L'ambassadeur US à l'Otan tient ses informations sur le Donbass des réseaux sociaux cités ici

Publié le par José Pedro

Soldats ukrainiens (Archives)

L'ambassadeur US à l'Otan tient ses informations sur le Donbass des réseaux sociaux

© REUTERS/ Mstyslav Chernov
INTERNATIONAL
(mis à jour 09:56 07.05.2015) URL courte
Situation dans le Donbass (156)
3139735
Aussi étrange que cela puisse paraître, l'ambassadeur des Etats-Unis auprès de l'Otan ne puise pas ses informations sur le conflit ukrainien dans des bulletins de renseignement, mais sur les réseaux sociaux.
 

L'ambassadeur américain auprès de l'Alliance atlantique, Douglas Lute, a avoué recevoir plus d'informations sur la situation dans le Donbass des réseaux sociaux que des bulletins de renseignement.

"Nous devons tous nous demander pourquoi nous savons si mal ce qui se passe actuellement dans le Donbass. Je vous dirai franchement que les réseaux sociaux me fournissent plus d'information sur les événements dans cette région que les réseaux de renseignement officiels", a déclaré l'ambassadeur lors d'une conférence à Bruxelles.

 

"Pourquoi en est-il ainsi? Parce que les réseaux de renseignement n'existent plus", a affirmé le diplomate.

 

Les autorités de Kiev ont lancé en avril dernier une opération militaire contre les habitants de l'est de l'Ukraine hostiles au coup d'Etat opéré par les dirigeants actuels du pays. Selon l'Onu, ce conflit a déjà fait plus de 6.000 morts.

Dossier:
Situation dans le Donbass (156)
Lire aussi:
Donbass: des membres d’une ONG américaine expulsés pour espionnage
 
Ukraine-UE: les perspectives européennes de Kiev et le Donbass au menu
 
Donbass: les insurgés réclament une ingérence internationale
 
Donbass: l'armée ne sera pas la première à lancer une offensive, selon Kiev
Tags:
réseaux sociauxOTANDouglas LuteDonbassUkraineEtats-Unis
 



Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/international/20150506/1015978697.html#ixzz3ZRMe0iSm

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

jeudi 22 janvier 2015

Appel aux dons !

 
MISSION DONBASS : J-9
 
Rejoindre la Novorossiya est devenu pour moi un devoir et une obligation pour concrétiser le soutien moral réalisé depuis 1 an par un engagement physique, et améliorer le travail de réinformation engagé. C'est également une opportunité personnelle que de pouvoir mettre ma liberté et mes compétences au service du peuple du Donbass.
 
Début février, nous sommes 2 à rejoindre la Novorossiya, et les volontaires déjà déployés sur le front.
 
D'autres suivront et sont en cours de préparation... 
Nous sommes sur la dernière ligne droite avant de rejoindre le Donbass, et les préparatifs ont pu être amorcés grâce aux premiers dons réalisés (1150€ récoltés à ce jour par ce canal). Ils permettront, à Paris et Rostov d'engager l'acquisition de fournitures et produits de première nécessité pour nous et les volontaires déployés sur place et qui viennent d'être engagés durement au combat ( 2 blessés ).
 
Des membres du groupe m'expriment leurs profonds regrets de ne pouvoir eux mêmes aider ou se rendre sur place, qu'ils sachent que leur place dans leur pays est aussi importante que sur le terrain du Donbass, car cette guerre est aussi violente sur le front de l'information. 
Il est vital pour les combattants de Novorossiya d'être soutenus et appuyés dans cette guerre sans pitié de la "ré-information" destinée à libérer la Vérité et éveiller les consciences serviles...
 
Arrivés sur le terrain, je vous rendrez compte des achats réalisés grâce aux dons recueillis. Pierre après pierre, la muraille s'élève pour protéger notre mission, et je ne vous cache pas que les dépenses vitales à réaliser sont encore importantes, et que tous les gestes, mêmes les plus petits seront les bienvenus.
 
Je serai à Dijon le 26 et à Paris les 29 et 30 janvier, où me rejoins "Cécile" l'infirmière volontaire pour le Donbass. Nous partons le 31 janvier, pour une mission de longue durée, qui consistera :
 
- à se mettre sous l'autorité de la République de Novorossiya
- à rejoindre les volontaires sur le front, 
- à continuer le travail d'information du mieux que les conditions le permettront
- à participer à l'aide aux populations bombardées, en relation avec les associations humanitaires.
 
Merci de votre aide et surtout de votre soutien moral, car il participe activement à notre courage. 
 
Vous pouvez me contacter à l'adresse mail suivante (c'est le nom du singe hurleur de Guyane) :
alawata@gmail.com
 
Amitiés reconnaissantes
Erwan Castel
 
 

Le détonateur Nemtsov

 
Quand le berger sacrifie un mouton pour crier "au loup !"
et faire bêler son troupeau d'esclaves
 
 
Dans la nuit du 27 février, alors que doit se dérouler 2 jours plus tard une manifestation anti-gouvernementale, Boris Nemtsov, un des leaders pro-occidental de l'échiquier politique russe est abattu en pleine rue de Moscou sous les coupoles du Kremlin.
 
Aussitôt, alors que le Président russe, Vladimir Poutine condamnait aussitôt et fermement cet attentat, annonçant qu'il superviserait personnellemnt l'enquête, le maître de la Maison blanche entouré du claubaudage servile de ses laquais et satrapes de l'Union Européenne lancait une accusation à peine voilée contre le Président Poutine au dessus de corps encore chaud de Nemtsov.
 
Cette précipitation occidentale russophobe en dehors d'être une ingérence agressive dans les affaires d'un pays étranger; dévoile de facto quels sont les objectifs et à qui profite ce crime et même certainement qui en sont les commanditaires. Car l'Occident, en guerre contre la Russie et enlisé dans la crise ukrainienne qu'il a lui-même provoqué, cherche aujourd'hui à étendre l'incendie jusqu'au Kremlin dont la légitimité et la puissance se sont renforcés suite à l'agression génocidaire menée par Washington lançant son chien kiévien contre le Donbass.
 
Pour vaincre Moscou (les USA ont le droit de rêver !), deux solutions : soit une guerre militaire contre cet empire aux 100 nationalités, que personne dans l'Histoire n'a réussi à soumettre, soit une révolution pro-occidentale renversant le gouvernement de la Fédération de Russie à l'image des révolutions colorées des années 1990. 
 
Mais comment y arriver quand la politique de restauration du pays tant à l'intérieur qu'à l'extérieur, menée par Vladimir Poutine est soutenue par plus de 80 % de la population ?
 
 
LE TEMPS DE SACRIFICES...
 
Après la défaite historique à Debaltcevo où l'armée ukrainienne a été sacrifiée par son gouvernement pour faire échouer les accords de Minsk, c'est au tour des occidentaux de sacrifier un de leurs pions, positionné sur l'échiquier politique russe, pour tenter de radicaliser une manifestation anti-Poutine devant se dérouler 2 jours plus tard et surtout exacerber la russophobie entretenue depuis des mois par une propagande de guerre étasunienne.
 
Depuis l'histoire d'Abraham présentant son fils sous la lame d'un couteau, le sacrifice des siens est devenu une marque de foi élevée chez les peuples judéo-christianisés, c'est un geste de soumission totale et de fidélité à une cause, le geste sacré...
Cet "ultima ratio" est souvent dans l'Histoire des Hommes, qu'il soit provoqué sciemment ou simplement exploité cyniquement, est souvent le détonateur tant attendu pour déclencher par un effet domino une escalade libérant les tensions...
Dans l'Histoire les assasinats politiques sont nombreux a être considérés comme des "casus belli" de la mort de Pompée à Rome à celle de François Ferdinand à Sarajevo, ou plus près de nous l'assassinat de Juvénal Habyarimana au Rwanda...
 
 
A QUI PROFITE LE CRIME ?
 
Comme l'a très bien analysé le journaliste Laurent Brayard (le lien : ICI ) les quatres balles qui ont traversé le corps de Nemtsov sur fond de crise ukrainienne, visaient en réalité le Kremlin, que l'Occident cherche par n'importe quel prix à discréditer et affaiblir.
 
 
Nemtsov était sans conteste un opposant politique virulent, et un "insider" occidental reconnu et soutenu par la CIA via ses organisations et fondations "bon gouvernementales" comme la NED par exemple. Mais de là à imaginer que le pouvoir qui bénéficie d'un soutien historique de la part de sa popultaion, éxécute de cette manière, à cet endroit , et à ce moment précis un personnage médiatisé par les occidentaux, relève d'une bouffée délirante ridicule !
 
Non, ce crime, qui est condamnable, malgré les agissements subversifs et immoraux du personnage, ne profite qu'aux ennemis de la Russie, qui vont "surfer" sur une émotion détournée et exacerbée pour exciter la russophobie de leurs populations et obtenir du congrès américains l'autorisation de livrer des armes à Kiev. Laurent Brayard, fait un parallèle pertinent avec l'assassinat de Jaurès "dernier rempart vers la haine viscérale « du boche » "
 
Les jours prochains vont nous faire savoir si ce nouveau "false flag" est un pétard mouillé comme l'attentat contre le Boeing MH 17 en Ukraine le 17 juillet dernier, où au contraire un pas de plus dans l'escalade engagée par Washington contre Moscou. 
Si il n'obtient pas des troubles dans les rues de Moscou l'émotion scénarisée cherchera au moins l'accord du Congrés pour une aide militaire en Ukraine, l'augmentation des sanctions anti-russes et le déploiement de nouvelles unités de l'OTAN aux frontières de la Fédération.
 
Ce qui est certain, c'est que la russophobie psychotique des occidentaux lobotomisés par leur merdiacratie risque d'être paroxysée jusqu'à l'aveuglement définitif de l'esprit critique des foules serviles. Le Président Poutine doit réagir vite et en douceur pour reprendre la main, car il est fort à parier que d'autres provocations vont éclater peut-être dès dimanche 1 mars dasn les rues de Moscou...

Je lui fais confiance pour protéger ses tours avec hardiesse et imagination et balayer d'un revers ces pions arrogants et minables venus défier la Sainte Russie éternelle. 

 
Erwan Castel
 
Le meurtre de Nemtsov vu par une vidéo-surveillance
 
QUI ETAIT NEMTSOV ?
 
Voici un extrait d'un article partagé sur ce blog en décembre 2014 ("La 5ème colonne étasunienne en Russie")  décrivant les principaux "insiders" chargés par la Maison blanche de déstabiliser et renverser le régime du président Poutine. Ces derniers, ne réussissant pas à mobiliser l'opposition russe très diminuée depuis l'agression de l'OTAN en Ukraine, (la manifestation organisée par Navalny en décembre n'a mobilisé que quelques centaines de badauds). Washington a donc décidé de sacrifier un pion pour mieux hurler au loup et tenter de d'exalter une russophobie nécessaire pour préparer l'opinion a accepter la 3ème guerre mondiale.
 
 
(Extrait)
 
Avec Navalny, Nemtsov était un des acteurs clé du mouvement de contestation anti-Poutine centrés autour de Solidarnost qu'il a créé en 2008 avec Vladimir Ryzhkov et d’autres. Nemtsov n’est pas quelqu’un qui conteste la corruption. D’après le Business Week Russia du 23 Septembre 2007, Nemtsov introduisit le banquier russe Boris Brevnov à Gretchen Wilson, citoyenne étasunienne et employée de l’International Finance Corporation, une succursale de la Banque Mondiale. Wilson et Brevnov se sont mariés. Avec l’aide de Nemtsov, Wilson est parvenue à privatiser Balakhna Pulp and Paper Mill (NdT: grosse entreprise de papier) au prix dérisoire de 7 millions de dollars. L’entreprise fut lessivée et ensuite vendue à la banque Swiss Investment de Wall Street, CS First Boston Bank. Les rapports financiers disent que les revenus de l’usine étaient de 250 millions de dollars. [1]
 
La CS First Boston Bank paya également tous les frais de déplacement de Nemtsov au très exclusif forum économique mondial de Davos en Suisse. Quand Nemtsov devint un membre du cabinet directeur, son protégé Brevnov fut nommé président d’Unified Energy System of Russia JSC. Deux ans plus tard, en 2009, Boris Nemtsov, aujourd’hui le “monsieur anti-corruption”, utilisa son influence pour dégager Brevnov des accusations de détournement de fonds par milliards des biens d’Unified Energy System of Russia. [2]
 
 
Nemtsov accepta aussi de l’argent de l’oligarque emprisonné Mikhail Khodorkovsky en 1999 quand celui-ci utilisait ses milliards pour essayer d’acheter le parlement ou la Douma. En 2004, Nemtsov rencontra l’oligarque milliardaire en exil Boris Berezovsky dans une réunion secrète avec d’autres exilés russes influents. Lorsque Nemtsov fut accusé de financer son nouveau parti politique “Pour une Russie dans la légalité et sans corruption” avec des fonds étrangers,  les sénateurs américains John McCain, Joe Liberman et Mike Hammer du conseil national de sécurité du président Obama volèrent à son secours. [3]
 
Le sbire très proche de Nemtsov, Vladimir Ryzhkov de Solidarnost est aussi très lié avec les cercles suisses de Davos, il a même financé un Davos sibérien. D’après les compte-rendus de presse russes d’Avril 2005, Ryzkhov forma un comité 2008 en 2003 pour “attirer” les fonds de Khodorkovsky emprisonné ainsi que pour soliciter des fonds des oligarques en fuite comme Boris Berezovsky et des fondations occidentales comme la Fondation Soros. Le but déclaré de la manœuvre étant de rassembler les forces “démocratiques” contre Poutine. Le 23 Mai 2011, Ryzhkov, Nemtsov et plusieurs autres enregistrèrent un nouveau parti politique le Parti de la Liberté Populaire de manière à pouvoir aligner un candidat président contre Poutine en 2012. [4]
 
NOTES : 
 
[1] Business Week Russia, Boris Nemtsov: Co-chairman of Solidarnost political movement, Business Week Russia, September 23, 2007, accessed in http://www.rumafia.com/person.php?id=1648.
 
[2] Ibid.
 
[3] Ibid.
 
[4] Russian Mafia.ru, Vladimir Ryzhkov: Co-chairman of the Party of People’s Freedom, accessed in http://www.rumafia.com/person.php?id=1713.
__________
 

Ukraine / Donbass : l’offensive de Kiev qui se prépare

imageComble de la servilité atlantiste : le gouvernement polonais a décidé d’envoyer un contingent de policiers en Ukraine, afin d’aider à la formation de la sécurité civile du régime de Kiev. Au Diable les quelque 80.000 Polonais massacrés en Volhynie par les bandéristes de l’UPA en 1942-1944 ! La présence de militaires issus de pays membres de l’OTAN ne cesse de s’accroître sur le territoire ukrainien depuis le début de cette année. Une offensive se prépare pour les semaines à venir, c’est une évidence. La présence de « contractors » au sein de la plupart des unités de la garde nationale (notamment les plus importantes et les mieux équipées), ajoutés aux « conseillers » et autres « instructeurs » à l’arrière et à proximité de la ligne de front, ne laissent aucun doute quant aux velléités bellicistes du commandement opérationnel ukrainien. En face, dans les rangs des forces de Nouvelle Russie, on est prêts à encaisser ce nouveau choc et même à contre-attaquer. Et, cela, en pleins préparatifs de la parade du 9 Mai, pour les commémorations des 70 ans de la victoire sur la barbarie.

Xavier Moreau analyste géopolitique spécialiste de la Russie et de l’Europe centrale, commente la situation en Ukraine et les répercussions de l’aide militaire américaine sur l’efficacité des forces du régime au pouvoir à Kiev

imageSur la partie de la ligne de front la plus au nord (au-delà de la ligne Lugansk-Pervomaïsk), comme sur la zone de Gorlovka-Donetsk et vers Mariupol, la situation continue de se détériorer, le nombre d’attaques ne cesse de croître. De toute évidence, l’escalade du conflit se poursuit, selon un scénario comparable à celui de l’hiver dernier. Il faut donc s’attendre au début d’une offensive de grande ampleur d’ici quelques jours ou quelques semaines de la part des forces de Kiev. Les attaques ukrainiennes à l’artillerie lourde contre Donetsk et Gorlovka sont désormais redevenues quotidiennes. A noter que les tirs restent de moyenne intensité, en raison de l’absence d’utilisation massive de lance-roquettes multiples (à relativiser comme nous le verrons plus bas). Mais la présence de batteries ukrainiennes de type Grad, Uragan et Smerch à proximité de la ligne de contact ne laisse aucun doute quant à leur emploi d’ici quelques temps.

L’attaque sur Donetsk, il y a deux jours : une diversion ?

imageEn Ukraine « proeuropéenne », le régime détruit les symboles du christianisme… quand celui-ci n’est pas à sa botte

Sur le secteur au nord-ouest de Lugansk (« Piste Bakhmutka »), la tension persiste et les accrochages quotidiens se succèdent aux frappes localisées de l’artillerie. Tous les jours, on peut décompter de nombreuses pertes humaines et matérielles, essentiellement du côté des forces de Kiev, un peu moins côté républicain. On note aussi plusieurs accrochages de moyenne intensité sur le secteur au nord de l’ancien chaudron de Debaltsevo vers la route menant à Artemovsk.

On signale aussi une activité accrue des DRG républicains vers Artemovsk, Severodonetsk et Konstantinovka ces derniers jours. Un convoi ukrainien aurait été attaqué et partiellement détruit dans la nuit du 4 au 5 mai, des officiers dans cette colonne de véhicules auraient même été tués.

Kiev a considérablement augmenté la concentration de ses troupes au niveau de la ligne de front depuis plusieurs semaines. Les rapports de renseignement des forces de Nouvelle Russie, ces derniers jours, font état d’un renforcement significatif de l’artillerie ukrainienne, en plus de groupes tactiques mécanisés arrivés dernièrement en renforts. Pour les 3 derniers jours seulement, sur le secteur nord et nord-ouest de Gorlovka, voici les effectifs kiéviens arrivés récemment d’après le renseignement des FAN :

Dzerzhynsk : 782 combattants, 60 véhicules blindés, 42 chars lourds ;
Artemovsk : environ 1.000 combattants & dans le même secteur 8 BM-21 Grad, 10 automoteurs d’artillerie (situés sur le périmètre de la forêt) ;
Maïorsk : une compagnie de 150 combattants sur BMP, renforcée par 4 chars.

Depuis plusieurs jours, les forces ukrainiennes tentent de percer les positions des milices près de Gorlovka et de Shirokino, à l’est de Mariupol. Les tentatives d’assaut de l’aéroport de Donetsk et du secteur de Spartak ne seraient donc que des diversions.

imageDepuis la nuit du 3 au 4 mai, la situation continue de se détériorer de manière accélérée. Si, pendant la journée, on mentionne des périodes de calme relatif, dès la tombée de la nuit, les attaques se renouvellent, y compris avec l’utilisation de l’artillerie lourde. Dans la soirée du 4 mai, on signalait d’intenses pilonnages sur Gorlovka et sur Donetsk, y compris avec l’utilisation de batteries Grad.

Sur Avdeevka, la plupart des positions de l’artillerie lourde ukrainienne sont occupées par les obusiers 2A65 MSTA-B de 152 du 1er bataillon de la 44e brigade d’artillerie de Ternopol (Ternopil en sabir galicien) du colonel Oleg Lisovoï, renforcés par des batteries de 122 D-30, des mortiers de 120 des unités mécanisées et de BM-21 Grad. La 44e possède aussi deux bataillon de 152 Giatsint-B et un bataillon d’automoteurs de 203 mm 2S7 Pion. La 44e est une unité relativement récente, formée en octobre-décembre dernier à Lviv et composée pour l’essentiel de Polonais russifiés de Galicie fanatisés. Ces artilleurs sont arrivés à Avdeevka fin mars.

À la périphérie de Donetsk, y compris vers l’aéroport, les accrochages de haute intensité ont repris, alors que Kiev a recommencé de pilonner les quartiers ouest et nord-ouest avec son artillerie lourde, engageant ses chars et son infanterie contre des positions défensives des forces républicaines sur Spartak et l’est de Peski.

A chaque fois, les assaillants ont été contraints de revenir sur leurs positions initiales, c’est une guerre d’usure qui recommence. Hier soir, un nouvel accrochage assez important a débuté vers 23h30 et a duré une partie de la nuit.

Sur la zone aéroportuaire, la reprise des combats ne permet plus l’évacuation des corps des combattants ukrainiens tués lors des affrontements de l’hiver dernier et le réchauffement des températures printanières rend désormais quasi irrespirable une atmosphère empestée d’odeurs de décomposition humaine.

Vers Makeevka, à l’est-nord-est de Donetsk, vers 18h00 hier soir, on signalait une agitation inhabituelle des unités mobiles forces de sécurité républicaines. Il est probable qu’un groupe subversif kiévien infiltré ait été repéré.

Accalmie relative sur le secteur de Mariupol

Secteur de Shirokino le 2 mai

Plus au sud, à l’est de Mariupol, depuis le 3 mai, les attaques et les pilonnages d’artillerie se sont intensifiés contre les positions républicaines vers Pavlopol, Kominternovo, Sakhanka et Shirokino, y compris au moyen de batteries Grad pour les trois premières localités citées. Mais depuis la nuit dernière, les attaques semblent s’être calmées. Le secteur de Shirokino est désormais considéré par le commandement ukrainien comme un de ses « bastions ».

Environ un millier de combattants (principalement des paramilitaires de la garde nationale) ont été engagés pour, semble-t-il, tenter une percée vers Novoazovsk, appuyés par des batteries lourdes de 152 et de 122.

Selon la milice, dans la soirée du 2 mai (début de l’augmentation de l’intensité des attaques), les combats dans Shirokino ont duré de 19h00 à 8h00 le lendemain matin, sans le moindre résultat probant pour les assaillants. Sur une ligne allant de l’est de Pavlopol à Shirokino en passant par Kominternovo et Sakhanka, ce sont essentiellement les « bataillons » de Praviy Sektor (dont une compagnie DUK renforcée du « bataillon » islamiste tchétchène « Sheikh Mansur »), « Dnepr-1 » (à vérifier), ce qui reste de « Donbass » et bien entendu « Azov » qui sont en première ligne, l’appui-feu en artillerie lourde étant assuré par l’armée ukrainienne. Les autorités républicaines ont commencé à évacuer les résidents de Sakhanka qui, depuis plusieurs jours, sont exposés aux tirs d’artillerie des forces de Kiev, y compris à partir de Mariupol. Et que fait la mission de l’OSCE ? Rien… pour quoi faire ?

Source : http://www.nationspresse.info/mondialisme/atlantisme/ukraine-donbass-loffensive-de-kiev-qui-se-prepare

 

Histoire de l’Euromaïdan, du coup d’état, de la résistance du Sud-Est et de la guerre civile en Ukraine. 2013-2015