Libye: gouvernement rebelle, avertissement à l'Europe.

Publié le par José Pedro

Migrants à bord d'un navire militaire italien

Libye: gouvernement rebelle, avertissement à l'Europe.

 
20:50 - La Libye est partagée entre deux gouvernements. D'un côté, celui des islamistes soutenu par les USA et l'UE, de l'autre, celui des rebelles, basé à Tripoli et soutenu par la Russie.


La politique de l'UE en Afrique occupée consiste à provoquer une migration africaine de masse en Europe dans l'intérêt du corporate power US qui veut transformer la péninsule européenne de l'Ouest en territoire de concentration et de travail obligatoire sur le modèle ukrainien pour s'accaparer tout ce qui est à prendre... avant sa propre et inéluctable chute.  
~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Tripoli : «dans quelques années, l’Europe sera complètement noire»
RT, le 25 Mai 2015
_________***_______ 

<< Le gouvernement libyen basé à Tripoli a indiqué que le trafic migrants africains se poursuivra jusqu’à ce que l’Europe cesse de boycotter les forces qui tiennent la capitale libyenne et commence à coopérer. 

Mohamed El-Ghirani, ministre des Affaires étrangères du «gouvernement de salut public» basé à Tripoli et établi par les milices qui tiennent la capitale libyenne, a prévenu l’Europe du risque de se voir «envahie» par les migrants africains si elle ne coopère pas avec son gouvernement.

Des migrants africains fuyant le chaos ambiant continueront à affluer vers l’Europe jusqu’à ce que l’Union européenne ne prenne les mesures d'urgence qui s'imposent, a averti le haut fonctionnaire. 

Le responsable demande la reconnaissance internationale de son gouvernement ainsi que l’aide de Bruxelles. «Nous vous disons : venez, parlez et coopérez avec nous, le gouvernement de salut national», a dit le ministre de Tripoli dans une interview à Reuters, appelant les dirigeants européens à réagir.

«Si l’Europe ne coopère pas, alors l’Europe sera complètement noire dans quelques années. L’Europe passera d’une Europe blanche à une Europe noire», a poursuivi Mohamed El-Ghirani. 

Guerre civile, migrations illégales et trafic d'êtres humains 

Pendant ce temps, la guerre civile continue à faire rage entre les deux gouvernements rivaux, causant migrations illégales et trafic d'êtres humains.Certaines régions du pays sont entièrement contrôlées par des milices djihadistes, tous les indicateurs économiques sont en chute libre. 

El-Ghirani a indiqué que la Libye abrite plus de 16 000 migrants clandestins dans des centres de rétention surpeuplés. Certains sont hébergés dans des écoles abandonnées ou d'autres établissements publics. La Libye est une plateforme centrale pour les migrants africains qui fuient pour l’Europe à la recherche d’une vie meilleure.

L’année dernière, au moins 170 000 migrants ont traversé la Méditerranée depuis la Libye, plus de 3 000 se sont noyés en mer. D’après les estimations de l’Organisation internationale pour les migrations, ces chiffres risquent d’augmenter encore cette année. 

Le fardeau financier causé par l’afflux croissant de migrants commence déjà à peser sur l’Union européenne qui propose de répartir l'accueil entre les différents Etats membres. Autre problème : certains migrants s’avèrent avoir un passé criminel. Le secrétaire général de l'OTAN Jens Stoltenberg a averti que «des terroristes et des djihadistes peuvent se mêler aux migrants qui tentent de traverser la Méditerranée».

L’intégration des réfugiés africains dans les sociétés européennes est un défi pour les autorités des pays hôtes. A tel point que l’afflux croissant de migrants provoque un tollé et inquiète certains dirigeants européens prompts à préconiser des expulsions massives. «Les gens en ont marre de ce système qui permet à ceux qui ne doivent pas être dans notre pays de rester», a dit David Cameron, Premier ministre britannique. 

Une catastrophe humanitaire engendrée par l’Occident 

Chez Amnesty International, on estime que les gouvernements occidentaux ignorent les causes de la crise. «La communauté internationale a regardé la Libye s’enfoncer dans le chaos depuis la fin de l’intervention militaire menée par l’OTAN en 2011, ce qui a permis aux milices et aux groupes armés d’échapper à tout contrôle. Les dirigeants du monde doivent assumer leurs responsabilités et accepter les conséquences,notamment le flux de réfugiés et de migrants fuyant le conflit en Libye», a déclaré Philip Luther, directeur du programme Afrique du Nord et Moyen-Orient d’Amnesty International. 

Ainsi, l’opération navale planifiée par l’UE comprend un travail de renseignement sur les réseaux de passeurs, des campagnes de frappes aériennes et des activités terrestres qui pourraient inclure des opérations le long de la côte libyenne, dans les ports ou au large à l'encontre des navires et autres équipements des trafiquants avant qu’ils soient utilisés. Cela pourrait signifier l’envoi de troupes européennes sur le terrain. 

Cependant, l’analyste politique Gearoid O'Colmain doute des bonnes intentions de l’Occident qui, d’après lui, a délibérément détruit la Libye et «consciemment engendré une vraie catastrophe humanitaire» ainsi qu'un chaos généralisé dans le pays.

«Les Etats-Unis et l’Europe ne souhaitent pas la paix et la stabilité dans le Tiers monde, la politique européenne en Afrique est synonyme de destruction, de militarisation, d’occupation militaire, elle consiste à entraver le développement du continent africain», a-t-il souligné dans une interview à RT.>>
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 Autres articles sur la Libye, classée Alliée de la Russie dans l'ATLAS GENERAL WWIII:

L’OTAN et la Libye
H150515 / Libye: migrants, l'UE envisage de bombarder "légalement' les populations locales (Steinmeier)
D180515 /Libye: lutte contre les migrants, coopération UE/ONU/OTAN pour bombarder les populations libyennes
G180515 / Lutte anti-migrants: l'UE approuve la première phase du plan d'extermination des libyens.
 
 

Crise migratoire: la Libye rejette le plan européen, l'Italie veut les faire travailler gratuitement

Migrants à bord d'un navire militaire italienSource: Reuters
Migrants à bord d'un navire militaire italien

Ce sont 219 migrants de plus qui ont été recueillis en Méditerranée vendredi soir alors que la Libye soutient que la destruction des bateaux des passeurs serait une mesure inutile et que la tension continue de monter en Italie.

Dans la nuit de vendredi à samedi, des dizaines de migrants originaires de Syrie et de Somalie ont été recueillis par le M.Y. Phoenix, navire affrété par Médecins sans Frontières conjointement avec le MOAS (ONG d’aide aux migrants), avec le soutien des garde-côtes italiens, alors qu’ils tentaient la traversée depuis la Libye pour rejoindre l’Europe.

Ces dernières semaines, l’Italie a vu débarquer sur son territoire des milliers de migrants, alors que l’Organisation internationale des migrations estime à plus de 1 800 depuis le début de l’année le nombre de désespérés ayant péri en mer dans leur tentative de traversée.

Selon Mario Morcone, chef du Département des droits civils et de l’immigration au ministère, le pays héberge quelque 84 000 migrants et plus de 9 000 sont arrivés en moins d’une semaine. Les autorités italiennes, dépassées, constatent que la situation devient de plus en plus tendue dans certains ports du sud du pays. A tel point que le ministre italien de l’Intérieur Angelino Alfano a proposé des mesures pour le moins polémiques, souhaitant que les migrants travaillent gratuitement pour les municipalités dans lesquelles ils résident temporairement.

«Nous devons demander aux communes d’appliquer notre directive permettant de faire travailler les migrants gratuitement», a-t-il déclaré à la presse italienne, «plutôt que de les laisser là à rien faire, qu’ils les fassent travailler».

Cette sortie hasardeuse a enflammé les réseaux sociaux en Italie et au-delà, nombreux voyant le pays revenir vers un passé peu glorieux, certains n'hésitant pas à parler de retour à l'esclavagisme.

De l’autre côté de la Méditerranée, la Libye, principal pays de départ des bateaux de migrants, a refuséle plan proposé par l’Union Européenne sur la crise des migrants.

Ce plan, consistant à détruire les embarcations des passeurs servant aux migrants à traverser la mer qui les sépare de l’Europe, ainsi que l’envoi de troupes européennes sur le sol Libyen a reçu une fin de non-recevoir de la part de Ibrahim Dabbashi, représentant permanent de la Libye aux Nations Unies.

Pour le diplomate libyen, la question des migrants en Méditerranée ne pourra être réglée que lorsque son gouvernement aura repris en main la totalité du territoire libyen : «Une fois que le gouvernement aura repris la capitale, et contrôlera la partie ouest de la Libye, je pense qu’il sera très facile de stopper ce flux d’immigrés illégaux car nous connaissons tous ceux qui sont impliqués».

La guerre civile résultant de la chute du régime de Mouammar Kadhafi par des rebelles soutenus par l’OTAN a aggravé la situation des migrants, dorénavant confrontés aux échauffourées entre deux gouvernements rivaux et l’absence de réaction appropriée de la part des pays européens.

Home» MONDE» Europe»

Le chaos libyen a accéléré la migration massive vers l’Italie

Font size: Decrease font Enlarge font
imageLibye - Un rebelle

 

Impossible de rester de marbre face au nombre - sans cesse croissant - de migrants africains qui finissent leurs vies dans la Mer Méditerranée. Eu égard à l’ampleur de la tragédie, la bataille sur les chiffres quant au dernier naufrage paraît à la limite de la décence.  Vu d’Afrique, ces catastrophes à répétition renvoient brutalement à la figure à la fois le fameux ordre mondial et la mauvaise gouvernance au niveau des Etats du Continent. Ces milliers d’Africains qui cherchent désespérément à gagner l’Europe ne le font pas par simple snobisme. Par esprit d’aventure non plus. Tels des desperados des temps modernes, ces migrants fuient la misère et /ou la guerre.

Comble de paradoxe, un dénuement auquel l’eldorado européen n’est pas étranger ! L’Europe comme partie prenante de cet Occident qui régente l’ordre mondial. Un ordre qui, depuis la colonisation, impose sa loi aux pays africains dans tous les domaines. Du prix des matières premières aux conditionnalités de l’aide au développement, en passant par les fameux plans dits d’ajustement structurel. En somme un vaste dispositif pour figer l’Afrique à la fois dans sa situation d’exportateur net des ressources, sans la moindre valeur ajoutée et d’éternelle assistée ! 

Lorsqu’on n’impose pas la doxa économique aux pays du continent, on provoque des guerres. Ou tout au moins, on les alimente en participant à la déstabilisation de tel ou tel autre pays. Le cas de la Libye est, à cet égard, le plus parlant. C’est justement le chaos libyen qui a accéléré la migration massive vers l’Italie, principale porte d’entrée en Europe pour des Africains venant du no man’s land qu’est devenue la Libye post-Kadhafi. 

L’Occident drapé dans la nébuleuse appelée "Communauté internationale " n’est, cependant, pas l’unique responsable de la misère qui sévit sur le Continent. Les élites africaines, au premier rang desquelles, les dirigeants politiques sont aussi pour beaucoup dans la déglingue de nombre de pays du Continent. 

Comment fixer des jeunes sur leurs terres si aucune éclaircie ne traverse la grisaille ambiante ? Comment retenir des citoyens dans leur pays si le présent ne donne plus à espérer en un avenir meilleur ? Et comme pour donner l’exemple, les rejetons de beaucoup de dignitaires africains passent le plus clair de leur temps…en Occident. Eux, au moins prennent l’avion et on ne les appelle pas " immigrés ".

[José NAWEJ]

== // ==

L'Union européenne n'a plus d'alibi

L'Union européenne a reconnu lundi qu'elle devait prendre à bras le corps la question des migrants en Méditerranée, où les recherches étaient toujours en cours pour retrouver des survivants, après un nouveau naufrage qui aurait fait des centaines de morts.

"Nous n'avons plus d'alibi", a lancé la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, avant une réunion conjointe des ministres des Affaires étrangères et de l'Intérieur de l'UE. "Les tragédies de ces derniers jours, de ces derniers mois, de ces dernières années, c'en est trop", a-t-elle martelé.

Seuls 24 corps et 28 survivants ont pu être repêchés après le naufrage d'un chalutier chargé de migrants dimanche, ont indiqué lundi les garde-côtes italiens en milieu de journée, confirmant un bilan qui n'a pas varié depuis dimanche, en dépit du nombre potentiellement élevé de disparus.

Les corps des 24 victimes ont tous été débarqués lundi matin sur l'île de Malte. Les survivants sont attendus de leur côté plus tard dans la journée à Catane, en Sicile.

Le navire en difficulté a chaviré à environ 70 milles (130 km) des côtes libyennes, probablement lorsque tous ses occupants se sont précipités du même côté en apercevant un cargo portugais venu porter secours. Selon le récit d'un survivant, il transportait quelque 950 personnes, dont une cinquantaine d'enfants et 200 femmes. Un autre survivant a fait état de son côté de 700 personnes à bord.

Les garde-côtes italiens ne confirment aucun de ces chiffres, mais précisent que ce chalutier de 20 mètres de long "a la capacité de transporter plusieurs centaines de personnes".

La chancelière allemande Angela Merkel s'est dit "bouleversée", affirmant que l'Europe devait "trouver des réponses". Le pape François a appelé la communauté internationale à "agir avec décision et rapidité".

"On a besoin de mesures immédiates de la part de l'UE et des Etats membres", a assuré Mme Mogherini, citant le renforcement de l'opération européenne de surveillance maritime Triton, mais aussi une meilleure répartition de l'accueil des migrants au sein de l'Union, alors que l'Italie, la Grèce, Malte et l'Espagne portent la quasi-totalité du fardeau.

Les Européens sont très réticents à renforcer le secours en mer et à accueillir plus de migrants, craignant que cela ne crée un appel d'air alors que le flot de migrants n'a jamais été aussi élevé.

Selon le Haut commissariat aux réfugiés, 35. 000 migrants sont arrivés par bateau dans le sud de l'Europe depuis le début de l'année, et 1. 600 sont portés disparus.

Pas de solution magique

"La réputation de l'Union européenne est en jeu", a jugé le chef de la diplomatie italienne, Paolo Gentiloni. "C'est une urgence européenne, pas une urgence italienne".

A court terme, un renforcement de Triton semble acquis. "Il y a aujourd?hui 21 bateaux, quatre avions, un hélicoptère. Il faut des moyens beaucoup plus conséquents", a souligné le ministre français, Harlem Désir. "Quand c?est nécessaire", Triton devrait aussi porter "secours aux personnes qui sont menacées de naufrage".

L'UE veut renforcer la lutte contre les réseaux de trafiquants, "qui est une sorte d'esclavage du 21e siècle", selon M. Gentiloni.

Les Européens misent aussi sur la coopération avec les pays d'origine et de transit pour mieux réguler les flux.

Ils pèsent de toute leur force sur les parlements libyens rivaux, qui négocient la formation d'un gouvernement d'union pour mettre fin au chaos dans le pays. La stabilité dans ce pays semble en effet le seul moyen d'endiguer durablement les départs de migrants africains et de réfugiés syriens massés sur ses côtes.

Les trafiquants profitent de l'instabilité en Libye, où des groupes liés à l'organisation Etat islamique se sont implantés.

L'UE promet son "soutien" si un gouvernement d'union est formé, même si les différentes options --sécuriser des endroits stratégiques, surveiller les frontières, déploiement naval au large des côtes-- ne sont pour l'instant qu'à l'étude.

Les négociations s'annoncent en revanche très difficiles sur l'accueil des migrants. Mme Mogherini a reconnu qu'il "n'y a pas de solution facile, de solution magique", mais elle a en même temps appelé "tous les Etats membres" à la "responsabilité". "Tout comme avec les attentats de Paris et Tunis, on a décidé d'augmenter l'intégration en matière de terrorisme et de sécurité, on a besoin d'une véritable politique migratoire", a-t-elle plaidé.

Le commissaire européen en charge de la question, Dimitris Avramopoulos, doit présenter à la mi-mai une "stratégie" européenne.

Mais le chef du gouvernement italien Matteo Renzi veut porter le sujet au plus haut niveau politique, et réclame un sommet des 28 chefs d'Etat dès cette semaine, pour lequel des consultations ont été lancées dimanche soir par le président du Conseil européen, Donald Tusk.

 

La laide vérité : vidéo de rebelles libyens décapitant un soldat de Kadhafi et autres crimes de guerre de l’OTAN

Note du Grand Soir : nous n’avons évidemment aucun moyen pour confirmer ou infirmer ces informations. Sur le site original, face aux doutes exprimés par certains, l’auteur persiste et signe et explique pourquoi. Question : est-ce vraisemblable ? Si on se souvient de l’Afghanistan à l’époque où l’Occident soutenait les Talibans contre les communistes afghans (d’abord) puis contre les Soviétiques (ensuite), la réponse est "oui". Est-ce le cas ici ? Comment savoir ? Indice : cela fait trois mois que les Libyens supportent les milliers de sorties militaires de l’OTAN sans se rallier à la Rébellion. Etrange, non ? Si des lecteurs trouvent d’autres informations à ce sujet, ils sont invités à les partager. Quant aux vidéos, le modérateur n’a pas eu le courage de les visionner.

* * *

L’OTAN a déversé sa propagande sur la Libye pour justifier une «  guerre humanitaire » contre le gouvernement de Mouammar Kadhafi. Comme les gens ordinaires de par le monde n’ont pas accès à des renseignements leur permettant de se forger une opinion, l’OTAN a jusqu’ici en grande partie réussi.
En tant qu’ex-ressource de la C.I.A. ayant couvert la Libye aux Nations unies de 1995 à 2003 pendant les négociations sur le procès de Lockerbie, je me vois contrainte de passer outre cette propagande et d’examiner la réalité des preuves. 
En réponse à de nombreuses demandes, je partage ici des éléments de preuve de première main que je reçois quotidiennement depuis des sources au coeur de Tripoli. La documentation vidéo issue de réfugiés libyens a été rassemblée par une commission d’enquête appelée «  Civils Mondiaux pour la Paix en Libye. » (Global Civilians for Peace in Libya)."

L’équipe d’enquête est composée d’Européens, d’Africains, d’Américains et d’avocats internationaux des droits de l’homme, qui sont en train de préparer les allégations de Crimes de guerre à l’encontre de l’OTAN. A en juger sur base de ces vidéos, les dommages et intérêts financiers qui seront réclamés à l’OTAN au bénéfice de la Libye devraient en effet être très élevés.

Par dessus tout, il est clair que l’OTAN aux Nations unies a grossièrement déformé ses arguments pour justifier une action militaire. La Grande-Bretagne et la France se sont fiées à des mauvais renseignements issus de sources incertaines qui tentaient de profiter du conflit pour gagner en pouvoir.

Une enquête plus circonspecte permet de montrer que ce sont bien les rebelles soutenus par l’OTAN qui se rendent coupables d’atrocités - et non pas les soldats de Kadhafi. Les sanctions actuelles devraient être levées et l’OTAN devrait réorienter son effort militaire pour en réalité soutenir Kadhafi dans la défense du peuple libyen.

Des dessous de Lockerbie aux vidéos d’aujourd’hui

Les vidéos dépeignent des atrocités terrifiantes. Les raisons pour lesquelles les rebelles soutenus par l’OTAN commettent ce type d’actes sont de deux ordres. 
D’abord, en commettant des crimes, les rebelles soutenus par l’OTAN ont déployé une stratégie destinée à provoquer panique et confusion au niveau de la rue, afin de s’en assurer le contrôle.

Ils ont effrayé leur opposition en une soumission silencieuse. Des Libyens ordinaires voient de leurs propres yeux les rebelles libyens tout puissants du fait du soutien de l’OTAN qui les observe dans le dos. Et en conséquence les loyalistes pro-Kadhafi ont intérêt à garder le silence s’ils ne veulent pas faire face à des conséquences épouvantables.

En même temps, les rebelles libyens ont découvert une façon de manier le déclenchement des boutons de l’OTAN et de gonfler à bloc ses moteurs pour «  la guerre humanitaire ». Apparemment, on suppose que le monde croit que le gouvernement de Kadhafi - qui n’a aucun historique d’attaque de ses propres ressortissants au cours des 41 dernières années d’autorité - s’est soudainement rendu coupable des délits les plus abjects.

Ceux parmi nous qui ont étudié la Libye de près ont des expectatives contraires. Historiquement, Kadhafi a été si tenace et protecteur envers son peuple qu’il a refusé d’extrader deux ressortissants libyens dans le cadre du procès de Lockerbie, malgré des années de sanctions de l’ONU.

Kadhafi savait que ces hommes étaient innocents et qu’ils n’obtiendraient pas de traitement honorable en justice. Pour faire court, Lockerbie a été une opération sous fausse bannière destinée à dissimuler une participation dévoyée de la C.I.A. dans le trafic d’héroïne de la Vallée de la Bekaa au Liban, au cours de la crise d’otage de Terry Anderson.

Une équipe mixte d’enquêteurs de la C.I.A., du FBI et du renseignement militaire était ce jour-là en route sur le vol de la Pan Am 103 à destination de Washington pour y exposer les faits de corruption qu’elle avait mis en lumière, lorsque l’avion a explosé sur Lockerbie, en Ecosse. La Libye a été désignée comme bouc-émissaire. Pourtant, à l’instar du 11-Septembre, la vérité a refusé de s’éteindre. Et Kadhafi a refusé de céder. Il est resté là face à son peuple, en dépit des sanctions et des pressions internationales.

Incidemment, la conjecture de Kadhafi s’est avérée correcte. Dans l’un des épisodes les plus honteux de corruption jamais établi dans les cours internationales, les Etats-Unis ont soudoyé deux témoins au procès de Lockerbie via un règlement de 4 millions de dollar.

Après que ces deux témoins aient abjuré et avoué les paiements, le seul Libyen reconnu coupable dans l’attentat à la bombe du vol Pan Am 103, Abdelbasset Megrahi, a bénéficié «  d’une libération compatissante » [sic] de la prison écossaise en août 2009, apparemment pour qu’il puisse rentrer chez lui mourir de son cancer. 
Les actions de Kadhafi révèlent beaucoup de son caractère. En tant que leader, jette-t-il ses ressortissants dans la gueule du loup ? Ou les abandonne-t-il par facilité ? Il est notoire que non. Il considère comme sien le peuple libyen et le protège quoiqu’il lui en coûte.

Ces vidéos constituent un contrôle de la réalité. Qui plus est, ironiquement, en revendiquant le fait que ce sont les forces de Kadhafi qui ont spécifiquement été responsables de crimes de viol, l’OTAN a de façon évidente admis que des Crimes de guerre se produisent en réalité en Libye.

Des titres de journaux rapportant que Kadhafi a fait distribuer du Viagra pour inciter ses soldats à des bringues de viol ont bien marché sur CNN. Cependant l’ex-membre du Congrès Cynthia McKinney a fait remarquer que le seul acheteur majeur de Viagra à destination de la Libye était le gouvernement américain lui-même, et qu’il aurait distribué les petites pilules bleues aux soldats-rebelles plus âgés pour les stimuler au combat.

Sur base de ce que l’on peut juger des témoignages de viol issus de Libye, la stratégie américaine aurait atteint son but, de la façon la plus tragique.

Les Mauvais

Ces vidéos me font terriblement penser à Al Qaeda. Mais ne me croyez pas sur parole. Regardez les preuves et faites-vous une opinion par vous-même.

Avertissement : ces vidéos sont crues et terrifiantes. Elles sont mises en ligne sur FederalJack.com, parce que ce site est très bien sécurisé et qu’il a le courage et la détermination sans faille de s’adresser en vérité au pouvoir. FederalJack ne cédera pas et mettra à jour les vidéos sur obamalibya.com lorsque de nouvelles séquences lui seront transmises.

La première vidéo montre un rebelle libyen décapitant un soldat libyen. Si cela ressemble à l’Irak, et bien mince, le plus haut pourcentage de combattants étrangers en Irak (et en Tchétchénie et en Afghanistan) sont venus de Libye orientale. Malheureusement pour l’OTAN, il n’y a aucune échappatoire à ce que cette vidéo ait été tournée en Libye : les hommes parlent un dialecte arabe libyen avec son accent bien distinct.

La deuxième vidéo montre une séquence horrible d’un rebelle libyen découpant la chair pourrie d’un soldat mort et forçant des prisonniers de guerre libyens, alignés les uns derrières les autres, à en manger.

Une autre vidéo montre un groupe de rebelles sodomisant un civil avec un pistolet. 
Une autre montre une foule de rebelles en train de pendre et de décapiter un soldat libyen.

Une autre vidéo montre des agents secrets de la C.I.A. travaillant aux côtés des forces rebelles, roulant dans les parages dans des camions - un indice solide que des forces américaines sont déjà présentes sur le terrain et qu’elles participent activement aux atrocités.

Une autre vidéo montre plusieurs soldats libyens morts, la gorge tranchée, couchés à l’arrière d’un camion. Les mises à mort violent les conventions de guerre de Genève, qui protègent des soldats ennemis après capture. Dans l’excitation, des rebelles [soutenus par] l’OTAN ont encouragé un spectateur effrayé à prendre cette boucherie en vidéo et à affirmer que les forces de Kadhafi en étaient responsables. Ensuite, l’homme à la vidéo a pris sa famille et a fui le bastion des rebelles. C’est ainsi que cette vidéo est parvenue au groupe d’enquête à Tripoli.

TOUTES LES VIDEOS PEUVENT ETRE VISIONNEES ICI

http://www.federaljack.com/?page_id=37933

Note de Intel Hub - Ces vidéos, particulièrement la décapitation, sont très dures à visionner et font une impression durable sur ceux qui la regardent. Je conseillerais à la PLUPART DES personnes de ne PAS observer la vidéo de décapitation.

Elle est tellement barbare que cela défie l’entendement de comprendre comment l’OTAN a pu voir en ces rebelles les détenteurs d’un quelconque potentiel de leadership.

Le viol en tant qu’arme de guerre

Pire que ce que vous imaginiez ? De la façon la plus notoire jusqu’ici, il s’avère que les rebelles utilisent le viol comme sanction de guerre à l’encontre des familles pro-Kadhafi ou «  neutres » qui n’embrassent pas automatiquement la cause des rebelles.

Dans la culture islamique, la famille entière subit des stigmates après le viol, une sorte de punition collective.

En ce moment, une équipe féminine d’avocats des droits de l’homme interviewe des victimes de viol. Voici deux témoignages de viol et d’autres rapports de témoin oculaires.

Cependant ce ne sont pas les histoires les plus crues. Le problème, c’est de voyager des centaines de kilomètres au travers de points de contrôle et de bombardements. Ce 22 juin, des enquêteurs non gouvernementaux sont occupés à parcourir 300 km pour filmer un garçon qui a été châtré et rendu aveugle par des rebelles [soutenus par] l’OTAN comme punition pour avoir refusé de rejoindre leur unité paramilitaire.

Une autre vidéo en voie d’être obtenue provient d’un père d’une famille pro-Kadhafi qui décrit l’enlèvement de sa fille vierge. Après avoir été traînée en dehors de chez elle sous la menace des armes et après avoir été emmenée dans une séance brutale de viol collectif nocturne, des rebelles de l’OTAN lui ont coupé les seins au couteau et l’ont laissée saigner à mort.

Les enquêteurs des droits de l’homme attendent de pouvoir interviewer une femme libyenne de Zawia rescapée d’un viol collectif brutal au terme duquel elle a eu les seins coupés. Des spectateurs horrifiés l’ont sauvée d’une mort certaine, quand les rebelles excités sont partis en courant et en tirant des coups de feu en l’air.

Elle a été hospitalisée, mais elle est toujours trop affectée physiquement et mentalement pour pouvoir donner un entretien. L’avocate internationale des droits de l’homme patiente. Nous cherchons instamment un sponsor américain [ou européen] pour que cette femme libyenne puisse bénéficier d’une chirurgie de réparation aux États-Unis ou en Europe.

Le 19 juin, lors d’affrontements à Misurata, des soldats de Kadhafi ont sauvé une autre survivante de viol. La jeune femme avait été enlevée et détenue en otage pendant 20 jours. Le gang des forces rebelles l’a violée chaque jour, à toute heure du jour et de la nuit, jusqu’à ce que les forces de Kadhafi traversent leurs lignes et lui sauvent la vie.

Ainsi en va-t-il de la mission humanitaire de l’OTAN. Clairement l’OTAN a été tout-à -fait dupée et devrait mettre un terme immédiat au soutien de ces rebelles. Des fonds payés par les contribuables américains [et européens] sont en train de permettre la formation de nouveaux Taliban aptes à intimider le peuple libyen dans la soumission, pendant que l’Ouest pille les richesses de la Libye.

Mais l’OTAN a échoué à prendre en compte l’esprit du peuple libyen. La Libye a une histoire puissante et des traditions de résistance pour la défense de sa souveraineté vis à vis d’envahisseurs étrangers. Des familles libyennes et des leaders tribaux sont déterminés à réclamer des dommages et intérêts à chaque pays de l’OTAN et pays arabe qui soutient les rebelles.

Aussi longtemps que l’OTAN fournit formation, uniformes, fusils d’assaut militaires, jeeps, transport, conseillers de terrain et support aérien - elle sera forcée d’assumer la responsabilité de ces crimes. Des compensations pour dommages et intérêts devront être payées à partir de fonds des pays de l’OTAN normalement dévolus à l’enseignement, aux soins de santé, aux pensions, aux universités, aux routes, aux ponts, etc.

Patrick Haseldine, un expert britannique sur le conflit de la Libye avec l’OTAN, a estimé les dommages et intérêts financiers britanniques actuels à 2,8 milliards de $. 
Tout cela conduit à la question : pourquoi en premier lieu les gouvernements de l’OTAN devraient-ils soutenir ces rebelles ? En effet, tout un chacun devrait se poser quelques questions importantes.

Le président Obama doit-il dépenser l’argent du contribuable durement gagné par la classe moyenne étatsunienne pour financer cette guerre ? Les Etats-Unis doivent-ils assumer le rôle de former des forces d’Al Qaeda et agir en soutien à Al Qaeda ? 
Tandis que notre grande nation saigne de l’encre rouge ? Tandis que les étatsuniens se débattent pour trouver des emplois et repousser des saisies immobilières ? Sachant que nos soldats sont épuisés après l’échec de deux autres guerres - après avoir combattu ces mêmes rebelles d’Al Qaeda en Irak et l’Afghanistan ?

Et pourquoi précisément les Etats-Unis devraient-ils épauler l’OTAN, pour que les Anglais et les Français puissent revivre leurs jours de gloire de l’Empire ? Cela vaut-il vraiment la peine de risquer notre empire et notre prospérité ? Vraiment ? 
Ces vidéos révèlent une vérité toute différente. La C.I.A. s’offusquera sans doute de me voir les rendre publiques. Mais les bons agents de renseignement sont supposés livrer l’honnêteté dans toute sa brutalité. On n’attend pas de nous que nous dissimulions les laides vérités. On attend de nous que nous fournissions des informations pour que les responsables - et les communautés - puissent instamment faire les choix les mieux informés en matière de politique. Il se trouve que c’est du renseignement particulièrement affreux. Mais il serait erroné que je vous en épargne.

Selon mon opinion d’ex-ressource étatsunienne, les États-Unis devraient rompre les liens avec les rebelles libyens et couper immédiatement tout soutien financier. 
Vous pouvez décider pour vous-même.

#####

Susan Lindauer a travaillé dans le contre-terrorisme couvrant la Libye, l’Irak, l’Egypte, le Yémen, la Syrie et la Malaisie aux Nations unies. Son équipe avait livré des avertissements préalables à l’attaque du 11-Septembre. Elle est l’auteure du livre : Extrême Préjudice : l’Histoire Terrifiante du Patriot Act et les dissimulations du 11-Septembre et de l’Irak.

Note de Intel Hub : ceci est une histoire exclusive de Susan Lindauer. Susan s’est révélée être une grande source d’informations et ne présente à mes yeux aucune raison de composer quelque chose et ou d’altérer les preuves. Cela étant dit, Intel Hub ne dispose absolument d’aucun moyen pour confirmer de façon indépendante de quel côté était en réalité l’homme qui a été décapité. Les informations données par Susan par le passé se sont révélé 100% correctes.

Commentaire  : Dans une réponse à deux lecteurs doutant de l’origine libyenne de ces vidéos, Susan Lindauer a indiqué ceci :

Les internautes américains sont handicapés par leur non compréhension de la langue arabe. En arabe, on comprend clairement qui est qui. Il y a d’autres indications, comme la sodomie au pistolet du civil portant le vert - ce sont les couleurs de Kadhafi.

[...]

Toutes les vidéos proviennent de Libye. Comment savons-nous à coup sûr qu’elles sont certainement libyennes ? La Libye a son propre dialecte arabe distinct des autre pays arabes - comme l’anglais américain versus l’anglais britannique. La famille libyenne a par ailleurs identifié le soldat décapité en tant que mari/fils/frère. 
Il est pénible de réaliser que nous soutenons de tels groupes de gens aussi misérables que monstrueux. C’est pour cette raison que vous devez regarder ces vidéos. Nous devons savoir honnêtement le type de rebelles alliés pour lesquels nous avons pris fait et cause. Ce sont des bouchers.

Traduction : Jean-Luc Guilmot, 26-28 juin 2011.

URL de cet article 14081