Tête de la Déesse APHRODITE de CNIDE de PRAXITELE, jamais répertoriée de PRAXITELE (4ème siècle avant JC)

Publié le par José Pedro

UNIQUE. Tête de la Déesse APHRODITE de CNIDE de PRAXITELE . της Αφροδίτης του Πραξιτέλη . Πραξιτέλης / Praxitélês. Nous présentons ici ce qui semble être la plus ancienne tête d'Aphrodite jamais répertoriée de PRAXITELE (4ème siècle avant JC), soit la tête originelle. Compte tenu de nos investigations, peut être la tête originelle du temple d'Aphrodite de Cnide. Head of the Goddess APHRODITE of CNIDE of PRAXITELE. Tous les grands Musées du Monde ont été consultés, ils ne sont plus actuellement enchérisseurs, l'enchère se trouve dans le privé.

Given our investigations, can be the original head of the temple of Aphrodite de Cnide. All the great museums of the World were consulted, they are currently no more bidders, the auction is private. RETURN

La seule scuplture au Monde restant de PRAXITELE. Progressive potential to 333 million euros. The only sculpture in the world remaining Praxiteles. Nous sommes dans l'attente d'une meilleure proposition que celle en cours. We are waiting for a better proposal than the current.

 

UNIQUE. Tête de la Déesse APHRODITE de CNIDE de PRAXITELE . Πραξιτέλης / Praxitélês. Nous présentons ici ce qui semble être la plus ancienne tête d'Aphrodite jamais répertoriée de PRAXITELE (4ème siècle avant JC), soit la tête originelle. Compte tenu de nos investigations, peut être la tête originelle du temple d'Aphrodite de Cnide. Head of the Goddess APHRODITE of CNIDE of PRAXITELE. Tous les grands Musées du Monde ont été consultés, ils ne sont plus actuellement enchérisseurs, l'enchère se trouve dans le privé.

Given our investigations, can be the original head of the temple of Aphrodite de Cnide. All the great museums of the World were consulted, they are currently no more bidders, the auction is private. RETURN

La seule scuplture au Monde restant de PRAXITELE. Progressive potential to 333 million euros. The only sculpture in the world remaining Praxiteles. Nous sommes dans l'attente d'une meilleure proposition que celle en cours. We are waiting for a better proposal than the current.

 

UNIQUE. Tête de la Déesse APHRODITE de CNIDE de PRAXITELE . Πραξιτέλης / Praxitélês. Nous présentons ici ce qui semble être la plus ancienne tête d'Aphrodite jamais répertoriée de PRAXITELE (4ème siècle avant JC), soit la tête originelle. Compte tenu de nos investigations, peut être la tête originelle du temple d'Aphrodite de Cnide. Head of the Goddess APHRODITE of CNIDE of PRAXITELE. Tous les grands Musées du Monde ont été consultés, ils ne sont plus actuellement enchérisseurs, l'enchère se trouve dans le privé.

Given our investigations, can be the original head of the temple of Aphrodite de Cnide. All the great museums of the World were consulted, they are currently no more bidders, the auction is private. RETURN

La seule scuplture au Monde restant de PRAXITELE. Progressive potential to 333 million euros. The only sculpture in the world remaining Praxiteles. Nous sommes dans l'attente d'une meilleure proposition que celle en cours. We are waiting for a better proposal than the current.

UNIQUE. Tête de la Déesse APHRODITE de CNIDE de PRAXITELE . Πραξιτέλης / Praxitélês. Nous présentons ici ce qui semble être la plus ancienne tête d'Aphrodite jamais répertoriée de PRAXITELE (4ème siècle avant JC), soit la tête originelle. Compte tenu de nos investigations, peut être la tête originelle du temple d'Aphrodite de Cnide. Head of the Goddess APHRODITE of CNIDE of PRAXITELE. Tous les grands Musées du Monde ont été consultés, ils ne sont plus actuellement enchérisseurs, l'enchère se trouve dans le privé.

Given our investigations, can be the original head of the temple of Aphrodite de Cnide. All the great museums of the World were consulted, they are currently no more bidders, the auction is private. RETURN

La seule scuplture au Monde restant de PRAXITELE. Progressive potential to 333 million euros. The only sculpture in the world remaining Praxiteles. Nous sommes dans l'attente d'une meilleure proposition que celle en cours. We are waiting for a better proposal than the current.

APHRODITE DE CNIDE DE PARAXIELE du 4ème siècle Av.JC

Aphrodite de Cnide de Praxitèle profil droit

Aphrodite de Cnide de Praxitèle profil gauche

Tête en marbre blanc de l'île grecque Paros estimée et vendue par DROUOT . Vendue en salle des ventes de Drouot le vendredi 20 octobre 1989 par Maîtres Libert et Castor. Coiffure en grosses mèches ondulées séparées par une raie médiane, ceinte d'un diadème, surmontée d'un nœud et se terminant par un chignon bas (restauration ancienne du nez). Hauteur 26 cm. Sans manque. La tête est inclinée, les lèvres sont ourlées et sensuelles, dans le panthéon grec, Aphrodite est une puissance primordiale dans l'univers: démon du désir féminin, de la fécondité de la nature et des hommes, elle soumet le monde entier à ses lois. Une des plus ancienne copie de praxitèle connue à ce jour. Peut-être la plus ancienne et la plus réaliste, en tout cas la plus séduisante avec ce regard "humide", son sourire énigmatique et sa fossette au menton comme les contemporains de PRAXITELE la décrivait. C'est la seule à notre connaissance qui traduit dans la matière les caractéristiques précédentes des contemporains de Praxitèle. On remarque des restes de traces de Polychromie et de pigmentation dans les cheveux, nuance blond-roux, ce qui était le cas dans l'antiquité.
 
D'après les anciens, cette tête contient tous les ingrédients d'une beauté indescriptible (en matière de sculpture) et inimitable (non reproductible). Certains venaient le soir l'étreindre dans leurs bras et l'embrasser, certains même allaient plus loin en tachant la statue de leur lubricité "ejus cupiditatis indicem maculam, coivit, copulatus est". Imaginez-vous faire de même avec une des nombreuses copies connues (même du Louvre) ? si oui alors vous avez trouvé la vraie statue. C'est ce qui s'appelle le paradoxe de la preuve en rhétorique:

Aphrodite de Cnide de Praxitèle profil droit

Aphrodite de Cnide de Praxitèle profil gauche

Marble head white of the Greek island Paros estimated and sold by DROUOT . Sold in auction hall of Drouot on Friday, October 20th, 1989 by Misteres Libert and Castor. Hairstyle in big wavy locks separaated by a median, put around by a diadem, surmounted by a knot and ending by a low bun (the ancient restoration of the nose). Height 26 cms. Without lack. The head is tilted, lips are hemmed and sensual, in the Greek pantheon, Aphrodite is an essential power in the universe : devil of the feminine desire, the fertility of the nature and the men, her subjects the whole world to her laws. One of the most ancient copy of Praxitele known to this day. May be the most ancient and the most realistic, at least the most attractive with this "wet" glance, its enigmatic smile and its dimple in the chin as the contemporaries of PRAXITELE described her. Is the only one to our knowledge that translates into matter of the above characteristics contemporaries of Praxiteles. We notice rests of tracks of Polychromy and pigmentation in hair, qualify blond-red-haired person, what was the case in the antiquity.

 

According to the ancient, this head contains all the ingredients of indescribable beauty (for sculpture) and inimitable (non-reproducible). Some came in the evening to embrace in their arms and kiss her, some even went further by staining the statue. Imagine yourself doing the same with one of the many known copies (even the Louvre)? if yes then you have found the real statue. This is what is called the paradox of proof in rhetoric.

 

La probabilité d'un faisceau d'indices précis et concordants de présomption forte d'authenticité, permet d'en déduire une probabilité forte d'authenticité.

 

The probability of a beam of precise and consistent evidence of strong presumption of authenticity, allows to deduce a strong probability of authenticity.

 

La tête ci-dessous a été sculptée peu de temps après l'Aphrodite à Cnide, et ses traits du visage sont doucement définis comme ceux qui ont été relevés dans la célèbre statue de Praxitèle: les yeux humides de rosée, rayonnement, et des plus séduisants. A la suite de Praxitèle, l'Aphrodite de Cnide, présente d'innombrables images de la déesse à des degrés divers de nudité ont été créés tout au long de la Méditerranée antique. Des chercheurs ont identifié un certain nombre de types récurrents tels que le l'Aphrodite accroupie, avec la déesse regardant par-dessus son épaule, comme elle se penche pour se laver, ou Aphrodite tordant ses cheveux. On remarque déjà la difficulté d'approcher en perfection l'originale de Praxitèle. On ne confondrait pas cette tête avec le réalisme d'une tête réelle bien qu'elle soit copiée seulement 50 ans après l'originale. Les anciens donnaient comme critères d'authenticité le fait que l'originale soit inimitable.

The head shown below was carved not long after the Aphrodite at Knidos, and its softly defined facial features capture qualities that were noted in Praxiteles' famous statue: dewy eyes, radiance, and winsomeness. In the aftermath of Praxiteles' Aphrodite at Knidos, innumerable images of the goddess in varying degrees of undress were created throughout the ancient Mediterranean. Scholars have identified a number of recurring figure types—such as the crouching Aphrodite, with the goddess looking over her shoulder as she bends down to wash herself, or Aphrodite wringing out her hair. We already notice the difficulty of approaching perfection original by Praxiteles. We do not confuse this one with the realism of a real head, although it is copied only 50 years after the original. The ancients gave as a criterion of authenticity that the original is inimitable.

Copie du 19ème siècle, vente Drouot du 13/12/2011.

Je tiens à remercier la Maison de Ventes DROUOT, et tout particulièrement leurs experts, pour avoir nommé cette tête ci-dessous (du XIXème siècle) comme étant la copie de celle de l'Aphrodite de Cnide de Praxitèle et bien sûr pour m'avoir vendu l'originale, car la connaissance a évolué depuis 1989, et on sait actuellement que la typologie du faciès de la tête de la statue originelle est celle que nous présentons, avec toutes ses caractéristiques, ce qui ne se retrouve nulle par ailleurs, tout le monde était passé à côté de ce chef-d'oeuvre en 1989.

Vente Drouot d'une copie à l'identique de la tête d'Aphrodite de Cnide mais du XIXème, On remarquera que la tentative d'imiter la vraie tête comme les contemporains de Praxitèle le soulignaient, c'est d'arriver à insuffler la vie dans le marbre, par une expression hyper réaliste du visage permettant de communiquer des sentiments. Cette tête du XIXème est de très belle facture, mais il lui manque la vie, et le reproche qu'on peut lui faire est de sombrer dans le classicisme ou dans l'impersonnel de la plupart des copies, ou encore dans une posture académique. Adjugé 6 800 €

Tête de l'Aphrodite de Cnide de Praxitèle. Marbre. Infimes chocs Italie ou France, XIXe siècle d après des copies des productions romaines H : 23 cm.

Étude détaillée entre l'originale et la copie du 19ème siècle:

L'original regarde sur sa droite, la copie sur sa gauche, les deux ont la fossette du menton, le même style de coiffure quoique plus dépouillé sur l'original, et le regard ainsi que les lèvres inimitables sur l'original dans cette langueur de ce regard "humide" et songeur, et ce sourire énigmatique et le velouté de ses lèvres charnelles, ainsi que la vie sourde et comme prête à se manifester du marbre amolli ,tels que les décrivaient les anciens (Philostrate). Pline l'Ancien nous apprend que c'est le peintre Nicias qui apportait la polychromie aux oeuvres de Praxitèle et on retrouve de la pigmentation dans les cheveux de la tête originelle. L'Aphrodite de Cnide a connu une grande célébrité dans l'Antiquité comme en témoignent notamment les nombreuses répliques du répertoire de la sculpture hellénistique et romaine. Elle est évoquée par Pline l'Ancien, auteur latin du Ier siècle après J.-C., dans son Histoire Naturelle qui la cite comme oeuvre qui surpasse non seulement celles du sculpteur mais celles de la terre entière. D'après un auteur grec du IIIe siècle après J.-C, Athénée, Phryné, courtisane et amie du sculpteur a servi de modèle, elle fut achetée pour 5 drachmes en or et fut condamnée pour impiété par Euthias puis acquittée. La statue était de taille "grandeur nature", soit environ 7 fois la mesure de la tête, ce qui donne environ 1m65-1m75, la tête originelle correspond bien à une statue grandeur nature. L'originale semble dater de 364-361 avant JC. L'examen au carbonne 14 pour la datation des pigments de peinture permet de soulever le voile et de l'attribuer au 4ème siècle AvJc.( Les tests ont été réalisés par une équipe Universitaire de bénévoles de Montpellier dont un directeur de chaire, au début du programme Artemis 2002-2003, l'examen peut-être réitéré par le CRDC de Lyon. A charge pour l'acquéreur de refaire la série de tests et de prélèvements pour contrôle.)


Aphrodite était vénérée à Cnide, un de ses lieux de séjour favoris, sous les trois formes d'akraia, euploia et dôritis, c'est-à-dire sous ses trois principaux aspects de déesse céleste, marine, et terrestre. Comme le dit Euripide, sa puissance s'étend sur toute la nature, sans en excepter l'homme dont elle perpétue la race par l'amour. Rappelons les vers de l'Hippolyte : «Cypris vit dans les airs, comme elle est au fond de la mer ; tout est né d'elle ; c'est elle qui fait germer et qui fait naître l'amour, auquel, tous sur la terre, nous devons la vie».

the original looks to the right, the copy on the left, both have the dimple in the chin, the same hair style but more stripped on the original, and the eyes and lips on the original inimitable in this languor, this look "wet" and pensive, enigmatic smile and her lips and flesh such as describing the former. Pliny tells us that it is the painter Nicias brought to the polychrome works of Praxiteles and found the pigmentation in the hair of the original head. The Aphrodite of Knidos enjoyed great fame in antiquity as evidenced by numerous aftershocks including the directory of the Hellenistic and Roman sculpture. It is mentioned by Pliny the Elder, Roman author of the first century AD, in his Natural History that mentions it as work that not only surpasses those of the sculptor but those of the whole earth. According to a Greek author from the third century AD, Athenaeus, Phryne, a courtesan and friend of the sculptor would have served as a model. The statue was of size "size", or about 7 times the size of the head, giving about 1m65-1m75, the original head corresponds to a life size statue.The original seems to date from 364-361 BC. The examination Carbon 14 for dating pigments paint can lift the veil and attribute the 4th century AvJc.(examination by a University team of volunteers including a director of the Montpellier pulpit, in the beginning of the ARTEMIS Programme 2002-2003, the examination may be repeated by CRDC of LYON.It is up to the purchaser to repeat the series of tests and samples for control.)


Aphrodite was worshiped at Cnidus, one of his favorite places to stay, three forms of akraia, and euploia Doritis, that is to say in its three main aspects of celestial goddess, marine, and terrestrial. In the words of Euripides, his power extends over nature, not excepting the man she perpetuates the race by love. To remind them of Hippolytus: "Cypris lives in the air, as it is at the bottom of the sea, everything is born of her, she's that germinates and gives rise to love, which, on all earth, we owe our lives. "

 

 

es fonctions et ses épithètes étaient très variées.
Elle était à la fois la déesse de l'amour céleste (Ourania), vulgaire (Pandémos), du mariage (Nymphidia), ou des courtisanes (Hétaïra), la déesse marine (Pontia), ou la déesse victorieuse (Nikêphoros). 
On l'appelait encore Anadyomène, parce qu'elle était sortie des flots ; 
mais aussi Cypris, Cythérée ou Erycine, à cause de ses temples célèbres de Chypre, de Cythère ou du mont Eryx.

Her functions and her attributes were very varied.
She was at the same moment the goddess of the heavenly love ( Ourania), vulgar ( Pandémos), the marriage ( Nymphidia), or the courtesans ( Hétaïra), the goddess marinades ( Pontia), or the victorious goddess ( Nikêphoros).

We still called him Anadyomène, because she had gone out of streams; but also Cypris, Cythérée or Erycine, because of her famous temples of Cyprus, Cythère or the mountain Eryx.

Le fameux marbre de Paros:

À côté du village pittoresque Marathi, à quelques kilomètres de Parikia, il y a les anciennes marbrières de Paros. Ici, on tirait le fameux marbre parien ou "lychnitis". Son appellation vient du fait que son tirage était effectué dans des galeries souterraines sous la lumière des lampes à huile (en Grec : lychnos).

Le commerce de ce marbre transparent était important pour l’économie de Paros et était présent à toutes les périodes historiques. Grâce à sa transparence et sa à sa clarté, la lumière arrive à 7 centimètres de profondeur (en comparaison avec le marbre de la montagne Penteli dont la lumière arrive à 1,5 centimètres de profondeur seulement - Penteli à côté d'Athène, était célèbre pour le son marbre, qui a été employé pour la construction de l'Acropole et d'autres bâtiments d'Athène antique).

C’est pourquoi, le marbre de Paros a toujours été recherché par les grands sculpteurs de périodes diverses, qui ont créé des monuments importants de l'antiquité et des statues comme: la Vénus de Milo, les Aphrodites de Praxitèle, les korês de l’Acropole, la Victoire de Délos, la Victoire de Samothrace, le temple d’Apollon et le trésor des Sifniens à Delphes, le temple de Zeus à Olympia et le temple d'Apollon à Délos. Plusieurs pièces du Musée Archéologique de Paros ont été créées de marbre parien.

La granulométrie du marbre de cette tête correspond bien en transparence et en densité à celle du marbre de Paros de l'ancienne marbrière avec un grain très fin et d'un blanc très pur.

The famous Parian marble:

Besides the picturesque village Marathi, a few kilometers from Parikia, there are ancient marble quarries of Paros. Here, we drew the famous Parian marble "lychnitis". Its name comes from the fact that its circulation was carried out in underground tunnels under the light of oil lamps (Greek: Lychnos).

Trade this transparent marble that was important to the economy of Paros was present at all historical periods. Thanks to its transparency and clarity in the light reaches 7 centimeters deep (in comparison with the marble Penteli mountain light reaches only 1.5cm deep- Penteli next to Athens, was famous for marble that was used to build the Acropolis and other buildings of ancient Athens).

Therefore, the Parian marble has always been sought after by great sculptors of different periods which have created important ancient monuments and statues as: the Venus de Milo, the Aphrodites of Praxiteles, the Kores of Acropolis, the Victory of Delos, the Victory of Samothrace, the Apollo and the treasure Sifniens at Delphi, the temple of Zeus at Olympia and the Temple of Apollo at Delos temple. Several parts of the Archaeological Museum of Paros were created Parian marble.

The particle size of the marble head corresponds well transparency and density to that of Parian marble of ancient marble with a very fine grain and pure white.