WWIII : La confrontation avec la Russie dans les airs en Syrie a eu lieu, on continue!

Publié le par José Pedro

Sous couvert de lutter contre ISIS, « l’Occident » se prépare à attaquer ouvertement la Syrie

Comme je l’ai souvent fait remarquer, le changement de régime en Syrie a toujours été le véritable objectif des stratèges américains dans leur guerre contre ISIS (alias EIIL, alias Etat islamique, alias Al Qaïda, etc.). Il semble que la double campagne médiatique orchestrée actuellement autour de la crise migratoire et d’une intervention militaire de la Russie pour soutenir Assad ne soit que le prétexte à une intervention directe de l’OTAN en Syrie. Va-t-on se retrouver dans la même situation géopolitique qu’en septembre 2013, à deux doigts d’une guerre mondiale ? Attention, danger ! OD

 

occident-russie-guerre-syrie

« La chancelière allemande Angela Merkel a déclenché une avalanche de migrants en annonçant que l’Allemagne était ouverte, et en rompant l’accord de Dublin sur les demandeurs d’asile en Europe. Une campagne médiatique a suivi et des milliers de migrants en provenance de Syrie sont désormais accompagnés à travers l’Europe par des dizaines de journalistes qui rapportent chacun de leurs mouvements aux nouvelles du soir – y compris à l’aide de photos truquées (en allemand). Personne ne demande aux migrants pourquoi ils quittent la Turquie, où la plupart se trouvait tous ces derniers mois ou années, ni qui leur a donné de l’argent.

Je me suis demandé quel pouvait être le but de cette campagne médiatique. Il semble maintenant clair qu’il s’agit de préparer le public européen à une guerre ouverte contre la Syrie, son gouvernement et son peuple.

 

Les éditeurs du Guardian s’appuient sur la crise migratoire fabriquée de toutes pièces pour dire qu’il faut faire « quelque chose ». Comme ils n’ont pas peur du ridicule, ils commencent par nous rappeler que la fausse campagne pour une « zone d’exclusion aérienne » contre la Libye a provoqué le chaos dans le pays et poussé davantage de réfugiés sur les routes, pour ensuite exiger une campagne similaire en Syrie. Une voix britannique plus sensée  nous rappelle que l’ingérence « occidentale » au Moyen-Orient est la cause, pas la solution, des catastrophes actuelles.

Mais la BBC nous apprend que le gouvernement britannique se prépare à la guerre contre la Syrie en dépit d’un vote antérieur du parlement contre une telle décision :

Les ministres vont commencer à étudier une action militaire britannique en Syrie, la semaine prochaine – Downing Street veut passer à la « prochaine étape » contre le soi-disant Etat islamique – selon la BBC.

La France est, bien sûr, à bord :

La crise des réfugiés en Europe, en grande partie causée par le grand nombre de personnes fuyant la guerre civile en Syrie, l’échec de la lutte contre l’État islamique et l’influence croissante de la Russie dans la région, pourraient provoquer un changement de politique, indique Le Monde, en précisant que Hollande a discuté de la question avec les responsables de la Défense, lors d’une réunion, vendredi. 

La campagne sera « conduite » par les Etats-Unis et elle ne sera pas contre l’Etat islamique. Les Etats-Unis ont laissé croître l’Etat islamique délibérément et leur campagne de bombardement actuelle de l’EI est pour le moins timide. Ils empêchent également la milice chiite irakienne d’attaquer l’État islamique à Ramadi et Falloujah. L’attaque qu’ils préparent sera une attaque contre le gouvernement syrien et son peuple. l’État islamique et la « crise des réfugiés » ne sont qu’un prétexte commode.

Pour accentuer l’urgence artificielle de bombarder maintenant, on répand la rumeur que la Russie envoie un grand nombre d’avions de chasse et des troupes en Syrie. On a « rapporté » que de nouveaux avions de combat russes arrivaient en Syrie, même si aucun n’a jamais été vu. Le transport, régulier depuis deux ans, de matériel pour l’armée syrienne par des navires russes est soudain médiatisé. De vieilles photos des médias sociaux de quelques soldats russes en Syrie même fausses sont soudain « découvertes »  et présentées comme « preuves » des mauvaises intentions russes. Les Russes nient tout mouvement d’avions de chasse ou de contingents de troupes vers la Syrie.

Les Russes ont aussi eu des entretiens avec diverses personnalités de l’opposition syrienne et avec plusieurs des pays voisins de la Syrie. Poutine a proposé un nouveau plan qui inclurait la Syrie et la Russie dans une campagne contre l’Etat islamique et ainsi saboterait les projets américains de changement de régime :

Le président syrien Bachar al-Assad a accepté d’organiser des élections législatives anticipées et de partager une partie de son pouvoir avec ses adversaires, une concession qui peut faciliter une coalition internationale plus large contre l’Etat islamique, a dit le président russe Vladimir Poutine.

La Russie envisagerait de participer à la coalition et le président russe a déjà discuté de la question avec le président américain Barack Obama, le président turc Recep Tayyip Erdogan et le président égyptien Abdel Fattah El-Sisi, a déclaré Poutine aux journalistes à Vladivostok, vendredi. La Russie voudrait élargir encore la coalition contre l’État islamique en y incluant Assad, mais les États-Unis et l’Europe s’y opposent.

Les États-Unis n’ont pas donné de réponse officielle au plan de Poutine. Il serait bien sûr tout à fait logique que le gouvernement syrien et la Russie soient partie prenante d’une véritable lutte contre l’État islamique. En annonçant publiquement son plan, la Russie montre que le combat contre l’Etat islamique n’est pas une priorité pour les États-Unis qui préfèrent poursuivre leur plan à long terme de détruire la Syrie.

Poutine a également démenti les rumeurs de mouvements de troupes :

« Il est trop tôt » pour parler d’action militaire russe en Syrie, même si « nous envisageons diverses options », a déclaré Poutine. La Russie aide activement le gouvernement Assad en lui fournissant des armes et des formations militaires, a-t-il dit.

Je pense que le fait que Poutine dise « envisager différentes options » est un avertissement. Mais je ne pense pas que la Russie s’engage pleinement en Syrie. La Russie craint à juste titre que les Etats-Unis ne l’enferment dans un nouveau « piège Afghan ». Mais la Russie  pourrait avoir d’autres moyens de renforcer la défense aérienne de la Syrie ou de saboter les plans d’attaque US. Pour l’heure, semer la peur et le doute sur le projet US est la meilleure façon de procéder.

Mise à jour :

Le département d’État vient de sortir ce communiqué sur l’entretien du Secrétaire Kerry avec le ministre des Affaires étrangères Lavrov :

Le Secrétaire a appelé le ministre russe des Affaires étrangères Lavrov, ce matin, pour parler de la Syrie et de la préoccupation des États-Unis concernant des rapports suggérant un renforcement militaire russe dans ce pays. Le Secrétaire a dit clairement que si ces rapports étaient exacts, ces actions pourraient aggraver encore le conflit, augmenter le nombre de victimes innocentes, accroître les flux de réfugiés et engendrer une confrontation avec la coalition l’anti-ISIL opérant en Syrie. 

Les deux hommes ont convenu que les discussions sur le conflit syrien se poursuivraient à New York plus tard dans le mois.

« Pourraient engendrer une confrontation avec la coalition anti-ISIL opérant en Syrie « .

Exactement. Et cela rend certaines personnes à la Maison Blanche et au Pentagone vraiment nerveuses. Si nerveuses que Kerry voudrait en « discuter » davantage.

« Hey Sergey, tu n’es pas sérieux. Ah, si ? Alors on en reparle ? »

Moon of Alabama, le 5 septembre, 2015 (via Arrêt sur Info)

Traduction : Dominique Muselet

Lire aussi :

L’utilisation de la crise des migrants en Europe pour une intervention de l’OTAN en Syrie…

 

Provenant  d’agences de nouvelles  moyen -orientales, j’ai reçu l’information confirmant que:

La RUSSIE construit une base aérienne en Syrie ,depuis quelques jours afin de pouvoir déployer  des  pilotes de chasse et des troupes dans la bataille contre l’ État islamique (Isis) dans une tentative désespérée pour soutenir le président Bachar al-Assad, qui est apparu souriant et heureux ,aujourd’hui.

Les troupes russes sont vraiment là.

Les troupes russes sont vraiment là.

Vladimir Poutine a ordonné la construction d’un énorme complexe militaire  pouvant acueuillir  1000  personnes  ,au centre du dispositif militaire   syrien assiégé dans un  signe  montrant la participation  croissante de son pays dans la région.

Le président russe a jeté son plein soutien derrière le seul président arabe  et laïque , qui est ul’n de ses principaux alliés, et que George Osborne cette semaine décrit comme le «mal».

Les responsables de la défense des États-Unis ont maintenant révélé que l’armée russe a transporté assez de bâtiments militaires préfabriqués  en Syrie,déchirée par la guerre , pour abriter 1000 soldats.

Les ingénieurs ont également construit une nouvelle tour de contrôle de circulation aérienne à un aérodrome près de la ville portuaire de Lattaquié, fournissant les derniers éléments de preuve que les pilotes russes se préparent à effectuer des sorties dans le pays.

Photos très récentes montrant des soldats russes travaillant avec leurs homologues syriens...à Lataquié.

Photos très récentes montrant des soldats russes travaillant avec leurs homologues syriens…à Lataquié.

Le mouvement va augmenter le malaise sur les politiques ouvertement déterminées  du président  Poutine et la Russie se met sur une trajectoire de collision avec la Grande-Bretagne et l’ Amérique une fois de plus. ..selon l’officier américain responsable de l’information.

David Cameron et Barack Obama ont tous deux insisté sur le fait que toute résolution de la guerre civile en cours en Syrie aurait finalement pour résultat :la fin du régime d’Assad.

John Kerry, secrétaire d’Etat, a téléphoné à son homologue russe  pour  exprimer ses préoccupations au sujet des derniers développements.

Un porte-parole du département d’Etat américain a déclaré: « Le secrétaire a précisé que si ces rapports étaient exacts, ces actions pourraient aggraver encore le conflit,et  conduire  à une plus grande perte de vies innocentes, augmenter les flux de réfugiés et de la confrontation des risques avec le fonctionnement de la coalition anti-Isil en Syrie. « 

Le président Assad,heureux et détendu,ce matin ,en compagnie de sa charmante épouse.

Le président Assad,heureux et détendu,ce matin ,en compagnie de sa charmante épouse.

 

Les révélations sont venus après Poutine a encore son admission plus forte que la Russie fournissait déjà un soutien militaire et logistique au régime d’Assad.

 

Il a dit que l’armée de son pays donnait au gouvernement syrien son « aide très grave », mais a nié que que les soldats soient  impliqués sur le terrain. 

Cependant, les vidéos ont émergé qui semblent montrer les troupes russophones et les avions de combat du pays d’exploitation au plus profond de la Syrie. 

Photo  d'un jet russe déployé en Syrie,ce matin.

Photo d’un jet russe déployé en Syrie,ce matin.

La télévision d’Etat syrienne a aussi montré des images d’une avancée de construction russe véhicule blindé dans le combat.

Une source de la défense des États-Unis a déclaré: « Si ils se déplacent les gens pour aider le gouvernement syrien à combattre leur propre lutte, qui est une chose, mais si ils se déplacent dans les forces terrestres et de larguer des bombes sur des zones peuplées, qui est une question entièrement différente.. « 

Moscou justifie de plus en plus son soutien au peuple syrien, en soulignant les progrès qui Isis a faites en Syrie. 

Les combattants du groupe terroriste État Islamique,financés par  les alliés des  États-Unis,tels Israel,le Qatar,l’Arabie Saoudite et certains pays d’Europe, ont conquis de larges pans du pays et sont l’une des principales raisons pour lesquelles tant de réfugiés fuient désormais à l’Europe.

Les soldats russes bien équipés se déploient rapidement.

Les soldats russes bien équipés se déploient rapidement.

Cependant, l’ingérence russe est susceptible d’être rencontré avec une extrême méfiance par les gouvernements occidentaux après son annexion de la Crimée de l’année dernière. 

Les troupes de Poutine  déjà combattent aux côtés des rebelles séparatistes dans l’est de l’Ukraine, qui ont été blâmés pour une série d’atrocités, y compris la destruction en vol du Malaysian Airlines MH17. ..selon l’OTAN.

 

Les USA Mettent En Garde La Russie Sur Sa Présence Militaire En Syrie

 

Les rapports sur l’accumulation de forces militaires russes en soutien au dictateur syrien Bachar al-Assad en Syrie ont attiré un avertissement drastique (mais probablement creux, comme c’est la cas pour toutes les déclarations de l’administration Obama) du département d’état américain samedi sur une confrontation potentielle avec les forces de la coalition combattant l’Etat Islamique en Syrie.

Bien que n’élaborant pas sur la question, le département d’état a déclaré que le secrétaire John Kerry a parlé avec le ministre russe des affaires étrangères, Serguei Lavrov, disant que les actions de la Russie « pourraient encore aggraver le conflit, conduisant à plus de pertes de vies innocentes, et accroître les flux de réfugiés et les risques de confrontation. »

La conversation entre les homologues américains et russes est intervenue après que des diplomates occidentaux aient dit fin août que la Russie avait envoyé un corps expéditionnaire en Syrie pour mettre en place une base d’opérations avancée et se préparer à des frappes aériennes contre les ennemis d’Assad par des avions russes pilotés par des pilotes russes.

Un rapport du New York Times paru samedi a également cité des sources gouvernementales confirmant ces rapports.

Selon le Times, la Russie pourrait envoyer jusqu’à 1000 militaires à un aéroport avec une station de contrôle de la circulation aérienne portable.

L’aéroport a été érigé près de Lattaquié, avec des vidéos montrant des véhicules blindés russes actifs dans la région combattant contre les groupes rebelles.

Des photos circulant sur les réseaux sociaux venant de comptes réclamant une connexion avec le groupe terroriste rebelle Nusra Front montrent des avions et drones de combat russes dans le ciel au-dessus d’Idlib.

Par ailleurs, des sources en Grande-bretagne et en France ont déclaré que les deux gouvernements envisagent de lancer des frappes aériennes contre des cibles gouvernementales et des positions de l’Etat Islamique en Syrie afin de faire face à la « source » de la crise actuelle des réfugiés en Europe.

Le journal Sunday Times a déclaré que le premier ministre britannique David Cameron veut tenir un vote au parlement en octobre pour ouvrir la voie à des frappes aériennes contre l’Etat Islamique en Syrie.

Il cherche également à lancer une offensive militaire et de renseignements contre les trafiquants d’êtres humains, a indiqué le journal, citant des hauts fonctionnaires.

Le journal français Le Monde a rapporté plus tôt samedi que la France envisageait de lancer des frapper aériennes contre l’Etat Islamique en Syrie, se joignant à une coalition internationale dirigée par les Etats-Unis.

Cameron, sous pression pour prendre davantage de mesures en réponse à la crise des réfugiés en Europe, a déclaré vendredi que son pays allait accueillir « des milliers d’autres » réfugiés syriens.

 

avion-russe-syrie

Le Sunday Times a dit que Cameron était prêt à accepter 15 000 réfugiés de camps situés près de la Syrie.

Il y a quelques mois, les groupes terroristes islamistes annonçaient qu’ils allaient inonder l’Europe de « réfugiés », composés vraisemblablement de nombreux islamistes, et a tenu sa promesse. La réponse de l’Europe, sous la pression du politiquement correct, ne s’est pas faite attendre : elle va les accueillir les bras ouverts. Ici, a la rédaction, nous n’avons même plus l’envie de lui souhaiter bonne chance, l’Europe n’aura qu’à faire face aux résultats de sa politiques… qui s’annoncent catastrophiques.

 

Les avions français mèneront dès mardi 8 septembre des opérations de reconnaissance en Syrie, a déclaré, lundi, François Hollande.
 C’est depuis la Syrie que sont organisées les attaques contre plusieurs pays, notamment le nôtre
« Ensuite, selon les informations recueillies, le renseignement collecté, nous serons prêts à faire des frappes » contre l’Etat islamique (EI), a-t-il ajouté. « Daech [acronyme arabe de l’EI] est en Irak et en Syrie », a justifié le chef de l’Etat, qui avance la légitime défense pourexpliquer ce virage de la stratégie française : « C’est depuis la Syrie que sont organisées les attaques contre plusieurs pays, notamment le nôtre. »
  il ne s’agira pas d’une « campagne de frappes massive », mais de coups ciblés
Seront visés les centres de commandement, les camps d’entraînement et la logistique de l’organisation terroriste, ce que les militaires nomment les « centres de gravité » de l’adversaire. Selon la défense, il ne s’agira pas d’une « campagne de frappes massive », mais de coups ciblés.
  toute intervention au sol forme un projet inconséquent et irréaliste
En dévoilant ces orientations, M. Hollande a rejeté toute intervention au sol. Ecartée depuis le début de la guerre par les puissances occidentales parties prenantes au conflit, elle forme un projet « inconséquent et irréaliste», a tranché le président à l’adresse des personnalités de la droite française qui la réclament.
 étendre l’opération « Chammal » en intégrant davantage la coalition dirigée par les Etats-Unis
La décision présidentielle revient à étendre l’opération « Chammal », menée depuis un an en Irak, en intégrant davantage la coalition dirigée par les Etats-Unis. Les Rafale basés aux Emirats arabes unis vont mener ces premières missions, les Mirage 2000 stationnés enJordanie étant certes plus proches, mais réservés à l’attaque.
  l’armée de l’air, déjà engagée au maximum de ses capacités en France et à l’étranger
Il n’est pas annoncé pour l’heure de moyens supplémentaires, dont l’armée de l’air, déjà engagée au maximum de ses capacités en France et à l’étranger, serait bien en peine de disposer.Quelque 800 militaires sont ainsi déployés pour Chammal, dans les opérations aériennes et les missions de conseil de l’armée irakienne et des peshmergas kurdes. Une soixantaine de spécialistes sont insérés dans les états-majors de la coalition, à Tempa (Floride), au Koweït, à Bagdad, et surtout au QG des opérations aériennes d’Al-Udeid auQatar. En Irak, la France a mené quelque 200 frappes, soit 5 % du total, depuis septembre 2014.
 En Syrie, nous voulons connaître ce qui se prépare contre nous
« En Syrie, nous voulons connaître ce qui se prépare contre nous. » M. Hollande a admis que la participation actuelle de la France à la coalition internationale ne lui permet pas de disposer du renseignement nécessaire. C’est pour ­conserver la sacro-sainte « autonomie de décision et d’action » française et, demain, espérer peser dans le règlement de la crise syrienne, que Paris veut s’investir davantage en Syrie.
  mettre à jour la cartographie du conflit syrien
Le premier objectif des opérations de reconnaissance sera de mettre à jour la cartographie du conflit syrienque Paris avait réalisée entre 2012 et 2013 avec ses alliés américains et britanniques quand il s’agissait de préparerdes frappes contre les armes chimiques de Bachar Al-Assad. Puis il s’agira de pouvoir discuter des cibles, dans les « boîtes » et les « corridors » aériens attribués aux avions de chasse français par l’état-major de la coalition.
  le choix consiste à toucher un ennemi prioritaire
Le président français a affirmé qu’il faisait « des choix ». Dans ce volet militaire, le choix consiste à toucher un ennemi prioritaire quand, hier, Paris en visait deux sans discrimination, le groupe djihadiste et le régime syrien : en se joignant à la campagne contre l’EI dans le ciel souverain de la Syrie, M. Hollande s’inscrit ainsi dans une coordination de fait scellée entre les forces américaines et celles de Damas.
 Pour que les Rafale puissent voler, il faut un accord avec M. Assad – armé par la Russie –
Pour que les Rafale puissent voler, il faut qu’un accord avec M. Assad – armé par la Russie –garantisse que ses très performants missiles sol-air ne tirent pas, ou, solution alternative, que les Etats-Unis ouvrent chacune des missions françaises avec des systèmes de brouillage dont ne disposent pas les Français.
  chacun devra éviter la confrontation s’il veut marquer des points face à l’EI
Les Mig syriens ne seront pas des cibles s’ils ne menacent pas les appareils de la coalition. En clair, chacun devraéviter la confrontation s’il veut marquer des points face à l’EI.
~~~