Baromètre Ipsos-"Le Point" : Hollande et Sarkozy, grosse rechute !

Publié le par José Pedro

Baromètre Ipsos-"Le Point" : Hollande et Sarkozy, grosse rechute !

Séquence difficile pour les ténors de tous bords, en recul de popularité : Hollande, Sarkozy, Valls, Macron, Fillon, Royal..., sauf Juppé.

L'ancien président Nicolas Sarkozy et l'actuel chef de l'État chutent dans le baromètre mensuel Ipsos-Le Point.
L'ancien président Nicolas Sarkozy et l'actuel chef de l'État chutent dans le baromètre mensuel Ipsos-Le Point. BERTRAND GUAY / AFP
Twitter
Facebook
Google+
LinkedIn

 

Ni François Hollande ni Nicolas Sarkozy ne sont à la fête ce mois-ci dans le baromètre Ipsos-Le Point. Le chef de l'État chute de 4 points et revient, avec 20 % de bonnes intentions, à son niveau anté-Charlie. Quant au président des Républicains, il enregistre la plus grosse baisse avec 6 points de moins, à 31 % de bonnes opinions. Sa petite phrase sur les "fuites d'eau" n'a pas l'air d'avoir plu. Il passe ainsi de la 10e à la 18e place au classement général... Son électorat du premier tour de la présidentielle 2012 s'éparpille et ne le soutient plus qu'à 66 %.

François Hollande est pareillement sanctionné, semble-t-il, pour plusieurs raisons : l'intervention musclée des forces de l'ordre contre les migrants, le passage en force de la loi Macron au 49.3 avec la barémisation des indemnités de licenciement... Bref, c'est à gauche que François Hollande perd le plus de soutiens : - 9 points chez les sympathisants PS (48 % de bonnes opinions), - 9 points chez les 18-24 ans, et 11 points de moins chez ceux dont les revenus sont les plus modestes (moins de 1 200 euros). Le solde de François Hollande redevient négatif chez ceux qui avaient voté en sa faveur au premier tour de la présidentielle en 2012. Avec 77 % d'avis négatifs à deux ans de la présidentielle, la pente de l'impopularité parait infiniment longue à remonter. Du jamais-vu de mémoire de sondeur ! Sa réelection relèverait aujourd'hui de l'exploit surnaturel.

Juppé et Sarkozy au coude-à-coude chez les Républicains.

En revanche, Alain Juppé continue sur sa lancée : sa place de leader au général est confortée avec 57 % de bonnes opinions (+ 2 points). Il demeure très fort chez les sympathisants PS (56 % de bonnes opinions, en hausse de 3 points) et vient de combler son handicap chez les sondés FN : 45 % de bonnes opinions (+ 11 points). Sur ce dernier point, il n'y a plus de nette différence entre lui et Sarkozy, crédité de 46 % de bonnes opinions (- 5 points) chez les sympathisants frontistes.

Alain Juppé et Nicolas Sarkozy se marquent aussi à la culotte dans le coeur des sympathisants Républicains. L'ancien chef de l'État - avec 72 % de bonnes opinions chez les siens - fait quasimement jeu égal avec le maire de Bordeaux (71 % de soutiens). Les deux hommes se distinguent auprès des sondés UDI : Juppé domine avec 81 % d'avis favorables, là où Nicolas Sarkozy n'en recueille que 19 %.

Mauvais mois pour François Fillon qui perd l'avantage acquis le mois dernier et retombe à 56 % chez les sympathisants Républicains (- 11 points). Au classement général, il perd quatre points mais demeure dans le TOP 10 (6e) avec 40 % de bonnes opinions.

Royal sanctionnée pour un pot de Nutella

Marine Le Pen, quant à elle, enchaîne son quatrième mois de baisse consécutive : avec 25 % de bonnes opinions (- 3 points), elle retombe à son niveau d'août 2011. Son plus mauvais score depuis quatre ans. À l'opposé, Christine Lagarde, qui revient sur le devant de la scène à l'occasion de la crise grecque, reprend des points grâce à cette exposition : 48 % de bonnes opinions (+ 7 points). Elle se hisse à la troisième place au général.

L'épisode berlinois s'éloigne pour Manuel Valls qui limite la casse : un recul de 2 points à 37 % de bonnes opinions. Comme François Hollande, lui aussi perd à gauche (un recul de 6 points au PS, avec 61 % de bonnes opinions). Son solde redevient négatif auprès des sympathisants de l'ensemble de la gauche. Emmanuel Macron subit lui aussi les conséquences de la loi Macron : un recul de 3 points dans les bonnes intentions (35 %) mais surtout une poussée de 8 points dans les opinions négatives (46 %).

Toujours chez les ministres, Ségolène Royal est lourdement pénalisée, quant à elle, pour le Nutella. Quatre points de moins au classement général (40 % de bonnes opinions), mais surtout 19 points de moins chez les sympathisants PS où elle recule de la première à la 8e place (56 % de bonnes opinions). La leader au PS est désormais Najat Vallaud-Belkacem (66 %, + 6) devant Laurent Fabius (65 %, - 4).