Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pyramides et énergie libre : Des secrets qui nous sont cachés .

Publié le par José Pedro

Pyramides et énergie libre : Des secrets qui nous sont cachés .

De nombreux domaines de recherche sont prospectés par des scientifiques en marge du mouvement scientifique général, dans le domaine des énergies libres, de la fusion à froid, des ondes scalaires vectorielles, des courants et bobines de Tesla, la cavité de Schumann,  les résonances de Schumann, les courants induits, les énergies telluriques.

pyramid-846x383

Les pyramides, sont considérées comme des tombeaux. Or dans aucune d'entre elles nous trouvons traces de sarcophages ou d'inscriptions royaux stipulant qu'il s'agit de tombeaux de rois. Alors pourquoi nous dit ont le contraire en permanence ?! Parce que les vérités changeraient la donne pour les élites qui nous contrôle. L'aire du pétrole et du nucléaire sont révolus. Réveillez-vous ! prenez conscience de l'importance de "l'énergie libre", et des changements bénéfiques pour nos vies. Cela peut régler une grande partie de nos problèmes !! Il parait assez évident que cette technologie soit connue depuis les travaux de Tesla (fin du XIXe/début XXe)

 Il s’agit d’une des pièces du puzzle qui pourrait nous amener à comprendre que s’il y a bien une stratégie du secret autour de ces technologies c’est donc qu’elle traduit la volonté de contrôle de la majorité de la population, via l'asservissement au pétro-dollar, en particulier...

Un ingénieur informaticien Égyptien dévoile à Total-Green le secret de l’énergie libre des pyramides.

Le secret réside dans un cristal de quartz de forme pyramidale et qui est utilisé comme source d’énergie primaire dans le Métatron-H. C’est cet appareil qui sera réservé aux temples religieux, aux églises, aux centre de santé & vitalité, aux centres de méditations, aux centres de recherches en éveil spirituel et autres.

 

Cette énergie électrique à ceci de particulier, c’est qu’elle est douce, harmonisante et permet le recueillement et l’éveil de la conscience.

Cette technologie, comme toutes les technologies conçues, mise au point et brevetées par Total-Green, est réservée aux membres du Club Privilège de Total-Green.

Total-Green demeure toujours le leader mondial de l’énergie libre. Vous verrez de nombreux énoncés de d’autres sources affirmant qu’ils détiennent le « secret », mais on constate rapidement en creusant un peu que leur systèmes ne sont pas au point. Seul Total-Green dispose d’une technologie non seulement fonctionelle à 100%, mais également brevetée, sous différentes formes, dans plusieurs pays.

capteur_scalaire-846x383

Capteurs d’ondes scalaire primaires qui permettent la transformation d’énergie solaire en énergie électrique, grâce aux I.P.S. de Total-Green.

Grâce à cette nanotechnologie Sunfix, la génératrice I.P.S. (In Power Source System) produira l’énergie électrique nécessaire pour votre maison, votre commerce ou votre usine. Ce système peut fournir de 20 à 100KW, selon vos besoins.

Les bâtiments religieux du Québec (Canada) seront les premiers clients corporatifs avec certaines co-ops d’habitations écologiques.

Des mini-centrale de 400 à 1000 KW peuvent être installées pour des petites villes et plus grandes productions commerciale et industrielle.

capteur_scalaire2

Énergie libre des I.P.S. de Total-Green

Il s'agit d'une énergie produite à partir de source naturelle primaire qui est transportée magnétiquement à une source d'énergie secondaire de production électrique, qui elle fournit l'électricité nécessaire, sans arrêt, à vie. Peut aussi servir de chargeur à batterie et pile, si nécessaire, et selon les demandes spécifiques des clients membres du Club Privilège de Total-Green

http://www.ipstotalgreenenergy.com/capteur-scalaire-sunfix/

http://savoirtoutetplus.canalblog.com/archives/2015/02/16/31534454.html

Nikola Tesla

Le maitre de l'induction magnétique

 

Nikola Tesla est né dans la nuit du 9 au 10 juillet 1856 à minuit, de parents serbes, dans le petit village croate de Smiljan, près du mont Velelit. Son père, le révérend Milutin Tesla avait quitté l'armée pour les ordres après s’être rebellé. Sa mère Duka avait un sens inné de l’invention et l'enfance de NikolaNikola Tesla jeune fut émaillée de mille petites astuces et travaux de cette mère qui ne savait pas lire mais qui savait par cœur des volumes entiers de poésie. Nikola héritera de cette prodigieuse mémoire car il était capable de déclamer des textes entiers de Goethe.

Il partit à new York en 1884, avec dit-on 4 cents en poche, la tête pleine de plans de machines tournantes et volantes et de poésie. Se battant pour ses idées, ses différences de vues avec Einstein sur l’éther furent l’objet de vifs débats entre eux.

Après avoir été boudé pendant des décennies, être passé au travers de cabales destinées à le faire tomber dans l’oubli, le génial Nikola Tesla revient en force dans la quête de l’Energie Libre, mais pas avec ce que notre époque, qui utilise pourtant une partie de ses travaux, lui doit encore.

MoteurRappelons qu’il est l’inventeur du moteur asynchrone, qu’il a introduit l'utilisation du courant alternatif, mono et multiphasé, et inventé la célèbre bobine à induction qui porte son nom.

 Pourquoi dit-on maintenant que Tesla est un génie ? Parce que, dans notre pays, c'est seulement de nos jours que l'on prend connaissance de ce que Tesla avait imaginé, mieux, fabriqué de ses propres mains. Ses inventions censurées permettent de dire aujourd’hui que l’on est passé à côté d’une autre forme de civilisation.

Vers 1890 Nikola Tesla découvrit que l’énergie électrique pouvait être propagée à travers la Terre et autour de celle-ci dans une zone atmosphérique, appelée la cavité de Schumann, comprise entre la surface de la planète et l’ionosphère, à environ 80 km d’altitude.

Des ondes électromagnétiques de très basses fréquences, autour de 8 Hz (la résonnance de Schumann ou pulsion du champ magnétique terrestre), se propagent pratiquement sans perte vers n’importe quel point de la planète.

Le système de distribution de force de Tesla et son intérêt pour l’énergie libre impliquaient que n’importe qui dans le monde pouvait y puiser, à condition de s’équiper du dispositif électrique idoine, bien accordé à la transmission d’énergie.

"Avant longtemps, nos machines seront alimentées par une énergie disponible en tout point deTour de Wardencliffl'univers. L'idée n'est pas nouvelle. Nous la trouvons dans le mythe d'Anthée, qui tire l'énergie de la Terre. A travers tout l'espace se trouve de l'énergie. Cette énergie est-elle statique ou cinétique ? Si elle est statique, nos espoirs sont vains; si elle est cinétique, et nous savons qu'elle l'est, les hommes réussiront bientôt à connecter leurs machines aux grands rouages de la nature." Nikola Tesla.     (Extrait d'une conférence du 20 mai 1891 à l'American Institute of Electrical Engineers de New York)

La menace pour les intérêts des distributeurs électriques provoqua la suppression de financements et le retrait progressif du nom de Tesla des livres d’histoire. En 1895, il était un génie. En 1917, il n’était plus rien.

L’idée maîtresse de Tesla était que la Terre, avec son atmosphère formait un immense condensateur dans lequel il suffisait de puiser. Pour bien le prouver, Tesla alluma 200 lampes (10.000 watts en tout) à 40 km de distance de la source d'électricité, sans fils de connexion.

Nikola Tesla et sa bobineLa Terre et l’atmosphère formant un système résonant, l’astuce était d'en "ouvrir le robinet " en créant un système oscillatoire harmonique sur les mêmes fréquences. A cette époque des débuts de la radio, quand les chercheurs étaient moins spécialisés et travaillaient avec tout ce qui leur paraissait relié à leur passion, il était probablement plus facile pour Tesla de comprendre ces principes.

Il travailla d’ailleurs sur les hautes fréquences, fabriqua des télécommandes sans fil, expliqua comment pouvait fonctionner ce qui deviendra ensuite le microscope électronique et découvrit le principe des radars etc.

Il a laissé 135.000 pages de documents qui sont loin d’être toutes exploitées. La légende s’empare de lui car son approche du futur paraît être la bonne.

On peut affirmer que Tesla a été le plus grand génie inventif du vingtième siècle, peut- être le plusGénérateur à énergie radiantegrand depuis Léonard de Vinci. Tesla était un personnage remarquable même s’il restait énigmatique aux yeux de tous. Il était connu pour son mode de vie excentrique, mais il a conservé malgré tout un profil social élevé. Tesla avait de nombreux amis, dont Samuel Clemmons, alias Mark Twain.

Quand on insiste auprès de nos "bons ingénieurs" (qui par le fait lui dMontage Nikola Teslaoivent leur moyens d'existence),  ceux-ci vous diront que Tesla a inventé le courant alternatif et la "bobine Tesla" dont ils se servent quotidiennement, mais ils ne pourront probablement rien vous dire sur ses autres brevets (700) pas plus que sur sa capacité à tirer de l’électricité de l’atmosphère, ou ses conclusions disant que la Terre elle-même était un condensateur, ou ses expériences de transmission d’électricité autour du globe, virtuellement dans n’importe quel endroit de la planète.La rayon de la mort

A l’âge de 86 ans, Tesla ruiné, est décédé d’une thrombose coronaire dans sa chambre au New York Hôtel dans la 43èmerue le 7 janvier 1943. Le médecin nota qu’il ne voyait pas de circonstances suspectes. Quelques jours plus tard, le FBI s’est intéressé à ses papiers dont certains traitaient de nouvelles torpilles, de "rayons de la mort" et de bien d’autres inventions.

Tesla était convaincu du fait que l’Energie Libre existait. Son histoire est bien connue d’un petit groupe de chercheurs et scientifiques dont des russes particulièrement qui consultent les notes et papiers de Tesla au musée de Belgrade.

Comme la plupart des précurseurs, ses idées lui venaient quasiment abouties, parfois dans des rêves. Il y aurait tant à dire sur Nikola Tesla que le sujet est inépuisable, une simple recherche sur Internet vous en convaincra.

 

Nikola Tesla agé

 

Les 112 brevets de Nikola Tesla - Cliquer sur le titre pour consulter ou télécharger le brevet
Brevet Jour Année Mois Titre
1 334 823 26 1886 Janvier Commutator for Dynamo Electric Machines
2 335 786 9 1886 Février Electric Arc Lamp
3 335 787 9 1886 Février Electric Arc Lamp
4 336 961 2 1886 Mars Regulator for Dynamo Electric Machines
5 336 962 2 1886 Mars Regulator for Dynamo Electric Machines
6 350 954 19 1886 Octobre Regulator for Dynamo Elecric Machines
7 359 748 22 1887 Mars Dynamo Electric Machine
8 381 968 1 1888 Mai Electro Magnetic Motor
9 381 969 1 1888 Mai Electro Magnetic Motor
10 381 970 1 1888 Mai System of Electrical Distribution
11 382 279 1 1888 Mai Electro Magnetic Motor
12

382 280

1 1888 Mai Electrical Transmission of Power
13 382 281 1 1888 Mai Electrical Transmission of Power
14 382 282 1 1888 Mai Method of Converting and Distributing Electric Currents
15 382 845 15 1888 Mai Commutator for Dynamo Electric Machines
16 390 413 2 1888 Octobre System of Electrical Distribution
17 390 414 2 1888 Octobre Dynamo Electric Machine
18 390 415 2 1888 Octobre Dynamo Electric Machine or Motor
19 390 721 9 1888 Octobre Dynamo Electric Machine
20 390 820 9 1888 Octobre Regulator for Alternate Current Motors
21 396 121 15 1889 Janvier Thermo Magnetic Motor
22 401 520 16 1889 Avril Method of Operating Electro Magnetic Motors
23 405 858 25 1889 Juin Electro Magnetic Motor
24 405 859 25 1889 Juin Method of Electrical Power Transmission
25 406 968 16 1889 Juillet Dynamo Electric Machine
26 413 353 22 1889 Octobre Method of Obtaining Direct from Alternating Currents
27 416 191 3 1889 Décembre Electro Magnetic Motor
28 416 192 3 1889 Décembre Method of Operating Electro Magnetic Motors
29 416 193 3 1889 Décembre Electro Magnetic Motor
30 416 194 3 1889 Décembre Electric Motor
31 416 195 3 1889 Décembre Electro Magnetic Motor
32 417 794 24 1889 Décembre Armature for Electric Machines (A. Schmid & N. Tesla)
33 418 248 31 1889 Décembre Electro Magnetic Motor
34 424 036 25 1890 Mars Electro Magnetic Motor
35 428 057 13 1890 Mai Pyromagneto Electric Generator
36 433 700 5 1890 Aout Alternating Current Electro Magnetic Motor
37 433 701 5 1890 Aout Alternating Current Motor
38 433 702 5 1890 Aout Electrical Transformer or Induction Device
39 433 703 5 1890 Aout Electro Magnetic Motor
40 445 207 27 1891 Janvier Electro Magnetic Motor
41 447 920 10 1891 Mars Method of Operating Arc Lamps
42 447 921 10 1891 Mars Alternating Electric Current Generator
43 454 622 23 1891 Juin System of Electric Lighting
44 455 067 30 1891 Juin Electro Magnetic Motor
45 455 068 30 1891 Juin Electrical Meter
46 455 069 30 1891 Juin Electric Incandescent Lamp
47 459 772 22 1891 Septembre Electro Magnetic Motor
48 462 418 3 1891 Novembre Method of and Apparatus for Electrical Conversion and Distribution
49 464 666 8 1891 Décembre Electro Magnetic Motor
50 464 667 8 1891 Décembre Electrical Condenser
51 487 796 13 1892 Décembre System of Electrical Transmission of Power
52 511 559 26 1893 Décembre Electrical Transmission of Power
53 511 560 26 1893 Décembre System of Electrical Power Transmission
54 511 915 2 1894 Janvier Electrical Transmission of Power
55 511 916 2 1894 Janvier Electric Generator
56 512 340 9 1894 Janvier Coil for Electro Magnets
57 514 167 6 1894 Février Electrical Conductor
58 514 168 6 1894 Février Means for Generating Electric Currents
59 514 169 6 1894 Février Reciprocating Engine
60 514 170 6 1894 Février Incandescent Electric Light
61 514 972 20 1894 Février Electric Railway System
62 514 973 20 1894 Février Electrical Meter
63 517 900 10 1894 Avril Steam Engine
64 524 426 14 1894 Aout Electromagnetic Motor
65 555 190 25 1896 Février Alternating Motor
66 567 818 15 1896 Septembre Electrical Condenser
67 568 176 22 1896 Septembre Apparatus for Producing Electric Currents of High Frequency and Potential
68 568 177 22 1896 Septembre Apparatus for Producing Ozone
69 568 178 22 1896 Septembre Method of Regulating Apparatus for Producing Currents of High Frequency
70 568 179 22 1896 Septembre Method of and Apparatus for Producing Currents of High Frequency
71 568 180 22 1896 Septembre Apparatus for Producing Electrical Currents of High Frequency
72 577 670 23 1897 Février Apparatus for Producing Electric Currents of High Frequency
73 577 671 23 1897 Février Manufacture of Electrical Condensers, Coils, &c
74 583 953 8 1897 Juin Apparatus for Producing Currents of High Frequency
75 593 138 2 1897 Novembre Electrical Transformer
76 609 245 16 1898 Aout Electrical Circuit Controller
77 609 246 16 1898 Aout Electric Circuit Controller
78 609 247 16 1898 Aout Electric Circuit Controller
79 609 248 16 1898 Aout Electric Circuit Controller
80 609 249 16 1898 Aout Electric Circuit Controller
81 609 250 16 1898 Aout Electrical Igniter for Gas Engines
82 609 251 16 1898 Aout Electric Circuit Controller
83 611 719 4 1898 Octobre Electrical Circuit Controller
84 613 735 8 1898 Novembre Electric Circuit Controller
85 613 809 8 1898 Novembre Method of and Apparatus for Controlling Mechansim of Moving Vessels or Vehicles
86 645 576 20 1900 Mars System of Transmission of Electrical Energy
87 649 621 15 1900 Mai Apparatus for Transmission of Electrical Energy
88 655 838 14 1900 Aout Method of Insulating Electric Conductors
89 11 865 23 1900 Octobre Method of Insulating Electric Conductors
90 685 012 22 1901 Octobre Means for Increasing the Intensity of Electrical Oscillations
91 685 953 5 1901 Novembre Method of Intensifying and Utilizing Effects Transmitted Through Natural Media
92 685 954 5 1901

 

Résonance de Schumann et signaux rythmique de la Terre

  

En 1957, le Pr. O.W.Schumann (Université Munich) découvre les Ondes Transversales Magnétiques Terrestres aujourd’hui connues sous le nom d’Ondes de Schumann ou Résonance de Schumann. Il s’agit d’un phénomène atmosphérique naturel et permanent qui se propage autour de la Terre sous la forme d’une Onde Radioélectrique. Il faut tout d’abord savoir que la Terre est entourée d’une épaisse couche de particules chargées électriquement et ionisées appelée IONOSPHERE. Cette couche d’air ionisé s’étend sur une épaisseur qui va de 60/80 Km à 640 Km ; c’est le bouclier qui protège la Terre contre les vents solaires et les rayons cosmiques et réfléchit en outre les ondes radio. L’ionosphère est une couche épaisse fortement chargée qui forme avec la Terre un véritable condensateur ; ainsi la Terre est chargée négativement et l’ionosphère positivement, ce qui crée entre les deux une différence de potentiel variable de 200 volts par mètre en moyenne. Ce qui fait un véritable générateur électrique et les vents solaires, en interaction avec l’atmosphère en rotation, agissent comme des balais sur le collecteur d’un générateur. Terre et Ionosphère contiennent assez d’énergie potentielle (au moins 3 milliards de KW) chacune pour que l’excitation résonnante de la cavité Terre/Ionosphère augmente l’amplitude de fréquences Schumann naturelle, facilitant le captage de puissance électrique utile.

 

 

La Terre est en effet un grand conducteur sphérique et l’Ionosphère un plus grand conducteur encore. Les deux réunis constituent les plaques parallèles d’un condensateur d’un « condensateur sphérique » d’une capacité de 1500 microfarads pour la cavité totale Terre/Ionosphère. Dans les années 50, Russes et Américains s’intéressent aux travaux de M.TESLA, donc de l’Ionosphère, et se rendent vite compte que de puissantes émissions d’ondes ionisantes ont le pouvoir de modifier le climat. Ils leurs suffit d’activer les Electrons qui composent les différentes couches de l’atmosphère jusqu’à en modifier la densité. Le système HAARP de modification du climat est déjà là et nous lui consacrerons un chapitre.

Selon R.Miller « le champ magnétique » entourant la Terre peut être comparé à un gel assez ferme. Lorsque nos corps se déplacent et vibrent, ces mouvements sont transmis à l’environnement et vice-versa. Lorsque nous sommes normalement debout sur le sol, nous sommes « à la Terre » au sens électrique du terme.. Alors nos corps agissent comme de vidanges pour le champ électrostatique et déforment les lignes de force. Rappelons que le champ humain possède ainsi son propre champ électrostatique autour de lui, des lignes de champ résultant de diverses réactions biochimiques dans le corps ; le Bio champ qui en résulte, nous accouple au champ isoélectrique de la planète. En 1957, Schumann calcula les fréquences de la résonance Terre/Ionosphère et repéra la principale onde permanente à environ 7,83 Hz (cycles par seconde), chiffre confirmé plus tard par Koenig. Cette onde coincée dans la cavité d’air comprise entre la surface du sol et l’Ionosphère se répercute sans fin à la même fréquence de 7,83 car constamment réactivée. En fait, cette pulsation se nourrit de l’activité électrique des orages (à l’échelle du globe, il y a près de 300 éclairs à la seconde) mais aussi du vent solaire et de ses rafales de photons à hautes énergies qui viennent en permanence caresser les couches les plus hautes de notre atmosphère, l’électrisant progressivement et saturant la haute atmosphère de charges électriques qui constituent l’Ionosphère. Toutefois, en fonction du jour, de la nuit, des saisons, la pression du « souffle » solaire sur la haute atmosphère augmente ou diminue et l’épaisseur de l’ionosphère s’en ressent tout comme l’atmosphère terrestre. Rappelons que ces ondes Schumann vibrent à la même fréquence que les ondes cérébrales des êtres humains et des mammifères en général.

Selon HAIMSWORTH, le fait que les signaux naturels de la RS ont une influence sur l’évolution du modèle des ondes cérébrales montrent que tout les champs électriques de faible puissance  sont susceptibles d’exercer une telle influence, autrement dit, que les champs électriques produits inconsidérément par les technologies humaines modernes peuvent constituer « des sources de changements » comme par exemple, à plus ou moins long terme, l’extinction progressive des espèces existantes. Cela se comprend aisément puisqu’il s’agit d’un système accordé constitué d’au moins 20 oscillateurs dont les fréquences naturelles de résonance sont identiques. Si les oscillateurs commencent à émettre, il active aussitôt l’autre par une sorte de processus de résonance dans les neutrons. HAIMSWORTH cite le cas où, lorsqu’un homme est en méditation profonde (marquée par des ondes aux rythmes Alpha et Thêta qui traversent son cerveau) une entrée en résonance peut se faire entre l’être humain et la planète Terre. La planète Terre, en effet communique avec nous selon ce langage primitif des fréquences. Même la santé des hommes semble liée aux paramètres géophysiques par le biais des résonances de Schumann. Comme la fréquence des signaux RS est déterminée par les dimensions de la cavité entre la Terre et l’Ionosphère, tout ce qui modifie ces dimensions, modifiera aussi les fréquences de Résonance, comme par exemple, les tempêtes de l’Ionosphère qui provoquent des modifications magmatiques sous forme de tempêtes géomagnétiques qui peuvent intervenir dans la modification des signaux RS. En effet, les fréquences des signaux RS varient en fonction des conditions Ionosphériques qui changent quotidiennement de façon saisonnière et selon les variations de l’activité solaire qui, à son tour, varie selon le cycle de 11 ans de tâches solaires et du cycle lunaire de 27/29 jours, surtout durant les périodes de tâches solaires minimales. Les marées lunaires, en affectant la hauteur et l’épaisseur des couches peuvent modifier les dimensions de la cavité et par conséquent les fréquences RS ; c’est aussi les signaux ELF de HAARP envoyés par des hommes inconscients des dangers qu’ils font peser sur l’humanité, car il faut le rappeler, ces ondes RS vibrent à la même fréquence que les ondes cérébrales des êtres humains soit 7,8 Hertz ou cycles par secondes. C’est la fréquence de Résonance de l’Hypothalamus et l’unique fréquence commune à tout les mammifères, alors que le rythme Alpha peut varier d’une personne à une autre (entre 9 et 11 Hertz) la fréquence de 7,8 Hertz est commune à absolument tous. C’est une constante biologique sous laquelle la vie humaine est impossible, c’est dire son importance.

Ainsi, lorsque les astronautes rentraient de leurs missions spatiales, ils avaient tous de sérieux problèmes de santé. En effet, lorsqu’ils volaient au dehors de l’Ionosphère, il leur manquait cette fréquence vitale de 7,8 Hertz. Pour résoudre ce problème majeur, on installa à bord des vaisseaux de l’espace des générateurs d’ondes de Schumann artificielles. La NASA a, sur ce sujet, multiplié les études et prouvé que si l’on enferme quelqu’un dans un bunker totalement isolé magnétiquement, de graves problèmes de santé surviennent rapidement accompagnés de rythmes cardiaques complètement anarchiques. Dés que l’on émet des pulsations de 7,8 Hertz à l’intérieur, immédiatement les conditions se stabilisent. Notons encore que beaucoup de problèmes cardiaques surviennent durant les tempêtes électromagnétiques sur Terre ; ils sont dus aux perturbations de ces ondes RS ou onde Schumann. Actuellement, toutes les recherches faites sur la RS indiquent que la fréquence de base de la RS a augmenté dangereusement créant une menace pour toute la Biosphère et pour la santé et l’avenir de l’espèce humaine. Rappelons que tous les processus biologiques sont fonction des interactions du champ électromagnétique. Ces champs EM constituent le lien entre le monde des formes et les schémas de résonance ; ils stockent les configurations et les modèles d’information. Enfin, le pont qui relie les résonances du système solaire et les fréquences cérébrales se situe dans l’hélice de l’ADN humain. HAIMSWORTH, comme Schumann se rendit vite compte que la santé des hommes, leur existence même était liée à des paramètres géophysiques par le biais de ELF naturelles. HAIMSWORTH précisait les particularités naturelles de la gamme des fréquences des ondes du cerveau : les fréquences des signaux électromagnétiques naturels qui circulent dans l’enceinte électriquement réverbérante délimitée par la Terre et l’Ionosphère ont dirigé ou déterminé l’évolution ou le développement des fréquences de fonctionnement des principaux signaux du cerveau humain. En particulier, le rythme Alpha est situé de telle sorte qu’il ne peut, en aucune circonstance supporter une interférence importante de la part des signaux naturels ambiants.

Pour HAIMSWORTH, ces fréquences cérébrales évoluent en réponse à ces signaux ; donc les conditions des changements évolutifs des modèles des ondes cérébrales sont bien établies et leurs variations peuvent affecter gravement la santé et le comportement humain ; certains effets commencent à être connus mais dans la plupart des cas, la nature des stimulis ne permet pas toujours l’identification exacte des effets provoqués, surtout si au milieu s’insèrent des effets eux aussi provoqués, de stress, on obtient donc, avec ces changements de signaux, des comportements asociaux, des troubles mentaux profonds, des états psychosomatiques et des perturbations neurologiques. Certains phénomènes des champs électromagnétiques ont pu être associés à une diminution de la résistance immunitaire et à la prolifération de cellules anormales (tumorales.). Ainsi le champ Isoélectrique de basse fréquence de la Terre, le champ magnétique terrestre et le champ électrostatique qui émanent de nos corps sont étroitement imbriqués ; nos rythmes internes interagissent avec les rythmes externes affectant notre équilibre. Nos schémas REM (Rapid Eye Mouvement), notre santé et notre concentration mentale. Les ondes RS participent sans doute à la régulation de notre horloge interne, agissant sur le sommeil et les rêves, les états d’éveil et les sécrétions hormonales. Les rythmes et les pulsations du cerveau humain reflètent bien les propriétés de résonance de la cavité terrestre qui fonctionne comme un régulateur d’onde. Cette vibration naturelle n’est pas une valeur fixe mais la moyenne de plusieurs fréquences, de même que les EEG sont des lectures moyennes d’ondes cérébrales. Comme les EEG, la RS fluctue en fonction de la situation géographique, de la foudre, des éruptions solaires, de l’ionisation atmosphérique et des cycles diurnes (R.A.MILLER). En 1977, le chercheur ITZA BENTON traita de cette relation entre les signaux ELF de la Terre et les rythmes des ondes cérébrales confirmant les propos tenus ici. Un autre grand physicien Finlandais, MATTI PITKANEN, a construit un modèle mettant en corrélation les phénomènes Psy et le Temps Sidéral qui donne comme optimale une fourchette de temps se situant autour de 1h30. Rappelons que le Temps Sidéral en un lieu est l’angle horaire du Point Vernal en ce lieu ; ce temps n’a donc rien à voir avec l’heure ni le temps solaire vrai. Il y implique le Flux Magnétique provenant du centre galactique, combiné avec un moindre niveau de bruit du champ géomagnétique. Ses recherches l’amènent à penser que « les micro-ondes et les ondes radio jouent un rôle important dans le bio contrôle dans l’homéostasie et dans les interactions à distance ». Pour Pitkanen, le système corps-esprit fonctionne comme un bi ordinateur quantique dirigeant le couplage des mécanismes de verrouillage moléculaire. Il implique les PLASMONS comme base des circuits neuraux et les champs magnétiques dipolaires topologiquement quantifiés comme générateurs de changements dans la polarité magnétique. L’expression  « allumer les neurones du cerveau » peut paraître erronée puisque, en fait, ces neurones sont animés en schémas globaux cohérents qui produisent des ondes plus larges à travers une plus grande surface du cerveau. Ainsi, en état de méditation profonde, lorsque les ondes ALPHA et THETA parcourent le cerveau entier, il est probable que l’être humain et la planète entrent en résonance. Selon R.A.MILLER, c’est « un transfert d’énergie et d’information qui est incrusté dans un champs magnétique. Peut-être que la planète communique avec nous par ce langage premier des fréquences. Ceci expliquerait pourquoi les transes et les guérissons (par magnétismes) semblent se produire dans les fréquences RS primaires associées aux rythmes ALPHA ».

D’ailleurs l’histoire nous apporte des preuves anthropologiques et culturelles que les hommes depuis la nuit des temps, se sont intuitivement synchronisés avec la RS ou Résonance Planétaire. Ces traces se retrouvent par exemple dans certaines pratiques rituelles, dans les états de transe du rythme des tambours chamaniques, ou de la plupart des danses extatiques, dans le balancement et l’inclinaison rythmiques des pratiquants des religions juive et musulmane lorsqu’ils psalmodient leurs prières ; on le retrouve aussi dans les danses sacrées hindou et les célèbres MUDRA. Nous pourrions multiplier encore les exemples, comme celui, très significatif, des danses de guérison qui induit la fréquence d’énergie de guérison, c’est-à-dire un esprit de guérison, un esprit plus étendu qui relie les hommes à la nature et à la planète dans une interconnexion dynamique corps/esprit/terre/galaxie. En 1998, C.H.ANDERSON découvrit le phénomène très courant du POS (Son Oscillatoire Persistant) un « son » généré à l’intérieur surtout lors de déshydratation ou de maladie, où il devient plus fort ; ce son ressemble à un bourdonnement d’insecte et Anderson l’attribue au REM (Rapid Eye Mouvement), à l’état de stress post-traumatique, mais surtout au rythme normal ALPHA de 10 Hz. La RS est 20 000 fois moins puissante que le champ magnétique terrestre. Il y a des milliers d’années, le champ magnétique  terrestre était beaucoup plus fort et la RS, cette voix de la planète était aussi plus forte, moins diluée par la pollution EM et nos ancêtres pouvaient l’entendre. Il est même probable que notre système nerveux s’est développé au fil de l’évolution, par l’action de la RS. C’est ce que semblent indiquer nos 4 ondes cérébrales car, sauf l’onde Delta (du sommeil profond) elles tombent dans les même gammes de fréquences. L’onde Delta occupe la bande de 1 à 3 Hz. Or, les signaux de fréquences inférieures à 3 Hz passent plus facilement à travers la Terre qu’à travers l’Atmosphère. Un autre chercheur, JEROSLAV NOVAK a démontré que la RS et le champ EM ELF ont une influence sur les organismes vivants et que la RS varie en fonction des rythmes circadiens et d’autres cycles temporels. Pour lui, le paramètre biologique constitue un faible signal qui nécessite d’être amplifié 100 000 fois ; malgré tout, les changements biologiques sont bien en relation avec les variations de la RS. Autre observation intéressante de Novak, les sujets souffrant de troubles du sommeil et de fibromyalgie ont un taux de magnétite dans le fluide de l’oreille interne, supérieure à la normale. Chez 80% des sujets observés, ce sont les femmes qui ont les taux les plus élevés, car elles sont plus sensibles aux influences d’énergies subtiles que d’autres ne perçoivent pas. Comme l’audition humaine normale se situe entre les fréquences de 60 à 20.000 Hz, les signaux inférieurs à 60 Hz doivent être perçus soit par la magnétite contenue dans l’oreille interne, soit directement par le cerveau. Autre chose importante à rappeler : chacune des 7 RS occupe une bande de 1 Hz, c’est-à-dire que chaque RS a une largeur de 1 Hz. La 1ère bande de RS se produit à une fréquence de 7,83 Hz, c’est-à-dire dans l’intervalle entre les 2 fréquences Alpha et Thêta. Il en existe en tout 4 : ALPHA, BETA, DELTA et THETA.

Il y a 5 groupes de fréquences d’ondes cérébrales liées à notre activité mentale :

–       Les ondes Delta de 0 à 4 Hz sont les ondes les plus lentes mais aussi les plus hautes en amplitude. Elles se produisent lorsqu’une personne est en état de sommeil profond, sans rêve, ou dans la plus profonde méditation. Ces ondes « suspendent » la vie extérieure et apportent une paix profonde. Certaines fréquences de ces ondes déclenchent la production d’une hormone de croissance favorable à la guérison et à la régénération, on comprend pourquoi le sommeil profond est réparateur et essentiel au processus de guérison. En fait, le principe général est que la fréquence prédominante du cerveau est d’autant plus basse en termes de pulsations par seconde que la personne est détendue, et d’autant plus élevée que la personne est agitée.

–       Les ondes Thêta de 4 à 7 Hz. Ces ondes se produisent le plus souvent dans le sommeil, dans les états de méditation profonde (corps endormi et esprit en éveil) ; cela permet l’accès aux souvenirs et à la concentration mentale interne. En ondes Thêta, nous sommes en retrait du monde extérieur et plus concentrés sur le paysage mental. Ces ondes sont liées au mystère ou à un état « crépusculaire », au rêve éveillé. Méditer avec Thêta augmente la créativité et diminue le stress, aiguise l’intuition et les dons de perception extra sensorielle.

–       Les ondes Alpha de 7 à 12 Hz. Ces ondes peuvent induire un état de relaxation et de concentration mentale ; elles sont présentes dans le rêve et la méditation, légère, les yeux fermés. Au fur et à mesure que davantage de neurones sont engagés dans cette fréquence, les ondes Alpha circulent à travers tout le cortex induisant la relaxation mais pas la méditation. Avec les ondes Alpha, nous commençons à accéder à la richesse créative qui se situe sous notre conscience éveillée. C’est la porte qui ouvre sur des états de conscience profonds. Ces ondes favorisent la coordination mentale globale, le calme, l’attention, la conscience intérieure.

–       Les ondes Bêta de 12 à 25 Hz. Ces ondes correspondent à notre état normal lorsque l’attention est orientée vers les tâches cognitives et le monde extérieur. Rapide, l’activité Bêta est activée lorsque nous sommes alertes ou parfois même anxieux, ou engagés dans la solution de problèmes, une prise de décision, le traitement de l’information, la concentration ou l’activité mentale. Pour certains chercheurs, (et les plus récents travaux vont dans ce sens) la fréquence Bêta de 14 Hz serait la clé de l’acte de cognition.

–       Enfin les ondes Gamma de 25 à 60 Hz qui modulent la perception et la conscience (et disparaissent lors d’une anesthésie) ; elles correspondent au traitement de l’information provenant de différentes zones du cerveau et impliquant la mémoire, les facultés d’apprentissage, etc…

En fait, l’homme est un être complexe, plus électromagnétique que chimique (c’est aussi le cas pour l’univers) et sensible aux champs électromagnétiques naturels et artificiellement provoqués. Dans la vie même, tous les processus biologiques sont fonction des interactions des champs électromagnétiques qui constituent le lieu entre le monde des formes et les schémas de Résonances ; ils stockent les configurations et les modèles d’information. Le pont qui relie les résonances du système solaire et les fréquences cérébrales se situe dans l’hélice de l’ADN humain qui s’est structuré dans l’environnement Terrestre. Dans « l’homme étoile » Yvon Combe dit très justement que l’existence de nos organes vitaux ne dépend pas que des réactions biochimiques qui s’y passent par milliards à chaque seconde..bien avant de devenir des molécules organiques douées du pouvoir de la vie, les éléments simples qui composent ces même molécules sont douées d’énergie polarisée, de forces rotatives orientées, de champs immatériels sensibles qui répondent à l’énergie de la pensée.

Le corps humain est rempli de bien d’autres choses, qui n’est pas de la chimie..Il est aussi rempli de l’énergie magnétique et électrique qui priment avant toute forme de vie organisée, . de la conscience d’être et de la pensée humaine qui sont déjà là avant sa création.

Enfin on sait maintenant depuis les travaux de Schumann et Haimsworth, que grâce notamment à la fameuse RS ou « Résonance de Schumann », il y a une relation harmonique entre la Terre et notre corps-esprit, cette RS pouvant être considérée à juste titre comme « la voix de la planète ». Le champ isoélectrique de basse fréquence de la Terre, le champ magnétique terrestre et le champ électrostatique de notre corps sont étroitement entrelacés. Ainsi, nos rythmes internes interagissent avec les rythmes externes influençant ainsi notre équilibre, les schémas REM, la santé, la concentration mentale.Il semble que les ondes RS régulent nos horloges internes, agissent sur les schémas Sommeil/Rêve/Eveil/Sécrétion Hormonale. En fait, les rythmes et les pulsations du cerveau humain sont le reflet de ceux de la cavité terrestre qui fonctionne comme un conducteur d’ondes. Cette cavité terrestre est une cavité « résonante » formée par l’ensemble Ionosphère/croûte terrestre qui émet une onde de 7,5 cycles par seconde c’est-à-dire d’une fréquence de 7,5 Hz qui est précisément la fréquence de résonance des structures cérébrales des mammifères dont l’homme fait partie. Même constat dans le rapport entre l’énergie, l’information et le vivant.

Pour parler de l’énergie du vivant, la médecine actuelle cite beaucoup les sucres et calcule tout en calories. Or, l’on sait que le rendement (% de l’énergie transformée en travail) d’une machine à vapeur ne peut dépasser 30%, les 70% restant seraient donc dégagés sous forme de chaleur ce qui, dans un organe vivant, créerait d’énormes troubles (oedèmes, hyperthermies, sudations intenses.) entraînant la mort. Donc le vivant utilise d’autres énergies comme l’électrique et le magnétique. En effet, chaque être est parcouru de courants électriques et baigne dans ses propres champs magnétiques étudiés en MBE (Médecine Bio Energétique) dont le père fut C.LAVILLE. Mieux encore, tous les organismes vivants font des transmutations à bas niveaux d’énergie, c’est-à-dire pratiquement sans dégager de chaleur comme l’a montré KERVRAN en 1960. Or, ces réactions de fusion (Mn25+H1=Fe26) correspondent à celle de la bombe à hydrogène dont on ne sait toujours pas contrôler le dégagement d’énergie et de chaleur. De plus, la matière vivante vibre de façon différente de la matière inerte et crée ses propres champs magnétiques spécifiques.

Pour nous, la Terre est un être vivant ; comme chez tout être vivant, la partie la plus importante qui lui donne vie et qui est le starter de son organisation biologique, est la partie la plus subtile, la moins visible : l’atmosphère qui l’entoure. C’est cet espace protecteur qui est le catalyseur qui donne la vie à la Terre par l’intermédiaire des particules ionisantes de la Troposphère qui s’organisent en champs d’énergies de très haut potentiel électrique. Cette activité électrique donne naissance au chaud et au froid, sec/humide, pression/dépression, aux orages et aux éclairs. Des éclairs qui forment tout autour de la Terre un Réseau Electrique nécessaire aux échanges ciel/terre sous forme d’informations électriques polarisées. Le Pr. LEROY considérait que « l’univers est un immense édifice formé d’étages vibratoires » Pour le Pr. TOURNAIRE « tous les corpuscules (électrons, protons, neutrons.) sont des singularisations de l’énergie ». En fait, les mondes physiques et psychiques sont solidaires parce qu’ils sont de même essence ; pareil pour l’homme dont le psychisme est parent du psychisme de la matière, puisque que esprit et matière sont les faces opposées et complémentaires de la même énergie. 

Koenig, un élève de Schumann, après avoir pris des relevés de signaux RS, observa la grande ressemblance du signal diurne de la RS avec le rythme Alpha et de l’onde RS ultra longue de 3 Hz nocturne avec le rythme Delta du sommeil. Ce constat permit à Koenig de postuler que les ondes cérébrales ELF avaient évolué de façon à utiliser les signaux naturels de son côté. B.LOMETREE enregistra 2 signaux anormaux se situant dans la gamme Delta : l’un à 0,9 Hz, l’autre à 1,82 Hz. Ces ondes d’énergie sont sans doute ce que l’on appelle les ondes ALFVEN, des micro pulsations dans le plasma magnétosphérique. Selon LOMETREE, l’atmosphère serait un milieu favorable au mélange des signaux ; lorsque 2 signaux se mélangent, on obtient la somme, la différence et la fondamentale ; ces signaux se produisent à des fréquences ultra basses et répondent à certaines lois acoustiques. Ainsi, nous sommes réellement connectés à notre planète, et la Terre et notre Corps/Esprit sont en relation harmonique. Le champ isoélectrique de Basse Fréquence de la Terre, le champ électromagnétique de la Terre et le champ électrostatique qui émerge de notre corps sont étroitement entrelacés. Nos rythmes internes interagissent avec les rythmes externes, influant notre équilibre, les schémas REM, la santé et la concentration mentale. Il semble que les ondes RS régulent également nos horloges internes agissant sur les schémas Sommeil/Rêve/Eveil/Sécrétion Hormonale. De plus, les rythmes et pulsations du cerveau humain sont le reflet de ceux de la cavité terrestre qui fonctionne comme un conducteur d’ondes. Et ces RS sont fluctuantes tout comme les ondes cérébrales.

Toutes ces relations électromagnétiques sont trop complexes pour pouvoir être étudiées ici, même sommairement. Il fallait toutefois évoquer leur rôle car elles affectent notre mental, la structure générale et cellulaire de notre corps, nos cycles de sommeil et de rêve, nos émotions et notre esprit. Tout porte à croire que la santé humaine est liée aux paramètres géophysiques par le biais de la RS dont les signaux naturels ont une influence sur l’évolution du modèle des ondes cérébrales. De ce fait, les champs électriques produits par les techniques modernes exercent une influence sur notre santé, notre psychisme, et peuvent constituer des éléments tendant à modifier l’homme et la vie même sur notre planète.

Dans le cas des ondes ELF par exemple, on s’est rendu compte que ces ondes de faible puissance avaient une énorme influence sur l’homme, tout comme les ondes électromagnétiques. En effet, tout organisme vivant réagit à ces signaux connus sous le nom d’ondes : ondes Delta (0 à 4 HZ), Thêta (4 à 7 Hz), Alpha (7 à 12 Hz), Bêta (12 à 25 Hz) et Gamma (25 à 60 Hz). Le cerveau réagit aux impulsions de certaines fréquences, à des sons de vibrations. Le son est mesuré en Hertz ou cycles par secondes ; chaque cycle d’une onde étant une seule pulsation du son. L’oreille humaine peut recevoir les ondes de 16 Hz à 20.000 Hz mais pas les très basses fréquences dont nous ne percevons que les rythmes. Les fréquences de nos ondes cérébrales indiquent dans quel type d’activités notre cerveau est engagé, car le cerveau utilise sa propre gamme de vibrations pour communiquer en mode interne ou avec le reste du corps. Ces ondes classées par fréquences et ces fréquences prédominantes de nos ondes cérébrales indiquent dans quel type d’activité notre cerveau est engagé.

 
 
 
Potentiels thermodynamiques
Énergie interne
U(V,S,n)
Énergie libre
F(V,T,n)=U-TS
Enthalpie
H(P,S,n)=U+PV
Enthalpie libre
G(P,T,n)=U+PV-TS
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne la notion thermodynamique d'énergie libre. Pour la théorie conspirationniste, voir Censure de l'énergie libre.

 

L'énergie libre F (appelée aussi énergie de Helmholtz) est, en thermodynamique, une fonction d'état extensive dont la variation permet d'obtenir le travail utile susceptible d'être fourni par un système thermodynamique fermé, à température constante, au cours d'une transformation réversible. Elle correspond à l'énergie libre de Helmholtz des anglo-saxons, qui préfèrent la symboliser par la lettre A.

Cette fonction ne doit pas être confondue avec la fonction enthalpie libre G (énergie libre de Gibbs des anglo-saxons), qui s'applique aux systèmes évoluant à la température T et à pression constante (cas des réactions effectuées à l'air libre).

L'énergie libre est souvent utilisée dans l'étude des explosions qui induisent une variation de pression ou encore dans lacalorimétrie à volume constant effectuée dans une bombe calorimétrique.

Néanmoins le rôle de la fonction F est beaucoup moins important en thermochimie que celui de la fonction enthalpie libre qui est la fonction phare, indispensable à l’étude des équilibres chimiques.

Cette fonction, qui n'est en fait rien d'autre que le logarithme de la fonction de partition, joue un rôle fondamental en physique théorique.

 

 

Définition[modifier | modifier le code]

Considérons une transformation irréversible effectuée à la température T et à volume constant. S’il n’y a pas de montage électrochimique, il n’y a pas de travailélectrique. Comme V est constant, le travail des forces de pression est nul.

Donc en appliquant le premier principe :  \Delta U_\text{syst} =  Q_{irr\acute{e}v}

Appliquons alors le second principe :  S_{cr\acute{e}\acute{e}e} =  \Delta S_\text{syst}  +  \Delta S_\text{ext}  > 0

Le système échange avec le milieu extérieur Q_{irr\acute{e}v}. Si on se place du côté du milieu extérieur, celui-ci reçoit - Q_{irr\acute{e}v} =  - \Delta U_\text{syst}.

Et la variation d’entropie du milieu extérieur devient égale à :

 \Delta S_\text{ext} = - \frac{Q_{irr\acute{e}v}}{T}  = - \frac{\Delta U_\text{syst}}{T}

D’où :  S_{cr\acute{e}\acute{e}e} =  \Delta S_\text{syst} - \frac{\Delta U_\text{syst}}{T} > 0

Multiplions par - T :

 -T.S_{cr\acute{e}\acute{e}e} =  -T\Delta S_\text{syst} + \Delta U_\text{syst}< 0

On définit ainsi la fonction énergie libre :

F =  U  -  TS~

Pour une transformation effectuée à T et V constants, on obtient :

 (\Delta F_\text{syst})_{T,V} =   \Delta U_\text{syst}  - T \Delta S_\text{syst}  =  - T.S_{cr\acute{e}\acute{e}e}< 0

Si la transformation est réversible S_{cr\acute{e}\acute{e}e} = 0 et (\Delta F_\text{syst})_{T,V} = 0

En revanche, si la transformation est irréversible,  S_{cr\acute{e}\acute{e}e}> 0 et donc (\Delta F_\text{syst})_{T,V} < 0

La transformation réelle à T et V constants ne peut s’effectuer qu’avec une diminution de l’énergie libre du système.

Différentielle de F[modifier | modifier le code]

 \begin{align}F &= U - TS\\ \Leftrightarrow\mathrm dF &= \mathrm dU -T\mathrm dS - S\mathrm dT\end{align}

Appliquons le premier principe

\mathrm dU = \delta Q + \delta W_\text{fp}+ \delta W' = \delta Q -P.\mathrm dV + \delta W'

où \delta W_\text{fp}=-P.\mathrm dV est le travail des forces de pression et \delta W' représente tout autre forme de travail, comme par exemple le travail électrique dans un montage de pile.

Appliquons le second principe

\delta Q_{r\acute{e}v} = T.\mathrm dS

\mathrm dU s'exprime donc :

\mathrm dU = T.\mathrm dS -P.\mathrm dV + \delta W'_{r\acute{e}v}

d'où :

\mathrm dF = -P.\mathrm dV - S.\mathrm dT + \delta W'_{r\acute{e}v}

Si la température est constante:

\mathrm dF = -P.\mathrm dV + \delta W'_{r\acute{e}v}'

Dans le cas d'une transformation réelle donc irréversible:

\mathrm dF < -P.\mathrm dV + \delta W'_{irr\acute{e}v}

Et pour une transformation finie entre deux états d'équilibre:

\Delta F < W_\text{fp} + W'{irr\acute{e}v}

On montre bien que la variation de la fonction F est égale au travail fourni par le système si la transformation est effectuée à T constante et si elle est réversible.

Dans le cas d'une transformation à volume constant et travail W' nul:

\Delta F < 0

plus précisément :

 
(\Delta F_\text{syst})_{T,V} = - T.S_{cr\acute{e}\acute{e}e}< 0

La transformation réelle à T et V constants ne peut s’effectuer qu’avec une diminution de l’énergie libre du système. On peut donc identifier F à un potentiel thermodynamique du système lors d'une transformation isotherme et isochore.
Remarque: voir à titre de comparaison Enthalpie libre; potentiel thermodynamique défini à T et P constants.

Relations utiles à partir de F ou de ses différentielles[modifier | modifier le code]

 

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Autres fonctions d'état[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]