Quand le chocolat ukrainien pue le sang à l’Elysée…

Publié le par José Pedro

Le président français François Hollande et le président ukrainien Piotr Porochenko

Quand le chocolat ukrainien pue le sang à l’Elysée…

© REUTERS/ Ian Langsdon/Pool
ANALYSE
(mis à jour 19:09 23.04.2015) URL courte
Natalia Bourkova
1552293
Les nationalistes ukrainiens sont quand même des drôles d'oiseaux. Dans les années 30, leurs prédécesseurs - Organisation Ukrainienne Nationaliste (OUN) - ont disposé leurs pions du grand échiquier non pas sans aide de la Gestapo.
 

C'est vrai que le chef de l'OUN Konovalets, fervent adorateur du Mein Kampf hitlérien, mangeait plus ou moins à tous les râteliers y compris à celui du Deuxième Bureau de l'Etat-Major de la Troisième République. Il n'en demeure pas moins que tous ses agents clandestins ont été formés aux frais du renseignement nazi et sur le territoire de l'Autriche, fait jamais nié par l'amiral Kanaris qui, à l'époque, était à la tête du service secret du Troisième Reich. Il n'y a pas à s'étonner de la résurrection de la propagande à la croix gammée puisque les pères fondateurs n'ont jamais renié leur appartenance à la peste brune. Stepan Bandera, lui, ne se gênait pas de descendre personnellement les ministres polonais et ce juste avant l'invasion allemande.

 

Alors le jour où du côté d'Odessa ça a pué le roussi à plein nez (les nationalistes ont brûlés vifs quelques centaines de pro-Russes qu'ils avaient enfermé dans un immeuble officiel qu'ils ont incendié après), personne ne se rebiffa. Les méthodes sont celles des glorieuses 40. On nettoie la vermine pro-russe en la brûlant selon la bonne vieille méthode inquisitoriale. Mais en même temps, il y a eu quelques nouveautés de style qui semblent avoir été empruntées cette fois-ci à d'autres sources nationales. Il se trouve que les autorités ukrainiennes saluent les délateurs: quiconque aurait le front d'apporter un renseignement sur un parent ou un proche qui s'est prononcé contre le régime Porochenko, serait immédiatement gratifié comme il se doit. Alors les corbeaux ont croassé. Mais le cas le plus édifiant est celui d'un garçonnet de 10 ans qui a dénoncé… son propre papa. Ce brave petit chou s'en alla guetter les paroles imprudentes de son aîné, les a enregistrées et apporté la bande au commissariat. Le père a été jeté en taule pour avoir critiqué le régime de Kiev.

 

Comme on le voit, le régime est tellement démocratique qu'il frôle l'indécence sans parler de la bonne formation de la progéniture. Il y a plus de 70 ans, les communistes ont salué le soi-disant « exploit » du fils d'un fermier, Pavel Morozov de la région d'Ekaterinbourg, en Oural, qui a vendu son père à la police secrète rouge. Et après 70 ans de coulés sous le pont, on reprend les mêmes armes à la main.

 

Cependant je me demande si la méthode n'est pas aussi celle du totalitarisme occidental. Lorsque j'étais fille, je m'entendais traiter de tous les noms si je demandais à la leçon au lycée qu'on me glisse un tuyau. Les autres élèves se mettaient à siffler en me désignant du doigt. Lorsque j'avais grandi et habité le Midi, un voisin m'a dénoncé au fisc en prétendant que je n'avais pas les moyens de m'offrir une nouvelle machine à laver que je me suis faite livrer dans ma bastide. C'est comme ça que j'avais compris que les rapporteurs avaient leurs grandes entrées à l'Occident — fait impensable en Russie où vous pouviez attraper une raclée de la part de vos camarades de classe si vous rapportiez au pion ou à l'instit' ce qui se disait tout bas dans les rangs.

 

Bref, il paraît que les gugus nazillons ne font pas la fine bouche et utilisent toutes les méthodes qu'ils ont à leur portée. Très souvent ces procédés sont étrangers au pays mais propres aux envahisseurs qui sèment la zizanie entre les peuples frères.

Comme on sait, le Président ukrainien Poroсhenko est en déplacement à Paris pour demander de lui faire raccommoder son budget tout en passoir. Pourvu qu'il n'aille pas après à Washington pour leur faire part des confidences du Château et en vendant ceux qu'il courtise en Europe par ses assiduités. Mais en fait, entre les enlacés il n'y a pas de doublure et Hollande ne devrait pas s'étonner de se faire… coincer par un oligarque ukrainien chocolatier (Poroсhenko est milliardaire dans ce domaine) dont les mains sont couvertes de sang à un tel point que tous les Messieurs Propre de la Terre ne suffiraient pas pour blanchir sa réputation macabre. Quelle honte pour la France!

 

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

 
Lire aussi:
Ukraine: les banderistes, une menace réelle selon la majorité des Russes (sondage)
 
Bandera, "Héros de l'Ukraine": décret reconnu illégal par la justice
 
Glorification du nazisme: Kaczynski condamne la décoration de Bandera en Ukraine
 
Bandera, "héros de l'Ukraine", était un complice des nazis (Centre Wiesenthal)
Tags:
histoirenationalismePiotr PorochenkoFranceUkraine
 



Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/analyse/20150423/1015806096.html#ixzz3YPFDtNMM