WWIII: Hillary Clinton: « si je suis élue Présidente, nous attaquerons l'Iran »

Publié le par José Pedro

Hillary Clinton: « si je suis élue Présidente, nous attaquerons l'Iran »

 

Hillary Clinton: « si je suis élue Présidente, nous attaquerons l'Iran »

Vendredi, l'aspirante présidente des États-Unis Hillary Clinton s'est adressée à une audience triée sur le volet au Dartmouth College au cours d'un évènement programmé de sa campagne électorale. Elle a menti en appelant l'Iran "une menace à l'existence d'Israël... J'espère que nous serons capables de sceller un accord la semaine prochaine et de mettre un couvercle sur son programme nucléaire."

"Même si un tel accord se produit, nous aurons toujours des problèmes majeurs avec l'Iran. Ils sont les sponsors en chef du terrorisme mondial. Ils utilisent des proxy comme le Hezbollah pour semer la discorde et créer des insurrections qui déstabilisent les gouvernements. Ils prennent aussi de plus en plus le contrôle d'un nombre de nations dans la région et ils posent une menace existentielle pour Israël. Nous... avons tourné notre attention vers le travail avec nos partenaires pour essayer d'endiguer et de prévenir l'agressivité continuelle de l'Iran."

Fait : Les services de renseignement américain et israélien ont tous deux dit que le programme nucléaire de l'Iran n'avait aucun composant militaire. Aucune preuve ne vient suggérer que Téhéran veut même en avoir un. Beaucoup de preuves indiquent le contraire. En tant qu'aspirante à la présidence en 2008, Clinton avait dit à la convention annuelle de l'AIPAC (NdT : le puissant lobby israélo-sioniste aux États-Unis) :

"Les États-Unis se tiennent aux côtés d'Israël aujourd'hui et pour toujours. Nous avons des intérêts communs... des idées communes... des valeurs communes. J'ai une volonté de fer pour maintenir la sécurité d'Israël. 

Nos deux nations luttent contre une menace commune, contre la menace de l'extrémisme islamique. Je soutiens fermement Israël et son droit à l'auto-défense et je pense que l'Amérique devrait aider cette défense. 

Je suis impliquée à assurer qu'Israël maintienne un avantage militaire pour faire face à ces menaces. Je suis profondément concernée par la menace croissante que représente Gaza et la campagne de terreur menée par le Hamas."

Une telle campagne n'existe simplement pas. Les seules menaces auxquelles doit faire face Israël sont celles qu'il invente. Clinton a répété de vieux mensonges fatigués disant que la charte du Hamas "appelle à la destruction d'Israël. L'Iran menace de détruire Israël."

"Je suis en faveur d'étiqueter la Garde Révolutionnaire Iranienne (NdT : Gardiens de la Révolution/Pasdarans) pour ce qu'elle est : une organisation terroriste. Il est impératif que nous devenions à la fois dur et intelligent pour gérer l'Iran avant qu'il ne soit trop tard."

Elle soutient une "réplique massive" si l'Iran attaque Israël, disant à cette époque :

"Je veux que les Iraniens sachent que moi présidente, nous attaquerons l'Iran. Dans les 10 prochaines années pendant lesquelles ils pourraient stupidement considérer lancer une attaque contre Israël, nous serons capables de totalement les oblitérer."

Elle approuve l'utilisation de cluster bombs, d'agents toxiques et d'armes nucléaires dans les théâtres de guerre menées par les USA. Elle appelle ces armes de la dissuasion qui "maintiennent la paix". Elle fut une des seuls six sénateurs démocrates opposés au blocage du déploiement des systèmes de missiles non testés, des armes de première frappe entièrement offensives.

Il a été demandé à Hillary Clinton lors d'une interview sur le programme ABC “Good Morning America” sur ses précédents commentaires ce qu'elle entendait par «représailles massives», si l'Iran attaquait Israël. Elle a répondu avec une tonalité encore plus militariste. 
"Je veux que les Iraniens le sache, si je suis la présidente, nous attaquerons l'Iran. Et je veux leur faire comprendre que cela signifie qu'ils doivent examiner de très près la question, parce que quel que soit le stade de développement où pourrait être leur programme d'armement nucléaire au cours des 10 prochaines années, au cours desquelles ils pourraient envisager de lancer bêtement une attaque contre Israël, nous serions en mesure de les effacer totalement. " 

Le scénario proposé par Clinton en formulant ses observations sur une guerre israelo-iraniènne est tout simplement un prétexte pour elle d'affirmer sa volonté d'utiliser une force militaire écrasante, y compris les armes nucléaires et de garantir ainsi la domination des États-Unis sur le Moyen-Orient. 

Le choix des mots de Clinton est important. Le dictionnaire définit "effacer" par: faire disparaître sans laisser de trace. Par métaphore, conquérant qui cherche à effacer un pays de la carte. 
En outre, elle signifie par là que c’est l’Iran, la partie iranienne, qui devrait faire face à l'oblitération totale. Littéralement ses paroles, sont explicites, elle répondrait à une attaque menée par le gouvernement iranien sur Israël par l’anéantiissement complet de toute trace du peuple et de l’histoire de l'Iran, autrement dit, de commettre un génocide contre la population de quelque 71 millions de personnes. 

Il convient de souligner que l'observation de Clinton vient moins de deux semaines après qu’un responsable israélien, le ministre Benyamin Ben-Eliezer, ait fait un avertissement similaire. Il a déclaré: «Une attaque iranienne conduira à une rude représailles par Israël, ce qui conduira à la destruction de la nation iranienne." Si Israël n'a jamais confirmé publiquement l'existence d'un stock d'armes nucléaires, maintenant estimé à plusieurs centaines, Ben-Eliezer, a été tacitement menaçant de libérer cet arsenal dans le cas d'un choc iranien avec Israël. (ou qu’un accord secret est déjà passé entre Israël et Clinton pour réduire l’Iran en cendres par les USA. ndt.) 

La remarque de Clinton a reçu peu de critiques de la part des médias américains, et de ce que Obama pourrait se résoudre à dire, c'est qu'il n’est pas nécessaire d’entendre le cliquetis des armes (sabre rattling), pour s’engager à répondre "rapidement et avec force" à toute attaque iranienne. 

Mercredi, Clinton a été invité à clarifier ses remarques sur MSNBC dans"Matin Joe". Andréa Mitchell correspondante NBC a noté que l'an dernier, Clinton a refusé de répondre à des questions sur le potentiel de l'Iran à acquérir des armes nucléaires, affirmant que les questions étaient «hypothétique». Mitchell Clinton a demandé ce qu’il y avait de changé entre hier et aujourd'hui. 

"Les faits sur le terrain ont changé", a répondu Clinton. Tout en s'engageant dans la diplomatie, Clinton a insisté, "Il est clair que [les Iraniens] continuent de tenter de jeter leur poids autour du monde. Il ne fait aucun doute qu'ils poursuivront s'ils le peuvent de trouver les moyens d'obtenir une arme nucléaire .... Ils doivent connaître dès le début que ce serait une grave, une très grave erreur. Elle n'a pas modifié sa précédente menace d'anéantissement total. 

Les commentaires de Clinton font suite à des menaces faites par elle et le sénateur Barack Obama pendant un débat du Parti démocrate la semaine dernière. A la question de savoir si les États-Unis devraient considérer une attaque iranienne sur Israël comme une attaque contre les États-Unis, Obama a promis des négociations directes avec l'Iran mais il a insisté: «Je garderais toutes les options sur la table quand il s'agira de les empêcher d'utiliser des armes nucléaires ou d'obtenir armes nucléaire. " 

«Je pense qu'il est très important que l'Iran comprenne qu'une attaque contre Israël est une attaque contre notre plus sûr allié dans la région, et que nous considérons sa sécurité comme primordiale », a déclaré Obama. Il a ajouté que les États-Unis «prendrons les mesures appropriées" en réponse à toute attaque. 

Clinton a profité de l'occasion pour tenter de déborder son adversaire sur sa droite. Elle s'est engagée à des «représailles massives» contre l'Iran. Elle a dit qu'elle adopterait aussi la même politique à l'égard des autres pays de la région, et pas seulement Israël. «Nous allons, les Iraniens le savent, que, oui, une attaque contre Israël pourrait déclencher des représailles massives. Mais aussi une telle attaque sur d’autres pays [elle a mentionné le nom de monarchies d'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et le Koweït] ceux qui sont prêts à passer sous le parapluie de sécurité des USA et de renoncer leurs propres ambitions nucléaires. " 

En effet, Clinton déclarait sa volonté de créer un pacte militaire entre les États-Unis et plusieurs des semi-féodal des pétro-monarchies. L'augmentation de l’implication militaire des États-Unis dans la région est un engagement majeur. Elle est allée jusqu’à se positionner encore plus à droite et critiquer l'administration Bush, en disant qu'il «a échoué dans nos efforts pour convaincre le reste du monde qu'il s'agit là d'un danger, non seulement pour nous, et pas seulement en Israël mais dans la région et au-delà ». 

Il n'existe pas de différences substantielles entre Clinton et Obama sur la politique étrangère des. Ils viennent en appui à la poursuite de l'occupation US de l'Iraq. Ils ont tous deux défendu les intérêts de l'impérialisme américain au Moyen-Orient et dans le monde. Il y a, cependant, des différences tactiques sur la politique américaine au Moyen-Orient, avec des sections du Parti démocrate critique sur l'établissement du soutien inconditionnel à Israël. 

Clinton vise clairement à faire appel à ceux qui sont préoccupés par le fait que Obama serait trop hésitant à recourir à la force militaire pour défendre Israël. Elle tente également de faire un appel du pied à “l’élite” au pouvoir disant dans sa campagne affirme plus fidèlement la domination militaire des États-Unis. 
Dans le cadre de cet argument, Clinton est en train d'élaborer des thèmes qui ont été mis en place plus tôt: son affirmation qu’elle et John McCain ont l'expérience suffisante pour être "commandant en chef", tandis que Obama ne l'est pas; Un clip TV de sa campagne la dépeint à son téléphone à 3 heures du matin, répondant à des appels qui demande d’elle une décision rapide de lancer des frappes militaires dans l’une ou l’autre partie du monde. 

Peu de temps avant la primaire de Pennsylvanie, Clinton a dévoilé une nouvelle publicité représentant Pearl Harbor, Oussama ben Laden, et une citation de Président démocrate Harry Truman, «Si vous ne pouvez pas supporter la chaleur, sortez de la cuisine." 
Le fait que Truman a été l'un des leaders mondiaux à avoir jamais ordonné l'utilisation d'une arme nucléaire dans une situation de crise vise peut-être, en fin de compte les militaires et leurs politiques actuelles. 

Les commentaires de Clinton sont révélateurs non seulement en ce qu'ils disent au sujet sur sa propre campagne, mais de ce qu'ils disent sur le Parti démocratique dans son ensemble, y compris Obama. Personne, dans l'établissement Parti démocrate ne conteste la prémisse de base que sous-tendent les menaces de Clinton contre l'Iran: que la politique américaine au Moyen-Orient vise à lutter contre l'agression iranienne. Très (trait) caractéristique, aucun des deux candidats ne soulignent que la politique d'agression non provoquée n’a pas été pratiquée par l'Iran, mais par les États-Unis, qui ont tué plus de 1 million d'Iraqiens, et a créé 4 millions de réfugiés, dans sa détermination de prendre le contrôle du pays et de la région. 

Le danger d’une guerre contre l'Iran ou contre la Chine, ou la Russie ou de n’importe quel pays ne vient pas seulement du Parti républicain. Alors que les démocrates recherchent une position face aux détracteurs de la guerre en Irak, ils sont tout aussi compromis que les républicains dans les objectifs des guerres dans lesquelles ils se sont engagés et ils seront certainement tout aussi promptes à recourir à la force militaire dans l'avenir pour atteindre ces objectifs.