Le roi Salmane en quête d’un héritage unique

Publié le par José Pedro

Le roi Salmane en quête d’un héritage unique!Le roi Salmane en quête d’un héritage unique

 
IRIB- L’Arabie saoudite ouvre un nouveau chapitre de son histoire qui change le rôle régional de Riyad. L’Arabie souhaite ainsi se faire une image différente auprès de la communauté internationale.
Le site d’informations "Diplomatie iranienne" traite dans un article cette approche toute récente des Saoudiens. 
Tout de suite après le décès du roi Abdallah ben Abdelaziz al-Saoud, ancien souverain saoudien, le 22 janvier, alors que son frère Salmane s’approchait du trône royal, les Saoudiens et les experts de l’Arabie saoudite en Occident se sont montrés curieux de connaître les politiques nationales et internationales que le nouveau monarque allait adopter. Dans un premier discours, à peine déclaré roi du Royaume, Salmane a suggéré que la politique extérieure de Riyad serait exposée à des changements considérables. Deux mois plus tard, on a constaté que ses points de vue sont différents de ceux de son prédécesseur, Abdallah, voire de ceux de tous ses prédécesseurs. Avec la restructuration de certains organes politiques et économiques et la vaste opération militaire contre un pays voisin, déjà victime d’une guerre civile, on voit que la nouvelle mentalité saoudienne se met en route. L’ère de la perestroïka saoudienne s’approche. L’idée que Salmane cherche un héritage unique s’est formé à la première semaine de son accès au pouvoir lorsqu’il ordonnait des changements considérables au sein du cabinet mais aussi aux conseil de consultations royaux. Le roi a ordonné l’annulation de 12 conseils de consultations politique et économique pour les remplacer par deux conseils ; l’un traitant l’économie et le développement, l’autre destiné à la politique et aux relations sécuritaires. Alors que pour certains, ces changements signifient le renforcement de pouvoir du roi Salmane, les autres estiment qu’il s’agit des initiatives pour faciliter la bureaucratie qui est à l’origine des problèmes. 
Pendant plusieurs les médias parlaient des changements au sein du cabinet et des réformes bureaucratiques. La communauté internationale cherchait alors à découvrir la nouvelle politique extérieure des Saoudiens en particuliers face aux vastes violences en Syrie, en Irak, en Libye et au Yémen sous le mandat du roi Salmane. Un grand changement de la diplomatie de Riyad était concentré sur une approche plus flexible du nouveau monarque envers les Frères musulmans. 
Les frères musulmans figurent sur la liste saoudienne des organisations terroristes. Les leaders religieux et les médias mettent les Frères musulmans et Daech sur le même rang. Un premier signe montrant que le roi adopte une approche plus modérée envers les Frères musulmans, c’est une récente interview du ministre saoudien des AE qui indique : « Nous n’avons pas de problèmes avec les Frères musulmans. Le problème c’est un petit groupe lié à cette organisation ».
En dépit des rumeurs sur l’état de santé du roi Salmane, ce dernier a rencontré depuis son arrivée au pouvoir, une vingtaine chefs d’Etat qui ont été accueillis par lui à l’aéroport de Riyad. Le roi a rencontré plusieurs chefs d’Etat étrangers dont Barack Obama mais il a également reçu les leaders de quelques pays musulmans dont le Turc Erdogan, l’Egyptien, al-Sissi, le Pakistanais Sharif et les chefs des pays membres du Conseil de coopération du golfe Persique.
Ces rencontres ont poussé certains Saoudiens et les experts de l’Arabie en Occident à conclure que les Saoudiens sont en train de refaire leurs relations bilatérales avec les pays de la région. Un autre groupe a estimé que les Saoudiens essaient de former une nouvelle coalition pour faire face à ce qu’ils appellent deux grandes menaces pour leur sécurité nationale et leur stabilité : Iran et Daech. 
L’opération du Yémen porte plusieurs messages pour trois interlocuteurs différents. Une alerte à l’adresse de l’Iran pour mettre un terme à ce qu'ils appellent "ses interférences au Yémen", arrière-cour des Saoudiens, "mais également dans les affaires des autres pays arabes"!!! C’est aussi un message au peuple saoudien qui doit accepter que des milliards de dollars consacrés à l’achat des équipements militaires n’ont pas été gaspillés. Le dernier message, d’ailleurs le plus important, s’adresse aux Etats-Unis pour dire que ce pays est toujours un allié précieux pour l’Arabie saoudite qui cherche aussi à assurer sa sécurité si Washington le veuille ou non. Il y a des analystes qui sont d’avis que le cerveau du roi Salmane, c’est son fils, Mohammed, 30 ans, qui est à présent le ministre de la Défense. L’Arabie saoudite a ouvert un nouveau chapitre dans l’histoire, un chapitre qui modifie le rôle régional de ce pays et qui tente de changer son image  aux yeux de la communauté internationale.