Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

EI USA ARABIE UE mêmes Combats contre les BRICS

Publié le par José Pedro

PAMYRE 400 TUES ET LES RUINES DE NOTRE CIVILISATION SONT EN ROUTE, LE CHAOS que veulent L'ETAT ISLAMIQUE ou L'IE, mais pas seulement, les USA, L'EUROPE, Les Pays arabes regroupés sous l'ARABIE SAOUDITE.

L'EI a tué plus de 400 civils à Palmyre, en Syrie (TV d'Etat)

Un général iranien veut augmenter le budget militaire pour contrer la menace de l'EI dans les pays frontaliers

L'EI a tué 400 civils à Palmyre, pour la plupart des femmes et des enfants, a rapporté dimanche la TV syrienne, après une offensive meurtrière de l'organisation dans la ville cette semaine.

Par ailleurs, un hélicoptère de l'armée syrienne s'est écrasé dans la province d'Alep, dans le nord de la Syrie, le groupe Etat islamique (EI) affirmant l'avoir abattu alors que la télévision officielle syrienne évoquait une "panne technique".

L'hélicoptère s'est écrasé "au décollage en raison d'une panne technique", a indiqué la télévision syrienne, en faisant état de "la mort des membres de l'équipage" sans en préciser le nombre.

Les djihadistes de l'EI "ont abattu un hélicoptère de l'armée syrienne près de l'aéroport de Koueires", a précisé l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

"Un membre de l'équipage a été tué mais le sort des autres demeure inconnu", a ajouté le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane, en soulignant qu'un équipage pouvait compter jusqu'à 15 personnes.

Un compte twitter djihadiste a affirmé, en postant la photo d'un hélicoptère en flamme, que l'appareil avait été abattu par un missile sol-air. Tout l'équipage a été tué, a-t-il ajouté, en citant les noms de deux officiers et d'un soldat.

L'EI encercle l'aéroport de Koueires, situé dans l'est de la province d'Alep, depuis mars 2014 et se livre à des combats féroces avec les forces du régime dans le périmètre de l'aéroport.

Le régime syrien utilise les hélicoptères pour transporter ses soldats et pour bombarder les régions rebelles avec des barils d'explosifs qui ont tué des centaines de personnes depuis le début du conflit il y a quatre ans.

L'EI avait abattu le 29 janvier dernier un avion militaire de l'armée de l'air syrienne, tuant le chef d'équipage, dans la province de Damas.

L'Iran veut augmenter le budget militaire pour contrer l'EI

Un haut responsable militaire iranien a appelé dimanche le Parlement à augmenter le budget des forces armées face à la menace de l'organisation Etat islamique (EI) dans les pays frontaliers.

"Nous devons faire face à une nouvelle forme de menace dans la région. Les groupes terroristes sont près de nos frontières", a affirmé le général Ahmad-Reza Pourdastan, commandant de l'armée de terre, dans un discours devant les députés, selon les médias iraniens.

"Nous voyons aujourd'hui la présence de Daech (acronyme arabe de l'EI) en Afghanistan et au Pakistan", a-t-il dit.

"L'armée de terre et les Gardiens de la révolution doivent être renforcées pour acheter des chars, des véhicules de transports, et remettre en état nos hélicoptères". "Aujourd'hui, la bataille est terrestre", a-t-il ajouté alors que l'armée de terre mène depuis plusieurs jours des manoeuvres à la frontière irakienne.

Selon les médias, le budget de la défense pour l'année iranienne en cours (mars 2015-mars 2016) a été augmenté de plus de 30% à près de 10 milliards de dollars (au taux officiel) auxquels s'ajoute 1,2 milliard de dollars provenant du fonds souverain du pays. L'EI a revendiqué sa première attaque au Pakistan le 13 mai, qui a fait une quarantaine de morts parmi la minorité chiite à Karachi.

En avril, un ex-porte-parole des talibans pakistanais, limogé après avoir fait allégeance à l'EI, avait déjà revendiqué un attentat-suicide ayant fait une trentaine de morts à Jalalabad, dans l'est de l'Afghanistan. Mais l'EI n'a pas confirmé être derrière cet attentat.

Lors de l'offensive de l'EI en Irak en juin 2014, "les terroristes étaient arrivés à Jalula (à 40 km de la frontière iranienne) et leur prochaine étape était Khaneghein pour ensuite entrer dans notre pays", a affirmé le général Pourdastan.

"En moins de trois jours, nous avons dépêché cinq brigades à la frontières et nos hélicoptères de reconnaissances sont même allés 40 km à l'intérieur de l'Irak", a-t-il précisé.

Puissance chiite régionale, l'Iran est déjà engagé contre les djihadistes de l'EI avec la présence de conseillers militaires et un soutien financier et militaire aux gouvernements syrien et irakien.

Cela fait longtemps que nous savons que l’Etat islamique est cornaqué par la coalition arabo-occidentale, bénéficiant de camps d’entrainement et de formation. MPI vous a donné au fur et à mesure les documents et les recoupements. Mais cette fois-ci c’est un document officiel du Pentagone qui l’atteste avec un cynisme ahurissant. 

Judicial Watch, se définit elle-même comme « une fondation conservatrice, qui se bat pour la responsabilité et l’intégrité du droit, la politique et le gouvernement, afin que personne ne soit au-dessus de la loi, » aux USA.

Judicial Watch, a publié le 18 mai dernier une sélection de documents déclassifiés suite à un  procès fédéral intenté contre le département américain de la Défense et le département d’Etat; procès que la fondation a gagné. Les documents ont donc été déclassifiés et ouverts au public.

L’un de ces documents déclassifiés, rédigé en 2012, émis par la Défense Intelligence Agency (l’Agence de renseignements américaine), manifeste clairement le souhait d’un «État islamique» dans l’est de la Syrie pour que l’Occident, les pays du Golfe et la Turquie, unis dans un même complot, puissent arriver à leurs fins dans la région contre le gouvernement légitime syrien: «l’Occident, les pays du Golfe et la Turquie soutiennent l’opposition » et « La possibilité d’établir un émirat salafiste officiel ou pas, dans l’est de la Syrie (Hasaka et der Zor), et c’est exactement ce que veulent les forces qui soutiennent l’opposition, afin d’isoler le régime syrien«  …, (Source: doc. DIA)

Le rapport de la DIA, déclassifié, daté du 12 août 2012, a été largement diffusé parmi les divers organes gouvernementaux, y compris CENTCOM, la CIA, le FBI, le DHS, NGA, le Département d’État et beaucoup d’autres.

Le document montre que, dès 2012, le renseignement américain avait prévu la montée de l’Etat Islamique en Irak et au Levant (ISIL ou ISIS), mais au lieu de désigner clairement le groupe comme un ennemi, le rapport envisage le groupe terroriste comme un atout stratégique américain. (Source)

« Les 7 pages du document de la DIA indiquent qu’ al-Qaïda en Irak (AQI) a été le précurseur de l »Etat islamique en Irak (ISI)», qui est devenu l’« État islamique en Irak et au Levant qui soutenait l’opposition syrienne dés le commencement, à la fois idéologiquement et à travers les médias « . (source)

Le rapport déclassifié du Pentagone note que la «montée de l’insurrection en Syrie » prend une « direction de plus en plus sectaire, » attirant le soutien de «pouvoirs religieux et tribaux sunnites » de toute la région. (Source: doc. DIA)

Dans une section intitulée «Les hypothèses futures de la crise », le rapport de la DIA prédit que si le régime d’Assad venait à survivre en conservant le contrôle du territoire syrien, la crise continuerait à monter « en guerre par procuration. » (S’agit-il de la guerre par procuration des l’Islamistes (et néanmoins atroces assassins), au profit de la coalition arabo-occidentale ?)

Notant que les salafistes, les Frères musulmans, et al-Qaïda en Irak (AQI) sont « les principales forces motrices de l’opposition en Syrie », le document stipule que « l’Ouest, les Pays du Golf et la Turquie soutiennent l’opposition, cependant, la Russie, la Chine et l’Iran, soutiennent le régime. » (Source: doc. DIA).

On notera que les islamistes agissent pour le compte de l’Occident mais avant tout pour leur propre compte. Il est donc inexact de prétendre que l’islam n’est pas responsable et que seuls les USA seraient responsables. Comme en 1915 l’islam est en train de perpétrer un nouveau  génocide des chrétiens, avec, cette fois-ci, la complicité des autorités occidentales qui trahissent le plus hypocritement du monde leurs propres ressortissants, dont la majorité sont chrétiens,  en leur faisant avaler de grosses couleuvres. 

En Libye, les rebelles anti-Kadhafi, dont la plupart étaient affiliés à Al-Qaïda, ont été protégés par l’OTAN comme des « havres de paix »  que sont les « zones d’exclusion aérienne». Et le document suggère d’utiliser de mêmes zones d’exclusion aérienne humanitaires pour servir de base de repli aux islamistes. 

Le document du Pentagone évoque explicitement la déclaration probable d’un «État islamique par son union avec d’autres organisations terroristes en Irak et en Syrie. » (Le levant). Cette constatation n’empêche pas « les pays occidentaux, les pays du Golfe et la Turquie de soutenir ces efforts » comme étant « les forces d’opposition » syriennnes qui se battent pour « contrôler les régions de l’Est (Hasaka et Der Zor), adjacentes aux provinces irakiennes occidentales (Mossoul et Anbar)« . 

Anbar est la région irakienne de Ramadi qui jouxte la région de Palmyre en Syrie. La région d’Anbar et Palmyre sont tombées ces derniers jours, alors que le document est datée d’août 2012.

« … Il y a la possibilité d’établir un émirat salafiste déclaré ou non dans l’est de la Syrie (Hasaka et Der Zor), ce qui est exactement ce que veulent les forces qui soutiennent l’opposition , afin d’isoler le régime syrien, qui est considéré comme le support stratégique de l’expansion chiite (l’Irak et l’Iran) « . (Source: doc. DIA)

Pour résumer:

l’ ex-document secret du Pentagone fournit la confirmation que la coalition arabo-occidentale menée par les USA et qui prétend se battre (fort mollement, il est vrai) contre l’Etat Islamique, avait il y a trois ans salué l’émergence d’un « califat salafiste » en Irak, suggérant qu’il pourrait s’étendre à la Syrie comme un moyen de faire chuter le pouvoir légitime d’Assad, et de bloquer l’expansion stratégique de l’Iran. 

La coalition arabo-occidentale est clairement identifiée tout au long du document comme étant« l’Occident, les pays du Golfe et la Turquie. » Les pays du Golfe comprenant l’Arabie saoudite, et l’ensemble des Emirats Arabes-Unis, dont le Qatar, Abou Dhabi, Dubaï et quatre autres.

Les analystes du Pentagone montrent qu’ils étaient bien conscients en été 2012 des risques terribles de cette stratégie; il craignaient que le califat crée l’atmosphère idéale pour qu’Al Qaïda s’empare de Mossoul et de Ramadi. Depuis, les islamistes se sont emparés de ces régions. Celle de Ramadi (région d’Anbar en Irak) a été prise il y a quatre ou cinq jours.

Ils ajoutent qu’un tel califat sera: « … Un élan de rassemblement autour du djihad chez les sunnites d’Irak et de Syrie, et avec le reste des sunnites dans le monde arabe contre ce qu’ils considèrent comme un ennemi. l’EI pourrait également déclarer un Etat islamique au travers de son union avec d’autres organisations terroristes en Irak et en Syrie, ce qui créera un grave danger en ce qui concerne l’unification de l’Irak et  la protection du territoire « . 

Depuis ce document, à partir du Moyen-Orient, l’islamisme s’est mis à dévaster de nombreux pays d’Afrique noire et s’est imprégné dans de nombreux esprits en Occident, où il était latent il est vrai. Mais rien ne démontre que la politique de la coalition ait évolué pour autant, bien au contraire.
Suite aux révélations de ce document, un porte-parole du Foreign Office a déclaré:
« Al Qaïda et l’EI sont  des organisations terroristes proscrites. Le Royaume-Uni s’oppose à toutes les formes de terrorisme. AQ, ISIL et leurs sociétés affiliées constituent une menace directe pour la sécurité nationale du Royaume-Uni. Nous faisons partie d’une coalition militaire et politique pour vaincre ISIL en Irak et en Syrie, et nous travaillons avec des partenaires internationaux pour contrer la menace d’Al Qaïda et d’autres groupes terroristes dans cette région. En Syrie, nous avons toujours soutenu les groupes d’opposition modérés qui s’opposent à la tyrannie de Assad et à la brutalité des extrémistes « . (Source)
Nous reconnaissons dans ce commentaire du Foreign Office, outre la langue de bois, les fameux et fumeux prétendus « opposants modérés à Bachar el Assad » (selon le terme requis), que les Américains se sont vantés de former en grands nombre dans des camps en Turquie, en Jordanie et ailleurs, avec des « citoyens de tous les pays », selon l’ambassadeur de Géorgie aux USA.
Ce document est la confirmation au plus haut niveau du Renseignement US, que les autorités occidentales et leurs alliés sunnites de Turquie, d’Arabie Saoudite et des autres émirats du Golfe, ont vu, sciemment, la création d’un califat et en ont suggéré l’extension, pour s’en servir comme de leur  outil propre, pour faire sauter les autorités légales de la Syrie.
Cela n’empêchera pas la coalition occcidentalo-arabe, clairement nommée dans ce document, de continuer à tromper la majorité du monde en laissant croire qu’elle combat l’islamisme au Moyen-Orient. Pas plus tard que jeudi, François Hollande a versé des larmes de crocodile sur les morts de l’Etat islamique…
DIA_1
DIA_2
DIA_3
DIA_4
Cliquez sur les documents pour les agrandir, ou bien ouvrez le lien 
Djihadistes

Dès 2012, un rapport US prédisait l'expansion de l'Etat islamique

© AFP 2015. AHMED DEEB
INTERNATIONAL
(mis à jour 12:43 25.05.2015) URL courte
L'Etat islamique (EI) (418)
799110
Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, les djihadistes de l'EI contrôlent aujourd'hui plus de la moitié du territoire syrien.
 

 

D'après des documents récemment déclassifiés, le service de renseignement militaire du Pentagone prévoyait l'éventuelle expansion de l'Etat islamique au Proche-Orient dès 2012. Les documents indiquent que les pays qui soutenaient l'opposition anti-Assad, dont les Etats-Unis, présageaient l'émergence d'un Etat indépendant dans l'est de la Syrie et contribuaient à sa formation. De toute évidence, ils pronostiquaient également une fusion entre l'Etat islamique et d'autres organisations terroristes opérant en Syrie comme en Irak.

 

Il convient de rappeler que l'Occident a toujours apporté son soutien à l'opposition syrienne dans sa lutte contre le gouvernement de Damas et les troupes fidèles à Bachar el-Assad. Dans le même temps, l'un des leaders de l'opposition armée et commandant de l'Armée syrienne libre (ASL) Abdoul Jabbar al-Oqaidi était lié à l'Etat islamique et exprimait des opinions positives à l'égard du groupe terroriste.

 

Selon le professeur de la Northeastern University de Boston Max Abrahms contacté par la chaîne de télévision RT, les Etats-Unis et leurs alliés "avaient une perception exacte de l'Etat islamique dès le moment de sa fondation".

 

"A en croire le rapport du Pentagone, les organisations terroristes dirigées par des combattants d'Al-Qaїda en Irak envisageaint depuis longtemps de lancer une offensive en Syrie, et les Etats-Unis, la Turquie et les pays du Golfe persique étaient au courant de leurs projets", indique l'expert.

"De plus en plus de preuves démontrent que la soi-disant +opposition modérée+ en Syrie n'était en fait pas aussi modérée qu'on le croyait, et qu'elle a toujours bénéficié d'un soutien de la part des terroristes", a expliqué M.Abrahms.

Dossier:
L'Etat islamique (EI) (418)
Lire aussi:
Palmyre: ce que le monde risque de perdre à jamais
 
Syrie: l'Etat islamique s'empare de Palmyre
 
Vers une nouvelle réalité en Syrie ? (2/2)
 
Situation en Syrie
Tags:
Etat islamiqueMax AbrahmsBachar el-AssadOccidentProche-OrientTurquieSyrie,IrakEtats-Unis
 
GRANDS TITRES



Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/international/20150525/1016244238.html#ixzz3b9jsUIgo