Grèce: fermeture des banques jusqu'au 7 Juillet, jour d'ouverture de la BRICS.

Publié le par José Pedro

EN DIRECT. Zone euro : Juncker ne fera pas de nouvelles propositions à la Grèce

Le Parisien le , mis à jour à 10:2

 

EN DIRECT. Zone euro : Juncker ne fera pas de nouvelles propositions à la Grèce
EN DIRECT. Zone euro : Juncker ne fera pas de nouvelles propositions à la Grèce

C'est une drôle d'horloge qui s'est mise en route. Demain, mardi 30 juin, la Grèce doit verser 1,5 milliard d'euros au FMI. Elle risque le défaut de paiement. Alors que tout le weekend, des files d'attente se constituaient devant les distributeurs d'argent automatique, le Premier ministre grec Alexis Tsipras, désigné dans la liesse le 26 janvier dernier, a déclenché l'état d'urgence bancaire. Pas une banque n'ouvrira ce lundi matin, ni cette semaine, et les retraits d'argent sont limités jusqu'au 6 juillet inclus.

 

Après cinq mois de négociations, les Européens ont décidé de laisser expirer mardi 30 juin le programme d'aide dont bénéficiait la Grèce. La perspective du défaut de paiement se profile et derrière, celle du « Grexit », la sortie de la Grèce de la zone euro. L'inquiétude est réelle. François Hollande préside ce lundi à 9 heures un conseil restreint sur la Grèce. Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker tiendra, lui, une conférence de presse. Objectif : peser sur les Grecs pour obtenir d'eux qu'ils demandent, lors du référendum du 5 juillet, à leur Premier ministre Alexis Tsipras d'accepter les propositions européennes pour leur pays. Juncker les a d'ailleurs révélées, en anglais et en grec, pour provoquer le débat. La diplomatie feutrée n'est plus de mise.

 

Suivez les événements en direct :

 

10h05. François Hollande s'exprimera. Le président de la République prendra la parole à l'issue du conseil restreint organisé à l'Elysée. 

 

10 heures. L'attente pour les pensions de retraite. Les photos de l'agence Reuters en témoignent, de longues files de personnes âgées se forment devant les succursales  de la Banque nationale de Grèce. Les visages sont sombres. Ils espèrent recevoir leur pension de retraite pour le mois à venir. .

 

9h50. Moscovici démenti. La porte-parole de Jean-Claude Juncker, Mina Andreeva, affirme que le président de la Commission européenne ne ...

Les drapeaux de la Grèce et de l'UE

La Grèce  quelques centimètres" d'un accord, selon Moscovici

© REUTERS/ Yves Herman
INTERNATIONAL
URL courte
4453123
La Grèce peut encore négocier avec ses créanciers, selon le commissaire européen Pierre Moscovici.
 

Il existe des marges pour la négociation avec la Grèce, Athènes étant à "quelques centimètres" d'un accord avec ses créanciers, a déclaré lundi le commissaire européen chargé des Affaires économiques, Pierre Moscovici, dans une interview accordée à RTL.

"Il faut qu'on continue à discuter", a-t-il indiqué,  soulignant que pour la Commission européenne, "la porte est toujours ouverte aux négociations".

M.Moscovici a ajouté que le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker devait soumettre aux autorités grecques de nouvelles propositions dans le courant de la journée.

"La Grèce doit rester dans la zone euro", a conclu le commissaire.

Les négociations pour éviter à la Grèce un défaut de paiement ont pris un nouveau tour samedi, après l'annonce fracassante d'un référendum dans ce pays le 5 juillet sur les exigences des créanciers.

Convoqués en urgence à Bruxelles, les ministres des Finances de la zone euro ont refusé samedi de prolonger une nouvelle fois le programme d'aide à la Grèce au-delà du 30 juin, ce que demandait notamment Athènes.

 
Lire aussi:
Grèce: l'Eurogroupe refuse de prolonger le plan d'aide
 
Grèce: Tsipras veut soumettre le plan d'aide à un référendum
 
Grèce: l'opposition fustige le recours au référendum de Tsipras
Tags:
dettenégociationsEurogroupePierre MoscoviciGrèce



Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/international/20150629/1016761139.html#ixzz3eR9UNhuE

 
Un opérateur de marchés.
Un opérateur de marchés. (© DR)

L'indice français perd plus de 3,5% à 10 heures, plombé par la crise grecque et les risques importants d'une sortie du pays de la zone euro après l'échec des négociations avec ses créanciers. Le marché parisien était pénalisé par la Grèce, comme l'ensemble des Bourses européennes et asiatiques, alors même que les investisseurs voulaient croire récemment à un accord. Le CAC 40 avait notamment grimpé de 5% la semaine dernière.

"Les Bourses n'avaient pas anticipé un tel fiasco", constate le courtier Aurel BGC, qui anticipe une semaine très volatile, en attendant le référendum grec.

La situation s'est brusquement dégradée ce week-end, entre échec des négociations avec les créanciers, annonce d'un référendum en Grèce, contrôle des capitaux et risque accru de sortie du pays de la zone euro.

Le Premier ministre grec Alexis Tsipras a provoqué la stupeur dans la nuit de vendredi à samedi avec l'annonce d'un référendum sur les exigences de ses créanciers, prévu le 5 juillet après cinq mois de négociations avec l'UE, la BCE et le FMI, appelant à les rejeter en votant non.

Le référendum plonge la zone euro dans l'inconnu, soulignent les stratégistes chez Crédit Mutuel-CIC, qui évoquent une "pression renouvelée sur les indices actions européens (et en particulier ceux des pays du sud), plus spécifiquement sur les secteurs de la banque et de l'assurance".

Grèce: les banques resteront fermées jusqu'au 7 juillet

En direct - Une mesure qui vise à éviter une panique bancaire. De fait, au lendemain d'un Eurogroupe sous haute tension, la Banque Centrale européenne a annoncé «le maintien de ses prêts d'urgence» à la Grèce. Une mesure qui n'est pas suffisante pour alimenter les banques grecques en liquidités alors que les Grecs retirent massivement leur argent. Paris et Berlin réunissent leurs ministres lundi.

A VENIR : Début du direct : le 12/03/2012 à 10h55

à 22:49
Le point sur la journée
 

·         Les banques devraient rester fermées jusqu'au 7 juillet et les retraits seront limités à 60 euros par jour et par Grec. L'objectif est de freiner la fuite des capitaux et de contenir la panique bancaire qui s'est emparée du pays ce week-end. Après l'annonce surprise d'un référendum, les Grecs ont en effet retiré près d'un milliard d'euros ce week-end. Résultat : les banques sont à court de liquidités.

·         Le Conseil grec de stabilité financière a en outre recommandé de fermer les distributeurs lundi et de laisser les banques étrangères fixer le montant maximal des retraits de leurs clients présents en Grèce.

·         Au cours de son allocution télévisée, Alexis Tsipras a par ailleurs annoncé avoir demandé à l'UE une prolongation du plan d'aide

·         Un peu plus tôt dans la journée, la BCE a maintenu mais pas augmenté ses prêts d'urgence aux banques grecques. En d'autres termes, la BCE a accepté de fournir des liquidités aux banques grecques mais pas plus.

·         Les ministères des affaires étrangères anglais et allemand ont conseillé à ceux qui souhaitent se rendre en Grèce de se munir de beaucoup de liquidités et de diversifier leurs sources de paiements.

·         François Hollande et Angela Merkel convoquent tous deux un conseil des ministres en urgence lundi

·         Les marchés devraient être chahutés à leur ouverture

Samedi 

·         Les membres de l'Eurogroupe ont refusé d'accordé un nouveau délai à la Grèce. Le ministre des finances grec avait quitté l'Eurogroupe. Les crédits comme le programme doivent arriver à expiration le 30 juin

Vendredi

·         Le premier ministre Yanis Varoufakis a surpris tout le monde en annonçant la tenue d'un référendum le 5 juillet prochain. 

à 22:05
Les banques étrangères fixeront les retraits des touristes
 
Le conseil grec de stabilité financière, qui s'est réuni dimanche après-midi, a recommandé une fermeture des banques grecques pendant une période de six jours ouvrables jusqu'au lundi 6 juillet inclus, indique une source connaissant le dossier. Le conseil a également préconisé que les distributeurs automatiques soient fermés lundi et que les retraits en liquide soient limités à 60 euros par jour à partir de mardi, ajoute-t-on de même source.
 
Cette mesure ne concernera que les détenteurs de cartes bancaires grecques, les détenteurs de cartes bancaires étrangères pourront retirer des espèces jusqu'au plafond autorisé par leurs banques respectives.Le Conseil grec de stabilité financière recommande que les banques étrangères fixent le montant maximum des retraits de leurs clients présents en Grèce.

Pour que la recommandation de contrôle des capitaux entre en application, elle doit être approuvée par le gouvernement et faire l'objet d'un décret présidentiel.
à 21:50
Les files d'attente s'allongent aux distributeurs
 
Après l'annonce du premier ministre Alexis Tsipras d'imposer un contrôle des capitaux et de laisser les banques fermées jusqu'au 7 juillet, les Grecs tentent de retirer de l'argent aux distributeurs mais les banques sont à court de liquidité et les file d'attente devant les distributeurs sont de plus en plus longue. 
Les files d'attente sont décrites comme étant infinies devant les distributeurs de billets. Les îles sont les plus touchées, indique une correspondante du Guardian.  

Mais aucun mouvement de panique n'était perceptible dans les rues d'Athènes. Quelques minutes après l'allocution du Premier ministre grec, Alexis P., 23 ans, pianote encore sur son smartphone à la recherche d'informations, mais il n'a pas annulé sa sortie avec ses amis pour autant. "Je suis inquiet évidemment car nous avons de l'argent dans les banques et nous ne savons pas s'il est assuré. Mais la vie continue pour l'instant !", déclare-t-il. A-t-il pris ses dispositions pour ne pas manquer d'argent cette semaine ? "Mes parents ont retiré ces derniers jours un peu d'argent. Mais le problème est combien de temps les banques vont-elles être fermées ?", s'interroge l'étudiant.
à 21:19
2.000 personnes rassemblées en faveur du "non"
 
Près de 2.000 personnes, majoritairement des sympathisants d'extrême gauche, se sont rassemblées devant le parlement à Athènes dimanche soir pour demander aux Grecs de voter le 5 juillet contre les mesures soumises au gouvernement d'Alexis Tsipras par les créanciers.
 
"Non à l'austérité, oui à la solidarité européenne", pouvait-on lire sur les banderoles. Au mégaphone, les manifestants criaient en grec puis en anglais: "nous disons un grand +non+ à cette prison qu'est devenue l'Union Européenne".
"Jusqu'à mardi, les dirigeants européens et les médias vont tenter de nous effrayer et nous pousser à voter +oui+ lors du référendum. Mais après cinq années d'austérité, nous ne pouvons accepter d'autres mesures qui vont nous étrangler", commente Kostas B., 23 ans.
Son ami, Andreas S., estime "juste" la décision du Premier ministre de convoquer un référendum: "Alexis Tsipras n'a pas été élu pour poursuivre la même politique que ses prédécesseurs". 
à 20:49
Les retraits d'argent liquide devraient être limités à 60 euros
 
Les banques devraient rester fermées jusqu'au 7 juillet, confie le ministère des Finances grec au Figaro
Par ailleurs, les retraits d'argent liquide devraient être limités à 60 euros, indique cette même source.  
à 20:44
Les Etats-Unis appellent Grecs et Européens à la raison
 
Le secrétaire américain au Trésor Jack Lew a, de son côté, appelé "toutes les parties" à continuer à travailler pour trouver une solution, notamment en discutant d'un "possible allègement de dette" en faveur des Grecs, selon un communiqué publié dimanche.
 
"C'est dans les meilleurs intérêts de la Grèce, de l'Europe et de l'économie mondiale (...) de trouver une solution durable" à la crise, a poursuivi le secrétaire au Trésor dans le communiqué, ajoutant qu'Athènes devrait de son côté accepter des "mesures difficiles". Le secrétaire au Trésor a également pointé "l'importance" de prendre les "mesures nécessaires" pour "maintenir la stabilité financière" d'ici au référendum de la semaine prochaine.
à 20:38
Obama et Merkel tentent de convaincre la Grèce
 
Le président américain Barack Obama et la chancelière allemande Angela Merkel ont jugé dimanche "très important" que la Grèce revienne sur un chemin de réformes et de croissance "au sein de la zone euro", a rapporté dimanche la Maison Blanche.
 
Dans un échange téléphonique au sujet de la crise grecque, les deux dirigeants "ont convenu qu'il était très important de prendre toutes les mesures pour revenir sur un chemin qui permette à la Grèce de mener à nouveau des réformes et de revenir à la croissance au sein de la zone euro", indique l'exécutif américain dans un communiqué.
 
à 20:29
Grèce: Tsipras demande une prolongation du plan d'aide
 
Dans une déclaration à la télévision, le premier ministre grec, Alexis Tsipras annonce avoir redemandé dimanche à l'UE une prolongation du programme d'aide.

Alexis Tsipras a indiqué avoir formulé cette demande «auprès du président du Conseil européen et des 18 dirigeants des Etats membres, ainsi qu'au président de la BCE, de la Commission et du Parlement européen. J'attends leur réponse immédiate à cette requête démocratique de base», a-t-il conclu, alors qu'il s'exprimait dans une allocution télévisée au cours de laquelle il venait d'annoncer la fermeture temporaire des banques grecques et un contrôle des capitaux.
à 19:27
La Bourse d'Athènes et les banques resteront fermées
 
La Bourse d'Athènes et les banques grecques resteront fermées, soulignent des sources financières au Figaro

Ces mesures visent à contenir une panique bancaire. Les banques grecques et les observateurs attendent désormais d'autres mesures de contrôle de capitaux pour maintenir en vie le système financier du pays. Le systèmes est en effet fragilisé car, inquiets, les Grecs multiplient les retraits de leurs avoirs en liquide. 

Le premier ministre Alexis Tsipras a convoqué ses ministres après le conseil de stabilité financière. Des annonces seront faites à l'issue de ce conseil des ministres dans la soirée, ont annoncé Yanis Varoufakis et le gouverneur de la banque centrale grecque.
à 19:00
VIDÉO - les Grecs se ruent vers les distributeurs de billets
 
 
à 18:39
La Commission informe les citoyens grecs
 
La Commission européenne a rendu publiques dimanche des propositions de réformes des créanciers, déjà rejetées par le gouvernement grec de gauche radicale mais qui seront soumises le 5 juillet au vote des Grecs lors d'un référendum.
 
"Dans un souci de transparence et afin d'en informer le peuple grec, la Commission européenne publie les dernières propositions arrêtées par les trois institutions (Commission européenne, Banque centrale européenne, Fonds monétaire international)", explique la Commission dans un communiqué.

 
Le texte, écrit en anglais et en grec, ne fait aucune référence au référendum que le premier ministre grec Alexis Tsipras a convoqué pour dimanche prochain mais détaille les réformes réclamées à Athènes en échange d'une aide financière. Depuis des mois, les discussions de la Grèce avec ses créanciers bloquent en particulier sur la réforme des retraites et celle de la TVA. 
 
Les Grecs devront dire "oui" ou "non" aux mesures soumises vendredi au gouvernement d'Alexis Tsipras par les créanciers lors d'un des derniers cycles des négociations qui durent depuis la fin février.
 
Mais au cours de la semaine qui vient, le pays à court d'argent est exposé au risque de secousses financières en série: le 30 juin, il risque de ne pouvoir rembourser le FMI d'un prêt de 1,5 milliard d'euros et le même jour prendra fin le plan d'assistance financière dont bénéficie Athènes depuis 2012.
à 18:08
Un conseil restreint convoqué lundi à l'Elysée
 
François Hollande a convoqué lundi matin un conseil restreint afin d'évoquer la situation de la Grèce, qui a quitté les négociations avec ses créanciers et reste sous la menace d'un défaut de paiement, annonce l'Elysée dimanche.
 
Ce conseil restreint aura lieu à 09h00 (07h00 GMT), précise la présidence de la République dans un communiqué.
 
à 17:49
Le FMI reste «prêt à apporter» son assistance
 
Le FMI va surveiller attentivement l'évolution de la situation en Grèce et "dans les pays voisins", et se tient prêt à apporter "son assistance" en cas de nécessité, a déclaré sa directrice générale Christine Lagarde dimanche.
 
"Les prochains jours vont être importants (...) Le FMI va (...) continuer à surveiller la situation en Grèce et dans les pays voisins et se tient prêt à apporter son assistance en cas de besoin", a déclaré la dirigeante, se disant par ailleurs "déçue" par l'échec des discussions entre Athènes et ses créanciers.
à 17:40
Le contrôle des capitaux, déjà expérimenté à Chypre
 
Le contrôle des capitaux, que la Grèce pourrait mettre en place lundi, a déjà été expérimenté de manière drastique à Chypre, pour éviter une fuite d'argent lorsque l'île, au bord de la faillite, négociait en 2013 un plan de sauvetage européen.
Cette mesure, qui a affecté ce pays pendant deux ans, était alors une première dans l'Union européenne.
 
Mais la Grèce, où des files d'attente se sont formées devant les distributeurs automatiques dans tout le pays ce week-end, sous la menace d'un défaut de paiement, pourrait instaurer à partir de lundi un contrôle des capitaux pour tenter de contenir tout mouvement de panique.
 
Selon la presse, la BCE n'aurait consenti dimanche à maintenir le financement des banques grecques qu'en échange de cette mesure. Pour éviter l'hémorragie des liquidités grecques, les banques resteraient fermées en Grèce lundi.

Prenant les devants, le ministère allemand des Affaires étrangères a recommandé dimanche aux Allemands se rendant en Grèce de "prévoir suffisamment d'argent liquide" alors que le pays est au bord de la déroute bancaire.

Les Pays-Bas ont fait la même recommandation à leurs ressortissants, expliquant qu'il était "possible qu'il soit difficile de payer par carte de crédit". Il y a deux ans, alors que Nicosie était en pleins pourparlers au sujet d'un prêt de plusieurs milliards d'euros avec le Fonds monétaire international (FMI), l'Union européenne et la Banque centrale européenne (BCE), un prélèvement sur tous les comptes bancaires avait été envisagé en mars 2013, pour aider le pays à redresser la barre.
à 17:23
La porte ouverte à des négociations, selon Moscovici
 
Le commissaire européen aux Affaires économiques et financières, Pierre Moscovici, a déclaré dimanche que la Grèce devait rester dans la zone euro et que la porte restait ouverte à une reprise des négociations sur la dette grecque, rompues la veille à Bruxelles.
à 17:12
Les banques ouvriront-elles demain ?
 
La Banque centrale européenne estime que la fermeture des banques est indispensable car les banques manquent de liquidités et ne sont pas en mesure de couvrir les besoins des Grecs, indique une source à Bloomberg.  «C'est impossible pour les banques de rouvrir lundi sans aucune restrictions importantes sur les transactions, si elles parviennent à rouvrir tout simplement», souligne un analyste de Nomunra. Les retraits sur le week-end sont tellement importants que les opérations normales sont devenues quasiment impossible».

La Banque centrale qui conserve le versement des liquidités à son niveau actuel signifie que les banques ne seront pas en mesure de rouvrir. 
Des spécialistes indiquent que plus de 500 distributeurs sur les 7000 installés sur le territoire grec n'avaient plus de billets dès samedi matin.
à 16:46
Un lundi noir attendu sur les marchés
 

Les marchés, qui jusqu'à vendredi croyaient encore à la signature d'un accord de dernière minute entre la Grèce et ses créanciers, vont accuser le coup lundi. « Ils ne sont pas préparés à ce qui est en train de se passer en Grèce », a confirmé à la Stampa Catherine Mann, chef économiste de l'OCDE. 

Pour éviter la débâcle, la Bourse d'Athènes sera fermée. Les jours qui viennent s'annoncent aussi très agités sur toutes les places du Vieux continent. « Les investisseurs étrangers en particulier anglo-saxons vont vendre leurs titres. La période est trop incertaine », prévoit Pierre Sabatier, stratège chez PrimeView. Les valeurs bancaires pourraient être parmi les plus chahutées.  « Le risque de panique est important, d'autant que les valorisations des actions sont assez élevées. Il y a aussi un risque d'attaques spéculatives sur l'euro », avance de son côté Christopher Dembik, économiste chez Saxo Bank. Le désinvestissement des fonds étrangers en actions européennes, pourrait faire chuter l'euro face au dollar, mais aussi face au Franc suisse, véritable valeur refuge sur les marchés des changes.

Les marchés obligataires vont aussi trembler. « C'est sur le marché des dettes souveraines que le risque de contagion de la crise grecque à d'autres pays de la zone euro est le plus fort », explique Pierre Sabatier. Les taux italiens, espagnols et portugais, les plus fragiles, devraient se tendre. Mais, la BCE devrait veiller au grain. « Elle mettra tout en oeuvre pour éviter que les taux des dettes souveraines s'envolent, ce qui fragiliserait la reprise économique européenne », prévient Christopher Dembik. La BCE pourrait renforcer son programme de rachats de dettes souveraines.
(Danièle Guinot) 
à 15:51
La décision de la BCE inquiète
 

La BCE a annoncé qu'elle maintient ses prêts d'urgence au niveau de vendredi mais en réalité pour maintenir les banques grecques à flots et qu'elles ne manquent pas de liquidités, il faudrait accroître ce seuil, indiquent les experts.

 

 

La décision de la BCE est plus dramatique que ce que les gens imaginent. Sans une extension des prêts de la BCE, les banques grecques ne seront pas en mesure d'ouvrir, indique Karl Whelan, professeur d'économie à l'Université de Dublin.


Un autre spécialiste souligne que la BCE n'a pas augmenté le montant accordé à la Grèce, ce qui accroît la pression sur les banques qui ont besoin de cash.
Ne vous y méprenez pas, le gel des aides de la BCE pourraient impliquer des restrictions aux banques grecques, indique un économiste spécialiste de la BCE. 
 
à 15:37
Berlin et Londres recommandent aux touristes de prévoir du liquide
 

Le ministère allemand des Affaires étrangères a recommandé dimanche aux Allemands se rendant en Grèce de "prévoir suffisamment d'argent liquide" alors que le pays est au bord de la déroute bancaire. Berlin invite également les Allemands en partance pour la Grèce, l'une de leurs destinations de vacances préférées, à "se tenir informés sur l'évolution de la situation via les recommandations de voyage du ministère et les médias".

Même discours à Londres. Le ministère des affaires étrangères conseillent à ses ressortissants qui se rendent en Grèce d'y aller avec plus d'un moyens de paiement, du liquide, une carte de crédit et de débit. « Soyez certain d'avoir assez d'argent pour couvrir vos urgentes et des délais imprévisibles », recommande le ministère.

à 14:53
«Merkel détient la clé» pour dénouer la crise grecque
 
Le ministre grec des Finances Yanis Varoufakis en appelle dimanche à la chancelière Angela Merkel, estimant dans un entretien au tabloïd allemand Bild qu'elle "détient la clé" pour dénouer la crise actuelle.
 
"Les chefs de gouvernement de l'Union européenne doivent agir. Et parmi eux (Mme Merkel) détient en tant que représentante du pays le plus important la clé, j'espère qu'elle va l'utiliser", a déclaré le ministre grec, ajoutant que son gouvernement était "ouvert à de nouvelles propositions des institutions" après l'échec de négociations à Bruxelles samedi.
à 14:46
Merkel organise une réunion d'urgence lundi
 
Le chancelière allemande Angela Merkel a invité les dirigeants des principaux partis politiques du pays à une réunion de crise sur la dette grecque lundi à Berlin, selon Reuters.
Les dirigeants et les présidents des groupes parlementaires de toutes les formations représentées au Bundestag sont invités, notamment les Verts et le parti de gauche Die Linke.
à 14:38
La BCE maintient les prêts d'urgence aux banques grecques
 
La Banque centrale européenne (BCE) a annoncé dimanche qu'elle maintenait à leur niveau actuel les prêts d'urgence accordés aux banques grecques, laissant de facto la porte ouverte à une solution politique pour éviter la déroute de l'économie grecque et le "Grexit".
 
"Au vu des circonstances actuelles, le conseil des gouverneurs a décidé de maintenir le plafond de fourniture de liquidités d'urgence aux banques grecques au niveau décidé vendredi", selon un communiqué. Le conseil "examine avec attention la situation et ses implications potentielles pour sa politique monétaire", ajoute la BCE.

De son côté, le président de la banque centrale de Grèce, Yannis Stournaras, a promis dimanche de tout faire pour "assurer la stabilité financière" de son pays et éviter la déroute de l'économie grecque
à 14:29
Des banques à court de liquidités
 
Des journalistes présents en Grèce constatent que de nombreux distributeurs ne sont plus en mesure de fournir des billets à leurs clients, comme en atteste ce tweet du correspondant de The Guardian
à 14:12
Les autorités se réunissent et préparent la fermeture des banques lundi
 
Les membres de la BCE se réunissent en conseil de stabilité bancaire à Athènes pour discuter de la situation en Grèce. Ils dévraient décider s'ils accordent ou non de nouvelles liquidités aux banques grecques. Ce conseil analyse et suit en permanence les évolutions du secteur financier. Il est composé du ministre des Finances, du vice-ministre des Finances, du gouverneur de la Banque de Grèce et de la Commission des marchés grecque.

Il devrait, selon Reuters, également convier Yanis Varoufakis, ministre des finances grec et le gouverneur de la banque de Grèce, Yiannis Stournaras et le président des associations de banquiers en Grèce. 

Le ministre des Finances grec, Yanis Varoufakis, affirme que le gouvernement grec envisage de fermer les banques ce lundi et de contrôler des capitaux. Le ministre a précisé que cette décision sera confirmée cette nuit, comme le souligne un responsable de la BBC sur son compte Twitter.
à 13:41
L'ombre du référendum avorté de 2011 plane
 
Il y a quatre ans, déjà en pleine crise financière, le premier ministre socialiste Georges Papandréou avait lui aussi voulu organiser une consultation des Grecs. L'annonce de ce projet avait créé une crise politique en Grèce et des remous en Europe.

Aujourd'hui, les rôles sont inversés et c'est à Papandréou d'accuser le premier ministre de la gauche radicale de «transférer au peuple grec la responsabilité de l'échec total de son gouvernement à négocier». Et d'assurer que ce référendum n'a rien à voir avec celui de 2011. Georges Papandréou a pris aussi sa revanche au mois de mai, quand Nicolas Sarkozy avait souhaité remettre au goût du jour les référendums en France. «Bravo Nicolas, quelle brillante idée!», avait-il tweeté.
à 13:28
Les réactions politiques au référendum
 
Thierry Mariani, député LR des Français de l'étranger
 

Eric Woerth, député LR de l'Oise: 
 

Benoît Hamon, député PS des Yvelines: 
 
Rama Yade, conseillère régionale UDI Ile-de-France 
à 13:16
Les internautes favorables au référendum
 
Sur Twitter, les internautes ne comprennent pas l'opposition des membres de l'Eurogroupe à l'organisation d'un référendum sur les propositions des créanciers.
 

Grèce: fermeture des banques jusqu'au 7 Juillet, jour d'ouverture de la BRICS.

 
Q280615

21:05 - Les banques devraient rester fermées jusqu'au 7 juillet, confie le ministère des Finances grec au Figaro. Or, le 7 Juillet, c'est le jour d'ouverture de la BRICS...

~~~~~~~~~~~~
Les banques grecques fermées jusqu'au 7 juillet

Le Figaro, le 28 Juin 2015
___________***_________

Les banques devraient rester fermées jusqu'au 7 juillet, confie le ministère des Finances grec au Figaro.

Par ailleurs, les retraits d'argent liquide devraient être limités à 60 euros, indique cette même source. 
~~~~~~~~~~~~~~~~

Poutine serait dans le même camp que les USA, sauf si l'Otan attaque la Russie, et la Chine ne sera pas dupe, c'est elle qui est en ligne de mire des USA! On dit également que Poutine est mort et qu'il a été remplacé par un sosie aux ordres des USA. Les alliances même entre amis de même secte peuvent éclater, surtout si on fait abstraction du pouvoir de Dieu!