WWIII : Ils ont décidé (l'Occident) de faire le plus grand génocide de la Population Mondiale. Marche pour la Paix avec la Russie et son Président Vladimir Poutine.

Publié le par José Pedro

It is very important for all those who responded favorably to the petition and to travel to Moscow to pay in the shortest possible time, the reservation of 400 euros per person, for the right to participate in this trip, and do VISA approaches.
We rely on your speed to make this trip possible in the dates we had set. You can also offer this trip with friends or relatives. Marc Jutier your middle to give the official visit to Russia, the list of participants, with the full name, complete address, phone number, whether or not you need a valid visa if you have particular transport, support, etc., and if you need help to go to Paris.
The latter may be able to participate, following the formalities that remain accomplir.Programme of travel, by against the top 50 have a supported (reduction) of 50 euros:

Il est très important pour tous ceux qui ont répondu favorablement à la pétition et au Voyage à Moscou, de verser dans les délais les plus courts, la réservation de 400 euros par personne, pour obtenir le droit à participer à ce voyage, et a faire les démarches de VISA.
Nous comptons sur votre rapidité pour rendre ce voyage possible dans les dates que l'on s'est fixées. Vous pouvez également offrir ce Voyage à des amis ou à des proches. Marc Jutier est votre intermédiaire pour donner au responsable du voyage en Russie, la liste des participants, avec les noms et prénoms, les adresse complètes, le numéro de téléphone, si oui ou non, vous avez besoin d'un visa en cours de validité, si vous avez des problèmes particuliers de transport, d'assistance, etc, et s'il vous faut une aide pour aller à Paris.
Les derniers ne pourront peut-être pas participer, suivant les formalités qu'il restera à accomplir.Programme du Voyage, par contre les 50 premiers bénéficient d'une pris en charge (réduction) de 50 euros:

 

VOYAGE POUR LA PAIX A MOSCOU AVEC LA RUSSIE ET LE PRÉSIDENT VLADIMIR POUTINE.

Programme complet en cliquant sur le titre ci-dessus.

Période du jeudi 26 au Dimanche 29 Janvier 2017.

 

 

 

 

 

Il est très important pour tous ceux qui ont répondu favorablement à la pétition et au Voyage à Moscou, de verser dans les délais les plus courts, la réservation de 400 euros par personne, pour obtenir le droit à participer à ce voyage, et a faire les démarches de VISA.

 

Nous comptons sur votre rapidité pour rendre ce voyage possible dans les dates que l'on s'est fixées. Vous pouvez également offrir ce Voyage à des amis ou à des proches. Marc Jutier est votre intermédiaire pour donner au responsable du voyage en Russie, la liste des participants, avec les noms et prénoms, les adresse complètes, le numéro de téléphone, si oui ou non, vous avez besoin d'un visa en cours de validité, si vous avez des problèmes particuliers de transport, d'assistance, etc, et s'il vous faut une aide pour aller à Paris.

 

Les derniers ne pourront peut-être pas participer, suivant les formalités qu'il restera à accomplir.Programme du Voyage, par contre les 50 premiers bénéficient d'une pris en charge (réduction) de 50 euros:

 

Jour 1 : Départ de Paris dans l’après-midi. Arrivée à Moscou le soir. Transport depuis l’aéroport. Dîner à l’hôtel Cosmos. Nuit à l’hôtel Cosmos

 

Jour 2 : Petit déjeuner à l’hôtel. 9h00 départ en métro. 9h30 Rendez-vous avec le guide francophone sur la place rouge. Visite de la place rouge, Mausolée de Lénine, centre commercial « Gum ». 11h00 Visite générale du Kremlin et Dépôt des gerbes et photo du groupe dans le parc du Kremlin, devant la flamme du soldat inconnu, en mémoire aux Millions de soldats Russes tombés lors de la WWII.13h30 Déjeuner à « MUMU ». 15h00 Visite du quartier Arbat. 17h00 Visite de la cathédrale « Saint Sauveur » de Moscou. 17h30 Promenade en bateau sur la Moskva, ou visite à la Duma et rencontre avec des députés et suivant l'opportunité un représentant du Président Vladimir Poutine ou cerise sur la gâteau, le Président en personne en fonction de ses contraintes. 19h00 Retour à l’hôtel. 19h30 Dîner

 

Jour 3 : Petit déjeuner à l’hôtel. 9h00 départ en métro. 9h45 Visite de « galerie Triétakov », musée d’art russe. 12h00 Déjeuner dans un restaurant à proximité. 14h00 Visite du métro de Moscou. 16h00 Visite du Musée du Cosmos et du Parc des expositions. 19h00 Dîner à l’hôtel.

 

Jour 4 : Petit déjeuner à l’hôtel. 9h00 départ en métro. 9h45 Visite d Ismaelovo, achat de souvenirs et visite du marché au puces. 12h00 Visite du musée du pain. 12h30 Visite du Musée de la Vodka. 13h00 Repas champêtre sur place avec brochettes traditionnelles du Caucase (Chachlyks). 15h00 Retour à l’hôtel. Fin d’après-midi Transfert à l’aéroport. Soirée Retour à Paris

 

Détails du voyage sur cette page → laosophie.over-blog.com/2016/10/wwiii-marc-jutier-programme-du-voyage-pour-la-paix-avec-la-russie-et-son-president-vladimir-poutine-a-moscou.html Prix 800 euros par personne tout compris. Un montant de 400 euros doit être viré sur le compte de l'Association "Fraternité Citoyenne". RIB : 12406 00009 80005018599 25

 

rib-FCp.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On ne parle plus de Paix car tout le monde veut la Guerre. L'avenir est sombre pour certains et peut-être radieux pour d'autres ! En votant pour ceux qui sont le plus apte à se faire élire car le mieux « promotionner » par les médias, et à qui vous donnez des chèques en blanc, car vous ne connaissez pas ce qu'ils vont faire de votre vote, vous voterez comme d'habitude pour vous faire taper dessus. François Hollande n'a pas voulu faire la vraie réforme qui conditionne tout le reste en Politique, qui est la réforme du système monétaire et donc du droit régalien pour un Peuple d'émettre sa propre monnaie et d'emprunter à taux zéro pour son administration.

 

En attendant Marc Jutier est un des rares candidats à parler de Paix avec la Russie. Nous invitons les autres candidats à l'élection présidentielle à rencontrer le Président Vladimir Poutine, pour une marche pour la Paix à Moscou les 26-27-28-29 Janvier 2017. « Appel des 100 pour la Paix avec Vladimir POUTINE».  ipetitions.com/petition/wwiii-guerres-marc-jutier-appel-des-100 (167 signatures).

 

Tout paraît possible dans la Guerre que se livre l'Occident contre les BRICS dont la Russie. La Russie privilégie en Europe, et c'est son droit, les candidats qui sont avant tout respectueux des accords internationaux, de leur libre arbitre face à l'Otan, plûtot qu'à une Europe vassalisée aux US, aux multinationales et aux intérêts financiers de la FED. 

 

Jean-Claude Louistisserand, coordinateur de FC pour le 34

 

GENOCIDE MONDIAL

Voici le scénario de la Politique occidentale, les Groupies qui en veulent une petite part soutiennent à mort la realpolitik. Voici notre belle démocratie démasquée, mais cela ne les empêche pas de continuer avec du travail volé, des matières premières dérobées, du pouvoir assuré par les 500 Trillions de Jacob Rothschild. De quoi les faire parler pendant des années.

La Guerre s'amplifie en Europe, en France on recrute de milliers de bénévoles dans la Garde Nationale, nos troupes sont présentes en Irak à Mossoul et même dans la banlieue de Lille où elles s'entraînent avec l'Armée d'Arabie Saoudite. La Guerre s'amplifie en Europe, dans le Donbass Ukrainien, où la situation est comparable à Alep. Les Primaires Présidentielles ne sont qu'un amusement pour distraire le Peuple, il n'y aura pas d'élections en période de Guerre et d'Etat d'Urgence, François Hollande s'apprête à informer en décembre qu'il repousse les élections au delà de la Guerre qui va se déclarer officiellement avec la Russie, les forces de la coalition ont encore abattu hier un hélicoptère Russe. La bataille de Mossoul est une bataille pour le pétrole. Plus d'un million de réfugiés qu'on aura bombardé sous prétexte de 3000 daeshistes retranchés dans la ville contre 30000 soldats de la coalition, qui vont se partager le festin. La Migration ne fait que commencer, elle est organisée, ensuite on va s'occuper de la Libye, du Yémen, de l'Iran, du Liban, on a de la Guerre pour 100 ans. Que demande le Peuple, depuis la nuit des temps, nos dirigeants savent qu'il ne demande rien d'autre que de pouvoir bouffer, le reste ils s'en occupent.

"La décadence occidentale est vraiment en train de sombrer dans le caniveau ou dans la corruption et l’absurde. Un destin qui est le résultat de l’effondrement interne due à la politique et au bellicisme de sa propre oligarchie. Et l’opinion publique occidentale le comprend de mieux en mieux, avec ou sans l’aide des Russes.
Tirer sur le messager ne modifie pas le Message."

 

L’Occident se dirige vers l’interdiction des médias russes (Strategic Culture Foundation)

Les parlementaires européens ont voté cette semaine en faveur d’une résolution appelant à de plus grandes « capacités institutionnelles pour contrer la propagande inspirée par le Kremlin ». La résolution a été votée par la commission des Affaires étrangères de l’UE et sera présentée devant le parlement européen le mois prochain. Si la résolution est adoptée, la prochaine étape sera la mise en place de mécanismes institutionnels pour bloquer l’accès aux médias russes.

Ce serait un événement monumental, mais les pays occidentaux semblent se diriger, inéluctablement, vers l’interdiction des médias d’information russes à partir de plates-formes satellitaires et de l’Internet. Ce résultat - avec des implications éthiques et politiques énormes - semble être la conclusion logique de la campagne transatlantique de plus en plus frénétique visant à diaboliser la Russie.

Washington, Londres et Paris semblent coordonner une attaque médiatique sans précédent qui diffame la Russie pour pratiquement tous les méfaits imaginables : crimes de guerre en Syrie, menaces contre la sécurité de l’Europe, avions civils abattus, subversion des élections présidentielles américaines. Et ce n’est qu’un échantillon.

Le Secrétaire britannique des Affaires étrangères, Boris Johnson, a déclaré cette semaine que la Russie risque de devenir un « Etat paria ». Ironiquement, ce destin a moins à voir avec le comportement réel de la Russie qu’avec les objectifs recherchés de la politique occidentale vis-à-vis de Moscou, à savoir isoler et présenter la Russie comme un voyou international.

Si les gouvernements occidentaux réussissent à diaboliser suffisamment la Russie aux yeux de leurs opinions publiques, alors un contexte politique sera créé pour procéder à des mesures drastiques qui autrement seraient considérées comme des violations inacceptables des droits démocratiques. Des mesures qui iraient bien au-delà des sanctions économiques et viseraient la censure des médias. N’est-ce pas étrange ? Le « monde libre » qui déplore « l’autoritarisme russe » se dirige vers la censure des médias et la répression de ce qu’il considère comme un « crime de pensée ».

Les parlementaires européens ont voté cette semaine en faveur d’une résolution appelant à de plus grandes « capacités institutionnelles pour contrer la propagande inspirée par le Kremlin ». La résolution a été votée par la commission des Affaires étrangères de l’UE et sera présentée devant le parlement européen le mois prochain. Si la résolution est adoptée, la prochaine étape sera la mise en place de mécanismes institutionnels pour bloquer l’accès aux médias russes.

L’hostilité envers la Russie telle qu’elle apparaît dans la formulation de la résolution de l’UE ne peut être décrite que comme enragée, pour ne pas dire paranoïaque. Le gouvernement russe y est accusé de recourir activement à une « campagne de désinformation », de « ciblage des politiciens et des journalistes de l’UE », et de « perturber les valeurs démocratiques à travers l’Europe ». En bref, Moscou est accusée de comploter la chute du bloc Européen.

Il convient de noter un point particulièrement sinistre, le comité des affaires étrangères de l’UE a accordé une attention particulière au recours par la Russie d’un « large éventail d’outils et d’instruments tels que des stations de télévision multilingues et de pseudos organismes d’information pour diviser l’Europe ».

Ainsi donc, non seulement le gouvernement russe est ouvertement accusé de nourrir des desseins subversifs et destructeurs envers les Etats européens, mais ses professionnels dans les médias sont confondus avec un supposé projet politique russe de guerre hybride. L’Etat russe est diabolisé comme un ennemi étranger et ses médias font partie de son arsenal de guerre hybride. En d’autres termes, les médias d’information publics russes légitimes sont en train d’être délégitimés par le Parlement européen.

Étonnamment, les médias professionnels tels que RT et Sputnik sont qualifiés de « pseudo agences de presse » et « d’outils de propagande du Kremlin ».

Le fait, souvent avancé, que ces médias « appartiennent à l’État » et sont financés par le gouvernement est sans importance. Car il en est de même pour Voice of America, Radio Free Europe, BBC, France 24 et Deutsche Welle, pour ne citer que quelques-uns des diffuseurs occidentaux appartenant à des Etats. En fait, le budget global des gouvernements occidentaux consacré au financement de médias d’information est plusieurs fois supérieur au budget de la Russie.

Le battement de tambour occidental visant à délégitimer les médias d’information russes populaires a augmenté au cours des derniers mois. Le mois dernier, par exemple, l’alliance militaire de l’OTAN sous commandement US a publié un autre rapport d’avertissement : « L’Occident est en train de perdre la guerre de l’information contre la Russie ».

Voici une bonne question à se poser : pourquoi une organisation supposément dédiée à la sécurité militaire intervient-elle dans les domaines du journalisme et des services d’information publics ?

Un article de Voice of America ajoute : « Selon les responsables de l’OTAN, l’Occident doit intensifier ses efforts pour combattre et contrer la guerre de l’information menée par ses adversaires. Ils avertissent que des pays comme la Russie exploitent la liberté de la presse dans les médias occidentaux pour répandre la désinformation ».

Remarquez comment la Russie est accusée en quelque sorte d’« exploiter » sournoisement la liberté des médias occidentaux. L’implication ici est que les sanctions-représailles contre les médias russes seraient donc justifiées à cause de ces transgressions supposées.

Pendant ce temps, toujours le mois dernier, le directeur de l’US National Intelligence, James Clapper Jr, aurait informé des membres du Congrès sur la « guerre de l’information » russe. Il a cité RT et Sputnikcomme armes médiatiques de la « guerre de l’information » russe [pas le Grand Soir ? snif, snif... grosse déception du traducteur]. Leur but, selon Clapper, est de subvertir les sociétés occidentales en influençant les groupes radicaux et en semant la confusion dans le public.

Ceci marque une détérioration dramatique des relations entre l’Occident et la Russie, où des médias d’information russes sont désignés comme des armes ennemies. Une telle pensée trahit aussi à quel point de dégénérescence les dirigeants politiques occidentaux ont sombré dans leurs stéréotypes de guerre froide ; et comment ils sont disposés à aller encore plus loin pour contrer la Russie.

Depuis que la politique tant vantée de rétablissement de relations « plus amicales » avec la Russie a été abandonnée sous la première administration du président Barack Obama, vers 2011, l’hostilité de Washington et de ses alliés européens est allé crescendo pour atteindre les niveaux actuels d’hystérie.

La raison principale pour laquelle Washington a abandonné sa politique de normalisation est probablement parce qu’il a compris que le président russe Vladimir Poutine ne sera pas aussi docile que son prédécesseur Boris Eltsine, qui a lâchement soumis son pays à l’hégémonie US, que ce soit sur des questions d’intérêts géopolitiques, de la finance mondiale, ou de ressources/guerres à l’étranger. Poutine ne veut rien entendre. La Russie ne sera pas un Etat vassal des Etats-Unis, contrairement aux Etats membres de l’Union européenne qui le sont de toute évidence.

C’est à cause de l’indépendance et de l’audace de la Russie à s’exprimer contre la désinvolture des Etats-unis à l’égard du droit international, par exemple dans sa conduite de guerres illégales et de changements de régime au Moyen-Orient, en Afrique du Nord et en Ukraine, que Washington trouve cette attitude si intolérable.

Lorsqu’on lui a demandé récemment dans des médias allemands pourquoi l’Occident est si hostile envers lui, Poutine aurait répondu laconiquement : « la peur ».

Le dirigeant russe ne voulait pas dire par là que l’Occident avait peur d’une agression militaire russe. Il voulait dire que la peur était due à sa puissance de démonstration. Un fort contre-poids aux menées impérialistes des Etats-Unis constituait une puissante négation de la présumée suprématie US unipolaire sur le monde entier. Ce qui signifie que le monde n’est pas un paillasson pour l’assujettissement US. Le défi de la Russie à l’hégémonie US est un signe avant-coureur d’un monde multipolaire, un monde dans lequel les Etats-Unis et ses filiales européennes devront commencer à travailler de concert avec d’autres nations, d’égal à égal et dans le cadre du droit international, et non pas comme des renégats au-dessus des lois.

La Syrie est une illustration classique. Washington et ses alliés britanniques et français, ainsi que des Etats vassaux régionaux, ont présumé qu’ils pouvaient mener une nouvelle opération illégale de changement de régime dans ce pays arabe, comme ils l’avaient fait auparavant en Libye, en Irak et en Afghanistan. L’intervention militaire de la Russie en appui à son allié syrien fut une manifestation éclatante que l’Occident ne pouvait plus continuer son petit jeu de changement de régime. En outre, l’intervention de la Russie a également exposé l’implication criminelle secrète de Washington et de ses partenaires dans le recours aux mercenaires terroristes pour mener leurs changements de régime.

La même chose peut être dite sur l’Ukraine, où le soutien politique de la Russie aux séparatistes ethniques russes a empêché que le coup d’État de Washington à Kiev en Février 2014 ne transforme le pays tout entier en un régime marionnette des Etats-Unis.

C’est la raison pour laquelle Washington craint la Russie sous Poutine. Il est un obstacle à sa « domination mondiale à spectre complet », telle que prévue par les idéologues impérialistes US suite à l’effondrement de l’Union Soviétique.

Cependant, la Russie est plus qu’un obstacle. Dans sa conduite d’une politique étrangère indépendante, la Russie expose les crimes US contre le droit international et son parrainage d’Etat du terrorisme. Et la Russie expose également la servilité pathétique et la complicité des Etats européens, des médias occidentaux et des institutions des Nations Unies pour se plier aux ambitions hégémoniques de Washington.

La politique étrangère de la Russie est, bien sûr, tout à fait légitime. Mais du point de vue de Washington, elle constitue un défi intolérable à sa volonté tyrannique. À cette fin, la Russie doit être métamorphosée en un Etat ennemi. Et les dirigeants européens serviles adhèrent à cet ordre du jour, afin de dissimuler leur complicité odieuse.

Il se trouve que les médias russes ont démontré une indépendance des journalistes et des analyses critiques sur les grands événements mondiaux, comme ce qui se passe réellement en Syrie et en Ukraine. Le fait que les gouvernements occidentaux soutiennent secrètement les réseaux terroristes pour mener un changement de régime illégal n’est plus à démontrer. Si cela vous paraît exagéré ou un « commentaire injuste », c’est uniquement parce que les médias occidentaux se sont refusés à dénoncer les fausses revendications et prétentions de leurs propres gouvernements. Ce qui n’est pas une raison pour délégitimer le journalisme des médias russes. En fait, c’est ce qui rend un tel journalisme louable.

Dire que les Etats occidentaux sont frustrés par la Russie est un euphémisme. Ils sont livides, comme on peut le voir à la façon dont leur entreprise criminelle de changement de régime en Syrie a été mise en déroute. Par conséquent, les efforts occidentaux visent à accuser la Russie de « crimes de guerre » et de la comparer à l’Allemagne nazie [Méga Point Godwin pour l’Occident - NDT].

Combinez cette diabolisation avec les affirmations à sensation selon lesquelles la Russie tente de subvertir les démocraties occidentales, le climat politique toxique devient alors propice pour des mesures de plus grande portée.

Il s’agit là d’une logique réductionniste osée : la Russie est un Etat ennemi, et les médias russes sont des outils de propagande ennemis.

Etant donné que les législateurs européens voteront cette semaine sur la lutte contre les médias russes, on peut supposer que la prochaine étape logique sera l’interdiction pure et simple des chaînes russes sur les ondes et Internet.

Mais comme a déclaré Margarita Simonyan, rédactrice en chef de RT, à Deutsche Welle, le mouvement draconien visant à interdire les médias russes ne fait que démontrer à quel point les discours occidentaux sur la « liberté d’expression » sont vides.

« C’est une interprétation plutôt intéressante des valeurs occidentales tant vantées, en particulier sur la liberté d’expression - qui dans le concret signifie apparemment d’attaquer une voix de dissidence rare parmi des milliers de médias européens » a ajouté Simonyan.

Les gouvernements occidentaux sont en train d’adopter des méthodes de despote.

Incapables de faire ce que bon leur semble, y compris de violer le droit international et d’aller en guerre où et quand bon leur semble, ils s’en prennent alors aux pays qui résistent, comme la Russie, au point de désigner la Russie comme un pays ennemi, susceptible donc de faire l’objet d’une agression militaire.

Et lorsque des médias exposent les doubles normes et l’hypocrisie criminelle de l’Occident, ces médias sont alors fustigés comme étant de la propagande ennemie, qui doivent être arrêtés et interdits.

La décadence occidentale est vraiment en train de sombrer dans le caniveau ou dans la corruption et l’absurde. Un destin qui est le résultat de l’effondrement interne due à la politique et au bellicisme de sa propre oligarchie. Et l’opinion publique occidentale le comprend de mieux en mieux, avec ou sans l’aide des Russes.

Tirer sur le messager ne modifie pas le message.

Finian CUNNINGHAM

Traduction "eh non, l’admiration de l’Occident pour les dissidents n’est plus ce qu’elle était..." par VD pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles.

»» http://www.strategic-culture.org/news/2016/10/13/west-gunning-russian-...
URL de cet article 31024