Tout le monde ment à tout le monde, et surtout sur l’Ukraine !

Publié le par José Pedro

Tout le monde ment à tout le monde, et surtout sur l’Ukraine !

© Fotolia/ fragolerosse
ANALYSE
(mis à jour 15:31 24.04.2015) URL courte
Alexandre Artamonov
1543381
La crise médiatique bat son plein en France et les médias, eux, battent terriblement de l’aile ! Vous voyez le paradoxe ? Pourquoi cela ?
Les Merdias traditionnels payés uniquement par la Pub et le Gouvernement, et aux ordres des Multinationales, sont les premiers à envoyer une info inodore, sans saveur, et synchronisée avec la Pub pour que personne ne rate rien du Mensonge généralisé, de nos élites sacralisées et vendues aux plus offrants. La grande glaire de la fonction publique est là pour authentifier le vomissement. Quand une rare information honnête arrive à faire de l'audience, un déferlement de commentaires pleuvent pour démontrer la fausseté de la prétendue information et pour extirper l'erreur. Ce serait plus simple aux Merdias de ne pas rouler pour les mêmes, et de ne pas être obligé de remplir le rôle de la censure officielle. On peut quand même se poser des questions sur les 4500 journalistes officiels de France Info et affiliés, pour une radio qui ne fait qu'émettre des Pubs payantes, et qui tourne en boucle. Leur grève ne tient pas du risible, mais de la protection des témoins menacés qu'ils sont si un régime venait à rendre officiel l'information vraie au détriment du mensonge organisé.

 

Je vous renvoie aux sondages réalisés par SPUTNIK, à lire sur notre site. Les gourous de sociologie ont vite fait de mettre à jour la méfiance générale à l'égard de la presse en France et dans d'autres pays européens avec seuls les Britanniques qui croient dur comme fer ce qu'ils lisent dans leurs journaux anglais. Pour en savoir plus, nous avons soumis à la question trois notables du monde médiatique français dont un est spécialiste des masses médias à titre de chercheur, un autre analyste du monde américain et le dernier — un journaliste de réinformation. Voici leurs prises de position en vrac:

 

Virgile Thomas, chercheur, spécialiste des Etats-Unis, consultant international. Je n'ai pas beaucoup d'exemples concrets en tête, mais d'après ce que me l'on raconte, j'ai l'impression qu'ils ne font pas confiance à leurs médias, les Américains! Ils ont finalement compris que ce que l'on met dans les journaux, ce n'est pas la vérité. Le Président Roosevelt a été le premier à poser la question. « Pourrons-nous croire ce qui est écrit dans les journaux? » C'était bien la question qu'il avait posée à la fin de son mandat. 

 

Jacques Borde, journaliste libre du service de réinformation. Je crois que c'est un vieux problème qui remonte à très longtemps. A titre d'un gros phénomène qui a pris de l'ampleur, je le ferai remonter à la Guerre du Golfe; En 1994, j'étais allé à Bagdad et on a été effrayé en voyant dans les hôpitaux les enfants qui mouraient sur les tables d'opération, mais la presse française ne s'en est ému qu'au bout de quelques années; Alors que, et c'était à l'occasion du premier référendum de Saddam Hussein, il y avait 1.400 journalistes et 1.000 représentants des ONG. C'est-à-dire que l'on ne peut pas dire que l'on manquait de gens pour informer! Et j'ai des confrères qui ont fait des reportages photos et auxquels on disait: « C'est simple! Ou tu fous tes photos à la poubelle, ou tu es viré! C'est tout! » le phénomène de crédibilité est un phénomène très ancien: comme on sait, les Français aiment bien s'écouter! Et c'est pour cela qu'il y a énormément de commentaires mais très peu de faits! Mais les gens veulent des faits ce qui explique en partie l'effondrement de la presse généraliste et le succès de la presse gratuite. Pourquoi acheter le journal avec les points de vue des gens qui n'y connaissent rien?

 

 

Commentaire. La Crise existentielle semble être abyssale! Non seulement personne ne croit plus rien, mais qui plus est, l'indifférence générale s'installe. Elle est plus ou moins à l'instar de ce que les Russes ont connu à la fin de la période de stagnation. Pourquoi se poser les questions sur les écrits officiels puisque l'on sait d'avance qu'on vous ment? Les Français font de même: ils se ressourcent en s'abreuvant à l'internet et font des simagrées quand on leur parle de se référer à la position du Monde ou encore du Figaro présentant l'optique officielle sur le Sud-Est ukrainien. Tout le monde a compris les règles du jeu: la presse est à la solde du gouvernement, le gouvernement — à la solde de l'OTAN et l'OTAN — à la solde de Washington. Il est bon à se souvenir que la crise soviétique a abouti à l'implosion de l'URSS. Il se peut que le festival du mensonge en Europe fasse de même avec l'UE si cela continue!

 

 

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

 
Lire aussi:
Crise/Ukraine: Rossiya Segodnya sonde l'opinion publique en UE
 
Les Européens réalisent qu'on leur ment sur l'Ukraine
 
Ukraine: les médias priés de ne pas évoquer les livraisons d’armes
 
CounterPunch: l'Occident défie toute logique dans ses reportages sur l'Ukraine
Tags:
médiasGrande-BretagneFranceUkraineEtats-Unis
 



Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/analyse/20150424/1015823951.html#ixzz3YPDsrXUN