Une forte explosion s’est produite dans le camp de réfugiés de Yarmouk contrôlé par Daech (VIDEO)

Publié le par José Pedro

Syrie: le camp de réfugiés de Yarmouk, près de Damas

Syrie: le camp de réfugiés de Yarmouk, près de Damas, aux mains de l'EI

© AP Photo/ UNRWA
INTERNATIONAL
(mis à jour 18:24 01.04.2015) URL courte
Situation en Syrie (254)
2905532
Les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) se sont emparés mercredi de la plus grande partie du camp palestinien de Yarmouk, dans le sud de Damas, a affirmé à l'AFP le directeur des affaires politiques de l'OLP en Syrie, Anouar Abdel Hadi.
 

"Les combattants de l'EI ont pris d'assaut ce matin le camp de Yarmouk et se sont emparés de la majeure partie du camp", a précisé ce responsable de l'Organisation de la Libération de la Palestine, faisant état de combats qui "se poursuivaient à l'intérieur avec des groupes armés".

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a également confirmé que le groupe extrémiste contrôlait une "grande partie" du camp, après des combats contre un groupe armé palestinien hostile au régime de Bachar al-Assad. Ils se sont infiltrés à partir de la localité rebelle Hajar al-Aswad, contiguë au camp.

Le camp de Yarmouk, le plus grand des camps palestiniens de Syrie, comptait près de 160.000 habitants syriens et palestiniens avant le début de la guerre en Syrie il y a quatre ans, contre seulement 18.000 personnes actuellement.

Dossier:
Situation en Syrie (254)
Lire aussi:
L'Etat islamique (EI)
Tags:
Yarmouk (camp)Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH)Organisation de la Libération de la PalestineEtat islamiqueAnouar Abdel HadiHajar al-AswadBachar el-AssadSyrie
 



Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/international/20150401/1015431076.html#ixzz3WKigj0gt

Selon l’agence de presse Sputnik, une forte explosion a retenti dans le camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk près de Damas en Syrie. Le camp se trouve aux mains de Daesh depuis le premier avril.

On entend des tirs dans le camp. Il n’y a pas d’information sur les . Des combats acharnés entre les combattants de Daesh et les forces d'autodéfense palestiniennes se poursuivent actuellement. Les forces de Daesh auraient donné à leurs adversaires un ultimatum de capitulation jusqu'au soir.

Avant la guerre civile en Syrie, le camp de réfugiés palestinien de Yarmouk aux environs de Damas comptait environ 160 mille Palestiniens. Le camp, entre fin 2012 et début 2014, a été attaqué par différents groupes rebelles syriens (Front Al-Nosra, Armée syrienne libre, Djihad islamique) puis assiégé par le gouvernement syrien. Isolés des villes sous contrôle des autorités syriennes, les réfugiés dépendent des organisations humanitaires - dont l'accès à la zone est limité par les combats - pour leur approvisionnement en eau et en nourriture.

En savoir plus : Syrie : Daesh pénètre dans le camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk

Le groupe terroriste , qui comprend entre 50 000 et 200 000 combattants, a envahi de grandes parties de la Syrie et de l’Irak et progresse en Libye et en Afghanistan. Le but principal de l’organisation est d’établir un califat islamique sur les territoires sous son contrôle.

Yarmouk : le Hamas appelle à l'aide face à DaeshYarmouk : le Hamas appelle à l'aide face à Daesh

 
Le mouvement de la Résistance islamique de la Palestine, (Hamas), a appelé à une intervention immédiate de la communauté internationale, pour sauver les habitants du camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk, en Syrie.
 
Un haut membre du mouvement Hamas, Ismaël Rezwan, a averti qu'une grande catastrophe était en train de se produire, dans le camp de Yarmouk, au Sud de Damas, la capitale syrienne, affirmant qu'il faudrait intervenir, le plus rapidement possible, pour la prévenir.
 
Ce responsable du Hamas a, également, demandé que les camps de réfugiés restent à l'abri des affrontements, dans les pays arabes.
 
A rappeler que 40 terroristes ont été tués, dans des combats entre terroristes takfiris de Daesh et Palestiniens armés, à l'intérieur du camps de réfugiés de Yarmouk, près de Damas. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme, (OSDH), les terroristes de Daesh se sont, également, affrontés, vendredi 3 avril, aux membres de la partie palestinienne, Aknaf-Beit- al-Maqdis.
 
Avant le début de la guerre, en Syrie, plus de 150.000 réfugiés palestiniens vivaient dans le camp de Yarmouk, en banlieue de la capitale syrienne, mais ce camp a été encerclé, en 2012, et selon l'Office de secours et des travaux de l'ONU, pour les réfugiés palestiniens, le nombre des habitants de ce camp ne dépasse guère les 18.000 âmes.
 

Pour l'Irak, l'Iran est un partenaire, dans la lutte contre DaeshPour l'Irak, l'Iran est  un partenaire, dans la lutte contre Daesh

 
Tout en se félicitant, lors d'un entretien avec un quotidien allemand, de la libération de Tikrit, et en critiquant, implicitement, le fonctionnement des Etats-Unis, le Premier ministre irakien a accueilli, favorablement, le soutien des autres pays à la lutte contre les Takfiris.
 

"La libération de cette ville est une source d'encouragement", a confié Haïdar al-Abadi, le Premier ministre irakien, en allusion à la ville de Tikrit, a-t-on appris de Farsnews.

 

«Cependant, Daesh reste, toujours, la principale menace; ce groupe a enrôlé des personnes, qui ont accès à des ressources financières», a précisé Al-Abadi.

 

"Actuellement, de braves combattants sont présents, à Al-Anbar, qui s'emploient à libérer Falloujah et les autres villes", a-t-il indiqué au quotidien "Spiegel".

 

"J'espérais que les soutiens seraient plus rapides et efficaces, surtout, au début des attaques de Daesh" , a déclaré Al-Abadi, en réponse à une question posée par le journaliste de ce quotidien lui demandant si l'Irak désespère d'Obama. Ce journaliste a reconnu que l'Irak considère l'Iran et non pas les Etats-Unis, comme son  principal partenaire, dans la lutte contre Daesh.