Affaire des écoutes appel rejeté: pourquoi Nicolas Sarkozy a été mis en examen et “risque dix ans de prison”

Publié le par José Pedro

“Nicolas Sarkozy risque dix ans de prison” 

 

Mis en examen le 1er juillet et appel rendu le 7 Mai 2015, Nicolas Sarkozy a mis en cause l’impartialité de la justice dans l'affaire des écoutes. La réaction d’Evelyne Sire-Marin, vice-présidente du tribunal de grande instance de Paris, ancienne présidente du Syndicat de la magistrature.

Lors de son interview télévisée mercredi 2 juillet sur TF1, Nicolas Sarkozy a estimé que l’appartenance syndicale de Claire Thépaut, l’une des deux juges d’instruction qui l’a mis en examen, était un obstacle à son impartialité. Peut-on être juge, syndiqué et impartial ?

Evelyne Sire-Marin – Les magistrats doivent en effet être impartiaux, cela ne signifie pas qu’ils sont des citoyens fantômes. Le code de déontologie des magistrats pose le principe qu’ils ont le droit comme tout citoyen d’appartenir à un syndicat et même à un parti politique, en application de l’article 11 de la Convention européenne des droits de l’homme. En réalité, le juge est très contraint par les textes qu’il applique, surtout au pénal, qui est “d’interprétation stricte”. Il n’y a pas de place pour l’appréciation personnelle des juges en ce qui concerne la décision de mise en examen ou de placer en garde à vue : si la personne est soupçonnée d’avoir commis une infraction, elle est placée en garde à vue, s’il existe des indices contre elle, elle est mise en examen. C’est un formalisme très strict qui s’impose au juge, quelles que soient ses convictions. Lorsque le juge prend des libertés avec le code pénal, cela sera sanctionné par la nullité de la procédure.

Comment être certain de l’impartialité des juges dans un dossier hautement politique comme celui-ci ?

Par la collégialité. N’oublions pas qu’il y a deux juges qui mènent cette instruction. Si Claire Thépaut appartient au Syndicat de la magistrature, Patricia Simon n’est pas syndiquée. Elle n’est d’ailleurs jamais évoquée par Nicolas Sarkozy. Elles sont deux juges d’instruction et chacune contrôle donc l’autre. De plus, qui garantit qu’une personne qui n’est pas syndiquée n’a pas d’opinion politique ? Tout le monde a des idées politiques, que l’on soit syndiqué ou non.

Plusieurs proches de Nicolas Sarkozy se sont émus de la mise sur écoute d’un ancien président de la République, notamment lors de conversations avec son avocat. Cette procédure est-elle disproportionnée ?

Nicolas Sarkozy a été placé sur écoute à l’occasion de l’affaire du soupçon d’un financement libyen occulte lors de la campagne présidentielle de 2007, pour 50 millions d’euros. C’est alors qu’a été soupçonné un trafic d’influence pour éviter que ses agendas (saisis dans l’affaire Bettencourt) soient reversés dans un troisième dossier (l’affaire Tapie/Adidas). Pour placer quelqu’un en garde à vue, puis en examen, il faut des éléments graves ou concordants. Or on découvre avec ces écoutes téléphoniques un possible trafic d’influence sur des magistrats de la Cour de cassation (la promesse d’un poste à Monaco), l’achat d’un téléphone sous une identité usurpée (Paul Bismuth) pour échapper aux écoutes et de fausses conversations sur son téléphone officiel pour leurrer la police. Si autant d’éléments ne suffisent pas, on ne place plus jamais personne en garde à vue. Or il y a 800 000 gardes à vue par an.

Le bâtonnier de Paris, Pierre-Olivier Sur, estime que le comportement et les méthodes employées par les deux juges d’instruction pourraient entraîner une annulation de la procédure…

On a le droit, à partir du moment où un avocat est soupçonné d’une infraction, de le placer sur écoute. Mais maître Herzog, l’avocat de Nicolas Sarkozy, a été écouté de façon indirecte car il parlait avec son client au téléphone ; il n’était pas la cible des écoutes. Par ailleurs, le fait d’avoir mis en examen Nicolas Sarkozy permet de lui faire bénéficier des droits de la défense : consulter le dossier, demander des expertises ou des confrontations, faire des recours. Ce n’est pas seulement une accusation, c’est une interrogation sur sa culpabilité.

Les propos très durs tenus par Nicolas Sarkozy à l’encontre des magistrats peuvent-ils relever d’une forme d’outrage ?

Je ne crois pas. Je constate simplement que, sur TF1, Nicolas Sarkozy s’est bien gardé de parler du fond de l’affaire. Comme souvent, il a préféré prononcer des accusations très contestables à l’égard de la magistrature. Il a utilisé cette interview pour jeter un voile d’ombre sur le fond de l’affaire elle-même et émettre des contre-vérités notamment sur la validation de ses comptes de campagne. Mais ce qui lui est reproché, c’est justement d’avoir bénéficié de fonds secrets, occultes, de la part de la Libye, qui ne figuraient pas dans les comptes remis au Conseil constitutionnel.

Quels sont les risques judiciaires encourus par Nicolas Sarkozy après cette mise en examen pour corruption active, trafic d’influence actif et recel de violation du secret professionnel ?

Il risque jusqu’à dix ans de prison et 150 000 euros d’amende selon les circonstances. Mais personne ne peut dire s’il sera renvoyé devant un tribunal, pas même les deux juges d’instruction. Peut-être qu’au cours de la procédure sera démontré le fait qu’il est innocent et qu’il ignorait les initiatives prises par son avocat maître Herzog pour obtenir des informations à la Cour de cassation.

Pourra-t-il être candidat à l’élection présidentielle en 2017 s’il est toujours mis en examen dans une affaire judiciaire ?

Oui, il le peut en vertu de la présomption d’innocence. Après, c’est un problème politique et d’image. Selon de récents sondages, 65 % des Français sont hostiles à son retour dans la course présidentielle.

Sans accréditer l’idée d’une théorie du complot, peut-on estimer qu’il y a malgré tout une forme de défiance des juges vis-à-vis de Nicolas Sarkozy?

Oui, et sans doute parce qu’il y a eu une grande souffrance du monde judiciaire lors du mandat de Nicolas Sarkozy. Il a traité les juges de “petits pois”, tous pareils. Il s’est acharné à opposer juges et policiers à des fins politiques. C’est la première fois que l’on voyait l’Union syndicale des magistrats (représentant 70 % de la magistrature) et le Syndicat de la magistrature (qui en représente 27 %) protester ensemble contre ses réformes brutales, imposées par Rachida Dati, notamment la réforme de la carte judiciaire et la tentative de suppression du juge d’instruction.

Ces affaires ne reposent-elles pas la question de la fin de l’immunité présidentielle ?

Les actes qu’on lui reproche n’ont pas été commis dans le cadre de ses fonctions présidentielles mais lorsqu’il a été candidat. Je suis étonnée que l’on se demande encore si un ancien président de la République peut être traité comme un citoyen ordinaire pour des faits commis avant ou après sa présidence… La seule affaire qui concerne son mandat présidentiel est celle des sondages de l’Elysée.

Propos recueillis par David Doucet

 

Affaire des écoutes : pourquoi Nicolas Sarkozy a été mis en examen
Nicolas Sarkozy quitte don domicile à 7h33 pour se rendre à Nanterre, le 1er juillet.

Après dix-huit heures de garde à vue, Nicolas Sarkozy a été mis en examen, dans la nuit du mardi 1er au mercredi 2 juillet, pour « corruption active », « trafic d'influence » et « recel de violation du secret professionnel ». Peu avant, son avocat, Me Thierry Herzog, et un haut magistrat de la Cour de cassation, Gilbert Azibert, avaient eux aussi été mis en examen. 

 

L'ex-chef de l'Etat s'exprimera, mercredi à 20 heures, sur TF1 et Europe 1, sa première interview depuis qu'il a quitté ses fonctions.

 

Comme Le Monde l'avait révélé lundi, M. Sarkozy avait été convoqué à Nanterre (Hauts-de-Seine), au siège de l'office central de lutte contre la corruption les infractions financières et fiscales (OCLCIFF) de la direction centrale de la police judiciaire. Il y avait rejoint son avocat, Gilbert Azibert ainsi qu'un autre haut magistrat, Patrick Sassoust, eux-mêmes placés en garde à vue dès lundi matin. Les quatre hommes sont tous soupçonnés de « trafic d'influence » et « violation du secret de l'instruction », dans le cadre de l'enquête menée par les juges d'instruction Patricia Simon et Claire Thépaut, du pôle financier du tribunal de grande instance de Paris.

 

Les magistrates, qui mènent leurs investigations dans la plus grande discrétion, enquêtent sur un réseau d'informateurs susceptible d'avoir renseigné les proches de M. Sarkozy, voire l'ancien président de la République lui-même, dans les procédures judiciaires pouvant le menacer, en particulier le dossier Bettencourt.

 

C'est à la faveur de l'enquête sur un possible financement libyen de la campagne présidentielle victorieuse de M. Sarkozy, en 2007, que des interceptions téléphoniques opérées en janvier et février 2014, ont révélé des faits troublants : l'ex-président et son avocat semblaient ainsi très renseignés sur l'avancée des travaux de la Cour de cassation, alors saisie de la procédure Bettencourt. Par ailleurs, il apparaît aussi que les deux hommes se savent placés sur écoute, au point d'acheter en toute discrétion, sous un nom d'emprunt, des téléphones portables. D'où l'incrimination de « violation du secret de l'instruction ».

 

>> Lire le décryptage : Affaire des écoutes : ce qui est reproché à Nicolas Sarkozy

INFORMATIONS CONFIDENTIELLES

 

Gilbert Azibert, premier avocat général près la Cour de cassation, où il est affecté à une chambre civile, et son collègue Patrick Sassoust, avocat général à la chambre criminelle de la haute juridiction, sont donc suspectés d'avoir fait bénéficier M. Sarkozy, via son avocat, d'informations confidentielles.

Puni de cinq ans d'emprisonnement et d'une amende de 500 000 euros, le trafic d'influence vise, selon l'article 433-2 du code pénal, le fait « de solliciter ou d'agréer, à tout moment, directement ou indirectement, des offres, des promesses, des dons, des présents ou des avantages quelconques, pour lui-même ou pour autrui, pour abuser ou avoir abusé de son influence réelle ou supposée en vue de faire obtenir d'une autorité ou d'une administration publique des distinctions, des emplois, des marchés ou toute autre décision favorable ».

 

En l'occurrence, M. Azibert – les échanges téléphoniques captés entre MM. Sarkozy et Herzog en attestent – souhaitait obtenir un appui de l'ancien président de la République afin de décrocher un poste en principauté de Monaco.

 

Lire aussi (édition abonnés) : Un nouvel obstacle sur le chemin du retour pour Nicolas Sarkozy

SARKOZY APPARAÎT COMME LE « DONNEUR D'ORDRES »

 

Si le contenu des écoutes téléphoniques entre M. Sarkozy et Me Herzog est extrêmement embarrassant pour les deux hommes, leur implication n'est pas la même. L'ancien président apparaît comme le « donneur d'ordres », bénéficiaire final des informations obtenues, son avocat jouant davantage les intermédiaires. En effet, c'est Me Herzog qui est en liaison régulière avec M. Azibert. Les deux hommes se connaissent depuis de longues années. L'avocat rendant compte ensuite à M. Sarkozy. De fait, M. Sarkozy, lorsqu'il évoque M. Azibert, parle de « notre ami », suggérant une grande proximité avec le haut magistrat.

 

Reste que les écoutes téléphoniques opérées par les juges Serge Tournaire et René Grouman dans le dossier libyen n'ont pas seulement révélé cette affaire de trafic d'influence. Elles ont surtout mis en lumière l'existence d'un réseau d'informateurs, au sein de l'appareil d'Etat, notamment dans les institutions policières et judiciaires, dévoué à Nicolas Sarkozy, mais elles révèlent aussi « l'entrisme » pratiqué par l'ancien président ou ses proches pour obtenir des informations sur les procédures susceptibles de le menacer.

 

Au mois de mars, le patron du contre-espionnage français, Patrick Calvar, avait confirmé aux juges que M. Sarkozy lui avait ainsi personnellement téléphoné, en juin 2013, pour se renseigner sur les avancées de l'enquête liée à l'éventuel financement libyen de sa campagne présidentielle, en 2007. Plaçant de fait ce haut fonctionnaire dans une situation intenable.

 

>> Regarder la vidéo : Pourquoi les écoutes « témoignent du système Sarkozy »


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/politique/article/2014/07/01/nicolas-sarkozy-interroge-au-siege-de-la-pj-de-nanterre_4448380_823448.html#OKybyzvFx17dmj3P.99

Affaire du financement libyen de la campagne de Sarkozy

Édition abonnés Contenu exclusif


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/politique/article/2014/07/01/nicolas-sarkozy-interroge-au-siege-de-la-pj-de-nanterre_4448380_823448.html#uGW4lrHpgOoRUySL.99

Trafic d’influence : la justice valide la procédure de mise en examen de Nicolas Sarkozy

Le Monde.fr avec AFP |  • Mis à jour le 

Abonnez-vous
à partir de 1 €
 Réagir Classer

Partager   google + linkedin pinterest

Les juges devraient pouvoir exploiter les écoutes des conversations téléphoniques entre Nicolas Sarkozy, alias Paul Bismuth, et son avocat. Jeudi 7 mai, la cour d’appel de Paris a validé l’essentiel de la procédure ayant mené à la mise en examen de l’ancien chef de l’Etat, à l’été 2014, pour corruption active, trafic d’influence actif et recel de violation du secret professionnel. Une décision dont M. Sarkozy avait mis en doute l’impartialité politique. Ce dernier et son avocat devraient se pourvoir en cassation.

L’enquête, gelée depuis l’automne, devrait donc pouvoir reprendre avec le risque persistant d’un renvoi en correctionnelle, une épine dans le pied de celui qui envisage de briguer un nouveau mandat en 2017.

Nicolas Sarkozy est soupçonné d’avoir, en 2014, sollicité le haut magistrat Gilbert Azibert par l’intermédiaire de son avocat Me Thierry Herzog « pour tenter d’influer sur une décision » de la Cour de cassation le concernant dans l’affaire Bettencourt. En échange, l’ancien président aurait promis d’intervenir pour que le magistrat obtienne un poste de prestige à Monaco. A la fin, ni l’ex-président ni Gilbert Azibert n’ont obtenu ce qu’ils convoitaient.

Lire : Pourquoi Sarkozy a été mis en examen

« Moi, je le fais monter ! »

Cette thèse des enquêteurs est « une insulte à mon intelligence », s’était indigné Nicolas Sarkozy, qui avait vu dans son placement en garde à vue, en juillet 2014, une « volonté de [l’] humilier publiquement ».

Le dossier se nourrit essentiellement de ses conversations avec Me Herzog, enregistrées alors que l’ex-président était placé sur écoutes dans l’enquête sur les accusations de financement libyen de la campagne présidentielle victorieuse de 2007. Leur contenu est plutôt embarrassant pour les deux hommes.

image: http://s2.lemde.fr/image/2015/05/07/534x0/4629012_6_2ef0_2015-04-22-c0adcbf-5404911-01-06_f4178b1154d93769189a2dc946957cbb.jpg

Nicolas Sarkozy, à Nice, le 22 avril.

Ainsi, le 30 janvier 2014, Me Herzog se félicite dans une conversation avec Nicolas Sarkozy du travail de Gilbert Azibert : « Il a eu accès à l’avis qui ne sera jamais publié du rapporteur (…). Cet avis conclut au retrait de toutes les mentions relatives à tes agendas (…). Tu sais que là, c’est du boulot… » Le 5 février, Me Herzog rapporte encore à M. Sarkozy : « Il avait rendez-vous avec un des conseillers pour bien lui expliquer ce qu’il faudrait… Il me dit : “Tu peux dire au président que je suis optimiste…” Je lui ai dit qu’après tu le recevrais. »

« Moi, je le fais monter ! », déclare plus tard Nicolas Sarkozy. « Je l’aiderai », insiste-t-il, s’exprimant sur un téléphone portable fourni par son avocat et souscrit au nom d’emprunt de Paul Bismuth. Le 11 février, dans une conversation sur leurs portables non officiels, les deux hommes conviennent de se rappeler sur la ligne officielle de Nicolas Sarkozy, qu’ils savent surveillée. L’ex-chef de l’Etat ironise sur « ces messieurs qui [les] écoutent ».

Lire : Me Herzog à Sarkozy à propos d’Azibert : « Il a bossé, hein ! »

« Magouilles »

Le 23 février, alors que l’ex-chef de l’Etat doit se rendre dans la Principauté, Me Herzog lui rappelle, si l’occasion se présente, « de dire un mot pour Gilbert ». Nicolas Sarkozy acquiesce, dit qu’il fera « la démarche », ce qu’il confirme deux jours plus tard. Le lendemain, subitement, il renonce. Nicolas Sarkozy y voit la démonstration qu’il n’a rien à se reprocher. Pour les enquêteurs, ce revirement peut s’expliquer par le fait que les deux hommes viennent d’apprendre que leurs téléphones non officiels sont aussi sur écoutes.

Les juges disposent d’autres écoutes, comme celles de Gilbert Azibert, qui se voit vertement reprocher par son épouse d’être « allé magouiller avec Sarkozy ». Gilbert Azibert a depuis quitté la magistrature. Une conversation entre Me Herzog et le magistrat est également troublante : le premier y explique au second que « la démarche à Monaco a été faite »« Oui, bah c’est sympa », répond Gilbert Azibert.

Sans les conversations Herzog-Sarkozy, dont le parquet général avait requis la validation lors de l’audience en mars, le dossier se serait vidé de sa substance. Aussi Nicolas Sarkozy avait-il, dès sa garde à vue, contesté « formellement la légalité des interceptions qui ne sont ni plus ni moins qu’un scandale » et donc refusé de répondre aux questions sur elles.

Il avait à l’époque reçu le soutien d’un certain nombre de juristes et d’avocats contestant également leur légalité, notamment celui de Pierre-Olivier Sur, le bâtonnier du barreau de Paris. Ce dernier avait avancé qu’on ne pouvait utiliser des écoutes autorisées dans le cadre d’une affaire pour en ouvrir une autre. D’autres avocats avaient dénoncé une violation du principe de la confidentialité des conversations entre un avocat et son client, une grave atteinte aux droits de la défense.

« Si nous triomphons, il n’y aura plus de suite judiciaire », avait d’ailleurs dit après l’audience Me José Allegrini, l’avocat de Gilbert Azibert. Cela semble compromis.

Lire aussi : Affaire des écoutes : ce qui est reproché à Nicolas Sarkozy

«

ECOUTES / TRAFIC D'INFLUENCE

image: http://s1.lemde.fr/image/2015/05/07/3168x2112/4629552_6_3524_ill-4629552-86a0-herzog_9900525fc17b4f48342833caad8db6ee.jpg

Ecoutes / trafic d'influence
  • Date des faits présumés : 2013
  • Nicolas Sarkozy pourrait être inquiété
  • Type d'affaire : Justice
  • Motifs de l'enquête : Corruption active et recel de violation du secret professionnel

Résumé de l'affaire :

Alors qu'il est en attente d'une décision cruciale de la justice concernant la possibilité d'utiliser ses agendas présidentiels dans plusieurs affaires (Tapie, Karachi), Nicolas Sarkozy est soupçonné d'avoir cherché, via son avocat Me Thierry Herzog, à influencer un juge, Gilbert Azibert, pour se renseigner sur le sens de leur décision, en échange d'une aide pour obtenir un poste à Monaco. Les juges ont placé sur écoute Nicolas Sarkozy et découvert à cette occasion qu'il utilisait un second téléphone portable, au nom de "Paul Bismuth".

De quoi Nicolas Sarkozy est accusé :

Nicolas Sarkozy a été mis en examen début juillet pour "corruption active", "trafic d'influence" et "recel de violation du secret professionnel". Il risque jusqu'à dix ans de prison. Auparavant, son avocat, Me Thierry Herzog, et M. Azibert, avaient eux aussi été mis en examen.

Où en est l'affaire :

La mise en examen de Nicolas Sarkozy le 1er juillet 2014, suspendue pendant quelques mois, a été réactivée le 7 mai 2015 par la cour d'appel de Paris, qui a validé la légalité des écoutes dont il a fait l'objet.

Pour en savoir plus :
Affaire des écoutes : ce qui est reproché à Nicolas Sarkozy
Ecoutes de Sarkozy : qui sont les protagonistes de l'affaire ?
Pourquoi Nicolas Sarkozy est mis en examen pour corruption
Trafic d’influence : la justice valide la procédure de mise en examen de Nicolas Sarkozy

»

Abonnez-vous
à partir de 1 €
 Réagir Classer

Partager   google + linkedin pinterest


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2015/05/07/affaire-des-ecoutes-journee-decisive-pour-nicolas-sarkozy_4629013_1653578.html#Zl7fwxAXyPQR5gf1.99