Netanyahou enterre définitivement les Accords d’Oslo

Publié le par José Pedro

Netanyahou enterre définitivement les Accords d’Oslo

Mideast Israel Palestinians

A l’issue des élections du 15 janvier dernier, le 1er ministre sortant B. Netanyahou a déclaré que le succès de son parti Likoud était une victoire pour son peuple : « … nous venons de remporter une grande victoire pour le Likoud, le camp national et pour notre peuple… ». De quel peuple parle-t-il ? De toute la population qui forme l’Israël d’aujourd’hui ? Ou de celles et ceux qui se revendiquent comme ‘juifs’ excluant de facto les Arabes qui y vivaient et y sont restés depuis la création imposée de cet Etat, malgré le fait qu’ils y soient continuellement discriminés et parfois même tués ? Ou encore s’agit-il de celles et ceux qu’il n’a de cesse de convier de par le monde, à venir peupler des colonies qu’il se fera un plaisir non dissimulé d’installer sur de nouvelles terres palestiniennes volées dans ce but ? Avec le fantasme d’un élargissement du Nil à l’Euphrate de cet Etat fabriqué sur une suite ininterrompue de mensonges ?

Après une campagne électorale que beaucoup d’Israéliens ont trouvé des plus médiocre, le résultat est donc tombé : le 1er ministre sortant rempilera sans doute pour un 4è mandat.

Mais à vrai dire, le résultat de cette élection est-il pire que si le parti se disant ‘de centre gauche’ et qui se présentait comme le principal adversaire du Likoud de Netanyahou l’avait emporté ? Rien n’est moins sûr. Ce parti donné vainqueur dans les sondages, opposé à celui du 1er ministre sortant et qui s’est présenté comme ‘Union sioniste’ résume toute son idéologie dans son appellation. Ses ténors ne sont absolument pas plus enclins à revoir leur copie sur les relations avec leurs voisins immédiats. Leurs propos sont tout aussi détestables que ceux des alliés de droite les plus extrémistes du Likoud. Cette élection et son résultat sont donc un non-évènement. Rien de neuf sous le soleil de la région. Au contraire, c’est la poursuite de la comédie, de l’hypocrisie dont les ténors politiques de là-bas comme d’ici sont passés champions toutes catégories.

En fait, AUCUN des partis israéliens n’a dans son programme une remise à plat des relations avec les Palestiniens pour trouver une issue équitable et définitive à l’occupation et l’étranglement de la population arabe de la région, tant en Cisjordanie qu’à Gaza. Plus aucun parti israélien n’a le sens de la mesure. Aucun de ces partis n’ose affronter la vérité telle qu’elle est et aucun ne reconnaîtra jamais l’écrasante responsabilité de la politique israélienne, de gauche comme de droite, dans ce qui fait l’Etat sioniste actuel. La victoire d’un parti plutôt qu’un autre ne modifie rien à l’affaire. Et les capitales occidentales le savent très bien. Il n’y a aujourd’hui aucune volonté ni courage politique de qui que ce soit sur ce dossier pour tenter d’y trouver une solution équitable. Les ballets et les déclarations diplomatiques des uns et des autres n’y changeront rien. Tout cela n’est que pure comédie. Et plus le temps passe, plus Israël imagine pouvoir continuer d’agir dans l’impunité qui est la sienne. Et plus l’issue sera douloureuse, tant pour les uns que pour les autres, nous compris ! La réalité est donc dramatique pour l’écrasante majorité de la population israélienne qu’il nous faut dénoncer sans détour comme étant de plus en plus marquée par un racisme des plus nauséabonds qui s’affiche à travers ses choix politiques. Le courageux journaliste Gidéon Lévy le souligne dans un article paru dans Haaretz dimanche dernier :http://www.agencemediapalestine.fr/blog/2015/03/16/gideon-levy-pour-voir-a-quel-point-israel-est-devenu-raciste-regardez-a-gauche/

A mieux y regarder, il y a donc beaucoup de doutes à avoir quant à cette affirmation péremptoire du 1erministre israélien… et pour ma part, je pense au contraire, que tout le monde y perdra !

Ceux qui ont suivi le déroulement et les thèmes de la campagne de B. Netanyahou ont entendu ses dernières déclarations, le peu de cas qu’il fait du peuple palestinien, et sa ferme intention de ne rien‘lâcher’ quant à l’éventuelle possibilité d’un Etat palestinien dans le futur. En voilà au moins un qui a laissé tomber ‘le voile’… Netanyahou a définitivement enterré ce qui restait des quelques lambeaux des Accords d’Oslo !

Suite à cette annonce, le plus étrange dans cette tragi-comédie est l’apparent étonnement des capitales occidentales – même auprès de certains militants de la cause palestinienne ! – tant au niveau des médias que des ténors politiques qui, diplomatie oblige, n’ont pas manqué de ‘féliciter’ le 1er ministre sortant pour sa victoire, n’oubliant pas de lui ‘demander’ quand même un peu de souplesse quant à l’avenir des relations avec ses voisins Palestiniens… qui peut-être doivent commencer à s’impatienter, sans doute…

Ce jeu de dupes peut donc continuer sans que rien ni personne ne vienne troubler la poursuite de l’idéologie sioniste, coloniale et ouvertement raciste de cet Etat hors-la-loi qui bafoue le Droit international – et semble de plus en plus impliqué dans le soutien aux groupes djihadistes – sans qu’il n’y ait la moindre mesure prise à son encontre. Pire, dans nos pays européens, ce sont les militants de la société civile qui n’ont de cesse d’alerter l’opinion publique sur cette terrible dérive, qui se font interpeler et parfois poursuivre et condamner par une Justice décidément bien éloignée de l’impartialité qui devrait pourtant la caractériser si elle voulait être respectée. Puis, les responsables de cette Justice plus que trouble viendront expliquer aux jeunes populations qu’il est incivique de ne pas aller voter… quand elles se détournent justement de ce jeu de dupes, tant elles sont écœurées de ce qu’elles voient comme tombereaux d’injustices, au point que les plus fragiles parfois, déraillent… et font les Unes des médias parce qu’il semble que plus personne ‘ne comprend pourquoi ils se radicalisent…’

Ne nous y trompons pas. Ceux qui jouent sur le temps s’illusionnent. L’Histoire moderne nous l’a démontré à plusieurs reprises. Et les gagnants d’aujourd’hui seront les perdants de demain. Dans un Moyen-Orient dévasté par nos guerres, le minuscule Etat d’Israël aura de plus en plus de mal à se maintenir sous sa forme actuelle. Son temps est compté. Malgré ses alliances funestes… qui finiront par se lasser de tant d’arrogance. Et au lieu d’avoir saisi toutes les opportunités qui lui ont été présentées par les Palestiniens pendant des décennies pour la mise en place de deux Etats, il les a toutes repoussées, niées. Sous de fallacieux prétextes, plus ignobles les uns que les autres, démontrant par-là que la seule préoccupation de ses élus est de voler toujours plus de territoires aux Palestiniens abandonnés par la Communauté internationale plus lâche sur ce dossier que sur n’importe quel autre. Le jour vient pourtant où il faudra payer l’addition. Déjà, Israël commence à être isolé sur la scène internationale. Son allié américain, soi-disant indéfectible, montre des signes d’agacement et les déclarations se multiplient pour tenter de gommer les aspérités qui apparaissent dans ce couple de plus en plus moribond. L’Europe aussi commence à en avoir marre (enfin !) des démolitions des infrastructures qu’elle finance côté palestinien, sans que l’Etat israélien ne paie la note. Le mouvement BDS (Boycott-Désinvestissement-Sanctions) continue à s’étendre et prend de l’ampleur, au point que le NAFTA (Traité commercial en pleine négociation entre les USA et l’Europe) aborde le sujet, s’inquiète, preuve que cela commence à faire mal à l’économie israélienne.

Comme je l’ai dit, répété, écrit à maintes reprises, les Palestiniens n’ont pas besoin de sprinters… mais de coureurs de fond, qui ne se laissent pas abuser et tiennent sur la distance. Et qui ont la lucidité de ne pas se faire berner par les déclarations enfumées des leaders politiques occidentaux qui en coulisse, multiplient les ‘accords spéciaux’ avec cet Etat raciste qu’est Israël. Parce qu’à terme, et malgré les apparences, ce sont les Palestiniens qui sortiront vainqueurs de cette tragique situation. Le prix qu’ils auront payé sera immense et ils pourront, à juste titre, nous demander des comptes devant notre inertie, notre passivité pour ne pas dire notre ‘complicité’ tacite à tant de racisme et de haine. Nous, qui sommes tellement enclins à donner nos leçons de Droits-de-l’Homme, persuadés de notre supériorité en tous points, mais qui sommes incapables de répondre de manière claire et déterminée face à ce qui se perpétue comme injustices flagrantes sous nos yeux, à l’encontre de tout un peuple !

Ce qui ressort véritablement des dernières élections israéliennes, c’est une société de plus en plus malade, dirigée par de dangereux pervers menant leur Etat dans un isolement grandissant, ce qui à terme se retournera contre l’ensemble de la population juive et fera s’effondrer cette sinistre parenthèse de l’Histoire.

«N’importe quel juif dans le monde qui ne vit pas ici a plus de droits qu’un Palestinien qui vit ici. N’importe quel juif français, par exemple, a plus de droits que les Palestiniens que vous voyez ici. Même si le Palestinien est né ici, si ses parents sont nés ici. Un juif français peut acheter un appartement à Tel Aviv, s’installer dans une colonie près de Bethlehem, mais un Palestinien ne peut même pas revenir, ne peut pas voyager librement, ne peut même pas être sûr que sa terre ne lui sera pas prise – si ce n’est déjà fait. Israël externalise ses discriminations et ses préjugés racistes. Et tous les juifs à travers le monde sont, en quelque sorte, complices de ce régime israélien d’apartheid. Parce qu’ils ont le droit au retour sans condition.» – Amira Hass – journaliste israélienne du quotidien Haaretz, vivant depuis 20 ans en Palestine – [Propos recueillis par Fr. Martel et mis en ligne le 07 mars dernier].