Russes d'Ukraine: une loi pour les envoyer dans des camps spéciaux, si POUTINE attaque! ou pour que...

Publié le par José Pedro

Un projet de loi visant à interner les ressortissants étrangers dans des camps en temps de guerre est à l’étude en Ukraine, pour provoquer POUTINE avec BHL le Nazi-Sioniste du Mossad.

Gau de LorraineIl est vrai que ce type d'Affranchissement avait lieu sous le 3ème REICH, et que dans les conseillers proches d'Hitler il y avait les Rosenberg et d'autres sionistes .

Le président ukrainien Piotr Porochenko a proposé d’envoyer dans des camps spéciaux les ressortissants étrangers résidant en Ukraine et menaçant sa sécurité en temps de guerre.

Cette mesure est prévue par un projet de document réglementant le régime de la loi martiale dans le pays, qui a été rendu public par le service de presse de la Rada suprême (parlement ukrainien).

En cas d’introduction de la loi martiale, ce document permettra d’envoyer dans des camps spéciaux les ressortissants étrangers qui « commettent une agression contre l’Ukraine ou menacent de le faire ».

En vertu des lois adoptées par les autorités de Kiev dans le sillage de la crise du Donbass, la Fédération de Russie est considérée en Ukraine comme un Etat agresseur. Ainsi, si le document en question est approuvé et la loi martiale décrétée dans le pays, les Russes résidant sur le territoire ukrainien risqueront de se retrouver dans des camps destinés aux « agresseurs ».

Au lieu de chercher des moyens d’avancer vers la réconciliation nationale, les Ukrainiens sont mobilisés pour résister à un "agresseur" inexistant et détecter ses "complices".

 

Les Ukrainiens sont encouragés à dénoncer des citoyens suspects d’opinions "déloyales", constate le journal ukrainien Vesti.

 

"Certains militants appellent à rapporter aux permanences régionales et centrales du Service de sécurité ukrainien (SBU) toute l'information sur des citoyens déloyaux qui aiment la Russie, mais n'aiment pas le pouvoir ukrainien en place. On a même trouvé un terme pour les désigner — "séparatistes ordinaires". On distribue déjà dans les villes du sud-est du pays des instructions pour les dépister", écrit Vesti.

 

Le journal signale qu'on voit apparaître dans les rues des panneaux publicitaires disant qu'un "séparatiste ordinaire" est celui qui profane les symboles nationaux et attend la venue d'un "monde russe", ainsi que celui qui "s’oppose publiquement à la mobilisation, fait courir des bruits sur la menace pesant sur la langue russe, sème la panique et l'esprit de découragement".

 

"Les +séparatistes ordinaires" encourent une peine de prison allant de 7 à 12 ans", prévient le texte des panneaux. 

Konstantin Kossatchev, président de la commission des affaires internationales du Conseil de la Fédération (sénat russe), a noté dans son blog que tout cela faisait penser à une "chasse aux sorcières" à l'ukrainienne. 

 

Selon le sénateur, les autorités ukrainiennes invitent ouvertement leurs concitoyens à se livrer à la délation, alors que nombre d’Ukrainiens se trouvent aujourd'hui "en état de coma informationnel et d'unité hystérique", noyés sous l'avalanche de sujets évoquant une "résistance héroïque à l'agression russe".  

 

"Au final, au lieu de chercher des moyens d’avancer vers la réconciliation nationale, le peuple ukrainien est appelé à résister à un +agresseur+ inexistant et à dépister ses +complices+ parmi les citoyens", déplore le parlementaire russe.



Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/international/20150410/1015601419.html#ixzz3WuagQYQz