Une haute commandante Américaine arrêtée pour avoir refusé de lancer des missiles nucléaires sur la Russie

Publié le par José Pedro

Une haute commandante Américaine arrêtée pour avoir refusé de lancer des missiles nucléaires sur la Russie

 

 1774 

  40 Share9 

 

  1  1856 Share6

 

Une haute commandante Américaine arrêtée pour avoir refusé de lancer des missiles nucléaires sur la Russie

nucleaire

Un nouveau rapport circulant au Kremlin aujourd’hui et préparé par le service des renseignements extérieurs de la Fédération de Russie (SVR) pour le Ministère de la Défense (MoD) stipule que le commandant en charge de la communication en cas de guerre nucléaire du Président Obama, a été arrêtée et relevée de ses fonctions après avoir manqué à transmettre les codes autorisant une attaque à l’arme nucléaire contre la Fédération, en coordination avec une attaque « surprise » similaire par l’aviation du Royaume-Uni.

Selon le SVR, le Capitaine de la Navy Américain Heather E. Cole, qui était la commandante en charge des communications de la Navy Wing 1 localisé dans la base aérienne de Tinker dans l’Oklahoma, fournissait les liens de communications qui permettaient au Président Obama et au secrétaire de la défense Ahston Carter de rentrer directement en contact avec les sous-marins, bombardiers et bases de lancement de missiles dont les forces nucléaires stratégiques des Etats-Unis sont composées.

heather-e-cole

Le 16 Mars, nous dit le rapport, le Capitaine Cole a directement reçu l’ordre de du Pentagone de lancer une attaque nucléaire « limitée » contre la Fédération de Russie, mais elle a failli à ses obligations d’officier dû à une panne du dispositif de sécurité et d’armement (PAL), provoquant ainsi l’arrêt immédiat de l’attaque aérienne.

Car PAL est un système de sécurité dont le but est d’empêcher l’armement ou la détonation d’armes nucléaires, ont expliqué les experts du SVR dans le rapport. L’arrêt critique de cette fonction est le résultat d’une mesure de sécurité rajoutée par l’ancien secrétaire à la défense, Chuck Hagel, avant qu’il ne soit obligé de quitter ses fonctions le mois dernier pour ne pas avoir ovulu participer à une quelconque attaque envers la Russie.

Le rapport explique que le secrétaire Carter n’était pas conscient des changements de sécurité PAL de Hagel, ce qui a permis à Heather E. Cole de mettre fin à l’attaque nucléaire aérienne.

Pour ne pas avoir communiqué l’autorisation de lancement des forces nucléaires américaines, poursuit le rapport, Heather E. Cole a été arrêtée le 17 Mars dernier, a été relevée de ses fonctions, a ensuite été déportée dans une base de San Diego (Californie) ou elle est confinée.

(…)

Source: The Total Collapse, via Before It’s News, le 20 Mars 2015

Breaking News

Top US Commander Under Arrest For Refusing To Fire Nukes At Russia

WP Greet Box icon
Hello there! If you are new here, you might want to subscribe to the RSS feed for updates on this topic.
 

WW3

A new report circulating in the Kremlin today prepared by the Foreign Intelligence Service (SVR) for the Ministry of Defense (MoD) states that President Barack Obama’s nuclear war communication commander has been arrested and relieved of her command after failing to transmit launch codes authorizing an atomic weapons first-strike attack upon the Federation in coordination with a similar “surprise” attack planned by the United Kingdom.

According to the SVR, US Navy Captain Heather E. Cole was the commander of the US Navy’s Strategic Communications Wing 1 located at Tinker Air Force Base in Oklahoma whose E-6B Mercury aircraft provide the communications links allowing President Obama and US Secretary of Defense Ashton Carter to directly contact the submarines, bombers and land-based missiles that comprise the United States strategic nuclear force.

On Monday, 16 March, this report states, Captain Cole received from the Pentagon a launch order authorizing a “limited” nuclear strike against the Federation, but which failed due to a critical Permissive Action Link (PAL) failure thus causing her to abort this planned attack.

As a PAL is a security device for nuclear weapons whose purpose is to prevent unauthorized arming or detonation of the nuclear weapons, SVR experts in this report explain, the critical failure in this instance was an added security measure ordered by the former US Secretary of Defense,Chuck Hagel, prior to his being forced out of office last month over his refusal to have any part in this attack against Russia.

This report further explains that Secretary Carter was not aware of Secretary Hagel’s PAL security changes thus allowing Captain Cole to abort this planned nuclear attack.

For her failure to communicate the launch authorization to US nuclear forces, this report continues, Captain Cole was arrested on Tuesday, 17 March, relieved of her command and then taken by armed guard to US Naval Air Station (NAS) Miramar in San Diego (California) where she remains incommunicado.

The SVR in their report on Captain Cole’s refusal to start World War III further states that her actions mirrors those of Soviet Naval Captain Vasili Arkhipov, who during the Cuban Missile Crisis, in 1962, also refused to obey orders to launch nuclear weapons against the United States.

Upon Captain Cole being arrested, a MoD appendix to this SVR report says, President Putin ordered the Federations strategic nuclear bomber forces to their “fail-safe” locations in the Arctic (the fastest air route to the US from Russia), an expansion of the Northern Fleet’s combat operations into the Norwegian Sea, and continued combat air operations against NATO forces on the northern border.

Important to note, and as we had stated in our 14 March report, Russia Warns “State Of War” Exists As UK Nukes Prepare First Strike, President Putin and the MoD had been made aware of the planned nuclear attack against the Federation weeks ago thus allowing the Federation to move its own nuclear forces to the NATO border.

Likewise, and as we had reported on 15 March, Obama Meets With Top Russian Spy, Warns He Can’t Stop War, neither President Putin or the MoD have any confidence that President Obama is even in control his military forces anymore, thus necessitating the Federations greatest defensive war moves since World War II, and as we reported on in our 17 March report,Moscow Bomb Shelters Begin To Fill As Russia Prepares For War.

And, perhaps, most appalling…as President Putin, after greeting over 100,000 cheering citizen-supporters in Red Square earlier today, meets with close aide to Chinese President Xi Jinping to update China on the Federations war preparations, there remains no evidence that the West, particularly the United States, are preparing their own people for the horrific catastrophe soon to come.

The fate of Captain Cole, however, is much more known as it will be exactly like Captain Arkhipov’s… a relegation to the dustbin of history as a failed officer, at best, or her early suicide/death to prevent her from telling what she knows.

March 19, 2015 © EU and US all rights reserved. Permission to use this report in its entirety is granted under the condition it is linked back to its original source at WhatDoesItMean.Com. Freebase content licensed underCC-BY and GFDL.

Top US Commander Under Arrest For Refusing To Fire Nukes At Russia

http://t.co/ALOikZCcKS


But here’s the truth:

TACAMO wing CO fired amid investigation

http://www.navytimes.com/story/military/2015/03/17/navy-tacamo-co-cole-fired-investigation-cultural/24915989/

The commodore of the Navy’s Strategic Communications Wing 1, based at Tinker Air Force Base, Oklahoma, was fired Tuesday after a loss of confidence in her ability to lead. Capt. Heather Cole had “not performed up to the high standards demanded of an officer in command,” Naval Air Forces said in a press release.

Vice Adm. Mike Shoemaker, the AIRFOR boss, relieved Cole of command of the wing and Task Force 124, an operational command post that reports to U.S. Strategic Command.

The relief stemmed from an investigation Shoemaker launched in February based on revelations of significant issues within the wing, said Cmdr. Jeannie Groeneveld, AIRFOR spokeswoman.

Cole’s shortcomings were professional in nature, she said, and unfolded over time, adding that she could not comment further as the investigation has not been completed.

“The relief was due to deficiencies in her performance that were identified in the findings of the investigation,” Groeneveld said. The deficiencies had nothing to do with TF-124’s Strategic Nuclear Forces mission, she said, but instead were “cultural issues” within the wing itself.

Cole has been temporarily assigned to the San Diego-based staff of AIRFOR pending the outcome of the investigation.

Cole did not respond to calls and emails seeking comment by Thursday.

Capt. Brian McCormick, who has served as the task force’s deputy commander, has been named the acting wing commander.

The post answers to two masters. Strategic Communications Wing 1 reports to AIRFOR on the manning and training of the E-6B Mercury squadrons that fly the airborne command post.

The wing’s operational side, Task Force 124, is part of the nuclear command and control echelon and reports to U.S. Strategic Command on missions like Airborne Command Post, the Airborne Launch Control System, the Non-Strategic Nuclear Forces Theater Commanders and the “Take Charge and Move Out” (TACAMO) Emergency Action Message relay.

A native of Ferris, Texas, Cole is a graduate of the University of Texas and received her commission through Aviation Officer Candidate School in Pensacola, Florida, in 1990. She received her wings in 1991, according to her official bio.

Cole, a naval flight officer, served first in P-3 aircraft at various assignments until she transitioned to the TACAMO community in 1993.

She also served as the aviation initial assignment detailer, first in Washington, D.C., and then making the move to Millington, Tennessee, in 1999 when Navy Personnel Command relocated there. From 2000 to 2003, Cole served as the operations administrative officer aboard the aircraft carrier Harry S. Truman.

Source: http://www.navytimes.com/story/military/2015/03/17/navy-tacamo-co-cole-fired-investigation-cultural/24915989/

op US Commander Under Arrest For Refusing To Fire Nukes At Russia
 

Its Sorcha Fal, but i cant debunk it so maybe...


50%
after failing to transmit launch codes authorizing an atomic weapons first-strike attack upon the Federation in coordination with a similar “surprise” attack planned by the United Kingdom. 

According to the SVR, US Navy Captain Heather E. Cole [photo 2nd left] was the commander of the US Navy's Strategic Communications Wing 1 located at Tinker Air Force Base in Oklahoma whose E-6B Mercury aircraft provide the communications links allowing President Obama and US Secretary of Defense Ashton Carter to directly contact the submarines, bombers and land-based missiles that comprise the United States strategic nuclear force.

On Monday, 16 March, this report states, Captain Cole received from the Pentagon a launch order authorizing a “limited” nuclear strike against the Federation, but which failed due to a critical Permissive Action Link (PAL) failure thus causing her to abort this planned attack. 

As a PAL is a security device for nuclear weapons whose purpose is to prevent unauthorized arming or detonation of the nuclear weapons, SVR experts in this report explain, the critical failure in this instance was an added security measure ordered by the former US Secretary of Defense, Chuck Hagel, prior to his being forced out of office last month over his refusal to have any part in this attack against Russia. 

This report further explains that Secretary Carter was not aware of Secretary Hagel’s PAL security changes thus allowing Captain Cole to abort this planned nuclear attack. 

For her failure to communicate the launch authorization to US nuclear forces, this report continues, Captain Cole was arrested on Tuesday, 17 March, relieved of her command and then taken by armed guard to US Naval Air Station (NAS) Miramar in San Diego (California) where she remains incommunicado.

The SVR in their report on Captain Cole’s refusal to start World War III further states that her actions mirrors those of Soviet Naval Captain Vasili Arkhipov, who during the Cuban Missile Crisis, in 1962, also refused to obey orders to launch nuclear weapons against the United States. 

Upon Captain Cole being arrested, a MoD appendix to this SVR report says, President Putin ordered the Federations strategic nuclear bomber forces to their “fail-safe” locations in the Arctic (the fastest air route to the US from Russia), an expansion of the Northern Fleet’s combat operations into the Norwegian Sea, and continued combat air operations against NATO forces on the northern border. 

http://www.stankovuniversallaw.com/2015/03/humanity-on-the-verge-of-a-nuclear-ww3-or-id-shift-and-full-revelation-a-historic-choice/

 

L’hystérie anti-russe

OPINION
(mis à jour 21:23 27.01.2015)
33950
L’hystérie est une maladie mentale. Mais au sens large, elle désigne un comportement affectif excessif et irrationnel, rationnalisé après coup, souvent avec une justification morale, et reflétant en réalité un égo boursouflé par l’orgueil.

L’hystérie est une maladie mentale. Mais au sens large, elle désigne un comportement affectif excessif et irrationnel, rationnalisé après coup, souvent avec une justification morale, et reflétant en réalité un égo boursouflé par l’orgueil. Ce comportement peut être individuel mais aussi être partagé par un groupe humain solidaire, comme un gouvernement.

L’observation clinique du comportement américain depuis la fin de la guerre froide conduit à ce diagnostic : une partie de l’élite américaine est atteinte d’un syndrome d’hystérie anti-russe inquiétant. En effet, cette hystérie est un danger pour la paix dans le monde, et représente aussi une dérive préoccupante pour les Etats-Unis eux-mêmes qui voit leur image se dégrader dans le monde, ce qui entraine un affaiblissement objectif de leur rôle mondial. Une analyse psychologique peut éclairer le phénomène et aider à le contenir.

Nous pouvons utiliser les analyses exceptionnelles du grand auteur russe Dostoïevski. Celui-ci, dans les " Frères Karamazov ", consacre sept chapitres aux " hystéries ". Il montre que celles-ci sont fréquentes dans l’espèce humaine et se rencontrent dans tous les milieux. Il décrit l’hystérie du Père Féraponte qui donne des leçons d’ascétisme et prétend converser avec le saint Esprit. Il conclut que ce moine est méchant et orgueilleux. Il étudie ensuite l’hystérie chez le père Karamazov, méchant et cupide. Puis, l’hystérie chez des petits enfants qui se battent à coups de pierre, tous contre un seul. Puis, il étudie des cas d’hystéries amoureuses où l’orgueil joue aussi un grand rôle, et enfin, l’hystérie d’un capitaine chassé de l’armée, humilié par sa pauvreté mais homme d’honneur.

Si l’on recherche les quatre causes de l’hystérie selon le schéma d’Aristote, on constate que l’hystérie au sens large, qui est celle étudiée par le romancier, est un trait de caractère et non une maladie, est due à un débordement d’énergie. C’est la cause matérielle de l’hystérie. Les cerveaux reptiliens et mammifères (instinctif et affectif) ne sont plus sous le contrôle du cerveau rationnel.

L’hystérie va conduire le sujet à s’appuyer sur des prétextes moralisateurs (cause formelle d’Aristote) qui justifient son agressivité contre son entourage, typique du père Féraponte. L’hystérique ne cesse de raisonner et se prétend rationnel pour justifier sa colère. En réalité, pour Dostoïevski, l’hystérie est liée à l’orgueil (cause motrice) qui vient d’une boursouflure de l’égo dans un milieu social qui a renié Dieu (cause finale d’Aristote). Les gens qui ont un égo démesuré sont portés à l’hystérie. Dans les cas les plus graves, l’hystérie peut devenir meurtrière. Elle devient alors criminelle comme l’hystérie antijuive d’Adolf Hitler.

Si l’on analyse les déclarations des dirigeants occidentaux, notamment américains, ou de l’OTAN, comme celles de l’ancien secrétaire général Rasmussen, on est inquiet de constater qu’il s’agit bien souvent de réactions hystériques, dès qu’on aborde le sujet de la Russie. Celle-ci serait agressive, non démocratique, sous-développée, méritant des punitions sévères. Ces accusations ne cadrent nullement avec les faits, mais satisfont les pulsions agressives et égotiques de la volonté de puissance des acteurs.

Ceux-ci affirmeront que la Russie serait agressive parce qu’elle augmente son budget militaire : que dire des Etats-Unis qui à eux seuls, représentent 40% du total des dépenses militaires de la planète et qui possèdent des bases sur tous les continents, pour soutenir les guerres diverses qu’elles ne cessent de lancer (l’Irak et l’Afghanistan étant des modèles à cet égard car elles n’ont rien de défensif) ?

La Russie serait non démocratique mais l’Arabie Saoudite, alliée des Etats-Unis, qui est une dictature islamiste autoritaire n’a pas droit à ce qualificatif. Par ailleurs, le fait que 80% de la population soutienne le président Poutine, régulièrement élu, ne trouble pas nos censeurs. Mais l’Arabie est considérée comme une amie, et la Russie est désignée comme ennemie. Donc l’accusation de ne pas être une démocratie n’est pas opératoire pour l’Arabie saoudite !

On accuse aussi la Russie d’avoir annexé la Crimée. Que le peuple de Crimée ait souhaité cette annexion, que son parlement, puis le peuple consulté par référendum l’ait approuvé, ne compte pour rien. Que la France ait annexé Mayotte, référendum à l’appui, et soit condamnée par l’ONU chaque année ne compte pas. C’est encore le double standard. La France ne concurrence pas les Etats-Unis, on ne la craint pas, donc on la laisse tranquille.

La Russie serait sous-développée : ce serait un pays archaïque, hostile aux homosexuels, traditionnaliste, qui ne sait produire que du pétrole et du gaz. La Russie serait d’ailleurs en voie de disparition démographique. Il faut donc la punir pour la contraindre à se moderniser. Peu importe que la Russie soit la seule capable de transporter des hommes dans l’espace vers la station orbitale, peu importe que sa loi contre la propagande homosexuelle n’a pour but que de protéger les mineurs, peu importe que 75% de son PIB vienne d’autres activités que l’exploitation des hydrocarbures, peu importe que la démographie russe se soit redressée depuis trois ans, les faits n’ont aucun intérêt pour l’hystérique. Il est ivre d’idéologie. Il est difficile d’échanger des arguments rationnels avec un ivrogne. C’est ce que fait pourtant avec beaucoup de patience la diplomatie russe, qui ignore les provocations et essaye de faire prévaloir une approche rationnelle et sobre de la situation internationale, que ce soit en Ukraine, en Syrie, ou ailleurs.

L’hystérique ne cesse pourtant de raisonner : car la raison, comme dit Dostoïevski, est aussi une " crapule " : il veut dire par là qu’elle est toujours appelée à la rescousse pour défendre de mauvais instincts. Le rôle de l’idéologie raisonnante est toujours de trouver de bonnes raisons pour défendre de mauvais instincts et de mauvais affects.

Il faut enfin punir la Russie : cela résulte d’un comportement typiquement hystérique décrit par Dostoïevski chez de nombreux personnages, le père Féraponte ou les gamins déchainés contre un des leurs. Il faut diaboliser l’adversaire (le moine Féraponte accuse les autres moines d’être entourés de petits diables). Il faut le frapper pour se venger : c’est ce qui se passe à l’école dans les cours de récréation.

Soit ! Direz-vous. C’est un comportement infantile mais l’adulte peut y échapper. Le psychologue Dostoïevski montre, hélas, que non. L’adulte a des sentiments et des instincts qu’il a du mal à contrôler, surtout s’il n’a plus l’aide de la religion. Beaucoup de dirigeants de l’Occident moderne sont animés par la haine du christianisme, et exigent au minimum sa marginalisation. Ils croient que la " raison " seule commande aux instincts et aux sentiments bien que l’histoire tragique de l’humanité a montré souvent l’inverse.

Comment résister à un partenaire diplomatique hystérique ? Il faut de la patience car l’hystérie consomme beaucoup d’énergie et n’est donc pas éternelle. Il faut associer la raison aux valeurs traditionnelles qui permettent de rechercher le bien commun. Il faut garder confiance (la foi est une forme sacrée de la confiance, ce n’est pas un " savoir " au sens scientifique). Il faut garder l’espérance car l’histoire montre aussi que " le pire n’est jamais sûr ". Il faut enfin avoir de la charité, surtout ne pas juger l’autre du haut d’un tribunal créé pour les besoins de la cause, donc ne pas copier le comportement arrogant de la puissance dominante. Enfin, il faut se garder du mensonge le plus possible, du style de celui du ministre américain Colin Powell expliquant que l’Irak a des armes de destruction massive et qu’une guerre préventive est nécessaire contre ce pays.

Au fonds, sans se faire d’illusions et sans " prendre les canards sauvages pour des enfants du bon Dieu ", comme disait De Gaulle, il faut s’imposer une tenue morale exemplaire conforme aux valeurs de notre vieille civilisation chrétienne humaniste. C’est exactement ce que font avec talent le président de la Russie et son ministre des affaires étrangères.

Il faut aussi faire confiance à plus long terme dans les peuples. Aux Etats-Unis, 50% du peuple se montre aujourd’hui hostile à l’aventurisme en matière de politique extérieure. L’hystérie règne dans des milieux élitistes, ivres de puissance depuis l’effondrement de l’URSS, en proie à ce que les Grecs appelaient l’hybris (l’excès). Or l’hybris se heurte à l’ordre du monde et se retourne toujours un jour contre ceux qui en sont la proie. On peut trop boire et devenir ivre. L’ivresse ne se limite pas à l’alcoolisme. On peut être ivre d’idéologie, en général par orgueil. Mais l’histoire montre que cette ivresse se calme d’elle-même ou qu’elle est vaincue par sa propre irrationalité.

Les hommes qui poussent l’Occident à la russophobie ne " savent pas ce qu’ils font " et jouent avec le feu des forces de la mort. De Gaulle a dit : les puissances qui misent sur la pourriture périront car leur propre pourriture se retournera contre eux. Le propos est sévère mais réaliste.

Prenons l’hystérie pour ce qu’elle est en lui opposant le droit et la sagesse. L’histoire montre que c’est le meilleur pari. Le malheur en Occident est le déclin de la culture historique chez certains dirigeants. Celui qui ignore l’histoire répétera les fautes du passé. Ainsi, Hitler voulu copier Napoléon. En s’attaquant à la Russie, il a signé son propre arrêt de mort. L’intérêt du monde est d’accorder l’Europe et la Russie. L’Amérique a peur d’un tel accord mais il est inéluctable. La peur mène à l’hystérie. La connaissance de l’histoire conduit au retour à la sagesse ! Sophocle le tragique a écrit que l’homme apprend par la souffrance : essayons cette fois de lui donner tort !



Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/opinion/20141230/203340865.html#ixzz3V9J7QNQ9