Vénérable Maître ,FFDH, GLAMF, GLCS, GLDF, GLFF, GLMF, GLMU, GLNF, GLTSO, GO, GODF, GRANDE LOGE DE L'ALLIANCE MAÇONNIQUE FRANÇAISE (GL-AMF)

Publié le par José Pedro

Grande loge française unie des maîtres maçons de marque - GLFUMMM

 

Grande Loge Française Unie des Maîtres Maçons de Marque.

«Rassembler tous les Maîtres Maçons de Marque Réguliers de toutes sensibilités dans une Immense Carrière de Fraternité, d’Amour et de Respect rejetant toutes formes de ségrégation » 

 

Le Grade de Maître Maçon de Marque participe naturellement au chemin maçonnique du Rite Emulation, même si de nombreux FF d’autres Rites viennent y puiser un enseignement particulier à la Tradition orale et opérative.

Il convient pourtant de noter que la GLUA qui encourage les Maîtres Maçons à compléter leur 3° grade par l'Exaltation à l'Arche Royale, ne fait, paradoxalement, aucune suggestion concernant le fait qu'un Compagnon devrait compléter son 2° grade par un avancement à la Marque.

Quoiqu’il en soit, le Grade de Maître maçon de Marque peut être considéré, à juste titre, comme l’aboutissement indispensable au 2° grade. En Ecosse, il est d’ailleurs pratiqué en Loge bleue, comme complément du grade de compagnon.

Sur le plan historique et selon la tradition, les tailleurs de pierre s’unirent pour la première fois en une Fraternité sur le chantier de la cathédrale de Magdebourg, ouvert en 1211.

Une loi du roi Edouard III d’Angleterre contient, en 1352, la première mention officielle des francs-maçons et la reconnaissance effective de corporations de maçons opératifs.  

L’Ordre du Moniteur Secret

(1 Samuel XVIII 1-4)


« Or, dès que David eut fini de parler à Saül, Jonathan s’attacha à David et l’aima comme lui- même.
Ce jour là, Saül retint David et ne le laissa pas retourner chez son père.
Alors, Jonathan fit alliance avec David, parce qu’il l’aimait comme lui même.
Jonathan se dépouilla du manteau qu’il portait et le donna à David, ainsi que ses habits, et jusqu’à son épée, son arc et son ceinturon ».

 

Bref historique

 

Il faut tout d’abord noter qu’un catalogue de la Bibliothèque Nationale à Paris, mentionne un ouvrage intitulé : Abrégé des Lois et Constitutions de l’Ordre de Jonathan institué en l’honneur de la Providence Divine, 1762. Cet ouvrage n’a cependant pu être retrouvé. Il est vraisemblable qu’il ait été la source d’un autre ouvrage, lui Hollandais, contenant les Règlements, Statuts, Constitutions et Cérémonies de l’Ordre de Jonathan et David et Jésus Christ, Amsterdam 1773. Celui-ci figure dans la Bibliothèque du Grand Orient des Pays-Bas et une copie dans celle de Mark Mason’s Hall à Londres.

Ce rituel décrit un Ordre, à cette époque, en sept degrés et semble donc avoir été pratiqué dès la fin du XVIIIème siècle.

Un autre lien avec la France peut être mentionné à propos de l’attribution le 27 décembre 1788 à Hendrick Bolt, Vénérable Maître de la Loge Concordia Vincit Animos à Amsterdam, d’une patente émanant des Chapitres Jésus et Jonathan et David établis en Avignon l’autorisant à établir des Chapitres des Ordres Unis de Jonathan et David et Jésus Christ à Amsterdam. Le nom Carpentras figure d’ailleurs sur l’un des deux sceaux de cire rouge apposés sur ladite patente.


A cette époque, de nombreux émigrants Hollandais Protestants émigrèrent vers le Nouveau Monde dans l’espoir d’y trouver tant de meilleures conditions de vie que la seule liberté d’exercer leur culte. Il est vraisemblable qu’ils furent alors le vecteur de la transmission de l’Ordre vers la jeune Amérique.

La diffusion de l’Ordre fut rapide puisque mention en est faite dès 1831 date à laquelle fut publié par Avery Allyn un Rituel de Grade du Moniteur Secret.

Il fut primitivement conféré individuellement, comme un side degree, et sans aucun contrôle juridictionnel.

L’Ordre, primitivement travaillé en un seul Grade le fut ensuite, comme en Grande Bretagne, en trois Grades.


L’introduction de l’Ordre du Moniteur Secret en Grande Bretagne est due au Dr. Isaachar Zacharie. De nationalité britannique, il émigra très jeune aux Etats Unis où il vécut environ quarante-cinq ans regagnant l’Angleterre en 1875 après avoir été initié en Californie en 1848 puis avoir servi en tant que médecin durant la Guerre de Sécession.

A Londres il devint en 1882 membre de la Loge de Marque Bon Accord, où il rencontra plusieurs Frères ayant reçu le Grade de Moniteur Secret en des époques et lieux très divers.

Sous son égide un Grand Conseil du Moniteur Secret fut formé en 1887 et les Grades portés au nombre de trois, le dernier étant celui de Suprême Gouverneur.

Cette nouvelle construction parut satisfaire une cinquantaine de Frères américains de Rocklands dans le Maine, titulaires du Grade unique américain, lesquels pétitionnèrent en 1894 le Grand Conseil du Dr Zacharie aux fins de fonder, sous sa juridiction, un Conclave de l’Ordre dans leur ville.

 

Puis comme il est de coutume en Maçonnerie, il s’ensuivit une discorde de 37 ans, car cette démarche irrita le Grand Conseil des Grades Maçonniques Alliés des Etats Unis d’Amérique qui réagit en accordant au Grand Conseil des Grades Maçonniques Alliés de Grande Bretagne, fondé le 9 août 1879, le droit de conférer le Grade de Moniteur Secret , installant ainsi une concurrence avec le Grand Conseil du Dr Zacharie.

Cette discorde prit fin par un accord à l’anglaise lorsqu’en 1931, le Colonel C.W. Napier-Clavering, Grand Maître du Grand Conseil des Grades Maçonniques Alliés, fut élu Suprême Gouverneur du corps concurrent. Le Grand Conseil des Grades Maçonniques Alliés abandonna alors le Grade au Grand Conseil de l’Ordre du Moniteur Secret.

 

En février 2000, lors de son Assemblée Annuelle, le Grand Conseil des Grades Maçonniques Alliés des Etats Unis d’Amérique autorisa chacun de ses Conseils à s’ériger, lorsqu’il le souhaiterait, en Conclave de l’Ordre du Moniteur Secret.

En France, l’Ordre fut introduit par l’attribution, le 29 septembre 1993, d’une patente du Grand Conclave de l’Ordre du Moniteur Secret ou Fraternité de David et Jonathan pour les Iles Britanniques et les Territoires Outre Mer.

 

Le Conclave « les Amis Fidèles de St Malo » n°3 a été crée sous cette autorité britannique et consacré le 15 Mars 1997 sous le numéro 422 (Bristish Isles and Territories Overseas) puis transféré sous autorité française, sous le numéro 3, le 19 février 1999.

 

Grades et rituels.

 

Pour être membre de l'ordre, il faut posséder le grade de Maître Maçon et il n'est pas nécessaire d'être de confession chrétienne.

 

Trois grades sont pratiqués en Grande-Bretagne:

1. Secret Monitor

2. Prince

3. Suprême Gouverneur.                                                                                                                                                                                                                  Comme dans toutes les organisations de Side degrees, il y a une installation secrète. Les rituels des deux premiers grades reposent exclusivement sur le Premier livre de Samuel.

 

Le grade de Secret Monitor s'appuie sur le chapitre 20 avec le thème de l'amitié et de la fraternité de David et Jonathan. Quant au grade de Prince, il s'inspire du chapitre 24 où l'on voit David épargner Saül. Toutes les lectures pratiquées dans ces conclaves sont donc extraites de ce 1er livre de Samuel.

On n'y trouve aucune allusion à la construction du Temple de Salomon ni à celle du 2ème Temple. Cet Ordre est caractéristique de la manière dont les Anglais conçoivent la Maçonnerie. Les grades sont construits autour d'épisodes bibliques, en l’occurrence ici celui de l'amitié biblique de David et Jonathan, d’entraide et de conseil face au danger.

 

L'Ordre entier est conçu comme une sorte d'organisation rituelle de l'Amitié. On note la présence, non pas de 2, mais de 4 diacres ( Visiting Deacons ) dont le rôle effectif est de rendre visite aux Frères dans le besoin, soulignant ainsi les notions d'entraide, d'amitié et de proximité fondées sur la Bible.

 

Comme dans tous les grades de la Maçonnerie anglo-saxonne, la divinité reçoit un nom spécifique: Almighty Friend of All Friends « Le Tout Puissant Ami de tous les amis ». Ce recours aux Ecritures s'explique facilement si l'on se souvient que les Anglo-saxons, en majorité Protestants, avaient une pratique quotidienne et familière de la lecture de la Bible.

 

L'ordre est organisé en conclaves (l'équivalent des loges).

 

 

DR DF PSG le 8/5/2014

 

 
 
 
0 commentaire