Les relations irano-russes : vers une alliance contre l’influence américaine NEO – Russian-Iranian Creation of New Regional Security Systems

Publié le par José Pedro

les relations irano-russes : vers une alliance contre l’influence américaine approche historique
mohamed Fadhel TROUDI


Chercheur en Relations Internationales, et  vice-président du Centre d’Études et de Recherches Stratégiques du Monde Arabe - Paris.


Les relations entre la Russie et l’Iran (Perse) ont officiellement commencé sous le règne des souverains Safavides en 1592. L’Iran était à cette époque l’enjeu de convoitises et suscitait l’appétit des différentes puissances du moment. Elles sont devenues vraiment consistantes lorsque l’Empire Safavide (1) affaibli, fit place à la dynastie Qajar ou Kadjars (2), qui dut rapidement s’employer à gérer la tour- mente interne, alors que des puissances coloniales rivales cherchaient immédiatement à s’implanter de manière durable dans la région. Les Portugais, les Britanniques, les Hollandais rivalisaient dans le sud et sud-est de la Perse, dans le golfe Persique, alors que la Russie n’avait aucun rival au nord et pouvait fondre plus au sud pour établir sa domination sur les territoires du nord de la Perse.
Miné par des querelles politiques internes, le gouvernement qajaride s’est trouvé dans l’incapacité de faire face au défi d’affronter et même de repérer la menace au nord que représentait la Russie. La cour royale affaiblie et en faillite sous Fath Ali Shah fut forcée de signer le célèbre Traité de Golestân en 1813, suivi par celui du Turkmanchai en 1928. Au cours de deux guerres contre la Perse, la Russie impériale continua sa percée au sud faisant perdre à la Perse son ancrage traditionnel en Asie centrale, grâce à sa puissance militaire. Les armées russes occupèrent la côte d’Aral en 1849, Tachkent en 1864, Boukhara en 1867, Samarcande en 1868, Khiva et Amudarya en 1873. Le traité d’Akhal devait achever le dépeçage de la Perse en fa- veur de la Russie. Celle-ci, en effet, redoutait l’avancée britannique dans le contexte du Grand jeu qui convoitait la Perse et l’Asie centrale pour consolider ses positions aux Indes britanniques.


Après la révolution d’octobre 1917, Moscou continua son engagement en Iran en aidant à la création d’une République socialiste soviétique perse en 1920, puis à celle de la République de Mahabad en 1945, qui ne dura que quelques mois. Cette république fut, au départ, aidée par le gouvernement soviétique de Moscou et se déclara indépendante. Qazi Muhamad nia cependant toute allégeance à Moscou, ce que ne pensaient pas les Britanniques. Finalement, les Britanniques, craignant l’influence soviétique, aidèrent le gouvernement central de Téhéran à mater la ré- volte kurde dès le retrait des troupes soviétiques. Son président, Qazi Muhamad, fondateur du Parti démocratique du Kurdistan, fut pendu par le gouvernement central de Téhéran en 1946. Parallèlement, eut lieu la création d’une république autonome portant le nom de Gouvernement du peuple d’Azerbaïdjan, présidée par Jafar Pishevari alors soutenu par l’URSS, sur le territoire de l’Azerbaïdjan iranien. Cette crise porte le nom de crise irano-soviétique et fut la toute première de ce qui allait devenir quelques années plus tard la guerre froide qui pèsera de tout son poids dans les rapports entre les Etats à la fin de la Seconde Guerre mondiale.


Après 1979 et l’avènement de la révolution islamique en Iran, l’Ayatollah Khomeyni considérait que l’Islam était incompatible avec l’idéologie communiste de l’URSS. Ce tournant politique et diplomatique, a permis le rapprochement de Moscou avec l’Irak, ennemi déclaré de la République islamique iranienne.


Pour la majeure partie de leur histoire respective, les relations entre la Russie et l’Iran furent placées sous le signe de l’agression, aussi bien territoriale que politique. Sous le règne du Shah, l’Iran était un important allié des États-Unis, qui cher- chaient à contenir l’Union soviétique. Après la révolution islamique, les relations sont demeurées tendues entre l’Iran et l’URSS. Cette dernière faisait partie des principaux fournisseurs d’armes à l’Irak lors de la guerre l’ayant opposé à l’Iran de 1980 à 1988.


Le dégel des relations entre les deux pays s’amorça après l’arrivée de Gorbatchev au pouvoir. Les Soviétiques se mirent alors à vendre des armes à la République islamique, à l’époque très isolée. Tout au long des années 90, ces deux pays se trouvèrent de nombreuses causes communes, notamment le soutien apporté à l’Ar- ménie chrétienne dans le conflit qui l’opposa à l’Azerbaïdjan musulman à propos du Haut-Karabakh, la résolution de la guerre civile de 1992 au Tadjikistan et l’op- position aux Talibans. En outre, l’Iran se garda d’intervenir dans les conflits qui éclatèrent dans le sud de la Russie et dans lesquels les Musulmans avaient joué une part importante, notamment en Tchétchénie.


La fin de la guerre Iran-Irak et la chute de l’empire soviétique vont entraîner un réchauffement certain des relations entre les deux pays. Achat d’armes de l’Iran à la Russie, acceptation de Moscou de développer le programme nucléaire iranien, deux aspects significatifs de l’évolution des rapports entre les deux nations ! La confron- tation avec les Etats-Unis et l’Union européenne, va définitivement consolider les relations entre l’Iran et la Russie mais également la Chine. 


En juin 2006, lors du sommet de l’Organisation de coopération de Shanghai, ouvrant une réunion bilatérale avec le Président de la République iranienne, Mahmoud Ahmadinejad, partant des liens désormais solides entre les deux pays, le Président Poutine déclarait: «l’Iran est pour nous un partenaire stable et, sans la moindre exagération, historique. Ces dernières années, les relations entre nos deux pays se sont considérablement renforcées ».
Dès lors on peut se poser la question suivante, pourquoi l’Iran revêt-il une telle importance aux yeux de la Russie et vice-versa ? 


Le développement des relations entre la Russie et les Etats musulmans est de- venu une priorité de la politique étrangère de Moscou. En dépit de la persistance du conflit tchétchène, cette stratégie russe s’affirme inlassablement et elle com- mence à porter ses fruits, non seulement avec l’Iran mais également avec des Etats traditionnellement installés dans la sphère d’influence américaine comme l’Arabie Séoudite, la Turquie ou encore l’Egypte. Dans cette quête de renforcement de la multipolarité, notamment l’encouragement au dialogue occident chrétien et orient musulman, la Russie poursuit des intérêts divers à la fois économiques et géostratégiques majeurs.


L’entente stratégique russo-iranienne : l’intérêt de la Russie pour l’Iran s’explique de plusieurs manières


Depuis la chute du régime irakien en 2003, la politique russe au Moyen- Orient  privilégie ses relations avec l’Iran, relations qui se sont étendues depuis le début des années 1990. Ce rapprochement s’est accentué de- puis 2005, aboutissant à un élargissement stratégique du champ d’action au Moyen-Orient, provoquant ainsi un climat de tension international. Le nouvel axe de la politique proche et moyen-orientale de la Russie réside dans la réactivation de relations et la remobilisation de réseaux qui avaient été développés à l’époque soviétique et délaissés après 1991, à la fois pour des raisons politiques et par manque de moyens. La Russie reprend la réalisation de plusieurs de ses intérêts, en tête desquels : •  La qualité des relations unissant ces deux pays dissuade l’Iran d’apporter son soutien aux rebelles musulmans qui défient les autorités dans le sud de la Russie, principalement en Tchétchénie. •  Au lieu de s’opposer, l’Iran et la Russie peuvent coopérer dans l’exploitation du bassin de la mer Caspienne, riche en ressources naturelles. •  Lors du deuxième mandat de Poutine, la Russie a pris une part plus active au Moyen-Orient et dans le monde islamique, aussi bien pour accroître son in- fluence politique que pour renforcer son poids commercial. La Russie considère l’Iran comme une puissance régionale qui pourrait dominer la région du Golfe et avec laquelle il est nécessaire de collaborer. 


•  La Russie et l’Iran font partie des pays qui étudient la création d’un cartel du gaz naturel rappelant l’OPEP. La Russie s’est efforcée de s’imposer face aux Etats- Unis pour créer une alliance avec la deuxième réserve mondiale de gaz. Moscou a su séduire les mollahs, par des accords pétro-gaziers, et notamment en leur fournissant du matériel de guerre d’une technologie récente. La Russie pouvait ainsi concrétiser un pacte avec les trois Etats pétroliers d’Asie centrale, aboutissant à la réalisation d’un pipeline passant sur son territoire et non par l’Afghanistan, faisant transiter pétrole et gaz vers l’Occident. 


En même temps, la Russie a éliminé la concurrence iranienne en la maintenant dans la crise, la privant de l’apport des investisseurs étrangers pour développer ses champs gaziers et pétroliers. L’objectif poursuivi par la Russie étant de faire éloi- gner l’Iran de toute tentative d’influence américaine qui a des intérêts majeurs à reprendre des relations pacifiques avec Téhéran notamment en ce qui concerne les gisements gaziers et pétroliers de l’Iran. L’appel du président américain Obama le vendredi 20 mars 2009 à l’occasion du nouvel an iranien à une meilleure rela- tion entre les deux pays en est peut-être la preuve de l’intérêt des Etats-Unis pour Téhéran au-delà de la violence verbale et des menaces américaines d’utilisation de la force armée. •  L’Iran offre d’importants débouchés pour l’industrie militaire russe ainsi que pour de nombreux autres produits exportés. Depuis 2001, la Russie et l’Iran ont signé des contrats d’armement dont la valeur est comprise entre 2 et 7 milliards de dollars. La Russie a tout intérêt à ce que le marché iranien ne subisse aucun fléchissement induit par les mesures de l’ONU. Sergei Ivanov, vice-premier ministre russe, et l’un des principaux candidats à la dernière élection présidentielle, a récem- ment confirmé la vente de missiles antiaériens, pour une valeur d’un milliard de dollars, ajoutant: «l’Iran ne fait actuellement l’objet d’aucune sanction» (3). 

 

La Russie reste hostile à toute intervention militaire contre l’Iran - une posi- tion qui s’est déjà traduite par la vente de nombreux équipements militaires, comme le système antimissile TOR M1 par exemple, pouvant être utilisé par l’Iran dans le cas d’une attaque américaine ou israélienne contre ses installations nucléaires - et même si des sanctions étaient adoptées par le Conseil de sécurité sous la pression des Occidentaux, Moscou pourrait sans grandes difficultés les contourner. Moscou a intérêt au maintien du statu quo. En effet, les intérêts russo-iraniens convergent toujours sur un certain nombre de sujets tels que la sécurité régionale, le commerce de l’armement conventionnel et du nucléaire civil, voire le rejet de la volonté hé- gémonique de Washington au Moyen-Orient, en Asie centrale et au Caucase. Une alliance pérenne avec l’Iran est vitale dans la stratégie d’accroissement de puissance de la Russie, néanmoins, des fissures dans le partenariat russo-iranien ne sont pas à écarter. 


Pour l’instant la Russie a même réussi le tour de force d’être le premier pays non musulman à être invité au sommet de l’OCI (Organisation de la conférence isla- mique, forte de 57 Etats membres) le 10 octobre 2003. C’est sans contestation, une victoire diplomatique majeure pour la Russie qui fait remarquer au passage qu’elle compte plus de 15% de musulmans et que huit de ses vingt et une républiques au- tonomes portent le nom de peuples musulmans. Je rappelle que la Russie a obtenu le statut de membre observateur de l’OCI grâce notamment à l’appui de l’Arabie Séoudite et de l’Iran ce qui peut paraître paradoxal.


Depuis lors, M. Poutine et d’autres dirigeants russes, dont le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, ne manquent pas d’affirmer que la Russie, « dans une certaine mesure, fait partie du monde musulman. Dans une entrevue accordée à Al-Jazira, le 16 octobre 2003, M. Poutine tenait à souligner que, contrairement aux musulmans vivant en Europe de l’Ouest, ceux de la Russie sont des autochtones. Il affirmait même que la présence de l’islam sur le territoire russe est antérieure à celle du christianisme (4)
Sur cette base, Moscou revendique désormais une relation politique privilégiée avec le monde arabe et musulman pris dans son ensemble. M. Poutine estime en effet que la Russie, Etat principalement européen, a un rôle historique à remplir comme médiateur entre le monde occidental et le monde musulman. La Russie est poussée par trois grandes raisons qui expliquent le sens et la portée de ses revendi- cations, et bien évidemment la politique qui en découlent. 


La première raison, vise à contrer les effets délétères de la guerre de Tchétchénie, tant en Russie que dans le reste du monde. L’objectif est d’éviter, ou tout au moins de limiter, la polarisation entre la majorité ethniquement russe et les musulmans de Russie, en renforçant notamment le sentiment d’appartenance de ces der- niers à l’Etat. « Il faut empêcher l’islamophobie », affirme, dans le même entretien, M. Poutine. Une tâche difficile lorsqu’on connaît la chasse menée, et pas seulement en Tchétchénie, contre tous ceux qui sont seulement soupçonnés d’être des fonda- mentalistes musulmans. « Le terrorisme ne doit être identifié à aucune religion, culture ou tradition », assure-t-il. Si, avant et peu après le 11 septembre 2001, il désignait les rebelles tchétchènes systématiquement comme des « terroristes fondamentalistes musulmans », il parle désormais de « terroristes liés à des réseaux criminels internatio- naux de trafiquants de drogue et d’armements », évitant souvent la référence à l’islam.

 

La deuxième raison est sans doute la volonté de recherche d’un lien privilégié avec le monde arabe et musulman. En effet, l’objectif affiché de la politique exté- rieure russe est de « renforcer la multipolarité dans le monde »  ; autrement dit, de soutenir et de développer des pôles de résistance à l’hégémonie et à l’unilatéralisme des Etats-Unis. Il s’agit de tirer avantage de l’hostilité générale à l’égard de la po- litique extérieure de Washington dans l’ensemble du monde arabe et musulman. Déjà, l’URSS se présentait comme l’allié naturel des Etats arabes anti-impérialistes et « d’orientation socialiste ». Désormais, la Russie veut tisser des liens étroits, non seulement avec l’Iran et la Syrie, mais aussi avec l’Arabie Saoudite, l’Egypte et la Turquie, depuis longtemps proches des Etats-Unis.


Les considérations économiques pèsent fortement, notamment dans le secteur de l’énergie, pilier essentiel du grand retour de la Russie sur la scène internatio- nale. Le Kremlin voit dans l’énergie nucléaire et dans l’exportation de centrales un important champ d’avenir susceptible de donner au pays une compétitivité inter- nationale dans des domaines de haute technologie et d’en faire autre chose qu’un exportateur de matières premières énergétiques. Il en va de même des exportations d’armements de pointe, secteur le plus performant de l’économie soviétique, qui s’est trouvé en sérieuses difficultés dans les années 1990.


Ce ne sont plus des alliances formelles que recherche le Kremlin. Tout comme dans l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS qui regroupe la Russie, la Chine, le Kazakhstan, le Kirghizstan, le Tadjikistan et l’Ouzbékistan, avec l’Iran en qualité d’observateur), ce sont des relations politiques fortes mais non contrai- gnantes que Moscou cherche à tisser. En même temps, la Russie ne veut pas se trouver en opposition directe avec les Etats-Unis. 


Enfin, le troisième ordre d’explication de cette nouvelle politique à l’endroit du monde musulman tient à la tortueuse quête d’identité de la Russie post-sovié- tique, autant sur le plan interne que sur le plan international. En ce sens, elle ne relève pas seulement d’un opportunisme politique circonstanciel ou momentané. En 2005, l’académicien Sergueï Rogov écrivait dans la revue officielle du ministère des Affaires étrangères que « le facteur islamique dans la politique russe est d’abord une question d’identité. »(5). Il ajoutait : « C’est là une des raisons pour lesquelles la Russie ne peut être un Etat-nation au sens européen du terme. » Avant de préciser : « Nos relations avec le monde islamique concernent directement notre sécurité. »
La Russie n’a t-elle pas menée une opposition farouche contre la guerre en Irak. Elle s’est en effet concertée avec la France, l’Allemagne et la Chine pour priver les Etats-Unis de la moindre chance de légitimer la guerre en Irak. Moscou voulait ainsi contribuer à faire émerger un nouveau noyau de multipolarité.


Les dirigeants russes, semblent inquiets des erreurs stratégiques des Etats-Unis et de leurs retombées sur la région toute entière. Face à l’absence de solution militaire dans la guerre d’Afghanistan et de l’Irak, le soutien inconditionnel et sans précédent de Washington aux politiques les plus intransigeantes d’Israël, les dirigeants russes considèrent que des attaques américaines sur l’Iran constitueraient une catastrophe dans les affaires mondiales et auraient des conséquences déstabilisatrices énormes dans cette vaste région proche de la Russie, dans plusieurs anciennes républiques soviétiques, et en Russie même.


C’est là une des clés pour comprendre la relation complexe et difficile que la Russie entretient avec l’Iran. Téhéran compte comme un partenaire géopolitique important, étant en plus le troisième principal client des industries d’armements russes après la Chine et l’Inde, ainsi qu’une vitrine pour l’exportation contrôlée de centrales nucléaires. Ses dirigeants se sont toujours abstenus d’exprimer un soutien à la rébellion tchétchène. Les deux pays ont coopéré pour soutenir très activement les forces d’opposition armée aux talibans en Afghanistan, bien avant que les Etats- Unis ne le fassent. Il faut se rappeler que l’Afghanistan des talibans a été le seul Etat du monde à reconnaître l’indépendance de la Tchétchénie : ce faisant, les talibans ont apporté des aides substantielles aux résistants tchétchènes.

Paradoxalement , la Russie ne s’empêche pas de dénoncer les dépassements ver- bales du président iranien Mahmoud Ahmadinejad sur Israël, les qualifiant je cite, de « honteux », et exerce sur Téhéran des fortes pressions , notamment en votant avec Washington, au Conseil de sécurité de l’ONU, des sanctions économiques qu’elle a toutefois fait limiter de manière à exclure une quelconque action militaire. Je pense en effet que la Russie souhaite probablement vivre avec un Iran doté de l’arme nucléaire que de devoir faire face aux conséquences monstrueuses et déstabi- lisatrices d’une attaque américaine sur Téhéran, ce qui explique l’ambivalence de la politique russe envers l’Iran. Je rappelle d’ailleurs que d’autres pays adoptent, d’une certaine manière, la position russe ; je pense notamment à la Turquie et à l’Arabie Séoudite et ce pour les mêmes raisons. 


Ils en en craignent en effet les conséquences aussi bien chez eux que dans la ré- gion. La Russie a même cherché à créer de nouvelles relations avec l’Arabie Saoudite que le président Poutine a visité en février 2007 (ce fut la première visite d’un haut officiel russe de la nouvelle ère post-soviétique). Il a proposé des contrats de construc- tion de centrales nucléaires et des ventes d’armements . Il a également plaidé pour l’augmentation du nombre de musulmans russes autorisés à se rendre au pèlerinage annuel de La Mecque. De son côté les Saoudiens ont adopté un profil bas notam- ment sur la question tchétchène qu’ils soutenaient jadis ouvertement sans aller pour autant jusqu’à la reconnaissance de l’indépendance de cette province rebelle. 


L’intérêt de l’Iran 


Les responsables iraniens tentent de tirer profit de l’émergence d’un monde multipolaire et de sortir d’un isolement imposé. Les dirigeants iraniens réservent à la Russie une place importante dans la politique extérieure de la République isla- mique. Ils développent leurs relations avec Moscou, partenaire d’importance, ainsi qu’avec des pays asiatiques comme la Malaisie, ou l’Indonésie. Les échanges se déve- loppent aussi avec l’Inde, mais surtout avec la Chine, partenaire commercial majeur, en dépit des distances que Pékin entend affirmer vis-à-vis de la politique nucléaire de Téhéran. Le dernier sommet de la Caspienne a consacré les retrouvailles irano- russes, qui visent surtout à contrer l’influence américaine dans la région. Quels sont par conséquent les intérêts qui guident le réchauffement des relations de l’Iran avec son grand voisin russe ? 


À la faveur de la crise en Géorgie, La Russie a cherché à renforcer ses liens avec des pays, tels que l’Iran et le Venezuela. À la vue du fossé grandissant entre les Etats-Unis et la Russie, il représente une occasion immanquable pour Téhéran de neutraliser les efforts du Conseil de sécurité de l’ONU d’imposer des sanctions plus sévères sur l’Iran vis-à-vis de son programme nucléaire et d’explorer une coopéra- tion stratégique supplémentaire voire plus constructive avec la Russie et la gauche latino-américaine, face à la menace commune de l’unilatéralisme des Etats-Unis. C’est un des intérêts majeurs de Téhéran: sortir de son isolement politique et géos- tratégique que la guerre en Afghanistan et en Irak a favorisé.


L’autre intérêt majeur de l’Iran est de s’assurer le soutien politique et diplo- matique de la Russie dans le bras de fer que se livrent les officiels Iraniens et les Etats-Unis notamment sur le dossier nucléaire qui semble, d’après des observateurs, bien avancé. En effet, depuis l’arrivée de Barack Obama à la Maison Blanche, la diplomatie n’a jamais été aussi active au Moyen-Orient. Israël et la Turquie apaisent leurs tensions après la guerre de Gaza, la Turquie et la Syrie réaffirment leur rap- prochement, la Syrie souhaite renouer le dialogue avec Israël si ce dernier accepte le principe des territoires en échange de la paix, et les Américains jouent les grands médiateurs dans la région. 


En même temps l’Iran continue inlassablement ses recherches nucléaires. Aussi, si jamais il devait y avoir une offensive en Iran, un des points  d’entrée à l’ouest pour l’armée américaine serait la Turquie qui a une frontière conséquente avec le nord de l’Iran, mais également l’Irak qui possède une longue frontière (environ 1500km) au sud avec l’Iran, finissant au Chatt el-Arab ou « Arvand Rud » dans le jargon iranien. Pour rappel les Turcs sont les alliés des Américains au sein de l’OTAN, et l’armée américaine possède de nombreuses bases dans le pays. Les relations amé- ricano-turques sont décrites comme étant « stratégiques » par les deux parties. On peut également évoquer le rapprochement des Etats-Unis avec la Syrie voulu par l’administration Obama.
La nouvelle approche des relations syro-américaines, ne peut avoir qu’un sens : la neutralisation d’une possible entrave en cas de conflit ouvert avec l’Iran. Le Royaume-Uni, deuxième contingent en Afghanistan et en Irak, a aussi multiplié les contacts diplomatiques et les appels du pied à la Syrie ces dernières semaines. Une manière de faire comprendre au président syrien que les intérêts à long terme de Damas sont avec l’Ouest. Les Etats-Unis jouent aussi un rôle actif pour la reprise des négociations de paix entre Israël et la Syrie. 


Un autre moyen d’accélérer la neutralisation d’un des principaux éléments déstabilisant la région avant le grand face-à-face qui se prépare entre d’un côté l’Ouest et ses alliés, de l’autre l’Iran et ses satellites (Hezbollah, Hamas). Pendant que Téhéran, garde le cap mettant en avant le droit inaliénable à chaque pays de développer du nucléaire civil, les Etats-Unis placent leurs pions. Au sud de l’Iran chiite, les Etats-Unis ont ceinturé l’Iran, via les bases américaines autour du Golfe. Jouissant de la faveur de leurs alliés sunnites de la péninsule arabique, les Américains sont présents au Qatar, au Koweït, en Arabie Séoudite, dans les Emirats arabes Unis, et dans le sultanat d’Oman. Au Nord-Est de l’Iran, les Etats-Unis contrôlent des territoires en Afghanistan et luttent contre les insurgés talibans même si une victoire militaire semble de plus en plus improbable. Barack Obama a d’ailleurs promis un renfort avec l’envoi de nou- velles troupes américaines dans le pays qui sombre dans une instabilité chronique. Un réajustement qui tombe à pic alors que les Etats-Unis vont perdre la plus grande frontière qu’ils contrôlent avec l’Iran, à savoir la frontière irano-irakienne. Enfin, au sud-est de l’Iran il y a le Pakistan, un des principaux alliés de Washington en Asie Centrale.

 

Dans le Caucase, les Américains ont un pied-à-terre en Azerbaïdjan, qui a une frontière au sud avec l’Iran, où ils peuvent utiliser les installations militaires. Pour toutes ces raisons hautement valables, l’Iran a compris que sa place se trouve du côté russe et la sauvegarde de ses intérêts nationaux et stratégiques passent par une alliance avec le grand voisin russe. Téhéran sait la portée de la Russie et sa puissance régionale et internationale. Téhéran est persuadé à juste titre que si les Etats-Unis et Israël décident d’atta- quer l’Iran, la Russie ne pourra être ignorée. Ses intérêts dans la région sont nom- breux. Elle participe d’ailleurs à l’élaboration des installations nucléaires iraniennes. De surcroît sa place de membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU pour- rait aussi poser un problème. La Russie l’avait déjà montré par le passé en s’oppo- sant notamment avec la Chine, au durcissement des sanctions contre l’Iran.

 

Le fossé croissant entre les Etats-Unis et la Russie, que la dernière guerre en Géorgie et le souhait des Etats-Unis d’installer un système anti-missiles en Pologne , a mis au grand jour, représente une occasion pour Téhéran de neutraliser les efforts du Conseil de sécurité de l’ONU d’imposer des sanctions plus sévères sur l’Iran vis-à-vis de son programme nucléaire et d’explorer une coopération stratégique sup- plémentaire et plus constructive avec la Russie et la gauche latino-américaine, face à la menace commune de l’unilatéralisme des Etats-Unis. L’Iran encouragé d’ailleurs par l’excellence de ces relations avec la Russie et pa- radoxalement par la dégradation des relations de cette dernière avec les Etats-unis, s ‘est lancé dans une politique d’alliance stratégique tous azimuts dont le rappro- chement avec des pays de l’Amérique latine est l’exemple concret. Récemment la Bolivie a ouvert la voie à un nouveau chapitre de la coopération économique et stratégique lors de la visite du président Evo Morales à Téhéran. La République isla- mique mise sur des investissements lourds dans le secteur énergétique bolivien ainsi que sur d’autres grands projets dont certains impliquent d’autres pays d’Amérique centrale et latine, comme le Venezuela et le Nicaragua, sans oublier Cuba. 


Certes la Bolivie est peut-être un pays pauvre, mais elle est stratégiquement si- tuée et représente une alliée importante pour l’Iran, pouvant agir comme catalyseur afin d’améliorer la coopération croissante de l’Iran avec les autres nations latines, en particulier celles qui sont considérées à gauche ou populistes. D’un point de vue iranien, le bénéfice indirect du rapprochement irano-bolivien, est que cela fait bien comprendre à Moscou les services que Téhéran peut rendre en renforçant le credo anti-unipolaire de Moscou, qui a été exprimé récemment par le Président Dimitri Medvedev dans son discours majeur de politique étrangère. Utilisant des formules issues du langage de la guerre froide, Medvedev a ouvertement fait allusion à l’in- tention de la Russie de continuer de créer une «sphère d’influence» politique et il s’est assuré de rajouter «pas seulement avec nos voisins». 


De ce point de vue, le président Ahmadinejad s’est inscrit en rupture avec son prédécesseur Mohammed Khtami qui s’est attaché à réaliser la détente avec l’Ouest au détriment du reste du monde. Il est vrai que sous sa présidence, l’actuel président iranien, s’est attaché à ouvrir l’Iran vers les pays d’Amérique centrale et latine, ce qui est en soi une conception stratégique nouvelle que ses conseillers ont apporté au gouvernement iranien et qui sonne aujourd’hui comme un des acquis majeurs de l’actuel président Ahmadinejad en matière de politique étrangère, dans la pers- pective de la toute prochaine élection présidentielle. 


Il est clair que l’Iran continue à profiter des retombées de la crise géorgienne, et le rapprochement avec l’Amérique latine est de nature à dynamiser la coopération géopolitique et géostratégique avec la Russie et également la Chine. De part sa diplomatie mondiale notamment au sein des non-alignés, l’Iran a une influence globale plutôt disproportionnée qui dépasse de beaucoup sa contribution dérisoire à l’économie mondiale (moins de 1%), et ce pays est bien positionné et prédis- posé à s’atteler au train du nouveau front mondial anti-hégémonique que mène au- jourd’hui la Russie et la Chine. La présence de l’Iran en tant que membre observa- teur au sommet de l’Organisation de coopération de Shanghai [OCS] à Douchanbe est sans doute un succès pour Téhéran. En effet, la Russie et la Chine ont accepté d’étendre le rôle et la contribution des nations qui y ont un statut d’observateur, dont l’Iran. En conséquence, l’Iran est aujourd’hui à un doigt de rejoindre l’OCS, alors sa qualité de membre à part entière n’est qu’une question de temps. 


Par conséquent, les Etats-Unis ne peuvent continuer à ignorer l’Iran, alors que la République islamique joue efficacement comme un jeune partenaire de Moscou en tissant les fils d’un lien organique avec les gouvernements de gauche ou popu- listes d’Amérique Latine et du reste du monde. Plus ces liens seront organiques ou à multiples facettes, plus grande seront la valeur et l’importance attachées à l’Iran par les nations-clés de l’OSC, en tête desquelles la Russie et la Chine, comme cela peut être vu dans la visite du président bolivien, en ce sens que la diplomatie iranienne agit sur deux fronts simultanément, régional et international.


Une coopération militaire qui se fait au détriment de l’industrie militaire américaine La multiplication, depuis 2000, des visites des officiels russes et iraniens tantôt en Iran tantôt en Russie, laisse supposer la bonne stabilité des relations entre les deux pays notamment quant il s’agit de gros contrats commerciaux dans le secteur stratégique représenté par la technologie militaire. Le but de ce rapprochement était de revoir les relations entre les deux pays dans le domaine de la vente d’armes et du soutien technique.


 On parle déjà de plusieurs milliards de dollars début 2000 et une coopération étroite en matière de technologie nucléaire. La nouvelle administration américaine s’est alors empressée de critiquer ce rapprochement le qualifiant de très dangereux pour la région du Proche-Orient et pour l’Europe. La question qui se pose néan- moins est la suivante: est-ce que le rapprochement entre Moscou et Téhéran consti- tue une menace pour le Proche-Orient et pour l’Occident, comme le sous-entend Washington, ou au contraire une concurrence gênante pour l’industrie militaire américaine ? Pour répondre à cette question il faut rappeler d’abord le contexte de la coopération russo-iranienne, les contrats existants entre la Russie et l’Iran et notamment l’accord de 1995.


Quel est le contexte de la coopération militaire russo-iranienne ?
Il faut d’abord rappeler que l’Iran a pour voisins à l’ouest l’Irak et la Turquie, au nord-ouest l’Arménie et l’Azerbaïdjan (pays membres de la Communauté des Etats Indépendants – CEI), à l’Est de la mer Caspienne le Turkménistan (CEI) ; sa frontière orientale est commune avec l’Afghanistan et le Pakistan ; enfin, toute sa façade méridionale est bordée par le golfe arabo-persique et le golfe d’Oman, de part et d’autre du détroit d’Ormuz. Cette réalité géographique suffit à comprendre l’intérêt grandissant de la Russie pour ce pays.


Afin de bien comprendre la situation, il convient de connaître ce qui lie les différents protagonistes entre eux. Nous savons que l’Iran est ou était un client de la Russie pour l’armement. De même, nous savons que les Etats-Unis d’Amérique et la Russie ont signé un accord obligeant cette dernière à arrêter ses ventes d’armes à l’Iran.


C’est dans le cadre de la lutte contre l’expansion de ce qu’il est convenu d’ap- peler le terrorisme international que le 30 juin 1995 la Russie et les Etats-Unis ont signé un accord (Albert Gore – Victor Tchernomyrdine), limitant la coopération militaire entre les deux pays. Les Etats-Unis considèrent en effet l’Iran comme un pays islamiste, voire Etat-voyou «Rogue State», et de surcroît l’Iran est une base d’islamistes fondamentalistes encourageant un terrorisme international essentielle- ment anti-américain. Dans cet accord, il est prévu que la Russie cessera de vendre des armes ou d’apporter une assistance technique à l’Iran et s’engage également à ne plus signer de nouveaux contrats d’armement avec l’Iran dans l’avenir.


Il faut rappeler néanmoins que la Russie est engagée par d’anciens contrats d’ar- mement avec l’Iran, qu’elle devait honorer. Aussi le délai prévu pour l’application de cet accord russo-américain, s’explique par la nécessité pour Moscou d’honorer ses obligations pour toute une série de contrats déjà signés que voici :
• Le contrat du 5 novembre 1989, portant sur la livraison de 24 avions MiG- 29 Fulcrum, 12 avions SU-24MK Fencer, 2 systèmes anti-aériens S-200 VE (SA-5 Gammon) et Ve-GA-E pour un montant de 1,3 milliards de dollars. Le matériel a été fourni entre 1990-1994, mais il reste à livrer 12,2 millions de dollars de muni- tions et pièces de rechange diverses. Le contrat prévoit également que durant dix ans à partir de la dernière livraison de matériel, la Russie fournira des pièces de rechange ;
• Le contrat du 17 mai 1990 portant sur la livraison de sous-marins (projet 877 EKM ) et autres modèles. Les sous-marins ont été fournis entre 1993-1999, mais des produits spéciaux pour un montant de 1,2 millions de dollars doivent encore être livrés. La validité du contrat va jusqu’en 2008 ;
M. Troudi - Les relations irano-russes Géostratégiques n° 24
170
• Les contrats du 24 avril 1991 portant sur l’apport d’une aide technique dans la construction des installations et entretien des sous-marins. Il reste à fournir divers services pour un montant de 1,5 millions de dollars ;
• Le contrat du 13 novembre 1991 portant sur la vente des licences et organisa- tion de la production en Iran de 1000 chars T-72, 1500 véhicules blindés BMP-2 et des munitions pour un montant de 2,2 milliards de dollars. Entre 1993-2000, 422 T-72 et 413 BMP ont été produits pour un montant de 668 millions de dollars. Le reste du contrat sera rempli avant 2011 ;
Il faut rappeler par ailleurs, qu’en 1998, les officiels iraniens ont émis le souhait de poursuivre leur coopération avec la Russie. Téhéran s’est dit intéressée d’ac- quérir 8 systèmes anti-aériens S-300PMU1 (SA-10 Grumble), 1000 missiles por- tables antiaériens 9M39 Igla, 25 hélicoptères Mi-17-1V, 8 avions SU-25 Frogfoot, 8 systèmes antiaériens S-200VE, des stations radar 67N6E Gamma-DE et 39N6E Kasta-2E2 (ciblant des objets respectivement à haute et basse altitude), ainsi que d’autres matériels pour un montant de près de 2 milliards de dollars.


Les Iraniens se sont aussi intéressés au missile antichar 9P135M1 Konkurs-M, développé par une société de Toula, capable de percer un blindage de 800 mm, avec une portée de 75 m à 4 km le jour et jusqu’à 2,5 km de nuit. Il remplacera les armes antichars française et américaine en service dans l’armée iranienne. Lors d’un récent voyage d’une délégation militaire iranienne, le choix de Téhéran s’est porté sur l’achat d’un système anti-aérien Tor M1 et OSA-AKM dont la Grèce et la Chine ont fait l’acquisition.
Devant ces contrats juteux représentant des sommes colossales, l’on peut penser à juste titre que la Russie est contrariée par l’accord du 30 juin 1995 passé avec les Etats-Unis. Par conséquent, son application stricte ferme à la Russie un marché très important pour son complexe industriel d’armement ; selon les experts russes, le préjudice est estimé à plus de 4 milliards de dollars. Dans ces conditions, deux solutions s’offrent à Moscou : soit renier sa signature, soit trouver d’autres motifs permettant de revoir l’application de l’accord. Elle choisira la deuxième solution sous la pression notamment des représentants de l’industrie militaire mais égale- ment pour des raisons d’intérêts stratégiques comme je l’ai rappelé plus haut.


Comment la Russie est-elle revenue sur l’accord de 1995  et sur son application ?
En raison de ces marchés potentiels, la Russie a donc revu l’application de l’ac- cord du 30 juin 1995 en s’appuyant sur deux articles : l’article 5, qui prévoit que si la situation politique et générale en Iran évolue, les obligations des parties peuvent être revues ; et l’article 7, qui prévoit également que si des pays tiers revoient leurs positions par rapport à l’Iran, les obligations des parties peuvent être revues. Outre ces deux articles, la Russie a motivé la révision de l’accord en déclarant que les Etats- Unis n’ont pas respecté leurs obligations. En effet, Washington n’a jamais cessé de fournir des armes à l’Iran par le biais de pays du Proche-Orient, arguant du fait que l’armée iranienne est équipée de missiles de fabrication américaine. 


De plus, les Etats-Unis emploient activement le système de double standardisa- tion afin de fermer ces marchés à la Russie. On peut facilement imaginer que des pièces de rechange de MiG-29 ne sont pas adaptables sur des F/A-18. Le choix du fournisseur d’armement d’un pays implique donc de garder ce même fournisseur durant toute la durée de vie de l’armement. C’est d’autant plus valable pour l’arme- ment de haute technologie qui demande une assistance technique continue pour assurer son bon fonctionnement par le pays vendeur.


La situation entre les Etats-Unis et la Russie a rapidement évolué après l’élec- tion de Vladimir Poutine comme Président de la Fédération de Russie. L’attention portée par la Russie à son client iranien ne s’est pas relâchée, comme en témoigne les positions tranchées sur la vente d’armes à l’Iran au niveau des officiels russes tel le président Poutine, le secrétaire du Conseil de sécurité russe, Sergueï Ivanov, ou encore le chef de la direction internationale du ministère de la Défense, le colo- nel-général Léonid Ivachov (6). A partir de novembre 2000 les Etats-Unis ont été informés que la Russie n’était plus liée par l’accord du 30 juin 1995. 


En réponse au retrait unilatéral de la Russie de l’accord et à la reprise des re- lations avec l’Iran, les Etats-Unis menacent la Russie de sanctions économiques. Le gouvernement russe a déclaré pour sa part qu’il maintiendra ses contacts avec l’Iran et ne prendra pas (ou plus) de décisions contraires à ses intérêts. De plus, la Russie confirme qu’elle ne vendra pas d’armes ou technologies permettant la proli- fération d’armes de destruction massive conformément aux traités internationaux en vigueur. La Russie a fait savoir qu’elle n’avait que faire de ces menaces et qu’elle poursuit désormais une politique en accord avec ses intérêts immédiats, à moyen et à long terme. La position tranchée de la Russie sur sa coopération militaire avec la République islamique, laisse penser à un renforcement de cette coopération. Quelles sont par conséquent les perspectives de cette collaboration irano-russe?


On peut penser qu’elle sera très dense, un signe qui ne trompe pas, le gouverne- ment iranien a déjà préparé un programme de réarmement sur 25 ans avec l’appui technique de la Russie. 


Concrètement, l’Iran est intéressé par une coopération avec la Russie dans les domaines suivants : création d’un système de défense antiaérien ; création d’un système de défense antiaérien contre les missiles tactiques (nucléaires ou non) ; création d’une industrie militaire ; fabrication sous licence de matériels pour les trois armées (terre, air, mer) ; modernisation du parc aérien existant ; et création de centres de service, entretien et formation. Il faut noter bien évidemment la coo- pération dans le domaine nucléaire avec l’achat par l’Iran d’un deuxième réacteur nucléaire pour la centrale de Bouchehr, construite d’ailleurs avec l’assistance de la Russie.


On peut affirmer que les menaces de sanctions économiques des Etats-Unis à l’encontre de la Russie, ne sont en aucun cas destinées à empêcher la République is- lamique de se procurer des armes notamment à Moscou. Derrière une fausse justifi- cation désormais bien rodée, celle de vouloir combattre le terrorisme et l’intégrisme religieux, se cache la raison essentielle qui guide l’action américaine: vouloir se pré- server une part importante du marché d’armement, stratégique pour les industries d’armement américaines et dont la force de pression n’est plus à démontrer. Je rappelle qu’entre 1970 et 1978, les Etats-Unis ont vendu à l’Iran pour 20 milliards de dollars d’armement et équipements militaires. Il est donc facile d’imaginer que les Etats-Unis voudraient retrouver un marché vierge de concurrence. 


On peut penser qu’à un moment donné, Washington a quasiment réussi puisque la Russie ne vendait plus d’armement à l’Iran et que l’armement américain se vendait par l’intermédiaire de pays tiers du Proche-Orient, en dépit de l’hostilité mutuelle qui caractérise les Etats-Unis et la République islamique depuis l’avène- ment de la révolution islamique iranienne en 1979. 


Aujourd’hui, la situation a changé et se présente difficilement pour les Etats- Unis. En effet, la politique extérieure dite « de guerres préventives » menée par l’administration sortante ultra-conservatrice, ne permet pas de reprendre directement contact avec l’Iran pour mettre en concurrence ses matériels militaires avec ceux des Russes. Ce serait pour Washington le désaveu de toute sa politique extérieure contre le terrorisme. Par ailleurs, le canal de vente, par le biais des pays du Proche-Orient, n’est pas compétitif face aux Russes qui cherchent depuis deux décennies à conso- lider leurs relations avec l’Iran, notamment en matière de coopération militaire et énergétique.


En définitif, cette situation signifie pour les Etats-Unis la perte totale d’un marché important pour son industrie militaire. Dans ces conditions, on comprend mieux l’agacement et les vives critiques américaines à l’adresse de la Russie.


Une entente stratégique en matière d’énergie


En effet, on peut penser que la Russie et l’Iran sont probablement sur le point de jeter les bases d’une nouvelle donne énergétique mondiale prenant ainsi de court les pays consommateurs notamment l’Europe. L’enjeu économique et stratégique et d’une grande importance si ce « Yalta énergétique » venait à se concrétiser.


Les faits remontent en effet au dernier sommet de l’Organisation de coopération de Shanghai, où les deux plus gros producteurs de gaz du monde, la Russie et l’Iran, ont conclu un accord stratégique qui défend non seulement leurs intérêts com- muns, mais aussi ceux du Pakistan et de l’Inde et probablement du Turkménistan et de la Chine. Une première lecture de cet accord semble confirmer l’idée d’un bon avenir économique d’une bonne partie de l’Asie au moment où celui des États-Unis et dans une moindre mesure de l’Europe occidentale, est compromis.


« Yalta » du gaz en Eurasie


L’accord russo-iranien aboutira à la répartition des débouchés entre les deux principaux producteurs mondiaux de gaz naturel : la Russie fournira l’Europe et l’Iran vendra son gaz à l’Inde et au Pakistan.
« Gazprom est prêt à soutenir financièrement et techniquement la construc- tion du gazoduc Iran-Pakistan-Inde. C’est un projet rentable et parfaitement réa- lisable », a déclaré le 15 juin 2006 le président russe Vladimir Poutine, en marge du sommet de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS). Cette initiative a donné le coup d’envoi de sérieux changements sur le marché gazier eurasiatique.
L’idée d’un gazoduc reliant l’Iran au Pakistan et à l’Inde a été proposée par Téhéran en 1996. La canalisation sera longue de 2 775 km et coûtera la somme de 7 milliards de dollars, délai des travaux prévu pour la fin de l’année en cours. À partir de 2010, l’Inde et le Pakistan pourront recevoir 35 milliards de m3 de gaz par an, et 70 milliards en 2015. C’est Gazexport, filiale de Gazprom, qui s’occupait de ce projet, avant d’être relayée par le département des relations économiques extérieures de Gazprom.


Au plan économique, ce gazoduc apparaît comme une nécessité absolue. Le projet promet des avantages majeurs à l’Inde, car il lui permettra de se faire livrer du gaz iranien bon marché : de source iranienne, on estime que la construction de cette canalisation fera économiser à l’Inde 300 millions de dollars de dépenses énergétiques par an. Le Pakistan a lui aussi besoin de ce gazoduc pour recevoir du gaz naturel (Islamabad sera obligé d’importer du gaz dès 2010), et le transit lui rapportera 500 à 600 millions de dollars. 
Quant à la Chine, vu la croissance de sa demande de matières énergétiques, il est envisagé de prolonger ultérieurement la canalisation jusque dans la province chinoise du Yunnan. Ce projet est d’autant plus stratégique que ses risques po- litiques ont sensiblement diminué ces derniers temps. Les autorités indiennes ont longtemps refusé ce partenariat, craignant que le Pakistan ne soit pas capable d’assurer la sécurité du gazoduc. Des garanties ont été obtenues notamment du Pakistan et ce dernier s’est engagé à assurer la sécurité du gazoduc qui passerait par son territoire. Le projet a notamment aujourd’hui l’aval du nouveau président pakistanais élu Asif Ali Zardani.


Les réserves iraniennes prouvées de gaz naturel s’élèvent à 28 000 milliards de m3, et la production de gaz augmente de 10 % par an. A l’heure actuelle, la quasi- totalité de la production est consommée dans le pays : 100 milliards de m3 sont livrés aux consommateurs commerciaux (dont les centrales électriques, qui en brû- lent 35 milliards), et 40 milliards de m3 sont injectés dans les gisements pétroliers pour maintenir le débit des puits de production. Le réseau de gazoduc iranien dépasse les 22 000 km, les capacités d’exportation du pays s’accroissent et font de l’Iran un concurrent puissant de la Russie. Ce n’est pas un hasard si l’Europe cherche à lier à l’Iran une bonne partie de ses plans de diversification des livraisons de gaz. Dans cette optique, la participation de Gazprom au projet de gazoduc Iran- Pakistan-Inde peut être considérée comme un coup de maître dans la concurrence pour le marché européen en ce sens que le projet permettra de canaliser une bonne partie des ressources iraniennes à l’est et, pour le moins, de retarder leur apparition en Europe.


Dans le contexte géo-économique, une importance exceptionnelle revient à l’initiative gazière annoncée par Téhéran à Shanghai. Au cours de son entretien avec le président russe Vladimir Poutine, le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a proposé de décider ensemble des prix du gaz et des principaux flux du « combustible bleu ».


Il n’est pas exclu que ce rapprochement entre la Russie et l’Iran dans le secteur gazier créera les conditions nécessaires à l’émergence d’une organisation de pays producteurs de gaz, analogues au cartel pétrolier. L’unification des réseaux de trans- port de gaz russe et iranien permettra à Gazprom de participer à la gestion de la quasi-totalité du système de gazoducs asiatiques. D’autant plus que la Turkménie envisage d’intégrer ce système (grâce au gazoduc Turkménie-Iran déjà existant). L’Asie centrale suivra, et il en résultera un marché du gaz qui réunira la Turkménie, l’Iran, le Pakistan, l’Inde et la Chine.


L’initiative de Téhéran signifie que l’Iran, qui possède les plus importantes ré- serves de gaz après celles de la Russie, n’entend pas concurrencer Moscou dans ce domaine, mieux il lui propose de coordonner leurs actions sur le marché mondial, y compris concernant la politique des prix et du transport. L’alliance gazière russo- iranienne pourrait, dans ce cas, contrôler 43 % des réserves mondiales prouvées et définir à long terme les principaux paramètres de développement du marché eura- siatique, voire mondial. L’Iran est peut-être en train de réaliser un grand coup d’une grande importance stratégique qui pourrait peut-être lui permettre de sortir de son isolement et retrouver ainsi sa place dans le concert des nations.


Même si la création d’un cartel gazier est peu probable dans un proche avenir, en effet l’homme fort de la Russie, le Président Poutine a écarté cette éventualité. « Le cartel, c’est l’OPEP ; nous, nous aurons une coentreprise », a-t-il déclaré à Shanghai. Poutine est conscient que de telles initiatives sont de nature à porter atteinte à la réputation de la Russie en tant que postulant à l’organisation du G8 et en tant que candidate au rôle de garant de la sécurité énergétique internationale. Cependant, il faut relativiser cette idée et ne pas oublier les ententes bilatérales déjà réalisées avec des fournisseurs de gaz actuels ou potentiels, que ce soit avec l’Algérie, ou encore la Libye et l’Iran. Rien n’empêche par conséquent que ces accords peuvent devenir dans un avenir proche des instruments efficaces de régulation du marché du gaz dans l’intérêt des producteurs que sont essentiellement la Russie et l’Iran.


La participation de Gazprom au projet de gazoduc Iran-Pakistan-Inde s’avère donc doublement avantageuse pour la Russie. Un concurrent potentiel (l’Iran) dirige ses ressources vers l’est, diminuant ainsi sensiblement les chances des Européens de diversifier leurs sources d’approvisionnement en gaz. Dans le même temps, en acquérant de nouveaux moyens d’influer sur la distribution de gaz à l’échelle de l’Eurasie, la Russie met en œuvre sa propre stratégie de diversification des marchés. Un coup de maître géopolitique qui peu s’avérer lourd de conséquence pour l’Europe et les Etats-Unis.


Pour toutes ces raisons, il serait bon du point de vue européen d’éviter une al- liance russo-iranienne, qui créerait à l’évidence un axe de dépendances nuisibles sur deux enjeux majeurs : la sécurité et l’énergie. En d’autres termes, il paraît essentiel, pour l’Europe, de ne pas laisser la Russie et l’Iran s’entendre afin de ne pas avoir à l’avenir à faire face à une telle union de puissances. 


Il ne serait pas suffisant d’instaurer une relation triangulaire ; l’UE ne devrait pas se contenter de n’être que l’un des trois sommets. Il est recommandé plutôt d’agir de manière à éloigner l’Iran de la Russie et la Russie de l’Iran. 
On peut en outre affirmer que si ce ne sont pas les pays européens qui s’im- miscent, alors ce sont les Etats-Unis qui pourraient bien réagir, de manière plus radicale comme ils le font sur le volet combien sensible des ventes d’armes et de la coopération militaire, entre la Russie et l’Iran.


Notes 
1. Safavide : La dynastie des Séfévides ou Safavides (Safaviān en langue perse)) a régné sur l’Iran de 1501 à 1732, elle a succédé à la dynastie des Timourides fondée par Tamerlan. Les Safavides constituent la première dynastie iranienne indépendante à régner sur l’Iran depuis près de 1000 ans 2. Qajar ou Kadjars: Dynastie d’origine turkmène qui a régné sur l’Iran de 1786 à 1925. La période Qajar est marquée par la résignation de l’Iran face aux appétits Russes et Britanniques dans le cadre de ce que l’on a appelé « le Grand jeu », qui renvoie à la rivalité coloniale entre la Russie et la Grande Bretagne en Asie au XIXème siècle. Rivalité qui a eu pour conséquence notamment la création de l’ac- tuel Afghanistan comme Etat tampon. 3. Gregory Feifer, Russia Finds an Eager Weapons Buyer in Iran, rapport NPR, 18 jan- vier 2007. 4. L’islam a commencé à se répandre sur le territoire actuel de la Russie dès la fin du VIIe siècle, alors que ce n’est qu’à la fin du Xe que le premier Etat russe a adopté le christianisme comme religion officielle.
5. Mezhdunarodnaya Zhizn, vol. 51, n° 4, Moscou, 2005. 6. Le général Ivachov est vice-président de l’Académie russe des problèmes géopo- litiques. Il a été chef du Département des affaires générales du ministère de la Défense de l’Union soviétique, chef du Département de coopération militaire du ministère de la Défense de la CEI, secrétaire du Conseil des ministres de la Défense de la CEI et chef d’état-major interarmées de Russie.

NEO – Russian-Iranian Creation of New Regional Security Systems

Jim Dean banner

The West's targeting Eurasia for with neo-colonialism has them scrambling to defend themselves

 …by  Vladimir Yevseyev,   … with  New Eastern Outlook, Moscow

___

CIS Countries

CIS Countries

Editor’s note: We have the first article from a New Eastern Outlook talent, Vladimir Yevseyev, Ph.D, Head of the Caucasus Department of the CIS Institute, Commonwealth of Independent States.

He joins a long list of others who have contributed to VT’s partnership with NEO, to shift away from OpEd overkill on Internet geopolitical writing and give our readers more exposure to those whose actually do this for a living.

Not a small part of the contribution to what has been a treasure trove of material has been the quality of the Russian educational system, where the graduates of the top schools are among the best in the world in their areas. Some of this is due to there being no affirmative action curves in Russian academics, and the competition for the top schools is fierce.

Of course VT has contributed to them, not only via Gordon’s and my articles, but also those by William Engdahl, whom we had recommended and who has developed a huge following there.

Much of that is due to his having worked on that side of the world for several decades, and he was already known. Gwenyth Todd, also from our VT board, has written for NEO when not busy with her outback animal rescue ranch, down under in Australia.

Azerbaijan has the second highest military spending per capita

Azerbaijan has the second highest military spending per capita

Gordon and I felt that VT should play a major role in punching holes in the American media censorship of expert foreign geopolitical writing being done to more easily fulfill its various propaganda tasks and goals for a variety of special interests. You know who most of them are.

Vladimir’s piece today is a difficult one, as it deals with an area of complex and competing interests of the various countries in dual layers.

You have the regional issues, such as fighting terrorism and enhancing trade, and then the competing bilateral issues, where they come down on different sides of the fence, like Syria and Egypt.

If nothing else, reading this today will give you a better feel for what a tough job the CIS country diplomats have combating the chaos theory being put upon them with the West’s New Cold War initiatives. Divide and conquer is the name of that game — using sanctions, terror, and traditional military threats to “pursue our interests” as General Dempsey described it.

We are living in dangerous times, not due to enemies abroad, but bolstered by those here in the West who view their own countries as vast plantations and, after milking them dry, are cranking up a rebirth of colonialism to find new markets to add to their loot. It’s a nasty world… Jim W. Dean ]

_________________________________

CIS_meeting_2008

-  First published  …  April 11, 2015  -

It is quite obvious that Russia cannot substitute the West, and in particular European countries, with someone else. It is impossible for historical and cultural reasons, the abundance of industrial relations, geographical proximity and so on.

Moscow can however substantially weaken such dependency through the strengthening of political, military, financial and economic relations with other countries which are friendlier and less susceptible to pressure from Washington. Islamic Republic of Iran (IRI) holds a special place amongst countries friendly to the Russian government, and strategic dialogue is being actively developed with it.

Vladimir Putin with Iran's Ali Akbar Velayati

Vladimir Putin with Iran’s Ali Akbar Velayati

It should be mentioned that the visit to Moscow at the end of January 2015 by the special representative, the foreign policy adviser of Iran’s supreme leader, Ali Akbar Velayati, was highly valuable to the development of Russian-Iranian relations.

During this visit Ali Akbar Velayati met with President Vladimir Putin and delivered a personal message from the Iran’s Supreme Leader Ayatollah Seyyed Ali Khamenei.

Beside him, the Russian representatives during the meeting with President Vladimir Putin were: the Minister of Foreign Affairs Sergei Lavrov and Minister of Energy Alexander Novak. It was not accidental that the latter was present.

He was instructed to explore the possibility of new, “non-primary” forms of economic partnership between our countries amidst the collapse of world oil prices, calling into question the practicability of “the big oil contract” between Moscow and Tehran…“Iranian oil in exchange for Russian goods”.

The main issue was preparing a new agenda for Russian-Iranian talks. In the economic sphere, it involves the realization of five major ready-to-implement projects:

These include the construction of two new reactors at the Bushehr nuclear power plant, the creation of an “energy bridge” through Azerbaijan territory, the reconstruction of the Iranian railway, as well as a significant expansion of cooperation in the spheres of gas and agricultural products supply.

This will partially replace Russian losses from financial and economic sanctions imposed against it by the West. Further strengthening of relationship between our countries is encouraged by the fact that Tehran, as much as possible, restrains the development of economic relations with Beijing in view of the real danger of expansion of the Chinese goods on its market.

Opening up one's markets to China comes with some risks

Opening up one’s markets to China comes with some risks

Since the economic potentials of said countries are incomparable, the opening of its market to the People’s Republic of China will lead to serious problems for some industries of Iran.

In these circumstances Tehran is very interested in the expansion of the Russian presence in the Iranian economy, especially in its strategic sectors such as energy, industrial equipment, transportation, and others.

Nevertheless, cooperation on regional security is not of lesser interest, especially in view of prolongation and intensification of crises in Syria, Iraq, Afghanistan and Yemen. Positions of Moscow and Tehran coincide on the majority of aspects. They are particularly interested in the restriction of American, Saudi Arabian and to some extent Turkish activities.

This allows to raise the matter of Moscow and Tehran creating new security systems in the Near and Middle East, Central Asia and South Caucasus. The distinguishing factor is that the said systems of regional security will be founded on a non-bloc basis and consideration of the interests involved in this process states.

And the composition of specific participants of regional security systems will be determined by a number of factors, among which we should highlight not only the friendly stance towards Moscow and Tehran but also the possibility of actual participation in the settlement of regional problems.

For example, Kazakhstan is the most likely partner in Central Asia. It is more difficult with regards to Afghanistan or Syria where Moscow and Tehran see different participants of such systems. Specifically in settling the Afghan problem Iran would like to involve India, while the Russian Federation wants to involve Pakistan.

Yemen has not been drawn into the vortex, for opposing a puppet government

Yemen has not been drawn into the vortex, for opposing a puppet government

A similar situation exists in Syria where a possible offer to Egypt to participate in a new security system may encounter opposition from not only Tehran but also Damascus.

The reason for this is that Egyptian authorities are too financially dependent on Riyadh as shown for example in their support of the international coalition against the Houthis in Yemen.

But in reality Cairo isn’t planning on getting involved in this armed conflict until there is a real threat of closure of the Bab el-Mandeb Strait, connecting the Red Sea with the Gulf of Aden of the Arabian Sea. This strait allows the transportation of marine cargo, including oil-tankers, to the Suez Canal and then onward to Europe.

One should especially consider the matter of establishing a security system in the South Caucasus. Here, Russia and Iran are compelled to rely on a rather difficult partner – Turkey. Nevertheless, it is entirely possible, despite Turkey’s membership to NATO, aspiration to enter into the European Union and considerable regional ambitions.

The basis for this is the fact that the Russian government managed to build a partnership relation with Ankara in political and economic spheres. It was facilitated by several factors: economo-centrism, geographical proximity and historically determined commitment to avoid mutual confrontation.

Of course there remain serious misunderstandings between Moscow and Ankara on the Syrian and Yemen issues. In particular, the President Recep Tayyip Erdogan is still convinced that the removal from power of Bashar al-Assad, including by force, is necessary. As a consequence, Turkey remains a breeding ground of radical Islamist terrorists and provides them with considerable support in conducting military operations against the Syrian Army.

Erdogan has been active geopolitically, but kept his military out,  so far

Erdogan has been active geopolitically, but kept his military out, so far

Moreover, Turkey tries to convince the USA of the need to create, near the Syrian-Turkish border, a buffer zone to locate the Syrian opposition leadership, the multitudes of refugees and training camps for militants. But even there the Turkish army does not get involved in the fighting.

It is a different situation in Iraq where Turkey is actively coordinating with the leadership of Iraqi Kurdistan, the President Masoud Barzani, in the economic sphere in exchange for a serious commitment not to interfere with the internal Turkish affairs, especially on the Kurdish question.

Simultaneously, attempts are made to negotiate with the leaders of the “Islamic State”, which is reasonable considering the previous involvement of the Turkish secret service in the military preparation of Islamists for Mosul takeover.

Serious activity of Ankara is observed in Yemen in opposition to Shiite Houthis that is caused by its dependence on Riyadh and its own regional ambitions. But all of this has no direct link to a security system in the South Caucasus.

All in all, Russia and Turkey have enough difficulties cooperating in the Near and Middle East because of opposing views on the events in Libya, Egypt, Syria and Yemen. At the same time, cooperation between the two countries on Iraq, Lebanon and Palestine is possible. But this is practically non-existent in regards to Iranian-Turkish cooperation that is more of an economic nature.

There are considerably more opportunities present for cooperation between Moscow, Tehran and Ankara in the South Caucasus. At a first glance, serious opposition is observed on the issue of ownership of Nagorno-Karabakh. But Russia, Turkey and Iran do not want to be drawn into a regional war with unpredictable consequences. Limited interaction of Moscow and Ankara on Abkhazia and even Adjara is also possible.

Azerbaijan  has been a swing player...close to the Israelis, and Iran, too.

Azerbaijan has been a swing player…close to the Israelis, and Iran, too.

More importantly, the joint efforts of the three countries to prevent the destabilization of Azerbaijan, where the decline in oil production, the radicalization of first and foremost the religious society and the brutal suppression of ethnic conflicts and any dissent are all increasingly growing socio-economic problems.

This is partially resolved by the mass migration of the working population to Russia. However, against the background of said economic problems, including financial and economic sanctions of the West, a part of labor migrants will return to Azerbaijan and, not finding work there, will participate in anti-government protests under religious slogans.

Special attention should be given to the issue of Russian-Iranian and Russian-Turkish relations in the conditions of the financial and economic sanctions imposed by the West against Moscow. For instance, according to Turkish sources, exports to Russia in 2013 were at an estimated $7 billion, of which $1.2 billion accounted for the product category that fell under the retaliatory sanctions of Moscow against European states, including fresh fruit and vegetables.

The members of Turkish association of agricultural products exporters came up with an idea to equate the Russian import customs duties for goods from Turkey to European custom duties, which would allow increasing the above-mentioned $1.2 billion to $3-4 billion annually.

In turn, Rosselkhoznadzor exceptionally allowed Turkey to import fruit and vegetables into Russia through the territory of Ukraine, notwithstanding the ban on import and transit of all vegetable products from this country, imposed on October 22. To do this Turkey assumed liability for the safety of such a transit.

Both Turkey and Iran are certain that “sanctions are not the way that leads to expected results in politics.” And they are not compelled to observe them if such sanctions were taken unilaterally, i.e. bypassing the UN Security Council. 

As a result Turkey, despite strong pressure from the USA and its European allies, refuses to implement financial and economic sanctions against the Russian Federation, which serves as the foundation for the development of bilateral relations. In respect of Iran that practically has been under unilateral sanctions from the West since the moment of its inception, it is in principle impossible.

Globally, Russian-Turkish relations have good economic prospects, which will allow for bilateral trade to double by 2020, representing $65 billion per year. It serves as a reference for Moscow and Tehran, who should in the near future reach the $5 billion level in turnover with the prospect of increasing it to $10 billion, but even that will not allow them to reach the level of current trade relations between Turkey and Iran with an annual range of $15 billion.

The move in this direction will allow our countries to build a solid foundation of trilateral relations, which is a prerequisite for the organization of a new security system in the South Caucasus.

Russia and Iran have an important role to play in the formation of security systems in the Near and Middle East, Central Asia and South Caucasus. They are able to offer a new principle of their creation based on the non-bloc structure and consideration of the interests of states involved in this process.

It is already possible to implement it in the South Caucasus due to the interest of our states and Turkey in maintaining stability in the region of Nagorno-Karabakh and nearby Azerbaijan. The basis for this is to strengthen cooperation of these states in the economic sphere.

Vladimir Yevseyev, Ph.D, Head of Caucasus Department of the CIS Institute, exclusively for the online magazine “New Eastern Outlook”.

 

Jim W. Dean, Managing Editor

 
Jim W. Dean is managing editor of Veterans Today wearing many hats from day to day operations, development, writing and editing articles. He also has an active schedule of TV and radio interviews as do the other VT editors, and will have a show on our new VT Radio and TV platform. He is hoping to refresh and move over a lot of his Heritage TV archive of 200 shows done during his Atlanta public TV years.
View Jim's Full Biography >>>
View Jim's Latest Articles >>>