Daesh, les Emirats arabe unis ont décidé de ne plus participer aux raids aériens de la coalition internationale. Les autorités américaines confirment cette nouvelle, après la diffusion de la vidéo de l’exécution du pilote jordanien, brûlé vif par les terroristes de Daesh, la semaine dernière. Dès le début de la formation de la coalition internationale anti-Daesh, les Emirats arabes unis, l’Arabie saoudite, la Jordanie, l’Irak et Bahreïn ont adhéré à cette coalition. Mais la plupart des observateurs disent que la présence de ces pays, au sein de la coalition internationale, est plutôt symbolique.

L’Irak n’a pas une force aérienne puissante, et son armée est, actuellement, en guerre contre Daesh, sur son propre territoire. L’Arabie saoudite n’a consacré que très peu d’avions aux opérations, sous l’égide de la coalition internationale. Bahreïn n’a pas d’armée de l’air. Après l’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis ont l’armée de l’air le plus moderne et la plus performante des pays arabes du Sud du golfe Persique. La décision des dirigeants émiratis de ne plus participer aux opérations de la coalition internationale est, donc, un coup dur contre les efforts de Washington. Les Emirats ont décidé de suspendre leurs participations aux raids aériens contre les positions de Daesh, il y a un mois, c’est-à-dire, après la capture du pilote jordanien. Les autorités émiraties disaient que, si l’un de leurs avions se crashe, en Syrie, les Etats-Unis ne pourront pas faire grand-chose, pour le sauver, car la base aérienne la plus proche des Américains se situe au Koweït.

En effet, c’est la préoccupation de tout le personnel aérien des pays qui sont membres de la coalition internationale. Par ailleurs, les quatre pays arabes du Sud du golfe Persique, qui sont membres de la coalition, sont divisés et ont des divergences de vue importantes, au sujet de l’efficacité des actions de la coalition internationale contre les terroristes de Daesh. En outre, il y a un autre sujet, qui inquiète ces pays : la participation de l’Iran à la guerre contre les terroristes. Les dirigeants saoudiens et qataris craignent que la coopération éventuelle entre les Etats-Unis et l’Iran, pour combattre les terroristes de Daesh, ne renforce la position régionale de l’Iran. Ces pays arabes critiquent, sévèrement, la politique du Président Barack Obama, dans ce domaine. Il est, donc, très possible qu’après les Emirats arabes unis, les autres pays arabes du Sud du golfe Persique sortent de la coalition américaine contre Daesh.