Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Alain Juppé: Diversion ou Suicide, même les Socialistes sont plus économes!

Publié le par José Pedro

En 2015, Alain Juppé joue la carte "proximité", voir l'article plus bas!

Bordeaux : Alain Juppé augmente les impôts de 5% en 2015

 

Publié le 14 avril 2015 dans Brèves

 

alain-juppeLe conseil municipal de Bordeaux a voté lundi, en séance exceptionnelle, une augmentation de 5% de la fiscalité locale pour « faire face à la baisse de dotations de l’Etat », selon le maire UMP Alain Juppé.

L’opposition municipale (Verts, Parti socialiste et Front National) a voté contre, et a reproché au maire UMP que cette augmentation des taxes d’habitation et taxes foncières serve en fait à financer « des projets pharaoniques » pour la ville dont « les contribuables payent le prix de la démesure » : le grand stade qui accueillera les rencontres de l’Euro-2016 de football, la nouvelle cité municipale et la future Cité des civilisations du vin. La ville de Bordeaux paye 7 Millions d'Euros par an sur 30 ans avec un stade qui n'est pas sa propriété mais celle du Foot, alors qu'elle devrait gagner énormément d'argent sur ce "Sport" lucratif. C'est pareil dans toutes les grandes villes de France. La FFF (Fédération Française de Foot) qui ramasse des Millions ne paye rien et le Foot local reçoit tout l'argent, au détriment des autres sports, ce qui permet de payer les joueurs et les intermédiaires à raison de 25 Millions en moyenne par transfert de joueur et en moyenne 20 millions de salaire brut annuel par joueur . La FFF qui a les droits de retransmission sur tous les match devrait participer au financements des stades, alors qu'elle prend tous ses droits au contribuable, de même que l'équipe locale des Girondins ou les équipes en visite. Ce n'est plus du sport, c'est du cirque et des Jeux pour amuser le Peuple. Le peuple paie une première fois par les billets des entrées sur le Stade, et une seconde fois sur une base élargie à tout le monde dans les impôts locaux, sans qu'il y ait un quelconque consensus, sinon de faire ce que les autres font, et en plus grand. On ne résiste pas au Foot, on s'y adonne, corps et âme, 22 joueurs sur le terrain pour le corps et 42 115 dans les gradins pour l'âme. On va gagner! Allez les Girondins "on est les meilleurs" ! On doit s'y montrer, s'y pavaner, donner quelques bons mots, connaître les noms, et les performances, plaindre une tendinite, un coup de tête, un hors jeu, etc. A l'école plus question d'une initiation aux sports, il faut demander une autorisation avec dérogation spéciale, pour ne pas faire partie de l'équipe de Foot et avoir un sport plus adapté à son anatomie et à son libre choix. Monstesquieu, un frère qu'Alain adore, avait déjà donné son avis pour réveiller le Peuple endormi et pour lui donner le courage de réaliser de grandes choses (travailler plus pour gagner moins!).

De l'esprit des lois (1748)

« Les peuples des pays chauds sont timides comme les vieillards le sont ; ceux des pays froids sont courageux comme le sont les jeunes gens. […] nous sentons bien que les peuples du nord, transportés dans les pays du midi, n'y ont pas fait d'aussi belles actions que leurs compatriotes qui, combattant dans leur propre climat, y jouissent de tout leur courage. […] Vous trouverez dans les climats du nord des peuples qui ont peu de vices, assez de vertus, beaucoup de sincérité et de franchise. Approchez des pays du midi vous croirez vous éloigner de la morale même ; des passions plus vives multiplient les crimes […] La chaleur du climat peut être si excessive que le corps y sera absolument sans force. Pour lors l'abattement passera à l'esprit même : aucune curiosité, aucune noble entreprise, aucun sentiment généreux ; les inclinations y seront toutes passives ; la paresse y sera le bonheur »
 
En Fait Alain Juppé fait partie de cette classe politique adossée aux préceptes de notre classe Politique, qui impose un tronc commun des choses qu'il faut imposer et décréter une fois pour toutes depuis l'antiquité, qu'elles sont des passages obligés pour gouverner. Le Foot ce n'est pas sa tasse de Thé, mais il fait comme si, et ceci pour tout ce qui peut contribuer à son image de marque, et seul le résultat compte dans les valeurs à transmettre, valeur qui brisent les autres valeurs.

Le budget de la Fédération française de football s'élève à 205 millions d'euros pour 2014-2015 a-t-on appris samedi lors de l'assemblée générale de la FFF qui dans ses comptes prévoit une qualification de l'équipe de France pour les quarts de finale du Mondial.

"Nos ressources et nos dépenses sont appréciées avec précision. (C'est) un budget maîtrisé et équilibré (qui) traduit la très bonne santé financière de notre fédération qui disposera de ressources fiables jusqu'en 2018," a estimé le trésorier général de la fédération Denis Trossat.

Parmi les recettes, 83,5 millions d'euros proviennent des contrats de partenariat, 49,5 millions des droits télévisons et 15,5 de la billetterie.

Pour les partenariats, ces contrats portent sur quatre saisons jusqu'en 2018 et représentent une hausse de 11,6% par rapport à 2010-14. A l'intérieur de ces partenariats, ceux avec l'équipe de France masculine représentent 19,7 millions pour 2014-2015. Les partenariats Coupe de France représentent 10,7 millions d'euros.

Concernant les droits télé, les recettes totales pour l'équipe de France baissent de 31,7 millions à 30,7 millions en raison du passage de 11 à dix dates internationales par an, mais la redevance nette passe de 2,88 million à 3,07 par match. La Coupe de France (plus autres diffusions Féminines, Espoir) rapporte 18,75 millions.

Pour les dépenses, 20% du budget est absorbé par des "charges contraintes" (taxes, arbitrage etc...), 6% par les frais de fonctionnement et 13% par les frais de personnel.

58,3 millions d'euros sont versés pour des aides directes ou indirectes au football amateur. 1,2 million d'euros sera notamment consacré à un projet de football à l'école primaire.

Concernant l'équipe de France, la FFF table sur une qualification pour les quarts de finale du Mondial quant aux recette de la Coupe du Monde. "Il n'y a pas un gros écart entre les 8es de finale et les quarts de finale (en termes de budget)", a commenté Noël Le Graët, le président de la Fédération française de football. L'objectif c'est d'aller le plus loin possible (...) Il faut déjà sortir de ces poules".

La taxe d’habitation passe ainsi de 22,98% à 24,13%, la taxe foncière sur les propriétés bâties à 29,51% (28,1% en 2014) et la taxe foncière sur les propriétés non bâties sera de 90,52% (contre 86,59% précédemment).

 

[cc] Infos Bordeaux, 2010-2014, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d´origine [http://infos-bordeaux.fr/].

 

 

A lire également :

Les réactions sont terminées

  • Nyval
    14 avril 2015 à 22:21 | 

    La baisse de dotations de l’Etat a bon dos, juppé est prêt à tout pour faire de Bordeaux une métropole qui réponde aux normes internationales : toujours plus de citadins au détriment des campagnes et de toutes les professions qui ne dépendent pas suffisamment de l’Etat, pour un meilleur asservissement des Français.

Le stade ne doit pas rapporter à la ville de Bordeaux, bien qu'il soit conçu professionnellement et qu'il sera géré pour faire des bénéfices par un groupement qui prendra la responsabilité de sa gestion sur 30 ans, ce qui est plus que la durée de vie actuelle des Girondins soit 20 ans. Le coût annuel est de 2 Millions et non pas 4 pour la ville, nous avions 6,7 M€ sur 30 ans (dont 3,85 M€ de loyer du FCGB), vers qui se redirigera les Banques, en cas de faillite, vers les collectivités qui sont Maître d'Oeuvre. 75 Millions de Fonds Public mis dans ce monument à la Gloire du Foot, tous les autres sports sont jaloux, de voir que cela coûte aussi cher pour 22 personnes dans une plage horaire. Ceux qui en retirerons des bénéfices à 100 euros en moyenne le ticket d'entrée et les retransmissions, ce n'est pas les collectivités, qui ne sont pas associées aux Bénéfices mais uniquement aux Pertes. Max un bénévole aux Girondins a peur de monter et surtout de descendre les marches en hauteur dans les gradins, mais Max il ne faut pas aller voir du Foot, si c'est dangereux, te rappelles-tu de Furiani, on le fête pourtant tous les ans depuis le 5 mai 1992, sur les Stades en honneur aux brillants disparus? Juppé : c'est Vrai que 35° d'inclinaison cela fait peur, mais c'est pour avoir l'impression de se retrouver la tête au milieu du Stade, ce qui devient parfaitement réalisable en cas de panique ou d'applaudissements qui dégénèrent.

Il y aura des bouchons, mais je ne suis pas trop inquiet, nous avons prévu 25 000 CRS et forces de l'ordre, ce qu'il faut c'est que tout le monde ne parte pas en même temps au coup de sifflet final. Pour cela nous avons mis en place une billetterie pour pouvoir sortir, dont le montant ira au club, qui coûte plus cher, si on veut partir plus vite, ce sera gratuit pour les 2000 derniers sur une capacité de plus de 42 000 places avec les places gratuites attribuées aux employés de la Mairie et à la diversité. Je redoute seulement que tout le monde veuille partir à la fin, pour bénéficier des places gratuites, ils sont tellement cons après un Match, que cela ne m'étonnerait pas que je doive payer pour qu'ils sortent.

Grand stade de Bordeaux : ce qu'il va réellement coûter

Très compliqué à calculer, le coût final de la nouvelle enceinte sportive va de 303 à 375 millions d’euros

Grand stade de Bordeaux : ce qu'il va réellement coûter
La construction du nouveau stade est financée par une multitude de partenaires publics et privés.© PHOTO 
SO/TH.D.
L

e prix du nouveau Grand Stade de Bordeaux alimente régulièrement la chronique. Mais quel est réellement le coût de cet ouvrage dont la conception, la construction et l'exploitation ont été confiées à Stade Bordeaux Atlantique (SBA), une société privée filiale de Fayat et Vinci, via un partenariat public privé (PPP), en échange d'un loyer annuel versé par la municipalité jusqu'en 2045 ? Voici des éléments de réponse.

1. Coût global : de 303 à 375 millions d'euros

La question du coût global du nouveau stade est épineuse. Il faut distinguer la phase de conception-construction (qui se déroule actuellement) de celle d'exploitation, même si elles sont toutes deux assurées par la société privée SBA.

EN CHIFFRES

Le nouveau stade de Bordeaux est construit dans le quartier du Lac. Il a été conçu par les architectes suisses Jacques Herzog et Pierre de Meuron, auteurs des stades de Munich (Allianz Arena) et de Pékin (stade des JO). Il s’agit d’une enceinte de 43 000 places, dont 1 000 dans les loges et 3 000places dites affaires. Il est doté d’un parvis de 50 000 m² et sera desservi directement par la ligne C du tramway (Parc des expositions-Bègles via la gare Saint-Jean). La ligne B (Bacalan-Pessac) aura son terminus à environ 1 km, des bus feront la navette avec le stade. Les deux étages de gradins sont séparés par un déambulatoire de 800 MÈTRES de long, où seront installées les buvettes.

Particularité : ce déambulatoire donne des deux côtés de l’édifice. De là, on peut voir ce qui se passe sur le terrain, mais aussi à l’extérieur. Le stade a été construit dans la perspective de l’EURO 2016 de football, organisé par la France. Il accueillera 5 MATCHS à l’occasion de cette compétition. La livraison de l’édifice doit intervenir au mois d’avril 2015. En principe, les Girondins de Bordeaux, club résident, doivent y jouer leur premier match en mai 2015.

D. L.

Selon la mairie, le coût de la conception-construction est fixé à 183 M€ dans le contrat de PPP. Il est exprimé en "valeur à la date de livraison" (donc avril 2015) et "cela ne pourra pas coûter un euro de plus" certifie Thierry Guichard, chef du projet pour le compte de la municipalité. Voilà pour la conception-construction. Il faut maintenant ajouter à ce montant ce que la Ville dépensera pour l'exploitation jusqu'à la fin du contrat de PPP, en avril 2045. Une charge évaluée à 4 M€ par an pendant 30 ans. Ce qui fait au minimum 120 M€ sur toute la période (valeur 2014). Ajouté aux 183 M€ de la conception-construction, cela donne un coût global de 303 millions d'euros.

Mais comme certaines charges sont encore inconnues, ce coût pourrait grimper à 375 M€.

2. Qui finance le nouveau stade ?

La construction du stade est financée par une multitude de partenaires publics et privés. Le montage financier comprend tout d'abord des subventions publiques, pour environ 75 M€. L'État s'est engagé à verser 28 M€. On trouve ensuite la ville de Bordeaux, via une subvention de 17 M€. Enfin, le Conseil régional d'Aquitaine et la Communauté urbaine de Bordeaux ont promis chacun une aide de 15 M€. Voilà pour la partie publique. Côté fonds privés, le club des Girondins de Bordeaux, qui sera l'utilisateur principal du stade en tant que club résident, doit verser 100 M€. Ce montant se décompose en deux parties : un "droit d'entrée" de 20 M€, dû lors de l'installation du club dans sa nouvelle enceinte, en avril 2015, et un loyer versé à la Ville (qui le reverse elle-même à la société gestionnaire du stade) de 3,85 M€ par an pendant 30 ans à partir de 2015.

Enfin, les deux constructeurs (Fayat et Vinci) qui composent la société constructrice et exploitante, Stade Bordeaux Atlantique, doivent verser chacun un apport en fonds propres de 10 M€. Le reste est emprunté.

3. Le contribuable sera très sollicité

L'exploitation du stade sera donc assurée pendant 30 ans, jusqu'en avril 2045, par la société SBA. En échange de ce service, qui comprend l'exploitation et la maintenance, la Ville versera un loyer à SBA. Il est en théorie de 7,9 M€ par an pendant 30 ans. Ce montant ne pèsera pas intégralement sur les épaules du contribuable. Les Girondins en prendront en effet une partie à leur charge (3,85 M€/an). Voilà comment on arrive, selon la municipalité, à une charge nette annuelle d'environ 4 M€.

4. Pourquoi SBA ne paiera pas d'impôts

Dans le contrat de PPP, il est écrit que les impôts locaux dus par SBA pendant 30 ans lui seront remboursés par la Ville. Le montant de ce remboursement est controversé. Selon Thierry Guichard, "il est en cours de calcul par les services fiscaux, donc pour l'instant on ne le connaît pas."

Selon le conseiller municipal socialiste Matthieu Rouveyre, il pourrait atteindre 2,4 M€ par an. À ajouter donc au loyer dû par la municipalité, ce qui ne donne donc plus une charge de 4 M€/an mais d'environ 6,4 M€/an. Le coût global au bout des 30 ans ne serait donc plus de 303 M€, mais de 375 M€ (valeur 2014). Pourquoi ces taxes locales sont-elles remboursées à SBA ? "Sur une telle durée, on ne peut pas estimer ce que seront ces impôts", explique Thierry Guichard. En raison de cette inconnue, plutôt que de mettre SBA en position de répercuter ces impôts sur les coûts d'exploitation supportés par la Ville, les deux parties se sont entendues sur un remboursement "à l'euro l'euro".

5. La municipalité percevra des recettes

Si la municipalité rembourse les impôts locaux versés par SBA (qui ne paiera donc que l'impôt sur les sociétés), elle percevra en revanche une partie des recettes liées à l'exploitation du stade. Soit environ 4,9 M€/an pendant 30 ans, "montant garanti", affirme Thierry Guichard. Et si SBA empoche des recettes supérieures aux prévisions, via les concerts et autres événements, 60 % de celles-ci sont censées être reversées à la Ville.

EDITION ABONNÉS
Matthieu Ricard a patienté dans la bibliothèque de l’Académie.

 

Entre deux conférences, Matthieu Ricard était hier après-midi reçu comme membre correspondant de l’Académie des sciences, belles lettres et arts. Une première. Outre ses 40 membres permanents,...

Les maisons de santé attirent-elles assez les médecins ?

 

Le dispositif, mis en place dans le département pour lutter contre la désertification médicale, livre ses premiers résultats Pierre Camani, président du Conseil général, défend l’une des mesures...

 
DÉCOUVRIR L'ÉDITION ABONNÉS
 
47 COMMENTAIRES
 
COMMENTAIRES FERMÉS

 

 Les réactions à cet article ont été suspendues.

 
  • Emmanuel Lechelle
     
    Qu'est-ce qu'ils feraient pas pour le foot!!!
    Et la F1??
    Trop cher de rénover le circuit de magny cour??
  • sudiste
     
    @dld
    Puisque vous avez l'air d'avoir tout compris merci de m'éclairer encore. La ville ne paie rien ? et la subvention de 17 millions ? Pouvez vous également me dire comment sont utilisés les 100 millions des Girondins : à payer la construction (auquel cas il sont en partie propriétaire des lieux) ou à payer un loyer d'occupation ? Ce n'est quand même pas la même chose. Si j'achète une maison à 100.000 euros en empruntant sur 30 ans faut pas me faire croire que ma maison me coûte 100.000 euros !!! Or c'est bien comme cela que Juppé a "vendu" le stade en nous parlant de 170/180 ME. Le coût global évoqué est de 303 ME voire même 73 millions de plus, excusez du peu. Je ne suis pas a priori opposé à un tel projet mais je trouve incroyable que lorsque, en tant que contribuable, je cherche à comprendre ce que cela va me coûter en impôts pour les décennies à venir PERSONNE ne soit capable de répondre clairement.
  • Louwak
     
    Vous ne devez vraiment pas avoir une vie facile à tout le temps être aigris comme ça !! Ou alors, c'est que ça vous amuse de critiquer tout et n'importe quoi peut être...

    Perso, je n'ai pas d'enfant, je ne suis jamais malade, je ne prends pas le Tram... donc à vous écouter je devrais râler parce que comme tout le monde, je paye pour les crèches, les hôpitaux et les transport dont je ne me sert jamais !!

    Et quand vous dîtes qu'on devrait mettre tous ces Millions dans des projets plus utilises... juste pour info, tout nouveau projet à des coups supplémentaires liés à la maintenance, ou encore aux salaires de nouveaux "fonctionnaires" (ne voyez pas la une critique au travaille de fonctionnaire) des nouveaux établissements que nous devront payer... pendant bien plus longtemps que les 30ans de ce PPP !!
    Ou en serait la Ville de Bordeaux si plusieurs Millions voir Milliards n'avait pas été dépensé pour l'embellir, la moderniser, la sécuriser...

    De plus, on ne parle jamais des recettes annexes que va engranger la ville grâce à ce stade. Pour info, toutes les sociétés qui vont ouvrir (restaurants, boutiques...) devront payer des taxes à la ville tous les ans... et pendant bien plus que 30ans !
    De même, tous les concerts, évènements sportifs.. qui seront organisés dans ce stade bénéficieront à la Ville, et donc ça fait encore des rentrées d'argent dans les caisses !

    Donc avant de parler, il faut arrêter de ne regarder que son petit nombril, sinon on ne risque pas d'avancer !
  • Zayot
     
    Ce qui est plus gênant, c est qu en tant que contribuable de la Cub, entrepreneur dans la Cub, ce chantier a été réalisé avec une bonne partie de nos impôts et autres, et qu on a pas etait capable de faire travailler des entreprises de la région. Je ne dis pas que d avoir des grues espagnoles sur ce chantier, des ouvriers italiens qui te remplisse le parking n est pas une bonne chose pour eux, mais je pense qu un beau chantier comme celui ci et le contexte actuel, il ne soit pas possible de préférer des acteurs locaux. Nos impôts vont servir ( et c est normal dans certaine limite) à payer ce chantier et vont également servir à financer les chômeurs qui n auront pas eu ce boulot. Le bon calcul est de savoir si nous avons les moyens de nos choix... J ai bien peur de savoir calculer..
  • dld
     
    Pourquoi ajouté aux 183M de la conception-construction? La ville ne paye rien à la livraison, seulement le loyer. C'est SBA qui paye la construction et donc emprunte aux banques puis se fait rembourser la somme par le loyer. Si j’achète un maison, je paye le crédit et pas le crédit ajouté au montant initial. Facile de faire des polémiques dans ce cas.
  • sudiste
     
    Je note que SO qui a fait en son temps un lobbying intensif pour la construction de ce stade est incapable aujourd'hui de nous dire combien il va coûter et qui va payer. Exemple : les 100 ME des Girondins sont-ils compris dans les 183 ME du coût de la conception/construction ? Si c'est le cas alors ils ne paieront donc pas ces 3.85 ME de loyer annuel dont ils font au fait l'avance. Qui paiera ? Enfin vous écrivez "le reste est emprunté" . Quel est le montant de ce "reste", emprunté par qui et dans quelles conditions ? Une fois de plus l'opacité est totale, nous savons juste que ce stade va nous coûter 2 à 3 fois le montant annoncé officiellement pour faire passer le pilule. Au lieu de se contenter de relayer la propagande politique, nous attendons que notre journal fasse sont travail : celui d'informer ses lecteurs par un journalisme d'investigation en amont.
  • KOUGARS
     
    @sudiste
    donc il en manque alors??????????
  • sudiste
     
    @KOUGARS
    Votre calcul est faux : le financement public n'est "que" de 75 millions répartis en 28 pour l'état, 17 pour la ville et 15 + 15 pour la CUB et la région
  • KOUGARS
     
    c est une question j essaye de comprendre!!!!!!!
    deux entreprises pour travailler doivent payer???????
    C EST PAS EN ITALIE QU IL Y A CE GENRE DE PROCEDE???????
  • KOUGARS
     
    ALORS SI ON COMPTE BIEN CELA FAIT:
    les subventions publiques 75 m euro
    l état 23 M euro
    la ville de bordeaux 17 M euro
    conseil régional 15 M euro
    communauté urbaine 15 M euro
    total 145 M euro de fond public
    cote privé donc:
    girondins de bordeaux 20 M euro
    +LOYER DE 3.85X 30 = 115.5 M euro
    Fayat 10 M euro
    Vinci 10 M euro
    total fond privé 155.5 M euro
    donc minimum 300 m euro
    sachant que les fonds public c est vous le public qui payez.......
    qu'une partie des fond privé viennent aussi de vous pour ceux qui vont voir les matchs et qui achètent les objets des girondins de bordeaux ou qui les regardez à la télé......
    donc plus de la moitié voir les trois quart du stade vont étre payé par le public et contribuable.......
    est ce que ces autorités local ont demandé l accord du public pour savoir s il voulez payer plus d impots pour une connerie pareil........
    est ce normal que des gens ayant l autorité d une ville se croient et le droit d imposer les choses aux gens sans meme faire un référendum?????....
    AUTRE CHOSE JE N EST PAS BIEN COMPRIS!!!!!
    les deux organismes qui ont en charge la création et l entretien vont payer 10 M euro chacun!!!!!!!! c est quoi ce truc!!!!!!!!!!!jamais vue ça!!!!!!
AFFICHER DAVANTAGE DE COMMENTAIRES
 

 

En 2015, Alain Juppé joue la carte "proximité"

En 2015, Alain Juppé joue la carte "proximité"
© AFP

SUR LE TERRAIN - Le maire de Bordeaux et candidat à la primaire de l'UMP se rend mercredi à Branges, en Saône-et-Loire. A rebours de son image citadine et branchée.

Rendez-vous est donné mercredi soir à la salle du Marais de Branges, 2.400 habitants. C'est cette petite ville de Saône-et-Loire qu'Alain Juppé a choisie pour son premier déplacement de l'année. Le maire de Bordeaux s'y rend à l'occasion des vœux de l'un de ses proches, l'eurodéputé UMP Arnaud Danjean, originaire de la région. Au programme : entretiens avec des acteurs économiques, allocution devant des militants et dîner avec des élus locaux.

A rebours de son image. Ce type de déplacement, Alain Juppé compte le rééditer à de nombreuses reprises en 2015. Une manière de parler à une France rurale, loin de l'image citadine, voire bobo, souvent accolée à l'ancien Premier ministre. A Branges, "beaucoup de gens vont découvrir Juppé", sourit Arnaud Danjean, contacté par Europe 1. Même si l'accueil n'aura rien d'hostile, assure-t-il : "c'est un territoire qui a été tenu par la gauche pendant une décennie, et dont la droite modérée a entrepris la reconquête, à travers des alliances UMP-UDI". Tout un symbole pour celui qui prône un rassemblement de la droite et du centre en vue de la primaire à laquelle il est candidat.

>> LIRE AUSSI - Primaire UMP pour 2017 : Juppé en campagne dès janvier

Aller sur des terres plus "compliquées". Le cru Juppé 2015 sera donc celui de la proximité. "Sa démarche est de prendre le pouls du pays", poursuit Arnaud Danjean. "Dans l'avenir, ses déplacements seront construits autour de thématiques", explique le député UMP Benoist Apparu, l'un des rares membres du premier cercle juppéiste. Et ces visites se dérouleront autant que possible ailleurs qu'entre Paris et Bordeaux. Apprécié par l'électorat modéré du grand Ouest, Alain Juppé veut en effet pousser ses pions vers l'est, sur "des terres plus compliquées, en souffrance, où la sociologie politique est différente", résume Apparu.

Juppé AFP 1280

© AFP

"S'il fait un déplacement par semaine, il est mort dans six mois". Mais Alain Juppé mise aussi sur la discrétion. Son équipe ne révèle pas son calendrier, car il compte aller au contact des Français sans micro ni caméra. Le rythme non plus ne sera pas celui d'une campagne électorale. Car, comme tous ses rivaux à l'UMP, Alain Juppé est confronté à la délicate question de la gestion du temps : il reste plus de deux ans avant l'élection présidentielle. "2015 est une année de transition", juge Benoist Apparu. "Si Juppé se met à faire un déplacement par semaine, il est mort dans six mois. La montée en puissance sera graduelle". "On sera sur un rythme de deux ou trois déplacements par mois", estime Gilles Boyer, le conseiller politique du maire de Bordeaux. Mais celui-ci compte prendre son temps pour chaque visite, quitte à passer la nuit sur place au besoin.

>> LIRE AUSSI - A l'UMP, la primaire est sur les rails

Sarkozy aussi fait du terrain. Coïncidence ? Le lendemain du déplacement d'Alain Juppé à Branges, son adversaire Nicolas Sarkozy se rendra lui aussi dans la ville d'un proche, celle de son ex-porte-parole Gérald Darmanin, maire de Tourcoing, dans le Nord. Une visite en "immersion", comme le vend son entourage, sa première depuis qu'il a été élu à la tête du parti. Les deux principaux prétendants à l'investiture présidentielle de l'UMP se jaugeront donc à distance. Même si Nicolas Sarkozy a tenu à éviter un clash dès le début de l'année. Selon L'Opinion, l'ancien chef de l'Etat devait initialement se rendre jeudi à Chalon-sur-Saône, une ville située en… Saône-et-Loire. Un déplacement finalement annulé pour ne pas télescoper celui d'Alain Juppé. L'heure de la confrontation viendra bien assez tôt.

>> LIRE AUSSI - Juppé : "Avec Sarkozy, on est amis pour toujours"

Le Nouveau stade de Bordeaux3 est un stade multifonctions, construit et géré par la société Stade Bordeaux-Atlantique, dans le quartier de Bordeaux-Lac à Bordeaux4. Son inauguration a lieu le 5.

D'une capacité de 42 115 places6, le nouveau stade accueillera les matchs de football des Girondins de Bordeaux(en remplacement du stade Jacques Chaban-Delmas), du championnat d'Europe de football 2016, et certains matchs de rugby de l'Union Bordeaux-Bègles ainsi que d'autres événements culturels et sportifs.

 

 

Projet[modifier | modifier le code]

Véritable serpent de mer, la question de la construction d'un nouveau stade pour les Girondins de Bordeaux a refait surface lors de la candidature de la France à l'organisation de l'Euro 2016. La vétusté du stade Jacques-Chaban-Delmas, ouvert en 19387, ne permettant pas à Bordeaux de s'associer à ce projet, la municipalité a alors décidé de construire un nouveau stade multifonctionnel dans le quartier du Lac au nord de la ville.

Le 18 juillet 2011, la construction du stade est confiée au groupe Vinci associé au groupe Fayat, formant le consortium Vinci-Fayat, et aux architectes suisses Jacques Herzog et Pierre de Meuron, déjà auteurs de l'Allianz Arena de Munich et du stade olympique de Pékin8,9,10

Dénomination[modifier | modifier le code]

Le stade devrait prendre le nom d'une société privée, selon le concept du naming, pour un montant estimé à 3,9 M€ par an. Les recettes du naming reviendront à la société Stade Bordeaux-Atlantique qui a la responsabilité de trouver ce sponsor. En attendant l'arrivée d'un nameur, le stade porte le nom de "Nouveau stade de Bordeaux"11.

Architecture[modifier | modifier le code]

Le stade imaginé par les architectes suisses Jacques Herzog et Pierre de MeuronN 1, se singularise par la présence de plus de 1 000 poteaux blancs représentant à la fois la forêt de pins des Landes et les temples grecs.

Une coursive découverte ceinture l'aire de jeu et permet aux spectateurs de faire le tour du stade sans obstacle et sans perdre de vue le terrain.

Le stade comprend12 :

  • 42 115 places13 sur ses deux volées, dont :
    • 3 400 places « VIP »,
    • 1 000 places dans les 60 loges privatives14,
    • 200 places en tribune presse,
    • 125 places pour les personnes à mobilité réduite ainsi que 125 pour leurs accompagnateurs15,
  • 9 000 m2 d'espaces de réception, dont 4 000 m2 avec vue sur le terrain,
  • Un restaurant permanent de 200 couverts.

Pour des raisons de sécurité, les supporters adverses auront un accès réservé pour leur bus sous la coursive et un accès direct à leur tribune. La coursive ne leur sera pas ouverte.

Construction[modifier | modifier le code]

Le chantier a débuté le 4 novembre 2012.

La première pierre du stade est officiellement posée le 15 avril 2013 en présence d'Alain Juppé, maire de la ville,Alain Rousset, président de la région d'AquitaineNicolas de TavernostFrancis Gillot et Jaroslav Plašil, respectivement propriétaire, entraîneur et capitaine du club des Girondins de Bordeaux et Raphaël Ibañez représentant l'Union Bordeaux Bègles16.

945 pieux ont du être forés, sur une profondeur de 22 mètres, pour soutenir la structure du stade dans cette ancienne zone marécageuse. Cette contrainte a encouragé les constructeurs à privilégier une structure métallique, plus légère que le béton17.

Le stade est livré à la ville de Bordeaux, le 30 avril 201518.

Financement[modifier | modifier le code]

Le nouveau stade est financé sous la forme d'un partenariat public-privé (PPP) entre la ville de Bordeaux et la société « Stade Bordeaux-Atlantique » (détenue à parts égales par Vinci et Fayat).

Le contrat de partenariat prévoit de confier, pour une durée de 30 ans après mise à disposition du nouveau stade, à la société Stade Bordeaux-Atlantique la maîtrise d'ouvrage des travaux à réaliser pour le 30 avril 2015 (la conception, l'obtention de toutes les autorisations nécessaires, le financement partiel, la construction), le gros entretien-renouvellement, l'entretien et la maintenance, et l'exploitation du nouveau stade (y compris le droit de dénomination du stade).

Le coût du projet est estimé à 183 millions d'euros (M€), réparti comme suit19 :

Opposition[modifier | modifier le code]

L'association Trans'CUB dénonçait, en , le coût « réel », selon elle, supporté par les fonds publics20. Le maire de Bordeaux, Alain Juppé, réfuta via un communiqué les « amalgames » et la « pure fantaisie de la démonstration »21.

Le 22 décembre 2011, l'opposition socialiste au conseil municipal de la Ville de Bordeaux annonçait qu'elle avait déposé un recours devant le tribunal administratif deBordeaux22 afin de faire annuler le contrat de partenariat public-privé prévu pour la construction du stade.

L'opposition municipale explique : « Le stade va coûter environ 550 millions d’euros (fonctionnement et investissement), cette somme engageant la Mairie de Bordeaux sur toute la durée du contrat. Notre recours identifie huit illégalités potentielles, tout particulièrement des vices de forme (défaut d’information des élus ou communication d’informations trompeuses) et des violations de la loi (absence d’activités de service public, aides d’État illégales au regard du droit européen, ...). Dans l’hypothèse où le juge nous donnerait raison, le contrat de partenariat sera annulé et l’argent public ne pourra pas être engagé pour le financement de cette infrastructure. Toutefois, nous conseillerons alors au groupe M6, actionnaire du club des Girondins de Bordeaux, de se substituer aux financeurs publics pour assurer la poursuite du projet. »23

Le 19 décembre 2012, le tribunal administratif de Bordeaux déboutait les opposants au stade et validait le montage retenu par la municipalité d'Alain Juppé24.

En 2014, le financement du nouveau stade est attaqué devant le Conseil d'État par un élu socialiste25.

Accès et stationnement[modifier | modifier le code]

Accès[modifier | modifier le code]

Le stade est accessible en voiture par la rocade de Bordeaux aux sorties « Parc des expositions », nos 4a et 4c (sens intérieur seulement). Le prolongement de laligne C du tramway de Bordeaux, inauguré en janvier 2015, offre une desserte à quelques mètres de l'enceinte sportive.

Stationnement[modifier | modifier le code]

Construit à proximité du Parc des expositions de Bordeaux, le stade bénéficie de 6 000 places gratuites de stationnement ainsi que 1 250 places gardées pour lesdeux-roues. Au nord, un parking de 1 250 places est réservé aux officiels, VIP et personnes handicapées26.

Matches[modifier | modifier le code]

Match inaugural[modifier | modifier le code]

Le 1er match joué par les Girondins de Bordeaux dans le nouveau stade, est prévu le 23 mai 2015 contre le Montpellier HSC, dans le cadre de la 38e journée duchampionnat de France de football27.

Demi-finales du championnat de France de rugby à XV[modifier | modifier le code]

La Ligue nationale de rugby a annoncé, le 1er décembre 2014, que le stade accueillera les demi-finales du Top 14 les 5 et 6 juin 201528.

Union Bordeaux Bègles[modifier | modifier le code]

Lors du championnat de France de rugby à XV 2015-2016, l'UBB jouera 10 matches au stade Jacques-Chaban-Delmas et délocalisera 3 matchs au nouveau stade de Bordeaux29.

Euro 2016[modifier | modifier le code]

Le nouveau stade de Bordeaux accueillera cinq rencontres de l'Euro 201630.

Date Heure (CET) Équipe 1 Résultat Équipe 2 Tour Affluence
11 Juin 2016 18:00 B3 v B4 1er tour, groupe B  
14 Juin 2016 18:00 F3 v F4 1er tour, groupe F  
18 Juin 2016 15:00 E1 v E3 1er tour, groupe E  
21 Juin 2016 21:00 D4 v D1 1er tour, groupe D  
2 Juillet 2016 21:00 Vainqueur match 41 v Vainqueur match 43 Quarts de finale  

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Note et références[modifier | modifier le code]

Note[modifier | modifier le code]

  1.  Jacques Herzog et Pierre de Meuron sont les auteurs de l'Allianz Arena de Munich et du stade olympique de Pékin.

Références[modifier | modifier le code]