Les Bilderbergers aphones: programme : dévastation Nucléaire et Economique, Holocauste: 5 Milliards d'êtres humains sacrifiés. Juppé: terre brûlée 2017 je maintiens.

Publié le par José Pedro

Exclusif : Les Bilderberg déploient des appareils de brouillage high-tech pour empêcher toutes communications

 


Exclusif : Les Bilderberg déploient des appareils de brouillage high-tech pour empêcher toutes communications. Un plan interne comme celui de Claus von Stauffenber pourrait s'y dérouler! 

Par Paul Joseph Watson,

 

Màj: Les journalistes d’Infowars ont parlé avec des experts de la communication qui ont révélé que le système peut aussi être utilisé pour surveiller les communications.

Le groupe secret du Bilderberg a employé des appareils ultra sophistiqués de brouillage des communications autour de l’hôtel qui accueille la réunion du groupe élitiste cette année dans le but d’empêcher que l’événement soit médiatiquement couvert.

Après avoir visité l’un des lieux les plus proches de l’hôtel InterAlpen qui est toujours accessible, Infowars a filmé un camion de télécommunications possédés par le Ministère Fédéral du Transport et de la Technologie Autrichien. De grosses antennes sont visibles au sommet de l’hôtel, ainsi qu’un nouveau mât a été érigé dans la forêt près de l’hôtel.

Infowars a parlé avec un résident local informé que dans le voisinage les téléphones portables n’avaient plus de réseau depuis que l’hôtel avait érigé la tour. L’individu a aussi rencontré la police et la sécurité près de l’hôtel.

Les brouilleurs téléphoniques empêchent tous les signaux radios d’atteindre les stations. Les brouilleurs sont techniquement illégaux dans les pays de l’union européenne.

brouillage

Ce système de brouillage triangulé expliquerait pourquoi les journalistes Rob Dew et Josh Owens ont été incapables de contacter Infowars via Skype ou n’importe où aux alentours de l’hôtel InterAlpen.

Apparemment le groupe Bilderberg a peur de la couverture médiatique, des checkpoints militaires ont été installés partout sur les routes menant à l’hôtel, et désormais ils s’adonnent à l’installation d’appareils qui empêchent les communications, certainement grâce à l’argent des contribuables.

brouillage2

Cette action cherche véritablement a restreindre les communications entre manifestants et à empêcher les médias de couvrir l’arrivée et à la sortie des membres du Bilderberg.

Comme nous l’avons précédemment rapporté, la police a déjà annoncé que quiconque se faisant attraper dans le périmètre de sécurité de la conférence Bilderberg devra payer une amende de 500€ ou bien passer un séjour de deux semaines en prison.

brouillage3

Source: Infowars.com, le 11 juin 2015


Publié le juin 11, 2015 dans Bilderberg GroupEurope & UE.

 

Ce sommet, davantage encore que les autres années, regroupe l’ensemble des patrons des service de renseignement occidentaux. On notera, six mois après les attentats de Paris, l’invitation du « big boss du renseignement français » Patrick Calvar, nommé en 2012 à la tête de la DCRI. Ce service de renseignement, en devenant Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), a depuis 2014 été placé par Manuel Valls sous l’autorité directe du ministre de l’Intérieur et non plus du directeur général de la police nationale. La présence de Gilles Kepel à la réunion du groupe Bilderberg est également à placer dans la lignée des attentats de Paris. Cet ancien de la Ligue communiste révolutionnaire, aujourd’hui membre du Siècle, est le « Monsieur Islam » de la Fondation nationale des sciences politiques, où il dirige le programme d’études doctorales sur le monde musulman. Il est membre du haut conseil de l’Institut du monde arabe et a également enseigné aux États-Unis et en Grande Bretagne.

Parmi les autres Français participants, on compte tout d’abord les deux membres du comité de direction du groupe Bilderberg : son président, le mondialiste Henri de Castries, PDG d’AXA, n°1 de l’assurance, Young Leader 1994 de la French American Foundation, membre du Siècle et de la Commission trilatérale, ami et discret soutien financier de François Hollande, ainsi que l’ « éditocrate » Nicolas Baverez, également membre du Siècle et avocat associé au cabinet Gibson, Dunn & Crutcher.

Pour le volet économique, on remarquera la présence de Laurence Boone. Ancienne chef économiste de Barclay Capital en France (2007-2011), elle avait rejoint l’équipe de campagne de Manuel Valls pour la primaire socialiste. Membre du Cercle des économistes, cette sociale-libérale pro-européenne, cooptée récemment au Siècle, a remplacé Emmanuel Macron comme conseillère économie et finance au Palais de l’Elysée. Laurent Bigorgne a également été convié : il dirige l’Institut Montaigne, un think tank monté par le « parrain du capitalisme français » Claude Bébéar, dont les rapports, inspirés de thèses développées outre-Atlantique, sont lus par les principaux dirigeants français. Le président de Michelin, Jean-Dominique Sénard, figure également sur la liste des invités.

Présidente de l’établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles depuis octobre 2011, Catherine Pégard participe aussi à ce sommet. Auparavant, celle qui avait fait l’essentiel de sa carrière comme journaliste à l’Hebdomadaire Le Point fut conseillère de Nicolas Sarkozy entre 2008 et 2011 comme chargée du « pôle politique » de l’Élysée, et Alain Juppé l'accompagne, en gage de soumission au Chef Nico! Juppé participe aux groupes : Artificial Intelligence, European Strategy, Globalisation, Nato. Voici une des feuilles pour les études des groupes de discutions:

 

Bilderberg : Henry Kissinger admet que l’Etat Islamique obtient ses armes du gouvernement Américain

kissinger

« Ils [l’état islamique] ont l’équipement qu’ils nous ont capturé ou qu’ils ont capturé à ceux que nous avons formés. -Kissinger

Source: Youtube, le 10 juin 2015

La Directrice de Google derrière les Puces RFID qui peuvent être avalées participera à la réunion Bilderberg 2015

L’ancienne directrice de DARPA, Regina Dugan, discutera de l’intelligence artificielle avec les pouvoirs mondiaux de l’ombre.

goog

L’ex directrice de DARPA et désormais l’une des directrice de Google, Regina Dugan, qui a aidé à développer et à promouvoir l’idée d’une puce RFID qui peut être avalée, participera à la réunion très secrète du groupe Bilderberg pour cette année 2015 à Telfs-Buchen, en Autriche.

Le nom de Dugan est apparu sur la liste officielle des participants qui a été publiée aujourd’hui sur le site officiel du Groupe Bilderberg. L’un des sujets de discussion sera « l’intelligence artificielle ». Le PDG de Google Eric Schmidt avec Demis Hassabis, Vice-Président de Google DeepMind, participeront aussi à la conférence avec les détenteurs des pouvoirs élitistes financiers, politiques et académiques.

Dugan a raconté au public de la conférence All Things D11 de 2013 que la compagnie travaillait sur une micropuce à l’intérieur d’une pilule que les utilisateurs pourraient avaler quotidiennement afin que leurs corps obtiennent le « superpouvoir » d’identification pour utiliser les téléphones, voitures, portes et autres appareils.

« Cette pilule possède une petite puce électronique en elle avec un interrupteur, » a dit Dugan.« Elle est également dotée d’une batterie minuscule qui, Lorsque vous l’avalez, est activée par les acides contenus dans l’estomac qui servent d’électrolyte et qui l’a font fonctionner. Et l’interrupteur s’active et s’éteint et crée un large signal ECG de 18 bits dans votre corps et essentiellement votre corps tout entier devient votre propre jeton d’authentification ».

Dugan a ajouté que la puce avait déjà été approuvée par la U.S. Food and Drug Administration(FDA) et que 30 d’entre elles pourraient être avalées quotidiennenment par quelqu’un durant toute sa vie sans jamais voir son état de santé se détériorer.

L’ancienne position de Dugan en tant que directrice de DARPA, que plusieurs personnes perçoivent comme la force dirigeante malveillante qui pousse le monde vers une société de surveillance Big Brother, est certaine de semer encore plus l’inquiétude chez les défenseurs de la vie privée.

« Que quelqu’un m’explique pourquoi Google a prévu d’embaucher des dirigeant militaire? » s’est demandé Adam Clark Estes du Wire, en faisant remarquer que son invitation illustration les« liens très serrés que Google entretient avec les leaders militaires. »

DARPA a aussi développé des puces cérébrales qui peuvent être implanter pour supprimer des souvenirs spécifiques chez un sujet, annonçant le début d’un « âge d’or » où les esprits pourront être manipulés pour mieux fonctionner.

Le PDG de Tesla, Elon Musk, a provoqué la confusion le mois dernier quand il a exprimé sa crainte que le co-fondateur de Google, Larry Page, sera responsable de la création d’une technologie artificielle qui pourrait éventuellement détruire l’humanité.

« Cela m’inquiète vraiment beaucoup, » a dit Musk dans sa biographie publiée récemment, en faisant remarquer, « qu’il pourrait produire quelque chose de maléfique par accident. »

Koç, histoire d'un groupe pionnier, Mustafa Koç, le PDG actuel Turc et Multi-Milliardaire, risque de tout balancer des conclusions du Bilderberg 2015, car c'est un des rares qui est honnête et qui craint Dieu.

 

Après l’Europe, l’Irak

En 2008-2009, la Turquie est frappée de plein fouet par la crise financière et économique mondiale. Dans son sillage, le secteur automobile, premier contributeur du commerce extérieur, trébuche. Mais cela n’entame en rien les projets de Koç, qui ouvre en partenariat avec Renault Trucks une nouvelle usine de camions dans la province de Bursa. Coût de l’investissement : 25 millions d’euros.

Dès 2010, la Turquie retrouve le chemin d’une croissance soutenue, avec un taux d’environ 9%. Elle se positionne désormais comme un nouveau BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine), pays émergent aux vastes ambitions, à l’instar de la Corée du Sud, de l’Indonésie et du Mexique. Longtemps tournée vers l’Ouest, la Turquie lorgne désormais du côté de l’Iran, de l’Irak et du continent africain. Koç a fait sienne cette stratégie et entend bien diversifier au maximum ses marchés pour limiter l’impact des fluctuations économiques régionales. Outre la Turquie, le puissant conglomérat est largement présent en Europe (Allemagne, France, RU, Espagne, Italie, Pays-Bas, mais aussi Slovaquie, République tchèque, Autriche, Roumanie, Pologne), en Russie et en Chine. En 2010, le holding a ouvert un hôtel Divan près de l’aéroport d’Erbil, grande ville kurde au nord de l’Irak. Le groupe inonde également ce nouveau marché en biens électroménagers, via sa filiale Arçelik.

L’énergie, plus de la moitié de l’activité

Aujourd’hui, Koç est le plus grand groupe industriel de Turquie, en termes de chiffre d’affaires, d’employés, mais aussi à l’export. Le conglomérat coiffe près de 80 sociétés. Coté à la bourse d’Istanbul, sa capitalisation de marché a atteint 12 milliards de dollars fin 2010, la plus haute valorisation boursière en Turquie. 78% du capital flottant est actuellement détenu par des investisseurs étrangers ; un niveau historique. En moyenne, le holding a connu une croissance de 31% (en dollars) au cours des cinq dernières années. Outre ses positions de marché dominantes dans des secteurs grand public, son réseau de distribution est le plus important de Turquie avec plus de 12 000 points de contact.

Par branche, le secteur énergétique (électricité, gaz, produits pétroliers) représente aujourd’hui 58% de l’activité de Koç. Le groupe turc fournit notamment 65% de la demande domestique en fuel, en plus d’être le 5ème distributeur de GPL (gaz de pétrole liquéfié) en Europe. Avec Tüpras, Koç détient l’entière capacité de raffinage du pays et répond à 70% des besoins nationaux.

Dans le pays, le processus de privatisation d’entreprises d’électricité se poursuit, suscitant l’intérêt de groupes locaux et étrangers. Dans ce contexte, Koç et la compagnie américaine AES ont conclu un accord fin 2010, afin de créer une coentreprise, AES-Entek, chargée de développer et d’exploiter des projets de production d’électricité, utilisant le gaz naturel, le charbon, l’hydroélectricité et l’éolien. Objectif : figurer, à l’horizon 2015, parmi les cinq plus importants producteurs d’électricité indépendants en Turquie. Les deux sociétés entendent profiter de la position de la Turquie en tant que corridor énergétique pour l’Europe, le Moyen-Orient et la Russie.

De leur côté, les sociétés automobiles du groupe Koç comptent pour 48% de la production automobile totale du pays et autant pour les exportations. Des partenariats solides ont été noués depuis fort longtemps avec de grands constructeurs mondiaux comme Ford et Fiat. Malgré la crise qui a fortement ébranlé le marché automobile mondial, Koç entend maintenir son avantage comparatif en poursuivant les investissements, initiant des projets à l’export avec de larges économies d’échelle et en augmentant la R&D. L’objectif étant de servir de hub de production pour plusieurs marques. Dans l’usine de Tofas, Koç et Fiat coopèrent avec le français PSA pour fournir les Citroën Nemo et Peugeot Bipper. Dès la fin 2011, Fiat, Koç et General Motors entameront une nouvelle coopération dans les petits utilitaires.

Leader en Turquie pour la vente de biens de consommation durables, comme l’électroménager, la TV, les appareils à air conditionné, Koç est aussi le troisième fabricant en Europe, s’appuyant sur ses usines en Turquie, en Roumanie, en Russie et en Chine.

Dans la finance, Koç a favorisé l’implantation du groupe bancaire italien UniCredit, avec lequel il a conclu une joint-venture, afin de prendre le contrôle de Yapi Kredi, quatrième plus grande banque du pays. Yapi Kredi sert 6 millions de consommateurs.

Le conglomérat est par ailleurs présent dans le tourisme, via des hôtels et des sites de réservation en ligne, dans le BTP, la construction de bateaux, la fabrication de logiciels, dans la production agricole et l’agroalimentaire, ainsi que dans le retail. Koç est ainsi le premier en Turquie à avoir lancé des supermarchés en ligne.

Mustafa Koç arrives at Bilderberg 2015.
 Mustafa Koç arrives at Bilderberg 2015. Photograph: Charlie Skelton/Guardian

There was an unfortunate limo-jam outside the gates of the Interalpen-Hotel. Over to the side was a whispering huddle of police, flicking hopelessly through a list of names and shrugging, while a row of V12 Mercedes idled angrily. What was happening? Had the organisers realised they’d made a terrible mistake inviting Ed Balls and scratched his name at the last minute?

A people carrier pulled up to the back of the queue, carrying a face I knew well. It was Turkish billionaire and Bilderberg steering committee member, Mustafa Koç. He rubbed the back of his wrestler’s neck with a meaty hand and looked profoundly unamused by the Koç block. I haven’t witnessed a Koç being denied entry this embarrassingly since my university leaving ball.

After snapping a quick Koç pic I ventured a hello. “Mr Koç!” I cried, and gave a friendly wave. He nodded back. I introduced myself, and took his photo again. This suddenly felt a little rude in the middle of a more than usually human moment, so I apologised. “No problem,” he said, and smiled.

Oh my goodness, this was it: dialogue! The great I-Thou connection at the root of all human interaction. Me and Koç, two souls reaching out to each other, across the barricades. I pressed on.

“Are you looking forward to the conference?” His eyes shone and he nodded a yes. “And what are your thoughts on the recent Turkish elections?” at which point our burgeoning friendship was cut short tragically short when Koç’s driver raised his window. The bottleneck cleared and Koç shot off.

I appreciate Skelton-Koç may not have been Frost-Nixon, but it was a rare moment of humanity across the barricades. And let’s face it, this meagre exchange shouted across a driver’s chest is probably the closest we’ll get to a press conference this whole Bilderberg.

I have to say, the cavernous lack of press co-operation from what is an important political summit, attended by politicians, prime ministers, and public policymakers, is seeming more absurd by the year. At this year’s summit for example, the subject of “Greece” is being discussed by three European prime ministers, the Austrian president, a member of the executive board of the European Central Bank, two European finance ministers (including George Osborne) and the head of the Dutch national bank. Some major players in the game.

Discussing it with them, we have a large number of CEOs and chairpersons from some extremely large financial institutions, all of whom have a keen interest in what happens to Greece: the assembled heads of HSBC, Lazard, Deutsche Bank, Santander and KKR; board members of Morgan Stanley and Goldman Sachs; the chairman of Goldman Sachs International; and the vice-chairman of BlackRock. All these public officials meeting with all these corporations, and no representation whatsoever from any serving Greek politicians. And no press oversight.

It might perhaps be wiser, and certainly more respectful towards the journalists who are being harassed by police, and the electorates of the politicians who are attending, for the Bilderberg group to hold a press conference on the final day. There’s a precedent for this: it’s what they used to do, before the Lockheed scandal and the resignation of Prince Bernhard saw them retreat further into secrecy. I’ve seen footage of a Bilderberg press conference from the 1970s. It could happen again.

I’m sure the funding that Goldman Sachs and BP funnel into the Bilderberg conferences (as revealed in the annual returns of the Bilderberg Association) could cover a few rows of chairs and a microphone. Nothing fancy. A short statement and a few Q&As.

You don’t have to reinvent the wheel. Just give us something resembling a wheel. A chopped log would do at a pinch. We’ll take anything. We’re tired of watching diplomatic passports being slid above tinted windows. Tired of politicians hiding their faces, and ministers refusing to talk about what they talked about. Tired of police officers who, when they aren’t hassling journalists, are lining up in ranks in front of limousines to obscure the view.

Police stand guard at Bilderberg 2015.
 Police stand guard at Bilderberg 2015. Photograph: Charlie Skelton/Guardian

Now here’s an idea: maybe Mustafa Koç could help enable this press conference? The Koç family’s conglomerate, the brilliantly named Koç Holding, lists “four main inviolable principles” in its articles of corporate governance, and the very first of these is “transparency”. Koç himself, the chairman of the company, seems happy to chat to the press, and he’s spoken out against corruption in politics. He said recently, just before his country’s elections: “Our people deserve clean politics.”

Clean politics is open politics. Transparency lets the sunlight in.

Koç might have a fight on his hands, but he looks like someone who doesn’t mind twisting arms. And there’s no denying that Koç is a powerful presence at Bilderberg. There are a lot of friends of Koç on the steering committee, so when it comes to lobbying for better press relations, maybe Koç can swing it? Surely something this simple wouldn’t be hard for Koç. Not a Koç that powerful.

After all, Koç is hugely connected in the world of business. He’s a member of the International Advisory board of Rolls-Royce, and sits on JPMorgan’s International Advisory Council alongside Tony Blair. And his fellow member of the steering committee, Peter Sutherland, the chairman of Goldman Sachs International, is on the board of Koç Holding.

And I think, in some small way, I have an understanding with Koç. So, in the spirit of dialogue and progress, of transparency and “clean politics”, I’m reaching out to Koç, to help make this press conference happen. I may be wrong, my dreams my come to nothing, but I have a strange feeling that 2015 might just be the year of Koç.

 

Bilderberg 2015 : Les élites se préparent à la dévastation nucléaire et économique

bilderberg-2015

Le groupe Bilderberg se rassemblera du 9 au 14 juin dans les montagnes autrichiennes à l’hôtel Interalpen. Combien de ces instigateurs de la tyrannie généralisée discuteront de leurs bunkers qui ont coûté des millions de dollars entre les réunions? Car ils ont l’intention de se planquer comme des taupes, tandis que leurs plans infernales se déchaînent sur les masses crédules.

Note: L’élite semble acheter des terrains un peu partout dans le monde, Alex Jones dénonce cela comme une tentative de fuir le chaos qu’ils auront créé.

Infowars, le 2 juin 2015

Les plans des Illuminati 2015 : Tuer des milliards de gens (NWO 2015 – Vidéo – Anglais)

 


Les plans des Illuminati 2015 : Tuer des milliards de gens (NWO 2015)

 

wopyr

Plans illuminati et Tsunami à New York 2015.

 

sphnpyr

Source: Before It’s News, le 18 Février 2015

Le SIDA et d’autres virus ont bien été créés en laboratoire par les Etats-Unis dans un but génocidaire (partie 1)

Le SIDA et d’autres virus ont bien été créés en laboratoire par les Etats-Unis dans un but génocidaire (partie 1)

Voir également : Document : « Special virus Program »: Le Sida a bien été développé en laboratoire par les Etats-Unis (partie 2)

Cet article vient compléter celui publié sur de nombreux médias citoyens cette semaine. Le sujet peu sembler vu et revu depuis des années et pourtant, en constatant le doute qui persiste chez beaucoup de lecteurs, il convient de creuser le sujet afin de démêler le vrai du faux.

Officiellement, la médecine indique que le , ayant officiellement causé 28 millions de morts à ce jour, proviendrait du virus d’immunodéficience humaine (). Certaines théories indiquent quand à elles qu’aucun virus  n’a jamais été détecté chez un malade du SIDA et d’autres qu’il s’agit d’un virus crée en laboratoire. Tout cela n’est pas très clair. Alors qu’en est-il vraiment? 

Cet article retranscrit essentiellement les recherches du Dr Boyd Graves s’étant penché réellement sur la question sans passer par le prisme de la pensée unique. Une vidéo du Dr Horrowitz et divers documents déclassifiés du gouvernement viennent confirmer ses dires. Le Dr Graves décédera le 18 Juin 2009 d’une infection par la bactérie. Les plaintes en justices engagés contre le gouvernement des  ont été à chaque fois étouffées. 

(voir l’organigramme plus en détail).

organigramme VIH
Pour les sceptiques qui penseraient que ce sont de faux documents, vous trouverez ici un ensemble de 5000 pages de documents du congrès déclassifiés qui montrent que ce sont des documents originaux. Ils parlent précisément des armes biochimiques US (l’aspartame y serait d’ailleurs mentionné).

L’histoire du développement du SIDA

Le Dr Boyd E. Graves 28 septembre 2002

Extrait du livre «State Origin: The Evidence of theLaboratory Birth of AIDS »

« La véritable histoire de l’origine du sida peut être retracée tout au long du 20ème siècle en commençant par 1878. Le 29 Avril de cette année les Etats-Unis ont adopté une «Loi fédérale de quarantaine ».

Les Etats-Unis ont fait un effort significatif pour enquêter sur les «causes» des épidémies. En 1887, l’effort a été renforcée grâce au  «Laboratoire d’hygiène ». Ce laboratoire était dirigé par le Dr Joseph J. Kinyoun, un raciste pur et dur, qui servait l’idéologie eugéniste.

Deux ans plus tard, en 1889, nous avons pu identifier les « mycoplasmes », un agent transmissible, qui est maintenant considéré comme étant le cœur des maladies humaines, y compris le SIDA.

En 1893, nous avons renforcé la Loi fédérale sur la quarantaine et tout à coup il y a eu une explosion de la polio.

En 1898, nous savions que nous pourrions utiliser des mycoplasmes pour provoquer des épidémies, parce que nous étions en mesure de le faire chez les bovins et dans les plants de tabac.

En 1899, le Congrès américain a commencé à étudier la lèpre aux Etats-Unis.

En 1902, nous avons organisé une « observatoire d’évolution expérimentale » et avons pu identifier les maladies de nature ethnique.

En 1904, nous avons utilisé des mycoplasmes pour provoquer une épidémie chez les chevaux.

En 1910, nous avons utilisé des mycoplasmes pour provoquer une épidémie chez les volailles.

En 1917, nous avons formé la «Fédération de la Société Américaine pour la Biologie Expérimentale» (FASEB).

En 1918, le virus de la grippe tue des millions de gens sans crier gare. C’était un virus de la grippe modifié avec un mycoplasme aviaire pour laquelle les primates humains n’avaient aucune « immunité acquise ».

En 1921, le théoricien de l’eugénisme Bertrand Russell, soutient publiquement la «nécessité d’organiser des « fléaux » contre la population noire.

En 1931, des tests sont faits secrètement sur les Afro-Américains et expérimentons le SIDA sur les moutons.

En 1935, nous apprenons que l’on pourrait cristalliser le mycoplasme du tabac et qu’il resterait infectieux.

En 1943, nous commençons notre programme de guerre biologique. Peu de temps après, nous étudions les mycoplasmes chez les humains en Nouvelle Guinée.

En 1945, nous assistons au plus grand afflux de  étrangers de l’histoire dédiés au programme biologique américains. L’Operation Paperclip restera dans les annales comme étant l’un des programmes les plus sombres d’un gouvernement parallèle véreux faisant une fixation sur le génocide.

En 1946, la marine américaine engage le Dr Earl Traub, un biologiste raciste notoire.En mai, une séance de la Commission des Finances confirme l’existence d’une arme biologique « secrète ».

En 1948, nous savons que les États-Unis ont confirmé l’approbation de «l’élaboration d’un projet » dans lequel la question de la surpopulation de certains groupes raciaux est évoquée.

Un mémo de George McKennan du Département d’État permet de mettre en exergue le mensonge eugéniste nécessaire au génocide de millions d’innocents.

En 1949, le Dr Bjorn Sigurdsson isole le virus VISNA. Visna a été crée par l’homme et partage une partie de l’ADN du VIH. Voir, Proceedings of the United States, NAS, Vol. 92, pp. 3283 – 7, (11 Avril, 1995).

En 1951, nous savons maintenant que notre gouvernement a mené sa première attaque de virus sur les Afro-Américains en Pennsylvanie. En Pennsylvanie, des cageots sont infectés afin de découvrir combien de manutentionnaires noirs en Virginie seraient atteints d’un virus placebo.Ils ont également infecter expérimentalement les moutons et les chèvres. Selon l’auteur Eva Snead, la première conférence mondiale sur un virus semblable au SIDA a lieu.

En 1954, le Dr Bjorn Sigurdsson publie son premier article sur le virus Visna et s’impose comme le « grand-père du virus du sida. » Il va rencontrer la concurrence du Dr Carlton Gajdusek.

En 1955, ils réussissent à créer artificiellement le virus de la mosaïque du tabac. Les Mycoplasmes seront toujours au cœur du programme de guerre biologique US.

En 1957, le futur président américain, Gerald Ford (ndlr: un franc-maçon du 33ème degrés, autant dire un sataniste pur et dur) et quelques autres donnent au  la permission de déployer des agents biologiques pathogènes. Il n’y a pas de cas signalé de SIDA avant 1957, date de la création du « special operation x » (La SOX), programme qui a servi de prototype pour le programme du « virus spécial » qui commencera en 1962.

En 1960, Nikita Khrouchtchev était au courant de l’arme biologique. Sa  de 1960 restera longtemps le reflet de l’arrogance de la collusion secrète entre le communisme et la démocratie. Les deux pays s’accordent en Novembre 1972 pour la réduction de la population noire.

En 1961, le scientifique Haldor Thomar publie que les virus provoquent le cancer.

En 1995, lui, Carlton et Gajdusek informent la National Academy of Sciences que «l’étude sur le visna sur les moutons serait le meilleur essai pour d’éventuels médicaments contre le HIV. »

En 1962, sous couvert de recherche sur le cancer, les États-Unis tracent le chemin pour commettre des meurtres prémédités, le programme « Spécial Virus » commence le 12 Février. Dr. Len Hayflick met en place un laboratoire de mycoplasme à l’Université Stanford. On pense que le programme « Spécial Virus » a commencé en Novembre 1961 avec un contrat de Pfizer.

À compter de 1963 et les années suivantes, le programme « Spécial Virus » menait des compte rendus annuels au Hershey Medical Center, Hershey, en Pennsylvanie. Les réunions annuelles sont emblématiques de la nature agressive de la recherche des E.U. sur le développement du SIDA.

En 1964, le Congrès des États-Unis a donné son plein appui à la recherche sur le virus de leucémie / lymphome (SIDA).

En 1967, l’Académie nationale des sciences a lancé un assaut à grande échelle sur l’Afrique. La CIA (Division Technical Services) accepte son programme secret d’inoculation.

En 1969, 18 Juillet, Fort Dietrick informe des scientifiques dans le monde et le Pentagone demande davantage d’, ils savent qu’ils peuvent fabriquer le SIDA. La note de service secrète sur le « Surpeuplement » de Nixon  au Congrès marque le début de la chaîne de l’holocauste du SIDA.

En 1970, le président Nixon (ndlr:Franc-maçon) signe PL91-213 et John D. Rockefeller (ndlr: illuminati), III est devient «tsar de la population. » Le Mémo de Nixon relatif à la sécurité nationale ne laisse aucun doute quant à la nature génocidaire du dépeuplement.

En 1971, Sortie du Compte Rendu n°8. L’organigramme (p.61) reste à tout jamais l’acte de naissance du SIDA en laboratoire.Le rapport d’avancée n ° 8 est délivré. Au fil du temps, le programme Spécial Virus produira 15 rapports et plus de 20.000 notes scientifiques. L’organigramme constitue le lien entre tous les documents scientifiques, l’expérimentation et les contrats des Etats-unis. Il restera « manquant » jusqu’en 1999. Les scientifiques du monde entier sont stupéfaits. L’organigramme prendra tout son sens au cours du 21ème siècle. Il apparaît aussi que les expériences poursuivies dans la Phase IV-A de l’organigramme offrent la meilleure piste vers une thérapie plus efficace pour les porteurs du VIH/SIDA. Les 60 premières pages du Compte Rendu n°8 du programme Spécial Virus dévoilent de façon probante le but de l’opération. En Juin 1977, le programme Spécial Virus avait produit 66 000 litres de SIDA. Le virus du SIDA était ajouté aux vaccins envoyés en Afrique et à Manhattan. Cependant, grâce à la franchise d’auteurs tels que le Dr. Robert E. Lee, nous apprenons que le Laboratoire de Mycoplasmes de Stanford publie un des premiers rapports incluant le terme SIDA dans son titre : « Infections Virales chez l’Homme Associées au Syndrome d’Immuno-Déficience Acquise ». Le scientifique initial, le Dr. Thomas Merigan, était « conseillé » dans le programme Spécial Virus

Le compte rendu n ° 8 page 104-106 prouve que le Dr Robert Gallo travaillait secrètement sur le de développement du virus avec le plein appui du secteur du gouvernement américain qui cherchait à tuer ses concitoyens. Dr Gallo ne peut pas expliquer pourquoi il a exclu son rôle de «chef de projet» pour le programme Spécial Virus dans sa bibliographie. Les premiers travaux et découvertes du Dr Gallo peuvent être mis en relation avec l’organigramme de 1971.  Nous savons maintenant comment chaque expérience s’y imbrique.  La logique de recherche est une preuve irréfutable de l’existence d’un « Manhattan project » visant à élaborer un cancer contagieux qui tue sélectivement. Le document de 1971 du Dr Gallo est d’ailleurs identique à son annonce faite en 1984 sur le SIDA.

Le compte rendu n ° 8 page 273-286 prouve que nous avons inoculé le sida à des singes. Depuis 1962, les Etats-Unis et le Dr. Robert Gallo ont infecté des singes et les ont relâchés dans la nature. Ainsi, même des scientifiques du gouvernement sont stupéfaits de constater l’apparition soudaine du HIV-1 et HIV-2 chez deux espèces de singes d’origines différentes, au cours des cent dernières années. Une étude japonaise de 1999 révélera finalement l’origine anthropique du virus du SIDA chez les singes. Les résumés des expériences faites sur les singes prouvent définitivement que le virus d’immunodéficience simienne est également fabriqué par l’homme.

En 1972, les Etats-Unis et l’Union soviétique signent un accord biologique qui signe l’arrêt de mort de la population noire. L’accord de 1972 pour la collaboration et la  dans le développement d’agents biologiques offensifs fait toujours partie de la politique des Etat-Unis.

En 1973, le scientifique de renommée mondiale, Garth Nicolson fait un rapport sur son projet, «« Rôle de la Surface Cellulaire pour Echapper à la Surveillance Immunitaire » (Role of the Cell Surface in Escape From Immunological Surveillance). Son rapport est accompagné de sept articles publiés. Le Dr.Nicolson a travaillé en collaboration avec le programme Spécial Virus de 1972 à 1978. Il est considéré par certains comme étant le collaborateur de la côte ouest du Dr Gallo. Il est fortement suspecté qu’en raison du Dr.Nicolson, le Dr Robert Gallo et le Dr Luc Montagnier se seraient secrètement rencontrer en Californie du Sud pour se mettre d’accord sur ce qu’ils pourraient dire et ne pas dire sur le programme de développement du « spécial virus ».

En 1974, Henry Kissinger (ndlr: Franc-maçon de 33ème degrés) produit son NSSM-200 (plan américain de lutte contre la surpopulation). Il est le seul sujet de discussion lors de la Conférence mondiale de la population à Bucarest, en Roumanie. Les hommes de l’ombre avaient gagné, tout le monde était d’accord pour secrètement abattre la population africaine. Aujourd’hui, c’est l’Afrique et d’autres qu’ils considèrent indésirables. Demain, cela pourrait être vous.

3-7acb1db600
En 1975,  Le Président Gerald Ford signe le Mémorandum de Défense de la Sécurité Nationale n°314. Les Etats-Unis implémentent le NSSM-200 de Kissinger .

En 1976, les Etats-Unis produisent le compte rendu n ° 13 du programme « Spécial Virus ». Le rapport prouve l’existence d’accords internationaux des États-Unis avec les Russes, Allemands, Britanniques, Français, Canadiens et Japonais. Le complot visant à tuer des Noirs a un large soutien international. En Mars, la production du virus du sida commençet, en Juin 1977, le programme avait produit 66 000 litres de SIDA. Le président Jimmy Carter autorise la poursuite du plan secret pour abattre la population noir.

4-fe3c2b19a6

En 1977, le Dr Robert Gallo et les scientifiques soviétiques se réunissent pour discuter de la prolifération des 66 000 litres de SIDA. Ils intègrent le SIDA dans le vaccin de la variole pour l’Afrique et le vaccin expérimental de l’hépatite B pour Manhattan. D’après les auteurs Juin Goodfield et Alan Cantwell, le lot n ° 751 a été administré à New York à des milliers de personnes innocentes. Ce gouvernement ne sera jamais en mesure de réparer le mal fait aux personnes pour le viol sociale, l’humiliation et les préjudices faits aux personnes qui font face au VIH / SIDA quotidiennement. Les hommes de l’ombre avaient calculé avec précision que vous ne vous soucieriez  pas de la mort de noirs et d’homosexuels. En fait, vous ne vous souciez pas que près d’un demi-million de vétérans de la guerre du Golfe soient infectés par quelque chose de contagieux. Bientôt, il n’y aura plus de population noir ni de militaires handicapés, les Blancs âgés commenceront alors soudainement à mourir et vous n’auraient toujours rien compris.» Cela vous permettra peut être de mieux comprendre la situation.

Cette vidéo réalisée par le docteur Léonard Horowitz confirme les recherches du Dr Grave. Le Dr gallo y est pris en flagrant délit de mensonge en fin de vidéo. (Si quelqu’un veut se dévouer pour une VOSTFR…)

 

 

Soudain, tout comme le président Nixon l’avait prédit, le nombre de morts explosait. Le 4 Novembre 1999, la Maison Blanche annonçait, ….
« Dans un délai de cinq ans, tous les nouveaux infectés par le VIH aux Etats-Unis seront afro-américains …. »Il faudra tôt ou tard que nos experts soient autorisés à prendre en compte l’histoire de ce programme de virus. Il serait invraisemblable, sans cela, de tenter d’élucider l’étiologie du SIDA.

Davantage de détails sur l’histoire du programme de virus secret peut être trouvé dans les archives du Dr. John B. Moloney. L’examen des fichiers du Dr Moloney permettra encore d’identifier d’autres dates et archives qui correspondent à l’une des plus grande prolifération de maladie dans l’histoire de la race humaine. Nous avons trouvé le chaînon manquant. Le fondement de la logique logique de recherche d’un programme fédéral destiné à tuer. Nous pouvons identifier quelques-unes des personnes qui ont travaillé dans l’ombre comme les Drs Robert Gallo et Garth Nicolson. Connaissant les mécanismes d’attaque par lesquels nous pouvons stopper le SIDA, il est désormais temps que plus personne ne puisse être touché par cette chimère de mycoplasme synthétique.

Aider ceux d’entre nous qui sont encore là pour réaliser une vie épanouie et contributive. Nous sommes tous un même peuple.

Le 28 Septembre 1998, j’ai déposé une plainte contre les Etats-Unis pour la «création», «production» et «prolifération» du SIDA. Le 7 Novembre 2000, la cour d’appel s’aligna sur la décision du tribunal de première instance jugeant que l’allégation de fabrication du SIDA était « sans fondement ». » Le monde attend toujours que la cour se prononce sur les éléments de ce dossier. Le tribunal ne peut pas continuer à simplement écarter nos experts et l’organigramme du gouvernement.(ndlr: et pourtant si…il suffit que la cour soit composée de franc-maçons qui sont tenus par serment de s’entre-aider et le tour est joué: c’est beau la justice n’est-ce pas?).

On m’a demandé de donner mon point de vue en ce qui concerne le programme fédéral MK-NAOMI. Le signle MK-NAOMI est le nom de code prévu pour désigner le développement du SIDA. La partie «MK» sont les initiales des deux co-auteurs du virus du SIDA, Robert Manaker et Paul Kotin. La partie « NAOMI » signifie « les noirs ne sont que des individus temporaires. » ( Negroes are Only Momentary Individuals). Le gouvernement américain continue à orchestrer le silence des très hauts échelons du Congrès et des militaires. À l’heure actuelle, personne ne prend ses responsabilités. Les honnêtes gens finiront par créer un tsunami d’indignation dans l’opinion public. Nous ne pouvons pas permettre à l’Etat un droit autocratique de gouverner en dehors de la constitution. Notre société est structurée de façon à dissimuler les crimes d’Etat, tout en punissant les citoyens pour des délits mineurs. Leur stratégie est basée sur la confusion générale qu’ils peuvent créer en manipulant les médias. Ils sont très habiles à ce jeu là. Nous devons nous concentrer sur la présentation régulière de l’organigramme qui est le chaînon manquant qui prouve l’existence d’un programme de recherche coordonné pour développer un virus du cancer qui détruit le système immunitaire.

Cette compilation de documents judiciaires et de correspondances est l’accomplissement du véritable effort d’un homme afin de résoudre le mystère de l’origine du sida. Nous avons trouvé l’origine du SIDA, c’est nous.

~ Boyd 'Ed' Graves 7 Juillet 1952 au 18 Juin 2009

~ Boyd ‘Ed’ Graves 7 Juillet 1952 au 18 Juin 2009

 
 

 

 

 

 

 

L’origine du SIDA est aussi à l’origine de presque tous les virus du cancer qui existent. Le Lymphome, la leucémie et le SIDA sont une petite partie d’une longue liste de maladies crées par l’homme. Ces cancers ont été développés dans un endroit appelé Fort Dietrich, Maryland, États-Unis, dans une installation de l’armée. En 1971, Fort Detrich changea de mains, et sous le couvert de l’Institut national de la Santé (NIH) la «recherche» biologique a continué, après que le président Nixon ait déclaré que les Etats-Unis réduiraient le financement et l’arrêt de la «recherche» biologique, en fait, ce financement pour la recherche biologique a augmenté en 1970 avec l’appropriation de 10 millions de dollars pour créer un virus de suppression immunitaire « pour lequel aucune immunité naturelle ne pouvait être obtenu ».

L’OMS est dirigée par l’ONU et à son tour, l’OMS répercutent les plans du nouvel ordre mondial sur le peuple. Les vaccinations de masse, les pénuries alimentaires, les prédictions pandémie.

Si vous n’êtes pas déjà au courant du but de l’ONU, l’OTAN, l’OMS, l’AMA (American Medical Association), faites des recherches, l’information n’est pas si difficile à trouver, vous avez juste à regarder dans la bonne direction.

l’AMA a été créée pour stopper les établissements d’enseignement de santé alternatifs aux États-Unis et pour faire en sorte qu’il ne soit possible de se former que dans les universités. C’est pourquoi la plupart des médecins ne connaissent pas les bienfaits de l’oxygène et la vrai santé et ne connaissent pas grand chose comme remèdes.

Comme Hippocrate le disait: « soyez votre propre médecin ».

Nous avons été tellement endoctrinés à penser que notre santé est si complexe, et avons appris qu’il n’y a pas de remède de fond pour la maladie, mais la vérité est que la maladie humaine est soignable facilement, la toxicité externe et le cancer crée par l’homme est une autre chose, mais là encore il existe des remèdes avec une variété d’options, qui sont tenue à l’écart du peuple par la mafia médicale aux commandes car «un malade guéri est un client perdu». »

Conclusion:
Que dire si ce n’est que ce médecin a tout compris. Merci à lui pour ses recherches qui démontrent que les plans génocidaires de l’élite sataniste qui nous gouvernent ne datent pas d’hier. Méfions-nous de leurs manigances. Non, les gouvernements ne veulent pas notre bien-être (l’article montre bien que des accords ont été passés avec divers pays, y compris la ), non l’OMS ne s’intéresse pas à notre santé (au contraire, ils sont là pour diminuer la population mondiale, typiquement par le biais de ce genre de programmes). Si par hasard, cette hiver on voit un virus mutant de la grippe aviaire faire son entrée, on saura pourquoi.

Sources:
http://www.boydgraves.com/flowchart/
http://fr.scribd.com/doc/20536742/Boyd-Graves-ESP-1-HIV-AIDS-Development-Timeline
http://fr.scribd.com/doc/20272035/hb-15090
http://www.mpwhi.com/hr_dod_1970.htm

Traduction / Synthèse:
Fawkes News

Depopulation conspiracy theory

 
 
Some dare call it

Conspiracy

link=:category:
Secrets revealed!
The revealers
Conspiracy theories about depopulation of the Earth come in a number of flavors. The general theme running through these theories is either that there is an imminent plan to reduce population using an overpopulation crisis as the pretext, or a secret eugenics plan cover-up. The elite thus need to kill off the "useless eaters" so, in the first case, they survive the crisis and, in the second, they can create either enough robots to replace them, or a new race of obedient super-humans.

Contents

 [hide

[edit]Useless eaters

"Useless eaters" is a term often bandied about by conspiracy theorists. This is supposedly what the heads of the New World Order/Illuminati/Bilderbergs/Reptoids/whatever[1]call us in their meetings in smoke-filled rooms while they light their cigars with $100 bills. It is also sometimes used by survivalists and wrongly attributed to Henry Kissinger. It is also commonly ascribed to Ted Turner, Adolf HitlerThomas Malthus, and Bertrand Russell. Apparently, the term originated in Nazi Germany during the Holocaust as "nützlose Fresser," translating to "useless eaters."[2] It was first used in reference to the T4 euthanasia program; which targeted the incurably ill, physically or mentally disabled, emotionally distraught, and elderly people.[3]

[edit]Means of execution

The genocidal depopulation plan generally involves poisoning or sterilizing people through the use of chemtrails or water fluoridation. Agribusiness transnationals like Monsanto are often implicated in some sort of scheme to monopolize the world's food supply so it can be easily tainted with deadly toxins. Just about anything that can be said to involve "chemicals" can be implicated in this nefarious scheme: vaccines, alleged covert geo-engineering schemes, genetically modified food, etc.[4][5] Variants of the theory include those with an anti-abortion tinge who incorporate conspiracy theories about Planned Parenthood, and AIDS conspiracy theorists who believe AIDS was concocted in a laboratory for the purpose of reducing the population. Another variant, largely attributable to Lyndon LaRouche, has worldwide nuclear war as part of the conspirators' alleged plan along with a deliberate economic collapse and de-industrialization to force the world back into a "new dark age."

[edit]Anti-environmentalist theories

A number of these theories have an anti-environmentalist bent. They posit that environmentalists are conspiring as some kind of mass Gaia cult to kill off the useless eaters. There is a very tiny grain of truth here when it comes to the really nutty ecoterroristsPentti Linkola, or movements like the Voluntary Human Extinction Movement, which provide generous amounts of fodder for conspiracy sites to use as a means to paint the entire environmental movement as a mass conspiracy. This usually ties into some form of a global warming conspiracy theory or the idea that fears of overpopulation are being used as a tactic to implement the depopulation scheme.[6] The Club of Rome and their book The Limits to Growth, and Paul R. Ehrlich and his book The Population Bomb are the convenient punching bags here.

[edit]Negative effects

Supporters of this theory often fail to understand the negative[7] effects of depopulation and low populations. Fewer people will mean a smaller work force, strengthening the hand of those remaining, resulting in friction between labour and management.[8] There will be fewer soldiers to have a strong military, meaning it will become harder to adequately maintain the safety of society. Above all though is that with fewer people the structure of government would grow unstable, and would eventually collapse.

It's also worth noting that economically there would be consequences as well. As many developed countries use capitalism, an economic system which is dependent on human growth, then heavy depopulation would mean financial disaster resulting in a volatile and shrinking market. Adam Smith famously established that it is an imperative for economies, especially those using capitalism, to maintain stability.[9] This is provably true in places like Japan whose negative population growth is contributing to its current economic woes.[10]

These effects pose a big question: why would a government seek to heavily depopulate the planet when doing so is provably harmful to its interests and a healthy existence? If they really do desire this then the answer would have to be that they're gluttons for punishment.

[edit]Arguments against depopulation conspiracy theories

Governments (intelligent ones) have implemented policies and practices to encourage population growth or discourage it. In America for example, the more children people have, the more benefits the parents are entitled to. That makes one wonder why a government that's supposedly involved in some grand plot to depopulation is trying to get people to have more children and not fewer. Conspiracy theorists are commonly reticent in trying to explain that or wave it off saying it's some kind of cover.

As for places that discourage it, theorists are more passionate in demeaning places like China citing their policies as central to the depopulation plot. In China's case, their attempts to curtail the population was caused, rather humorously, by the government of Mao Zedong in encouraging its citizens to have as many children as possible. Their strategies often included discouraging the use of birth control to the point they banned the import of contraceptives into their country.

The eventual boom in population naturally resulted in overpopulation. By the 1950s China's food supply was struggling to maintain the influx of new children. This is one of the main reasons behind the infamous 1962 famine that resulted in the deaths of approximately 30 million people.

In a desperate attempt to get the population back down to a stable, healthy level they could handle, the government began to use propaganda urging citizens to limit the number of children they had. Given selfish human nature, many of its citizens gave a huge middle finger and continued to procreate without restraint. Tired of being blanked, the government, desperate to end its overpopulation problem, enacted the one-child policy to forcefully bring its population back down to a stable level.[11]

But that has begun to change. China's population level has decreased to a below stable level, the government is beginning to do a 180 degree switch on the policy. Problems such as a lack of a stable workforce and a low male ratio has resulted in the one-child policy being revised. People are beginning to gain more leeway in having more than one child. The People's Republic of China has dropped huge suggestions it will go further in its revisions to encourage more children be born.[12]

So that raises a question: if places like China wanted to depopulate the planet so badly why wouldn't they remain adamant in not changing their policies? Such actions show that governments definitely do not want overpopulation yet, at the same time, definitely don't want underpopulation either. They need a stable population if they are to survive.

[edit]And When Populations Get Too Low...

Governments have taken other extreme measures to combat low populations as well. A notable example is Russia's infamous tax on childless persons enacted during the reign of Joseph Stalin - yes, you read that right, that Stalin - to financially strong arm people to procreate to boost its low birthrate. The government even went so far as to give medals and honorary titles to women for having large families.[13]

The policy, despite its unpopularity amongst an already miserable populace, was a resounding success. It was so successful that it caused Russia's birthrate to exceed the government's initial expectations. Satisfied the population was stable once more, the tax was phased out not to mention many of the benefits that came with having lots of children.[14]

The currently deteriorating conditions after the fall of the Soviet Union have caused birthrates to plunge again. The idea of bringing back the tax was again put on the table in 2006 withVladimir Putin adding that women should be paid more money to have a second child.[15] To the relief of the childless and childfree in the country, these plans have not been put into effect. They are in a holding pattern however given the still decreasing birthrate.

Other governments have gone even further in their attempts to have stable populations. Nazi Germany began a campaign to quell the low birthrate that preceded its rise to power and which existed during its infancy. Besides given out benefits to people who gave birth, the government banned and heavily punished those who used contraception, abortion and homosexuality. Death was one of the most extreme punishments delivered. Furthermore the rights and benefits of childless people were greatly diminished resulting in people, especially women, being legally bullied to give birth. Those who did comply often got tremendous benefits including, like in the Soviet Union, medals for raising large families.[16]

And if these past examples aren't evidence enough that governments don't want populations getting too small, the government of Iran previously encouraged people to have less children starting around 1989 to combat a boom in their population lasting from 1976-1996. The policies have until now been successful resulting in a noticeably smaller birthrate. The government has since been cutting funding to the programs to facilitate lower birthrates to boost what they feel is a population too small for their liking. For example: vasectomies, once free, have ended due to the government cutting moneyflow.[17] The government plans to go even further showing very keen interest in banning vasectomies altogether and making it tougher, if not near-impossible, for women to get abortions and people to use contraceptives.[18]

Japan's birthrate reached an all time low in 2005, prompting the creation of a ministerial bureau in the Cabinet Office to specifically address the issue. The Ministry of State for Declining Birthrate and Gender Equality believes greater gender equality in the workplace the most effective method of encouraging births and promotes tax reductions and longer periods of paid leave following the birth of a child.[19]

[edit]So What Does That All Mean?

That isn't the kind of behavior governments display if they are intent on depopulation. The above mentioned governments specifically are infamous for their crimes against humanity yet never once went so far as to embrace depopulation but still strove to have stable populations.

This brings us back full circle to the previously established fact that without a stable population governments will suffer. But it shows that they do have one provably real agenda going on and that is a stable population agenda.

A depopulation plot, all things considered, doesn't seem at all likely.

[edit]But What If It Is?

If there's an evil plot then the governments involved then they are obviously quite happy to commit suicide. People are the greatest resource of government. Too many or too few human beings are devastating given the numerous ill-effects both scenarios have. This is notably visible political structure and economies. If there is a depopulation plot then the people in charge of it are obviously happy to tank their financial systems as well as shrink the power of the worker base. Both of those things are essential to keeping a work-based society alive.

And considering the lower population, it would be highly unlikely that any huge government could remain big without repercussions. Governments have grown in size in reflection of growing populations. The inverse would have to be true as a lack of people would mean less people to run the government and less people to keep it healthy. If there are plans to enact a one-world government in the wake of a depopulation, it'll sure as hell be a damn small one lacking power or clout.

[edit]Possible origins

Fears of this sort may have been stoked by science fiction such as the 1973 film Soylent Green, the 1976 film Logan's Run, by Garrett Hardin proposing rich Western nations practice "lifeboat ethics" in refusing immigration (not a very liberal view, eh?) and by real examples of governments which put radical depopulation into practice, such as Pol Pot's Cambodia between 1975-1979. However, as a conspiracy theory, the scope of the depopulation plan is global, with various conspirators (the Rockefellers, the Club of Rome, Henry KissingerBritish royalty) claimed to be secretly working to reduce the world population by as much as 80 percent.

[edit]See also

  • Genocide conspiracy
  • HIV denial: There is some overlap between depopulation conspiracy believers and people who believe AIDS is a government-created mechanism for depopulation.
  • Pacte de famine: The idea's French predecessor.
  • Georgia Guidestones Mysterious monument calling for the world population to fall below 500,000,000 people.

[edit]External links

[edit]Footnotes

  1.  The Depopulation Conspiracy articles, Whale.to (Scopie's Law in effect here)
  2.  See here.
  3.  http://www.britannica.com/EBchecked/topic/714411/T4-Program
  4.  Geo-Engineering: Killing Off the Useless EatersAlex Jones
  5.  Depopulation by VaccinesRespectful Insolence
  6.  Global Warming Provides Cover for Depopulating the Earth, The "Truth" Seeker
  7.  Or positive, depending on your point of view and the particular context - see next note.
  8.  An example of this was Europe in the aftermath of the The Black Death where population decline resulted in a weakening of feudalism as peasants' and serfs' bargaining power vis-a-vis the aristocracy increased, which is probably only a bad thing if you happen to be aneoreactionary.
  9.  Chapter 8 in the Wealth of Nations, Adam Smith
  10.  The United Nations is concerned with Japan's low population. Ironic, considering how many depopulation conspiracy theorists believe the UN to be either a part of or the main instigator of the conspiracy.
  11.  Time - A Brief History of China's One-Child Policy
  12.  CNBC - China economy to ride on changes to one-child policy
  13.  http://soviet-awards.com/medals26.htm
  14.  Russia Profile - Childfree at a Price
  15.  Pravada.ru - Childless Russian families to pay taxes for their social inaction
  16.  http://en.wikipedia.org/wiki/Cross_of_Honour_of_the_German_Mother
  17.  http://www.csmonitor.com/World/Middle-East/2014/0515/Iran-ends-free-vasectomies-with-maximum-baby-push
  18.  http://www.theguardian.com/world/2014/apr/15/iran-ban-vasectomies-birthrate
  19.  http://www.dijtokyo.org/publications/WP0604-%20Schad.pdf