Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

WWIII : Les activistes Patriotes Souverainistes Nationalistes National-Socialistes Autonomistes Indépendantistes Résistants et les Islamistes sont incités sur les réseaux sociaux à se faire embaucher dans l'Armée ou dans le Djihad afin de servir le Nouvel Ordre Mondial.

Publié le par José Pedro

LA PILULE ROUGE

WWIII : Les activistes Patriotes Souverainistes Nationalistes National-Socialistes Autonomistes Indépendantistes Résistants et les Islamistes sont incités sur les réseaux sociaux à se faire embaucher dans l'Armée ou dans le Djihad (parfois dans les deux) afin de servir le Nouvel Ordre Mondial.

La troupe paramilitaire de l’Union européenne, EuroGendFor, objectif: faire cesser toute révolte populaire au sein des Etats membres de l’UE

03jeudiAvr 2014

Posted by jeangab1 in Articles, Démocratie, Nouvel Ordre Mondial, Société, UE

Poster un commentaire

Étiquettes

3000 hommes, Armée, armée privée, États-Unis, basée à Vicence en Italie, basse visibilité, commandement militaire, conseil de guerre, dictature, EMPIRE, EuroGendFor, faire cesser toute révolte populaire, gouvernance globale, la République française, la République italienne, la République portugaise, le Royaume des Pays-Bas, liberté, manipulation, ministres de la Défense et de la Sécurité, Nations Unies, nouvel ordre mondial, nwo, OTAN, Police judiciaire, Police politique, Royaume d’Espagne, services secrets, servir les objectifs de de la Commission européenne, Société, totalitarisme, troupe paramilitaire, UE, Union Européenne, USA, utiliser la force en fonction des intérêts de l'élite européiste

Il existe en Europe une armée privée dont la fonction est de servir les objectifs de de la Commission européenne. Elle se nomme EuroGendFor. Elle est située à Vicenza en Italie.
Cette armée secrète ou unité d’intervention spéciale est composée de 3000 hommes et est basée à Vicence en Italie. Police politique, judiciaire, armée et pourvue de services secrets, ses missions se réalisent en étroite coopération avec les armées européennes afin de garantir la « sécurité en territoires de crise européens ».

https://i2.wp.com/img.agoravox.fr/local/cache-vignettes/L245xH340/eurogendfor1-2-049ab.jpg

En d’autres termes, faire cesser toute révolte populaire au sein des Etats membres de l’UE qui adhèrent à « EuroGendFor ».
Cette troupe paramilitaire a été fondée sans la moindre légitimité démocratique, en toute opacité, et chaque Etat peut faire appel à la FGE pour mater quelque crise que ce soit.
Le Traité de Velsen régit ses règles d’intervention.
Sa devise « Lex paciferat » indique la volonté d’imposer la paix par le droit. Mais lequel ?

La première version du blason de la FGE était composée d’une grenade au dessus d’une épée et entourée de 12 étoiles adoptée par le CIMIN lors de la réunion du 12 septembre 2006 à Vicenza. Cet insigne est légèrement modifié en 2007 lorsque les États membres optent pour le retrait des 12 étoiles. Enfin en décembre 2009, lors de la réunion du CIMIN à Versailles, une version tactique d’un insigne « basse visibilité » est adoptée.
Cette structure militaire est née d’une initiative réunissant cinq États membres de la communauté européenne : la France, l’Italie, les Pays-Bas, le Portugal et l’Espagne, rejoints par la Roumanie en 2008, et finalisée par un Traité.
Elle a pour mission officielle « d’améliorer la capacité de gestion de crise dans les régions sensibles et de contribuer au développement d’une politique commune de défense et de sécurité. »
Traduire par : utiliser la force en fonction des intérêts de l’élite européiste.
Elle peut effectuer ses missions de police sur différents théâtres, zones déstabilisées, en support des actions de l’Union Européenne (UE), du traité de l’Atlantique Nord (OTAN), de l’Organisation des Nations Unies (ONU), de l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE) et autres coalitions » ad hoc « …
Le caractère très informel de ses missions laisse songeur.
Force « opérationnelle, pré-organisée, solide et rapidement projetable » contribuant à la Politique Commune de Sécurité et de Défense (CSDP), elle est en mesure d’être déployée hors des structures de l’Union Européenne.
Créée le 17 septembre 2004 à Noordwijk aux Pays-Bas, déclarée opérationnelle le 20 juin 2006, par un « Comité InterMInistériel de haut Niveau », sa première participation dans une opération de gestion de crise a pris pour nom l’opération EUFOR “ALTHEA” au service de l’Union Européenne en Bosnie Herzégovine.
En 2009, sous commandement OTAN, elle est intervenue en Afghanistan.

Elle a apporté son soutien à la mission des Nations Unies en Haïti après le tremblement de terre qui a ravagé ce pays afin de sécuriser les lieux.
Elle peut donc agir pour l’UE, l’OTAN et les Nations Unies. Sans le moindre mandat démocratique, sans le moindre assentiment populaire, sans la moindre consultation des peuples européens.
Ses forces peuvent être placées sous commandement militaire, dans le cas d’un conflit de haute intensité, ou civile et d’autre part, de manière autonome ou en coordination avec d’autres forces, mais lesquelles ?
Elle peut se substituer à des forces de police locale et donc nationale.
Cette force de police internationale peut être mandatée pour assurer le fonctions de police, et être investie de tous les pouvoirs de police, comportant le port des armes t les actions de répression directe.
Qui déterminera la carence de l’état de droit dans tel ou tel pays ?
Cette police internationale peut contrôler un territoire européen et s’imposer aux forces militaires nationales, si l’Union Européenne le décide.

Un conseil de guerre, via comité interministériel composé des ministres de la Défense et de la Sécurité des pays membres de l’UE déterine ses options d’intervention.

Selon l’article 4 de son Traité constitutif : « On peut recourir aux FGE pour protéger les personnes et les biens et maintenir l’ordre en cas de troubles publics. »
L’exterritorialisation potentielle induite par cette force peut donc s’imposer à l’autorité d’un Etat souverain dans lequel cette force intervient.

Le Traité régissant cete puissance secrête a été contracté entre le Royaume d’Espagne, la République française, la République italienne, le Royaume des Pays-Bas et la République portugaise.
Elle peut surveiller, conseiller, encadrer et superviser les polices locales dans leur travail quotidien, surveiller l’espace public, régler la circulation, contrôler les frontières et effectuer des missions générales de renseignement ; effectuer des enquêtes criminelles, notamment découvrir des délits, retrouver les délinquants et les livrer aux autorités judiciaires compétentes ; protéger les personnes et les biens et maintenir l’ordre en cas de troubles publics.

www.eurogendfor.eu

www.assemblee-nationale.fr/13/dossiers/creation_eurogendfor.asp

source: agoravox.fr

L'État condamné à verser 15.000 euros aux parents d'une mineure partie en Syrie

Le Conseil d'État a condamné, mercredi 26 avril, l'État Français à verser 15.000 euros aux parents d'une mineure qui avait quitté la France en novembre 2013 pour rejoindre la Syrie, en raison de la défaillance du contrôle aux frontières à l'aéroport de Paris-Orly.

Une femme musulmane

Élodie, qui était gendarme adjointe volontaire dans un peloton motorisé du sud de la France, utilisait ses fonctions pour… renseigner ses amis islamistes ! Elles seraient des centaines dans la Gendarmerie.

Pendant plusieurs mois une jeune femme radicalisée a renseigné ses amis islamistes tout en préparant un grand départ pour la Syrie.

La jeune femme, dont l'histoire est relatée par Le Point, était une « taupe » au sein même des forces de l'ordre. La Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) a commencé à nourrir de sérieux soupçons à son égard le 22 octobre 2013. Ce jour-là, Élodie avait demandé par téléphone à une de ses amies, elle aussi gendarme, de « passer des personnes au fichier ». Il s'agit du fichier des personnes recherchées (FPR), une immense base informatique comprenant plus de 400 000 fiches, dont les fameuses S pour « sûreté de l'État ».

Disposant de l'accès aux informations intérieures de différentes institutions, dont des directions générales de commissariats, Élodie rancardait régulièrement ses proches sur le risque qu'ils couraient à venir en France.

Les grandes oreilles qui écoutaient les conversations de la gendarme se sont très vite aperçues qu'Élodie et son entourage étaient en train d'organiser un départ collectif pour la Syrie.

Élodie a plusieurs comptes Facebook. Sur l'un des premiers d'entre eux, elle a multiplié les vidéos et messages de gloire aux martyrs.

La jeune femme s'appliquait à ne montrer aucun signe religieux à la gendarmerie, mais en même temps elle veillait à ce que personne de son entourage ne sache qu'elle est gendarme. Seule une poignée de copains, ceux qu'elle renseignait régulièrement, connaissaient son véritable métier, qu'elle a caché même à son fiancé. C'est avec lui qu'elle devait partir en Syrie et elle était prête à tout pour cela. A la mi-novembre, elle a même proposé d'utiliser son arme de service pour braquer une voiture qui leur servirait à se rendre en Turquie.

Elodie et son fiancé ont appelé un à un les organismes de crédit et réuni la somme de 30 000 euros sur la base de feuilles de paie trafiquées. L'argent était destiné à financer le voyage, à payer le passeur et l'hôtel en Turquie. Le 18 novembre, Élodie a démissionné de son poste à la gendarmerie et s'est mariée le 13 décembre. Trois jours plus tard, elle était interpellée.

La Syrie reste le plus grand pays producteur d'amphétamine dans la région, et ce, surtout grâce à l'Arabie saoudite qui finance des groupes islamistes sur son sol. Quelle est la solution à ce problème? Le ministre syrien de l'Information Ali Al-Akhmad donne son point de vue dans un entretien à Sputnik.

Lorsqu'on parle de production de drogue en Syrie, il faut localiser la production d'amphétamine, de captagon et d'autres stupéfiants consommés par les soi-disant révolutionnaires au début du conflit pour inhiber leurs instincts humains, indique le ministre. Or, le gouvernement saoudien était au courant depuis le début et soutenait cette production.

Alors que tout le territoire syrien contrôlé par le gouvernement est surveillé par des services luttant contre la drogue et qui s'emploient à remédier à ce fléau, les zones assiégées par des groupes islamistes produisent et exportent activement de la drogue, poursuit M. Al-Akhmad. Il s'agit précisément des groupes financés par l'Arabie saoudite et le Qatar.

"Peu importe s'ils les financent afin de produire de la drogue, ou des explosifs artisanaux, ou pour réaliser un trafic d'organes humains, toute leur activité est amorale et a pour cible les humains. Si l'Arabie saoudite souhaite vraiment résoudre le problème, elle doit aider la Syrie à régler la crise et à restaurer l'intégrité et la capacité du gouvernement syrien à fonctionner à plein", déclare-t-il. "C'est justement cette mesure qui aidera la région à gérer de multiples problèmes. Une approche superficielle est inutile".

La Syrie est le plus grand pays producteur d'amphétamine dans la région, selon le porte-parole officiel du ministère saoudien de l'Intérieur Mansour Al-Turki. La plupart des livraisons d'amphétamine transitent en Arabie saoudite par les frontières nord, et les exportations de haschisch par les frontières sud.

Au cours des six derniers mois, 1461 personnes ont été interpellées, dont 512 Saoudiens, 364 Yéménites, 86 Pakistanais, 64 Ethiopiens, 54 Bangladais, 51 Egyptiens, 42 Indiens, 31 Somaliens, 25 Tchadiens, 23 Syriens, 22 Palestiniens, 21 Philippins et des ressortissants d'autres pays. Tous ces individus ont été inculpés pour trafic de drogue.

Syrie : une traductrice travaillant pour le FBI retourne sa veste et épouse un terroriste

Syrie : une traductrice travaillant pour le FBI retourne sa veste et épouse un terroriste
Denis Cupert, alias Deso Dogg, alias Abu Talha al-Amani, combattant de Daesh de nationalité allemande et époux de Daniela Greene, traductrice pour le FBI, capture d'écran Twitter @Rita_Katz

Employée du FBI, Daniela Greene avait un niveau d'accréditation de sécurité très élevé. Mais, en 2014, elle s'est mariée en Syrie avec un Allemand qui a rejoint Daesh. L'affaire révèle une inquiétante faille de l'agence de renseignement US.

Que s'est-il passé dans la tête de Daniela Greene ? Traductrice pour le Federal Bureau of Investigation (FBI), cette femme de 38 ans a retourné sa veste. Par amour semble-t-il, ou par endoctrinement. En effet habilitée à accéder aux plus hauts niveaux de sécurité de l'agence de renseignement américaine, Daniela Greene part toutefois en Syrie en 2014 afin d'épouser un terroriste, et ment à sa hiérarchie.

Elle va même jusqu'à prévenir son mari, Denis Cuppert, un Allemand parti pour le djihad en Syrie, alors même qu'elle était chargée de le surveiller pour le compte du FBI rapporte CNN. Mais elle regrette rapidement sa décision, retourne aux Etats-Unis un mois après son mariage et confesse son erreur dans un mail envoyé à un destinataire dont le nom n'a pas été révélé. «Je ne suis pas sûre de te l'avoir dit, mais je vais probablement aller en prison», écrit-t-elle alors.

Ancien rappeur et terroriste en Syrie

Car l'homme qu'elle a épousé n'est pas à proprement parler un enfant de chœur. Pas même, selon les termes de CNN, un «terroriste ordinaire». Le citoyen allemand, ex-rappeur devenu une des voix de la propagande de Daesh, s'est illustré à de nombreuses reprises dans des vidéos de l'organisation terroriste, faisant mine de vouloir décapiter Barack Obama, ou brandissant une tête fraîchement coupée. Connu en Allemagne sous le nom de scène «Deso Dogg», en Syrie, il opte pour Abu Talha al-Almani et compose un morceau à la gloire du défunt leader d'al-Qaïda, Oussama Ben Laden.

Pourtant, malgré la gravité des failles de sécurité, le FBI a fait preuve de mansuétude à l'égard de cette femme sous influence. Daniela Greene, coupable de haute trahison et d'association avec une entreprise terroriste n'a été condamnée qu'à deux ans de prison, en échange de sa coopération et selon un arrangement tenu secret avec la justice.

Le rappeur-djihadiste, quant à lui, aurait été tué en octobre 2015 à bord d'un véhicule de type Toyota pick-up par un tir de missiles américains.

Lire aussi : Ex-conseiller de Trump : «La CIA est comme une passoire, il faut enquêter sur les partisans d'Obama»

Facebook combat les groupes démocratiques qui commentent l'actualité et qui se référent des Journaux Interdits comme RT ou Spoutnik, Journaux combattant le Nouvel Ordre Mondial en France qui sont en tête des listes noires.

Facebook par des robots et ses automatismes fait la guerre à ceux qui dénoncent une pseudo démocratie, avec une pseudo liberté.

Si vous ne souhaitez pas donner toutes vos informations privées et publiques dans les réseaux sociaux, il est de la plus haute prudence d'utiliser des réseaux à abonnement payant, vous garantissant des contacts vérifiés, et une non divulgation de vos informations personnelles pouvant conduire au vol des comptes bancaires, à l'usurpation de l'identité, à votre mise en cause dans des affaires où vous n'avez pas participé, à votre élimination physique et celle de vos proches dans des chantages.

Facebook travaille avec toutes les centrales américaines de renseignement (FBI, NSA, CIA, DEA) ainsi que les leaders des réseaux sociaux, et envoie les listes des individus fichés S à la France pour le Djihadisme, mais pas seulement.

Les indépendantistes, nationalistes et souverainistes sont aussi fichés mais pour la bonne cause, tout comme les Djihadistes, car on fait en sorte que ces groupes prospèrent, afin d'envoyer les derniers dans les camps d'entraînement en Syrie, pour y faire le Djihad, et les premiers pour les inciter à rentrer dans l'Armée afin de luter contre les autres. Le tout fait monter un islamiste radical et la bonne occasion de convaincre les électeurs de Macron, qu'il y en a assez de ces Pays islamistes tout en prenant soin de ne pas faire d'Amalgame entre les pauvres migrants musulmans qui fuient leurs Pays que nous bombardons pour venir en France avec des droits sociaux supérieurs à ceux de beaucoup de Français.

Une fois sur le terrain, les Djihadistes se font aidés par les services spéciaux de France, de l'Otan, pour abattre certains régimes, comme celui d'Assad en Syrie, et pour donner du terrain à d'autres comme à Israël, qui veut construire son grand Israël.

Les Gouvernements Démocratiques se paie sur le terrain en défendant l'accès aux ressources exploitées par les entreprises nationales.

Retrouvez vos amis sur Facebook
Connectez-vous ou inscrivez-vous sur Facebook pour communiquer avec vos amis, votre famille et vos connaissances.
Djihad Pitos
 
 
 
 
Djihad Fortas
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Le géant juif américain Zuckerberg (Facebook) rachète le géant juif Ukrainien Koum (WhatsApp)Par Elyes Kahn – avec La Tribune – JSSNews

transmis par Albert Soued -

dimanche 23 février 2014

« Il collectait des bons alimentaires en Californie, il devient multi-milliardaire en fuyant l’Ukraine antisémite, puis en créant en 2009 et en vendant Whats’ app hier… pour 19 milliards de dollars ! (ce qui dépasse la valorisation des 5 banques françaises réunies (aux alentours de 14 milliards d’euros) : elle n’auraient même pas pu se payer l’application !

Voilà ce que peut produire un juif libre dans un pays libre ! »

L’introduction est de Manu, un lecteur de JSSNews qui a attiré notre attention sur l’information business du jour. Le géant juif américain Mark Zuckerberg (patron de Facebook), vient de s’acheter le géant juif Ukrainien Jan Koum.

Le patron de l’application vendue 19 milliards de dollars à Facebook a émigré aux Etats-Unis alors qu’il avait 16 ans. De son passé en pays soviétique, il garde une obsession de la protection de la vie privé. Un des arguments clés de WhatsApp.

C’est une histoire comme l’Amérique en raffole.

« From rags to riches », selon l’expression anglophone désignant ceux qui, partis de rien, ont fait fortune. D’un côté, il y a Jan Koum, né dans l’Ukraine communiste des années 1970, autodidacte en informatique. De l’autre, Brian Acton, diplômé de la prestigieuse université de Stanford et ayant grandi dans une banlieue aisée de Floride. En 1997, Brian Acton reçoit Jan Koum pour un entretien d’embauche chez Yahoo !. Aujourd’hui, la paire d’amis est milliardaire et Jan Koum va rejoindre le conseil d’administration du réseau social Facebook.

Né dans un village non loin de Kiev, Jan Koum a 16 ans lorsque, face à la montée des troubles politiques et de l’antisémitisme, il émigre avec sa mère à Mountain View, en Californie. Le père ne parvient pas à les rejoindre.

Installés dans un petit deux pièces alloués par l’Etat, ils tentent alors de s’en sortir. Jan Koum multiplie les petits boulots et touche quelques aides pour soigner le cancer de sa mère. A 18 ans, il commence à s’initier seul à l’informatique, puis rejoint un groupe de hackers appelé w00w00. Il y rencontre entre autres Sean Fanning, le futur co-fondateur du site de musique en ligne Napster. Plus tard, il entre à l’université de San José et travaille de nuit comme agent de sécurité dans les bureaux d’Ernst & Young.

En 1997, Brian Acton le reçoit chez Yahoo !, où il s’occupe de la publicité, pour un entretien d’embauche afin de travailler dans les systèmes de sécurité. Les deux hommes deviennent amis, se retrouvent pour skier, jouer au football ou à l’Ultimate Frisbee. En 2006, Jan Koum est affecté au développement de la plateforme publicitaire de Yahoo !, Projet Panama. Il a la publicité en horreur. Un an plus tard, Jan Koum et Brian Acton quittent la société le même jour et s’offrent un an d’année sabbatique sous la forme d’un tour du monde. Jan Koum a alors 400.000 dollars d’économies.

L’histoire veut que ce soit Jan Koum qui ait eu l’idée de WhatsApp. En 2009, alors qu’Apple a récemment lancé son Apple Store, le jeune homme se met à penser à une application qui permettrait à ses contacts de savoir si sa batterie de téléphone est basse, s’il ne peut pas répondre parce qu’il est à la gym ou s’il est en plein appel à travers un système de statut. Il s’associe alors avec un développeur russe, Igor Solomennikov. Le 24 février 2009, WhatsApp Inc. est incorporé en Californie. Brian Acton rejoindra l’aventure neuf mois plus tard, il s’était entre temps vu refuser des postes chez Twitter et Facebook.

En moins de cinq ans d’existence, l’application a attiré la confiance de plus de 450 millions d’utilisateurs actifs. Jan Koum a toujours fait de la sécurité sa priorité numéro un. En Ukraine soviétique, il a été marqué par le sort réservé aux dissidents politiques. « J’ai grandi dans une société où tout ce que vous disiez était espionné, enregistré, rapporté », explique-t-il au magazine californien Wired. Avec Whatsapp, « on veut connaître le moins de choses possible. On ne connaît ni votre nom, ni votre genre… (…) On n’est pas orienté vers un modèle de publicité, donc on n’a pas besoin de vos données. »

Au printemps 2013, les deux dirigeants auraient, dit-on, refusé une offre de rachat de 1 milliard de dollars émanant de Google. Sage décision, puisque pour les convaincre, c’est 19 milliards de dollars que Facebook a mis sur la table. Aujourd’hui, les deux hommes détiendraient environ 60% de WhatsApp, et Jan Koum 45% à lui seul, affirme le magazine américain Forbes qui valorise ainsi la participation de l’ancien émigré ukrainien à 6,8 milliards de dollars.

WhatsApp, est une application FreeMium, c’est à dire une application gratuite la première année, mais ensuite payante pour 1€, une broutille. Elle permet d’envoyer des SMS, des photos et des vidéos gratuitement, à tous ses contacts qui utilisent l’application. Petit plus par rapport aux SMS : on sait que tous les messages arrivent, contrairement aux SMS (internationaux notamment).

Mark Zuckerberg, créateur de Facebook, le petit-fils de David Rockefeller ? 

Publié par wikistrike.com sur 2 Décembre 2015, 10:39am

Catégories : #Science - technologie - web - recherche, #Politique internationale

Mark Zuckerberg, créateur de Facebook, le petit-fils de David Rockefeller ?

Tandis qu'il offre 99% de ses actions à des causes humanitaires, revenons sur l'homme qui s'est lancé dans son bébé Facebook avec 500 millions d'euros gracieusement offerts par la CIA. (WS)

Mark Zuckerberg, créateur de Facebook, le petit-fils de David Rockefeller? Son vrai nom serait Jacob Greenberg.

Des prétentions à peu près invérifiables à partir d'un lien généalogique, mais c'est une rumeur qui pourrait expliquer l'illogisme de la création de la plus vaste base de données de renseignement de la planète par un étudiant quelconque, dans sa chambre à coucher, à l'intérieur de la très prestigieuse Université Harvard.  Une université qui a accueilli plusieurs  membres de l'élite dirigeante, dont David Rockefeller qui finance à grands coups de millions de dollars l'institution... 
 
Source: Conscience du peuple
Facebook a commencé avec 500 millions de $ de la CIA

Avec toutes les conversations sur Facebook dernièrement et avec les divers blocages/bans/censures récents, je songeais à ajouter ma pierre à l’édifice et peut-être à laisser les gens en savoir plus à propos de ce jeune homme. Vous savez quand ce type est soudainement apparu sur la scène j’étais curieux sur la façon dont il avait lancé sa start-up. Le changement de nom est je suppose, délibéré, afin de dissimuler qui il est vraiment. Le saviez vous car apparemment personne ne semble avoir percuté ?

La chose importante à savoir sur Mark Zuckerberg, est que son grand père est le centenaire tristement célèbre, j’ai nommé David Rockefeller. Vous savez ce type de la Commission Trilatérale, du Groupe Bilderberg, celui qui possède la Chase Manhattan Bank, et qui est une grande personnalité influente du Council on Foreign Relations et a avoué dans son mémoire qu’il complotait contre les intérêts des Etats-Unis au bénéfice du monde entier pour créer un nouvel ordre mondial ? Ca vous dit quelque chose ? Eh bien ce type est l’ami de toutes les têtes de mort qui veulent nous exterminer. Et ensuite on a son fils David et dont le fils n’est autre que Mark Zuckerberg dont la valeur est estimée à 35,7 MILLIARDS de dollars. Alors ça vous écœure? Pourquoi il a changé de nom je n’en sais rien. Une recherche standard indique qu’il n’a pas révélé les noms de ses parents. Il semblerait que sa femme est Pricella Chan. Donc il a 31 ans, les poches remplies de tune et il est le fils de David Rockefeller. Je l’ai toujours su et je pensais que tout le monde le savait déjà. Donc excusez moi si j’ai postillonné dans la soupe.

DE REDDIT:

Mark Zuckerberg est Jacob Greenberg et est le petit-fils de David Rockefeller ? (/r/conspiracy)

publié il y a un an par make_mind_free2go

docn c’est de cette façon là que que l’on devient le roi du monde?

« TAP – Facebook a reçu 500 millions de dollars de fonds d’une banque possédée par la CIA, ce qui est relativement suspect.

« La montagne de sucre » veut dire Zuckerberg.

C’est leur nom top secret pour Facebook, aucun doute là dessus. Une montagne d’information qui peut générer des milliards. Bill Gates provient d’une famille adonnée à l’eugénisme multi-milliardaire; secret qui a bien été gardé durant les premiers jours de Microsoft. La même famille contrôle tout.http://projectavalon.net/forum4/showthread.php?45126-Mark-Zuckerberg-Is-Claimed-To-Be-Grandson-Of-David-Rockefeller

« Il a été révélé que Mark Zuckerberg est le petit-ils de David Rockefeller. Son véritable nom est Jacob Greenberg, aussi le petit-fils de Hank Greenberg. Il est de sang bleu. »

Quelques fichiers de la police montrent que Jacob Greenberg a été arrêté en possession de cannabis quand il était encore un jeune homme.

Il a plus tard été révélé qu’effectivement il pourrait bien être la personnalité mondialement reconnue du nom de Mark Zuckerberg.

Aussi, sachez que les Rothschild possèdent 8% des parts de Facebook. L’agenda occulte du réseau social Facebook est de contribuer à l’établissement d’un état policier et d’un gouvernement mondial. Selon le blog TAP, Facebook a reçu 500 millions de dollars d’une banque de la CIA. On peut se demander même si d’autres géants du web recèlent de tels secrets eux aussi. Le nom Zuckerberg veut dire « montagne de sucre » en Allemand. http://gold-silver.us/forum/showthread.php?67702-Zuckerberg-is-David-Rockefeller-s-Grandson!-Clinton-greatgrandson-of-JD-Rockefeller

Source: Before It’s News, le 29 novembre 2015

via Source

Le fondateur de Facebook va léguer 99 % de ses actions à sa fondation pour l’enfance

une nouvelle fondation caritative : la « Chan Zuckerberg Initiative ». La valeur de ce capital atteint actuellement 45 milliards de dollars (42 milliards d’euros).

Le couple voudrait se concentrer « dans un premier temps sur l’apprentissage personnalisé, l’éradication des maladies, la connexion des gens entre eux et construction de sociétés fortes ».

UN GOUVERNEMENT MONDIAL À L'HORIZON
Par Samuel David Meyer – Juin 2017

« Le Dieu qui a fait le monde et tout ce qui s’y trouve, étant le Seigneur du ciel et de la terre, n’habite point dans des temples faits de main d’homme ; Il n’est point servi par des mains humaines, comme s’il avait besoin de quoi que ce soit, lui qui donne à tous la vie, la respiration, et toutes choses.  Il a fait que tous les hommes, sortis d’un seul sang, habitassent sur toute la surface de la terre, ayant déterminé la durée des temps et les bornes de leur demeure ; Il a voulu qu’ils cherchassent le Seigneur, et qu’ils s’efforçassent de le trouver en tâtonnant, bien qu’il ne soit pas loin de chacun de nous, car en lui nous avons la vie, le mouvement, et l’être.  C’est ce qu’ont dit aussi quelques-uns de vos poètes : Nous sommes de sa race… » (Actes 17:24-28)

 « C’est pourquoi, sortez du milieu d’eux, et séparez-vous, dit le Seigneur ; Ne touchez pas à ce qui est impur, et je vous accueillerai.  Je serai pour vous un père, et vous serez pour moi des fils et des filles, dit le Seigneur tout-puissant. » (II Corinthiens 6:17-18)

« Mais l’Esprit dit expressément que, dans les derniers temps, quelques-uns abandonneront la foi, pour s’attacher à des esprits séducteurs et à des doctrines de démons. » (I Timothée 4:1)

« Et Dieu ne fera-t-il pas justice à ses élus, qui crient à lui jour et nuit, et tardera-t-il à leur égard ?  Je vous le dis, il leur fera promptement justice.  Mais, quand le Fils de l’homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? » (Luc 18:7-8)

Dans ce bulletin, nous examinerons une fois de plus la condition actuelle de notre monde, qui subit des processus de conditionnements depuis plusieurs décennies. Les cœurs et les esprits des gens ont été éduqués, endoctrinés et prêts à accepter le globalisme et, par extension, un gouvernement mondial.  Je me souviens de mon père, le pasteur David J. Meyer, avertissant à maintes reprises que des efforts étaient en cours pour créer un gouvernement mondial.  Dans le passé, une telle discussion a été écrite comme une « théorie de la conspiration » par une majorité de personnes, mais, pour ceux qui veulent regarder, nous pouvons voir les forces globalistes à pleine vue et ouvertement aujourd’hui.

En février 2017, des mondialistes éminents de partout dans le monde se sont réunis à Dubaï, dans les Émirats Arabes Unis, pour un événement de trois jours connu sous le nom de Sommet du Gouvernement Mondial.  Ce rassemblement a réuni des représentants de plus de 130 pays et a présenté plus de quatre-vingts discoureurs célèbres, y compris le chef de la direction de SpaceX, Elon Musk, la directrice générale du Fonds Monétaire Internationale, Christine Lagarde, et le secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, Antonio Guterres.  Antonio Guterres, ouvertement et fièrement socialiste, a été le Premier Ministre du Portugal entre 1995 et 2002.  Au cours du sommet de Dubaï, Antonio Guterres a déclaré à son auditoire : « Améliorer la gouvernance et améliorer la confiance entre les gouvernements et les populations est essentiel, et c’est une condition pour améliorer la confiance dans les relations entre les pays.  Nous vivons aujourd’hui dans un monde qui n’est plus bipolaire, qui n’est plus unipolaire, mais, qui n’est pas encore multipolaire.  C’est vraiment chaotique. »  Plus tard, il a déclaré : « Dans un monde où tout est global, où les problèmes sont globaux, des changements climatiques aux mouvements des personnes, il n’y a aucun moyen pour les pays de les faire par eux-mêmes.  Nous avons besoin de réponses globales, et les réponses mondiales ont besoin d’institutions multilatérales capables de jouer leur rôle. »  Bien sûr, si vous lisez entre les lignes, il est évident qu’Antonio Guterres appelle à un gouvernement mondial. Dans un clin d’œil au programme 2030 de l’Organisation des Nations Unies, Antonio Guterres a également déclaré que le développement durable est nécessaire pour que la paix et la sécurité prennent racines dans notre monde.

À la suite du sommet à Dubaï, les Émirats Arabes Unis, en collaboration avec l’Organisation des Nations Unies, ont maintenant établi ce qu’ils appellent le Conseil Mondial du Bonheur.  Cette entité plutôt étrange semble déterminée à imposer sa version du bonheur dans le monde entier.  « Le bonheur est une infection louable.  Nous voulons que les peuples du monde en soient infectés afin qu’ils puissent être bénis avec la bonté.  Cela nécessitera un changement tangible dans la culture des travaux gouvernementaux », a déclaré Sheikh Mohammad bin Rashid Al Maktoum, vice-président et Premier Ministre des Émirats Arabes Unis et dirigeant de Dubaï.  Il a ajouté : « Notre initiative de lancer le Conseil Mondial du Bonheur a été dérivée de nos valeurs et notre conviction qu’il est nécessaire d’apporter le bonheur et les valeurs positives aux peuples. »  Vraiment, l’Organisation des Nations Unies est une organisation avec de nombreux tentacules, de sorte qu’il peut être difficile de suivre toutes ses dérives.  La branche de l’Organisation des Nations Unies, connue sous le nom de Réseau de solutions de développement durable, fournit un soutien administratif au Conseil Mondial du Bonheur, qui est ensuite divisé dans les six sous-conseils suivants : Le Conseil du Bonheur et de la Santé, le Conseil du Bonheur et de l’Éducation, le Conseil du Bonheur Personnel, le Conseil du Bonheur en Milieu de Travail, le Conseil de la Mesure du Bonheur et le Conseil des Villes Heureuses.

Pour rendre les choses encore plus bizarre, une réplique d’une ancienne structure connue sous le nom d’Arche de Triomphe de Palmyre, en Syrie, a été mise en place et exposée lors du Sommet du Gouvernement Mondial de 2017.  Cette même réplique avait déjà été exposée à Londres, en Angleterre et à New York, aux États-Unis.  Pourquoi est-ce si important ?  L’Arche de Triomphe original, qui a été détruit en 2015, était connue pour être l’entrée du temple du dieu païen, Baal.  Ainsi, nous avions des dirigeants mondiaux, des mondialistes et des élitistes réunis à Dubaï sous l’ombre de l’Arche de Baal et travaillant pour créer un gouvernement mondial.  Bien sûr, nous savons par les Écritures que les anciens Israélites des temps bibliques ont apporté beaucoup de jugements de Dieu sur eux-mêmes quand ils ont adoré Baal qui, en réalité, est Satan dans un assez piètre déguisement.  Jérémie 11:17 nous dit : « L’Éternel des armées, qui t’a planté, appelle sur toi le malheur, à cause de la méchanceté de la maison d’Israël et de la maison de Juda, qui ont agi pour m’irriter, en offrant de l’encens à Baal. »

Le 21 mai 2017, l’Organisation des Nations Unies a célébré un événement connu sous le nom de « Journée mondiale de la diversité culturelle pour le dialogue et le développement ».  Selon un communiqué de presse publié par le Centre des Nouvelles de l’Organisation des Nations Unies, Irina Bokova, directrice générale de l’Organisation de l’éducation, de la science et de la culture de l’Organisation des Nations Unies, a utilisé cette journée pour inviter le monde à adopter un « nouvel humanisme ».  Ce que beaucoup de gens pourraient ne pas réaliser, c’est que l’humanisme est un mode de vie très anti-Dieu.  Le dictionnaire inédit Random House Webster définit l’humanisme comme « tout système ou mode de pensée ou d’action dans lequel prédominent les intérêts, les valeurs et la dignité humaine ».  Une autre définition stipule que l’humanisme est « une variété de théorie et de pratiques éthiques qui met l’accent sur la raison, l’enquête scientifique et l’accomplissement humain dans le monde naturel et qui rejette souvent l’importance de la croyance en Dieu ».  Ainsi, lorsque l’Organisation des Nations Unies appelle la population mondiale à embrasser l’humanisme, ils disent vraiment aux gens que la croyance en Dieu n’est pas importante.

Malheureusement, il semble que beaucoup de gens pensent aujourd’hui qu’un gouvernement mondial humaniste serait merveilleux.  Selon un rapport publié par The Independent, un récent sondage a révélé que 7 des 10 répondants du Royaume-Uni sont favorables à la création d’un gouvernement mondial, alors que 62% des répondants se considéraient comme un « citoyen mondial ». L’étude a également révélé que 67% des répondants des États-Unis, 62% des répondants de l’Allemagne, 76% des répondants de l’Afrique du Sud, 78% des répondants de la Chine et 84% des répondants de l’Inde ont approuvé la formation d’un gouvernement mondial.  On croit qu’une telle structure gouvernementale unifiée sera nécessaire pour lutter contre une multitude de menaces contre l’humanité, y compris les changements climatiques, la guerre nucléaire, les pandémies de maladies et le développement d’une intelligence artificielle avancée.  « Alors que les dirigeants mondiaux se réunissent pour le Sommet du G7, ils devraient être conscients que les citoyens de la planète souhaitent qu’ils collaborent et travaillent plus fort pour trouver des solutions à ces menaces critiques contre l’humanité », a déclaré Mats Andersson, de Global Challenges Foundation, en Suède.  Il a poursuivi en disant : « Que ce soit le spectre des conflits nucléaires contre la Corée du Nord ou notre planète plongeant dans les changements climatiques catastrophiques, la nécessité d’une coopération mondiale efficace n’a jamais été aussi grande ».

Il est évident que la volonté d’établir un gouvernement mondial gagne plus d’élan que jamais, mais comment Dieu se sent-il à propos d’un gouvernement mondial ?  Dans Actes, chapitre 17, on nous dit expressément que Dieu a établi des limites dans ce monde.  Actes 17:26 nous dit que Dieu a fait du même sang toutes les nations d’hommes pour habiter sur toute la face de la terre, et a déterminé les temps avant l’assignation et les limites de leur habitation.  Nous savons aussi que, en tant qu’êtres de Dieu, on ne nous dit pas de se joindre au monde, mais, plutôt de s’en séparer.  II Corinthiens 6:17-18 nous dit : « C’est pourquoi, sortez du milieu d’eux, et séparez-vous, dit le  Seigneur ; Ne touchez pas à ce qui est impur, et je vous accueillerai.  Je serai pour vous un père, et vous serez pour moi des fils et des filles, dit le Seigneur tout-puissant.»

Quand le Fils de l’homme reviendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ?

À chaque année qui passe, nous trouvons plus de recherches publiées concernant la croissance de l’athéisme aux États-Unis.  Bien que ce pays ait longtemps été considéré comme une nation chrétienne, et le président américain Donald Trump a récemment déclaré que « l’Amérique est une nation de croyants ».  Les nouvelles indiquent que les États-Unis ne sont pas aussi chrétiens que les gens semblent le penser.  Une telle histoire a été publiée en mai 2017 par une société de recherche connue sous le nom de FiveThirtyEight.  Le titre de leurs articles stipule : « Beaucoup d’Américains peuvent être plus athées que nous le pensons ».  Pour atteindre cette conclusion, les chercheurs ont demandé aux participants dans leurs études de sélectionner les énoncés applicables à propos d’eux-mêmes à partir d’une liste.  Cette liste comprenait des déclarations inoffensives telles que, « Je possède un chien », mais, incluait également la déclaration, « Je ne crois pas en Dieu ».  Sur la base des réponses sélectionnées, les chercheurs estiment que jusqu’à 26 pour cent de tous les Américains peuvent être athées.

Une autre histoire publiée en mai 2017 par Newsweek Magazine a fait valoir que les athées sont plus intelligents que les adhérents religieux.  Le rapport cite Edward Dutton de l’Institut Ulster du Royaume-Uni et Dimitri Van der Linden de l’Université de Rotterdam, aux Pays-Bas, qui croient tous deux que les athées sont plus intelligents que les croyants parce qu’ils sont capables de s’élever « au-dessus de l’instinct naturel de croire en Un Dieu ou des dieux ».  « Si vous avez une intelligence supérieure, vous êtes moins instinctif.  Vous êtes plus bas dans ce que vous pourriez appeler des « instincts évolués » qui ont évolué pendant des milliers et des milliers d’années jusqu’à la révolution industrielle lorsque la sélection naturelle a ralenti », a déclaré Edward Dutton.  Je ne peux m’empêcher de me demander si ces scientifiques n’ont jamais envisagé la possibilité que la raison pour laquelle l’humanité a un instinct naturel de croire en Dieu c’est parce que Dieu a mis cet instinct en nous.  En tout cas, le fait que cet instinct existe démontre qu’il existe effectivement un Dieu.  Les paroles de l’apôtre Paul que nous trouvons dans Romains 1:22 semblent particulièrement pertinentes.  Dans ce verset, nous lisons : « Se vantant d’être sages, ils sont devenus fous. »

Nous voyons donc que l’Organisation des Nations Unies veut un gouvernement mondial humaniste et un nombre croissant de personnes adoptent l’athéisme et l’agnosticisme.  Beaucoup de jeunes, en particulier ceux qui appartiennent à la génération du Millénaire, sont hostiles aux croyances chrétiennes.  Selon le Pew Research Center, plus de 60 pour cent des Millénaires qui ont été étudiés disent que le Christianisme est trop « jugemental », alors que 64 pour cent se plaignaient que le Christianisme était trop « anti-gays ».  On ne peut que se demander ce que seront les générations futures, s’il en existe.

En réalité, il n’y a rien de surprenant avec la dégénérescence actuelle de la foi. En fait, Jésus semble reconnaître qu’il y aurait une grande perte de la foi en Dieu avant son retour.  Dans Luc 18:8, Jésus se demande : « Je vous le dis, il leur fera promptement justice.  Mais, quand le Fils de l’homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? »  L’apôtre Paul nous prévient également dans I Timothée 4:1 : « Mais l’Esprit dit expressément que, dans les derniers temps, quelques-uns abandonneront la foi, pour s’attacher à des esprit séducteurs et à des doctrines de démons. »

La famine et la peste dans notre monde d’aujourd’hui

Quand nous ouvrons la Bible et que nous lisons Matthieu 24, Marc 13 ou Luc 21, nous sommes confrontés aux paroles de notre Seigneur et Sauveur, Jésus-Christ, qui nous prévient d’un temps venant sur la terre où nous serons confrontés à de nombreuses calamités.  Ces calamités comprennent la famine et la peste.  Je trouve incroyable que, dans notre monde d’aujourd’hui, de vastes segments de la population sur la terre soient confrontés à la famine et à la peste.

Le mot « famine » aujourd’hui n’est officiellement utilisé que pour les crises alimentaires les plus sévères, alors nous savons que c’est un terme qui n’est pas utilisé à la légère.  Selon les règles officielles, pour qu’une crise alimentaire soit considérée comme une famine, au moins un ménage sur cinq doit avoir un « extrême manque de nourriture » avec une population qui souffre d’une mortalité significative.  Aujourd’hui, quatre pays d’Afrique et du Moyen-Orient sont au bord de la famine.  Ce sont le Yémen, le Nigéria, la Somalie et le Soudan du Sud.  La crise alimentaire au Nigeria a été attribuée aux ravages du groupe terroriste islamiste connu sous le nom de Boko Haram.  Au Sud-Soudan, la pénurie alimentaire a été causée par des luttes intestines entre les rebelles et le gouvernement établi, un conflit qui a obligé plus de trois millions de personnes à fuir le pays.  En Somalie, environ 6,2 millions de personnes, soit près de la moitié de la population du pays, font face à une pénurie alimentaire causée par la sécheresse.

Pour beaucoup de personnes, en Somalie, le cauchemar ne semble que s’aggraver.  En mai 2017, près de 160.000 Somaliens ont fui vers la ville de Baidoa, en Somalie, à partir des régions sinistrées de leur pays.  Cependant, le surpeuplement dans les camps de secours a entraîné une épidémie de choléra qui a touché plus de 20.000 personnes.

Dans l’intervalle, une épidémie de choléra au Yémen a tué 315 personnes depuis le 27 avril 2017, alors qu’elle affecte environ 29.300 personnes.  Les responsables de la santé s’attendent à ce que la crise s’aggrave. « Nous devons nous attendre à quelque chose qui pourrait dépasser 200.000 à ,000 cas au cours des six prochains mois, en plus des 50.000 cas qui se sont déjà produits », a déclaré Nevio Zagaria de l’Organisation Mondiale de la Santé. Nevio Zagaria a poursuivi en disant : « Je dois admettre que lorsque je vois les données que j’ai vues ce matin, qui ne sont pas officiellement publiées, nous sommes vraiment surpris.  La vitesse de la résurgence de l’épidémie de choléra est sans précédent ».

Il semble également que le virus Ebola soit de retour.  À la date de la rédaction de ce bulletin, 43 cas suspects d’infection au Ebola en République Démocratique du Congo et quatre décès signalés.  Espérons que cette épidémie sera rapidement contenue.  L’épidémie bien connue d’Ebola, qui a frappé l’Afrique de l’Ouest en 2013 et a continué pendant plusieurs mois, a entraîné la mort de plus de 11 000 personnes.  Cette dernière épidémie, bien que petite, est un rappel déplaisant que l’Ebola est toujours là.

Guerre dans un monde connecté

Quand on pense à la guerre, il ne fait aucun doute que certaines images viennent à l’esprit.  La guerre est souvent associée à des soldats, des missiles balistiques, des navires, des avions et des armements sophistiqués.  Cependant, il existe un nouveau type de guerre qui a mis pleinement en jeu tout le monde, et cela ne comporte aucune des méthodes habituelles de guerre conventionnelle.  Plutôt, c’est une bataille qui se dispute sur internet et par des réseaux informatiques.

Le 12 mai 2017, une cyberattaque majeure a été lancée contre le monde.  Cette attaque a utilisé un type de codage informatique malveillant communément connu sous le nom de ransomware pour chiffrer des fichiers sur des systèmes informatiques exécutant des anciennes versions de Microsoft Windows.  Une boîte de dialogue est apparue sur les écrans d’ordinateur des utilisateurs et les a informés que leurs fichiers ont été cryptés et sont inaccessibles.  Les utilisateurs ont également été informés que les fichiers pourraient être débloqués contre le paiement d’une rançon de trois cents dollars, mais que le paiement augmenterait de façon constante si l’utilisateur prenait plus de temps pour payer.  D’ici le 14 mai 2017, le logiciel malveillant, connu sous le nom de « WannaCry », a affecté 200.000 personnes, 10.000 organisations et plus de 150 pays.  L’attaque a paralysé plusieurs entités, y compris les grandes entreprises et les organismes gouvernementaux, comme la société espagnole de télécommunications connue sous le nom de Telefonica, la compagnie maritime américaine appelée Fedex, le chemin de fer national allemand Deutsche Bahn, la banque centrale de Russie, l’entreprise automobile connue sous le nom de Renault, en France, et le National Health Service de la Grande-Bretagne.  À la suite de l’attaque, de nombreux hôpitaux en Grande-Bretagne n’ont pas pu accéder à leurs téléphones ou systèmes informatiques et ont été obligés de reporter les procédures médicales programmées.  « Pour qu’autant d’organisations dans le même jour soient frappées, cela n’a pas de précédent » a déclaré Chris Wysopal de la société de sécurité informatique connue sous le nom de Veracode.  Mikko Hypponen, de la société de cybersécurité, connue sous le nom de F-Secure, a déclaré que l’attaque était « la plus grande attaque de ransomware dans l’histoire »

De toute évidence, toute cyberattaque qui peut fermer les hôpitaux est une menace sérieuse.  Alors, comment cela pourrait-il se produire ?  Il s’avère que le code malicieux utilisé dans l’attaque a effectivement été conçu par l’Agence nationale de sécurité (NSA) des États-Unis.  Le code a ensuite été volé de la NSA et utilisé par des individus entreprenants du monde criminel.  Brad Smith, qui est président de Microsoft Corporation, a été clairement perturbé par les actions de la NSA.  « À plusieurs reprises, les exploits entre les mains des gouvernements se sont répandus dans le domaine public et ont causé de vastes dégâts.  Un scénario équivalent avec des armes classiques serait l’armée américaine dont certains de ses missiles Tomahawk ont été  volés », a déclaré Smith.  Il a ensuite écrit : « Les gouvernements du monde devraient traiter cette attaque comme un réveil.  Ils doivent adopter une approche différente et adhérer dans le cyberespace aux mêmes règles appliquées aux armes dans le monde physique ».  Au lendemain de l’attaque, des rapports ont éclaté qui placent le blâme sur des pirates informatiques en Corée du Nord.  Cependant, une histoire publiée par le Chicago Tribune prétend que les pirates russes étaient probablement responsables.

La dépendance de l’humanité à la technologie a exposé le monde à une série de menaces.  Alors que, à cette occasion, les pirates ne cherchaient qu’à collecter de l’argent, cela pourrait être très différent la prochaine fois.  Une attaque similaire pourrait éteindre les réseaux électriques, les systèmes de contrôle de la circulation aérienne, les services d’eaux, les feux de signalisation, les institutions financières et tout ce qui est connecté à internet.  En outre, le fait que la NSA puisse perdre la trace de son propre code malveillant n’inspire pas la confiance de nos dirigeants gouvernementaux.  En ce qui concerne la menace de la cyber-guerre, le sénateur John McCain, un républicain d’Arizona, a déclaré : « Notre pays reste mal préparé pour s’attaquer à ces menaces ».  Le gouvernement en Australie est également concerné.  En fait, selon un article publié par The Australian, les participants à la direction d’une retraite australienne ont été informés que la cyberguerre sera bientôt une menace plus grande pour le monde que la guerre nucléaire.

Grande instabilité dans le gouvernement américain

Les événements dans le gouvernement peuvent parfois être vraiment étranges. Le 28 octobre 2016, l’ancien directeur du FBI, James Comey, a annoncé une nouvelle enquête sur le traitement des informations classifiées par l’ancienne Secrétaire d’État et candidate à la présidentielle américaine, Hillary Clinton. L’élection américaine, qui devait avoir lieu le 8 novembre 2016, était à quelques jours seulement.  L’indignation s’est produite avec de nombreux libéraux et démocrates affirmant que Comey devrait être renvoyé de son poste au FBI parce qu’il a mis en danger la victoire d’Hillary Clinton.  Bien sûr, nous savons tous que, le jour des élections, Hillary Clinton a effectivement perdu aux mains de Donald Trump, et qu’Hillary Clinton a mis le blâme pour sa défaite directement sur les épaules de James Comey.  « Ce n’était pas une campagne parfaite, il n’y a rien de tel, mais, j’étais en route pour gagner jusqu’à ce que quelque chose se passe.  Si l’élection avait été le 27 octobre, je serais votre présidente », a déclaré Hillary Clinton, le 2 mai. 2017.  Curieusement, lorsque le président Donald Trump a congédié James Comey, le 9 mai 2017, les démocrates ont été scandalisés à nouveau, ce qui suggère que Donald Trump doit être malhonnête pour avoir licencié l’homme qui l’aurait aidé à gagner l’élection. Pendant ce temps, nous avons continué à entendre des allégations selon lesquelles Donald Trump était en collusion avec la Russie pour publier des courriels secrets du Parti Démocrate et qu’il a donné des informations classifiées au gouvernement russe.  Ces revendications peuvent-elles finalement conduire à une mise en accusation de Donald Trump ?

Le 17 mai 2017, le représentant Al Green, un démocrate du Texas, a appelé à la mise en accusation de Donald Trump sur le sol de la Chambre des Représentants à Washington.  « C’est une position de conscience pour moi.  C’est ce que je crois.  Et, c’est là que je me dresse.  Je ne serai pas ému.  Le président doit être mis en accusation », a demandé Green.  Le représentant Maxine Waters, un démocrate de Californie, a également donné un indice sur une mise en accusation du président.  « Je ne sais pas ce qui se passera après aujourd’hui, lorsque toutes les questions auront été soulevées à propos de lui … mais, je pense que cela nous permettra de parcourir un peu plus loin ce que j’ai demandé depuis si longtemps, et c’est une mise en accusation », a déclaré Waters.  De plus, le représentant Justin Amash, un républicain du Michigan, a également suggéré que l’accusation pourrait être appropriée.  Pour susciter les flammes des spéculations, Politico a publié un rapport d’information le 17 mai 2017, avec un titre qui déclare : « Les conservateurs commencent à murmurer : Le président Pence ».  Néanmoins, il est très peu probable que Donald Trump soit mis en accusation en tant que président des États-Unis.  Cela nécessiterait que 218 membres de la Chambre des Représentants votent en faveur d’une mise en accusation.  Quoi qu’il en soit, les États-Unis d’Amérique sont sur une course cahoteuse pour les prochains mois.

En terminant, nous vivons vraiment dans un monde de grandes turbulences.  Le 21 mai 2017, le peuple du Venezuela est entré dans la cinquantième journée consécutive de manifestations et d’émeutes alors que 200.000 personnes marchaient dans les rues contre le régime socialiste du président Nicolas Maduro.  Au moins 47 personnes sont mortes dans ces émeutes au cours de sept semaines, et il y a de grandes violences, conflits et misères dans le pays.  Les prix au Venezuela devraient augmenter de 720 pour cent cette année.  En Angleterre, les gens sont en train de se relever d’un attentat-suicide qui a eu lieu le 22 mai 2017, après un concert au Manchester Arena, à Manchester.  L’attaque, qui a été attribuée à un musulman britannique de 22 ans, a tué 22 personnes et a blessé 59 autres personnes.

Oui, il y a de nombreuses difficultés dans cette vie.  Les nouvelles que nous lisons souvent sont certainement difficiles à supporter.  Cependant, je sais que Dieu renforce son peuple.  Dans le Psaume 31:24, on nous dit : « Aimez l’Éternel, vous qui avez de la piété !  L’Éternel garde les fidèles, et il punit sévèrement les orgueilleux. »  J’encourage tous les lecteurs de ce bulletin à rejoindre Dieu et, si vous ne vous êtes pas encore repenti de vos péchés et que vous n’avez pas encore consacré votre vie à Dieu, je vous exhorte à le faire maintenant.

Que la grâce et la paix soient sur vous tous au nom du Seigneur Jésus-Christ.

Source : Last Trumpet News Letter  

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

 

Mots clés: