WWIII: Le monde libre face au terrorisme américain et a son racisme. Vulnérabilité de notre Société HENRI GUAINO!

Publié le par José Pedro

Emmanuel Todd

Le monde libre face au terrorisme américain

© Wikipedia/ Rama
OPINION
URL courte
Nicolas Bonnal
1256561424
Les États-Unis sont en train de devenir pour le monde un problème. Emmanuel Todd
 

L'Amérique s'impose de plus en plus comme une puissance tératologique et apocalyptique, illustrant une destinée de violence depuis presque deux siècles maintenant. En guerre elle donne Hiroshima, l'Irak ou le Vietnam, en culture les Tortues Ninja, Madonna ou Lady Gaga, en économie inégalités et dettes, des zones zombies ou la hideuse guirlande des Urban Sprawls (prolifération cancéreuse et géométrique des banlieues) qui défigurent le monde, et que le grand essayiste et écologue Dean Kunstler a brillamment dénoncé.

Dean Kunstler parle d'une économie hallucinée; on peut dire que le militarisme américain est aussi halluciné, qui propose aux Européens une extermination sous anesthésie pour cet été — car où est passée l'opinion publique susceptible de réagir ici ou là, où est passé le gouvernement européen susceptible de demander aux Américains d'arrêter leur délire? Je me souviens des manifestations menées par nos partis communistes en Occident, et qui rassemblaient 300.000 personnes, ou même des manifestations européennes contre la guerre en Irak…. Aujourd'hui personne ne réagit.

Mais en Asie aussi, la Thaïlande, les Philippines, d'autres Etats vassaux et corrompus, quadrillés par les bases US, promeuvent cette idée d'une guerre d'influence contre la Chine.

Faisons quelques rappels pour situer notre lecteur.

Tocqueville a recensé les désastres humains et culturels qui allaient venir d'Amérique (l'argent, le messianisme, le féminisme, le racisme, les médias aux ordres, la vulgarité…). Et alors que l'Amérique est encore loin de tout, il consacre plusieurs chapitres à la question militaire en « démocratie » américaine (Tome II, Troisième partie):

« De toutes les armées, celles qui désirent le plus ardemment la guerre sont les armées démocratiques. (…). On peut donc dire d'une manière générale que, si les peuples démocratiques sont naturellement portés vers la paix par leurs intérêts et leurs instincts, ils sont sans cesse attirés vers la guerre et les révolutions par leurs armées. »

Puis Tocqueville se fait encore plus inquiétant:

« Il y a deux choses qu'un peuple démocratique aura toujours beaucoup de peine à faire: commencer la guerre et la finir… (…) Il n'y a pas de longue guerre qui, dans un pays démocratique, ne mette en grand hasard la liberté. »

Deux éléments importants sont soulignés par le grand analyste français:

D'abord les Américains n'aiment pas faire la paix — ou la bâclent du mieux qu'ils peuvent. Du Traité de Versailles en 1919 en passant par le Vietnam ou la Guerre Froide après 1945 et l'actuelle ébullition russophobe et antichinoise, ils se livrent à la « guerre perpétuelle ».

Deuxièmement, Tocqueville voit que la guerre mettra fin aux libertés, comme l'a fait la guerre contre le terrorisme (cet EGM, être généré médiatiquement) à partir des années 90 ou du 11 septembre; la fascisation américaine peut être datée de Clinton, mais Chesterton la voyait poindre au cœur des années vingt: lynchage des noirs, chasse au facies (pas de juif, d'italien ou de balkanique en Amérique!), chasse au bolchevik-anarchiste, chasse enfin au buveur de bière ou de vin rouge…

Voilà où nous en sommes deux siècles après Tocqueville, quand les vassaux et les politiciens choisis (un politicien européen n'est plus élu, il est choisi, a déclaré un historien américain) vont accepter leur ruine avec un bel esprit de renoncement et dans l'indifférence d'une opinion publique momifiée. Les prétextes incriminés relèvent de la plus criante hypocrisie, hypocrisie qui existait déjà à l'époque de Rudyard Kipling ou Jules Verne quand on envahissait et pillait un pays pour les mêmes éhontés prétextes humanitaires. On évoque souvent l'hypocrisie de cette civilisation « démocratique » anglo-saxonne; l'analyste anti-impérialiste Hobson parlait en 1900 d'inconsistance de l'esprit humanitaire et impérial britannique. Peu cher payé pour les camps de concentration des Boers…

On pourra enfin rappeler une chose: ces démocraties se pensent meilleures, mais elles ne sont meilleures que parce qu'elles ont gagné leurs récentes guerres. Robert McNamara, dans Le Brouillard de la Guerre, le rappelle: « si nous avions perdu en 1945, nous aurions mérité d'être pendus. »

Il fut un temps où les démocraties prenaient plus de gants. On avait peur du péril jaune, du péril rouge, mais aujourd'hui on n'a même plus besoin de prétextes. L'Europe devient une colonie d'esclaves au service de l'étranger ou du bankster américain. A ce titre, elle et sa population sont « expendable », liquidables sur un champ de bataille ou dans une salle de marché. On fait confiance à la télé et aux ordinateurs pour anesthésier tout le petit monde.

Je pense au grand écrivain américain Gore Vidal; dans son beau pamphlet sur la guerre perpétuelle US, il écrivait:

« La junte du Pentagone en charge de nos affaires a programme son président pour nous dire que Ben Laden était un maléfique qui enviait notre bonté, notre richesse et notre liberté. »

Gore Vidal recense après 200 opérations militaires US de 1960 à 2000 puis il fait le lien entre la cruelle oligarchie boursière des années Clinton-Bush et la militarisation de la politique US devenue ultra:

« L'administration US, à peu près inepte dans tous les domaines sauf dans l'exemption des impôts pour les plus riches, a déchiré tous les traités auxquels les nations civilisées souscrivent, les accords de Kyoto, puis les accords nucléaires avec la Russie. »

Enfin, Vidal rappelle ce que c'est qu'un terroriste. Et ce n'est pas pour lui un fou d'Allah:

« Selon le dictionnaire d'américain d'Oxford, le mot terroriste désigne un supporteur des Jacobins, qui défend et pratique la Terreur, soit la répression et le bain de sang dans la propagation des principes de démocratie et d'égalité. »

Le grand romancier de conclure: la plupart des terroristes actuels se trouvent dans nos gouvernements occidentaux.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.



Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/opinion/20150622/1016660793.html#ixzz3dryGDpDk

Paris arme directement le Kurdistan irakien (As-Safir)Paris arme directement le Kurdistan irakien (As-Safir)

 
IRIB- La Représentation du Gouvernement Régional du Kurdistan irakien en France a fait part de l'envoi d'armes par Paris vers cette région, sans aucune coordination avec le gouvernement central de Bagdad.

Selon l'agence de presse Fars, le vice-représentant du Gouvernement Régional du Kurdistan irakien à Paris a déclaré que la France envisageait d'acheminer directement et sans coordination avec le gouvernement fédéral d'Irak, des armes au Kurdistan irakien. 
Selon le journal libanais "As-Safir", cela intervient alors que les Etats-Unis ont annoncé qu'ils entraîneraient et fourniraient des armes aux Kurdes, dans le cadre d'une coopération avec le gouvernement irakien. Le vice-représentant du Gouvernement Régional du Kurdistan irakien à Paris, Ali Dolamari a souligné que le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian se déplacerait dans les prochains jours au Kurdistan irakien en vue de consulter les hauts responsables kurdes d'Irak. "L'arme remise par le ministre français de la Défense à la région du Kurdistan irakien pour lutter contre le groupe terroriste Daech, comprendra toutes sortes d'armes sophistiquées "Al-Milan", "Douchka" et des mortiers", a-t-il affirmé. Paris avait promis au Kurdistan irakien de soutenir les Peshmergas et les kurdes. Dans ce droit fil, Paris délivrera ces armes directement au Kurdistan irakien à l'insu du gouvernement de Bagdad. Le chef du Kurdistan irakien Massoud Barzani s'est déplacé, en février, à Paris et entretenu avec le président français François Hollande ; les deux hommes avaient mis l'accent sur le soutien aux Peshmergas et au Kurdistan irakien.

 
Bombardier stratégique américain B-52

Exercices de l'Otan en Lettonie: des B-52 s’entraînent à larguer des bombes

© AFP 2015. Paul CROCK
DÉFENSE
URL courte
1893316
Trois bombardiers stratégiques américains B-52 ont largué des bombes d'entraînement en Lettonie et sur le littoral suédois.
 

Lors des exercices militaires Baltops-2015 et Saber Strike-2015, trois bombardiers stratégiques américains B-52 ont largué des bombes d'entraînement sur des cibles conventionnelles en Lettonie et sur le littoral suédois, annonce mardi le portail DVIDS, proche du Pentagone.

Selon le site, l’opération est destinée à montrer la capacité des Etats-Unis à effectuer des bombardements au moyen d’armes conventionnelles dans cette région. Toutefois, compte tenu du fait que la principale mission des B-52 est d'effectuer des frappes nucléaires, il y a peu de doutes que l'Armée de l'air américaine ne se soit précisément entraînée à l’utilisation d’armes nucléaires dans ces régions.

Les exercices de l'Otan Baltops-2015 et Saber Strike-2015, qui se sont déroulés dans les pays Baltes et dans la région de la mer Baltique du 2 au 19 juin, ont impliqué plus de 6.000 soldats de 13 pays membres de l'Alliance atlantique, des bombardiers stratégiques américains B-52, des avions d'attaque au sol A-10, et des blindés américains, dont des chars Abrams.

 
Lire aussi:
Exercices de l'Otan: trois bombardiers stratégiques US déployés en Europe
 
Pays baltes: les exercices de l'Otan créent une "situation explosive"
 
Suède: l'Otan lance des exercices aériens d'envergure
Tags:
bombardementsexercices de l'OtanLettonie



Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/defense/20150623/1016665549.html#ixzz3dsKNykyY

Etats-Unis: L'Europe devient une colonie d'esclaves au service du bankster américain (E Todd)

 
B230615

01:45 - "Où est passé le gouvernement européen susceptible de demander aux Américains d'arrêter leur délire?" interroge E Todd. Aujourd'hui personne ne réagit. A ce titre, l'Europe et sa population sont « expendables », liquidables sur un champ de bataille ou dans une salle de marché car la plupart des terroristes actuels se trouvent dans nos gouvernements occidentaux.

~~~~~~~~~~~~~~
Le monde libre face au terrorisme américain

Sputnik France, le 22 Juin 2015

Inter-titres E Gaillot pour €calypse News, le 23 Juin 2015
___________***_____________

Les États-Unis sont en train de devenir pour le monde un problème. Emmanuel Todd
 L'Amérique s'impose de plus en plus comme une puissance apocalyptique
L'Amérique s'impose de plus en plus comme une puissance tératologique et apocalyptique, illustrant une destinée de violence depuis presque deux siècles maintenant. En guerre elle donne Hiroshima, l'Irak ou le Vietnam, en culture les Tortues Ninja, Madonna ou Lady Gaga, en économie inégalités et dettes, des zones zombies ou la hideuse guirlande des Urban Sprawls (prolifération cancéreuse et géométrique des banlieues) qui défigurent le monde, et que le grand essayiste et écologue Dean Kunstler a brillamment dénoncé.
  Où est passé le gouvernement européen susceptible de demander aux Américains d'arrêter leur délire?
Dean Kunstler parle d'une économie hallucinée; on peut dire que le militarisme américain est aussi halluciné, qui propose aux Européens une extermination sous anesthésie pour cet été — car où est passée l'opinion publique susceptible de réagir ici ou là, où est passé le gouvernement européen susceptible de demander aux Américains d'arrêter leur délire?
 Aujourd'hui personne ne réagit.
Je me souviens des manifestations menées par nos partis communistes en Occident, et qui rassemblaient 300.000 personnes, ou même des manifestations européennes contre la guerre en Irak…. Aujourd'hui personne ne réagit.
 Mais en Asie aussi, la Thaïlande, les Philippines, d'autres Etats vassaux et corrompus, quadrillés par les bases US, promeuvent cette idée d'une guerre d'influence contre la Chine.
L'argent, le messianisme, le féminisme, le racisme, les médias aux ordres, la vulgarité…
Tocqueville a recensé les désastres humains et culturels qui allaient venir d'Amérique (l'argent, le messianisme, le féminisme, le racisme, les médias aux ordres, la vulgarité…). Et alors que l'Amérique est encore loin de tout, il consacre plusieurs chapitres à la question militaire en « démocratie » américaine (Tome II, Troisième partie):
  Celles qui désirent le plus ardemment la guerre sont les armées démocratiques
« De toutes les armées, celles qui désirent le plus ardemment la guerre sont les armées démocratiques.(…). On peut donc dire d'une manière générale que, si les peuples démocratiques sont naturellement portés vers la paix par leurs intérêts et leurs instincts, ils sont sans cesse attirés vers la guerre et les révolutions par leurs armées. »
 Un peuple démocratique aura toujours beaucoup de peine à commencer la guerre et la finir
« Il y a deux choses qu'un peuple démocratique aura toujours beaucoup de peine à faire: commencer la guerre et la finir… (…) Il n'y a pas de longue guerre qui, dans un pays démocratique, ne mette en grand hasard la liberté. »
  Les Américains se livrent à la « guerre perpétuelle »
D'abord les Américains n'aiment pas faire la paix — ou la bâclent du mieux qu'ils peuvent. Du Traité de Versailles en 1919 en passant par le Vietnam ou la Guerre Froide après 1945 et l'actuelle ébullition russophobe et antichinoise, ilsse livrent à la « guerre perpétuelle ».
  la fascisation américaine peut être datée de Clinton
Deuxièmement, Tocqueville voit que la guerre mettra fin aux libertés, comme l'a fait la guerre contre le terrorisme (cet EGM, être généré médiatiquement) à partir des années 90 ou du 11 septembre; la fascisation américaine peut être datée de Clinton, mais Chesterton la voyait poindre au cœur des années vingt: lynchage des noirs, chasse au facies (pas de juif, d'italien ou de balkanique en Amérique!), chasse au bolchevik-anarchiste, chasse enfin au buveur de bière ou de vin rouge…
 L'indifférence d'une opinion publique momifiée.
Voilà où nous en sommes deux siècles après Tocqueville, quand les vassaux et les politiciens choisis (un politicien européen n'est plus élu, il est choisi, a déclaré un historien américain) vont accepter leur ruine avec un bel esprit de renoncement et dans l'indifférence d'une opinion publique momifiée.
  On envahissait et pillait un pays pour les mêmes éhontés prétextes humanitaires.
Les prétextes incriminés relèvent de la plus criante hypocrisie, hypocrisie qui existait déjà à l'époque de Rudyard Kipling ou Jules Verne quand on envahissait et pillait un pays pour les mêmes éhontés prétextes humanitaires.
 Peu cher payé pour les camps de concentration des Boers
On évoque souvent l'hypocrisie de cette civilisation « démocratique » anglo-saxonne; l'analyste anti-impérialiste Hobson parlait en 1900 d'inconsistance de l'esprit humanitaire et impérial britannique. Peu cher payé pour les camps de concentration des Boers…
 si nous avions perdu en 1945, nous aurions mérité d'être pendus
On pourra enfin rappeler une chose: ces démocraties se pensent meilleures, mais elles ne sont meilleures que parce qu'elles ont gagné leurs récentes guerres. Robert McNamara, dans Le Brouillard de la Guerre, le rappelle: «si nous avions perdu en 1945, nous aurions mérité d'être pendus. »
 L'Europe devient une colonie d'esclaves au service  du bankster américain.
Il fut un temps où les démocraties prenaient plus de gants. On avait peur du péril jaune, du péril rouge, mais aujourd'hui on n'a même plus besoin de prétextes.L'Europe devient une colonie d'esclaves au service de l'étranger ou du bankster américain.
Sa population est  liquidable dans une salle de marché
A ce titre, elle et sa population sont « expendable »,liquidables sur un champ de bataille ou dans une salle de marché. On fait confiance à la télé et aux ordinateurs pour anesthésier tout le petit monde.
 Je pense au grand écrivain américain Gore Vidal; dans son beau pamphlet sur la guerre perpétuelle US, il écrivait:
La junte du Pentagone a programmé son président

« La junte du Pentagone en charge de nos affaires a programme son président pour nous dire que Ben Laden était un maléfique qui enviait notre bonté, notre richesse et notre liberté. »
 Gore Vidal recense après 200 opérations militaires US de 1960 à 2000 puis il fait le lien entre la cruelle oligarchie boursière des années Clinton-Bush et la militarisation de la politique US devenue ultra:
L'administration US a déchiré tous les traités auxquels les nations civilisées souscrivent
« L'administration US, à peu près inepte dans tous les domaines sauf dans l'exemption des impôts pour les plus riches, a déchiré tous les traités auxquels les nations civilisées souscrivent, les accords de Kyoto, puis les accords nucléaires avec la Russie. » 

Enfin, Vidal rappelle ce que c'est qu'un terroriste. Et ce n'est pas pour lui un fou d'Allah:
Terrorisme: la répression et le bain de sang dans la propagation des principes de démocratie et d'égalité

« Selon le dictionnaire d'américain d'Oxford, le motterroriste désigne un supporteur des Jacobins, qui défend et pratique la Terreur, soit la répression et le bain de sang dans la propagation des principes de démocratie et d'égalité. »
 la plupart des terroristes actuels se trouvent dans nos gouvernements occidentaux
Le grand romancier de conclure: la plupart des terroristes actuels se trouvent dans nos gouvernements occidentaux.
~~~~~~~~~~~~~~~~
 
Le président des Etats-Unis Barack Obama, 2014

Obama: "Nous ne sommes pas guéris du racisme"

© REUTERS/ Kevin Lamarque
INTERNATIONAL
URL courte
 015100
En dépit des progrès réalisés en matière de lutte contre le racisme, la discrimination reste une réalité dans tous les secteurs de la vie des Américains, estime Barack Obama.
 

Les progrès faits par la société américaine en matière de lutte contre le racisme sont incontestables, ce problème n'étant toutefois pas encore complètement résolu, a déclaré lundi le président des Etats-Unis Barack Obama.

 

"Les relations interraciales se sont considérablement améliorées au cours de ma vie, de nouvelles possibilités se sont ouvertes", a fait remarquer le président dans une interview accordée dans le cadre de l'émission de radio "WTF with Marc Maron". L'entretien a été organisé suite à l'assassinat de neuf Afro-américains la semaine passée dans une église à Charleston (Caroline du Sud).

 

"La vérité est que la discrimination existe toujours dans chaque domaine de notre vie, cela fait partie de notre ADN (…). Nous ne sommes pas encore guéris de cela", a ajouté le chef de l'Etat américain.

Barack Obama considère que "ce n'est pas simplement la question de ne pas dire "nègre" en public parce que c'est impoli, ce n'est pas à cela que l'on mesure si le racisme existe toujours ou pas". Selon lui, "la société ne peut pas effacer du jour au lendemain ce qui s'est passé durant 200 ou 300 ans".

Le 17 juin, Dylann Roof a ouvert le feu pendant la prière dans l'église méthodiste africaine de Charleston, en Caroline du Sud, faisant neuf morts parmi les paroissiens. Le jeune homme a avoué que son acte était motivé par la haine raciale. Selon la Maison Blanche, Barack Obama prononcera la semaine prochaine un discours d'adieu aux obsèques de Clementa Pinckney, pasteur de l'église et membre du Sénat de Caroline du Sud.

 

 
Lire aussi:
L'auteur de la fusillade dans une église de Charleston a été arrêté
 
Etats-Unis: intervention musclée de la police contre des adolescents
 
USA: le meurtre d'un Noir par la police suscite des manifestations de colère
Tags:
assassinatracismeDylann RoofBarack ObamaCharlestonEtats-Unis



Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/international/20150623/1016665372.html#ixzz3drynb4bt

Terrorisme : Henri Guaino accuse-t-il Israël et les USA à mots couverts ?

Terrorisme : Henri Guaino accuse-t-il Israël et les USA à mots couverts ?

Difficile d’être plus clair. En déclarant que « ceux qui ont armé la main des assassins veulent créer le chaos dans tout l’Occident en suscitant une surenchère communautaire, religieuse pour conduire à quelque chose qu’il faut nommer: la guerre civile, la guerre de religion », Henri Guaino ne cite certes pas de nom, mais on comprend bien de quoi il parle.

Il parle de ceux qui instrumentalisent, sécurisent et encouragent partout dans le monde le takfirisme, afin de déstabiliser leurs ennemis ou concurrents ( France, Russie, Chine) et d’obtenir des opinons qu’elles valident les guerres conduites par l’Entité israélo-américaine.

« Nous touchons du doigt la vulnérabilité de notre société que les commanditaires du crime connaissent parfaitement. Cette fragilité face aux coups que l’on nous porte est le fruit de tous nos reniements, nos renoncements, nos lâchetés collectives depuis quarante ans. » a encore déclaré l’ancien conseiller de Sarkozy au Figaro. Un conseiller dont on peut se demander comment il peut concilier ses analyses et son soutien à l’ancien Président…

« Il n’y a pas d’excuse sociale aux crimes qui ont été commis. Mais le chômage de masse persistant et la paupérisation des classes moyennes qui forment les maillons essentiels de la promotion sociale fragilisent la société ».

« La France n’est pas un État raciste! Mais nous ne devons pas nous dissimuler une réalité: des territoires sont en situation de quasi-sécession par rapport à la République. Nous l’avons toléré, parfois encouragé. Au bout, il y a le communautarisme et la balkanisation de la société » a précisé Henri Guaino dans une interview à paraître.

 

RACISME – USA. Charleston: fusillade dans une église noire en Caroline du Sud

Posted on juin 18, 2015 @ 8:30

6

 

 

 

Pasteurs en prière à l'extérieur de l'Eglise

Pasteurs en prière à l’extérieur de l’Eglise

Un jeune homme blanc a ouvert le feu mercredi soir dans une église fréquentée par les Noirs à Charleston, en Caroline du Sud. La fusillade aurait fait plusieurs victimes.

policiers

Huit personnes pourraient avoir été touchées, selon des médias. Selon le site internet de WGHP, la chaîne de télévision de Caroline du Sud, certaines victimes pourraient être décédées. La police de Charleston n’a pas donné d’information sur d’éventuelles victimes. Mais elle a indiqué, sur son compte Twitter, être toujours à la poursuite du suspect, âgé d’environ 21 ans. Selon les médias, il porte un sweat shirt à capuche grise, un jean bleu et des bottes Timberland.

charles

La chaîne CNN, qui cite des responsables, fait état de plusieurs corps gisant dans l’église, mais n’ayant pas encore été identifiés. Les télévisions locales montraient plusieurs ambulances près de l’église ainsi qu’un important déploiement policier.

charles1

Les télévisions ont également montré un jeune homme qui pouvait correspondre au signalement, menotté et encadré par deux officiers de police, mais celle-ci a indiqué sur le réseau Twitter qu’elle continuait à chercher un suspect.

La fusillade s’est produite vers 21h locales, a précisé la police, dans l’une des plus vieilles églises noires de la ville, l’Emanuel African Methodist Episcopal Church.