REPRISE DU FEU en UKRAINE, le DONBASS attaqué!

Publié le par José Pedro

Alexandre Zakhartchenko,  dirigeant rebelle prorusse, lors d'une interview à l'AFP à Donetsk le 8 avril 2015Alexandre Zakhartchenko, dirigeant rebelle prorusse, lors d'une interview à l'AFP à Donetsk le 8 avril 2015 (Photo DIMITAR DILKOFF. AFP)

8 avril 2015

 

Le dirigeant rebelle prorusse Alexandre Zakhartchenko accuse Kiev «d’ignorer totalement les accords de Minsk» et n’exclut pas une reprise de la guerre dans l’est de l’Ukraine, dans un entretien à l’AFP.

«Bien sûr, si Kiev viole les accords de Minsk, une reprise des hostilités n’est pas exclue. Et à en juger par les actions entreprises par les autorités ukrainiennes, Kiev ignore totalement ces accords», estime le «président» de la «République populaire de Donetsk» (DNR) autoproclamée par les séparatistes prorusses il y a un an.

Mercredi, l’OSCE a indiqué avoir «observé une augmentation du nombre des violations du cessez-le-feu dans la région de Donetsk». Elle a fait état de tirs de mortiers, de chars, d’artillerie et même de lance-roquettes multiples GRAD, malgré le cessez-le feu conclu en février dans le cadre des accords de Minsk visant à mettre fin à un conflit qui a déjà fait plus de 6.000 morts.

Elu à la tête de la DNR en novembre dernier dans un scrutin que seule la Russie a jugé légitime, M. Zakhartchenko, 38 ans, reçoit en tenue militaire, dans un bureau orné d’icônes et d’un portrait du président russe Vladimir Poutine. Quand son téléphone portable sonne, c’est la musique de l’hymne soviétique (qui est aussi celle de l’hymne russe) qui se fait entendre.

Le dirigeant rebelle laisse entendre que la DNR pourrait elle-même relancer les hostilités afin de reprendre certaines villes qu’elle contrôlait et qui sont repassées sous l’autorité de Kiev après l’offensive ukrainienne de l’été dernier, notamment le port de Marioupol et Slaviansk.

«Il faut récupérer les territoires temporairement occupés. De préférence par des moyens pacifiques», souligne-t-il. M. Zakhartchenko considère que les accords de paix signés à Minsk prévoient leur retour automatique au sein de la DNR.

- Interprétations des accords de Minsk -

 

«Le désaccord fondamental que nous avons avec Kiev, c’est que nous comprenons qu’il doit y avoir une réforme constitutionnelle en Ukraine, via laquelle on nous rend les territoires temporairement occupés. Après quoi, nous vivons de manière autonome, en construisant nos relations avec l’Ukraine comme nous l’entendons. Je comprends qu’à Kiev, leur façon d’interpréter ces accords est totalement différente de la nôtre», a poursuivi le leader rebelle.

Sa conception des accords de Minsk semble quelque peu s’éloigner du texte signé en février dernier par les rebelles prorusses et les émissaires de Kiev avec la médiation du président français François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel en présence du président russe.

Pour M. Zakhartchenko, les accords de Minsk «ont reconnu l’indépendance de la DNR comme Etat», alors que le texte prévoit seulement une «décentralisation» des régions rebelles de Donetsk et de Lougansk, après une réforme de la Constitution ukrainienne d’ici la fin de l’année.

Quant au contrôle de la frontière avec la Russie, censé revenir entièrement à Kiev dans «toute la zone du conflit», selon le texte de l’accord, il n’en est pas question pour le dirigeant de la DNR. «Pourquoi l’Ukraine devrait-elle contrôler la frontière ? Ce sont nos gardes-frontières qui vont la contrôler, conformément aux accords de Minsk», assure-t-il. Les rebelles tiennent actuellement plus de 400 km de la frontière avec la Russie.

 

- 'L’URSS était un grand pays' -

 

La Russie envoie-t-elle des unités militaires et du matériel pour aider les rebelles, comme l’affirment Kiev et les Occidentaux ? M. Zakhartchenko dément catégoriquement, en évoquant seulement des volontaires russes, «y compris d’anciens militaires ou des militaires qui donnent leur démission pour venir combattre».

A l’image d’autres responsables rebelles, M. Zakhartchenko cultive une certaine nostalgie de la défunte Union soviétique. «L’URSS était un grand pays et c’est une grande erreur qu’elle ait été détruite par la CIA et d’autres services secrets. L’Europe et d’autres pays en avaient une peur panique», dit-il.

 

10 avril 2015

Ukraine: grande offensive de la junte de Kiev sur le front du Donbass.

Version française E Gaillot pour €calypse, le 10 Avril 2015.

09:00 - Comme annoncé  par Strelkov cette nuit, Kiev lance une grande offensive sur le front du Donbass: La junte de Kiev lance une attaque de grande envergure sur Novorossiya juste le jour de la  Pâques orthodoxe russe:

 << « En général, nous pouvons dire que la trêve est terminée: des tirs, y compris des tirs d'artillerie, sont sur tous les fronts. Les forces  ennemis avancent pour une attaque. Il est possible que l'attaque puisse commencer sans attendre Pâques..." >> 


Rapports du correspondant de guerre "STEP":
Version française 

Donetsk sous le feu.
<< Les obus sifflent à nouveau sur les villes de Donbass.  

En Donetsk les sirènes d'ambulances et des services d'urgence sont entendues. Sous le feu: le quartier Kievsky, village Oktyabrsky, Panfilov village de la mine, Gladkova, Severny, Putilovka.

Toute la soirée du 9 Avril, il y avait une bataille dans le village de Spartak et à proximité Peski. Les punitifs ont utilisé des  pièces d'artillerie, des chars, des mortiers, des canons d'artillerie lourde.  

Couvert par l'artillerie, l'ennemi a tenté de saisir les positions de la milice dans Spartak et près de l'aéroport. Pendant la bataille, cette tentative a été sévèrement réprimée.


Aussi soudainement, les positions de la milice près de la ville de Yasynovataya ont été attaqués. Il y avait une bataille avec des armes légères.  

Pour le quartier ouest de Donetsk, à Petrovsky, des mortiers "de travail" sont également entendus, ainsi que des lance-grenades et des mitrailleuses lourdes.Les tirs ont été fait depuis la zone occupée de Volnovakha Dokuchaevsk. 

Les abords de la ville sont sous un feu nourri de l'ennemi, les gens se cachent dans des abris craignant l'attaque de la ville par les punitifs qui ont réuni la plus grande formation dans ce domaine d'environ 8000 troupes.

Selon un résident de Dokuchayevsk, "les sections locales exigent que la milice ne les laisse pas seuls et occupent des postes à tout prix, les femmes sont hystériques, crient, en disant que les Ukrainiens vont aller dans la ville et commencer un massacre. 

Les femmes âgées bénissent les camions de passage avec soldats et prient pour la victoire et une libération rapide du quartier des troupes ukrainiennes ".

Plus près de Donetsk, une douzaine de drones ennemis ont été repérés dont l'un a été abattu près de la mine Lidiyevka.
La milice est misen état d'alerte et est prête pourune attaque à grande échelle de l'ennemi.


Shirokino:


Le 9 Avril, 2015 près de Mariupol en Shirokino il y avait une bataille féroceIl y avait des morts et des blessés parmi les miliciens et les troupes d'occupation ukrainiens.
Les tanks approchent Donetsk. 
Le centre de coordination opérationnel rapporte que des colonnes blindées ukrainienne approchent de Donetsk. 
00h10Donetsk. 
De plusieurs directions à l'heure actuellelesoccupants avancent des colonnes de chars versDonetsk. 
En particulierquelques dizaines de charsapprochaient de l'aéroport e, direction de Marinka etAvdeevka.>>


09:41 - Commentaires: 

Sur le plan militaire, l'armée de Kiev n'a aucune chance et le but, avec cette nouvelle offensive, n'est pas militaire mais politique. En effet, pour obtenir l'intervention des casques bleus (en fait des mercenaires européens à la solde de Kiev), de l'armement et des financements supplémentaires vitaux pour sa survie , la junte a besoin que le cessez-le-feu  soit rompu. 

Etant donné que la milice a refusé de répondre aux innombrables provocations de Kiev que l'OSCE n'a d'ailleurs jamais dénoncées, Kiev est obligée d'y aller. 

Peu importe que ce soit Kiev qui ne respecte pas le cessez-le-feu, en Ukraine, on en est plus à ce genre de détails. 

Il faut donc s'attendre à une saisie d'urgence de l'ONU où Kiev va formuler ses demandes. Puis ce sera le jeu habituel des déclarations des uns et des autres, les pour, les contres, etc. Au bout du compte, Kiev recevra ce qu'elle demande et les populations du Donbass vont continuer, eux, à en prendre plein la poire.

Que fait Poutine? Sa position est claire: il n'interviendra pas dans le Donbass ni nulle part en Ukraine. Pour lui, c'est aux ukrainiens de prendre leur destin en main et de faire le ménage à Kiev ce qui prendra, a déclaré Poutine, beaucoup de temps, au moins une génération. Mais les Russes ne sont pas pressés et calculent à long terme...


C'est pourquoi il est intéressant de suivre cette affaire de déclaration d'indépendance de la Répûblique Populaire d'Odessa qui va dans le sens de la politique de V Poutine et qu'il soutiendra certainement, à sa manière, comme il le fait avec le Donbass. D'autre Républiques vont sans doute faire la même chose dans les jours ou semaines qui viennent. C'est seulement une question de temps. 

C'est à travers ce processus souverain qu'une nouvelle Ukraine, indépendante, démocratique, libérée du fascisme pro-européen, pourra renaître. C'est l'implication dans ces mouvements de résistances qui formera les populations aux valeurs humaines et sociales dignes d'un pays qui se respecte et sera respecté. 

10:27 -  Il y a tout autant de raisons et même d'obligations de résister en Ukraine que dans le reste de l'Europe car l'ennemi est le même. Voici un déclaration du chef de la République populaire de Donetsk, 
Zakharchenko. qui précise les choses:

Geroiziruya UPA, Kiev commence le processus de désintégration du pays.
.

<<  "Par sa décision de reconnaître les membres de l'OUN-UPA "combattants de la liberté", le Parlement de l'Ukraine a lancé un processus irréversible qui conduit à la désintégration complète du pays", a déclaré le chef de la République populaire de Donetsk Alexander Zakharchenko.

La Verkhovna Rada a adopté jeudi une loi reconnaissant «l'Organisation des nationalistes ukrainiens" (UPA) et les combattants de l"Armée insurrectionnelle ukrainienne" pour l'indépendance ukrainienne au XXe siècle et a accordé à ses membres le droit à la sécurité sociale.

"Cette nouvelle tentative de faire des héros guerriers n'est rien de plus qu'une farce obscène et dégoûtante. C'est ce qui provoque ce sentiment d '« événement historique ».

"Historique, car aujourd'hui, il est question de formaliser la victoire du fascisme en Ukraine. Très vite, la majorité de la population de l'Ukraine va comprendre que le pays n'est plus, les autorités ukrainiennes ont lancé un processus irréversible qui conduira à la désintégration complète du pays,"- dit Zakharchenko.>> SOURCE