Etienne Chouard va dans le sens de la Laosophie et de la première constitution athénienne

Publié le par José Pedro

La Laosophie a des atomes crochus avec Etienne Chouard, s'il précisait avec qui, il compte fonder sa constitution, et à combien de personnes concernées elle s'adresserait? son blog réuni les éditeurs potentiels, mais est-ce suffisant ? puisque personne ne peut y rentrer que des commentaires non classés, et des points de vue qui se perdent à jamais.

 

Serait-ce l'Arlésienne? Est-ce une façon de confisquer le sujet comme le prétendu inventeur de la Démosophie qui a enregistré le nom à l'INPI( Institut National de la Protection Industrielle) bien que Michel Tozzi , un didacticien de la philosophie, français, professeur émérite à l'université Paul-Valéry de Montpellier en fasse la formation depuis 1970?

 

Etienne Chouard a le mérite de poser la Question sur une Constitution Française qui serait la propriété pleine et entière des Français, écrite et validée par eux. Le danger de ne faire que poser des Questions, c'est celui de faire croire que dans la classe Politique et dans les milieux bien-pensants, ont s'intéresse aux Français, ce qui les console et qui fait remettre à demain de bonnes intentions non suivies d'effets.

 

La Laosophie pourrait donc être en mesure de déposer également les mots LIBERTÉ, ÉGALITÉ et FRATERNITÉ, comme cela la République n'aurait plus à défendre ce qu'elle ne peut donner.

 

WIKIPEDIA est l'outil qui pourrait servir de base à un projet de Constitution Participative, proposition émise mais non retenue!

Étienne Chouard, né le 21 décembre 19561 à Paris, est un enseignant français dans un lycée à Marseille. Il accède à la notoriété en 2005, en lançant une campagne pour le « non » à l'occasion de la campagne duréférendum français sur le traité établissant une constitution pour l'Europe. Il est depuis principalement connu comme blogueur.

Les écrits d'Étienne Chouard, qui déclare « chercher la cause principale des injustices sociales2 », se basent sur son étude de différents régimes démocratiques et constitutions. Il arrive à la conclusion que « la cause des causes » est que « nous laissons écrire la Constitution par les seuls hommes qui ne devraient surtout pas l’écrire3 », c'est-à-dire les professionnels de la politique. Il défend notamment le système du tirage au sort4(dans certains contextes et associé à des mécanismes de contrôle) et soutient qu'une nouvelle assemblée constituante devrait être basée sur cette méthode. Il défend également le référendum d'initiative populaire5 et soutient que le véritable suffrage universel est le vote direct des lois par les citoyens6,7. Il qualifie l'Union européenne « d'épouvantable piège8 » qui met en place un « chômage institutionnalisé9 », et dénonce fréquemment le « sabordage monétaire » que constitue selon lui l'abandon de la création monétaire publique vers les banques privées10. Dans une moindre mesure il défend également l'idée du revenu de base inconditionnel11.

 

 

Parcours[modifier | modifier le code]

Titulaire d'une maîtrise en droit à Nanterre (1980), Étienne Chouard est enseignant en économie-gestion et droit fiscal et par la suite[Quand ?] professeur d'informatique au lycée Marcel-Pagnol à Marseille.

Le 25 mars 2005, il publie sur son site personnel, « Une mauvaise constitution qui révèle un secret cancer de notre démocratie », une analyse critique envers le traité constitutionnel européen, se présentant comme un citoyen sans parti, sans étiquette et sans ambitions politiques personnellesnote 1. D'après Thierry Crouzet, ancien journaliste d'informatique et auteur de livres de vulgarisation informatique13, cet article serait parvenu à un moment où, dans les sondages, le « non » est au plus haut et témoigne d'un malaise grandissant des Français face aux déclarations des politiques et à la directive Bolkestein qui fait figure d'épouvantail14.

Le 30 mars 2005, Bellaciao.org republie son texte15. Le 4 avril, rezo.net repère et diffuse l'article16. Le texte se diffuse rapidement via les forums, le courrier électronique et les blogsDaniel Schneidermann, animateur d'Arrêt sur images sur France 5, qui invitera Étienne Chouard sur un plateau de télévision, en prend par exemple connaissance le 4 avril dans les commentaires de son Big Bang Blog17 et diffuse un billet « Où notre explorateur réalise qu'Internet le pousse vers le non »18sur Étienne Chouard dès le lendemain 5 avril 2005, puis un autre le 11 avril19. Le 9 avril, Thomas Lemahieu s'interroge, dans L'Humanité, « Et si Étienne Chouard faisait gagner le « non » »20. Le 22 avril, Dominique Strauss-Kahn répond directement aux arguments d'Étienne Chouard avec son article « Traité constitutionnel : Réponse à Étienne Chouard »21 . Le 30 avril, Olivia Renaudin écrit « Sur Internet, le champion du non c'est Étienne Chouard », dans Libération22. Le 1er mai, « Constitution : Les experts d'en bas », France 5Arrêt sur images. Le 12 mai, est publié un article, « Étienne Chouard, Don Quichotte du non », dans Le Monde23.

Rapidement des centaines de réactions lui parviennent par courriel et la fréquentation de son site se confirme24. Conscients de l'importance de ce nouveau terrain de la citoyenneté, certains internautes commentent ses pages en particulier sur le blog de Dominique Strauss-Kahn25,26.

Marie-France Garaud lui demande de lire son livre consacré au traité constitutionnel.[réf. nécessaire] La notoriété grandissante des écrits d'Étienne Chouard s'avère suffisante pour qu'une partie de la presse nationale s'intéresse à son tour à son site.[réf. nécessaire]

Relayé par des sites comme rezo.net ou Attac, l'argumentation d'Étienne Chouard fait l'objet d'un emballement, parfois critique27, sur Internet. Son argumentaire est diffusé de proche en proche sur les forums et de nombreuses personnes l'adressent par courrier électronique à tous leurs contacts à la manière d'une chaîne de lettres.[réf. nécessaire]

Le 22 avril 2005Dominique Strauss-Kahn tente de déconstruire l’argumentation de Chouard. Puis le professeur de sciences politiques à la Sorbonne Bastien François, coauteur avec Arnaud Montebourg du livre La Constitution de la VIe République : Réconcilier les Français avec la démocratie, procède à une analyse critique publiée sur son blog28,29.

Des « incorrections21 » sont relevées et prises en compte par Étienne Chouard qui amende son texte original.

Les commentateurs tirent argument de cette confrontation juridique et politique sans précédent pour mettre en évidence la complexité du projet de traité européen, difficilement accessible pour le simple citoyen, sinon illisible comme le soutient la critique30.

Le 12 mai 2005, Étienne Chouard répond aux critiques développées par les partisans du « oui » et des spécialistes de droit public et d'économie politique se joignent à lui31.

Le journal Le Monde dresse le portrait de ce « Don Quichotte » du « non » et son site devient l'un des plus fréquentés de France avec plus de 30 000 connexions par jour23,32.

Avec l'échec du référendum, il est consacré comme un des blogueurs les plus influents de France en 2006 : « de « Don Quichotte » du « non » […], il est devenu une vedette de la campagne référendaire33. »

Les analyses a posteriori suggèrent pourtant que son influence directe aurait été surestimée (voir « Analyse critique et portée sociologique »).[réf. nécessaire]

Le « héraut34 » des blogs symbolise toutefois, bien au-delà du débat sur le traité constitutionnel de 2005, la découverte d'une conscience citoyenne sur Internet :« L'important, ce n'est pas que les citoyens votent la Constitution, mais qu'ils l'écrivent, sinon, ce sont encore les hommes de pouvoir qui feront les règles » déclare-t-il fort de l'idée que « la souveraineté du peuple a laissé la place à la souveraineté des élus. »[réf. nécessaire]

En 2007, Étienne Chouard apporte son soutien au mouvement altermondialiste au premier tour de l'élection présidentielle et signe la pétition de soutien à la candidature de José Bové à la présidence de la République35.

Il poursuit depuis son action et tente l'élaboration d'une « Constitution d'origine Citoyenne ». Il a mis en place un site wiki pour favoriser un travail participatif36.

Il fait son retour en 2007, en marquant son opposition au Traité de Lisbonne37. Date à laquelle il se rapproche aussi de Thierry Meyssan, qu'il définit comme un« résistant (…), un homme charmant, calme et cultivé, rigoureux dans ses analyses38. » En janvier 2010 à Marseille, il animait une soirée consacrée au 11 septembre et au « verrouillage du débat sur ce sujet en France, et la diabolisation systématique de ceux qui doutent de la version du gouvernement Bush II39. »

Il s'est intéressé aussi à l'examen d'un système combinant tirage au sort de représentants du peuple non-reconductibles et révocables à tout moment, de façon à éviter toute oligarchie politique40. Toujours dans le cadre de ses prises de position en économie politique ou en droit institutionnel, il cite en la matière à l'étranger le Venezuela et sa nouvelle constitution mise en place par le président Hugo Chávez« Hugo Chavez, c'est un laboratoire de démocratie intéressant41. » Il ne s'agit pas d'un éloge du président Chavez vis-à-vis duquel il maintient une position prudente, mais plus d'un exemple de constitution qui aujourd'hui va dans le bon sens. Selon lui et quoi qu'il arrive, il ne faut pas conserver le pouvoir. « Le pouvoir corrompt et même les gens bien au départ, s'ils gardent le pouvoir trop longtemps, ils vont changer»41. »

Le 22 octobre 2011 à Metz, il donne une conférence dans laquelle il s’exprime sur les thèmes suivants : À quoi sert une constitution ?, L’Union Européenne, le chômage de masse et la docilité, la dictature des marchés financiers, le sabordage monétaire public, l’imposition des lois sans parlement, les enjeux de la création de la monnaie, la façon de financer nos activités. « Que faire ? La solution universelle, une vraie démocratie forcément fondée sur - et protégée par - le tirage au sort ». Pour clôturer sa conférence, il nous suggère – « afin que ces paroles ne restent pas vaines - à nous transformer en de "gentils virus", qui propageraient ces bonnes et fortes idées sur la démocratie42. »

Le 3 décembre 2011, il intervient lors de la conférence L'État et les banques, les dessous d'un hold-up historique43 avec Myret Zaki.

En 2013, il apparaît dans le film Dédale, un fil vers la démocratie. La diffusion de celui-ci est arrêtée lorsque Yannis Youlountas et d'autres intervenants du film refusent d’apparaître aux côtés de Chouard, pour la raison notamment que celui-ci accepte de parler avec des personnalités qu'Youlountas considère comme fascistes44,45. La diffusion se poursuit malgré tout sans autorisation sur Internet : Chouard parle de censure, et publie un lien vers la version intégrale du film sur son propre blog46.

En 2014, il déclare dans une émission de radio avoir adhéré à l'association Les Citoyens Constituants[réf. nécessaire].

Il continue maintenant d'organiser en France des ateliers constituants afin que les citoyens s'entrainent eux-mêmes à écrire la Constitution47.

Controverses[modifier | modifier le code]

Depuis 2008, Étienne Chouard a été accusé d'avoir approuvé certains travaux de personnalités de droite, voire d'extrême droite et de diffuser sur son blog desthéories du complot48. Il a déclaré avoir trouvé des qualités à des personnalités controversées comme Thierry MeyssanJacques Cheminade ou Alain Soral, au nom du refus de tout sectarisme. Il qualifie Jacques Cheminade d'« authentique sentinelle du peuple, maltraité depuis longtemps par les chiens de garde de l'oligarchie49 ». Pour ces raisons, une intervention d’Étienne Chouard qui devait avoir lieu à l'invitation du Front de gauche le 22 novembre 2012 au cinéma Utopia de Toulouse fut annulée50, alors même qu’Étienne Chouard avait déclaré aimer Jean-Luc Mélenchon51. Un journaliste de Reflets.info dénonce également sa sympathie affichée pour l'américain négationniste Eustace Mullins52, dont il qualifie le livre sur la réserve fédérale américaine de « formidable livre à lire absolument »49. Dans le même article il écrit : « D'une certaine façon, le discret maître des banquiers, Rothschild, a besoin de (l'amalgame stupide de) l'antisémitisme pour rester intouchable, impuni ; il a objectivement un intérêt personnel puissant à ce que l'antisémitisme soit virulent, un peu partout dans le monde. Ce besoin de l'antisémitisme-comme-armure-anti-critiques pourrait expliquer (mais alors, si c'est vrai, quel cynisme !) les montagnes d'argent mises au service de la politique (objectivement détestable) d'Israël ».

À plusieurs reprises, Étienne Chouard a répondu en niant toute sympathie pour les thèses fascistes ou antisémites53 et continue, malgré ces accusations, à être régulièrement invité à débattre par des organisations de gauche. En 2014, il donne sa propre définition de « fascisme » et d'« extrême droite » : « les fascistes, les gens d'extrême droite, c'est les propriétaires, les grands propriétaires, les possédants, les grands possédants, les ultra-privilégiés [...] les banquiers et les possédants »54.

Alain Beitone, professeur d'économie au lycée Thiers de Marseille et auteur de nombreux manuels et dictionnaires économiques55, a également pointé dans un article publié en décembre 2011 sur son site personnel le rôle joué selon lui par Étienne Chouard dans la popularisation à gauche de la critique de la loi de 1973 sur la Banque de France, critique qu'il qualifie de « rumeur » et dont il situe les origines à l'extrême droite56. Il a par la suite repris cette idée dans une tribune parue dans le journal Le Monde, sans cependant y mentionner explicitement Étienne Chouard57. Étienne Chouard a répondu à ses arguments dans un long article paru sur son blog, dénonçant une nouvelle fois l'assimilation faite par Beitone entre les critiques de cette loi et l'extrême droite58Magali Pernin, blogueuse, reprend en partie les idées d'Alain Beitone et copublie une analyse de la loi de 1973 tendant à démontrer qu'elle n'avait rien changé sur le plan de la création monétaire publique59. Lors d'une rencontre entre Magali Pernin et Chouard, ce dernier s’interroge sur les « erreurs » qu'il a pu commettre concernant la loi de 1973. Il reconnaît en particulier que la loi de 1973 n'a pas nécessairement été à l’origine d'un bouleversement, mais a pu seulement officialiser un état de fait. Pour autant il affirme qu'il pense qu'il ne s'est pas « rien passé » lors de l'instauration de la loi de 197360.

Étienne Chouard est également critiqué pour son soutien au militant politique Alain Soral, qui se définit lui-même comme « national-socialiste ». « Pour moi, Alain Soral est à gauche parce qu'il se bat contre les privilèges. C'est un résistant », affirme Étienne Chouard à L'Express en novembre 201461. Le 2 décembre 2014, Judith Bernard se désolidarise publiquement d'Étienne Chouard62.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Étienne ChouardPrendre de bonnes habitudes avec Excel, Rians (BP 8, 83560), Éd. Corroy, coll. « Outils et méthodes bureautiques »,‎ 2004 (ISBN 2915756015)
  • Étienne ChouardCréer une application avec Access, Rians (BP 8, 83560), Éd. Corroy, coll. « Outils et méthodes bureautiques »,‎ 2004, 117 p. (ISBN 2915756007)
  • 2008 : préface de La dette publique, une affaire rentable : À qui profite le systèmeAndré-Jacques Holbecq et Philippe Derudder, avec la collababoration du collectif Groupe de recherches économiques pour un système sociétal (GRESSO), Editions Yves Michel, coll. « Économie », Gap, 157 p. (ISBN 978-2-913492-56-1)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1.  « Je suis professeur de droit, d'économie et d'informatique, en BTS, dans un lycée de Marseille, j'ai 48 ans, quatre enfants, je n'appartiens à aucun parti, syndicat ou association. Dans ma vie, j'ai fait beaucoup plus de parapente que de politique où je suis vierge, un débutant absolu qui s'est « réveillé » il y a six mois.. »12

Références[modifier | modifier le code]

  1.  Chouard, Étienne (1956-….) [archive], notice d'autorité personne no  FRBNF12926776, catalogue général de la BnF. Créée le 10 mars 1992, mise à jour le 2 juin 2005. Consultée le 9 octobre 2009.
  2.  "Étienne Chouard : Chercher la cause des causes" [archive],TEDxRepubliqueSquare, 22 mars 2012
  3.  Rue 89: Etienne Chouard : « On se fout de nous » avec le traité européen[1] [archive]
  4.  Étienne Chouard, chercheur en cause [archive], Agoravox
  5.  Europe [archive], Blog d'Étienne Chouard
  6.  « Le seul suffrage universel compatible avec une démocratie digne de ce nom, c’est le vote DIRECT des citoyens présents à l’Assemblée, commune par commune. » [archive], Agoravox
  7.  « Par FAUX 'suffrage universel', nous désignons des maîtres au lieu de voter nos lois » [archive] , Twitter
  8.  Article [archive], Voltairenet
  9.  [2] [archive], Blog d'Etienne Chouard
  10.  « C’est incroyable, vraiment incroyable. Nos gouvernements ont totalement abandonné la création monétaire aux banques privées. » [archive], Blog d'Étienne Chouard
  11.  (fr) [vidéo] Etienne Chouard sur le revenu de base [archive] sur YouTube
  12.  Étienne Chouard, « Une mauvaise constitution qui révèle un secret cancer de notre démocratie [archive] », sur son site personnel, 25 mars 2005, version amendée au 17 juin 2005.
  13.  Thierry Crouzet, auto-biographie en ligne [archive]
  14.  Christophe Grébert, « De l'influence politique du Net : le cas Étienne Chouard [archive] », sur WebCitoyen.com, 3 août 2006.
  15.  Étienne Chouard, «