Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

WWIII: L'Armée arrive, PARIS en Guerre, ETAT d'URGENCE sur tout le territoire, Loi Martiale, droit de tirer sans préavis.

Publié le par José Pedro

En tout premier lieu, nous présentons aux familles des victimes notre soutien dans la douleur, et notre rejet de ces actes barbares dont nous ne connaissons pas encore les vrais coupables, ni ceux qui y ont participé. Nous savons que la guerre entraîne la guerre, la violence entraîne la violence, la haine entraîne la haine, c'est pour cela que nous sommes sur une ligne médiane qui s'appelle le vivre ensemble, et pour l'humanité qui partage son corps en deux parties égales et complémentaires.

 

L'Armée arrive, PARIS en Guerre ce vendredi 13 Novembre 2015, ETAT d'URGENCE sur tout le territoire, Loi Martiale, droit de tirer sans préavis. 

L'Europe Totalitaire rentre en guerre contre DAESH, contre l'ISLAM radical que la CIA et le MOSSAD ont créé. 


Contre DAESH que la FRANCE a aidé pour renverser Bachar AL ASSAD, contre ISIS alias ISIL alias DAESH, que les forces occidentales ont armés contre les forces Orientales que soutiennent les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du SUD). 

Nous sommes dans une répétition plus violente que les attentats de CHARLIE HEBDO du 7 Janvier 2015 qui ont fait 12 Morts. Nous en sommes à 127 morts et 80 blessés dont de très graves. Nous savons que les attentats de Charlie ont été  pilotés par les services spéciaux MOSSAD Israéliens.  C'est une piqûre de rappel  pour le Peuple Français et pour sa mise sous tutelle et sous couvre feux des Libertés.

Notre Président OBAMA, volontairement à parlé avant François HOLLANDE, le tuteur de la FRANCE, de façon à inscrire LA FRANCE aux côtés des USA et du Monde Libre des personnes qui peuvent tout acheter et tout vendre.

Les services de sécurité français redoutaient une action terroriste inspirée du mode opératoire utilisé lors des attentats de Bombay, en novembre 2008, caractérisé par des attaques simultanées au moyen de fusils d’assaut et de grenade, de prises d’otages et de kamikazes.

 

Ce mode opératoire se déroule en 3 phases. La première consiste à causer le maximum de pertes avant l’intervention de la police. La seconde prévoit de se laisser volontairement assiéger, éventuellement avec des otages, pour en arriver à la dernière, c’est à dire à l’affrontement avec les forces de sécurité.

Et c’est ce qui est arrivé à Paris, le 13 novembre au soir. Ainsi, dans les environs immédiats du Stade de France, à Saint-Denis, une première explosion a été entendue à 21H20, suivie par deux autres, alors que venait de débuter le match de football opposant l’équipe de France à celle de l’Allemagne.

Le président Hollande, qui assistait à la rencontre, a été exfiltré vers le ministère de l’Intérieur. Pour ne pas créer un mouvement de panique, les 80.000 personnes qui avaient pris place dans les tribunes ne sont pas immédiatement informées des événements.

Les explosions entendues ont été causées par trois individus portant des ceintures d’explosifs. Au moins une personne y a laissé la vie. Il s’agit alors des premiers attentats suicides commis en France.

Dans le même temps, des fusillades ont éclaté dans plusieurs rues des Xe et XIe arrondissement de Paris. Plus tard, on comptera 18 tués dans la rue de Charonne, au moins 12 dans la rue Alibert, et 5 dans la rue de la Fontaine au roi. Sur le boulevard Voltaire, un autre kamikaze a mis à feu les explosifs qu’il portait sur lui, sans faire de victimes apparemment.

Mais c’est au Bataclan, une célèbre salle de spectacle qui affichait complet pour un concert du groupe de garage rock californien Eagles of the Death Metal, que le bilan est, de loin, le plus lourd. Quatre hommes armés, à visage découvert, ont fait irruption dans l’enceinte en criant « Allah akhbar! » et en ouvrant le feu sur le public avec leurs armes automatiques. Selon les témoignages, ils ont méthodiquement tué les personnes sur leur passage.

Vers minuit, le président Hollande, lors d’une brève allocution radio-télévisée, a annoncé l’instauration de l’état d’urgence sur l’ensemble du territoire et « le rétablissement immédiat des contrôles aux frontières ». Le « Plan Blanc » est déclenché par les hôpitaux de Paris afin de mieux prendre en compte les blessés.

Peu avant, le président Obama a été le premier dirigeant à réagir. Les attaques de Paris « frappent toute l’humanité et nos valeurs universelles », a-t-il affirmé, avant de lancer, en français, la devise « liberté, égalité, fraternité ». Et d’assurer la France, plus « vieil allié des États-Unis », du soutien américain.

Aux environs de 00H30, le RAID, l’unité d’élite de la Police nationale, a donné l’assaut contre les terroristes retranchés au Bataclan avec des otages. Assaut qui s’est terminé vers 1 heure, avec la mort des 4 hommes armés, dont 3 se sont donnés la mort en actionnant leur ceinture d’explosifs.

Sur place, le président Hollande a déclaré que « nous allons mener le combat » et il « sera impitoyable ». Et d’ajouter : « Les terroristes capables de telles atrocités doivent savoir qu’ils auront face à eux une France déterminée et unie ».

Ces attaques ont mobilisé d’importants effectifs policiers et militaires, dont 2.200 personnels du 36 quai des Orfèvres, 950 agents de police, 3 escadrons de gendarmerie mobile, 3 compagnies de CRS et 1.500 soldats. Et c’est sans compter sur la mobilisation des services de secours et d’urgence (sapeurs-pompiers de Paris, SAMU, etc…).

Quant au bilan – encore provisoire – de ces attentats, il est très lourd : l’on compte au moins 128 tués et 180 blessés, dont 99 sont dans un état critique. En outre, on ignore si tous les terroristes ont été neutralisés, sachant que 8 ont été tués.

À l’issue d’un conseil de Défense, tenu ce 14 novembre à l’Élysée, le président Hollande a annoncé un deuil de 3 jours.

« Ce qui s’est produit hier à Paris et à Saint Denis près du stade France est un acte de guerre. Et face à la guerre le pays doit prendre les décisions appropriées. C’est un acte de guerre commis par une armée jihadiste contre les valeurs que nous défendons et ce que nous sommes : un pays libre. C’est un acte de guerre préparé. Planifié de l’extérieur avec une complicité intérieur que l’enquête établira », a affirmé le chef de l’État. « Un acte d’une barbarie absolue », a-t-il insisté.

« Des militaires patrouilleront en plein Paris tout au long de ces prochains jours. La France, parce qu’elle a été agressée lâchement, sera impitoyable. Elle agira avec tous les moyens, dans le cadre du droit, et sur tous les terrains, intérieurs comme extérieurs, avec nos alliés qui sont eux-mêmes visés par cette menace terroriste », a encore déclaré le président Hollande.

Reste à savoir quelle est l’organisation qui est à l’origine de ces attaques. L’État islamique (EI ou Daesh) est le suspect numéro un. Viennent ensuite des mouvements liés à al-Qaïda, comme al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQPA), qui a revendiqué le massacre de la rédaction de Charlie Hebdo, en janvier, ou encore al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), chassé du Nord-Mali, avec d’autres groupes jihadistes, par les forces françaises en 2013.

En savoir plus sur http://www.opex360.com/2015/11/14/attaques-paris-cest-acte-de-guerre-les-valeurs-de-que-nous-defendons-selon-m-hollande/#JZ2Uj7aC7gIaZtM4.99

Le président français François Hollande

Hollande: la France sera impitoyable à l'égard des barbares

© AP Photo/ Uncredited/ French television pool
FRANCE
URL courte
723022735

Les attentats de Paris ont été organisés par l'Etat islamique, a déclaré samedi le président français François Hollande.

 

Les attentats de Paris ont été organisés par l'Etat islamique, a déclaré samedi le président français François Hollande.

"Ce qui s'est produit hier à Paris et à Saint-Denis est un acte de guerre, et, face à la guerre, le pays doit prendre les décisions appropriées. Un acte commis par une armée terroriste, Daesh, contre ce que nous sommes, un pays libre qui parle à l'ensemble de la planète. Un acte de guerre préparé, planifié, de l'extérieur, avec des complicités extérieures que l'enquête permettra d’établir. Un acte d'une barbarie absolue", a lancé M.Hollande.

Selon un récent bilan annoncé par le chef de la République, 127 personnes ont trouvé la mort dans les attaques perpétrées le 13 novembre dans la capitale française.

"La France est forte et, même si elle peut être blessée, elle se lève toujours. Rien ne pourra l'éteindre", a conclu le chef de l'Etat, qui s'adressera le 16 novembre devant le Parlement réunis en Congrès à Versailles.



Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/france/20151114/1019508025/paris-attaques-ei.html#ixzz3rTKLFWew

Il semble bien que le parti de la guerre totale vient de marquer des points importants en sacrifiant 150 innocents. Encore une fois ces sacrifiés sont Français, et les premiers soldats à mourir ne seront ni Anglais, ni Allemands, ni Etats-uniens, ce seront des soldats français. La France, à cause des tueries de Paris, a été mise dans l’obligation d’agir. Espérons simplement que le gouvernement agira avec intelligence, et non à coup de décrets aveugles qui, pour l’instant n’ont pas fait leurs preuves.

Les auteurs des fusillades, tout le monde s’en doute, n’ont pas agi sur un coup de tête. C’est une opération mûrement réfléchie et synchronisée. D’ores et déjà, nous pouvons oublier les contes à dormir debout autour du fanatisme. C’était des opérations commando destinées à faire réagir. Dans quel sens la France réagira, cela va dépendre de la suite des évènements. Avec ses bombardements en Irak et en Syrie, la France était déjà en guerre. Mais pas l’OTAN. Nous avons vu que l’organisation peut se servir de prétextes divers pour ses interventions. Va-t-elle se « solidariser » avec la France ?

En attendant, sur le plan intérieur, nous entrons dans une phase bien sombre. En état d’urgence, le mot même de liberté est incongru. Voilà où nous a mené le terrorisme international qui n’a jamais été combattu efficacement. Après des années de pseudo- lutte, les terroristes sont toujours là, et nous perdons un peu plus de liberté chaque jour. Non seulement ils tuent les citoyens, ils tuent également la République, parce que ceux qui sont chargés de la défendre n’ont pas su le faire. Il est plus que temps de faire le bilan de ces dernières années dans le domaine du terrorisme. Pour l’instant, il est largement négatif. A force de faire des distinctions entre « bons » et « mauvais » terroristes, voilà où nous en sommes. En d’autres temps, ceux qui auraient dû éviter ce carnage auraient offert leurs démissions. François Hollande, qui veut profiter de la situation pour rallier les Français autour de lui, n’est manifestement pas à la hauteur. En d’autres termes, il devrait être le premier à partir. Mais les temps changent.

12241364_829235270526309_658855389534541006_n

Avic – Réseau International

*******

Il y a trois ans, presque jour pour jour, Alain Soral produisait une analyse, qui prend tout son relief aujourd’hui, jour de deuil national.

 

 

Il y a trois ans, presque jour pour jour, Alain Soral produisait une analyse, qui prend tout son relief aujourd’hui, jour de deuil national.

 



Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/#ixzz3rU3z2665