WWIII : La Turquie au bord de la Guerre Civile, un plan du Pentagone.

Publié le par José Pedro

Combattants d'Etat islamique défilent en Syrie

Etat islamique: Téhéran et Ankara pourraient faire front commun

© AP Photo/ Raqqa Media Center of the Islamic State group
INTERNATIONAL
URL courte
 048671

La Turquie et l'Iran pourraient conjuguer leurs efforts dans la lutte contre le groupe terroriste Etat islamique.

 

Lors d'un entretien téléphonique, le président iranien Hassan Rohani a proposé à son homologue turc Recep Tayyip Erdogan de lancer des opérations conjointes contre les extrémistes de l'EI.

 

Pour sa part, le dirigeant turc a insisté sur la nécessité de combattre tous les groupes terroristes opérant dans la région. Suite à une série d'attentats terroristes meurtriers perpétrés en Turquie ces dernières semaines, Ankara a effectué des frappes aériennes visant les positions des djihadistes de l'EI dans le nord de l'Irak, ainsi que celles des combattants du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), considéré par la Turquie comme une organisation terroriste.

 

Par la suite, la Turquie s'est déclarée prête à entamer "prochainement" la lutte contre l'EI dans le nord de la Syrie, notamment pour permettre aux opposants syriens modérés qui combattent eux aussi les islamistes de se sentir "plus sûrs" sur le terrain.

 

Jeudi 6 août, les médias locaux ont annoncé que le ministre iranien des Affaire étrangères Mohammad Javad Zarif envisageait de se rendre à Ankara la semaine prochaine. Les deux parties évoqueront les problèmes régionaux ainsi que les relations bilatérales.

 

Selon le chef de la diplomatie turque Mevlüt Çavuşoğlu, la politique iranienne en matière de maintien de la paix dans la région "ne peut pas être ignorée". Ainsi, il estime que l'Iran et la Russie sont en mesure de mettre fin à la crise humanitaire qui affecte la Syrie.

 
Lire aussi:
Lutte contre l'EI: Washington déplore le manque d’implication de la Russie
 
Frappes contre l’EI: une ONG évoque des centaines de civils tués
 
Attentat-suicide en Turquie: manifestation contre l'EI et le gouvernement



Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/international/20150807/1017421868.html#ixzz3i96ImCn1

 

Comment la France a fait basculer la Turquie:

 

À l’initiative du ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé, Paris proposa secrètement à Ankara, en mars 2011, de soutenir sa candidature à l’Union européenne et de l’aider à régler son problème kurde si la Turquie entrait en guerre à ses côtés contre la Libye et la Syrie. Côté français cette proposition était radicalement nouvelle, Alain Juppé s’étant fermement opposé à l’entrée de la Turquie dans l’Union à l’époque où il dirigeait le parti gaulliste et était un collaborateur de Jacques Chirac. Mais, condamné pour corruption en France, il s’était exilé en Amérique en 2005 et avait donné des cours au Québec tout en suivant un stage au Pentagone. Converti au néo-conservatisme, il était revenu en France et avait été choisi par Nicolas Sarkozy comme ministre de la Défense, puis des Affaires étrangères.

Rétrospectivement, le plan Juppé révèle les intentions françaises : il y est question de créer un Kurdistan en Irak et en Syrie selon la carte qui sera publiée deux ans plus tard par Robin Wright dans le New York Times et mise en œuvre conjointement par l’Émirat islamique, le Gouvernement régional du Kurdistan irakien et d’anciens collaborateurs de Saddam Hussein liés aux Frères musulmans. Le document, cosigné par Alain Juppé et son homologue turc Ahmet Davutoğlu, ne laisse aucun doute : la France entendait se reconstituer un empire colonial en Syrie. En outre, elle avait des connexions au sein des mouvements terroristes islamistes et prévoyait la création de Daesh. Pour garantir le plan Juppé, le Qatar s’engageait à investir massivement à l’Est de la Turquie, en espérant que les Kurdes turcs abandonnent le PKK.

Ce plan est resté secret jusqu’à ce jour. Si des parlementaires français ou turcs parvenaient à s’en procurer légalement une copie, il suffirait amplement à poursuivre MM. Juppé et Davutoğlu devant la Cour pénale internationale pour crime contre l’humanité.

Contrairement à une idée répandue, les Kurdes sont profondément divisés. En Turquie et en Syrie, le PKK d’origine marxiste-léniniste a toujours défendu un point de vue anti-impérialiste. Tandis que les Kurdes d’Irak, liés à Israël depuis la Guerre froide, ont toujours été des alliés des États-Unis. Les deux groupes ne parlent pas la même langue et ont des histoires très différentes.

Il est probable que, de leur côté, les États-Unis apportèrent dans la corbeille de mariage le fait de promouvoir le modèle politique turc dans le monde arabe et d’aider l’AKP à encadrer les partis politiques issus des Frères musulmans, de sorte que la Turquie devienne le centre du prochain Moyen-Orient. En tous cas, Recep Tayyip Erdoğan soutint in extremis le projet de l’Otan qui releva l’AfriCom après la révolte de son commandant [1]

Immédiatement, Ankara mobilisa les habitants de Misrata en Libye. Ceux-ci sont majoritairement des descendants de soldats juifs de l’Empire ottoman, les Adghams, et de nomades marchands d’esclaves noirs, les Muntasirs, qui avaient soutenu les Jeunes Turcs. Ils formèrent le seul groupe significatif de Libyens pour attaquer Tripoli [2].

Simultanément, Ankara organisa plusieurs réunions de l’opposition syrienne à Istanbul à partir d’août 2011. En définitive, les Frères musulmans constituent le Conseil national syrien en octobre, en associant des représentants de divers groupes politiques et de minorités.

L’Otan renonce à envahir la Syrie

Constatant l’implication de l’Otan en Libye, Ankara escomptait logiquement une implication identique de l’Alliance atlantique en Syrie. Mais, malgré de nombreux attentats et une campagne de presse internationale soutenue, il fut impossible à la fois de soulever la population et d’attribuer de manière crédible des crimes de masse au président el-Assad. Surtout, Moscou et Pékin, échaudés par l’affaire libyenne, s’opposèrent par trois fois au Conseil de sécurité à toute résolution prétendant « protéger » les Syriens de leur gouvernement (octobre 2011, février et juillet 2012).

Washington et Londres abandonnèrent donc la partie, même si Paris et Ankara continuaient à y croire [3]. Les deux États mirent sur pied une étroite collaboration, allant même jusqu’à planifier en septembre 2012 une tentative d’assassinat du ministre syrien des Affaires étrangères Walid al-Mouallem et du président Bachar el-Assad.

L’attentat qui frappa à Riyad le prince Bandar ben Sultan en rétorsion de l’assassinat des membres du Conseil national de sécurité syrien, en juillet 2012, laissa le mouvement jihadiste international orphelin. Même si le prince survécu à ses blessures, il ne sortit qu’un an plus tard de l’hôpital et ne fut plus jamais en mesure de jouer le rôle qu’il tenait jusque-là. Recep Tayyip Erdoğan se saisit de l’occasion pour le remplacer. Il noua des relations personnelles avec Yasin al-Qadi, le banquier d’al-Qaïda, qu’il reçut de nombreuses fois en secret à Ankara. Il supervisa les nombreux groupes jihadistes, initialement créés par les États-uniens, les Britanniques et les Français.

En janvier 2013, en intervenant au Mali, la France s’éloigna des jihadistes syriens et donc abandonna sur le terrain les opérations militaires à la Turquie, même si elle maintint quelques légionnaires sur place. Peu après, l’émir de Qatar, cheikh Ahmad, fut contraint à l’abdication par Washington qui lui reprochait —sur dénonciation russe— d’utiliser ses facilités contre des intérêts économiques états-uniens. Avant même que son fils, cheikh Tamim, ne lui succède, l’essentiel du financement de la guerre contre la Syrie était repris par l’Arabie saoudite.

Pour bénéficier de ce soutien et de celui d’Israël, Recep Tayyip Erdoğan commença à promettre aux uns et aux autres que les États-Unis passeraient outre les vétos russes et chinois et lanceraient l’Otan à l’assaut de Damas. Profitant de la confusion, il organisa le pillage de la Syrie, démantelant toutes les usines d’Alep, la capitale économique, et volant les machines-outils. De même, il organisa le vol des trésors archéologiques et mit en place un marché international à Antioche [4]. Ne voyant toujours rien venir, il organisa avec l’aide du général Benoît Puga, chef d’état-major de l’Élysée, une opération sous faux drapeau pour provoquer l’entrée en guerre de l’Alliance atlantique : le bombardement chimique de la Ghoutta de Damas, en août 2013. Mais, Londres découvrit immédiatement la supercherie et refusa de s’engager [5].

La Turquie participa à l’opération de nettoyage ethnique et de partition de l’Irak et de la Syrie, connu sous le nom de « plan Wright ». La présence des services secrets turcs aux réunions préparatoires de Daesh à Amman est attestée par la publication d’un relevé de décision par le PKK. Au demeurant, le « plan Wright » reprend le « plan Juppé » qui avait convaincu la Turquie d’entrer en guerre. Par la suite, Recep Tayyip Erdoğan prit lui-même le commandement de l’organisation terroriste, assurant aussi bien son approvisionnement en armes que la vente de son pétrole.

Observant avec angoisse les pourparlers entre Washington et Téhéran, Ankara s’inquiéta d’un accord de paix qui le laisse sur le bord du chemin. Sollicité par son homologue russe, Vladimir Poutine, M. Erdoğan accepta de participer au projet de gazoducTurkish Stream visant à casser le monopole états-unien et à contourner l’embargo européen. Puis, prenant son courage à deux mains, il s’en alla visiter son homologue iranien, cheikh Hassan Rohani. Celui-ci l’assura qu’il n’avait pas à redouter l’accord en cours de négociation. Mais lorsqu’il fut signé, le 14 juillet 2015, il fut évident qu’il ne laissait aucune place à la Turquie dans la région.

Sans surprise, Recep Tayyip Erdoğan reçut le 24 juillet un ultimatum du président Obama lui enjoignant 
- de renoncer immédiatement au gazoduc russe ; 
- de cesser son soutien à Daesh —dont il est devenu le chef exécutif derrière le paravent du calife Abou Bakr al-Baghdadi— et d’entrer en guerre contre lui. 
Pour accentuer la pression, Barack Obama évoqua la possibilité de renvoyer la Turquie de l’Otan, en concertation avec le Royaume-Uni, bien que cette situation ne soit pas prévue par le Traité.

Après s’être confondu en excuses et avoir autorisé les États-Unis et l’Otan à utiliser la base d’Incirlik contre Daesh, M. Erdoğan entra en contact avec l’envoyé spécial pour la Coalition anti-Daesh, le général John Allen, connu pour son opposition à l’accord avec l’Iran. Les deux hommes convinrent d’interpréter les propos du président Obama comme un encouragement à lutter contre le terrorisme, rubrique dans laquelle ils rangèrent le PKK. Outrepassant ses fonctions, le général s’engagea à créer une zone de non-survol de 90 km de large, en territoire syrien tout au long de la frontière turque, prétendument au profit des réfugiés syriens qui seraient menacés par leur gouvernement, en réalité pour appliquer le « plan Juppé-Wright ». Le Premier ministre turc Ahmet Davutoğlu révéla le soutien états-unien au projet sur la chaîne A Haber en lançant des bombardements contre le PKK.

Le général John Allen avait déjà par deux fois réussi à prolonger la guerre contre la Syrie. En juin 2012, il complota avec le général David Petraeus et la secrétaire d’État Hillary Clinton pour saboter l’accord conclu à Genève entre Washington et Moscou pour la paix au Proche-Orient. Cet accord prévoyait, entre autres, la paix en Syrie —bien que Damas n’ait pas été invité à cette conférence—, mais il était inacceptable à la fois pour les néo-conservateurs et pour les « faucons libéraux » états-uniens. Le trio Clinton-Allen-Petraeus s’appuya sur le nouveau président français, François Hollande, et son nouveau ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, pour convoquer une conférence des « Amis de la Syrie » et rejeter le Communiqué de Genève. En pleine campagne électorale, le président Obama ne put sanctionner ses collaborateurs, mais dès le lendemain de sa réélection, il fait arrêter David Petraeus et John Allen qu’il avait fait tomber dans un piège sexuel. Hillary Clinton se maintint quelques semaines et dut soudain se retirer après un « accident ». En définitive, seul Petraeus fut condamné tandis qu’Allen fut blanchi et que Clinton —comme Juppé— se prépare à sa prochaine campagne électorale présidentielle.

Le trio Clinton-Allen-Petraeus tenta une seconde opération en décembre 2014 qui parvint à saboter la Conférence de Moscou. En promettant aux Frères musulmans de mettre en œuvre le « plan Juppé-Wright », ils convainquirent la Coalition nationale syrienne de refuser toute discussion de paix. Au passage, cet épisode atteste que le but de la Coalition nationale syrienne n’est pas de changer de régime en Syrie, mais bien de détruire ce pays et son État.

Apprenant les faits durant son voyage en Afrique, le président Obama fit démentir officiellement l’engagement du général Allen, reconnût le droit de la Turquie à combattre le PKK, mais dénonça toute action contre lui hors de la Turquie. Le président Erdoğan convoqua alors une réunion du Conseil atlantique pour l’informer de son entrée dans la Coalition anti-terroriste et de sa double action contre Daesh et le PKK. Le 29 juillet, les Alliés lui répondirent froidement qu’ils le soutenaient dans son action, mais ne lui reconnaissaient le droit de bombarder le PKK en Irak et en Syrie qu’en cas de « poursuite » —c’est-à-dire si le PKK utilisait des bases à l’étranger pour lancer ou replier des troupes contre la Turquie—.

En outre, le président Obama a relevé de ses fonctions son envoyé spécial pour la Syrie, Daniel Rubinstein, et l’a remplacé par Michael Ratney, un spécialiste à la fois du Proche-Orient et de la communication. Il sera prioritairement en charge de surveiller les agissements du général Allen.

La Turquie entre en guerre civile

À ce jour, les actions de l’armée turque contre le PKK en Irak et en Syrie n’ont aucune justification légale en droit international. Les deux gouvernements ont dénoncé une attaque de leur territoire. Du point de vue états-unien, le PKK et l’Armée arabe syrienne —c’est-à-dire celle de la République— sont les seules forces efficaces au sol contre Daesh. La relance de la guerre contre la minorité kurde illustre la volonté de l’AKP de poursuivre la mise en œuvre du « plan Juppé-Wright », même après les retraits partiels du Qatar et de la France.

Cependant, un élément fondamental a profondément changé la donne : Israël et l’Arabie saoudite, qui soutenaient il y a peu de temps encore l’idée de créer un Kurdistan et un Sunnistan en Irak et en Syrie, y sont désormais opposés. Tel-Aviv et Riyad savent désormais que ces deux nouveaux États, s’ils devaient voir le jour, ne seraient pas contrôlés par eux, mais par une Turquie qui ne cache plus son ambition impériale et deviendrait de facto un géant régional.

Par un retournement dont le Proche-Orient a le secret, Israël et l’Arabie saoudite ont donc conclu un accord pour s’opposer à la folie du président Erdoğan et pour soutenir en sous-main le PKK, malgré son identité marxiste. En outre, Israël s’est déjà rapproché des ennemis traditionnels de la Turquie, la Grèce d’Aléxis Tsípras et Chypre de Níkos Anastasiádis.

Que l’on ne s’y trompe pas, Recep Tayyip Erdoğan a choisi la guerre civile comme seule issue politique personnelle. Après avoir perdu les élections législatives et réussi à bloquer la création d’un nouveau gouvernement, il tente de faire peur à son peuple de sorte soit à convaincre le MHP (nationaliste) à soutenir l’AKP (islamistes) pour former un gouvernement de coalition, soit à convoquer de nouvelles élections et à les gagner.

L’opération anti-terroriste censée lutter à la fois contre Daesh et contre la population kurde est presque exclusivement ciblée contre le PKK et le PYG (son alter ego syrien). Les bombardements prétendument contre l’Émirat islamique n’ont rien détruit. Simultanément, M. Erdoğan a lancé des instructions judiciaires contre les leaders kurdes du HPD, Selahattin Demirtaş et Figen Yüksekdağ. Le parquet les accuse, pour le premier, d’avoir appelé à commettre des violences contre les non-Kurdes —ce qui est une ineptie— et, pour la seconde, de soutenir le PYG, milice de la République arabe syrienne et donc, selon le magistrat, organisation terroriste.

Le guerre civile qui débute ne sera pas la même que celle des années 90. Elle sera beaucoup plus vaste et meurtrière. À la fois parce que la Turquie n’a plus aucun allié à l’extérieur et parce que la politique islamiste a divisé la société turque. Il n’y aura donc pas d’un côté les institutions turques soutenues par l’Otan et de l’autre le PKK soutenu par la Syrie, mais une fragmentation de la société turque : laïques contre islamistes ; modernes contre traditionalistes ; alévis contre sunnites ; Kurdes contre Turcs.

Thierry Meyssan

 

[1] Initialement dénommée « Aube de l’Odysée », l’opération contre la Libye était commandée par le général Carter Ham en sa qualité de chef de l’AfriCom. Cependant, il s’insurgea contre le rôle attribué au sol à al-Qaïda pour renverser la Jamahiriya arabe libyenne tandis que la Coalition prétendait uniquement protéger les civils. Il fut relevé de ses fonctions au profit de l’Otan et l’opération fut alors dénommée « Protecteur unifié ».

[2] Les habitants de Benghazi refusèrent d’attaquer Tripoli une fois obtenu leur indépendance de facto. Les Misratas furent encadrés par les combattants d’al-Qaïda.

[3] Pour être plus précis, Paris se retira de la guerre en mars 2012 après la chute de l’Émirat islamique de Baba Amr et la restitution des légionnaires français qui avaient été faits prisonniers. Mais le président Sarkozy ne parvint pas à se faire réélire en mai et son successeur, François Hollande, reprit la guerre en juillet.

[4] Ville également connue sous les noms d’Antakya ou de Hatay.

[5] Le Premier ministre mit en scène avec le chef de son opposition un débat aux Communes dans lequel les deux leaders se donnèrent la réplique en lisant un même texte. Le Royaume-uni put ainsi se retirer de la guerre sans avoir à accuser publiquement la Turquie. Les États-Unis lui emboîtèrent le pas.

 

La Turquie en danger: demain la guerre civile

Publié par wikistrike.com sur 28 Juillet 2015, 07:21am

Catégories : #Politique internationale

La Turquie en danger: demain la guerre civile

 

Alors que la presse occidentale salue l’autorisation faite par la Turquie aux États-Unis d’utiliser ses bases militaires pour combattre Daesh, Thierry Meyssan observe les tensions internes de ce pays. Selon lui, le maintien de M. Erdoğan au pouvoir comme l’absence de nouvelle majorité lors des prochaines élections législatives conduiront sans délai à la guerre civile.

puis une quinzaine d’années, George Friedman, le fondateur de l’agence de renseignement privée Stratfor, persuade les dirigeants occidentaux que les BRICS ne joueront pas de rôle important au XXIe siècle, mais que la Turquie islamique y parviendra [1]. Friedman est un ancien collaborateur d’Andrew Marshall, le stratège du Pentagone de 1973 à 2015 [2].

La propagande en faveur de l’islamisme turc, comme modèle économique et politique, a été renforcée par le patronat islamique turc via certaines personnalités françaises qui se sont laissées corrompre (Anne Lauvergeon, Alexandre Adler, Joachim Bitterlich, Hélène Conway-Mouret, Jean-François Copé, Henri de Castries, Augustin de Romanet, Laurence Dumont, Claude Fischer, Stéphane Fouks, Bernard Guetta, Élisabeth Guigou, Hubert Haenel, Jean-Pierre Jouyet, Alain Juppé, Pierre Lellouche, Gérard Mestrallet, Thierry de Montbrial, Pierre Moscovici, Philippe Petitcolin, Alain Richard, Michel Rocard, Daniel Rondeau, Bernard Soulage, Catherine Tasca, Denis Verret, Wilfried Verstraete, pour ne citer qu’eux).

Pourtant, la Turquie est aujourd’hui au bord de l’implosion au point que sa survie, en tant qu’État, est directement menacée.

Le projet de démantèlement de la Turquie

En 2001, les stratèges straussiens du département de la Défense envisageaient un remodelage du « Moyen-Orient élargi » qui prévoyait la division de la Turquie au profit d’un Kurdistan indépendant, réunissant les Kurdes de l’actuelle Turquie, ceux d’Irak et d’Iran. Ce projet supposait la sortie de la Turquie de l’Otan, la réconciliation de tribus kurdes que tout sépare —y compris la langue— et des déplacements considérables de population. Le colonel Ralph Peters a évoqué ce plan dans un article de Parameters dès 2001, avant d’en publier la carte, en 2005. Peters est un élève de Robert Strausz-Hupé, l’ancien ambassadeur des États-Unis à Ankara et le théoricien du Novus orbis terranum (le « Nouvel ordre mondial ») [3].

Ce projet insensé a refait surface, il y a un mois, avec l’accord israélo-saoudien négocié en marge des pourparlers 5+1 sur le nucléaire iranien [4]. Tel-Aviv et Riyad comptaient sur la Turquie pour renverser la République arabe syrienne. En effet, Ankara s’était fermement engagé dans ce sens lorsque l’Otan avait terminé le transfert du LandCom (commandement joint des Forces terrestres) à Izmir, en juillet 2013 [5]. Désemparé par la passivité états-unienne, M. Erdoğan avait alors organisé sous faux drapeau le bombardement chimique de la Ghouta pour contraindre l’Otan à intervenir. Mais en vain. Il avait récidivé, un an plus tard, en promettant d’utiliser la Coalition internationale anti-Daesh pour prendre Damas. Israël et l’Arabie saoudite qui ont fait les frais de ces promesses non tenues n’auront aucune retenue à provoquer la guerre civile en Turquie.

Le changement de politique à Washington

Cependant, deux éléments semblent s’opposer au démantèlement de la Turquie.

- Premièrement, le secrétariat à la Défense lui-même. Depuis le départ d’Andrew Marshall, le nouveau stratège, le colonel James H. Baker, n’est pas un straussien. Il raisonne dans le cadre des principes de la paix de Westphalie et oriente le Pentagone vers une confrontation de type Guerre froide [6]. La vision de Baker correspond à celle de la nouvelle National Military Strategy [7]. En outre, elle est partagée par le nouveau chef d’état-major interarmes, le général Joseph Dundord [8]. En d’autres termes, le Pentagone aurait abandonné la « stratégie du chaos » [9] et souhaiterait désormais s’appuyer à nouveau sur des États.

- Deuxièmement, préoccupée par le possible déplacement de l’Émirat islamique (« Daesh ») du Levant vers le Caucase, la Russie a négocié —avec l’accord de Washington— un accord entre 
- la Syrie (actuellement attaquée par Daesh), 
- l’Arabie saoudite (principal financier actuel de l’organisation terroriste) 
- et la Turquie (qui assure le commandement opérationnel de l’organisation).

Ce plan a été présenté le 29 juin par le président Vladimir Poutine au ministre syrien des Affaires étrangères, Walid Mouallem, et à la conseillère spéciale du président Bachar el-Assad, Bouthaina Shaaban [10]. Il a immédiatement été suivi d’échanges entre les parties. 
• Le 5 juillet, une délégation des services secrets syriens était reçue par le prince héritier saoudien, Mohamad ben Salman. 
• La Turquie a reçu un émissaire officieux de Damas, puis a envoyé le sien à Damas. Après la signature de l’accord 5+1, elle a stoppé son soutien à Daesh et a arrêté 29 passeurs [
11].

Les deux évolutions sont donc actuellement possibles : soit un déplacement de la guerre de la Syrie vers la Turquie, soit une coordination régionale contre Daesh.

La situation en Turquie

Quoi qu’il en soit, la Turquie s’est transformée au cours des quatre dernières années.

- Premièrement, son économie s’est effondrée. Son engagement dans la guerre contre la Libye l’a privée d’un de ses principaux clients et elle n’en a tiré aucun profit car ce client est devenu insolvable. Son engagement dans la guerre contre la Syrie a été moins dramatique, car le marché commun syro-irano-turc était encore embryonnaire. Mais l’effet cumulé de ces deux guerres a cassé la croissance du pays qui est sur le point de devenir négative. En outre, une partie de l’économie turque est actuellement basée sur la vente de produits fabriqués pour des grandes marques européennes qui sont détournés des circuits commerciaux légaux à l’insu de leurs commanditaires. Ce piratage massif porte désormais atteinte à l’économie de l’Union européenne.

- Deuxièmement, pour conquérir le pouvoir Recep Tayyip Erdoğan s’est protégé d’un coup d’État militaire en arrêtant des officiers supérieurs et en les accusant de comploter contre l’État. Dans un premier temps, il s’en est prit aux réseaux Gladio de l’Otan (Ergenekon dans sa version turque) [12]. Puis, dans un deuxième temps, il fit arrêter les officiers qui envisageaient de changer d’alliance avec la fin de la Guerre froide et avaient pris contact avec l’Armée populaire chinoise en les accusant d’appartenir au même groupe Ergenekon, ce qui n’avait aucun sens [13]. En définitive, à la suite de ces purges, la majorité des officiers supérieurs a été arrêtée et incarcérée. Du coup, les armées turques sont affaiblies et ont perdu leur attrait au sein de l’Otan.

- Troisièmement, la politique islamiste de l’administration Erdoğan a profondément divisé le pays et a fait naître une haine d’abord entre les laïques et les religieux, puis entre les communautés sunnites, kurdes et alévies. De sorte que le parallèle avec le scénario égyptien, que j’évoquais il y a plus d’un an, devient aujourd’hui possible [14]. La Turquie est devenue une poudrière. Il suffirait d’une étincelle pour faire éclater une véritable guerre civile que personne ne pourra arrêter et qui ravagera durablement le pays.

- Quatrièmement, la rivalité entre le clan islamiste de M. Erdoğan, la Millî Görüş (créé dans les années 70 par l’ancien Premier ministre Necmettin Erbakan), et le Hizmet de Fethullah Gülen a détruit le parti au pouvoir, l’AKP. Les deux écoles partagent la même vision obscurantiste de l’islam, mais Fethullah Gülen (qui vit aujourd’hui aux États-Unis) avait été recruté à la CIA par Graham E. Fuller et prêche une alliance des croyants autour de l’Otan chrétien et d’Israël, tandis que la Millî Görüş défend le suprémacisme musulman. En outre, on ne voit pas comment les partisans de l’ancien président Turgut Özal (également islamistes et à ce titre membres de l’AKP, mais favorables à la reconnaissance du génocide arménien, à l’égalité en droit des Kurdes, et à une fédération des États turcophones d’Asie centrale) continueraient à lier leur sort à celui de M. Erdoğan.

- Cinquièmement, en acceptant la proposition du président Vladimir Poutine de construire le gazoduc Turkish Stream, le président Erdoğan s’est directement attaqué à la stratégie globale des États-Unis. En effet, ce gazoduc, s’il doit voir le jour, ouvrira une voie de communication continentale et menacera la doctrine de « contrôle des espaces communs » par laquelle Washington maintient sa suprématie sur le reste du monde [15]. Il permettra à la Russie de contourner le chaos ukrainien et de passer outre l’embargo européen.

L’Otan ne veut plus jouer

Si les liens personnels de M. Erdoğan avec al-Qaïda ont été établis par la Justice turque, il ne fait plus aucun doute qu’il dirige personnellement Daesh. En effet : 
- L’organisation terroriste est officiellement commandée par Abu Bakr el-Baghdadi. Mais cette personnalité n’est mise en avant que parce que c’est un membre de la tribu de Qurays et donc un descendant du Prophète. Le commandement exécutif est confié à Abu Alaa al-Afri et Fadel al-Hayali (dit Abu Muslim al-Turkmani), deux Turkmènes agents du MIT (services secrets turcs). Les autres membres de l’état-major sont issus de l’ancienne URSS. 
- Les exportations de pétrole brut, qui ont récemment repris en violation de la résolution 2701 du Conseil de sécurité, ne sont plus assurées par Palmali Shipping & Agency JSC, la compagnie du milliardaire turco-azéri Mubariz Gurbanoğlu, mais par BMZ Ltd, la société de Bilal Erdoğan, le fils du président. 
- Les soins importants aux jihadistes blessés de Daesh sont fournis par le MIT en Turquie, dans un hôpital clandestin situé à Şanlıurfa et placé sous la supervision de Sümeyye Erdoğan, la fille du président [
16].

C’est pourquoi, le 22 juillet, le président Barack Obama a téléphoné à son homologue turc, Recep Tayyip Erdoğan, et l’a lourdement menacé. Selon nos informations, le président états-unien a déclaré s’être mis d’accord avec le Premier ministre britannique David Cameron pour exclure la Turquie de l’Otan —ce qui implique la guerre civile et la division en deux États— si la Turquie 
- 1. ne rompt pas immédiatement l’accord gazier avec la Russie ; 
- 2. ne participe pas immédiatement à la coalition internationale anti-Daesh.

Le président Erdoğan, qui a une formation islamique mais pas politique [17], a réagi à la fois en tentant d’apaiser Washington et en poursuivant ses lubies. 
- 1. la Turquie a autorisé l’Otan à utiliser ses bases sur le territoire turc pour lutter contre Daesh, a arrêté des passeurs de Daesh, et a participé à des bombardements symboliques de Daesh en Syrie ; 
- 2. en outre, M. Erdoğan a déployé des efforts bien plus importants contre son opposition kurde que contre Daesh en bombardant massivement des positions du PKK en Irak, en arrêtant des membres du PKK en Turquie et bloquant de nombreux sites internet kurdes [
18]. Le PKK a répondu par un communiqué laconique constatant que le gouvernement venait de rouvrir unilatéralement les hostilités ; 
- 3. on ignore, pour le moment, les décisions relatives au gazoduc Turkish Stream.

Les États-Unis, par la voix du représentant spécial adjoint pour la lutte contre Daesh, Brett McGurk, et l’union européenne, par la voix de la Hautre représentante pour la politique extérieure, Federica Mogherini, ont vivement critiqué l’attaque contre le PKK et souligné l’absolue nécessité de maintenir le cessez-le-feu. De son côté, Massoud Barzani, le président du gouvernement régional kurde d’Irak, a publié un communiqué pour contredire le Premier ministre Davutoğlu qui avait prétendu avoir reçu son soutien.

Nous arrivons maintenant à l’issue du délai constitutionnel de 45 jours au terme duquel le chef du principal groupe parlementaire devait constituer un gouvernement. Les trois principaux partis d’opposition, conseillés par l’ambassade des États-Unis, ayant refusé de s’allier avec l’AKP, Ahmet Davutoğlu n’y est pas parvenu. De nouvelles élections législatives devraient être convoquées. Compte tenu d’une part de la division de l’AKP (islamistes) et d’autre part, de la haine entre le MHP (conservateurs) et le HPD (gauche et kurdes), il sera difficile de trouver une majorité. Si tel est le cas ou si l’AKP parvient à se maintenir, la Turquie entrera en guerre civile.

 

[1The Next 100 Years : A Forecast for the 21st Century, George Friedman (2009). L’ouvrage a été traduit avec un grand retard en français sous le titre Les 100 Ans à venir : Un Scénario pour le XXIe siècle (ZDL, 2012).

[2] « Après 42 ans, Andy Marshall quitte le Pentagone », Réseau Voltaire, 7 janvier 2015.

[3] Sur les travaux de Strausz-Hupé et de de Peters, se reporter àL’Effroyable imposture 2pp.117-224.

[4] « Les projets secrets d’Israël et de l’Arabie saoudite », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 22 juin 2015.

[5] “Izmir base likely to become NATO’s Land Component Command”,Todays Zaman, June 6, 2011.

[6] « Ashton Carter nomme le nouveau stratège du Pentagone », Réseau Voltaire, 17 mai 2015.

[7] « L’Europe encore en première ligne », par Manlio Dinucci, Traduction Marie-Ange Patrizio, Il Manifesto (Italie), Réseau Voltaire, 16 juillet 2015.

[8] « Le général Dunford désigne la Russie comme menace principale »,Réseau Voltaire, 13 juillet 2015.

[9] “Stumbling World Order and Its Impacts”, by Imad Fawzi Shueibi,Voltaire Network, 5 April 2015.

[10] « La Russie tire ses marrons du feu », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 13 juillet 2015.

[11] « Premières conséquences de l’accord 5+1 », par Thierry Meyssan,Réseau Voltaire, 20 juillet 2015.

[12] « Ergenekon : une légende urbaine ? », par Orhan Kemal Cengiz ;. « L’organisation Ergenekon mise en cause pour ses relations privilégiées avec Hizb ut-Tahrir », par Mutlu Özay et Mustafa Turan, Traduction Nathalie Krieg, Today Zaman (Turquie), Réseau Voltaire, 9 juillet et 3 août 2009.

[13] « Le coup d’État judiciaire de l’AKP », par Thierry Meyssan, Al-Watan (Syrie), Réseau Voltaire, 19 août 2013.

[14] « La division de la Turquie », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 31 mars 2014.

[15] “The Geopolitics of American Global Decline”, by Alfred McCoy, Tom Dispatch (USA), Voltaire Network, 22 June 2015.

[16] « Le rôle de la famille Erdoğan au sein de Daesh », Réseau Voltaire, 26 juillet 2015.

[17] « Vers la fin du système Erdoğan », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 15 juin 2015.

[18] Dont Rudaw, BasNews, DİHA, ANHA, le quotidien Özgür Gündem, Yüksekova Haber, Sendika.Org et RojNews. Actuellement 81 000 sites internet sont inaccessibles depuis la Turquie.

 

Un haut fonctionnaire français a invité , le 19 mars 2012, des journalistes arabes basés à Paris pour leur révéler la bataille qui se livre actuellement au sein du gouvernement français en général et du Quai d’Orsay en particulier à propos de la Syrie.

Selon cette personnalité, l’ambassadeur de France à Damas, Éric Chevallier, dont l’ambassade vient d’être fermée et qui est rentré à Paris, a pris à partie son ministre devant ses collègues. Il a accusé Alain Juppé de ne pas avoir tenu compte de ses rapports et d’avoir falsifié les synthèses pour provoquer une guerre contre la Syrie.

Au début des événements, en mars 2011, le Quai avait dépêché des enquêteurs à Deraa pour savoir ce qui s’y passait. Leur rapport, transmis à Paris, indiquait qu’après quelques manifestations, la tension était retombée, en contradiction avec les reportages d’Al-Jazeera et de France24 qui indiquaient à l’inverse que la ville était à feu et à sang. L’ambassadeur demanda la prolongation de la mission pour suivre l’évolution des événements. Furieux de ce premier rapport, le ministre des Affaires étrangères lui téléphona pour exiger qu’il le modifie et fasse état d’une répression sanglante. L’ambassadeur plaça alors le chef de mission à Deraa en conférence téléphonique avec le ministre pour lui redire qu’il n’y avait pas de répression sanglante. Le ministre menaça l’ambassadeur et la conversation se termina de manière glaciale.

Immédiatement après, le cabinet d’Alain Juppé fit pression sur l’AFP pour qu’elle publie des dépêches mensongères confortant la vision du ministre.

Durant les mois qui suivirent, les incidents opposant Éric Chevallier et Alain Juppé ne cessèrent de se multiplier, jusqu’à l’affaire des otages iraniens et la mort du « journaliste » Gilles Jacquier. À cette occasion, l’ambassadeur reçu l’ordre d’exfiltrer les agents de la DGSE travaillant sous couverture de presse. Il réalisa l’importance de l’action secrète entreprise par Alain Juppé [1].

Ancien ministre de la Défense, Alain Juppé a semble t-il conservé de solides amitiés au sein des services militaires dont certains agents lui restent dévoués.

La même source assure que des rapports de l’ambassadeur auraient été négligés ou falsifiés et que celui-ci, pour étayer ses dires, aurait fait parvenir au Quai des rapports d’homologues européens attestant tous que la Syrie n’est pas confrontée à un cycle de manifestations/répression, mais à une déstabilisation par des groupes armés venus de l’étranger. À son arrivée à Paris, Éric Chevallier aurait demandé une enquête administrative interne pour confondre son propre ministre.

Ces révélations en appelant d’autres, un autre haut fonctionnaire a révélé qu’Alain Juppé n’est pas seulement en conflit avec son administration, mais aussi avec ses collègues de l’Intérieur et de la Défense. Claude Guéant et Gérard Longuet auraient non seulement négocié avec le général Assef Chawkat l’exfiltration des agents français présents dans l’Émirat islamique de Baba Amr, comme le Réseau Voltaire l’a relaté [2], mais aussi la libération de trois commandos français détenus par la Syrie [3].

Dimanche 18 mars, le quotidien pro-syrien Ad-Diyar, édité à Beyrouth, a confirmé que trois prisonniers français ont été remis au chef d’état-major des armées (CEMA), l’amiral Édouard Guillaud, lors d’un déplacement au Liban, prétendument effectué à l’occasion de la réorganisation du contingent français de la FINUL. Selon une source syrienne de haut niveau, l’amiral aurait en échange personnellement veillé au complet démantèlement de la base arrière que les services militaires français avaient installée au Liban.

Le conflit entre l’ambassadeur Chevallier et le ministre Juppé est connu depuis longtemps. Le 4 avril 2011, le journal électronique Rue89 avait publié un article attribué à un auteur franco-syrien anonyme [4]. On pouvait y lire que l’ambassadeur « se serait fait le porte-parole du régime, prétendant que les révoltes de Daraa et Lattaquié sont manipulées depuis l’étranger et que les médias mentent sur la réalité ». Dix jours plus tard, c’était au tour de Georges Malbrunot d’affirmer sur son blog du Figaro que l’ambassadeur « est complètement basharisé » [5]. Enfin, le 5 mai, France24, la chaîne placée sous la tutelle d’Alain Juppé, avait accusé l’ambassadeur de « minimiser la révolte » [6]

Le conflit entre le chef d’état-major des armées et Alain Juppé est également connu depuis longtemps. L’amiral Edouard Guillaud n’avait pas apprécié qu’Alain Juppé, alors ministre de la Défense, planifie à l’avance le renversement de Mouammar el-Kadhafi. Avec le discret soutien de son nouveau ministre de tutelle Gérard Longuet, il avait fait savoir publiquement son désaccord lorsqu’il avait reçu instruction de mobiliser les forces françaises contre la Libye.

Quant aux relations Guéant-Juppé, elles sont notoirement exécrables. On se souvient qu’avec l’arrogance qu’on lui connaît Alain Juppé avait posé comme condition pour son entrée au gouvernement Fillon que Claude Guéant quitte le secrétariat général de l’Élysée parce qu’il ne voulait pas avoir à lui parler.

Après l’accord survenu entre Washington, Londres et Moscou pour calmer le jeu en Syrie, Alain Juppé peut toujours compter sur l’appui d’Ankara, de Riyad et de Doha, ainsi que sur les principaux médias, mais se trouve isolé en France et privé des moyens nécessaires à sa politique … à moins, bien sûr, que le président Sarkozy ne pousse à la guerre pour faire remonter dans les sondages le candidat Sarkozy.

 

Les trois virages d’Erdoğan

par Thierry Meyssan

Arrivé au pouvoir en masquant ses origines islamistes, Recep Tayyip Erdoğan a opéré trois virages lorsqu’il a détenu les principaux pouvoirs : d’abord lors de la guerre en Libye, puis lors de la tentative d’assassinat du prince saoudien Banda bin Sultan, enfin lorsque le Qatar a cessé de soutenir publiquement les Frères musulmans. Mais, ivre de sa puissance, il a trahi économiquement les États-Unis.

Le rêve de M. Erdoğan touche à sa fin. Les États-Unis veulent se débarrasser de lui et il a perdu les dernières élections législatives.

Recep Tayyip Erdoğan était un voyou, qui vécu durant deux ans dans la rue à la tête d’un petit gang. Il se convertit à l’islamisme et rejoignit la Millî Görüş, une organisation nostalgique du califat. C’était alors un militant d’extrême droite anti-communiste qui participait à diverses manifestations anti-juives et anti-maçonniques. Il se présenta aux élections et fut élu député, puis maire d’Istanbul, mais il se garda bien de mettre en œuvre son programme islamiste. Cependant, lors de l’affrontement entre les islamistes et les kémalistes, il prit nettement position dans un discours et fut arrêté et condamné à 4 mois de prison.

À sa sortie, il déclara avoir renoncé à imposer sa vision de l’islam à la société. Avec l’aide de l’ambassade US, il fonda alors l’AKP, un parti à la fois islamiste et atlantiste auquel il intégra non seulement ses camarades de la Millî Görüş, mais aussi les disciples de Fetullah Güllen, et les anciens partisans de Turgut Özal (qui fut président de la République au début des années 90). Il gagna également les élections de 2003, ce qui permit à Recep Tayyip Erdoğan de devenir enfin Premier ministre, son interdiction politique étant terminée.

Arrivé au pouvoir, M. Erdoğan oublia d’imposer ses vues islamistes. Il développa l’économie avec l’aide des États-Unis, puis à partir de 2009 mit en œuvre la théorie du professeur Ahmet Davutoğlu (un disciple de Fetullah Güllen) de « zéro problème avec nos voisins ». Il s’agissait de résoudre, avec un siècle de retard, les conflits hérités de l’Empire ottoman.

Le premier virage d’Erdoğan eut lieu durant la guerre contre la Libye. L’Otan fit appel à la Turquie et celle-ci utilisa la tribu de Misrata car elle avait été formée par des Turcs en Libye, au XVIIIe et XIXe siècle. Erdoğan les mobilisa pour renverser Mouamar el-Kadhafi.

Lorsque, en juillet 2012, l’Axe de la Résistance réagissait à l’assassinat des membres du Conseil de sécurité national syrien en tentant d’assassiner le prince saoudien Bandar ben Sultan, Recep Tayyip Erdoğan saisit sa chance. Il substitua la Turquie à l’Arabie saoudite dans la manipulation du terrorisme international. Ce fut son second virage.

En deux ans, plus de 250 000 mercenaires, venus des quatre coins du monde, transitèrent par la Turquie pour faire le jihad en Syrie.

M. Erdoğan installait trois camps d’entrainement d’al-Qaïda sur son sol à Şanlıurfa (frontière syrienne), à Osmaniye (à côté de la base de l’Otan d’Incirlik), et à Karaman (près d’Istanbul) où il organisa une académie du terrorisme.

Durant la période où il était mondialement recherché, Yasin al-Qadi, le « banquier d’al-Qaïda », se rendait secrètement à Ankara, en avion privé. Les gardes du corps de M. Erdoğan venaient le chercher à l’aéroport, non sans avoir d’abord désactivé les caméras de surveillance.

En mai 2014, le MIT transférait par train spécial à Daesh quantité d’armes lourdes et de pick-up Toyota neufs offerts par l’Arabie saoudite.

L’AKP se rapprocha officiellement des Frères musulmans lors de la guerre conduite par Israël contre les Gazaouites, en 2008-09. Dès les premiers jours du printemps arabe, l’AKP soutenait Rached Ghannouchi en Tunisie, Mahmoud Jibril en Libye et Mohamed Morsi en Égypte. Le parti fournit des spécialistes en communication politique aux Frères musulmans et les conseilla pour imposer leur vision commune de l’islam dans leurs sociétés respectives.

Signe de cette alliance, M. Erdoğan facilita, en septembre 2011, la création à Istanbul du Conseil national syrien, appelé à devenir le gouvernement syrien en exil ; une instance entièrement contrôlée par les Frères musulmans.

Le troisième virage eut lieu en septembre 2014. À l’époque, le Qatar évita une guerre avec l’Arabie saoudite en invitant les Frères musulmans à quitter l’Émirat, M. Erdoğan saisit à nouveau sa chance et se trouva seul parrain de la Confrérie au plan international.

Cependant, en signant le 1er décembre 2014 un accord économique avec Vladimir Poutine pour lui permettre de contourner les sanctions de l’Union européenne (Turkish Stream), M. Erdoğan a défié les règles implicites de l’Otan. Ce faisant, il est devenu l’homme à abattre à la fois pour Washington et pour Bruxelles. Les États-Unis ont donc largement influé en sous-main durant la campagne électorale pour rendre possible le renversement de l’AKP.

Pour cette élection, M. Erdoğan s’était fixé comme objectif de remporter 400 sièges sur 550. En réalité, pour faire adopter une constitution taillée sur mesure qui lui accorde les pleins pouvoirs exécutifs, il espérait 367 sièges. À défaut, il se serait contenté de 330 sièges, ce qui lui aurait permis de convoquer un référendum qui aurait adopté le projet de constitution à la majorité simple. De toute manière, il lui en fallait 276 pour disposer de la majorité parlementaire, mais il n’en aura que 258, ce qui est insuffisant pour conserver seul le pouvoir.

Les États-Unis ont organisé, en juin 2013, les manifestations du parc Taksim Gezi, non pas pour faire chuter Erdoğan, mais juste lui donner un avertissement. Constatant que ce mouvement n’avait pas pu le renverser, l’AKP se pensait, à tort, indétrônable. Il a donc tenté de faire passer en force son programme islamiste (foulards pour les femmes, interdiction de cohabitation pour les célibataires de sexe opposé, etc.). Et ce, alors que l’image pure du Sultan se trouvait soudainement remise en cause par la révélation de la corruption de sa famille. En février 2014, on entendait, sur ce qui paraît être une interception téléphonique, M. Erdoğan demander à son fils de cacher 30 millions d’euros en liquide avant une perquisition de la police.

Tout ceci sans parler de la purge contre les fidèles de son ancien allié, Fethullah Gülen, de l’incarcération massive de généraux, d’avocats et de journalistes, du non-respect des promesses faites aux Kurdes, et de la construction du plus grand palais présidentiel au monde.

 

 

Discours d’Alain Juppé à propos de la Syrie au Conseil des Droits de l’homme

Père Elias Zahlaoui, prêtre arabe de Syrie.

Lettre ouverte d’un prêtre catholique arabe de Syrie à Alain Juppé, ministre français des Affaires Étrangères…


Monsieur le Ministre,

Prêtre arabe de Syrie, je viens d’apprendre, à l’instant, votre déclaration aux États-Unis, touchant la légitimité de notre Président de la République. En tant que syrien, je ne puis rester silencieux face à une telle ingérence dans les affaires de mon pays. Professeur d’Université, vous n’êtes pas censé ignorer que la légitimité d’un Président de République dépend du consensus de son peuple uniquement, et non de l’arbitraire d’une puissance quelconque. Ministre des Affaires Étrangères d’un pays comme la France, vous êtes censé savoir que la Syrie est un État souverain, membre fondateur des Nations-Unies. Mais, porte-parole grisé de certains maîtres du monde actuel, vous croyez pouvoir décider, à volonté, du sort des autres pays, dont la Syrie. Laissez-moi vous dire, au nom des millions de victimes que l’Occident a écrasés depuis des siècles, qu’il est grand temps de cesser de jouer les monstres à face humaine, et de piétiner tous les droits des autres peuples, au point de détruire leur existence même, comme vous vous êtes plu à le refaire depuis des décennies, en Irak, en Iran, en Afghanistan, au Pakistan, dans toute l’Afrique, notamment en Lybie.

Monsieur le Ministre, Pour en revenir à la Syrie, oubliez-vous que le but dernier de toutes les manœuvres politiques, diplomatiques et séditieuses, menées contre la Syrie, depuis plus de deux mois, a été insolemment dévoilé par la conseillère au Pentagone, Mme Michèle Flournoy ? D’ailleurs, elle était tellement assurée de la réussite prochaine du complot mené contre la Syrie, qu’elle avait publiquement déclaré que la Syrie retrouverait tout son calme, le jour où elle romprait avec l’Iran et le Hezbollah, et signerait un traité de paix avec Israël ! Ne seriez-vous donc, célèbres diplomates et politiciens occidentaux, que les porte-paroles mesquins de la volonté israélienne ? Auriez-vous déjà oublié, en France et en Europe, le grand honneur que vous a valu la Résistance à l’occupation nazie ? Votre mémoire historique, écourtée ou effacée, devrait vous le rappeler ! Fallait-il que les nazis prolongent leur occupation de la France et de l’Europe, pour que vous ressentiez jusqu’à ce jour l’injustice que subissent les autres ? Mais si, en tant que Ministre de cette France du Général De Gaulle, vous pouvez tourner allègrement le dos, et pour des raisons piteuses, à cet honneur historique. Laissez-moi vous dire, en tant que simple citoyen syrien, que la Syrie n’acceptera jamais de tourner le dos au devoir vital de défendre son existence propre, d’abord contre l’occupation israélienne, ensuite contre le danger mortel que constitue le Sionisme, pour toute la nation arabe. 

Cependant, il semble que l’Occident tient à rester l’Occident, alors qu’il ne l’est plus. Je m’explique : hypothéqué par un passé colonial, lourd, très lourd même d’occupations sanglantes, de guerres criminelles, de transferts inhumains de populations entières, de vols systématiques des pays dominés, du Proche à l’Extrême-Orient, d’Afrique et d’Australie, de découpages arbitraires et piégés à long terme, de populations et de pays, d’exterminations en règle des populations autochtones, notamment sur tout le continent américain, ainsi qu’en Océanie, l’Occident s’est toujours laissé emporter par un appétit de domination, sans frein… C’est pourquoi, tout en piétinant tous les droits, comme vous cherchez à le faire en Syrie, vous n’avez jamais éprouvé la moindre honte à prétendre toujours être dans votre droit. Car le fort ne se trompe jamais! Mais, Messieurs les Européens, il se trouve qu’effectivement, vous êtes passés du rôle de maîtres à celui de valets. En effet, prétendez-vous ignorer que toute l’Europe se traîne désormais à la remorque des États-Unis? Cela n’est plus un secret pour personne. Et vous n’ignorez certainement pas les nombreux penseurs européens, qui ne cessent de crier à l’urgence de libérer l’Europe du « piège américain ». Mais il se trouve aussi que les États-Unis sont, à leur tour, victimes d’un autre piège, celui du tout-puissant lobby israélien. Qu’il me suffise de vous rappeler ce qu’ont écrit Noam Chomsky, Paul Findley, Stephen Walt et John Mearsheimer, pour vous éviter d’essayer d’échapper à cette amère conclusion : ne seriez-vous donc, en Europe, que les valets des valets du Sionisme?

Monsieur le Ministre, avouez que l’Occident, si puissant soit-il, a perdu tout crédit… En effet, en haut-lieu, c’est-à-dire, aux Nations-Unies, au Conseil de Sécurité, ainsi que dans les autres institutions soi-disant internationales, il s’est avéré que dès qu’il s’agit de pays non-occidentaux, les représentants de l’Occident, surtout ceux des États-Unis, se pavanent comme des lions. Ils se permettent toutes sortes d’ingérences, allant jusqu’à détruire des pays entiers, de fond en comble. Rappelez-vous au moins l’Afghanistan, l’Irak et maintenant la Lybie. Et tout cela au nom « de la Démocratie, de la Dignité et des Droits de l’Homme ». Mais dès qu’il s’agit d’Israël, tous les pays occidentaux, sans exception, des plus « grands » aux plus « petits », les États-Unis en tête, deviennent rien de moins que des néants, des néants aveugles, sourds et muets! Et pourtant, même les sondages faits en Europe reconnaissent qu’Israël est l’État terroriste par excellence. Bien plus, il constitue la plus grande menace pour la paix du monde. Terroriste, Israël l’a été bien avant sa création, en 1948. Et si vous en avez le moindre doute, je vous réfère au livre terrible d’un historien français, juif et sioniste, du nom de Charles Enderlin. Son titre dévoile bien son contenu : « Par le feu et par le sang », Paris, 2008. Et Israël est resté fidèle à lui-même : tueur, voleur, guerrier, féroce, arrogant, raciste, expansionniste et exterminateur. Pourtant, les Juifs ont toujours été bien traités en pays arabes et musulmans. Leurs historiens sont assez honnêtes pour le reconnaître. Mais ils ont trouvé moyen de faire payer la terrible facture de l’antisémitisme occidental et de l’holocauste nazie, à tous les peuples arabes et musulmans dont ils avaient, depuis Ben Gourion, calculé la destruction, tout en imposant un holocauste de 60 ans déjà, aux Arabes, chrétiens et musulmans, de Palestine.

Monsieur le Ministre, je me dois de vous poser une dernière question. Ministre des Affaires Étrangères d’un pays comme la France, qui se prétend farouchement attachée à sa laïcité, comment justifiez-vous le support inconditionnel qu’elle apporte à un pays qui se veut uniquement juif ? Pour finir, laissez-moi en prêtre catholique, vous présenter mes condoléances pour l’Église de France, qui me semble bel et bien morte, pour avoir gardé si longtemps un silence criminel, face aux désastres incessants que ne cesse de commettre l’Occident, aux niveaux du monde arabe et musulman, et en conséquence, aux dépens de l’existence de leurs chrétiens autochtones, dans le seul but de permettre à Israël de vivre ! Comme le Pape Jean-Paul II avait raison, quand il avait un jour, en visite en France, commencé son discours par cette interrogation : « France… France, où est ton baptême ?! ».

De grâce, Monsieur le ministre, un peu plus d’honnêteté et de dignité !

Syrie, «Nous n’assistons à rien de moins qu’à un nouveau Vietnam»

  05 Août 2015
  1410 Vues
  1 commentaire
 
Syrie, «Nous n’assistons à rien de moins qu’à un nouveau Vietnam»

Les États-Unis viennent d'annoncer qu'ils mèneraient des opérations aériennes en Syrie pour appuyer les groupes rebelles qu'ils soutiennent. Pour Myriam Benraad, spécialiste du Moyen-Orient, «il n'y aura dans cette guerre de victoire pour personne».

 

Myriam Benraad est chercheuse spécialiste de l’Irak et du Moyen-Orient, associée au Centre de recherches internationales (CERI-Sciences Po) et à l’Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman (IREMAM, CNRS). 

 

RT France: Comment interprétez-vous l’inflexion de la stratégie des États-Unis qui ont décidé qu’ils pouvaient désormais bombarder pour défendre les groupes entraînés par eux ?

 

Myriam Benraad: D'abord, il faut bien comprendre que les États-Unis n’ont pas de véritables alliés dans cette guerre, ils n’ont que des partenaires de circonstance, changeants au gré des événements. On le voit très clairement avec le silence relatif de l’administration américaine face à la répression des Kurdes par Ankara, ces mêmes Kurdes qui étaient pourtant supposés se trouver sous leur parrainage et font aujourd’hui les frais de la brutalité turque. Ils n’ont pas été défendus par leurs protecteurs allégués outre-Atlantique. Les États-Unis poursuivent une logique d’endiguement de la menace jihadiste, laquelle est multiforme et ne renvoie pas seulement à Daech mais revêt le visage de plusieurs groupes sur le terrain.

 

Par ailleurs, qu’est-ce que « Daech », comment définir ces groupes armés qui ne sont pas monolithiques mais eux-mêmes très mouvants, caractérisés par des passages incessants de combattants d’une faction à l’autre ? Les alliances entre insurgés, mais aussi leurs mésalliances, sont une constante. Le paysage de la violence dans la région est loin d’être statique. Les États-Unis commencent à peine à réaliser dans quel bourbier ils se sont engouffrés, un bourbier qu’ils ont largement créé en intervenant en Irak en 2003. Pour s’en sortir, Washington est même prêt à faire le jeu d’un soutien renouvelé aux régimes autoritaires locaux : quelle ironie pour l’hyper-puissance qui entendait encore « démocratiser » le Moyen-Orient il y dix ans. On en vient à réhabiliter des tyrans pour contenir le fléau jihadiste !

 

Cette guerre sera longue et sale, et pas seulement pour les Américains mais aussi pour leur partenaires régionaux et européens. 

 

RT France: Les États-Unis n'ont donc aucune stratégie dans cette guerre syrienne? Ils agissent par à coup ?

 

Myriam Benraad: Oui, comme cela a toujours été le cas. Il faut cesser de croire que les États-Unis ont une grande stratégie qui est cohérente et articulée. Cela fait 30 ans qu’ils procèdent selon les mêmes recettes désastreuses au Moyen-Orient et poursuivent des politiques éminemment idéologiques. On l’a tristement vu avec l’Irak, soumis à une « thérapie de choc » sur le modèle des pays ex-soviétiques qui a finalement accouché de Daech et non d’une quelconque démocratie. 

 

RT France: S’ils n’ont pas de stratégie, quel est leur objectif ?

 

Myriam Benraad: Depuis la fin de la Guerre froide, au-delà de la préservation de leurs intérêts dans la région, leur objectif est essentiellement idéologique. L’idée d’une « fin de l’Histoire » et l’imposition par la force, partout, de la démocratie libérale de marché. Le monde arabe était la dernière partie du monde qui faisait obstacle à la réalisation de ce grand projet, d’où la guerre d’Irak, fallacieusement présentée comme une réponse aux attentats du 11 septembre 2001. Avec Daech, on est passés à une gestion au jour le jour, ce qui est tout aussi dramatique en quelque sorte. L’actuelle « croisade » militaro-messianique n’aboutira à rien et ne peut que perpétuer le chaos dans la région durant des décennies. Les stratèges américains le savent et le reconnaissent d’ailleurs publiquement. Il n’y aura pas de « victoire », pour personne. On assiste à une véritable fuite en avant de tous les protagonistes impliqués.

 

RT France: Sur le terrain, cette confusion se retrouve également, les alliés des uns étant les ennemis des autres : par exemple, la « Division 30 » soutenue par les États-Unis mais combattue par le Front al-Nosra, lui-même membre de l’Armée de la conquête, soutenue elle par l’Arabie saoudite « alliée » des États-Unis... Tout cela tourne en rond ?

 

Myriam Benraad: À l’évidence, il existe une pluralité infinie d’acteurs et la coalition internationale sous tutelle américaine regroupe des pays aux intérêts et visions fort divergents. Chacun joue sa carte de façon très cynique et au jour le jour, encore une fois selon des alliances de circonstance, ce qui ne fait que nourrir la violence sur le long terme. Il n’y a pas aujourd’hui un camp contre l’autre, mais un imbroglio de forces, d’intérêts plus ou moins partagés ou antagoniques, de dynamiques locales. Tout est très confus et opaque.

 

RT France: Chacun des pays protagonistes suit un agenda propre ?

 

Myriam Benraad: Comme je l’ai évoqué, il n’y a pas d’alliés véritables dans cette guerre. La coalition est en grande partie fantoche, sans vision commune, sans stratégie. Or les victimes civiles meurent, elles, par milliers, soit sous les bombardements, soit aux mains des groupes armés et des régimes. La situation est kafkaïenne et l’impasse totale pour l’heure. 

 

Mais n’oublions pas que les États-Unis ont, avec la guerre d’Irak de 2003, et avant elle le soutien au jihad afghan, alimenté cette spirale diabolique qui aujourd’hui les rattrape. La liste des responsabilités est très longue et les conséquences des politiques occidentales aléatoires terribles pour le monde entier.

 

Nous n’assistons à rien de moins qu’à un nouveau Vietnam, une guerre sans fin, un bourbier sanglant et sans issue, d’une administration américaine à l’autre. Certes, il est peu probable que les États-Unis se réengagent au sol à l’exception des conseillers militaires et forces spéciales déjà déployés, ne serait-ce que parce que l’opinion américaine y est extrêmement hostile. Mais l’enlisement n’en est pas moins réel. D’ailleurs, la coalition internationale est de plus en plus hermétique quant aux informations stratégiques qu’elle diffuse auprès de la société civile. Ce n’est pas un hasard.

 

RT France: Et le facteur turc dans tout cela, comment l'analysez-vous ?

 

Myriam Benraad: La Turquie défend cyniquement ses intérêts, avant le combat contre Daech. S’il faut à la fois « endiguer » les jihadistes et la guérilla kurde, considérés comme des ennemis, les Turcs le feront sans états d’âme.

 

Qu’est-ce que l’« État islamique » exactement ?

 

Myriam Benraad: C’est un objet hybride, complexe, parti d’Irak initialement et qui s’est transformé en mouvance sunnite transfrontalière au Moyen-Orient, puis en groupe terroriste global. C'est en quelque sorte une nouvelle internationale sanglante des temps modernes. Les bombardements ne régleront pas le problème car ce « problème », c’est également le nôtre.

 

 

Sources :

JPEG - 33.8 ko

Alain Juppé : « L’intervention française en Libye est un investissement sur l’avenir »

par Yahia Gouasmi

Une fois écrasée Tripoli dans le sang, les membres de la Coalition conduite par l’OTAN tombent le masque. Ainsi, le ministre français des Affaires étrangères —qui avait planifié l’intervention quatre mois avant les événements de Benghazi, alors qu’il était encore ministre de la Défense— s’appesantit moins sur la prétendue « protection de la population civile » agonisant sous les bombes, et évoque les retours sur investissements de cette opération coloniale.

Vendredi 26 août 2011, le ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé, dans un entretien au quotidien Le Parisien, a déclaré : « Quand on m’interroge sur le coût de l’opération – le ministère de la Défense parle de 1 million d’euros par jour – je fais remarquer que c’est aussi un investissement sur l’avenir. Les ressources du pays ont été confisquées par Kadhafi qui a accumulé les stocks d’or. Cet argent doit servir au développement de la Libye ; une Libye prospère sera un facteur d’équilibre pour la région ».

Interrogé sur les origines de l’intervention de la France dans le conflit, le ministre des Affaires étrangères a reconnu : « On nous a reproché du retard à l’allumage lorsque que se sont déclarées les manifestations du Printemps arabe […] C’est fini. Notre ligne, qui a déjà prévalu en Côte d’Ivoire, c’est de privilégier les aspirations des peuples et la protection des populations civiles ».

Nous notons que les régimes de Ben Ali et de Moubarak étaient des alliés de la France. Ce qui se passe en Libye n’est pas une révolution populaire (« Printemps arabe ») comme on a pu le constater en Tunisie ou en Égypte, mais une ingérence militaire étrangère dans le but de déstabiliser le régime en place. Ainsi, sous couvert humanitaire, la France s’immisce dans les affaires d’un État souverain comme la Libye.

Et c’est également le cas pour la Syrie, la France se vantant d’avoir « dit la première que Bachar al-Assad devait quitter le pouvoir » ! Selon Alain Juppé, la France est « à la pointe de la mobilisation internationale pour faire pression sur le régime par des sanctions politiques et financières ». Il a cependant concédé que : « L’intervention militaire n’est évidemment pas envisageable aujourd’hui, car il faut tenir compte de la situation régionale et internationale du dossier syrien ». Ainsi donc, après le démantèlement du régime libyen, la France se prépare à faire de même en Syrie !

Le ministre des Affaires étrangères s’explique ensuite sur les différences entre les dossiers libyen et syrien : « La première différence, c’est qu’il n’y a pas de mandat international ». Et il s’exclame : « Nous n’allons pas, sous notre propre responsabilité, nous lancer dans une opération militaire ! » Serait-ce en réalité dû au fait que « la Russie, mais aussi la Chine, le Brésil ou l’Inde s’y opposent » ?

La France et l’Occident ont d’autres desseins en Libye et au Sahel. Ce n’est nullement la démocratie, ni la souveraineté des peuples, qui les intéressent, mais plutôt la situation stratégique du Sahel.

Yahia Gouasmi