Alain Juppé discours du Congrès Fondateur des Républicains!

Publié le par José Pedro

Alain Juppé en 2011, lors d'une visite diplomatique à Washington DC.

Juppé siflé, la République en danger, Nicolas Sarkozy hué par les Français
 
 
 
Le temps n’est pas à la nostalgie. Le véritable enjeu, c’est d’entrer dans le monde nouveau qui se construit autour de nous. Nous devrons engager d’ambitieuses réformes pour redresser notre pays après 5 ans de marasme socialiste. (...)

Il faut rassembler autour d’un projet qui recueille l’adhésion. On ne fait rien de bon dans la division, ni dans la recherche méthodique du clivage. Notre sociétéa besoin d’apaisement, pas de revanche. Nous devons marquer le cap, faire partager le #projet qui va mobiliser les volontés. 

Je veux proposer aux Français de construire ensemble une Nation performante et heureuse dans son siècle. (...) Mettons-nous en marche, serrons les rangs, faisons bloc, incarnons tous ensemble l’espoir d’une alternative heureuse pour la France.

Retrouvez l'intégralité de mon discours au Congrès sur mon blog --> http://goo.gl/Y27ITV les Républicains

Le temps n’est pas à la nostalgie. Le véritable enjeu, c’est d’entrer dans le monde nouveau qui se construit autour de nous. Nous devrons engager d’ambitieuses réformes pour redresser notre pays après 5 ans de marasme socialiste. (...)Il faut rassembler autour d’un projet qui recueille l’adhésion. On ne fait rien de bon dans la division, ni dans la recherche méthodique du clivage. Notre société a besoin d’apaisement, pas de revanche. Nous devons marquer le cap, faire partager le #projet qui va mobiliser les volontés. Je veux proposer aux Français de construire ensemble une Nation performante et heureuse dans son siècle. (...) Mettons-nous en marche, serrons les rangs, faisons bloc, incarnons tous ensemble l’espoir d’une alternative heureuse pour la France.Retrouvez l'intégralité de mon discours au Congrès sur mon blog --> http://goo.gl/Y27ITV les Républicains

Posted by Alain Juppé on samedi 30 mai 2015

La France, la Nation, où nos Politiques continuent à déléguer leurs responsabilités dans des mouvances européennes, Supra-Nationale, et dépendant d'une hégémonie meurtrière de Pays qui veulent toujours avoir plus que les autres par une monnaie de Singe, qui garanti à la France de se faire voler ses Entreprises, se brevets, ses scientifiques, ses réalisations, ses capitaux et son or. La honte de nos Politiques quand ils comparent les salaires minimums donnés dans les Pays Européens, avec des petits pays qui sont au Zénith des avantages sociaux comme la Suisse qui donne 3600 euros au salaire minimum avec des taux de chômage pratiquement inexistants.

 

On voit par là que les discours ne servent à rien quand le constat d'échec des Politiques successives, donne la France 10ème pour son PIB dans les grandes Nations, derrière l'Italie, alors que nous avions une 5ème place au début des années 2000. Comme dirait Rocard, les Politiques dépenses et se servent au lieu de servir la France. Rien n'est trop beau pour eux, et plus les Politiques ne servent plus dans le concert Européen, plus ils essaient de faire croire qu'ils peuvent faire quelque chose, sinon de baisser les retraites des vieux salariés du privé, comme on en parle en ce moment.

 

Les politiciens pensent maintenant à contenir le Peuple, comme ils n'ont rien à donner, mais contenir le Peuple, mettre des CRS derrière chaque Français, les pucer avec des puces RFID, implantées, servant de monnaie, contraignant les libertés, de quels droits pensent-ils faire cela, sinon de sortir de leurs prérogatives, et de générer des Révolutions pour essayer de contrôler un Peuple, qu'ils ne savent pas gérer, qu'ils n'aiment pas, car aimer la France, c'est d'abord aimer son Peuple, et respecter les contrats sociaux, la constitution que ce Peuple a avalisée, les lois que ce peuple tolère, les services que ce Peuple demande, les incitations pour aller dans telle ou telle direction, qui doivent faire l'objet de contrats avec le Peuple, et non pas de tentatives de maintenir le Peuple dans une perpétuelle façon de le ponctionner, de    l'obliger, de jouer avec lui comme avec un animal qui ne rendra pas coups pour coups, les mauvais coups qu'il reçoit sans arrêt, de personnes bien pensantes, qui n'ont qu'une intention, celle de se payer sur la peau de cet animal.

 

Nos précédents dirigeants vivaient de l'esclavage, des villes de France se sont bâtie là dessus, et ils voudraient continuer avec l'esclavage moderne de ceux qui vivent uniquement du travail des autres. Les Entreprises sont malades, les chefs d'entreprises sont tous prêt à quitter la France pour des territoires plus accueillants quand ils ne l'ont pas déjà fait, et pour une meilleure visibilité. Les Politiques n'aiment pas les Entreprises en règle générale, sauf quelques uns, mais pour beaucoup ils ne savent pas ce qu'est une entreprise, et ne souhaite pas le connaître, car travailler durement pendant des dizaines d'années, parfois pour des résultats décevants, ils   ne veulent pas savoir cela car il n'ont pas dans l'âme, l'effort requis pour de telles expériences, et préfèrent vivre grassement par des salaires qu'ils s'octroient sur des taxes qui ne leur demande rien comme effort.

 

Le nombre de personnes qui sont entretenues en France est énorme face aux capacités des Entreprises à les entretenir. Ceux qui ne gagnent rien par leur travail se versent des rétributions comme si le bilan de la France le permettait. Ceux qui n'ont jamais gagné d'argent par eux-mêmes se servent sur l'argent des autres. En parlant d'Argent, on devrait plutôt parler de fausse monnaie papier, qui ne repose sur rien, sinon de construire des plus values non pas par le travail, mais par la planche à Billets.

 

Certaines professions se disent des travailleurs, mais vu que ces professions prescrivent des services  qui sont obligatoires pour accéder à la Justice, ou à différents services, et que le demandeur de ces services n'a pas d'autres choix que de passer par l'offre qui est présente, il s'avère que ces services dans beaucoup de situations, ne devrait pas faire partie de la catégorie des travailleurs, mais plutôt de celle des oppresseurs.

 

Alain Juppé comme les autres doivent mettre en pratique les concepts du Gaullisme. Quand un Chef d'état accède à la fonction suprême, il est perçu, par l'aréopage, les hauts dignitaires de la fonction publique, les mandarins de la République, comme un nouveau qu'il faut bizuter, qui n'est là que pour 5 ans au plus, alors qu'eux font partie du mobilier de la République, pour le tenir le plus tardivement possible informé de la situation exacte du Pays.

 

La plupart des grandes administrations ou services de l'Etat des USA, comme en France, sont loin de confier à leur Gouvernement et à leur Président, les secrets d'alcôves qui concerne la réalité du Pays. Les actions et les buts recherchés par cette gouvernance institutionnelle, sont loin d'être clairs et généralement on provoque les choses sur un motif indépendant de la nature du but recherché.

 

Le mensonge contraint des Politiques basées sur une histoire ancienne et des aveux qui ne sauraient être faits. Le premier geste d'un homme Politique arrivant dans ce sérail de la compromission, est de rassurer les tenants du système, afin de trouver la force de mettre en oeuvre une Politique sur laquelle on s'est engagé. On distribue des titres honorifiques, on fait la promotion du personnel, on augmente le salaire de ceux qui sont susceptibles de vous aider, on fait l'éloge de l'administration dans toutes ses composantes, et on espère avoir derrière soi 20% des français mobilisés pour faire passer les réformes que l'on porte.

 

En fait l'homme Politique s'adresse au Diable lui-même pour avoir son concours. L'outil de travail au service du gouvernement est déjà un handicap dont la particularité est de reporter le mauvais fonctionnement, sur l'homme qui veut s'en servir. Dans notre cas, le travailleur peut-être bon, mais son outil ne l'est pas. Le Politique en état de dépendance vis à vis du diable, portera, qu'il le veuille ou non, la responsabilité des actions engagées et des actions oubliées. Le système ne parle jamais de sa remise en cause, et il fait partie des fondements et du socle de la République que celle-ci présente comme une conquête du Peuple.

 

Aussi quand Alain Juppé dit qu'il ne participera pas aux primaires des Républicains si celles-ci ne sont pas ouvertes au Centre, il pourrait ajouter si sa sincérité lui permet de le faire en cercles restreints, qu'il ne participera pas à la gestion Politique, Sociale, Militaire d'un Etat dont les rouages sont tout sauf une boîte de vitesse qui transmet les décisions à prendre et à faire prendre. La première réforme n'est pas de réformer le mode de vie des Français, dans leur travail, dans leurs relations aux autres, dans les façons qu'ils ont de se comporter, dans l'esprit qu'ils ont du vivre ensemble, mais bien avant tout dans la remise en cause du système de Justice ou les individus ne sont pas blancs ou noirs, dans le système de privilèges, dans le système de la boîte de vitesse qui échappe totalement au conducteur et aux passagers (Le Peuple), et dont le rendement est négatif . Les bruits du pot d'échappement malgré le silencieux, montrent bien que le véhicule ne peut plus nous conduire, et qu'i faut passer au modèle 6! (en reconduisant les mêmes, mais à la sortie)!

 

La République irréprochable est une autre promesse non tenue par Nicolas Sarkozy (Martine Aubry) On a l'impression que la morale n'est plus là", a-t-elle ajouté en réclamant de nouveau la nomination d'un "juge indépendant" dans l'affaire Woerth/Bettencourt.

 
Page aimée · 3 h · 
 
 
 
 
Le temps n’est pas à la nostalgie. Le véritable enjeu, c’est d’entrer dans le monde nouveau qui se construit autour de nous. Nous devrons engager d’ambitieuses réformes pour redresser notre pays après 5 ans de marasme socialiste. (...)

Il faut rassembler autour d’un projet qui recueille l’adhésion. On ne fait rien de bon dans la division, ni dans la recherche méthodique du clivage. Notre sociétéa besoin d’apaisement, pas de revanche. Nous devons marquer le cap, faire partager le #projet qui va mobiliser les volontés. 

Je veux proposer aux Français de construire ensemble une Nation performante et heureuse dans son siècle. (...) Mettons-nous en marche, serrons les rangs, faisons bloc, incarnons tous ensemble l’espoir d’une alternative heureuse pour la France.

Retrouvez l'intégralité de mon discours au Congrès sur mon blog --> http://goo.gl/Y27ITV les Républicains

Qui a encore confiance?, la confiance cela se mérite, le changement de nom des UMPRipoux en Républicainspourris peut-il changer la donne? Les bonnes intentions générales cela pouvait être une profession de foi Politique au début du premier mandat, mais au second mandat en 2012 voilà ce que cela devenait: Je ne vous trahirai pas et tout le reste va dans le même sens!

sarkozy lettre aux français

EN 2012

EN 2007

Et tout devint Impossible à Nicolas Sarkozy!