WWIII : Le Groupe à Thierry SOL-AIR, une bombe pour les EM, avec une étiquette LREM, et un bannissement des LR.

Publié le par José Pedro

LE TUEUR DES LR : CELUI QUI S'EST TOUJOURS TROMPÉ ET QUI A DESCENDU TOUS SES FRÈRES. La Bombe Sol-Air va encore frapper! 

La droite consacre son divorce

Thierry Solère a annoncé la création d’un groupe parlementaire « Les Républicains constructifs UDI et indépendants », distinct du reste des Républicains.


 

-Thierry Solère est né le 17 août 1971 à Nantes dans le département de la Loire-Atlantique, avant de passer sur Montaigu.


-Il a fait des études de commerce et de droite. C'est un ancien collaborateur d'Yves Marchand, de Claude Goasguen, Philippe Douste-Blazy et de Jean-Pierre Raffarin dont il est l'illustre animateur des raffarinades.


-Il a été initié en Franc-maçonnerie le 10 décembre 1998 dans la Loge «La Tierce Sacrée no 777», appartenant à la Grande Loge nationale française et en 2009 il s'est affilié à une seconde Loge : «L'Éternelle Lumière 1769». Il a démissionné de la Franc-maçonnerie le 10 novembre 2015 pour sa découverte d'avoir fait allégeance avec Satan et d'avoir comme Macron la double alliance aux doigts.


-En mai 2011, Thierry Solère, alors premier adjoint au maire de Boulogne-Billancourt, se désolidarise de l'équipe municipale après un vote sur le projet de modification du plan local d'urbanisme (PLU) relatif au nouveau projet pour l'Île Seguin. Le maire Pierre-Christophe Baguet lui retire alors sa délégation de premier adjoint. Thierry Solère démissionne de son poste.


-Début 2012, Pierre-Christophe Baguet, informe ses administrés qu'il ne désire pas se représenter aux élections législatives de 2012 dans la 9e circonscription de Boulogne-Billancourt et apporte son soutien à la candidature de Claude Guéant, investi par l'UMP. Thierry Solère qualifie cette candidature de « parachutage » et décide de faire acte de candidature, ce qui provoque son exclusion du parti pour trois ans.


-Durant cette campagne électorale, il continue à utiliser la marque UMP sur ses documents de campagne, ce qui amène l'UMP à l'assigner devant le tribunal de grande instance de Nanterre au motif que « Thierry Solère a sciemment conduit sa candidature sur la base de fausses qualités ».


-Le 17 juin 2012, opposé au second tour à Claude Guéant, il est élu député de la 9e circonscription des Hauts-de-Seine avec 334 voix d'avance et aussitôt réintégré au sein de l'UMP.


-Fin juin, trois militants UMP de Boulogne-Billancourt déposent un recours en annulation auprès du Conseil constitutionnel, contenant notamment 430 attestations d'électeurs affirmant qu'ils avaient été trompés par l'utilisation mensongère du sigle de l'UMP par Thierry Solère. Le 24 octobre 2012, le Conseil constitutionnel rejette cette requête en validant l’élection de Thierry Solère pour le motif « que la notoriété nationale du candidat soutenu par l'Union pour un mouvement populaire est établie » et que « les faits dénoncés par les requérants ne peuvent être regardés comme ayant été de nature à altérer la sincérité du scrutin ».

 

-Il est nommé secrétaire national du parti en mai 2013.

Lors des élections municipales de 2014 à Boulogne, il soutient un dissident.

 

-Le 2 décembre 2014, après l'élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de l'UMP (il avait soutenu Bruno Le Maire), il est chargé d'organiser l'élection primaire (de 2016) préalable à l’élection présidentielle de 201719.

 

-Il est tête de liste départementale Les Républicains-UDI-MoDem dans les Hauts-de-Seine, dans le cadre de la campagne de l'élection régionale de 2015 en Île-de-France conduite par Valérie Pécresse.

 

-Il soutient Bruno Le Maire pour la primaire présidentielle des Républicains de 2016 mais ne le parraine pas. Après la victoire de François Fillon, il devient l'un de ses porte-parole, fonction dont il démissionne le 3 mars 2017.

 

-Fin juillet 2016, le terroriste Salah Abdeslam porte plainte pour atteinte à la vie privée contre Thierry Solère pour avoir décrit au JDD des images de vidéo-surveillance du détenu, qu'il avait visionnées.

 

-Le 2 février 2017, Thierry Solère est nommé « Député de l'année » par le jury du Trombinoscope, pour avoir « mis en place la machine sophistiquée de la primaire de la droite et du centre » .

 

-Le 15 février 2017, le Canard enchaîné révèle que Thierry Solère est visé par une enquête préliminaire pour omission de payement d'impôts sur le revenu entre 2010 et 2013.

 

-Le 3 mars 2017, dans le cadre de l'affaire Fillon, il lâche le candidat LR à l'élection présidentielle. Après l'élection d'Emmanuel Macron à la présidence de la République, il se rapproche de celui-ci. Il en résulte qu'il est poussé à la démission du groupe Les Républicains du conseil régional d'Île-de-France en mai 2017.

 

-Lors des élections législatives de 2017, il est candidat à sa réélection dans la 9e circonscription des Hauts-de-Seine, avec le nutritionniste Jean-Michel Cohen comme suppléant. Il obtient 42,60 % des voix au premier tour. Il est réélu à l'issue du second tour.

 

777, pour une deuxième fois!!! et Nième fois.

Tout tourne là autour de 777, chiffre sacré sans doute par ce qu’il signifie par trois fois répétée le nombre de la spiritualité. On peut alors penser à une certaine perfection, une certaine sagesse, à Hermès trismégiste, par exemple, le trois fois grand, dont la légende veut que la pyramide de Kéops soit le tombeau… mais surtout à une divinité, une figure féminine à propos de laquelle je vais plus bas vous entretenir. Et, enfin, pour aller dans le sens de M. Douzet, quelques fois, 777 est associé au Christ en opposition un peu rapide au 666 apocalyptique. Certes, c’est le cas de le dire, le Christ est postérieur à l’anté-Christ mais numériquement. Il est 888 par la numérologie grecque, IESOUS donnant en effet : I+E+S+O+U+S=10 + 8 + 200 + 70 + 400 + 200 = 888.

 

888, c’est trois fois l’Infini, celui du Père, celui du Fils, celui du Saint-Esprit qui sont un.
Revenons à présent à 777 et interrogeons-nous. Il vient tout de suite, à l’esprit de l’ésotériste, le titre de l’ouvrage: « 777 and other qabalistic writings of Aleister Crowley » monumental ouvrage comportant d’érudites tables de correspondances guématriques soigneusement établies par le célèbre mage et occultiste anglais (1875-1947). A la rubrique « 777 » dudit ouvrage, on peut lire : « the flaming sword » soit l’épée enflammée qui sert à l’ange gardien du Paradis propre à interdire toute intrusion dans ce lieu primordial. Voici l’illustration symbolique et qabalistique de cette épée flamboyante tirée de l’enseignement de la Golden Dawn anglaise, épée qui dessine, on le remarque, un chemin sur l’arbre qabalistique dit arbre séphirotique car constitué de dix sphères ou séphires, cette épée se retrouve en franc-maçonnerie.

Dans son « Livre des mensonges », Aleister Crowley écrit :
La voie de l’épée flamboyante.

 

« Sept sont les voiles de la bayadère de son harem
Sept sont les noms, et sept sont les lampes auprès de Son lit. Sept eunuques La gardent avec des épées tirées ;
Aucun homme ne peut L’approcher. Dans Sa Coupe sont les sept flots du sang des Sept Esprits de Dieu. Sept sont les têtes de la BETE [666 c’est bien connu] qu’Elle chevauche
La tête d’un Ange, la tête d’un Saint, la tête d’un Poète, la tête d’une Femme Adultère, la tête d’un Homme Vaillant, la tête d’un Satyre et la tête d’un Lion Serpent. Sept lettres possèdent Son nom le plus sacré ; et c’est Il est le Sceau apposé sur l’anneau qu’Elle porte à l’Index : et il est le Sceau Apposé sur les Tombes de ceux qu’Elle à tués.
La Sagesse est là. Que celui qui a la compréhension compte le Nombre de Notre Dame ; car c’est le Nombre d’une Femme ; et Son Nombre est Cent Cinquante Six. »

 

Babalon

Harem, eunuques, nous sommes là dans la poétique d’un univers clos et utérin et, si 777 n’est pas Notre Dame Babalon elle-même (qui est 156), on peut dire que c’est son nimbe et son enveloppe. Babalon est le nom choisi par Crowley pour sa valeur qabalistique afin de désigner la Grande Prostituée de l’Apocalypse de Jean de Pathmos, Babalon est également proche phonétiquement de « Babylone ». On peut dire que si 156 est son nombre au-delà du voile, c’est-à-dire au niveau de la troisième Séphira de l’arbre qabalistique.

 

Binah, 777 définit son hypostase et l’aspect qu’elle revêt pour se faire connaître aux mortels c'est-à-dire au niveau de la dixième séphire de l’Arbre, Malkouth ou le royaume ou la fiancée. Babalon est plus qu’Isis, plus que la Grande Prostituée de l’ « Apocalypse de Jean », elle est la grande mère ou la grande mer et 777 représente un voile, une porte, un réceptacle, un berceau, un tombeau…qui contient un germe, et ce germe est « JC ». Il n’y a pas analogie entre 777 et JC mais, comme on peut le voir sur la photographie, JC est contenu, inséré, dans 777 comme un enfant dans le ventre maternel… ou comme un mort dans sa tombe et cette illustration n’est pas sans rappeler l’immiscion de la lettre hébraïque schin qui représente le feu (du Saint Esprit pour les chrétiens) à l’intérieur du tétragrammaton, ensemble de quatre lettres yod-hé-vau-hé (qui forment « Yahvé ») afin de transformer yahvé en yeshouah c’est-à-dire Jésus.

 

Pour revenir à l’étoile à sept branches dite « de Babalon », incluse dans le sceau de L’Astrum Argentinum (voir plus haut), il convient de signaler qu’elle provient du « sigillum dei aemeth » du Docteur John Dee, magicien et agent de la reine Elisabeth Ière d’Angleterre. J’insiste sur le fait que l’étoile de Babalon est au centre du sceau de l’« A.A. », Astrum Argentinum structure initiatique fluide inventée par Aleister Crowley. Ce « A.A. » rappelle évidemment l’ « A.A. » chère à M. Douzet qu’il évoque maintes fois. Je pense que Crowley était au courant de certaines choses qui nous intéressent et qu’il a, de son propre chef ou sur ordre, utilisé certaines de ces références à sa manière pour finalement les rendre populaires, surtout dans les pays anglo-saxons où cet auteur est célèbre dans les milieux de la sub-culture musicale et occultiste. 


Du reste, le Docteur Dee est connu pour les contacts ritualisés qu’il a réalisés grâce à la magie cérémonielle avec les hiérarchies …angéliques. Il communiquait avec ces dernières par le truchement de son médium Edward Kelly, en utilisant un langage très particulier : l’énochien ou langue des anges dont il existe désormais des dictionnaires !

Graffiti, ou message ?

Ce graffiti peut recéler plusieurs interprétations. On discerne tout d’abord un triangle la pointe en bas, formé de 3 sept. Trois fois sept égale vingt et un, soit le nombre d’arcanes majeurs du tarot sans compter le mat. On observe un autre triangle la pointe vers le haut dont les angles sont : 5, 6 et 7.Ces cinq chiffres, 7, 7, 7, 5 et 6 forment une croix de Saint André ou un sablier, emblème du ‘Chronodrome’. 7 + 7 + 7 + 5 + 6 = 32. Ce nombre, notons-le est celui des 32 chemins de la Sagesse comprenant les 10 séphires (ou sphères) de l’arbre qabalistique et les 22 chemins qui les relient (voir l’illustration plus haut) auxquels correspondent les 22 arcanes majeurs du tarot, aux 10 séphires correspondent les arcanes mineurs.

D’autre part, le triangle inférieur est formé par les angles suivants : 5, 6 et 7, qui additionnés, donnent 18, soit trois fois six, soit 666. Donc le triangle 567 égale le triangle 666. Les auteurs ont ils hésité à écrire 666 de peur d’être confondus avec des satanistes ? Quoi qu’il en soit nous avons un triangle 777 qui domine voire chevauche un triangle 666. Pour Crowley, 777 étant vraisemblablement l’hypostase de Babalon soit l’aspect de la « Femme écarlate », tout droit issue de sa chère Apocalypse de Jean, on peut écrire que 777 sur 666 représente la Grande Prostituée chevauchant la Bête. La Prostituée est grosse de bien des abominations que renferme symboliquement une coupe, qui ambivalence symbolique oblige, est, pour Crowley, le Saint Graal… Nous avons là un jeu de miroirs entre les symboles du Bien et ceux du Mal, où il s’agit de ne pas s’égarer… Crowley a représenté cela dans son « Livre de Toth », c’est-à-dire son jeu de tarot personnel, sous la dénomination « le désir » et le numéro 11 (6+5) et qui correspond à « la force » du tarot de Marseille.


Au milieu de ces deux triangles « virtuels », simplement représentés par les nombres qui figurent à leurs angles, il y a un triangle dessiné, la pointe en bas, c’est le triangle de l’eau dont on se demande s’il n’est pas POUR LES AUTEURS des graffitis le triangle 888 ? Pour eux, le messie, le rédempteur serait le fruit de l’union de 666 avec 777 ??????… Là encore le risque de s’égarer est total : il est inutile de rappeler ce qui est dit évangéliquement des faux prophètes de la fin des temps.
On notera que 777 n’est pas inscrit dans le pentacle et que, soit il en déborde parfois largement comme à Rennes le Château, soit il mène une existence autonome. On pourrait en déduire que l’auteur veut signifier que l’« entité » que ce nombre représente « déborde » largement de la sphère terrestre.


Sur la porte de l’Eglise de RLC le graffiti est tellement étalé que l’on ne lit plus 777 et 765 mais plutôt 7 + 6 d’un coté du triangle inversé et 5 + 7 de l’autre soit 13 et 12 soit 1312 date du Concile de Vienne d’où devait sortir la dissolution de L’Ordre du Temple, avertissement à l’Eglise de Rome ?
M. Douzet a écrit que l’on pouvait voir également un « V » dans un cercle d’où surgissait un sept dont la barre horizontale fermait le dit triangle, à Rennes le Château par exemple.

V, comme cinq ?

C’est finement observé et on peut ajouter que le sept sortant d’un V a été célèbre il n’y a pas si longtemps sous forme du symbole du… gaullisme ! 
En effet, la croix de lorraine est formée de sept segments de droite. Quant au « V » il représente dans ce cas la victoire évidemment. Mais quelle victoire ? Ce geste fait avec l’index et le majeur est devenu banal jusqu’à l’écoeurement c’est même souvent devenu le geste des imbéciles qui « passent à la télé ».Crowley, (encore lui !) prétendait qu’il avait suggéré à Churchill de l’utiliser pour annoncer la victoire prochaine des Alliés… cadeau de propagande empoisonné puisqu’il s’agissait pour le Mage anglais de singer les cornes du diable !!!! Effectivement ce geste s’oppose totalement à celui du Christ bénissant. Le Christ bénit avec l’index et le majeur joint pour signifier qu’il apporte l’unification d’un monde avant lui divisé, il indique que la voie qu’il indique mène vers l’Unité c’est-à-dire vers Dieu. La division, calamité typiquement moderne et proprement « satanique » est symbolisée par le V. Analogiquement, on songera aux livres ouverts (un V) ou fermés (un II) que portent les statues religieuses médiévales et qui symbolisent l’ésotérisme et l’exotérisme.

X, comme la croix de Saint André

Autre remarque entre parenthèses, la croix de Saint André évoquée plus haut, c'est-à-dire, vulgairement le « X » est un « V » dédoublé par un miroir. C’est aussi la rune Gebo dont la valeur phonétique est le G, lettre importante ô combien pour les Francs-maçons !
Un sept issu d’un « V » peut symboliser la perfection qui est extraite de la division. Le V peut signifier dans une optique plus naturaliste les deux feuilles d’une plante qui produit une fleur, création parfaite, couronnement de ladite plante, les feuilles traînent au sol, la fleur, elle, s’élève vers le ciel. Le V est d’ailleurs utilisé par une chaîne de jardineries.

La fleur qui s’épanouit est évidemment le symbole de la quintessence, c’est la « fleur mystique » qui s’extrait du monde et de ses miasmes comme dans le tableau du même nom signé Gustave Moreau.

Si l’on considère qu’une fleur jaillit hors de la date de 1312, on peut imaginer qu’il s’agit là de l’expression d’une résurgence templière, le rameau refleurira… Autre possibilité qui n’exclut pas l’autre : le triangle la pointe en bas, surmonté d’un 7, annonce l’incarnation terrestre d’un esprit parfait. Le nom du Baron de Hund est associé, à la fin du XVIIIe siècle avec la Stricte Observance Templière, continuation maçonnique, parait-il, du fameux ordre du Temple. Or, Hund n’annonçait-il que le seul véritable but de la franc-maçonnerie était la préparation de la seconde venue du Christ ?

Revenons à notre « V », hormis la plante, on peut également voir dans le V un homme levant les bras en signe d’adoration, cela a été admirablement représenté par la rune de vie Eolh remarquons, pour faire du « hors sujet » que ce signe, inversé, a beaucoup été utilisé par les mouvements pacifistes des années 60. C’était le temps du « flower power » et la plupart des utilisateurs de ce symbole ignoraient que la rune de vie, inversée, donne…la rune de mort ! La Mort n’est-elle pas d’ailleurs la grande paix ??

Et le « pouvoir de fleurs » ne sera-t-il pas total lorsque l’homme aura disparu de cette planète ? Les amateurs de cinéma regarderont avec profit « L’armée des 12 singes » pour illustrer ce propos. Restons quelque peu avec les mouvements « gauchistes » qui, Jean Parvulesco l’a pressenti dans quelques romans, sont parfois bien proches de la pulsion de mort. Le fameux triangle inversé inscrit dans un cercle de la première illustration est bien proche du célèbre « A » des anarchistes que quelques malpropres de nos villes « taguent » sur les murs. Mais un « A » inversé ! Le A majuscule qui, dans les abécédaires, était illustré par un âne donne justement, lorsqu’il est placé à l’envers une schématique tête d’âne. Charmant animal qui toutefois est l’animal symbole du dieu égyptien Seth, dieu de la destruction par le feu de la forge, dieu de la seconde mort, la mort psychique tant redoutée par les égyptiens. Le « créateur » et théoricien de l’anarchie, le russe Bakounine (1814-1876) était un sataniste déclaré pour lequel : si l’homme est libre, Dieu n’existe pas et comme l’homme est libre…Ni Dieu ni maître ?

Vraiment ? Leur maître ne serait-il pas le très-bas ? Le symbole anarchiste ci-contre inversé ne fait-il pas fatalement penser au Satan d’Eliphas Lévi ? Et l’« Amour Anarchie » de Léo Ferré (tiens, encore un « AA ») ne serait-il pas plutôt, avec un tel maître : « Haine Anarchie » ? La caractéristique première de Satan étant de dispenser la haine et la division. Vous me direz que telle vedette, anarchiste déclarée est douce comme un agneau ! Certes, mais n’oublions jamais que l’enfer est pavé de bonnes intensions !

Les Républicains «Macron-compatibles» vont faire sécession et créer leur groupe à part à l'Assemblée

Les Républicains «Macron-compatibles» vont faire sécession et créer leur groupe à part à l'AssembléeSource: AFP
Thierry Solère, chef de file des «Les constructifs»

Une vingtaine de parlementaires républicains constitueront un groupe distinct de celui de LR le 21 juin à l'Assemblée. Objectif : soutenir la majorité présidentielle sur certains points «constructifs»... et nourrir quelques ambitions personnelles ?

Après avoir fait s'effondrer le Parti socialiste, Emmanuel Macron est-il en train de provoquer l'implosion des Républicains (LR) ? «Les constructifs» – c'est sous ce nom informel qu'ils se sont pour l'instant désignés – ont en effet décidé de former un groupe parlementaire distinct de celui que constituera LR à l'Assemblée Nationale. La déclaration politique instituant la création du groupe sera déposée à la présidence de l'Assemblée le 21 juin au matin, selon Le Figaro, peu avant l'élection du président du groupe LR. Mais on ignore encore si les députés qui la signeront présenteront leur groupe comme faisant officiellement partie de l'opposition, ou si à défaut, celui sera considéré comme un groupe minoritaire, conformément aux dispositions de la réforme constitutionnelle de 2008.

Cette scission n'a rien de spontané. Le Figaro révélait que quelques nouveaux députés du parti de droite s'étaient déjà retrouvés le 19 juin pour mettre au point leur manœuvre. C'est dans les locaux du ministère de l'Action et des comptes publics, dirigé par Gérald Darmanin, lui-même ex-membre de LR, qu'ils se sont retrouvés dans une relative discrétion à l'initiative du député Thierry Solère. Selon un journaliste du Figaro, ce dernier aurait même été reçu par le Premier ministre Edouard Philippe dès le lendemain.

Interrogée sur LCP, la députée du Doubs Annie Genevard souligne le «très grand danger» que représente selon elle la création d'un tel groupe parlementaire pour le groupe LR. «Si nous étions très nombreux, nous pourrions nous payer le luxe d'une division : mais il n'a échappé à personne que nous ne sommes pas en position de force», a-t-elle averti, tout en condamnant cette démarche.

A droite, sarcasmes et exaspération

Les premières réactions à droite ne sont pas particulièrement bienveillantes à l'égard de cette initiative. Le député de l'Yonne Guillaume Larrivé, qui avait appelé à voter blanc au second tour de l'élection présidentielle, a réagi sévèrement, estimant que la démarche des «pseudo-constructifs» était illusoire. 

 

Isabelle Balkany, première adjointe au maire de Levallois, s'en est prise directement à la personne de Thierry Solère, dont elle pointe du doigt les supposées ambitions personnelles et ses investissements à saint Bart... affirmant pourtant que celles-ci seront déçues. «Ce monde est cruel», conclut-elle sardoniquement.

Quelles perspectives pour les «constructifs» ?

La difficulté du futur groupe des «constructifs» s'annonce d'ores et déjà grande. Tout d'abord parce qu'ils ignorent le nombre de soutiens sur lesquels ils peuvent compter. Certains ne font pas mystère de leur volonté de les rejoindre selon Le Figaro : Franck Riester, député de Seine-et-Marne, Laure de La Raudière, député d'Eure-et-Loir, Pierre-Yves Bournazel, député de Paris, ou encore Agnès Firmin Le Bodo, qui a remplacé Edouard Philippe à son siège de député en Seine-Maritime. Au total, une vingtaine de députés pourraient rejoindre ce groupe parlementaire. Certains évoquent également le soutien de députés centristes de l'UDI. 

Autre difficulté de taille : le succès de leur démarche n'est pas prouvé. Certes, en demeurant dans un groupe LR de plus de cent députés, leur différence sera difficilement audible. Mais, en fondant un groupe à part et restreint à une vingtaine d'élus, soit à peine plus que ceux de la France insoumise ou de l'UDI, leur visibilité sera très faible. Il leur sera impossible de s'opposer aux 350 députés de la majorité présidentielle, et s'ils souhaitaient voter certains textes proposés par cette dernière, leur soutien se révélerait relativement insignifiant.

Peut-être l'opportunité de la création d'un tel groupe parlementaire réside-t-elle ailleurs ? Alors que le gouvernement a déjà dû faire face au départ de deux ministres en un mois, avec les démissions de Richard Ferrand et Sylvie Goulard, l'affaire des emplois présumés fictifs du MoDem se poursuit... et met François Bayrou et Marielle de Sarnez sous pression. Si Emmanuel Macron doit un jour trouver de nouvelles personnalités d'ouverture, à la fois fiables et extérieures à LREM, peut-être se tournera-t-il alors vers le groupe parlementaire de la droite «Macron-compatible» ?

Remaniement : qui est pressenti pour entrer au gouvernement?

Ce mercredi, quatre postes de ministres sont à pourvoir : ministre de la Justice, ministre de la Cohésion des territoires, ministre des Armées et ministre des Affaires européennes. Quelques postes de secrétaires d'Etat devraient également être créés.

Aujourd'hui 12:20 Vu 27 fois
La photo de famille, il y a un mois. Déjà quatre membres de ce gouvernement l'ont quitté depuis mardi : Richard Ferrand, François Bayrou, Sylvie Goulard et Marielle de Sarnez. Photo AFP
La photo de famille, il y a un mois. Déjà quatre membres de ce gouvernement l'ont quitté depuis mardi : Richard Ferrand, François Bayrou, Sylvie Goulard et Marielle de Sarnez. Photo AFP

Benjamin Griveaux

Benjamin Griveaux. Photo AFP
Benjamin Griveaux. Photo AFP

Le nom de Benjamin Griveaux circule comme potentiel ministrable : porte-parole du parti La République en marche, largement élu au second tour des législatives dans la 5e circonscription de Paris, il était pressenti pour prendre la tête du groupe REM à l'Assemblée nationale. Désormais, ce poste semble "réservé" à l'ex-ministre de la Cohésion des territoires, Richard Ferrand, qui a quitté le gouvernement mardi.

Bio express

Fonctions : il a été vice-président du Conseil départemental de Saône-et-Loire. Il est dorénavant le principal porte-parole de REM et a été député de la 5e circonscription de Paris en 2017.

Etiquette politique : PS jusqu'en 2016, avant de rejoindre REM

Âge : Né le 29 décembre 1977 à Saint-Rémy, en Saône-et-Loire, il a 39 ans.

Laurence Vichnievsky

Laurence Vichnievsky. Photo AFP
Laurence Vichnievsky. Photo AFP

Médiatisée à l’époque où, avec Eva Joly, elle instruisait de célèbres dossiers comme celui des frégates de Taïwan ou encore de l’affaire Dumas, la magistrate Laurence Vichnievsky a été élue députée de la 3e circonscription du Puy-de-Dôme lors des législatives. Elle pourrait prendre la tête du ministère de la Justice à la suite de François Bayrou.

Bio express

Fonctions : ex-conseillère régionale en région Auvergne-Rhône-Alpes et Paca, la juge est depuis quelques jours députée de la 3e circonscription du Puy-de-Dôme sous l'étiquette MoDem investie REM.

Etiquette politique : EELV entre 2010 et 2015 puis MoDem depuis 2015.

Âge : Né le 5 février 1955 à Boulogne-Billancourt, dans les Hauts-de-Seine, elle a 62 ans.

Arnaud Danjean

Arnaud Danjean. Photo JSL/Benoît Montaggioni.
Arnaud Danjean. Photo JSL/Benoît Montaggioni.

Eurodéputé LR spécialiste des questions de sécurité et de Défense, le nom d'Arnaud Danjean aurait été soufflé par la démissionnaire Sylvie Goulard pour présider la commission de la revue stratégique pendant l'été. Une mission de trois ou quatre mois pour fixer les grandes orientations de la Défense. 

Bio express

Fonctions : député européen lors des élections du 7 juin 2009, et réélu le 25 mai 2014 ; il est par ailleurs conseiller régional de Bourgogne puis de Bourgogne-Franche-Comté depuis le 21 mars 2010.

Etiquette politique : UMP, puis Les Républicains

Âge : Né le 11 février 1971 à Louhans, en Saône-et-Loire, il a 46 ans.

Jean-Jacques Bridey

Jean-Jacques Bridey (de face). Photo CC/wikipedia/BJO94110
Jean-Jacques Bridey (de face). Photo CC/wikipedia/BJO94110

Jean-Jacques Bridey, rapporteur du budget des équipements militaires et de la dissuasion nucléaire, est également pressenti pour devenir chef des Armées. Cité pour présider la commission de la Défense à l'Assemblée, il s'est affiché lundi avec le président Macron au salon du Bourget, à Paris.

Bio express

Fonctions : maire de Fresnes depuis 2001, conseiller général du Val-de-Marne de 2008 à 2012 et député de la 7e circonscription du Val-de-Marne depuis juin 2012.

Etiquette politique : PS jusqu'en 2017, avant de rejoindre REM

Âge : Né le 7 mai 1953 à Nice, dans les Alpes-Maritimes, il a 64 ans.

Thierry Solère

Thierry Solère. Photo AFP
Thierry Solère. Photo AFP

A droite, Thierry Solère, nouvel élu LR de la 9e circonscription des Hauts-de-Seine, serait courtisé pour intégrer le nouveau gouvernement Macron. Il a rencontré mardi en fin de matinée Edouard Philippe à Matignon.

Bio express

Fonctions : député LR de la 9e circonscription des Hauts-de-Seine.

Etiquette : UMP puis LR.

Âge : Né le 17 août 1971 à Nantes, en Loire-Atlantique, il a 45 ans.

Jean-Baptiste Lemoyne

Jean-Baptiste Lemoyne. Photo AFP
Jean-Baptiste Lemoyne. Photo AFP

Le nom de Jean-Baptiste Lemoyne, élu LR de l’Yonne, figurerait dans les petits papiers d' Edouard Philippe. Le sénateur serait pressenti pour devenir secrétaire d'Etat, voire ministre. Il avait été le premier parlementaire LR à rejoindre Emmanuel Macron après la défaite d'e son candidat, Alain Juppé, aux primaires LR et le Penelopegate.

Bio express

Fonctions : sénateur apparenté LR de l'Yonne depuis 2014, ex-secrétaire national LR.

Etiquette : UMP et Les Républicains jusqu'en 2017, avant de rallier Emmanuel Macron dans la course à la présidentielle.

Âge : Né le 15 septembre 1977 à Bourg-la-Reine, dans les Hauts-de-Seine, il a 39 ans.

Jean-Paul Delevoye

Jean-Paul Delevoye. Photo AFP
Jean-Paul Delevoye. Photo AFP

L'ex-LR Jean-Paul Delevoye, qui a piloté la commission d'investitures REM lors des législatives, serait en lice pour remplacer Richard Ferrand. Il a déjà été ministre de la Fonction publique, de la Réforme de l'État et de l'Aménagement du territoire sous la présidence Chirac, entre 2002 et 2004.

Bio express

Fonctions : Ancien parlementaire, ministre, médiateur de la République, il a été maire de Bapaume et président de la Communauté de communes du Sud Artois jusqu'en 2014. De 2010 à 2015, il a présidé le Conseil économique, social et environnemental.

Etiquette : RPR jusqu'en 2002, puis UMP entre 2002 et 2013 et REM depuis 2017.

Âge : Né le 22 janvier 1947 à Bapaume, dans le Pas-de-Calais, il a 70 ans.