WWIII Vers une guerre biologique Russie/USA?

Publié le par José Pedro

Vers une guerre biologique Russie/USA?!!
«La Russie a exprimé sa profonde préoccupation, suite à la mise en place d'un laboratoire médico-biologique, près de la frontière russe», a annoncé, jeudi, le ministère russe des Affaires étrangères.
 

«La décision du Pentagone de placer des laboratoires médico-biologiques, extrêmement près de la frontière russe, suscite de graves inquiétudes», a déclaré le ministère, dans un communiqué, publié en ligne.

 

Selon le communiqué, les Etats-Unis ont mis en place un laboratoire d'isolation biologique de haut niveau, baptisé Centre de recherche de santé publique, Richard G. Lugar, dans la banlieue de Tbilissi, la capitale géorgienne.

 

«Les autorités américaines et géorgiennes s'efforcent de dissimuler le vrai contenu et les véritables intentions de leurs activités, dans la branche militaire de l'armée américaine, qui étudie, notamment, les maladies dangereuses et infectieuses», peut-on lire, dans le communiqué.

 

« Le Pentagone s'efforce de camoufler ses installations militaires médico-biologiques, dans d'autres pays de la Communauté des Etats indépendants», poursuit le document.

 

Le ministère a fait valoir que les activités connexes du Pentagone, qui sont liées, directement, à la Convention, sur les armes biologiques et toxiques, ont démontré le net désintérêt de Washington, à l'égard de la Convention.

 

La Convention est un traité multilatéral de désarmement interdisant le développement, la production et le stockage des armes biologiques et toxiques.

Georgia: Vanishing Bio-Weapons Lab in Tbilisi

1655294_636334479756382_1295450912_n (1)A curious thing happened in Georgia last year. After widespread media speculation in April 2013 that Georgia was housing a bio-weapons lab, namely the Richard G. Lugar Center for Public and Animal Health Research in Tbilisi, which the US had long denied existed, the newly recognised facility was visited by the Prime Minister of Georgia, the Georgian Health Minister and the US Ambassador.

Hours later the Georgian government formally announced the liquidation of this Center, with no reason being given. Most countries pride themselves on their levels of scientific development, and would wear a public and animal health research centre as a badge of pride, particularly one which had been established and funded by that most prestigious of allies, the US. Therefore the sudden closure of this facility of May 2013 raises many questions about what its real purpose actually was, and what negotiations took place to first bring it to Georgia and then close it. 

It would be easier to answer these questions if the lab had actually been closed. But this has not happened. According to Georgian government decree No 422, dated 7th May 2013, the assets of the Center were to be handed over to the Georgian National Centre for Disease Control and a liquidation commission would be set up, manned by representatives of various government entities. However, as previously reported, when journalists checked with staff at the Center for Disease Control in Atlanta (CDC), they were told that “the lab is managed by the US Department of Defense” and suggested to contact USAMIRID(U.S. Army Medical Research Institute of Infectious Diseases.

Nothing has been heard about this matter since. One would think that the newly elected Georgian government would be concerned at the non-fulfillment of a government order, or, if this were done with their agreement, explain why the lab remains under the control of the US military, at least according to the CDC, when its existence had been subject to so much media speculation.

When the lab was closed it was claimed that it was non functional and never had been functional. So what is the problem? Why suddenly liquidate it, and hand over its implicitly non-existent assets to another agency, if it is not actually doing anything to begin with?

It has long been speculated that Georgia has been conducting dangerous experiments with bio agents. Voice of Russia, Russian public health officials and media outlets in various countries have reported this. According to the World Organization for Animal Health (OIE, Organisation Mondiale de la Santé Animale), Georgian and U.S. microbiologists and virologists are conducting joint research into the cholera virus in Georgia. Bodies participating in this project include USAMRIID, Fort Detric and the Georgian Institute of Bacteriophage, Microbiology and Virology. Given the balance of resources between these two bodies, the project can thus best be described as military rather than public health in nature.

Many published reports show that that the US is engaged in illegal bioweapons research and has been reported as in violation of the Biological Weapons Convention (BWC).

There are also several Americans and others walking around Tbilisi, who may be encountered in the usual expat hangouts, who openly work for this supposedly non-functioning lab. One of its employees has recently said, to defend himself: “Did I mention that there are no bio agents in the entire building? That is what is so funny about these stories. I read of all the danger there and the outbreak of something in Georgia, Coincidence? It is laughable. I will not work inside a dangerous, germ-ridden building.

In fact, unrelated links and sources suggest that it has been used as a command and control center, not a lab, for a number of years. It is part of a 40 million dollar project which has ended up costing nearly 300 million dollars, a typical occurrence in Georgia.

Background to this story

11-rglThe Central Reference Laboratory of the Richard Lugar Centre was opened with the assistance of the American government under a Defense Reduction Program. The alleged purpose of these programmes was to bring the stocks of bio weapons and agents left over after the collapse of the Soviet Union under national control. Officially, specialists study the genetics of bacteria and viruses there, despite it being non-functioning according to the same official sources. US taxpayers might have something to say about their funds being spent to employ teams of scientists, who do not come cheap, to live in a foreign country, allegedly undertake certain work on their behalf.

Former media advisor to the President Jeffrey Silverman believes that the laboratory was probably engaged in developing viruses rather than studying them. He also stated that the centre existed when this was denied, and has since demonstrated how a large quantity of weapons, including bio weapons, have found their way to the world’s trouble spots in support of the US position via Georgia. He also has plans of a facility within the Center which appears to be designed for disposing of bodies. Staff working at the centre responded to these claims by hospitalising him in November of this year by hitting him on the forehead with a thrown brick.

Silverman believes that one of the activities of the centre is to inject new strains of biological agents into livestock used for food to see how Georgian people’s immune systems work, and how they react when exposed to these agents. Similar things have also been alleged by Ragnar Skre, a Norwegian journalist who was physically attacked by five masked men hours after a site visit. These outrageous claims of Nazi-style atrocity would be unbelievable were it not for two factors. One, this is Georgia, where recent history has shown that the more extreme a claim is the more likely it is to be proven true. Two, Silverman has been right so far.

Many Russian and American media outlets have alleged that the spread of such dangerous illnesses as swine flu and rabbit fever in Georgia are connected with experiments with bio agents. A sudden unexplained outbreak of measles, not restricted to children as is usually the case, has also been linked with this project. It is also claimed that the Americans are keeping a secret stash of the deadly smallpox virus in Georgia, though purely for research purposes.

Paata Imnadze, Deputy Director of the Georgian National Centre for Disease Control, which was supposed to have taken over the assets of the lab, has tried to dismiss the rise in flu and measles infections by specifically stating that it had “nothing to do with the laboratory.” “At present, elderly people are getting sick because their immunity is low. In 2008 we launched a large-scale campaign to vaccinate one million. But we vaccinated only 500,000, and now we are seeing the consequences,” he said.

However, Imnadze was unable to explain why the vaccine for a children’s disease had been donated by the US Department of Defense rather than a public health entity, like the Centre for Disease Control in Atlanta Georgia. He also did not explain why “informed consent” had not been obtained from those vaccinated, including adults, as the law requires. Silverman maintains that some component of this vaccine was not so harmless, and its donation and issue was likely part of a dark experiment.

As part of the same damage control exercise, on September 13 of last year Voice of America’s Moscow Bureau discussed the US funded laboratory in Georgia and dismissed claims of it being part of a bio weapons programme. It also claimed that these allegations are political, The Kremlin supposedly manufacturing them to provide “a reason to block imports of Georgian fruit and vegetables”. These imports are now in fact being resumed

The Georgian government has described the statement that a laboratory on the outskirts of Tbilisi is developing health hazardous viruses which are being tested on local residents as “absurd”. Parliamentary deputy Irina Imerlishvili said that “The laboratory was opened during President Saakashvili’s rule. He himself attended the ceremony. It’s well known that Saakashvili does not love his people and loves to conduct experiments on them, of course. However, I believe that this has nothing to do with this case.”

The closing of the Center has also been played down by official sources. According to the Georgian Times, an English language weekly, Amiran Gamkrelidze, Head of the Georgian National Centre for Disease Control (NCDC), maintains that the decree liquidating it only concerned the centre’s legal status.

“The research centre was a legal entity of private law, and the NCDC is a legal entity of public law. We had to change its legal status to make it NCDC property,” he told the Georgian Times. “This doesn’t mean that the laboratory will be sold off or that its profile will be changed. It will keep its old name but will be merged with the NCDC and have a multi-sectoral supervisory board, chaired by the Health Ministry,” he added. He did not explain however why a non-functioning centre would be described as being “liquidated” rather than put under new management.

It doesn’t end there. There is mounting evidence that the Richard Lugar Lab is one of many such facilities, and the acknowledgment of its existence is basically a decoy. All the labs so far identified are linked to the Biological Weapon Proliferation Prevention (BWPP) programme and various projects within it. A counterpart laboratory, dealing with plant diseases, operates in Kobuleti, on the Black Sea Coast, under the auspices of the UK’s Ministry of Defence. There is also a smaller biological laboratory in Kutaisi in Central Georgia.

Inventing the future

20120425113428-1There are also not-so-secret links between the bio labs in Georgia, the US Defense Department and Lincoln Labs at MIT, and specifically Research Group 48, (biometrics and forensics) which undertakes operations in Iraq and Afghanistan and works in close collaboration with the Persistent Surveillance Team (Group 99). This is another can of worms waiting to open, and the timing to do this may be right, with all else that is going on in the region.

Sources in the Georgian intelligence community state that it is no coincidence that there are many high-level Intel links between Boston, (not only MIT and the Lincoln Lab but other facilities) and the Tbilisi lab project. The Boston facility is working closely with Army DA G2 (intelligence) on biometrics and intelligence applications. They are specifically jointly developing Biometric (DNA, Voice, Facial), and forensic technology policy and operational concepts. The Boston lab undertakes many programmes for the Department of Homeland Security and Department of Defense in these areas.

Based on reports by the Russian-based Strategic Culture Foundation late last year, Georgian intelligence assets “more favourable” to Prime Minister Bidzina Ivanashvili have connected the dots between the late alleged Boston Marathon bomber, Tamerlan Tsarnaev, the CIA-linked Jamestown Foundation and the training of Dagestani and Chechen operatives, as well as Tsarnaev, at seminars in 2012 which were co-sponsored by Ilia State University in Tbilisi. Here too is an apparent Tbilisi-Boston connection.

Georgian intelligence has in fact now become a gushing spring of information on CIA and Mossad activities in the Caucasus and the surrounding areas and the links these have to Boston-based projects involving Tbilisi. There is a reason for this. It is obvious that the deal with DTRA and the Defense Intelligence Agency concerning the Lugar Center, made by the pro-U.S. and pro-Israeli President Mikheil Saakashvili, is not acceptable to the new Georgian government.

There is little doubt that pro-government TV and print media outlets have been instrumental in changing the direction of the lab by providing concerted coverage of the allegations that “something sinister was going on there” and that serving “the public good” or “public health” has never been its real mandate.

Russia has long claimed that even when this facility did not officially exist Georgia was exporting viruses to Russia which harmed its citizens, and this was the real, unspoken reason why Russia imposed its embargo on Georgian agricultural products in 2006.

Now with democracy restored to Georgia, barriers were taken down and improvement in relations came swiftly. To show it is serious, also long as, as Russia and others have consistently claimed, Georgia made a quiet decision to put the lab in mothballs, as demand that capacity be build up to its original billing as a center for public health and livestock research

Bechtel National

The Tbilisi lab is effectively run by Bechtel National, a US defence contractor implicated in a wide variety of illegal arms trading and money laundering activities. It had cut a deal with the Georgian Technology Management Company (TMC) on biological non-proliferation under the apparent guise of a civilian project. A three star General was initially appointed to head up this project from the US side, despite his total lack of any scientific or specialised training in either human or animal health.

The US Embassy in Georgia responded to the Georgian Times Newspaper’s piece about the lab by releasing a statement in April of last year which read:

“The United States strongly supports freedom of speech and the press and has long advocated for a free and pluralistic media environment in Georgia and elsewhere. Nevertheless, with journalistic freedom comes responsibility, including the responsibility to corroborate information before reporting it. The interview excerpts Kviris Palitra published today on its website and Facebook page contain a number of statements about U.S. policy that are absolutely without any basis in fact, and that, unfortunately, reflect on the veracity [truthfulness] of their apparent source.”

Nowhere did the US Embassy actually produce one single piece of evidence to refute the claims being made about the lab. Interviews about the potential threat posed by this lab were conducted on almost all the main Georgian TV stations, the notable exception being Rustavi2, the mouthpiece of the former Saakashvili regime which has close links to US intelligence and the US National Security New Reporting Service.

If we accept that the Richard Lugar Center is actually functioning and doing good work, identifying harmful infectious agents in animals and health and working out how to combat them, there is nothing to be worried about.

But the centre has been around for some 10 years now, and in all that time we have never heard of its research producing one single positive achievement. The only things we actually know about it are that it was an alleged bio weapons lab that the new Georgian government saw fit to liquidate after its existence could no longer be openly denied.

What happens next?

Now may not be a bad time to cut loose a bio infection. So many people are looking in so many other directions, as that is where the media is leading them. A nice little epidemic might act as a political payoff and even help the NATO and US war effort in the Arab World. Their PR machine is not working very well at the moment, corroded by the flack coming from the unintended consequences of US military operations and various false flag attacks, and when persuasion does not work, the only option left is to get nasty.

Anything is possible for the Americans and the strategic partners, even unleashing anthrax type attacks. If they occur, it will naturally be assumed that one of those crazy Arab leaders who undertook a weapons programme must have had a few petri dishes which were overlooked. Even if this were true, there is only one place they could have got them from. Just look who funds all the labs we know of where they research such things.

Henry Kamens, columnist, expert on Central Asia and Caucasus, exclusively for the online magazine “New Eastern Outlook”.
First appeared:http://journal-neo.org/2014/02/15/georgia-vanishinng-bio-weapons-lab-in-tbilisi/

Corée du Sud: MERS, Moscou accuse Washington

Publié par 
U120615
15:35 - Voici une information qui confirme mon hypothèse que l'épidémie de MERS qui touche actuellement la Corée du Sud est une arme hybride bactériologique US:
<< Les envois en cause, selon le ministère russe des Affaires étrangères, «ont fait courir des risques élevés d’épidémie non seulement à la population des Etats-Unis, mais aussi à celle d’autres pays, y compris le Canada et l’Australie. Un aspect très inquiétant est la livraison de bactéries à une base militaires américaine dans un pays tiers : celle de l’US Air Force à Osan, Corée du Sud>>
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Ministère des Affaires étrangères russe : les armes biologiques américaines encerclent la Russie

RT France, le 12 Juin 2015

Inter-titres E Gaillot pour €calypse, le 12 Juin 2015
 
__________***___________

Moscou reproche aux Etats-Unis de faire obstacle aux efforts internationaux visant à faire disparaître les armes biologiques en impliquant secrètement d’autres pays dans des recherches sur les maladies propagées par les armes biologiques.
 Le Pentagone a envoyé des bacilles du charbon à 51 laboratoires US et trois pays étrangers.

La gestion par les Etats-Unis de leurs armes biologiques a fait l’objet de critiques à la lumière d’un actualité récente indiquant que des militaires américains avaient expédié par erreur des échantillons actifs de bacille du charbon. Au début du mois de juin, le Pentagone a admis d’avoir envoyé les dangereux échantillons à au moins 51 laboratoires dans 17 Etats américains et trois pays étrangers.
 Livraison de bactéries à une base de l’US Air Force à Osan, Corée du Sud
Les envois en cause, selon le ministère russe des Affaires étrangères, «ont fait courir des risques élevés d’épidémie non seulement à la population des Etats-Unis, mais aussi à celle d’autres pays, y compris le Canada et l’Australie. Un aspect très inquiétant est la livraison de bactéries à une base militaires américaine dans un pays tiers : celle de l’US Air Force à Osan, Corée du Sud». Les diplomates ont ajouté qu’un éclat de fièvre charbonneuse a déjà eu lieu en 2001 par la faute d’un laboratoire militaire américain.
Un laboratoire américain secret teste des armes biologiques à Tbilisi, en Géorgie

Ce genre d’incidents est particulièrement préoccupant pour la Russie car son voisin géorgien héberge un centre de recherche américain de haut niveau sur les substances biologiques dangereuses. De plus, Moscou est convaincu que le Centre de recherche Richard G. Lugar sur la santé publique et animale près de Tbilisi est un laboratoire américain secret qui teste des armes biologiques dépendant de l’Institut de recherche militaire Walter Reed aux Etats-Unis.
 Unité militaire américaine qui étudie des maladies infectieuses très dangereuses.
«Les autorités américaines et géorgiennes sont en train de dissimuler la nature réelle de cette unité militaire américaine qui étudie des maladies infectieuses très dangereuse. Et le Pentagone cherche à établir d’autres institutions médico-biologiques secrètes dans différents pays [voisins de la Russie]», a rapporté le ministère russe.
  les Etats-Unis font dérailler la Convention sur l’interdiction  des armes bactériologiques (BTWC),

Moscou dit que les Etats-Unis font dérailler les efforts internationaux liés à la Convention sur l’interdictionde la mise au point, de la fabrication et du stockage des armes bactériologiques (BTWC), un traité international de 1972 consacré à l’élimination des armes biologiques à travers le monde.
  Des décennies d’efforts internationaux pour le renforcement de la convention ont été torpillés
«L’administration américaine n’a évidemment pas intérêt au renforcement de cette convention. Il est connu qu’en 2001, les Etats-Unis ont fait échoué les négociations multilatérales à Genève visant à élaborer un mécanisme de vérification de la BTWC et depuis cela, ils ont obstrué leur reprise. Des décennies d’efforts internationaux pour le renforcement de la convention ont été torpillés», lit-on dans le communiqué.

Les allégations de la Russie s’accompagnent d’une liste plus large d’accusations contre les Etats-Unis sur ce que Moscou considère être des violations de différents accords internationaux sur le contrôle des armes, la non-prolifération et le désarmement. 

La déclaration est arrivée en réponse à un rapport annuel des Etats-Unis sur la question, où la Russie avait été accusée de divers méfaits. Moscou considère de tels reports comme de «la diplomatie du mégaphone». Ces tactiques ne servent pas à aplanir les divergences, mais à conforter les Etats-Unis eux-mêmes dans leur rôle de juge ultime et autoproclamé du comportement d’autres nations, a fait savoir le Ministère. 
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Le nucléaire tactique : fantasme ou réalité ?

Par 55 voix contre 42, le Sénat des États-Unis a rejeté, le 16 juin 2004, une proposition d’Edward Kennedy et Diane Feinstein visant à interrompre les recherches sur les bombes nucléaires tactiques. L’administration Bush, prétend déjà disposer de telles armes et vouloir les perfectionner pour atteindre des bunkers sous-terrains. Pourtant, les experts s’interrogent sur l’utilité des mini-nukes sur le champ de bataille. En réalité, le saut du nucléaire stratégique au nucléaire tactique, s’il devait avoir lieu, serait le passage de l’équilibre de la terreur face à l’URSS au règne de la terreur sur les États non-nucléaires.

 | PARIS (FRANCE)  
+
JPEG - 6.1 ko

Les armes nucléaires élaborées par les États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale ont modifié durablement les stratégies militaires de la seconde moitié du XXe siècle. Elles n’ont été utilisées que deux fois, anéantissant pour l’exemple les populations civiles d’Hiroshima et de Nagasaki. Puis elles ont été gelées dès que l’URSS s’est trouvée en mesure d’y répondre. Au lieu d’une arme pour combattre l’adversaire, « la » bombe est devenue un moyen de le dissuader de combattre. Cela permit aux deux premières puissances nucléaires, les États-Unis et l’URSS, d’offrir leur « parapluie nucléaire » à leurs alliés, qui devenaient ainsi immanquablement leurs vassaux.

Dans ce contexte, le seul moyen de se prémunir contre une frappe nucléaire, et de ces conséquences dramatiques pour l’humanité entière, était de maintenir un équilibre des forces nucléaires entre les deux « Grands ». La crise des missiles de Cuba, abusivement présentée dans les États occidentaux comme un coup de force de l’URSS qui faillit mener à la guerre nucléaire, est un exemple idéal-typique de l’élaboration de cet équilibre de la terreur. En réalité, le déploiement de missiles nucléaires par Moscou à Cuba était une manœuvre pour pallier au déséquilibre introduit par l’installation d’armements similaires en Turquie par Washington [1]. Au même moment, les États-Unis s’apprêtaient à confier le feu nucléaire à l’Allemagne fédérale. Après des démonstrations publiques de force de part et d’autre, le Nikita Khroutchev indiqua que « l’URSS ne [voulait] pas la guerre et [proposa] le démantèlement des bases militaires à l’étranger. En échange de la base soviétique de Cuba, les États-Unis devraient démanteler leur système de sécurité en Europe et en Asie » [2]. Cette déclaration aboutit à l’ouverture immédiate de négociations entre Washington et Moscou, bouclées en moins d’une semaine : « le 27 octobre 1962, les deux super-Grands convinrent que l’Union soviétique retirerait ses armes nucléaires de Cuba (et que les États-Unis n’en profiteraient pas pour attaquer l’île). En échange, les Américains ne braqueraient plus sur Moscou les missiles atomiques déployés en Turquie » [3]. Incarnation parfaite de cette recherche d’un équilibre négocié, les deux pays décidèrent, à cette occasion, d’installer le fameux « téléphone rouge » entre la Maison-Blanche et le Kremlin.

JPEG - 8.4 ko
Docteur Folamour : une parodie
d’Albert Wohlstetter (beau-père
de Richard Perle) par Stanley
Kubrick.

Pourtant, cet exemple ne doit pas masquer une réelle volonté, de la part de certains responsables états-uniens, de recourir à l’armement nucléaire dans des conflits périphériques. Ainsi, le général Douglas MacArthur préconise-t-il l’emploi de la bombe contre les communistes coréens en pariant que l’URSS ne ripostera pas. Bien qu’il ait été immédiatement démis de ses fonctions, le courant qu’il représente est toujours actif au Pentagone. D’autres envisagent même la confrontation directe, autour du théoricien de la Rand Corporation, Albert Wohlstetter, qui inspirera le personnage du Docteur Folamour (Dr Strangelove).

Désarmement proportionnel et non-prolifération

Dans la pratique, l’instinct de survie a prévalu. « La » bombe est devenue si dissuasive qu’elle a interdit aux deux super-puissances de se faire la guerre et qu’elle les a même dissuadé de l’utiliser contre des tiers.

Devant l’ampleur de la menace que faisait peser une guerre nucléaire sur tous, des tentatives de contrôle de la course aux armements ont été réalisées tout au long de la Guerre froide, particulièrement à partir des années 1960. Le 14 février 1967, le traité de Tlatetlolco prévoit, outre l’établissement d’une zone dénucléarisée, le renoncement des pays signataires à l’arme nucléaire. Le contrôle de l’absence d’armement nucléaire est confié à l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), créée à cette occasion. Le 1er juillet 1968, le Traité de non-prolifération (TNP) reconnaît comme « États de statut nucléaire légal ceux qui, avant le 1er janvier 1967, ont réalisé des essais prouvés » [4]. Il s’agit des cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU : les États-Unis, l’URSS, le Royaume-Uni, la Chine et la France. Dans les années 1970, Washington et Moscou engagent des négociations diplomatiques afin de parvenir à une réduction de leur arsenal nucléaire. C’est ainsi que sont signés, en 1972, le Strategic Arms Limitation Treaty I (SALT I) et le traité AntiBallistic Missile (ABM). Le 8 décembre 1987, c’est le Traité de Washington qui élimine, en théorie, tous les missiles de 5 000 à 5 500 kilomètres de portée.

Dissuader une menace asymétrique

Après l’effondrement de l’Union soviétique, les États-Unis modifient leur doctrine nucléaire. Désormais, elle n’est plus destinée à équilibrer la puissance rivale et à la dissuader d’attaquer, mais à élargir l’arsenal disponible pour multiplier les options stratégiques face à des puissances non-nucléaires.

Cette position est exprimée pour la première fois en 1994, dans la Nuclear Posture Review. Ce document, qui évalue les forces en présence, la nature de la menace et les politiques militaires à mettre en œuvre pour y faire face, établit un constat en cinq points : 
- Premièrement, les armes nucléaires ont, depuis la fin de la Guerre froide, un rôle bien moindre. En effet, la menace d’une frappe nucléaire soviétique a disparu, et l’ensemble des puissances nucléaires sont des alliés (France, Grande-Bretagne, Israël, Pakistan) ou non-agressives (Chine, Russie) 
- La première conséquence de ce constat est que les États-Unis ont désormais besoin d’un arsenal nucléaire plus réduit que pendant la Guerre froide. 
- Cependant, et c’est le troisième point, « il existe de grandes incertitudes sur l’avenir, particulièrement dans les nouveaux États indépendants [de l’ancienne URSS] ». Les États-Unis doivent donc rester vigilants et limiter cette incertitude. 
- Quatrièmement, les États-Unis n’ont pas une posture de dissuasion purement nationale : leur protection s’étend à leurs alliés. 
- Enfin, les États-Unis souhaitent continuer à fixer les critères les plus exigeants en matière de contrôle de la sécurité nucléaire.

La Nuclear Posture Review affirme donc que les États-Unis« conserveront les forces stratégiques nucléaires suffisantes pour dissuader tout dirigeant étranger hostile ayant accès aux armes nucléaires stratégiques d’agir contre nos intérêts vitaux et pour le convaincre que le fait de chercher une domination nucléaire est vain ». Cette politique est mise en œuvre dans laPresidential Decision Directive 60 signée en novembre 1997 par Bill Clinton. Elle laisse la place à une interprétation assez large. Sur le plan stratégique, les États-Unis autorisent le ciblage d’États « parias » ayant un « accès potentiel » aux armes nucléaires. Mieux, pour la première fois, la directive prévoit l’utilisation d’armes nucléaires sur le champ de bataille, si les troupes états-uniennes venaient à subir une attaque chimique ou bactériologique.

C’est le début du concept fourre-tout d’« armes de destruction massive ». On met sur le même plan les bombes atomiques de dernière génération, les gaz de combat de la Première Guerre mondiale et les empoisonnements bactériologiques, alors que leurs capacités et leurs usages sont totalement différents.

Le document classifié muscle le discours des responsables états-uniens. Ainsi, en janvier 1998, lorsque le porte-parole du Pentagone, Kenneth Bacon, est interrogé sur la réponse possible des États-Unis à une attaque à l’anthrax de l’Irak, il répond que Washington « n’envisage ni n’exclue » aucune arme particulière. L’interdiction de recourir aux armes nucléaires contre des puissances non-nucléarisées a donc vécu. Le président de la Douma russe, Gennady Selezyov, déclare, en réaction, que « la menace réelle d’un recours aux armes nucléaires » pourrait mener le monde « au bord de la Troisième Guerre mondiale ». Interrogé par le ministre des Affaires étrangères Evgueni Primakov, l’ambassadeur états-unien à Moscou, James Collins, fait publier un communiqué dans lequel on peut lire que les États-Unis « n’ont pas le dessein, ni l’intention, d’utiliser des armes nucléaires contre l’Irak ». Mais l’ambiguïté n’est pas totalement levée : le texte officiel indique en effet que « nous n’écartons pas par avance une seule de nos capacités militaires disponibles dans uns situation où [les États-Unis], nos alliés ou nos troupes seraient attaqués par des armes chimiques ou biologiques ». La conclusion est encore plus ambivalente :« Nous sommes capables de susciter une réponse dévastatrice sans recourir aux armes nucléaires. Néanmoins, nous n’écartons par avance aucune de nos capacités militaires disponibles ».

Il ne s’agit là que d’un communiqué officiel de l’ambassade états-unienne à Moscou, et non du contenu de la directive présidentielle. On peut toutefois y voir la consécration d’un infléchissement de la doctrine militaire états-unienne, puisque ce communiqué se fait l’écho des propos tenus par William Perry, secrétaire à la Défense du président Clinton, en avril 1996. Interrogé sur la découverte d’une usine d’armement chimique en Libye, ce haut responsable états-unien avait ainsi déclaré : « Si des nations venaient à attaquer les États-Unis avec des armes chimiques, alors elles devraient craindre les conséquences d’une réponse de n’importe quelle arme de notre arsenal (...) Nous pourrions effectuer une réponse dévastatrice sans recourir aux armes nucléaires, mais nous ne renoncerons pas à cette éventualité » [5].

Par ailleurs, Washington a déjà abandonné son auto-prohibition de frapper avec des armes nucléaires des pays non nucléarisés : ceux-ci doivent, en plus de ne pas disposer du feu atomique, être des signataires du Traité de Non-prolifération et ne pas être alliés avec un État nucléarisé. Ce qui restreint considérablement le champ de l’interdiction. L’Irak, en effet, peut être considéré à la fois comme un « mauvais élève » du TNP, voire comme un allié de la Russie ou de la France, deux pays qui disposent de la bombe atomique. C’est également le cas de la Corée du Nord ou de l’Iran. Le champ des possibles s’élargit pour les faucons états-uniens partisans de l’éradication des « États-voyous » par vitrification nucléaire.

Des bombes nucléaires tactiques

À l’époque, les analystes considèrent que Washington modifie en profondeur sa doctrine stratégique afin de mieux faire étalage de son hégémonie militaire. En réalité, le Pentagone œuvre déjà à l’époque à l’élaboration d’armes nucléaires tactiques, c’est-à-dire utilisables directement sur le champ de bataille. Au cœur du programme, le recours à l’uranium appauvri pour les munitions et le blindage des véhicules, mais aussi la conception de mini-bombes nucléaires (dites mini-nukes), qui permettraient de détruire les bunkers sous-terrains.

Ce programme connaît un nouveau coup de fouet avec le retour, en janvier 2001, d’une administration républicaine à la Maison-Blanche, sous la présidence de George W. Bush. Les événements du 11 septembre, qui permettent dans un premier temps de relancer les projets d’arme spatiale [6], permettent à Donald Rumsfeld de présenter un rapport officiel périodique intitulé Révision quadriennale de la défense, qui contient la stratégie de son ministère pour la durée du mandat présidentiel [7]. Dans ce rapport, une annexe secrète, dont l’existence a été révélée au Congrès, le 10 janvier 2002, par une lettre de Donald Rumsfeld, s’intitule Révision de la posture nucléaire [8]. Selon le secrétaire à la Défense, la dissuasion doit désormais être pensée en terme sde capacités, c’est-à-dire des différentes formes d’utilisation.

La nouvelle doctrine de dissuasion états-unienne doit donc reposer sur trois piliers : la possibilité de frappes offensives (y compris nucléaires), les moyens de défense active et passive (les systèmes anti-missiles et autres) et la capacité d’adaptation et de reconstitution des forces de défense. Comme l’analyse William M. Arkin dans le Los Angeles Times [9], l’intérêt de ce discours c’est de ne plus considérer la bombe atomique comme l’arme ultime, mais comme une arme « conventionnelle » qu’il ne faut pas hésiter à employer. Pire, toujours selon William M. Arkin, laRévision de la posture nucléaire étudierait l’usage de l’arsenal nucléaire contre la Russie, la Chine, l’Irak, l’Iran, la Corée du nord, la Libye, la Syrie, voire contre des États arabes soupçonnés de menacer la sécurité d’Israël.

Cette volonté affichée de recourir au feu nucléaire, non plus seulement comme moyen stratégique de dissuasion, mais comme arme sur le champ de bataille, a conduit l’administration Bush à lancer un important programme de développement d’armes nucléaires tactiques, dites mini-nukes. Leur intérêt, selon leurs partisans du Pentagone, résiderait dans leur capacité à détruire les bunkers sous-terrains utilisés notamment par l’armée de Milosevic au Kosovo, ou encore les bases secrètes d’Al Qaïda enfoncées dans les montagnes afghanes, sans pour autant provoquer d’importantes retombées radioactives mortelles dans la zone visée. Un argument réfuté par des experts militaires, qui affirment que les progrès effectués en physique des explosifs permettent d’ores et déjà de détruire de tels objectifs avec les armes conventionnelles disponibles. Selon eux, les difficultés de l’armée états-unienne à atteindre les bunkers sont plus liées à son incapacité à localiser ses cibles qu’a un manque d’efficacité de l’armement utilisé. De plus, une étude publiée par la F.A.S. (Fédération des scientifiques États-uniens) [10] démontre sans difficulté l’absurdité de telles armes : la capacité des ogives pénétrantes les plus perfectionnées, par exemple la bombe B61-11, à enfouir profondément une charge nucléaire d’une puissance égale à ne serait-ce qu’un pour cent de celle de la bombe d’Hiroshima, est loin d’être suffisante. Les plus efficaces ne pénètrent que de 30 pieds dans le sol, alors qu’il leur faudrait atteindre au moins 230 pieds pour que l’explosion nucléaire soit totalement contenue et que des retombées radioactives massives soient ainsi évitées. Il n’existe pas, et il n’existera pas dans un futur proche, d’ogives pouvant atteindre une telle profondeur sans endommager gravement les systèmes de détonation nucléaire.

JPEG - 24.1 ko
Los Alamos, son laboratoire de recherche nucléaire, et ses 10 000 employés qui ont échappé au chômage grâce au programme tactique de George W. Bush.

Une double utilité

Comment peut donc s’expliquer l’entêtement des responsables de la Défense à développer ce nouveau type d’armes ? Dans un rapport présenté au Congrès, la CIA évaluait à plus de 1400 le nombre de cibles souterraines à l’échelle de la planète, accréditant encore un peu plus la réalité de la menace. Deux mobiles peuvent expliquer cette volonté du Pentagone :

D’une part, le développement de mini-bombes nucléaires satisfait grandement les intérêts des laboratoires d’armement nucléaires, tels que le Lawrence Livermore National Laboratory ou le Los Alamos National Laboratory [11]. Or les liens entre l’administration Bush et le complexe militaro-industriel ne sont plus à démontrer [12]. 
Au début des années 90, après l’effondrement du bloc soviétique et les premiers accords de réduction de l’arsenal nucléaire stratégique, on envisage de fermer l’un des deux laboratoires. Immédiatement les premières voix en faveur d’un tel programme se font entendre. Été 91 : une équipe de scientifiques de Los Alamos remet un rapport au Defense Science Board intituléUtilisations potentielles d’armes nucléaires de faible puissance dans le Nouvel Ordre Mondial
Conséquemment le général Lee Butler, alors en charge du Strategic Air Command, crée un groupe de travail sur la dissuasion, que président l’ancien secrétaire de l’Air Force Thomas Reed et le Colonel Michael Wheeler. Ils y associent un étonnant panel de personnalités : on y trouve pêle-mêle John Deutch, futur assistant au secrétariat à la Défense et directeur de la CIA ; Fred Iklé, ancien assistant au secrétariat à la Défense et co-président de la Commission Wohlstetter ; l’actuelle conseillère pour la sécurité nationale Condoleezza Rice ainsi que le futur directeur de la CIA James Woolsey [13]. 
Presque simultanément, dans un article de Strategic Affairs paru à l’automne 1991 et intitulé « Countering the Threat of the Well-armed tyrant » (« Parer à la menace d’un tyran bien armé »), deux analystes du laboratoire de Los Alamos, Thomas Dowler et Joseph Howard II, expliquent que les États-Unis n’ont pas de réponse appropriée face à un dictateur faisant usage d’armes chimiques ou biologiques contre les troupes U.S. ; avoir recours aux armes nucléaires les moins puissantes aurait un effet dévastateur et donc « auto-dissuasif ». L’article argumente ainsi que « (...) des armes nucléaires de très faible puissance pourraient constituer une riposte efficace pour contenir l’ennemi lors d’une telle crise, sans pour autant violer les règles de la proportionnalité des forces ». Manifestement les avocats du programme de mini-nukes s’appuyaient, lors de la Guerre du Golfe, sur les craintes que « la quatrième armée du monde » (dixit Dick Cheney, secrétaire à la Défense d’alors) de Saddam Hussein utilise des armes chimiques et biologiques contre les forces de la Coalition, afin d’obtenir les crédits nécessaires au programme.

Deuxièmement, l’annonce de la mise en œuvre prochaine de telles armes pourrait inaugurer un nouveau type de dissuasion « du fort au faible ». En effet, le recours à l’arme nucléaire « conventionnelle », par le biais de missiles balistiques, a perdu en crédibilité et donc en potentiel de dissuasion. À l’inverse, menacer les États non nucléarisés de « frappes nucléaires limitées » pourrait renforcer l’hégémonie militaire états-unienne sur le champ de bataille et dissuader les ennemis de Washington de recourir à des armes de type bactériologique et chimique.

Une idée reprise, en décembre 2002, dans un nouveau document publié sur le site de la Maison-Blanche et intituléNational Strategy to Combat Weapons of Mass Destruction. Le rapport souligne que les États-Unis se réservent le droit de riposter par tous les moyens disponibles, notamment nucléaires, en cas d’attaque chimique, biologique, nucléaire ou radiologique contre eux, contre leurs forces déployées à l’étranger ou contre des pays amis et alliés. S’il ne faut pas écarter la part de bluff que constituent ce type de déclarations officielles, il ne faut pas non plus pour autant sous-estimer le caractère belliciste de certains des plus virulents faucons de l’administration Bush. Peu après les attentats du 11 septembre, Thomas Woodrow, ancien officier de la Defense Intelligence Agency, préconisait l’utilisation d’armes nucléaires tactiques contre les camps de Ben Laden. Paul Wolfowitz, le secrétaire adjoint à la Défense, déclarait que le Pentagone n’hésiterait pas, si besoin, à abattre « un très gros marteau », capable de « liquider les États qui soutiennent le terrorisme ». À l’époque, la liste de ces États, établie par Donald Rumsfeld, comprenait près de soixante pays [14].

L’organe créé la fonction

Cependant, à supposer que les mini-nukes ne soient pas destinées à un véritable usage tactique, mais à être des menaces dissuasives au plan stratégique pour des États non-nucléaires, elles ne seront crédibles que si on les utilise au moins une fois, pour démonstration. D’autant que chacun commence à se demander si elles existent vraiment ou si toute cette affaire n’est qu’un épouvantail à moineaux.

Lors de l’attaque de l’Irak, certains membres de l’état-major préconisèrent d’utiliser de mini-bombes nucléaires contre la population pour créer un sentiment d’hébétude et de domination totale. C’est la théorie du Shock and Awe (choquer pour se faire respecter). La guerre aurait alors été une démonstration de force à l’intention de l’ensemble du monde arabo-musulman, comme les explosions d’Hiroshima et Nagasaki avaient été décidées pour impressionner l’URSS et non pas pour abattre le Japon [15]. George W. Bush a renoncé à ce projet, d’une part parce que le terrain s’y prêtait mal, et d’autre part parce qu’il a choisi de présenter cette campagne comme une « libération » de l’Irak. Pour les faucons, ce n’est que partie remise : le règne de la terreur sur les États non-nucléaires pourrait succéder à l’équilibre de la terreur face à l’URSS.

[1] Cet épisode est relaté dans Affaires Atomiques, de Dominique Lorentz, éditions les Arènes, 2001.

[2Atlas des Relations internationales, sous la direction de Pascal Boniface, Hatier, 1997.

[3Affaires atomiques, op.cit.

[4USA : Echec et Mat ?, par le Général Henri Paris, Jacques-Marie Laffont Éditeur, 2004.

[5] « U.S. Nuclear Policy : Negative Security Assurances », Arms Control Association, mars 2002.

[6] Voir « Une "divine surprise" pour Donald Rumsfeld », Voltaire, 14 décembre 2001.

[7Quadrennial Defense Review Report, US Department of Defense, 30 septembre 2001.

[8] Une copie de la lettre est disponible surhttp://www.defenselink.mil/news/Jan....

[9] « Secret Plan Outlines the Unthinkable », par William M. Arkin, Los Angeles Times, 10 mars 2002.

[10] « Low-Yield Earth-Penetrating Nuclear Weapons », par Robert W. Nelson, Journal of the F.A.S., janvier/février 2001.

[11] « Mini-Nukes, the New Threat », par Cristina Hernández, Tierramerica, 19 janvier 2004.

[12] Voir « Le Carlyle Group, une affaire d’initiés », Voltaire, 9 février 2004.

[13] « The Ghost of Bertrand Russell Stalks Cheney-Rumsfeld Pentagon », par Jeffrey Steinberg, Executive Intelligence Review, 7 mars 2003.

[14] « Attack Bolsters Nuke Lite Lobby », par Jeffrey St. Clair et Alexander Cockburn, Counterpunch, 18 septembre 2001.

[15] « Donald Rumsfeld ’n’exclue pas’ l’expérimentation de mini-bombes nucléaires sur les cobayes irakiens » par Thierry Meyssan, Voltaire, 17 février 2003.