NKM: Numéro 2 du Parti des "Les Républicains", une femme qui sera aux primaires de l'UMP en 2016!

Publié le par José Pedro

Nathalie Kosciusko-Morizet

Née le 14 mai 1973 à Paris, Natha­lie Kosciusko-Mori­zet est née dans la marmite poli­tique puisque son père François Kosciusko-Mori­zet a honoré plusieurs mandats dont celui de maire de Sèvres depuis 1995. Diplô­mée de l’École natio­nale du génie rural, des eaux et des forêts et de Poly­tech­nique, Natha­lie Kosciusko-Mori­zet débute sa carrière profes­sion­nelle en 1997, en tant qu’agent contrac­tuel déta­ché à la direc­tion de la prévi­sion au sein du minis­tère de l’Éco­no­mie, des Finances et de l’In­dus­trie avant de rejoindre le groupe Alstom. Passion­née par l’éco­lo­gie, la jeune femme rejoint le cabi­net de Jean-Pierre Raffa­rin en 2002 pour lequel elle exerce le poste de conseillère tech­nique pour l’éco­lo­gie et le déve­lop­pe­ment durable. Mais son entrée opéra­tion­nelle dans le monde poli­tique ne s’ef­fec­tue véri­ta­ble­ment que lorsqu’elle devient dépu­tée de l’Es­sonne cette même année. C’est grâce à ce mandat qu’elle occupe le poste de rappor­teur de la charte de l’en­vi­ron­ne­ment et de la mission d’in­for­ma­tion sur l’ef­fet de serre pour l’As­sem­blée natio­nale. Côté vie privée, Natha­lie Kosciusko-Mori­zet épouse, en 2003, Jean-Pierre Philippe, profes­seur au Conser­va­toire natio­nal des arts et métiers de Paris. Le couple donne nais­sance à deux fils en 2005 et 2009. En 2007, Natha­lie Kosciusko-Mori­zet devient secré­taire d’État char­gée de l’éco­lo­gie aux côtés de Jean-Louis Borloo. En 2010, après un détour par le secré­ta­riat d’État chargé de la pros­pec­tive et du déve­lop­pe­ment de l’éco­no­mie numé­rique, Natha­lie Kosciusko-Mori­zet occupe la fonc­tion de ministre de l’Éco­lo­gie, du Déve­lop­pe­ment durable, des Tran­sports et du Loge­ment. En février 2012 elle est nommée porte-parole de la campagne de Nico­las Sarkozy à l'élec­tion prési­den­tielle.

 

NKM numéro deux des Républicains, Eric Woerth délégué au projet d'agrandissement de l'hippodrome de Compiègne, Alain Juppé délégué à la Mairie de Bordeaux. Nous souhaitons une bonne campagne à NKM pour les primaires de 2016.

mardi 2 juin 2015 12h04
 
 

PARIS (Reuters) - Nicolas Sarkozy a reconduit mardi Nathalie Kosciusko-Morizet comme numéro deux du principal parti d'opposition, Les Républicains (ex-UMP), et promu Eric Woerth au poste de délégué général au projet.

Laurent Wauquiez est confirmé au poste de secrétaire général, poste qu'il occupait déjà au sein de l'UMP depuis le retour de Nicolas Sarkozy à la tête de la formation, lit-on dans un communiqué.

Le maintien de Nathalie Kosciusko-Morizet au poste de numéro deux faisait l'objet de spéculations dans la presse ces derniers jours, l'ancienne ministre faisant l'objet de nombreuses critiques en interne pour sa liberté de parole.

Elle perd toutefois la responsabilité du projet de l'UMP au profit d'Eric Woerth, réhabilité après sa relaxe dans l'affaire Bettencourt.

L'ancien ministre du Budget et du Travail sera assisté d'Isabelle Le Callenec, nommé déléguée générale adjointe au projet.

Le député du Nord Sébastien Huyghe continuera d'être porte-parole du parti, de concert avec Lydia Guirous, qui était secrétaire nationale de l'UMP en charge des valeurs de la République et de la laïcité, qui succède à Isabelle Le Callenec.

Les anciens ministres Luc Chatel et Brice Hortefeux sont nommé conseillers politiques.

Le communiqué précise que d'autres nominations suivront.

Les Républicains : Sarkozy, Wauquiez, NKM et Raffarin reviennent sur les sifflets du congrès

 
 

LES RÉPUBLICAINS - Plusieurs cadres des Républicains sont revenus sur les sifflets adressés à Alain Juppé et à François Fillon lors du congrès fondateur du parti samedi à Paris (voir la vidéo en bas de l'article), à commencer par son président Nicolas Sarkozy.

"Ma responsabilité de président de la famille, c'est de garantir que chacun peut s'exprimer", a déclaré Nicolas Sarkozy sur France 2 dimanche soir.

"Alain Juppé est un homme de grande qualité qui fait honneur à notre famille politique. (...) Je regrette qu'il y ait eu quelques sifflets. Mais quand vous avez 15.000 à 17.000 personnes, vous ne pouvez pas contrôler que chacun puisse se tenir parfaitement hors de ses sensibilités", a également déclaré l'ex-président de la République.

"Le moment des primaires viendra en septembre 2016. D'ici là, il y a les souffrances des Français. Il a fallu gagner les élections départementales, il y a les élections régionales qui viennent, je ne rentrerai pas dans ce jeu-là", a aussi averti Nicolas Sarkozy.

"Pendant trois ans, cette famille politique s'est déchirée, divisée, affrontée. Il n'y avait même plus d'opposition. (...) Considérez que depuis six mois, l'unité est revenue. Est-ce à dire que l'unité met fin aux ambitions de chacun? Non, c'est tout à fait normal, il n'y a pas de problème", a-t-il également déclaré.

Des sifflets "anecdotiques" pour Wauquiez

De son côté, Laurent Wauquiez, secrétaire général de l'ex-UMP a dit regretter les sifflets mais les a jugés "anecdotiques", et a estimé que le vrai "danger" pour le parti était "l'obsession de la primaire".

"Pendant toute la journée, à peu près toutes les personnalités de notre famille politique ont pu s'exprimer, dans des registres très divers. (...) Il y avait beaucoup de monde, et des gens qui avaient envie, qui étaient contents de se retrouver, contents que la droite et le centre soient de retour et portent à nouveau une énergie, une envie. Et il y a eu ces deux moments que je regrette, avec des sifflets que je regrette et qui n'auraient pas dû avoir lieu mais qui, sincèrement, sont anecdotiques", a déclaré Laurent Wauquiez lors de l'émission "BFM Politique BFMTV-RMC-Le Point".

"Alain Juppé a été applaudi, François Fillon a été applaudi. Et un certain nombre de militants ont aussi exprimé ce qui était leur conviction, leur ressenti. Ils l'ont peut-être exprimé de façon impulsive. Je le regrette car ma mission comme secrétaire général, c'est d’œuvrer pour le rassemblement", a ajouté le député de Haute-Loire.

"Autour de Nicolas (Sarkozy), nous ne nourrirons aucune polémique contre qui que ce soit, ni contre Alain Juppé, ni contre François Fillon, ni contre quelque membre que ce soit de notre famille politique", a également déclaré Laurent Wauquiez.


Wauquiez sur les huées contre Juppé et Fillon... par BFMTV

"Ça ne doit pas être ça, les Républicains"

L'ex-Premier ministre Jean-Pierre Raffarin a aussi regretté les sifflets subis par Alain Juppé et François Fillon: "J'espère qu'ils n'étaient pas organisés!"

Par ailleurs, Jean-Pierre Raffarin a estimé qu'Alain Juppé avait "raison" d'être vigilant sur les contours de la primaire de 2016. "Juppé a raison, Juppé a clairement raison", a-t-il déclaré lors du Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro. "A quoi servirait une primaire si c'est pour faire un congrès du Parti républicain... des Républicains?" s'est-il repris.

Le sénateur de la Vienne veut lui aussi une primaire "très élargie, très transparente" mais également "une primaire qui départage", qui "serait quelque chose comme une demi-finale pour qualifier le candidat pour la finale".

Nathalie Kosciusko-Morizet, numéro deux de l'ex-UMP, a elle dénoncé sur France 3 un peu plus tôt dans la journée de dimanche le fait qu'Alain Juppé et François Fillon aient subi des huées, y voyant "plus qu'un couac" et estimant que "ça ne doit pas être ça, les Républicains".

Dimanche, Alain Juppé a lancé un avertissement sur les contours de la primaire de désignation du candidat à l'élection présidentielle de 2017, réaffirmant que si celle-ci n'était pas ouverte au centre, il n'y participerait pas.


Les Républicains: Juppé et Fillon hués (puis... par LeHuffPost

Lire aussi :

» Juppé et Fillon hués (et applaudis) au congrès des Républicains

» Sarkozy a eu un "vocabulaire excessif" pour Juppé

» Sarkozy accuse la gauche de "trahir" et "caricaturer" la République

» Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici