Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

WWIII: La Guerre Gronde, les Financiers se Désengagent, le Peuple se révolte, La France est Bloquée, Valls menace de Démissionner et donc de convoquer des élections législatives anticipées au 49.3?

Publié le par José Pedro

LA Guerre Gronde : «Géographie» du Pentagone et mondialisation du putsch: Stratégie du “golpe global”: L’art de la guerre.

OPS_GLOBE

Quelle liaison y a-t-il entre des sociétés géographiquement, historiquement et culturellement éloignées, du Kosovo à la Libye et à la Syrie, de l’Irak à l’Afghanistan, de l’Ukraine au Brésil et au Venezuela ? Celle d’être emportées dans la stratégie globale des Etats-Unis, exemplifiée par la «géographie» du Pentagone. Le monde entier s’y trouve divisé en «aires de responsabilité», chacune confiée à un des six «commandements combattants unifiés» des Etats-Unis : le Commandement Nord couvre l’Amérique du Nord, le Commandement Sud l’Amérique du Sud, le Commandement Européen la région comprenant Europe et Russie, le Commandement Afrique le continent africain, le Commandement Central Moyen-orient et Asie, le Commandement Pacifique la région Asie/Pacifique. Aux six commandements géographiques s’en ajoutent 3 opérant à l’échelle mondiale : le Commandement stratégique (responsable des forces nucléaires), le Commandement pour les opérations spéciales, le Commandement pour le transport.

A la tête du Commandement Européen se trouve un général ou un amiral nommé par le président des Etats-Unis, qui assume automatiquement la charge de Commandant suprême allié en Europe. L’Otan est ainsi insérée dans la chaîne de commandement du Pentagone, c’est-à-dire opère fondamentalement en fonction de la stratégie étasunienne. Celle-ci consiste en l’élimination de tout Etat ou mouvement politico/social qui menace les intérêts politiques, économiques et militaires des Etats-Unis qui, bien qu’étant encore la plus grande puissance mondiale, sont en train de perdre du terrain face à l’émergence de nouveaux sujets étatiques et sociaux.

Les instruments de cette stratégie sont multiples : de la guerre ouverte -voir les attaques aéronavales et terrestres en Yougoslavie, Afghanistan, Irak et Libye- aux opérations secrètes conduites dans ces pays comme dans d’autres, dernièrement en Syrie et Ukraine.

Pour ces opérations le Pentagone dispose des forces spéciales, environ 70 000 spécialistes qui « chaque jour opèrent dans plus de 80 pays à l’échelle mondiale ». Il dispose en outre d’une armée ombre de contractors (mercenaires) : en   Afghanistan, documente Foreign Policy, les mercenaires du Pentagone sont environ 29 000, c’est-à-dire trois pour chaque soldat étasunien ; en Irak environ 8 000, deux pour chaque soldat étasunien.

Aux mercenaires du Pentagone s’ajoutent ceux de la tentaculaire Communauté d’intelligence (renseignement) comprenant, en plus de la CIA, 15 autres agences fédérales. Les mercenaires sont doublement utiles : ils peuvent assassiner et torturer, sans que cela soit attribué aux USA, et quand ils sont tués leurs noms n’apparaissent pas dans la liste des morts. En outre le Pentagone et les services secrets disposent des groupes qu’ils arment et entraînent, comme les groupes islamistes utilisés pour attaquer de l’intérieur la Libye et la Syrie, et ceux néo-nazis utilisés pour le coup d’Etat en Ukraine.

Autre instrument de la même stratégie, ces « organisations non-gouvernementales » qui, dotées de moyens énormes, sont utilisées par la CIA et par le Département d’Etat pour des actions de déstabilisation interne au nom de la « défense des droits des citoyens ».

Dans le même cadre entre l’action du groupe Bilderberg -que le magistrat Ferdinando Imposimato dénonce comme «un des responsables de la stratégie de la tension et des massacres» en Italie, et celle de l’Open Society de l’ «investisseur et philanthrope George Soros», artisan des «révolutions colorées».

Dans le viseur de la stratégie golpiste de Washington il y a aujourd’hui le Brésil, pour miner de l’intérieur les BRICS, et le Venezuela pour miner l’Alliance Bolivarienne pour les Amériques (Alba). Pour déstabiliser le Venezuela -indique le Commandement Sud dans un document découvert récemment- il faut provoquer «un scénario de tension qui permette de combiner des actions de rue avec l’emploi dosé de la violence armée ».

Manlio Dinucci

Edition de mardi 24 mai 2016 de il manifesto

http://ilmanifesto.info/strategia-del-golpe-globale/

Pour voir la vidéo en italien qui correspond au texte en français, cliquez ici.

 

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

Manlio Dinucci est géographe et journaliste. Il a une chronique hebdomadaire “L’art de la guerre” au quotidien italien il manifesto. Parmi ses derniers livres:  Geocommunity (en trois tomes) Ed. Zanichelli 2013; Geolaboratorio, Ed. Zanichelli 2014;Se dici guerra…, Ed. Kappa Vu 2014.

 


 Apostille de la traductrice pour la version française

(avec l’accord de l’auteur)

On trouvera quelques illustrations des deux derniers instruments décrits par cette rubrique, dans, par exemple, les investigations suivantes :

1) Dans l’article, Alep: Bombardements dhôpitaux et propagande de guerre (http://arretsurinfo.ch/alep-bombardements-dhopitaux-et-propagande-de-guerre/ ) le journaliste étasunien Brandon Turbeville indique quelques pistes permettant de cerner des critères de l’ « indépendance, neutralité et impartialité » de certaines ONG. Ici,Médecins Sans Frontières. Extrait :

« Alors que MSF est souvent décrit par les médias occidentaux comme indépendant, rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité. En 2013 Tony Cartalucci écrivait [http://landdestroyer.blogspot.fr/2013/08/doctors-behind-syrian-chemical-weapons.html] : «Pour commencer, Médecins sans frontières est entièrement financé par exactement les mêmes institutions financières qui sont derrière Wall Street et la politique étrangère commune de Londres [et autres puissances occidentales, m-a p], y compris le changement de régime en Syrie et dans lIran voisin. Le propre rapport annuel de Médecins sans frontières (le rapport de 2010 est accessible ici), mentionne comme donateurs Goldman Sachs, Wells Fargo, Citigroup, Google, Microsoft, Bloomberg, Bain Capital, la société de Mitt Romney, et une myriade dautres sociétés financières). Médecins sans frontières présente aussi des banquiers dans son Comité de parrainage, dont Elizabeth Beshel Robinson de Goldman Sachs ». Pour avoir une idée de l’indépendance des sociétés et banques en question cf. tout l’ouvrage Le groupe Bilderberg, l’ « élite » du pouvoir mondial, de Domenico Moro (Editions Delga, 2014).

A (partir de) la page 36 du rapport financier 2010 (à défaut de trouver les suivants sur le site MSF), on verra sur la longue liste des donateurs quelques autres contributeurs tels que, pour ne citer que des très connus, la Fondation William Clinton et Richard Rockefeller, aussi généreux (tranche $100,000 – $499,999) qu’indépendants politiquement.

2) Le livre de la journaliste et essayiste étasunienne Diana Johnstone : « Hillary Clinton, la reine du chaos » (Editions Delga, 2015). Le chapitre « La mégère apprivoisante »   donne un aperçu du travail « humanitaire » -entre deux charges au Secrétariat d’Etat- de très proches collaboratrices de Hillary, comme : Samantha Power (p. 97 et suivantes) au Kosovo et au Cambodge, pour l’Open Society Institute de George Soros (par ailleurs donateur à MSF) ; ou Suzanne Nossel (p. 101 et suivantes) passant de Human Rights Watch au Secrétariat d’Etat de H. Clinton (2009), puis à la direction de la branche étasunienne de Amnesty International, en janvier 2012 «pour rendre un autre service au “smart power” comme directeur exécutif d’Amnesty International pour une année marquée par une importante campagne de soutien aux Pussy Riot ». La somme d’informations et l’analyse de cette campagne produites par l’auteur -de façon proprement hilarante dans ce passage mais tout le livre, beaucoup moins drôle, est passionnant- donnent un exemple significatif des «actions de déstabilisation interne au nom de la “défense des droits des citoyens” » par le Département d’Etat et Agences étasuniens, via des grosses ONG.

Dans ces deux investigations, on voit aussi comment certains acteurs de ces déstabilisations font partie simultanément des deux derniers instruments stratégiques décrits par Manlio Dinucci : à la fois comme (gros) contributeurs financiers d’ONG, et comme membres (y compris fondateurs ou dirigeants) de groupes ou institutions « indépendants » tels que Bilderberg et l’Open Society. Quant à la démocrate aspirante à la présidence des USA, elle émarge dans toutes les catégories de cette stratégie « sans frontières ».

 

LAVROV: La Russie est prête à rentrer dans l'Europe, soit par la Paix, soit par la Guerre.

drapeau de L'Otan

Renforcement de la présence de l'Otan en Europe (261)
505378914

La partie russe prendra toutes les mesures nécessaires afin de parer les risques et les menaces à notre sécurité nationale, selon le chef de la diplomatie russe.

La Russie entreprendra les démarches nécessaires afin de parer les menaces à sa sécurité nationale émanant du renforcement du potentiel militaire de l'Otan près des frontières russes, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov dans une interview accordée au journal hongrois Magyar Nemzet.

"Nous ne sommes pas enclins à trop dramatiser la situation. Mais nous ne pouvons ignorer les tendances négatives qui s'accentuent et qui résultent de l'aspiration de l'Otan à miner sciemment l'équilibre stratégique des forces en Europe, notamment par la voie du renforcement du potentiel militaire de l'Alliance atlantique près des frontières russes et de la création du segment européen du bouclier anti-missile américain. On ne peut qualifier ces démarches autrement que de déstabilisantes et de courte vue", a indiqué le chef de la diplomatie russe.

 

Selon lui, "dans ce contexte, la partie russe prendra toutes les mesures nécessaires afin de parer les risques et les menaces à notre sécurité nationale". 

 

"Cela dit, la Russie reste fidèle à la construction d'une architecture de coopération  européenne large et mutuellement avantageuse dans le domaine de la sécurité, basée sur le principe de l'intégrité de l'Europe soutenu par le droit international. Nous espérons que le sens commun finira par prévaloir au sein de l'Otan et que nos partenaires occidentaux retrouveront les forces pour rejeter la construction de schémas de confrontation, dictés par l'aspiration d'assurer leur propre sécurité au détriment des autres", a fait savoir le ministre russe des Affaires étrangères.

"On ne voudrait pas imiter ces hommes politiques irresponsables qui, afin de satisfaire leurs propres ambitions, sont prêts à sacrifier les intérêts du maintien de la paix et de la stabilité en Europe", a souligné le chef de la diplomatie russe.

Dossier:
Renforcement de la présence de l'Otan en Europe (261)
Lire aussi:
La question des relations avec la Russie a scindé l'Otan
 
La Russie réagira à la nouvelle configuration de l'Otan
 
La France s’oppose au projet de bouclier antimissile de l'Otan
Tags:
sécuritéOTANSergueï LavrovRussie
 

Les forces spéciales US s'entraînent à attaquer la Crimée

 
URL courte
12274137104

Une unité spéciale de la Marine US, des Navy Seals, sera prochainement déployée en Bulgarie. Tout porte à croire que cette démarche n'a rien de fortuit. La présence de ce groupe d'intervention constitue une menace pour la Crimée.

Le désir de Washington de transformer la mer Noire en "lac atlantique" n'a rien de nouveau. Depuis quelques années, des bâtiments de guerre de l'Otan, en premier lieu américains, se succèdent dans la région, sans pratiquement quitter la mer Noire.

L'ambassadeur des Etats-Unis en Bulgarie, Eric Rubin, a récemment annoncé qu'un nouveau site militaire important ferait prochainement son apparition à proximité de la Crimée. Il s'agit d'une base permanente des Navy Seals, principal groupe de sabotage et de reconnaissance de la Marine américaine. La Bulgarie s'empresse de leur offrir son territoire.

 

D'après l'ambassadeur, cette force d'intervention est déjà en train de se déployer dans la région. Ainsi, un exercice américano-bulgare s'est déroulé du 13 au 30 avril derniers dans la région de Burgas et de Varna. Cet exercice avait ceci de particulier que les forces armées bulgares n'y jouaient qu'un rôle secondaire, le rôle principal étant confié aux Navy Seals.

 

Les SEAL (Sea, Air, Land) ont été créés pour effectuer des opérations secrètes à travers le monde. D'après le New York Times, plus de 10 ans d'opérations militaires ont transformé cette unité, qui doit sa notoriété à la liquidation d'Oussama Ben Laden, en une "machine de chasse à l'homme au niveau mondial".

Créé au lendemain des attaques terroristes du 11 septembre 2001,  la SEAL Team 6 a immédiatement été envoyée en Afghanistan pour éliminer les chefs d'Al-Qaïda. Forte de 300 combattants et de 1.500 membres auxiliaires, cette unité a pour noyau un groupe de tireurs d'élite surnommé "escadron noir" (Black Squadron).

Que font les Navy Seals près de la péninsule criméenne qui a choisi il y a deux ans de se rattacher à la Russie? Péninsule où aucun combat ne s'est déroulé depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale? La réponse à cette question n’est pas connue des seuls Washington, Bruxelles, Kiev et Sofia. Moscou est bien placé pour le dire, et s'apprête à donner une réponse adéquate.

 
Lire aussi:
Un drone US intercepté en Crimée
 
Stratégie US 2040: les Américains prennent en compte le rattachement de la Crimée
 
Navires US en mer Noire : Moscou pourrait déployer des bombardiers en Crimée
Tags:
exercices militairesdéploiementbase militaireUS NavyVarnaCriméeRussie,Etats-UnisBulgarie

Les forces spéciales US s'entraînent à attaquer la Crimée

 

Les Financiers se désengagent : 

 

La Chronique Agora
 

Paris, jeudi 26 mai [%= :date(%Y) %]

  • Attaque de zombies...
  • ... Il est vraiment temps de riposter
  • Bill Bonner à l'université

______________

Simone Wapler

Les notes de Simone Wapler

Grande offensive des zombies sur notre argent et notre liberté : il est temps de riposter

Les attaques des zombies se multiplient ces derniers temps. Tout vient des taux négatifs. Avec cette dernière crétinerie, les zombies pourraient se retrouver pris à leur propre piège. Or, c'est bien connu, la meilleure défense est l'attaque.

Si vous nous suivez depuis un moment, vous commencez à savoir discerner les zombies. Bill Bonner en parle souvent.

Gouvernement de l'ombre, "Etat profond", kleptocrate, politicien... le zombie est polymorphe

Un zombie est une créature physique (quelqu'un) ou morale (entreprise) qui prospère, vit ou survit grâce à des fonds publics, l'argent des autres (le nôtre). Un zombie est financièrement mort, car il sera incapable de rembourser ses dettes, mais il donne l'illusion de la vie en s'acquittant d'intérêts. Pour conserver cette illusion de vie, le zombie a besoin de plus en plus de capital, de subventions, d'aides.

Gouvernement de l'ombre, "Etat profond", kleptocrate, politicien... le zombie est polymorphe. Mais une seule chose le nourrit : vous ! Pire, il prospère et prolifère grâce à vous.

"Il s'agit d'une technique de Renseignements exploitée par au moins cinq présidents américains..."

"C'est le coeur d'un outil que j'ai créé pour prédire les attaques terroristes pour la CIA et le Pentagone..."

Aujourd'hui, pour la toute première fois en France, cette technique peut être utilisée pour éliminer l'incertitude en Bourse et potentiellement vous indiquer le moment où il faut acheter et le moment de vendre...

... pour des gains de 1 616% à terme, voire plus.

Cliquez ici pour tout savoir !

Pour que le capital leur coûte de moins en moins cher, les zombies s'emploient à faire baisser les taux d'intérêt. Ils ont si bien réussi que les intérêts sont maintenant en territoire négatif en Europe ! C'est en raison du "soutien abusif" de la Banque centrale européenne, comme je vous le disais la semaine dernière. Cette pratique frauduleuse est réprimée par le Code du commerce mais la loi commune ne s'applique pas aux zombies, qui sont au-dessus d'elle.

Le soutien abusif consiste pour une banque à continuer à faire crédit à quelqu'un qu'elle sait en faillite pour différer le stade de la cessation de paiement de cette personne. Pendant le délai ainsi acheté, la banque espère se servir en premier de la laine qui reste sur le dos du failli, quitte à laisser les autres créanciers se débrouiller avec une ardoise encore plus grosse.

Dans le privé, voici comment cela fonctionne : Badbusiness SA, en grave difficulté financière, se voit accorder une nouvelle ligne de crédit par Bonnebanque. Rassuré par ce geste, un gros fournisseur de Badbusiness honore une commande qu'il gardait sous le coude, sachant que Badbusiness était en difficulté. Ce fournisseur a ainsi augmenté sa créance. Badbusiness coulera mais Bonnebanque se servira sur le chiffre d'affaires des dernières ventes.

Pour que M. Villeroy de Galhau garde son poste, il faut bien pouvoir continuer à nous voler

La BCE rachète des obligations souveraines, bancaires et d'entreprise de la Zone euro. Ce faisant, elle envoie un message rassurant aux marchés qui continuent à prêter à bon compte à ces différentes entités. Mais tout le monde sait que la dette dépasse les capacités des contribuables...

Soutien abusif, taux négatifs et poison
Mais voilà, les taux négatifs, c'est peut-être la fraude de trop. M. Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France et membre de la commission des gouverneurs de la Banque centrale européenne, a récemment déclaré :

"Les taux bas agissent comme un poison dont les effets sont inéluctables même s'ils n'apparaissent que lentement".

Pensez-vous que M. Villeroy de Galhau demande à Mario Draghi d'arrêter ses manoeuvres frauduleuses, de nous épargner le poison ? "Les critiques personnelles à l'encontre de Mario Draghi sont excessives et dangereuses", a-t-il ensuite déclaré.

M. Villeroy de Galhau est un zombie ; relisez la définition si vous avez un doute. Il demande donc plutôt aux assureurs de baisser les rendements de leurs contrats d'assurance-vie. Pour que M. Villeroy de Galhau garde son poste, il faut bien pouvoir continuer à nous voler.

Attaque de zombies sur les dépôts bancaires des entreprises
Dans la pratique, le poison des taux négatifs commence à devenir difficile à supporter -- et pas seulement pour les détenteurs d'une assurance-vie. La BPCE taxe désormais les dépôts des entreprises. Les entreprises sont une proie plus facile que les particuliers puisque le recours aux espèces est difficile pour elles. Trop de cash et les trésoriers des entreprises s'exposeraient à une accusation de "fraude fiscale aggravée et blanchiment en bande organisée" et à l'arrivée de brigades de zombies enquêteurs.

Attaque de zombies sur le billet de 500 euros et l'usage des espèces
Ne vous y trompez pas. Les particuliers paieront aussi pour leurs dépôts bancaires. Bientôt... quand tout sera prêt, c'est-à-dire à l'avènement de la société sans cash. Les manoeuvres se multiplient et la BCE va arrêter l'impression des billets de 500 euros.

La promotion et le marketing de la société sans cash -- de la dématérialisation des moyens de paiement -- est savamment organisée par M. Michel Sapin, les banques commerciales et le lobby financier. Lorsque la société sans cash sera mise en place, comment ferez-vous pour vous soustraire aux taux négatifs ? Vous serez coincé.

Les ennemis des zombies sont nos amis !
Mais voilà une péripétie inattendue : des petits malins ont pénétré le réseau de messagerie bancaire international Swift en février. D'autres, en mai, au Japon, ont frauduleusement retiré l'équivalent de 11 millions d'euros en moins de trois heures avec 14 000 retraits à l'aide de fausses cartes de crédit fabriquées sur Internet, "poussant à l'extrême la logique habituelle du cybercrime qui consiste à voler des petits montants en très grand volume", explique très sérieusement Le Monde.

Hahahahahaha : "petits montants en très grand volume", une technique de vol zombie appliquée aux zombies ! Les cybercriminels ont de l'humour.

Les paiements dématérialisés et les réseaux bancaires nous rendent vulnérables à une cyberattaque terroriste qui pourrait paralyser nos économies. Curieusement, aucune voix ne s'élève pour dénoncer ce grand danger. Ne faudrait-il pas interdire la dématérialisation systématique des paiements et l'interconnexion des réseaux pour mieux lutter contre le terrorisme ? Luttons contre les zombies avec leurs propres armes, interdisons ce qui nous dérange en usant de faux prétextes...

Plus sérieusement, signez notre pétition contre la société sans cash ! 

______________

Bill Bonner

Les notes de Bill Bonner

Les plus gros bêtas de la planète

Le week-end dernier, nous avons assisté à la cérémonie de remise des diplômes de notre fils, à l'Université du Vermont.

L'université elle-même est imposante et un peu intimidante. Le reste du monde travaille dans des hangars ou des bureaux ordinaires... les universitaires oeuvrent dans de prestigieux "centres".

Les gens normaux travaillent pour le profit... et sont soumis à l'économie de marché. Le professorat est au-dessus de tout ça ; pas de bilan comptable, pas de primes d'intéressement, et pour les "titulaires", pas de possibilité d'être licencié, aussi incompétents, désuets ou en tort soient-ils.

Le secteur privé dépend de la production et des résultats ; les universités abritent pas mal de charlatans qui ne produiront pas grand-chose de toute leur vie.

Pour lire la suite...

le Peuple se révolte : 

En cette période, il est bon de rappeler la théorie politique de CICERON (106 av. JC à 43 av JC)
1- le pauvre travaille
2- le riche exploit le 1

3- le soldat défend les trois
4- le contribuable paye pour les trois
5- le vagabond se repose sur les quatre
6- le banquier escroque les cinq
7- l’avocat trompe les six
8- le médecin tue les sept
9- le croque-mort enterre les huit
10- et le politique vit des neuf

Salaire minimum universel pour tous de 1500 euros, sur lequel on rajoute le salaire du travail, de la protection sociale, de la retraite. Par contre limitation des hauts salaires à 5 fois le SMIC, et progressivité entre les deux bornes de bas et de haut salaire. La loi travail doit être votée pour que chacun ait droit à un travail qu'il puisse choisir, et à des formations qui puisse l'amener à ses objectifs. Les entreprises seront de ce fait exonérées de la part du salaire minimum distribué à tous les Français, par la Banque Centrale ou Banque de France qui est Nationalisée de fait. On rend aux actionnaires ce qui appartient leur appartient : la dette de la France, et on interdit la spéculation et les Jeux d'argent. L'Etat Français retrouve ses pouvoirs régaliens, et émet sa monnaie, même si c'est de l'Euro. Compte tenu du chômage incompressible, le travail devient un choix personnel et une passion. On travaille également pour sauver la Nature et pour rendre service aux autres. On favorise les dépenses utiles, et on bannit les dépenses somptuaires. On vit plus sainement et on pollue moins. Nos représentants sont là pour faire la synthèse des demandes individuelles, et pour déterminer les grands choix de société. Le recours au vote doit être précédé de discutions et de présentation des solutions. Le dernier mot appartient au Peuple Souverain.

Grève illimitée jusqu'en octobre, après on passe de l'Etat d'URGENCE à beaucoup plus sérieux.

l'état d'urgence est en vigueur sur tout le territoire. Dans son discours face au Congrès, le président a fait connaître son intention de modifier la Constitution pour adapter les régimes d'exceptions qu'elle prévoit aux menaces modernes.

Depuis les attaques de Paris, l'état d'urgence a été décrété sur tout le territoire par le Président. Au cours de son discours face aux parlementaires François Hollande a annoncé sa volonté de réformer la constitution. Selon lui, l'article 16 qui permet l'attribution des pleins pouvoirs au chef de l'Etat et l'article 36 qui encadre l'état de siège ne sont "pas adaptés à la situation que nous rencontrons". "Cette guerre d'un autre type face à un adversaire nouveau appelle un régime constitutionnel permettant de gérer l'état de crise", a-t-il expliqué.

L'état d'urgence
C'est le régime qui est en vigueur depuis les attaques du vendredi 13 novembre 2015. Il ne découle pas de la Constitution, mais d'une loi datant de 1955 qui prévoit un renforcement des pouvoirs des forces de l'ordre. Cette disposition a été utilisée à plusieurs reprises, durant la guerre d'Algérie, puis en 1984 en Nouvelle-Calédonie, et en 2005 lors des émeutes dans les banlieues.

A partir du moment où il est déclaré, l'état d'urgence dure 12 jours. François Hollande l'a prolonger pour une période de trois mois renouvelable. Pour cela, une loi a été votée par le Parlement.

L'état de siège
Fondé sur une législation du XIXe siècle, l'article 36 de la Constitution prévoit le transfert des pouvoirs de police à l'autorité militaire.

L'état de siège peut être décrété en Conseil des ministres. Sa prolongation au-delà de douze jours ne peut être autorisée que par le Parlement. Historiquement, l'état de siège n'a été activé en France qu'en période de guerre ouverte, au début des premier et second conflit mondiaux.

Les pleins pouvoirs
Lorsque "les institutions de la République, l'indépendance de la Nation, l'intégrité de son territoire ou l'exécution de ses engagements internationaux sont menacés d'une manière grave et immédiate et que le fonctionnement régulier des pouvoirs publics constitutionnels est interrompu", le chef de l'état peut s'attribuer les pleins pouvoirs. Il doit au préalable consulter le Premier ministre, les présidents des deux Assemblées et le Conseil constitutionnel.

Par ailleurs, l'Assemblée nationale ne peut être dissoute pendant la durée des pouvoirs exceptionnels.

Ce régime d'exception n'a été mis en oeuvre qu'une fois, lors du putsch des généraux en 1961. Les pleins pouvoirs au général De Gaulle étaient alors restés en vigueur cinq mois.

 

 
 

La majorité des Français s'expriment dans la grève. Je prévois comme l'avait prévu le Président Charles De Gaulle, le partenariat entre les salariés et leurs entreprises. Je compte donner 33% des actions des entreprises aux salariés qui l'ont bien mérité.                                                                                                                                                          http://www.europe1.fr/…/gerard-filoche-ps-une-greve-general…

 
SOCIÉTÉ - Membre du bureau national du PS, Gérard Filoche a défendu mardi…
 
EUROPE1.FR|DE EUROPE 1
 
 

Al-Qaïda va à Washington

Al-Qaïda va à Washington

 

Il est dommage que, dans les sujets qui parlent de terroristes, quels que soient les faits exposés, l’on revienne toujours, d’une manière ou d’une autre à l’idéologie islamiste comme étant leur raison d’être. La plupart des chefs méritant d’être cités dans des articles sont connus pour être des agents des services de renseignement atlantistes. Dirait-on des équipes des forces spéciales de la CIA ou du MI6 qui opèrent en Libye ou en Syrie qu’ils sont animés d’une idéologie dans leurs actions ? Evidemment non. Ils sont là pour des missions bien précises et agissent en fonction des objectifs qui leur ont été confiés. Pourquoi serait-ce différent pour les chefs des groupes terroristes ? Eux aussi, ne font qu’accomplir les missions qui leur été confiées en tant qu’agents.  RI

***

Un chef affilié à Al-Qaïda en Syrie a Visité Washington; pour des consultations avec le département d’État des Américains ?

Par Prof Michel Chossudovsky

« Un haut responsable d’un groupe rebelle syrien lié à Al-Qaïda a été autorisé à entrer aux États-Unis pour une brève visite, soulevant des questions sur le niveau de compromission de l’administration Obama dans sa recherche de partenaires dans le conflit. »   McClatchy , le 21 mai 2016

Labib al Nahhas est connu comme directeur des affaires étrangères pour le groupe combattant islamiste Ahrar al Sham. Il a visité Washington en Décembre. Le chef d’une entité terroriste liée à Al-Qaïda a été autorisé à entrer par le service de l’immigration américaine.

Cela signifie que les autorités lui ont accordé l’entrée à un moment où les autorités d’immigration américaines font face à des pressions politiques pour bloquer les visiteurs ayant des liens, même ténus, avec des groupes extrémistes. Quatre mois après l’entrée de Nahhas aux États-Unis avec un passeport européen, les autorités américaines ont refusé l’entrée à un chef humanitaire syrien bien connu dont la visite à Washington avait été approuvée pour recevoir un prix de groupes d’aide internationaux.  McClatchy 

Michael_Ratney_Jerusalem_CG_200_1Bien que le but de sa visite n’ait pas été divulgué, le rapport laisse entendre néanmoins qu’il était à Washington pour des entretiens avec des représentants du gouvernement des États-Unis. « Sa visite gardée secrète est une question délicate pour les deux parties – les insurgés salafistes conservateurs risquent leur crédibilité au sujet d’éventuels liens avec les États-Unis, et le gouvernement américain risque d’apparaitre coulant en permettant l’entrée d’un membre d’une force paramilitaire islamiste. « 

En outre, peu de temps avant sa visite à Washington, Nahhas ainsi que d’autres chefs rebelles a rencontré Michael Ratney  (image de droite), envoyé spécial du Département d’Etat américain pour la Syrie, à Istanbul le 5 Décembre 2015.

Cette réunion à Istanbul visait-elle à établir les bases pour de futures consultations avec le leader djihadiste à Washington DC?

Le rapport suggère que le chef terroriste « modéré » d’Ahrar al Sham (qui semble avoir le profil d’un « agent de renseignement » américain) se réunira avec des «tiers» à Washington DC »qui pourraient influencer les décideurs » –par exemple les Think tanks de Washington, les instituts de recherche, les médias, les renseignements américains, etc., ainsi que «les lobbyistes et les chercheurs sur le Moyen-Orient ».

Le Département d’Etat a refusé de répondre sur le fait de savoir si des responsables américains savaient à l’avance, ou s’ils avaient exprimé des réserves au sujet de la présence de Nahhas à Washington, ou si les fonctionnaires du Département d’Etat avaient aidé à son entrée.

Dans cette image postée sur la page Twitter d’Ahrar al-Sham, le 6 mai 2016, un combattant Ahrar al Sham garde les lignes de front du village de Breidige au nord-ouest de la Syrie. Contrairement au groupe Etat islamique et la branche d’Al-Qaïda en Syrie, le Front Nusra, Ahrar al-Sham n’est pas sur la liste américaine des organisations terroristes.

Ahrar al Sham

Les analystes de la sécurité nationale disent que les autorités américaines connaissaient vraisemblablement l’arrivée de Nahhas – les agences de renseignement ont observé pendant des années les interactions de ce groupe avec la branche syrienne d’Al-Qaïda, le Front Al-Nusra.

« Ils auraient pu en faire, rapidement, une persona non grata aux Etats-Unis et pourtant ils ne l’ont pas fait. » A dit Faysal Itani, spécialiste de la Syrie au Conseil de l’Atlantique du Centre Rafik Hariri pour le Moyen-Orient

Liens vers Al-Qaïda

Nahhas nie son appartenance à Al-Qaïda:

«Nous avons été faussement accusé d’avoir des liens organisationnels avec Al-Qaïda et d’épouser l’idéologie d’Al-Qaïda. Rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité. »

Selon Charles Lister (Brookings):

La déclaration ci-dessus provient  d’un tel haut fonctionnaire Ahrar al-Sham, …, cet auteur trouve même qu’il est presque impossible de trouver un groupe, y compris ceux qui ont déjà réussi à se faire « approuver » par les États-Unis, qui s’engage à condamner Jabhat al Nusra en face des autres, syriens ou étrangers.

Le fait de mettre à part Jabhat al-Nusra dans les allégations de Nahhas n’était-il donc simplement qu’une extension de cette réalité plus large? Jusqu’ici, il semblerait que ce soit le cas. En singularisant explicitement al-Qaida, Nahhas était en train de distinguer sa filiale syrienne, ou tout au moins, 60 à 70 pour cent de la partie syrienne, comme étant toujours un partenaire potentiel,  [al Nusra], dans un projet syrien plus large à moyen terme . Brookings , le 14 Juillet 2015

À cet égard, le rapport McClatchy confirme que

La vision ultime du groupe est un gouvernement islamiste pour la Syrie et ses anciens liens avec Al Qaida ne sont pas un secret: l’un des fondateurs du groupe, Abu Khalid al Suri, a été immortalisé par le chef d’Al-Qaïda Ayman al Zawahiri après sa mort dans un attentat.

De toute évidence, Ahrar al Sham est beaucoup plus idéologiquement diversifiée qu’Al-Qaïda, qui englobe les membres allant de partisans du plus modéré islamisme du style des Frères musulmans aux djihadistes salafistes dont les croyances sont pratiquement identiques à celle d’Al-Qaïda.

« Ils ne sont pas d’Al-Qaïda, mais ce sont des djihadistes salafistes – simplement le groupe n’est pas transnational », a déclaré Itani au sujet de Ahrar al Sham. (McClatchy, op cit)

Al-Qaïda va à Washington! Cela ne devrait pas surprendre. Cela fait partie d’une routine. Les responsables américains ont travaillé main dans la main avec Al-Qaïda depuis la guerre en Afghanistan en 1979.

Traduction : Avic – Réseau International

source:http://www.globalresearch.ca/syrian-al-qaeda-affiliated-leader-visited-u-s-for-consultations-with-u-s-state-department/5526547

Une manifestation contre la loi Travail

Transports en commun perturbés, raffinerie et centrales nucléaires bloquées, manifestations, c'est le point des mobilisations qui secouent la France ce jeudi contre le projet de loi travail, particulièrement fortes dans l'ouest

 

La journée de jeudi 26 mai 2016 est marquée par de nouvelles manifestations contre la loi Travail, partout en France. A Paris, Nantes, Rennes, Marseille etc., on redoute des violences.

​L'Ouest est à nouveau très touché par cette 8e journée d'action nationale à l'appel de l'intersyndicale CGT-FO-Solidaires-FSU-Unef-Fidl-UNL, avec des barrages filtrants à Caen ou encore le blocage d'un dépôt de bus à Rennes.

Près du Havre, les ponts de Normandie et de Tancarville sur la Seine, sont bloqués. Des dizines de milliers de manifestants défilent dans les rues.

Au  30000 manifestants selon les syndicats, 8000 selon la police 

Plus de 300 manifestants bloquent le pont de Normandie, coupant la circulation.

​Environ 3.000 manifestants entrent sur l'autoroute A20 à Limoges.

​A Rennes, au moins 1.500 personnes selon la préfecture, ont commencé à défiler contre la loi Travail. Quelque dizaines de manifestants bloquent depuis 04H00 heure de Paris le principal dépôt de bus de la ville.

Le sud du pays n'était pas en reste avec plus d'un millier de manifestants à Marseille et Montpellier ou encore le blocage par la CGT des dépôts de carburants d'Ajaccio et de Bastia.

Des incidents sont également notés. Ainsi un camion a tenté de forcer un barrage, blessant un manifestant.

​​​​​La mobilisation contre la loi travail continue à travers la France depuis plus d'un mois. Jeudi dernier, entre 128.000 (selon la police) et 400.000 opposants à la loi (selon les données des syndicats) sont descendus dans la rue.

Presque partout les meetings et manifestations dégénèrent en émeutes: des jeunes incontrôlés déchargent leur haine en brisant des vitrines de banques, de grands magasins ou de sociétés d'assurance, en lançant des pétards, des pierres et des bouteilles sur les policiers qui répondent par des coups de matraque et des tirs de gaz lacrymogènes.

Valls menace de quitter Matignon devant des ministres.Le Premier ministre a menacé de mettre sa démission dans la balance, s'il ne pouvait appliquer la loi El Khomri.