Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Frappes américaines, civils touchés, DAESH indemne : des Marines et des hélicoptères Apaches chez les djihadistes

Publié le par José Pedro

Les frappes aériennes occidentales ont balayé 52 civils syriens en un jour, aucun djihadiste touché

Alep frappé par les raids aériensSource: Reuters
Alep frappé par les raids aériens

La coalition menée par les Etats-Unis continue ses frappes aériennes en Syrie, tuant récemment 52 civils près d’Alep. Les terroristes de Daesh sévissant dans la région en sont sortis indemnes, un groupe de défense des droits de l’homme a indiqué.

«Les raids aériens de la coalition sur le village de Birmahle dans la région d’Alep ont tué 52 civils vendredi», a dit le chef de l’Observatoire syrien des droits de l'homme Rami Abdel Rahman.

Plusieurs victimes étaient des enfants. 13 personnes sont encore enfouies sous les débris, a-t-il ajouté.

Les bombardements ont été précipités par les affrontements entre les milices kurdes et les rebelles syriennes d’une part, et les terroristes de Daesh d’autre part à environ 1,5 kilomètres.

US-led aerial campaign kills 52 civilians in northern Syria

"US-led aerial campaign kills 52 civilians in northern Syria http://xhne.ws/2Yhez  pic.twitter.com/28WyDm7rLA"

«Mais dans Birmahle il n’y avait que des civils, il n’y a pas de terroristes de Daesh et de combats là-bas», a continué Abdel Rahman. Les raids aériens portés sur une ville voisine avaient tué sept combattants djihadistes.

Les raids aériens des Etats-Unis et de leurs alliés font vaciller les positions des rebelles depuis septembre. L’objectif officiel est de soutenir les troupes kurdes en Syrie et en Iraq, qui se sont avérées efficaces dans la lutte contre les djihadistes dans la ville de Kobani à la frontière entre la Syrie et la Turquie en janvier. 

Alep frappé par les raids aériensSource: Reuters
Alep frappé par les raids aériens

Vendredi a marqué une augmentation majeure du nombre de morts civils syriens causés par la campagne aérienne. Depuis septembre, les frappes de la coalition ont eu pour conséquence 66 morts civiles, et les bombardements de vendredi en ont ajouté encore 52.

Le président syrien Bachar al-Assad considère les frappes aériennes comme une intervention illégale conduite sans l’autorisation du Conseil de Sécurité de l’ONU et violant la souveraineté de la Syrie. Le président syrien, intervenant devant les médias russes en mars dernier, avait souligné que l’Occident n’a aucune solution pacifique à proposer à la Syrie, son objectif fondamental étant la destruction de l’Etat syrien et la transformation de son gouvernement en «pantins des Etats-Unis».

Les Irakiens continuent de détecter des contacts entre les Américains en Irak et Daesh (Etat islamique-EI) dans les régions que celui-ci occupent.

Contrairement aux allégations américaines de combattre cette milice wahhabite takfiriste dans le cadre de la coalition internationale, de plus en plus d’accusations sont proférées par des dirigeants irakiens sur des liens qu’ils entretiennent avec elle.

Selon le site d’information Arabi-Press, deux nouveaux faits ont été révélés cette semaine par le chef des forces de mobilisation populaire qui comptent dans ses rangs les jeunes volontaires irakiens, depuis la prise de Mossoul et d’al-Anbar par Daesh.

Ces agissements coincident avec les avancées de l’armée irakienne et de ses supplétifs des forces paramiltaires populaires dans ces régions. Mercredi, le ministère irakien de la Défense a affirmé avoir libéré deux régions situées entre les deux provinces Diyala et Salaheddine, Albou Baker et Albou Awwad.

Selon Thamer al-Khafaji qui s’exprimait pour la correspondante du site d’information Arabi-Press, trois Marines américains ont été parachutés dans la province de Babel ,  et deux hélicoptères d’origine inconnue ont atterri dans deux régions de la province de Diyala, à deux moments différents.

S’agissant des parachutistes, ils ont été vus à l’aube de mercredi dernier, en train de se jeter à partir d’un hélicoptère Apache dans la région al-Obaidate, dans le caza de Moussayyab, au nord de la province de Babel.

Concernant le deuxième évènement, il est question d’abord d’un Apache qui avait été vu  dans la nuit de mardi à mercredi en train d’atterrir dans les parages du village al-Safra , dans le prolongement de la région al-Azim, au nord de Diyala

Quelques heures plus tard, mercredi matin un hélicoptère d’origine inconnu est descendu à son tour au sud de la région de Bahraz du côté de Kanaane, au sud de la province de Diyala. Il y est resté quelques 15 minutes avant de décoller de nouveau.

Nombreux sont les responsables locaux dans cette province qui ont assuré avoir vu des hélicoptères non identifiés atterrir dans les bastions de Daesh au nord-est de Diyala et avoir largué des armes et des approvisionnements.

zameli00

Un législateur irakien, Hamed al-Zameli a rapporté pour l’agence Fars news que l’actuel gouvernement de Bagdad reçoit quotidiennement des rapports des forces de sécurité dans la province d’al-Anbar sur des parachutages d’armes pour Daesh. Et d’accuser les Etats-Unis de vouloir provoquer le chaos en Irak en soutenant l’Etat islamique.

armesUS_daesh200

D’autres députés irakiens se plaignent de cette situation.
« Nous avons découvert des armes fabriquées aux Etats-Unis, dans les pays européens et en Israël dans les zones libérées du contrôle de l’EI dans la région Al-Baqdadi », écrit le site d’information al-Ahad, citant Khalaf Tarmouz, le chef du Conseil provincial d’al-Anbar. Tarmouz a également dit que des armes fabriquées en Europe et en Israël ont aussi été découvertes à Ramadi.
« Les Etats-Unis lâchent des armes pour l’EI avec l’excuse qu’ils ne savent pas où sont les positions de l’EI et s’efforcent de tordre la réalité avec ce genre d’allégations », dit-il.

armesUS_daesh1

Selon InfoWars, en décembre, les médias étatiques iraniens avaient affirmé que l’armée de l’air états-unienne avait largué pour la seconde fois des armes dans les zones tenues par l’Etat islamique.

armesUS_daesh600

En novembre, des sources des services de renseignement irakiens ont dit que les Etats-Unis approvisionnent activement l’EI en armes. « Les services de renseignement irakiens ont répété que les avions militaires états-uniens avaient largué plusieurs cargaisons d’aide pour les terroristes de l’EI afin de les aider à résister au siège de l’armée irakienne, des forces de sécurité et du peuple », explique un rapport.

En octobre, les sources de la coalition avaient reconnu ce qu’elles ont considéré être un parachutage prétendument erroné d’armes qui sont tombées aux mains des combattants de l’Etat islamique à l’extérieur de Kobané en Syrie.

armesUS_daesh

En juillet (2014), Infowars faisait état de la grande quantité d’armes états-uniennes capturées par l’EI.

En plus des véhicules de combat et de l’artillerie acquise précédemment par l’armée irakienne, la mine d’armement provenant des bases US incluait plus de 50 batteries d’artillerie de 155mm M-198 et 4000 mitrailleuses PKC.

http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=222143&cid=76&fromval=1&frid=76&seccatid=29&s1=1

Des Marines et des hélicoptères ‘’Apache’’, chez Daesh!!Des Marines et des hélicoptères ‘’Apache’’, chez Daesh!!

 
Seuls, les Kurdes et les gouvernements irakiens et syriens, combattent, véritablement, Daesh. Les Irakiens continuent de détecter des contacts entre les Américains, en Irak, et Daesh, (Etat islamique-EI), dans les régions que celui-ci occupe.

Contrairement aux allégations américaines de combattre cette milice wahhabite takfiriste, dans le cadre de la coalition internationale, de plus en plus d’accusations sont proférées par des dirigeants irakiens, sur des liens qu’ils entretiennent avec elle. Selon le site d’information Arabi-Press, deux nouveaux faits ont été révélés, cette semaine, par le chef des forces de mobilisation populaire, qui comptent, dans ses rangs, les jeunes volontaires irakiens, depuis la prise de Mossoul et d’Al-Anbar, par Daesh.

Ces agissements coïncident avec les avancées de l’armée irakienne et de ses supplétifs des forces paramilitaires populaires, dans ces régions. Mercredi, le ministère irakien de la Défense a affirmé avoir libéré deux régions situées entre les deux provinces de Diyala et Salaheddine, Albou Baker et Albou Awwad. Selon Thamer al-Khafaji, qui s’exprimait, pour la correspondante du site d’information Arabi-Press, trois Marines américains ont été parachutés, dans la province de Babel, et deux hélicoptères, d’origine inconnue, ont atterri, dans deux régions de la province de Diyala, à deux moments différents. S’agissant des parachutistes, ils ont été vus, à l’aube de mercredi dernier, en train de se jeter, à partir d’un hélicoptère "Apache", dans la région d'Al-Obaidate, dans le caza de Moussayyab, au Nord de la province de Babel. Concernant le deuxième évènement, il est question, d’abord, d’un "Apache", qui avait été vu, dans la nuit de mardi à mercredi, en train d’atterrir, dans les parages du village d'Al-Safra, dans le prolongement de la région d'Al-Azim, au Nord de Diyala. Quelques heures plus tard, mercredi matin, un hélicoptère, d’origine inconnue, est descendu,à son tour, au Sud de la région de Bahraz, du côté de Kanaane, au Sud de la province de Diyala. Il y est resté quelque 15 minutes, avant de décoller, de nouveau. Nombreux sont les responsables locaux dans cette province, qui ont assuré avoir vu des hélicoptères, non identifiés, atterrir, dans les bastions de Daesh, au Nord-Est de Diyala, et avoir largué des armes et des approvisionnements. Un législateur irakien, Hamed al-Zameli, a rapporté, pour l’agence Fars news, que l’actuel gouvernement de Bagdad reçoit, quotidiennement, des rapports des forces de sécurité, dans la province d’Al-Anbar, sur des parachutages d’armes, pour Daesh. Et d’accuser les Etats-Unis de vouloir provoquer le chaos, en Irak, en soutenant l’Etat islamique. D’autres députés irakiens se plaignent de cette situation.

«Nous avons découvert des armes, fabriquées aux Etats-Unis, dans les pays européens et en Israël, dans les zones libérées du contrôle de l’EI, dans la région d'Al-Baqdadi», écrit le site d’information Al-Ahad, citant Khalaf Tarmouz, le Chef du Conseil provincial d’Al-Anbar. Tarmouz a, également, dit que des armes, fabriquées en Europe et en Israël, ont, aussi, été découvertes, à Ramadi.

«Les Etats-Unis lâchent des armes, pour l’EI, avec l’excuse qu’ils ne savent pas où sont les positions de l’EI et s’efforcent de tordre la réalité, avec ce genre d’allégations», dit-il. Selon InfoWars, en décembre, les médias étatiques iraniens avaient affirmé que l’armée de l’air états-unienne avait largué, pour la seconde fois, des armes, dans les zones tenues par l’Etat islamique. En novembre, des sources des services de renseignement irakiens ont dit que les Etats-Unis approvisionnent, activement, l’EI en armes. «Les services de renseignement irakiens ont répété que les avions militaires états-uniens avaient largué plusieurs cargaisons d’aide, pour les terroristes de l’EI, afin de les aider à résister au siège de l’armée irakienne, des forces de sécurité et du peuple», explique un rapport.

En octobre, les sources de la coalition avaient reconnu ce qu’elles ont considéré être un parachutage, prétendument, erroné d’armes, qui sont tombées aux mains des combattants de l’Etat islamique, à l’extérieur de Kobané, en Syrie. En juillet, (2014), Infowars faisait état de la grande quantité d’armes états-uniennes, capturées par l’EI. En plus des véhicules de combat et de l’artillerie, acquise, précédemment, par l’armée irakienne, la mine d’armement provenant des bases US incluait plus de 50 batteries d’artillerie de 155mm M-198 et 4000 mitrailleuses PKC.

René Ortis

Les preuves du soutien de la coalition internationale à l’Etat Islamique se multiplient

TEHERAN (FNA) – Un parlementaire a révélé lundi que l’armée irakienne avait abattu deux avions britanniques transportant des armes pour les terroristes de l’EI dans la province d’Al-Anbar,

« La Commission de sécurité nationale et de la défense du Parlement irakien a accès aux photos des deux avions qui sont britanniques et qui se sont écrasés alors qu’ils transportaient des armes pour l’EI, » a déclaré le président de la commission, Hakem al-Zameli, selon un rapport publié lundi par le centre d’information en langue arabe du Conseil suprême islamique d’Irak.

Il a déclaré que le parlement irakien a demandé des explications à Londres.

Le législateur irakien a aussi révélé que le gouvernement de Bagdad reçoit des rapports quotidiens de la population et des forces de sécurité dans la province d’al-Anbar sur de nombreux vols par les avions de la coalition sous commandement américain qui larguent des armes et des fournitures pour l’EI dans les zones contrôlées par les terroristes.

Le législateur irakienne a en outre souligné le motif de ces aides occidentales au groupe terroriste en expliquant que les États-Unis préfèrent une situation chaotique dans la province d’Anbar qui est près des villes de Kerbala et Bagdad car ils ne veulent pas résoudre la crise de l’EI.

Plus tôt dans la journée, un haut responsable provincial irakien a accusé les pays occidentaux et leurs alliés régionaux de soutenir les terroristes takfiri en Irak, révélant que des armes de fabrication US et israélienne ont été découvertes dans les zones libérées.

Le site d’informations Al-Ahad a cité Khalaf Tarmouz, Chef du Conseil Provincial : « Nous avons découvert des armes fabriquées aux États-Unis, dans les pays européens et Israël, dans les zones libérées du contrôle de l’EI dans la région d’Al-Baqdadi, »

Il a noté que les armes fabriquées par les pays européens et Israël ont été découvertes aux mains des terroristes dans les régions orientales de la ville de Ramadi.

Al-Zameli avait également révélé en Janvier que les avions de la coalition anti-EI avaient largué des armes et des denrées alimentaires pour l’EI dans les provinces de Salahuddin, Al-Anbar et Diyala.

Al-Zameli a souligné que la coalition est la principale cause de la survie de l’EI en Irak.

« Il y a des preuves et des témoignages de l’aide militaire que la coalition menée par les USA fournit par air (largages) aux terroristes l’EI » a-t-il déclaré à FNA en Janvier.

Il a précisé que les membres de sa commission ont déjà prouvé que les avions américains ont largué des armes de pointe, y compris des armes anti-aériennes, pour l’EI, et qu’il avait mis en place une commission d’enquête sur la question.

« Les Etats-Unis larguent des armes pour l’EI en prétextant ne pas connaître les positions de l’EI et s’efforcent de déformer la réalité avec leurs allégations. »

Il a noté que la commission avait recueilli des données et des preuves fournies par des témoins oculaires, dont des officiers de l’armée irakienne et les forces populaires, et a dit : « Ces documents ont été remis à la commission d’enquête … et les mesures nécessaires seront prises pour protéger l’espace aérien irakien. »

Toujours en Janvier, un autre législateur irakienne a réitéré que la coalition menée par les USA est la principale cause de la survie de l’EI en Irak.

« La coalition internationale n’est qu’une excuse pour protéger l’EI et aider le groupe terroriste avec des fournitures et des armes, » a déclaré Jome Divan, membre du bloc al-Sadr au parlement irakien.

Il a dit que le soutien de la coalition à l’EI est désormais évident pour tout le monde, et a ajouté, « La coalition n’a pas ciblé les principales positions de l’EI en Irak. »

À la fin de Décembre, le député de la Commission de sécurité nationale et de la défense du Parlement irakien a révélé qu’un avion américain avait fourni à l’organisation terroriste EI des armes et des munitions dans la province de Salahuddin.

Selon Irak TradeLink, le député Majid al-Gharawi a déclaré que les informations disponibles indiquaient que les avions américains fournissent l’organisation EI, non seulement dans la province de Salahuddin, mais aussi dans d’autres provinces.

Il a ajouté que les Etats-Unis et de la coalition internationale ne sont « pas sérieux dans la lutte contre l’organisation EI, parce qu’ils ont les moyens technologiques pour déterminer la position des hommes de l’EI et les détruire en un mois, »

Gharawi a ajouté que « Les Etats-Unis cherchent à faire traîner la guerre contre l’EI pour obtenir des garanties du gouvernement irakien d’avoir des bases dans les provinces de Mossoul et d’Anbar, »

La commission de sécurité de Salahuddin a également révélé que « des avions inconnus ont largué des armes et des munitions aux hommes de l’EI dans la ville du sud-est, Tikrit »

Aussi à la fin Décembre, un député irakien a émis des doutes quant au sérieux de la coalition anti-EI dirigée par les Etats-Unis, et a déclaré que le groupe terroriste avait encore reçu des aides larguées par des avions non identifiés.

« La coalition internationale n’est pas sérieuse au sujet des frappes aériennes contre les terroristes de l’EI et a même cherché à éliminer les forces populaires (volontaires) du champ de bataille contre les Takfiris afin que le problème de l’EI ne soit pas résolu dans un avenir proche » a déclaré Nahlah al-Hababi à FNA.

« Les terroristes de l’EI reçoivent toujours des aides d’avions de combat non identifiés en Irak et en Syrie », a-t-elle ajouté.

Hababi a dit que la coalition ne lançait des frappes aériennes précises que dans les zones où les forces Pishmarga kurdes sont présentes, alors que les frappes dans d’autres régions sont moins précises.

À la fin de Décembre, la coalition menée par les Etats-Unis a largué de l’aide aux militants takfiri dans une zone au nord de Bagdad.

Des sources sur place en Irak ont déclaré à Al-Manar que les avions de la coalition internationale ont largué des aides aux militants terroristes à Balad, une zone qui se trouve dans la province de Salahuddin au nord de Bagdad.

En Octobre, un commandant iranien de haut rang a également critiqué les Etats-Unis pour fournir du matériel à l’EI, en ajoutant que les allégations des Etats-Unis, selon lesquelles les armes avaient été larguées à l’EI par erreur, étaient fausses.

« Les États-Unis et la soi-disant coalition anti-EI affirment qu’ils ont lancé une campagne contre ce groupe terroriste et criminel – tout en leur fournissant des armes, de la nourriture et des médicaments dans la région de Jalawla (une ville dans le gouvernorat de Diyala, Irak). Ce qui contredit explicitement les affirmations de la coalition et des Etats-Unis » a déclaré le chef adjoint d’état-major des forces armées iraniennes, le général de brigade Massoud Jazayeri.

Les États-Unis ont affirmé qu’ils avaient largué des armes et une aide médicale aux combattants kurdes qui combattent l’EI à Kobani, près de la frontière turque dans le nord de la Syrie.

Le Département de la Défense américain a déclaré qu’ils avait largué 28 colis d’armes et de fournitures, mais que l’un des colis n’était pas arrivé aux combattants kurdes.

Plus tard, des images vidéo ont montré que certaines de ces armes larguées par les Etats-Unis s’étaient retrouvées entre les mains des militants de l’EI.

Le commandant iranien a insisté que les États-Unis avaient les informations nécessaires sur le déploiement de l’EI dans la région et que leurs affirmations selon lesquelles ils leur auraient largué des armes par erreur sont aussi improbables que fausses.

 

Traduction par VD pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles

Source : http://english.farsnews.com/newstext.aspx++cs_INTERRO++nn=13931204001534

 

 

Les appels au djihad du mufti du Qatar Yûsuf al-Qaradhâwî et le silence assourdissant de ses zélateurs

INTERNATIONAL - Sur la question sensible du "terrorisme" dans l'Hexagone, il y a le problème préoccupant du départ de concitoyens musulmans vers la Syrie. Ils partent faire le djihad, de leur propre point de vue et celui des gourous qui les y encouragent. Ceci, à très juste titre, inquiète aussi bien les autorités de notre pays que des parents ou citoyens. Bien sûr, l'écrasante majorité des musulmans de France vit en parfaite harmonie avec les autres sociétaires, dans une observance stricte des valeurs de la République laïque. Cette majorité ne se reconnaît aucunement en l'idéologie islamiste.

L'expression "autoradicalisation" parfois invoquée, aux fins de décrire spécifiquement les dérives violentes isolées de certains musulmans, est néanmoins ambivalente. Un tel concept, à savoir l'autoradicalisation, fait effectivement l'impasse sur les doctrines ou déclarations de certaines autorités théologico-politiques, à l'instar de Yûsuf Al-Qaradhâwî, télé-prédicateur vedette d'Al-Jazira, auteur, une fois de plus, d'une nouvelle saillie qui fait froid dans le dos: "Le djihad en Syrie est désormais un devoir qui incombe à tous les musulmans (...) Le consentement parental n'est pas nécessaire dans ce cas."

Le mot djihad, on le sait en tant qu'arabisants, est évidemment polysémique. Mais est-il bien prudent de l'agiter dans un contexte de guerre ou de conflits sanglants qui touchent aujourd'hui le monde islamique, à l'image de la Syrie, de la Libye ou de l'Irak? Ce même Y. al-Qaradhâwî déclarait encore il y a peu que "les alaouites sontplus mécréants que les juifs et les chrétiens"! D'un coup d'un seul, il se fait judéophobe, christianophobe et partisan de l'accentuation du clivage confessionnel entre chiites et sunnites. Il n'est du reste pas à son premier coup d'essai.

Y. Al-Qaradhâwî, mufti du Qatar, est le parrain du CILE (Le Centre de recherche pour la Législation islamique et l'Éthique) que dirige le prédicateur Tariq Ramadan? Faut-il rappeler également que le théologien qatari, épinglé à plusieurs reprises pour judéophobie caractérisée et appels répétés au crime, est le maître spirituel de Nabil Ennasri, président du Collectif des Musulmans de France (CMF). Ce dernier n'a de cesse de faire la chasse à ceux qui disent du mal du Qatar. Dans une conférence intitulée "La situation actuelle à Gaza et en Palestine" qu'il a donnée le 4 juin 2011 à la mosquée de Guitard au Puy-en-Velay [1}, le militant rendait un vibrant hommage à Y. al-Qaradhâwî qu'il considère comme l'un des plus grands Savants de l'islam. Ceci explique sans doute l'indulgence dont il fait preuve à l'endroit du cheikh. Jamais il ne remet ouvertement en cause le prédicateur qu'il tient en haute estime! En fait, on ne peut comprendre la qatarophilie du "qatarologue" que par son islamistophilie. C'est l'auteur de L'Énigme du Qatar en personne qui écrit : "L'utilisation de la figure du Cheikh Al Qaradhawi offre, dans cette optique, le double avantage d'exprimer la spécificité du Qatar en des termes religieux et de soutenir la politique de libéralisation promue par l'émir et son épouse; "en adoptant une posture religieuse qui souhaite intégrer les acquis positifs de la modernité occidentale au sein du corpus juridique islamique, le dignitaire donne naissance à un nouveau courant de pensée qui exprime l'expression modérée de l'islam politique". Le président du CMF, lequel a soit dit en passant été évincé depuis peu du centre islamique Tawhid de Saint-Denis, précisément pour complaisance à l'égard de l'émirat, offre une lecture eschatologique et hautement confessionnelle de la tragédie syrienne. Il donne dans un prophétisme messianique dont il est coutumier.

N. Ennasri est le produit le plus abouti de la duplicité inhérente à une forme d'islam politique qui encourage les vertus de la dissimulation (al-taqiyya) et du double discours. En effet, le président du CMF utilise deux comptes Facebook: l'un, sous une dénomination officielle (Nabil Ennasri), à destination du grand public, notamment des journalistes, l'autre, sous un pseudonyme (En mode Crsept Aze), comme l'a récemment révélé Jacques-Marie Bourget, au moyen duquel le militant français de l'islam politique exprime ses véritables convictions idéologiques et ses aspirations métaphysiques. Il magnifie effectivement l'idéologie des Frères musulmans. Par ailleurs, il reprend à son compte les accents messianiques de L'Union Mondiale des Oulémas Musulmans et n'hésite pas à rallier la lecture eschatologique et confessionnelle du conflit fratricide syrien.

Pourquoi diable N. Ennasri ne met-il pas autant d'entrain à dénoncer, sans ménagement aucun, la confessionnalisation du conflit par son mentor Qaradhâwî? La réponse ne fait l'ombre d'aucun doute. Ce militant, omniprésent sur les réseaux sociaux et quelquefois visible dans les médias, est, au plan idéologique, un Frère musulman; il en a le droit le plus strict ; il est le zélateur des mouvements islamistes (il lui est ainsi arrivé de comparer Morsi, issu des Frères musulmans égyptiens et actuel président de l'Égypte, à De Gaulle [2]) ; il est d'une insigne complaisance à l'égard du Qatar et pourfendeur de tous ceux qui ont l'outrecuidance de critiquer islamisme et monarchie du Golfe. Ce n'est pas un crime d'être sympathisant de l'islam politique, et l'avocat de l'émirat, mais il faut simplement en aviser ses interlocuteurs et ne pas le dissimuler. Il est effectivement permis en France d'être très orthodoxe au niveau de la pratique religieuse à la condition expresse de respecter le pluralisme, la différence et la divergence, en évitant en particulier de parler à propos de la France "de démocratie de merde" :

Nabil Ennasri déplore que les plus virulents pourfendeurs du Qatar soient frustrés de n'avoir pu bénéficier des largesses économiques de l'émirat au point de chercher, par vengeance ou dépit, à régler des comptes. Toutefois, le militant se gardera bien, lui, derendre publique sa collaboration (rémunérée?) avec le think tank Al-Jazeera Center for Studies, organisme totalement sous contrôle du régime de Doha, qui publie en règle générale les travaux de chercheurs acquis à l'islamisme, à l'instar de Abdessalam Rafik, membre tunisien de Ennahda.

Pendant ce temps-là, qu'attendent Tariq Ramadan, Nabil Ennasri et d'autres qatarophiles patentés pour prendre publiquement position sur les derniers discours enflammés et haineux du cheikh au sujet de la Syrie, en rédigeant à cet effet un démenti public? Ils ne pourront pas dire qu'ils ne savaient pas. C'est une responsabilité morale et sociale de premier ordre, qui plus est dans le contexte mondial actuel. Les religieux ont le devoir impérieux de sagesse et de paix.

__________________________________________________________
[1] Pour les besoins de notre recherche, nous avons conservé une copie vidéo de cette intervention qui a été retirée de You Tube depuis notre premier signalement il y a quelques semaines.