Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

WWIII : «Macron Leaks» Levée de fonds hors normes pour Macron. La France et son armée Dirigée par des Intérêts financiers Etrangers. Nous irons nous battre pour notre Patrie ou pour défendre l'Oligarchie Mondiale?

Publié le par José Pedro

L’ex-ministre Sylvie Goulard touchait 10 000 euros par mois d’un think tank américain pro-UE

L’ex-ministre Sylvie Goulard touchait 10 000 euros par mois d’un think tank américain pro-UE© Michel Euler Source: AFP
L'ex-ministre française des armées, Sylvie Goulard

Avec pour mission de faire la promotion de l’Union européenne, le Council on the Future of Europe a employé l’eurodéputée durant deux ans, pour plus de 270 000 euros. Cette révélation survient peu après son départ du gouvernement.

Pour des revenus supérieurs à 10 000 euros par mois, Sylvie Goulard a occupé un poste de «conseiller spécial» pour le think tank «Council on the Future of Europe», peut-on lire sur sa déclaration d’intérêts financiers au Parlement européen de Strasbourg, révélée par le JDD le 25 juin.

Cet institut, qui «fait la promotion de l'Union européenne et contribue au débat d'idées», selon l’ancienne ministre des Armées, l’aurait rémunéré d’octobre 2013 à janvier 2016, précise l’hebdomadaire.

Cela représenterait au total des émoluments d’au moins 270 000 euros, versés par l’organisme basé en Californie à celle qui était alors député européenne.

«Tout était déclaré et ces sommes étaient brutes», souligne un proche de Sylvie Goulard cité par le JDD, alors que l’ex-ministre parle pour sa part d’un «non-sujet».

Fondé en septembre 2011 à l’initiative de personnalités comme l’ex-Premier ministre britannique Tony Blair, l’ancien ministre de l’Economie français Jacques Delors ou encore l’économiste Alain Minc, le Council on the Future of Europe fait partie de l’Institut Berggruen, un think tank américain spécialisé dans la gouvernance. Il milite pour davantage d’intégration européenne.

Le 20 juin, Sylvie Goulard a annoncé dans un communiqué son départ du gouvernement d’Edouard Philippe.

Dans le JDD, le 25 juin, l’ancienne ministre laisse entendre que c’est l'enquête sur les assistants parlementaires du Modem, où son nom est cité, qui l’a conduite à quitter l’Elysée : «Vous imaginez un acte judiciaire me concernant en pleine opération militaire ou terroriste ? J'ai estimé que ce n'était pas possible. C'est tout.»

Lire aussi : Soupçons d'emplois fictifs : Bayrou conteste, un ancien assistant parlementaire l'accuse de mensonge

Nyu fri

Qui est le "Council for the Future of Europe", il fait partie du Berggruen Institute. C'est un organisme , un think tank américain spécialisé dans la gouvernance. Il reçoit directement les grands Présidents du Monde comme Xi Jinping, le Président Chinois. On y retrouve Jacques Attali, le sponsor de Macron, avec la rumeur du financement offshore dont une enquête en cours (voir article en fin de page), mais pas seulement. Il milite pour davantage d’intégration européenne en relation avec les 13 familles oligarques qui gouvernent le Monde. qui depuis le début de l'UE, met en place l'Europe des ETATS-UNIS D'Amérique du Nord, afin d'en faire son 51 ème état. Ce n'est pas un organisme conspirationniste, c'est le conspirationnisme.

Berggruen Institute Launches Philosophy and Culture Center, and announces the annual $1 million Berggruen Philosophy Prize

Nyu fri
 

Partners with Major Universities and Institutions in U.S., the UK, and China to Launch Philosophy and Culture Center.
LOS ANGELES, Calif., September 16, 2015 – The Berggruen Institute, an independent, non-partisan “think and action tank” (based in Los Angeles), today announced the launch of the Berggruen Philosophy and Culture Center. The Center – which will be advised by academic and advisory boards of some of the world’s leading thinkers (full list below) – seeks to develop fresh thinking across cultures and disciplines.
 
Much like the Berggruen Governance Center has done in its political work, the Philosophy and Culture Center will convene the best minds and most authoritative voices from different cultural backgrounds and disciplines to accomplish its mission. The Berggruen Institute has historically worked on political thinking and is now expanding to understand the origins of these traditions, looking at their philosophical and cultural roots.
 
Announcing the launch, Nicolas Berggruen, chairman of the Berggruen Institute, remarked, “Ideas shape our humanity, therefore understanding their origin and political traditions are critical to producing long-lasting change for a better world.” Berggruen added, “In a rapidly globalizing yet increasingly fractured world, we aim to close the gap that has been widened by narrow views.” 

The Berggruen Philosophy and Culture Center aims to realize its mission via four core initiatives:
Cross-Cultural and Multi-Disciplinary Work. Projects engage Asian and Western cultures in a multi-disciplinary way around important and influential themes. The initial topics will be:

The Future of Political Governance: Democracy and Meritocracy
  • The Autonomous Self and Relational Self 
  • Harmony and Freedom
  • Equality and Hierarchy 
  • Humans and Technology 
  • Sustainable Innovation
  • A Global Fellowship Program. Understanding different cultures and ways of life depends on extended exposure to other societies. To this end, the Center will sponsor a unique fellowship program that will give thinkers the opportunity to study, work and live at leading universities in China, the United States, and the United Kingdom initially, including, Harvard University’s School of Divinity, Stanford University’s Center for Advanced Study in the Behavioral Sciences (CASBS), UCLA, NYU, University of Cambridge, Tsinghua University and Peking University. The Program is also supporting research at the University of Southern California (USC) Brain and Creativity Institute under the guidance of Dr. Antonio Damasio.These efforts will result in symposia, video and written materials including articles and books. 
  • The annual $1 Million Berggruen Philosophy Prize. The prize will reward a living thinker whose ideas have deeply influenced our world. Numerous prizes are rightly awarded for invention and achievement in science and the arts, but few prizes recognize ideas that have broader philosophical and cultural impact. An independent and diverse jury composed of leading thinkers will award the prize. The first prize is expected to be awarded presented in the Fall of 2016. 
  • The Aspen - Berggruen Ideas Contest. Looking to the future, which ideas will do the most to shape our world over the next few decades? The Aspen - Berggruen Ideas Competition will be organized annually to identify and further research ideas that will meaningfully impact the way we think and live. The first competition is expected to take place in the Summer of 2016. 
BPCC Fellow Anna Sun attends workshop

The work of the Berggruen Philosophy and Culture Center begins immediately with its inaugural cohort of six Berggruen Fellows, from the US and Asia. Fellows will be selected each year from around the world and will work on a chosen theme for up to two years. The first Berggruen Fellows will spend the 2015-16 academic year at Stanford University as part of the CASBS fellowship program, to be followed by the 2016-17 academic year at both Tsinghua and Peking Universities in Beijing, China. (A full list of the first class of Berggruen Fellows appears below.)

“What is different about this program is that our fellows will have the unique opportunity to study, live and produce work at major universities, initially in the U.S., U.K., and China,” said Daniel Bell, Director of the Philosophy and Culture Center and Tsinghua University Professor.
 
“It is wonderful that there is going to be a newly established Berggruen Institute for the study of philosophy and culture with a focus on global relevance and application. It should meet a huge gap in the intellectual world of bringing well-reasoned ideas to bear on practical affairs of crucial importance,” stated Amartya Sen, a member of the Center’s Advisory Board and Philosophy Prize Jury.

"In the world of uncertainty, we need to learn more about you and I, and the Philosophy and Culture Center can help," said Wang Hui, professor at Tsinghua University and a member of the Center’s Academic Board and the Philosophy Prize Jury. 

“The Center for Advanced Study in Behavioral Sciences at Stanford University is so pleased to welcome the inaugural Berggruen Fellows as part of the CASBS class of 2014-15. We are excited by the important scholarship and the diverse perspectives they represent; we are confident that the work they produce will seriously advance thinking and research on wicked but important cross-cultural issues,” said Margaret Levi, CASBS Director and member of the Center’s Advisory Board.

"The Center's commitment to deepening our understanding across cultural and political barriers is critical in an increasingly fragmented world. That makes the Berggruen Institute a natural partner of the Aspen Institute. We are excited to work with the Philosophy and Culture Center in the creation of the Aspen Berggruen Ideas Competition," said Walter Isaacson, the President of the Aspen Institute. 

“Economic and social policies are profoundly influenced by cultural, philosophical and religious factors. Even in relatively homogeneous contexts, such as the European Union, divergences in these underlying factors may explain persistent difficulties in forging common policies. The Berggruen Philosophy and Culture Center will shed light on such crucial, though often neglected, fundamental aspects,” said Mario Monti, President of Bocconi University in Milan, former Prime Minister of Italy and former European Commissioner for the Single Market. 
 
"As our global society evolves, it is critical that we advance our own understanding of the cultures, principles and beliefs that define us as individuals and as nations,” stated Sir Leszek Borysiewicz, the Vice Chancellor of the University of Cambridge, and a member of the Center’s advisory board and of the Philosophy Prize Jury. “Universities need to be central to this effort and that is why I am excited to be involved as a partner with the new Berggruen Philosophy and Culture Center that will bring together leading institutions and academics from across the world to help drive forward a new wave of thinking in this area."
 

 

BPCC members convene at workshop at the University of Cambridge

"Unprecedented advances in the sciences and technology offer a new enlightenment and open the way for a flourishing humanity. And yet, the fragmentation of the social fabric worldwide, promise the very opposite. Philosophical reflection may well help us navigate the developing storm,” said Antonio Damasio, Dornsife Professor of Neuroscience and Director, Brain and Creativity Institute, University of Southern California, Los Angeles

“Forty years of criss-crossing the world has led me to suspect that the world isn’t growing smaller; if anything, the differences, the distances between us are growing greater than they’ve ever been, in part because of the illusion of closeness or familiarity. I’m thrilled and hugely relieved, therefore, that the Berggruen Center of Philosophy and Culture is rising to the challenge of bringing us the ideas of other places, and of rooting those ideas in living realities,” said Pico Iyer, member of the Center’s advisory board.

Advisory Board
Jacques Attali – Author, President of PlaNet Finance and former President of the European Bank for Reconstruction and Development
  • Daniel Bell – Director, Philosophy and Culture Center, Berggruen Institute, and Chair Professor of the Schwarzman Scholars program at Tsinghua University
  • Gene Block – Chancellor and Chief Executive Officer, UCLA
  • Leszek Borysiewicz – Vice-Chancellor of the University of Cambridge
  • Ronnie Chan – Chairman, Hang Lung Group, co-Chairman of Asia Society
  • James Cuno – CEO and President of the J. Paul Getty Trust
Advisory board member Amartya Sen attends BPCC workshop
  • Antonio Damasio – Dornsife Professor of Neuroscience and Director, Brain and Creativity Institute, University of Southern California, Los Angeles 
  • Alain de Botton – Writer
  • Francis Fukuyama – Olivier Nomellini senior fellow at the Freeman Spogli Institute for International Studies
  • Nathan Gardels – Senior Advisor at Berggruen Institute, Editor-in-Chief of TheWorldPost, Editor of New Perspectives Quarterly
  • Timothy Garton Ash – Professor of European Studies at the University of Oxford
  • Michael Govan – Los Angeles County Museum of Art CEO and Wallis Annenberg Director
  • Amy Gutmann – President of the University of Pennsylvania
  • Chaibong Hahm – President of the Asan Institute for Policy Studies in Seoul
  • David Hempton – Dean of the Harvard Divinity School
Advisory and Academic Board Membership 
 
  • Pico Iyer – Author, Essayist, Distinguished Presidential Fellow at Chapman University
  • Robert Kuhn – Creator, Writer, Host and Executive Producer of Closer To Truth
  • Margaret Levi – Director, CASBS at Stanford University
  • Kishore Mahbubani – Dean and Professor of Public Policy in the Lee Kuan Yew School of Public Policy at NUS
  • Pankaj Mishra – Writer
  • Mario Monti – President of Bocconi University in Milan, former Prime Minister of Italy and former European Commissioner for the Single Market
  • Rebecca Newberger Goldstein – Professor of Philosophy at New College of the Humanities, London
  • Michael S. Roth – President of Wesleyan University
  • Kevin Rudd – Former Prime Minister of Australia, Head of the Asia Society Policy Institute in New York City
  • Michael J. Sandel – Anne T. and Robert M. Bass Professor of Government at Harvard University
  • Orville Schell – Arthur Ross Director of the Center on U.S.-China Relations at the Asia Society in New York
  • Amartya Sen – Thomas W. Lamont University Professor, Professor of Economics and Philosophy, Harvard University
  • John Sexton – President of New York University
  • Jianmin Wu – Executive Vice Chairman of China Institute for Innovation and Development Strategy
  • George Yeo – Chancellor of Nalanda University and former Minister of Foreign Affairs, Singapore
  • Fareed Zakaria – Journalist, CNN Anchor
  • Lei Zhang – Chairman and CEO of Hillhouse Capital Management Group, Ltd
  • Bijian Zheng – Director, Academic Committee of the Central Party School in China.
Academic Board
 
  • Roger Ames – Professor of philosophy and editor of “Philosophy East & West” at University of Hawai‘i
  • Stephen C. Angle – Professor of Philosophy and Chair of the College of East Asian Studies at Wesleyan University
  • Kwame Anthony Appiah – Professor of Philosophy at NYU
  • Julian Baggini – Founding Editor of The Philosophers’ Magazine
  • Tongdong Bai – Dongfang Chair Professor at the School of Philosophy at Fudan University
  • Zvi Ben-Dor Benite – Professor of History, Middle Eastern and Islamic Studies at NYU
  • Rajeev Bhargava – Director of the Institute of Indian Thought at the Centre for the Study of Developing Societies (CSDS) in Delhi
  • Luc Ferry – Philosopher, former Minister for Youth, National Education and Research in France
  • John Gray – Philosopher
  • Jens Halfwassen – Professor of philosophy at the University of Heidelberg, Germany
  • Francois Jullien – Philosopher
  • Anton Friedrich Koch – Professor of Philosophy at University of Heidelberg
  • Chenyang Li – Associate Professor of Philosophy at Nanyang Technological University, Singapore
  • Lydia Liu – Wun Tsun Tam Professor in the Humanities, Columbia University
  • Stephen Macedo – Professor of Politics at Princeton University
  • Josiah Ober – Mitsotakis Professor of Political Science and Classics, Stanford University
  • Thomas Sheehan – Professor of Religious Studies at Stanford
  • Alison Simmons – Samuel H. Wolcott Professor of Philosophy and Harvard College Professor at Harvard University
  • Peter Sloterdijk – Philosopher
  • Galen Strawson – Philosopher
  • Justin Tiwald – Associate Professor of Philosophy at San Francisco State University
  • Weiming Tu – Director of the Institute for Advanced Humanistic Studies at Peking University
  • Michael Walzer – Professor Emeritus of Social Science at Princeton University
  • Hui Wang – Director of the Tsinghua Institute for Advanced Study in Humanities and Social Sciences in Beijing
  • Melissa Williams – Professor of Political Science, University of Toronto
  • Bin Wong – R. Bin Wong, Director of the UCLA Asia Institute and Distinguished Professor of History
  • Xudong Zhang – Professor of Comparative Literature and Professor of East Asian Studies at New York University
Berggruen Philosophy and Culture Center Fellows

The inaugural cohort of eight Berggruen Fellows (full bios are available online here) are:
 
  • Roger Ames (Manoa, Hawai’i) – Professor of philosophy and editor of “Philosophy East & West” at University of Hawai‘i at Manoa
  • Stephen Angle – Professor of Philosophy and Chair of Wesleyan University’s new College of East Asian Studies
  • Rajeev Bhargava – Director of the Institute of Indian Thought at the Centre for the Study of Developing Societies (CSDS) IN DELHI
  • Yi-Huah Jiang – Former Premier of the Republic of China, former Professor at National Taiwan University
  • Chenyang Li – Associate Professor of Philosophy at Nanyang Technological University, Singapore, where he founded and directs the Philosophy program
  • Jin Li (Providence, Rhode Island) – Professor of Education and Human Development at Brown University
  • Anna Sun – Associate Professor of Sociology and Asian Studies at Kenyon College
  • David Wong – Susan Fox Beischer and George D. Beischer Professor of Philosophy at Duke University
Berggruen Philosophy Prize Jury 
Kwame Anthony Appiah – Professor of Philosophy at New York University
  • Leszek Borysiewicz – Vice-Chancellor of the University of Cambridge
  • Antonio Damasio –Director, Brain and Creativity Institute at the University of Southern California
  • Amy Gutmann – President of the University of Pennsylvania
  • Amartya Sen – Nobel Laureate, Thomas W. Lamont University Professor, Professor of Economics and Philosophy at Harvard University
  • Alison Simmons – Samuel H. Wolcott Professor of Philosophy and Harvard College Professor at Harvard University
  • Michael Spence – Nobel Laureate, William R. Berkley Professor in Economics & Business at New York University, Philip H. Knight Professor Emeritus of Management in the Graduate School of Business at Stanford University
  • Wang Hui – Professor in the Department of Chinese Language and Literature and the Department of History at Tsinghua University, Director of the Tsinghua Institute for Advanced Study in Humanities and Social Sciences
  • George Yeo – Chancellor of Nalanda University and former Minister of Foreign Affairs, Singapore
About Berggruen Institute
 
The Berggruen Institute was founded in 2010 with a mission to develop foundational ideas, and through them, shape political and social institutions for the 21st century. In the age of technology and globalization, when our traditions are challenged, new social orders are emerging and political institutions falter, critical analysis of our most fundamental beliefs and the systems founded on them is required. 

As an outwardly expansive, purposeful network, we bring together some of the best minds and most authoritative voices from across cultural and political boundaries to explore the fundamental questions of our time, from global governance to what it means to be human in the age of technology. Our objective is enduring impact on the progress and direction of societies around the world.

Media Contacts

Lee Alman

Email: Lee.Alman@Edelman.com


Phone: +1 (212) 704-4577
 

Hannah Buzicky

Email: Hannah.Buzicky@Edelman.com


Phone: +1 (212) 819-4879

 

Qui étaient les pères fondateurs de l’Europe ? (F. Asselineau)

 

François Asselineau rappelle qui étaient vraiment les « pères fondateurs de l’Europe » : Robert Schuman et Jean Monnet, des agents américains ; Walter Hallstein, un éminent juriste nazi chargé par Hitler de préparer la « Nouvelle Europe », récupéré ensuite par les Etats-Unis et qui devint le secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères d’Adenauer puis, de 1958 à 1967, le premier président de la Commission européenne (poste occupé aujourd’hui par Manuel Barroso, qui doit également sa carrière aux Américains)…

 

Pour en savoir plus sur le parcours édifiant de Walter Hallstein :

(source : U.P.R.)

Macron prépare la guerre contre la Syrie, voici des preuves

image: http://reseauinternational.net/wp-content/uploads/2017/06/11777997-19341814-1728x800_c.jpg

Macron prépare la guerre contre la Syrie, voici des preuves

Par chantal dupille dite eva R-sistons

François Hollande gouverne-t-il encore à travers celui qu’il a tout fait pour installer en France, Emmanuel Macron ?  Ce qui est sûr, c’est qu’il a légué au nouveau Président son obsession de la Syrie – surtout, d’éliminer Bachar el-Assad. Et tout indique que le Chef de Guerre Macron prépare sa guerre contre la Syrie, au risque d’un affrontement avec la Russie, et donc au risque de la guerre mondiale.

Or le Président Macron vient de recevoir le Roi de Jordanie. Pourquoi ? On peut légitimement s’interroger sur ses projets. INEDIT : « Abdallah II est prêt à intervenir en Syrie, directement ou par procuration. Le roi de Jordanie, Abdallah II, peaufine actuellement les derniers détails de son intervention militaire sur le dossier syrien ». Source :

 

image: http://reseauinternational.net/wp-content/uploads/2017/06/macron-1-20170622.jpg

macron 1 20170622

 

Macron, comme Hollande, veut la tête de Assad. Le plus vite possible. Avant que le Président syrien ne finisse de libérer son pays. En effet, plus Bachar El-Assad se rapproche du but, plus la situation est tendue :  http://reseauinternational.net/front-syro-irakien-daech-sous-le-feu-des-missiles-balistiques-iraniens/

On sait aussi que le Président français a parlé de LIGNE ROUGE au Président Poutine, comme si Bachar El-Assad serait assez fou pour, soudain, utiliser des armes chimiques qu’il n’a plus !  Bref, cela sent le false flag, le prétexte pour pouvoir attaquer « légitimement » la Syrie : L’arrogant Macron défie le Président Poutine, mais la partie n’est pas terminée, et la suite sera cinglante..

Jusqu’ici, Macron semblait prêt à attaquer la Syrie même sans mandat de l’ONU, pour « neutraliser les capacités chimiques du Régime ».

 

image: http://reseauinternational.net/wp-content/uploads/2017/06/macron-2-20170622.jpg

macron 2 20170622

 

Non seulement le Président Macron reçoit le Roi de Jordanie au moment où celui-ci est prêt à intervenir, mais soudain, la Presse s’acharne sur la Syrie. Pour préparer l’opinion publique à une guerre de la France ? Ce 20 juin, par exemple, je vois un document de LCP, « Syrie, la révolution confisquée » (sur Droit de Suite). Voici deux extraits significatifs, d’abord un immense mensonge pour rappeler la Shoah et émouvoir : « Des fours crématoires pour cacher les massacres du Régime ». Ensuite cette conclusion pour pousser les Français à accepter les plans du chef de guerre Macron : « Assad et Daesh, DEUX BARBARIES se complétant » !

 Oui, la France soutient les terroristes en Syrie !

 

image: http://reseauinternational.net/wp-content/uploads/2017/06/macron-3-20170622.jpg

macron 3 20170622

 

Avant la diffusion du document de LCP, le 8 juin dernier, la journaliste Elise Lucet s’est muée en journaleuse de propagande de guerre, sur Envoyé Spécial, avec son « Bachar un ami encombrant ». En effet, les faits sont complètement déformés, avec elle la télévision devient un instrument de guerre, de mensonge et de mort. Et il m’apparaît clairement que Mme Lucet vise la vidéo sur, en fait, le VRAI Assad, vidéo Arte que j’ai eu du mal à dénicher et que j’ai diffusée, puis relayée dans de dures conditions. Circulant désormais beaucoup, elle gênait certainement le pouvoir et il fallait la réfuter !  Ce document exceptionnel est ici : http://eva-coups-de-coeur.eklablog.com/assad-n-est-pas-un-dictateur-la-video-bombe-qui-derange-arte-et-qui-pe-a128011256

Diffusion massive de documentaires contre le Président Assad, rencontre avec le Roi de Jordanie… est-ce tout ? Non ! Je me suis interrogée sur la présence du Général Puga à la dernière réunion Bilderberg qui on le sait, programme le pire pour le monde. Ce militaire a-t-il été là-bas pour défendre le projet de Macron, et devra-t-il ensuite soumettre l’Armée française aux plans d’attaque de la Syrie ? Le Général Benoît Puga est un ancien légionnaire. On comprend mieux son parcours, si différent de tant de nos généraux servant la France ! http://www.lefigaro.fr/international/2016/09/28/01003-20160928ARTFIG00317-le-general-puga-sort-de-son-silence.php

La femme du Président Assad comme son mari, au service des Syriens

 

image: http://reseauinternational.net/wp-content/uploads/2017/06/macron-4-20170622.jpg

macron 4 20170622

 

Et ce 21 juin, j’apprends le revirement soudain de Macron. Que cache-t-il ? Au moment où il rencontre le Roi de Jordanie, c’est bizarre… Le Président Poutine aurait-t-il ramené Macron à la raison ? Ou le Président français veut-il détourner l’attention, notamment suite à CETTE parution très relayée ? Donner le change ? En tous cas, voilà des revirements à la Donald Trump ne présageant rien de sérieux, mais plutôt beaucoup d’incertitudes ! https://francais.rt.com/international/40094-pour-emmanuel-macron-il-n-a-pas-successeur-legitime-bachar-el-assad

Si vous voulez découvrir mon petit dossier « Guerre de Macron en Syrie », que j’ai résumé ici, voici le lien : http://eva-r-sistons.eklablog.com/macron-prepare-l-abominable-guerre-contre-la-syrie-voici-des-preuves-a130530838

Le Président Macron n’est pas seulement le futur fossoyeur de la France, mais celui qui, peut-être, conduira notre pays vers une confrontation avec la Russie. L’obsession de changement de Régime en Syrie peut conduire à tout, surtout au pire !

 Chantal Dupille dite eva R-sistons

Les opinions exprimées ici n’engagent que leur auteur


En savoir plus sur http://reseauinternational.net/macron-prepare-la-guerre-contre-la-syrie-voici-des-preuves/#7iyzJrmciseq1c5p.99

Soupçons d'emplois fictifs : Bayrou conteste par souci d'Apaiser, mais un ancien assistant parlementaire l'accuse de mensonge, pas glorieux pour la Laosophie, seule le Ciguë peut réparer. Le dernier coup de Bayrou a foiré, non content d'avoir ensemencé toute sa vie pour aucun résultat, il se fait piquer son idée par un truand.

Soupçons d'emplois fictifs : Bayrou conteste, un ancien assistant parlementaire l'accuse de mensonge© Thomas Samson
François Bayrou

Si François Bayrou a reconnu que sa formation politique avait «recasé» des employés du Mouvement démocrate auprès d'eurodéputés, sa ligne de défense pourrait s'avérer délicate après les révélations d'un ancien assistant parlementaire.

Dans une interview accordée au journal Sud-Ouest et publiée le 23 juin, François Bayrou a admis que certains des employés du Mouvement démocrate (MoDem) avaient été «recasés» auprès de parlementaires européens.

«Dans une période de mauvaise passe comme toutes les formations politiques en ont connue, vous cherchez à recaser un maximum de salariés, des gens de confiance. Il se trouve que les parlementaires européens recherchaient des assistants locaux. On leur a recommandé ces gens-là», a détaillé le président du MoDem.

François Bayrou, qui a démissionné du ministère de la Justice le 21 juin, a affirmé que le MoDem n'avait pas eu recours à des emplois fictifs, assurant qu'une campagne mensongère était dirigée à l'encontre de son mouvement et de sa propre personne. Il pourrait toutefois se trouver en difficulté après le témoignage, publié par Franceinfo le 23 juin, d'un ancien assistant parlementaire d'un eurodéputé du MoDem. Ce dernier affirme en effet que plusieurs parlementaires finançaient des temps partiels d'assistants sans que ces derniers ne fournissent de travail. 

«Les parlementaires conscients du risque juridique, réclamaient avec beaucoup de difficultés que l'assistant, de temps en temps, se manifeste, transmette une note sommaire sur un sujet ou une petite revue de presse, qui permettrait d'apporter une preuve qu'un travail a bien été effectué, au cas où il y aurait des contrôles», a-t-il précisé à Franceinfo. 

Selon lui, le fonctionnement du MoDem a en partie été financé par les budgets de ces assistants parlementaire. Accusant directement le maire de Pau, il n'a pas hésité à affirmer : «Les temps partiels qui étaient financés par l'Europe servaient les ambitions de François Bayrou. Il s'agissait bien d'emplois à temps partiels fictifs. François Bayrou ment quand il dit le contraire.»

Après l'envoi d'une lettre de Sophie Montel, député européenne du Front national, au procureur de la République de Paris, François Molins, le parquet de Paris a ouvert en mars une enquête préliminaire pour «abus de confiance», visant 19 eurodéputés de tous bords.

Depuis, le parquet a lancé le 9 juin une enquête pour «abus de confiance et recel de ce délit» consacrée uniquement au MoDem, qui avait envoyé six élus au Parlement européen entre 2009 et 2014. 

Lire aussi : Soupçons d'emplois fictifs : Louis Alliot refuse de se rendre à une convocation de la police

Nicolas Dupont-Aignan : «L’oligarchie mondiale ne supporte plus la démocratie»

Nicolas Dupont-Aignan : «L’oligarchie mondiale ne supporte plus la démocratie»© RT
Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France et candidat à l'élection présidentielle de 2017, a reçu RT France pour un entretien d'actualité

Gouvernement en ruine, oligarchie qui ne respecte plus la démocratie et Union européenne au bord du gouffre, Nicolas Dupont-Aignan a reçu RT France pour un entretien d'actualité explosif. Garanti sans langue de bois.

Alors que Nicolas Dupont-Aignan nous ouvre les portes de son bureau de l’Assemblée nationale, quelques minutes viennent de s’écouler depuis que Manuel Valls a décidé de passer en force pour faire adopter la loi travail. A chaud, le président de Debout la France nous livre son analyse sur un gouvernement qu’il juge à la dérive. Un entretien lors duquel il est question des projets du candidat à l’élection présidentielle. Sa vision de l’Europe notamment ; celle d’une union à la carte débarrassée de la Commission de Bruxelles.

Le député de l’Essone nous livre son ambition quant au scrutin d’avril 2017. De même que sa vision des relations sociales, de la place de la France dans le monde ou encore d’une démocratie qu’il assure être en danger.

 

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

L’oligarchie financière mondiale se compose de 13 grandes familles

L’oligarchie financière mondiale se compose de 13 grandes familles richissimes qui détiennent entre leurs mains la quasi-totalité des banques, sociétés d’assurances, entreprises et industries du monde entier.

Parmi ces familles les plus connues, se trouve la famille des Rockefeller, qui ne sont américains que par adoption. À l’origine, ce sont des français huguenots dont le véritable nom est « de Roquefeuille ». Ils se sont établis en Amérique pour fuir les persécutions à l’époque des guerres de religion en France.

 

oligarchie

En Angleterre, c’est la famille Rothschild qui domine toute l’Europe et le Commonwealth, composé d’anciennes colonies ou protectorats de l’Empire Britannique. En 2009, le Commonwealth comptait 54 États-membres dont 2 qui n’ont jamais été dépendants de la couronne britannique- le Mozambique et le Rwanda, et un, le Cameroun, sur une partie seulement de son territoire par mandat de l’ONU. Les États-Unis, ancienne colonie britannique sont devenus indépendants près d’un siècle avant la création de cette institution qui date de 1884 et qui est placée actuellement sous l’autorité de la Reine Elisabeth II.

Qui sont les Rothschild ?

Le « père fondateur » de la dynastie c’est Mayer Amschel (1744-1812), un juif allemand ashkénaze(1), qui va établir la première grande banque du nom à partir d’un commerce de prêt sur gage hérité de son père. D’ailleurs, le nom de Rothschild vient de roten Schild qui signifie écusson rouge, car tel était l’enseigne de la boutique paternelle qui se tenait à Francfort-sur-le-Main en Allemagne. Ce sont les cinq fils de Mayer Amschel qui donneront naissance aux cinq branches familiales, dont seules les branches française et anglaise existent encore aujourd’hui. La fille ainée, donnera, par alliance matrimoniale naissance à la dynastie des Worms, autre famille de banquiers.

Les Sages de Sion- les Illuminatis

De 1640 à 1689, les Sages de Sion mirent au point un complot visant à provoquer la chute des Stuarts du trône d’Angleterre. Ce fut la « Révolution anglaise » de Hollande. Le Prince Guillaume III, de la dynastie Orange-Nassau devint stathouder, c’est-à-dire chef d’État des Provinces-Unies puis roi d’Angleterre, d’Ecosse et d’Irlande en 1689 après avoir épousé Marie, fille du Roi Jacques II Stuart déchu du trône royal par décision parlementaire, à cause de son catholicisme qui effrayait les Anglais. La branche Stuart s’éteignit en 1807 après la guerre de succession d’Autriche.

Guillaume III fonda l’Ordre d’Orange dont le but était de s’opposer au catholicisme et de consolider le protestantisme en Angleterre. Cet Ordre existe encore de nos jours, particulièrement en Irlande, et ses membres (les Orangistes) contribuent à attiser la haine entre les deux religions. Les loges orangistes adoptent un rituel et un fonctionnement de style maçonnique. La « Glorieuse révolution » de 1688 et les guerres longues et coûteuses que le Prince organisa ensuite contre la France catholique de Louis XIV pendant 9 ans endettèrent considérablement le pays.

Un riche marchand Écossais, William Paterson qui avait fait fortune aux Indes occidentales et soutenu activement la Révolution de 1688, décida de lancer un grand emprunt national pour la création d’une banque, en conciliant à la fois les intérêts des grands marchands et ceux du gouvernement, et en s’assurant l’appui du Trésor et des personnalités les plus influentes de la City. Ainsi naquit la Banque d’Angleterre en 1694, construite sur l’emplacement du temple de Mithra (2), édifié par les romains au temps où Londres n’était encore que Londinium.

On a beaucoup glosé au sujet des Sages de Sion, et particulièrement en ce qui concerne les « fameux » Protocoles des Sages de Sion révélés par le Times de Londres en 1920, pour lesquels on parla volontiers de complot judéo-maçonnique international pour l’établissement d’un Nouvel Ordre Mondial. Ce qui est sûr et authentifié, c’est que ces textes ont bien été repris et falsifiés par un certain Mathieu Golovinski, avocat et aristocrate russe intrigant qui aurait commis cette littérature dans un esprit foncièrement antisémite pour un commanditaire nommé Pierre Ratchkowski, responsable de la police politique russe à Paris (l’Okhrana).

Le but de ces Protocoles était de faire endosser par les juifs la responsabilité des désordres mondiaux, qu’ils soient économiques ou politiques. Le premier éditeur en Russie des protocoles fut un certain Sergueï Nilus (1862-1929), vénéré par une grande majorité d’orthodoxes russes et des catholiques d’extrême-droite.

La vérité est toute autre : les Protocoles sont l’agenda réel mis au point, sous forme de plans, programmé et écrit par les Illuminatis de Bavière vers 1770 destinés à des mouvements révolutionnaires et contenant des instructions particulières concernant la Révolution française. Le texte original des Protocoles aurait été retrouvé accidentellement en 1785 et remis à la police bavaroise de l’époque. Il était destiné au Grand Maître des Maçons du Grand Orient de France. Ces textes ont donc été « récupérés » et trafiqués pour être attribués aux « Juifs francs-maçons ». Hitler s’en servira abondamment pour étayer ses thèses antisémites du IIIe Reich.

Le druidisme en Angleterre

« La Grande-Bretagne est la patrie du satanisme et le centre mondial de générations de satanistes. Tous les satanistes savent depuis des générations que ceux qui règnent sur le Royaume-Uni doivent dépendre étroitement de la puissance de Satan. Ceci explique pourquoi Cecil Rhodes et d’autres « chevaliers de la Table Ronde », comme les Rothschild, voulaient soumettre le monde entier à la Grande-Bretagne. » (Tim Cohen « The Antichrist and a cup of tea »- l’Antéchrist et une tasse de thé)

À la tête de la Maison Rothschild se trouve un puissant pouvoir occulte composé d’un coven (3) de 13 prêtres-druides dont les fonctions consistent à initier puis à consacrer à Satan ceux qui feront partie des 33 grands initiés- ce sont en fait des illuminatis, c’est-à-dire des francs-maçons du 33è degré, qui est le degré le plus élevé du Rite Écossais Ancien et Accepté.

Ces « 33 » sont appelés à infiltrer tous les grands groupes et organisations secrets dont nous avons déjà évoqué l’existence :BilderbergCommission Trilatérale, CFR (Concil of Foreign Relations)…ces organisations, auxquelles s’ajoutent des sociétés secrètes occultes telles le Bohemian Groovele Skull and Bones 322 (dont font partie les Bush, Kerry et autres sommités du monde politico-affairiste américain), toutes d’inspiration maçonnique utilisant les anciennes religions à mystères, égyptiennes surtout, gravitent autour de la plus puissante organisation en Angleterre qui est la Round Table (4) dirigée par la Reine Elisabeth II, elle-même grande prêtresse-druide, initiée de surcroît aux mystères occultes des religions indoues.

Le château des Rothschild près de Glasgow en Écosse comporte une « chapelle » dans laquelle ont lieu des cérémonies secrètes dirigées par les prêtres-druides, lieu où se rassemblent régulièrement les dirigeants des pays les plus riches (G8).

On pense généralement que le druidisme prend en effet sa source en Grande-Bretagne et que c’est une religion d’origine celtique (5). Jules César évoque les druides et le druidisme dans son ouvrage « La guerre des gaules ». La littérature grecque au IIIe siècle avant notre ère évoque déjà l’existence des druides. La traduction en grec du mot druide signifie « les hommes vénérables d’origine divine»…

Le druidisme « primitif » est toujours aussi vivace, aussi bien en Bretagne française qu’en Grande-Bretagne ou en Écosse, et a fait au cours des siècles des émules qui s’en inspirent largement. Ainsi laWicca entre autres, fondée par le britannique Gerald Gardner à la fin du 19è siècle est un mélange de théosophie, de druidisme, de chamanisme. Les principes de ce spiritualisme repose sur quatre croyances : le panthéisme-tout est « divin », le monisme-tout est un, c’est le principe de globalisation (repris par les mondialistes), le polythéisme-plusieurs dieux, et le paganisme c’est-à-dire utilisation de rituels magiques pour « communiquer » avec les forces de la nature.

Si l’on étudie de près le contenu de ces pratiques hautement occultes, basées sur l’adoration de divinités de la nature, culte du soleil en particulier (illuminatis et le culte de Baal), exercice de « dons » de voyance, magie, guérison (thaumaturgie), transmission de « savoirs » secrets plus ou moins inspirés de la Kabbale juive, et surtout, pratique de sacrifices humains, on s’aperçoit très vite que le druidisme est l’ « ancêtre » de la Franc-Maçonnerie et de ses nombreux dérivés de pratiques satanistes, toutes héritées des chaldéens, de Sumer et de Babylone.

Le Vatican, l’Église anglicane et le Nouvel Ordre Mondial

« Je reconnais Votre Majesté comme la source unique du pouvoir ecclésiastique, spirituel et temporel. ». Tel est le serment d’allégeance prononcé par les évêques de l’Église d’Angleterre. En effet, la Reine est « gouverneur suprême » de l’Église anglicane.

Rappelons qu’en 1531, le Roi Henri VIII avait rompu avec le pape Clément VII de Rome qui lui refusait le divorce. Il se fit alors reconnaître en tant que chef suprême de l’Église d’Angleterre. Ce droit de regard d’une autorité séculière sur l’Église est la porte ouverte à bien des excès et à de très graves déviations tels qu’elle en a connu à l’époque de Constantin 1er qui a fait de la « religion » chrétienne une institution impériale.

À bien des égards, l’Église anglicane ressemble, moins au fond qu’à la forme, à l’Église romaine. Certes elle s’appuie sur la Bible pour ses fondements dogmatiques concernant le salut par la foi et la reconnaissance de l’Écriture comme autorité première de la vie chrétienne. Mais la liturgie dont elle se pare n’a pas grand-chose à envier au catholicisme romain. Ainsi Vatican II (1962-1965) reconnaît à l’Ecclesia Anglicana une « place particulière parmi les Églises et communautés séparées de Rome par la Réforme, mais gardant les structures et les traditions catholiques. »

Le Credo de l’Église anglicane repose sur un dogme en 39 points inspirés de la doctrine calviniste, adopté en 1563.On pourrait voir dans ces 39 points une allusion aux 39 degrés(6) dits « paladins » de la Franc-Maçonnerie du Vatican, dont le Pape Paul VI fut le Grand Maître…(7)

En 1991, le synode de l’Église (anglicane) admet que les homosexuels engagés dans une « relation amoureuse fidèle » ( !) soient les bienvenus dans l’Église. Mgr Derek Rawcliff, ancien Évêque anglican de Glasgow, reconnaît son homosexualité à la BBC (7/3/1995). En même temps l’Église d’Angleterre rappelle que le clergé homosexuel doit s’abstenir d’avoir des relations sexuelles…on est proche de l’hypocrisie papale qui « couvre » ses mauvais éléments tout en prenant des airs (faussement) réprobateurs devant la presse.

Certains Ordres religieux, tout d’abord supprimés au XVIe siècle, seront rétablis au XIXe en nombre assez important (franciscains, bénédictins …), ce qui renforce encore les similitudes avec l’Église de Rome, ces Ordres étant pour la plupart d’entre eux des émanations directes des Ordres Templiers des 11è et12è siècles. On comprend vite que tous les efforts du Vatican pour se rallier l’Église d’Angleterre, toute aussi souillée que celle de Rome, sont destinés à servir les intérêts de l’œcuménisme religieux, vecteur principal de la religion du Nouvel Ordre Mondial, la grande Prostituée religieuse vaticane dont il est question en Ap 17 :1-5. Pour terminer, notons que l’actuel Archevêque de Cantorbéry, Rowan Williams, a été nommé « Druide blanc », membre des Bardes de la Gorsedd…

Les Windsor, les Stuart et l’esprit de l’Antéchrist

Les familles les plus influentes dans le monde aujourd’hui sont les Rothschild, les Windsor, les Stuart, les Rockefeller, les Carnegie, les Ford, les Weyerhauser, les Roosevelt, les DuPont, les Astor, les Tafts, les Bundy et les BushToutes ces familles ont, de près ou de loin des liens ancestraux avec le satanisme et la sorcellerie. Quelques-unes, en outre, descendent de la lignée de sang des Mérovingiens et de celle du Roi Arthur d’Angleterre et parmi elles, la famille Stuart. Les anciens Présidents Bill Clinton, Georges W. Bush et le Prince Charles d’Angleterre, de par leurs appartenances à certaines de ces familles, sont des descendants de la famille de Mérovée. La défuntePrincesse Diana, héritière des Stuart d’Écosse qui donna naissance à deux héritiers Harry et William, était apparentée à divers personnages tels William V. Astor, Franklin D. Roosevelt, David Rockefeller…

Beaucoup de Présidents des États-Unis sont donc liés à la famille royale anglaise par des générations de praticiens de la sorcellerie. Concernant Georges Bush, particulièrement, on sait de source sûre, que cette famille a appartenu durant trois générations à la secte des Skulls and Bones (Prescott Bush-qui finança le IIIe Reich d’Hitler, Georges H. Bush père et G.W. Bush). La famille de G. Bush est descendante de la treizième plus importante famille d’illuminati, également apparentée à la famille royale anglaise et donc aux Mérovingiens, « illustre » famille de criminels et de dégénérés. (Le Prince Bernhard des Pays-Bas, ancien officier nazi et « fondateur » du Bilderberg a également des racines mérovingiennes). Quant à William Jefferson Blythe (Bill) Clinton, il aurait encore davantage de liens de sang avec la famille anglaise et descendrait de la Tribu de Dan. (Fritz Springmeier « Bloodlines of the Illuminati » liens de sang des Illuminati)

Le Dragon Rouge symbole de la famille Royale anglaise et du Pays de Galles

Tribu de Dan ou tribu de Juda ?

Des Pères de l’Église ont affirmé que l’Antéchrist proviendrait de Dan, déjà il y a près de deux mille ans (Irénée, Hyppolite, Ambroise, Augustin…). D’aucuns objecteront qu’étant assujettis à l’Église de Rome leur opinion serait douteuse. Néanmoins, ces hommes, dont beaucoup moururent tout de même en martyrs de la foi, connaissaient très bien les Écritures et l’on ne voit pas à priori de réelles raisons pour s’opposer à leurs affirmations. Ils se basaient particulièrement sur le passage biblique qui fait état de la prière prophétique de Jacob-Israël sur ses fils :

« Dan jugera son peuple, comme l’une des tribus d’Israël. Dan sera un serpent sur le chemin, une vipère sur le sentier. Mordant les talons du cheval, pour que le cavalier tombe à la renverse. » Gen 49 :16-17.

Pour eux le sens de cette prophétie est que Dan suppléera par la ruse à ce qui lui manquera en force. Il est vrai que la ruse est l’attribut principal de Satan et fait partie de son arsenal pour séduire les nations : « Le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs… » Gen 3 :1.

Une chose est sûre : Christ étant issu du peuple Hébreux, l’Antéchrist proviendra du même peuple puisque les juifs l’acclameront comme leur « Messie », étant l’un des leurs.

Maintenant la question qui se pose est de savoir, mais ce ne sont qu’hypothèses, d’où viendra exactement « l’homme impie ».

Les deux familles royales de Grande-Bretagne ont toujours prétendu descendre de la tribu de Juda, d’où sont issues David et Jésus. Ces sont les Windsor, famille de la Reine Elisabeth, le Prince Charles et son fils William, et les Stuart, dont faisait partie la Princesse Diana. Dans le monde occulte ces deux familles sont connues comme étant rattachées à la descendance messianique de David. Bien qu’il n’existe aucune preuve historique irréfutable, on peut penser que toutes les familles royales d’Europe à priori descendent à des degrés divers de cette lignée de sang originelle, tout comme l’espèce humaine descend d’Adam et Eve…

Cependant beaucoup d’historiens nient le fait que les Windsor puissent hériter du trône d’Angleterre, ce qui met en doute leur prétention à descendre du Trône de David, contrairement aux Stuart qui, de surcroît auraient du sang juif à la suite de nombreuses unions consanguines multipliées au fil des siècles.

Par conséquent il serait logique que le faux « Messie » Antéchrist vienne de cette lignée royale pour régner sur Israël.

De plus, l’Antéchrist doit venir de l’ancien Empire Romain, dont fait partie l’Angleterre, et qui est en train de se reconstruire par l’entremise de l’Union Européenne avec la complicité du Vatican et de ses sociétés secrètes illuminatis- Opus Dei, Jésuites, Loge vaticane, les « véritables » patrons des services secrets anglo-américains CIA, MI6 qui œuvrent main dans la main pour préparer sa venue.

« Daniel commença et dit : Je regardai pendant ma vision nocturne, et voici, les quatre vents des cieux firent irruption sur la grande mer. Et quatre grands animaux sortirent de la mer, différents les uns des autres. Le premier était semblable à un lion, et avait deux ailes d’aigle (…). Et voici, un second animal était semblable à un ours, et se tenait sur un côté ; il avait trois côtes dans la gueule entre les dents, et on lui disait : Lève-toi, mange beaucoup de chair. » Dan 7 :2-5.

Considérons quelques éléments, au demeurant troublants :

L’ours, en langue celtique se dit « arth-Ur », or Arthur est le second prénom du Prince William ; l’ours représente aussi la ville de Berlin- on se souvient des liens entre l’Angleterre et l’Allemagne dans les familles royales et leurs relations avec le nazisme ; ce même animal figure dans le blason du pape Benoît XVI (cf. illustration) ; le lion est le symbole héraldique de l’Angleterre ; le léopard était le symbole d’Alexandre le Grand, qui fut le grand conquérant de l’Empire méditerranéen. Le Prince Philip d’Edimbourg a pour second prénom Alexandre, et est d’origine grecque… le débat reste ouvert.

(Le blason de Benoît XVI)

Pour conclure

Afin de légitimer la puissance occulte de la Maison Royale d’Angleterre, il était primordial que les deux familles Windsor et Stuart puissent s’unir et donner naissance, grâce à une « vierge » de la lignée Mérovingienne ayant en outre du sang hébreux dans son patrimoine génétique en la personne de Diana Spencer, à un premier-né, en l’occurrence William, qui serait le digne représentant d’une (supposée) descendance davidique. Ainsi, le peuple juif, trompé, sera persuadé de trouver en lui son (faux) Messie tant attendu.

Des quatre grands empires, Babylonien, Médo-Perse, Grec et Romain, révélés par Dieu à Daniel, c’est l’Empire Romain, qui englobe en fait les autres, qui sera celui sur lequel règnera l’Antéchrist, en tant que suprême Empereur du Nouvel Ordre Mondial.

Si l’Angleterre n’est assurément pas la seule nation dans laquelle sévissent la sorcellerie et les intrigues depuis des siècles, on peut cependant la désigner, à cause du pouvoir impérial et monarchique et sa puissance coloniale qui la caractérisent, comme la détentrice de l’avenir du monde par les multiples ramifications et tractations qui s’y sont opérées tout au long de son Histoire, ainsi que par l’influence grandissante qu’elle a su habilement étendre parmi les nations tant du point de vue politique qu’économique, culturel et religieux.

http://www.michelledastier.com/la-perfidie-dalbion-3e-partie-la-chronique-de-michel-andre/

Source : Rustyjames

 

«Macron Leaks»:

 

«Macron Leaks»: les secrets d'une levée de fonds hors norme

Pour financer sa campagne, Emmanuel Macron a réussi à mobiliser près de 13 millions d’euros de dons en un temps record. Loin de l’image cultivée par En Marche! d’une campagne aussi spontanée que populaire, un puissant réseau de banquiers d’affaires a discrètement ouvert ses carnets d’adresses au nouveau président. Révélations.

Mail du 13 février 2017 : « Comme vous l’observez, notre start-up continue de tracer son sillon ! Alors que nous allons entrer dans le “dur” dans les prochains jours, nous avons plus que jamais besoin de soutien. » La start-up en question n’est pas une entreprise comme les autres. Et l’homme derrière son clavier n’a rien d’un banal VRP. Christian Dargnat n’est autre que l’ancien directeur général de BNP-Paribas Asset Management, branche du groupe bancaire chargée de la gestion d’actifs. « Marcheur » de la première heure, il a tout lâché en avril 2016 pour organiser « à titre bénévole » le financement de la campagne de son ami Emmanuel Macron. Dargnat, c'est l'homme du coffre-fort. Pendant des mois, il a multiplié les rendez-vous discrets, les dîners confidentiels et les mails de relance pour les riches donateurs, en plein accord avec l'actuel locataire de l'Élysée.

Ce courriel du 13 février est adressé au collectionneur américano-allemand Olivier Berggruen, une figure incontournable du marché mondial de l’art. Dès le lendemain, le riche New-Yorkais répond favorablement à la demande de Dargnat en promettant « de contribuer à 4 000 euros au mouvement et 4 000 euros au candidat ». Un virement est effectué deux jours plus tard : 8 000 euros en un message, voilà qui témoigne d’une redoutable efficacité.

 

Emmanuel Macron au Louvre, dimanche 7 mai © ReutersEmmanuel Macron au Louvre, dimanche 7 mai © Reuters

 

À l’image de cet échange, l’exploitation des milliers de mails et documents issus des Macron Leaks (voir Boîte noire) – ainsi que d’autres documents récupérés au fil de la campagne par Mediapart – permet de comprendre comment la garde rapprochée d’Emmanuel Macron a explosé les compteurs de dons entre avril 2016 et avril 2017 pour permettre à l’ancien ministre de François Hollande d’accéder au pouvoir, un an à peine après la création de son propre mouvement. À l'extérieur, Dargnat et les membres de l'équipe Macron ont tout fait pour démentir l'image du candidat des affaires, préférant insister sur l'afflux de petits dons. En réalité, c'est bien une camarilla de banquiers d’affaires qui a pris en main cette levée de fonds hors norme, mobilisant tous azimuts ses réseaux et carnets d’adresses au service du combat de l'ovni politique Macron.

Cette stratégie s’est appuyée sur un raisonnement simple, résumé dans un court message de M. Dargnat en septembre 2016, alors que Macron vient juste de quitter le gouvernement : « Quand on sait que les dépenses de campagne présidentielle sont limitées à 22 millions d’euros et que nous pourrions contracter un prêt bancaire (à hauteur de 9 millions) remboursé si la candidat dépasse le seuil des 5 % aux élections, il nous reste donc à “trouver” 13 millions », expose l’ancien banquier. En clair, calcule-t-il, « si l’on arrondit à 10 millions le budget à trouver, il faut donc obtenir des dons de 1 333 personnes à 7500 € chacune[le plafond autorisé pour le financement d’une campagne – ndlr] ».

En réalité, c'est dès le printemps 2016 que les plus fidèles soutiens d’Emmanuel Macron se sont discrètement activés pour organiser de façon méthodique la mobilisation de riches contributeurs. Emmanuel Macron est encore à Bercy, mais il veut déjà tout faire pour se présenter à la présidentielle. Une véritable « task force » s’organise alors autour de Christian Dargnat, le président de l’association de financement d’En Marche! (AFCPEM). Dans cette petite équipe soudée, on trouve Emmanuel Miquel, capital-risqueur chez Ardia et trésorier de la même association, mais aussi deux de ses anciens camarades de HEC : Stanislas Guerini, directeur de l’expérience client chez Elis, délégué du mouvement à Paris et aujourd'hui candidat aux législatives dans la capitale ; et Cédric O, un jeune directeur d'usine du groupe Safran, ancien du cabinet de Moscovici puis de Macron à Bercy. Cédric O, garçon discret qui fuit les médias, a endossé le costume de mandataire financier de la campagne, dont il est un des couteaux suisses les plus efficaces.

Pendant des mois, ce petit groupe a manœuvré avec une seule idée en tête, quasi obsessionnelle : faire fructifier en un an des carnets d’adresses bien fournis, afin de fonder un club de « grands donateurs » aux profils globalement homogènes (urbains, CSP+, issus de grandes écoles). Nous sommes là loin, bien loin, d’un mouvement soutenu par une vague aussi populaire que spontanée, image que les communicants d’En Marche! ont savamment cultivée et propagée. Et pas très loin du « Premier Cercle » de riches donateurs ayant financé une partie de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007, même si l'entourage de Macron s'en est toujours défendu au motif qu'En Marche! n'a jamais organisé de grand raout mélangeant tous les grands donateurs. Effectivement : les proches d'Emmanuel Macron ont été bien plus discrets.

Dans les mails de l'équipe d'Emmanuel Macron, on retrouve un document de travail, diffusé et amendé en comité restreint en avril 2016 : la notice pour la chasse méthodique aux millions de la campagne. En Marche! est alors un mouvement balbutiant, à peine créé. Le tout nouveau parti n’a enregistré qu’environ 400 000 euros de dons et promesses – à 95 % des grands donateurs à 7 500 euros. L'équipe veut passer à la vitesse supérieure en activant un impressionnant maillage des réseaux d’entrepreneurs, banquiers, avocats, lobbyistes et autres « influencers » susceptibles de dégainer un jour ou l’autre l’équivalent de 6,5 Smic pour aider le candidat Macron.

 

 

Ces généreux bienfaiteurs seront approchés les mois suivants à travers des dizaines de dîners organisés en France et à l’étranger, le plus souvent en présence du « chef », le surnom d’Emmanuel Macron. Ces sauteries, symboles du confinement et de l’endogamie d’une certaine élite, sont « très mal vu[e]s par certaines catégories de la population », convient En Marche! dans une note interne. Mais elles sont aussi tellement rentables, surtout quand le candidat se déplace. Mi-avril 2016, un seul déjeuner à Londres au domicile privé de la directrice financière d’un site de vente en ligne permet de réunir 281 250 euros, selon un document d’En Marche!. Deux semaines plus tard, à Paris, un cocktail dînatoire génère 78 000 euros en à peine une heure et demie. La cash machine est lancée.

Pour multiplier les rencontres, l’équipe « fundraising » (« collecte de fonds ») d’En Marche! a élargi son maillage par l’intermédiaire de rabatteurs, des sympathisants du mouvement – très bien intégrés dans les hautes sphères économiques – qui ouvrent leurs carnets d’adresses, accueillent des déjeuners, voire, parfois, organisent des événements « clés en main ». Ne reste alors au mouvement qu’à valider les listes d’invités et à organiser la venue du candidat. Détail financier non négligeable : les frais liés aux dîners effectués aux domiciles des donateurs sont des « dépenses privées non intégrées » aux comptes de campagne.

Le 1er juin 2016, le conseiller de dirigeants d'entreprise Édouard Tétreau, un temps protégé par l'ancien PDG d'Axa Claude Bébéar, accueille l’un des tout premiers grands cocktails parisiens. « Durée : 1 h 30, dont passage Emmanuel d’1 h 00 », note minutieusement l’équipe d’En Marche!. Tout est millimétré : « Salutations 15 min/speech 20 min/Q&A  [questions/réponses – ndlr] 20 min/sortie 5 min. » Les invités sont triés sur le volet : une trentaine de « quadra, hors CEO[PDG – ndlr] CAC40 ». Une semaine plus tard, Édouard Tétreau renouvelle l’expérience pour une nouvelle cible. Cette fois, 32 personnalités issues de « différents cercles (avocats, conseil, lobbying, édition, etc.) » sont concernées. Ne reste qu’à valider la liste d’invités. Mais « attention ! », alerte En Marche !, « un partner d’Image 7 », la boîte de la communicante Anne Méaux, qui conseille François Fillon, fait partie des convives potentiels. 

Un autre « PP » (pour « poisson-pilote ») du mouvement, Hélène Chardoillet, directrice du développement d’une PME dans le domaine bancaire et « amie » d’Astrid Panosyan, une ancienne conseillère du cabinet Macron, s’active aussi en coulisses. Au mois de mai, elle alerte Emmanuel Miquel sur le positionnement politique du candidat. « Les personnes que je connais et que j’ai commencé à approcher (5 sur cette dernière semaine) sont de sensibilité politique centre droit et leur retour en substance est le suivant », écrit-elle au trésorier du mouvement : flou sur le programme de Macron, danger de voir sa candidature « phagocytée » par François Hollande, faiblesse de son bilan à Bercy… 

« Mon sentiment, développe Chardoillet, si nous restons sur l’objectif précis du fundraising, est que cette cible centre droit n’est pas, pas du tout mûre pour la donation. Positionnement, programme et démarcation de Hollande seront des éléments clés pour que cette cible évolue. » 
« Top de voir ces manifestations », se réjouit dans la foulée Emmanuel Miquel, dans un message en copie au reste de la direction d’En Marche!. Seul bémol : pour « aller dans le sens »de ce que « Christian [Dargnat – ndlr] évoquait de constituer une petite base de gens disponibles pour appeler des contacts », Miquel « pense qu’il faut être vigilant à ne pas trop diluer l’exercice de Fundraising. Il faut certes se démultiplier, mais le sujet FR [fundraising – ndlr] reste sensible ».

Des demandes d’audience auprès du ministre

Trois semaines plus tard, Christian Dargnat, encore lui, est à la manœuvre pour motiver ses troupes : « Si vous connaissez des gens désireux d’aider la cause[sic], n’hésitez pas à les orienter vers moi », encourage-t-il par mail. Un appel reçu cinq sur cinq. « Hello, une de mes amies me dit que son patron[d’une mutuelle – ndlr] souhaiterait participer à un de nos dîners. J’ai bien précisé que c’était réservé aux grands donateurs :) », écrit Cédric O. Retour de Dargnat, un mois plus tard : « J’ai déjeuné avec le DG et[la responsable des affaires publiques du groupe – ndlr] : excellents contacts et gros potentiels de networking. Merci encore. »  

Très investi, Cédric O préconise aussi de convier à un dîner du mois de juillet un patron qu’il connaît personnellement : « Je ne suis pas certain qu’il donnera, mais c’est un très gros driver pour d’autres (sur la thune et en termes de réseau). » Bonne pioche : ce quadra donnera plus tard 2 500 euros à la candidature. « Pas mal », note, impassible, le mandataire. 
« Nous organisons le 1er juillet un déjeuner autour d’E. Macron : si vous avez des gens prêts à contribuer à hauteur de 7,5 K€, envoyez à Emmanuel Miquel et moi-même les coordonnées de ces personnes », relance encore Dargnat à une dizaine de ses contacts.

Dans la liste : Frédéric Surry, directeur des investissements actions et obligations convertibles à la BNP, Denis Panel, DG d’une des filiales du groupe bancaire, et un ancien de la maison, David Pillet, ex-business manager ayant fondé en 2016 sa propre société de conseil. Deux mois plus tard, une nouvelle soirée fait saliver l'équipe : 23 chefs d'entreprise « qui peuvent bcp aider » ont déjà promis d’être là. L’un d’entre eux, patron d’une jeune société d’investissement, semble« très helpful ». Un autre – dans le classement Challenges des plus grandes fortunes de France en 2016 – est carrément« au taquet ». La récolte promet d’être grandiose.

 

Christian Dargnat © DRChristian Dargnat © DR
L’équipe tient des tableaux précis de chacun des événements. Et Dargnat veille au grain : « Peux-tu m’envoyer la liste des invités (noms + adresses mails) de ton dîner afin que nous puissions suivre l’évolution des contributions et t’en rendre compte également ? », demande l’ancien banquier à l’organisateur d’un dîner. Les retours sont bons, mais il faut à tout prix garder le rythme. « Les amis, les deux prochaines semaines, nous n’avons pas de dîner FR, souffle Emmanuel Miquel le 20 juin. Nous nous proposons avec Christian de (re)mettre la pression sur ceux qui auraient déjà dû donner, afin de les relancer pour qu’ils donnent d’ici la fin de semaine. » 

 

Le trésorier soumet alors à son équipe une liste de sept noms, « soit un potentiel de 53K€ pour cette semaine ». Ismaël Emelien, le plus proche conseiller d’Emmanuel Macron – il est aujourd’hui son conseiller spécial à l’Élysée –, se propose d'en appeler quelques-uns. Mais pas l’avant-dernier nom de la liste, celui du directeur général d’une grande entreprise française de sites internet : « J’avais en revanche senti[…] [qu’il n’était] pas très chaud pour payer, il aide beaucoup en termes de conseil. »

À l’autre bout de la chaîne, le « chef » supervise les opérations par l'entremise de son cabinet. « Sophie[pour Sophie Ferracci, cheffe de cabinet de Macron à Bercy – ndlr], peux-tu nous faire un point avec les prochaines dates ? Merci bcp », demande le 2 mai 2016 Julien Denormandie, un autre membre de la garde rapprochée d'Emmanuel Macron, son ancien dircab à Bercy.

À la même période, Dargnat sollicite Emmanuel Miquel et Cédric O pour qu’ils trouvent « des gens qui pourraient organiser des dîners » à l’occasion des déplacements à venir du ministre à « Orléans le 8 mai, La Rochelle le 9 mai, Toulouse le 19 mai, La Grande-Motte le 26 mai, Chalon-sur-Saône le 30 mai, Rennes le 20 juin, Annecy le 23 juin. » Très efficace à Paris, En Marche! veut désormais braconner en région.
 Le mouvement assure que ces dîners provinciaux ont été des fiascos.

Pas question, en revanche, qu’Emmanuel Macron s’investisse publiquement dans la collecte alors qu’il est encore à Bercy. « Tant qu’Emmanuel est ministre, je ne crois pas en sa volonté de vouloir signer les courriers[de remerciement aux donateurs de plus de 500 euros – ndlr] », prévient Julien Denormandie. Le « chef » se contente alors de textos. 
C’est que la frontière entre les fonctions est parfois ténue. Comme pour ce fondateur d’un fonds d’investissement, qui sollicite une audience auprès de Macron-ministre après avoir fait un don à Macron-candidat. Son message est directement transmis par Denormandie à Ferracci, sans que l’on sache si ce donateur a obtenu gain de cause : « Sophie, pour ta pochette “demande d’audience”. Merci beaucoup. »

Le 15 septembre, Emmanuel Miquel, prudent, rappelle aussi la nécessité de vérifier « l’absence éventuelle de conflit d’intérêts (incompatibles avec les fonctions passées d’EM) » et le « caractère recommandable[sic] du donateur ». Il transmet une liste comportant les noms et coordonnées de 62 contributeurs – principalement domiciliés à Paris et Londres – représentant 276 000 euros de dons. Cette fois, c'est Alexis Kohler qui se charge de répondre. L'ancien directeur de cabinet de Macron à Bercy a alors officiellement quitté la campagne pour travailler dans le privé, mais il reste très impliqué dans l'organisation : « Je regarde de plus près demain mais je n’en vois aucun susceptible de poser problème à première vue », répond-il. Depuis le 14 mai, Alexis Kohler est le nouveau secrétaire général de l'Élysée. C'est lui, l'homme sérieux aux lunettes, qui a annoncé mercredi 17 mai la liste du gouvernement d’Édouard Philippe.

Pour les donateurs étrangers, la prudence est de mise. « Vous êtes à l’aise avec les virements reçus ? », s’inquiète par exemple, le 2 février 2017, le mandataire Cédric O en découvrant les noms de plusieurs de ces donateurs étrangers sur un relevé de comptes. « Oui je les connais tous », répond Dargnat dans la minute.

La banque saisit aussi à plusieurs reprises l’équipe du candidat. « Je suis à même de vous les réclamer[des justificatifs pour des virements en provenance de l’étranger – ndlr] en fonction des demandes de notre service des affaires internationales », prévient la directrice adjointe de l’agence du Crédit agricole où est logé le compte de campagne. Mediapart a ainsi identifié plusieurs situations litigieuses – toutes résolues a posteriori, selon les documents consultés –, dues notamment à l’incompréhension par certains donateurs de la réglementation française (interdiction de contribuer pour une personne morale ou dépassement des seuils).

Le 21 mars, par exemple, le compte de l’AFCPEM reçoit un virement de 12 000 euros de la part d’un richissime donateur installé à Madagascar, Amin Hiridjee,très présent dans les secteurs de la finance, des télécoms, de l’immobilier et de l’énergie. « Nous sommes contraints de rembourser intégralement les dons qui dépassent les plafonds. Sur le compte de l’AFCPEM (financement candidat) le maximum autorisé est 4 600 € ; sur celui de l’AFEMA (financement mouvement), le max est 7 500 € », alerte Dargnat, avant de demander au frère du donateur – Hassanein Hiridjee, qu’il tutoie – s’il peut lui demander, « si cela n’est pas trop gênant », de faire « deux virements : un de 4 600 à l’ordre de l’AFCPEM et l’autre de 7 500 à l’ordre de l’AFEMA ». Pas de problème : « Je m’en occupe et te reviens », répond H. Hiridjee.

Plus problématique est le sujet traité, début janvier, lors d'une réunion réduite à cinq participants. Les fidèles d’Emmanuel Macron ouvrent la discussion sur un point « spécifique » : le cas du « financement d’une vingtaine de donateurs libanais »« Problème traité (identifié) », notent les participants dans leur compte-rendu. Sollicité par Mediapart pour en savoir plus quant à la nature du problème et sa résolution, En Marche!, rebaptisé depuis peu La République en marche, n'a pas retourné nos questions (voir la Boîte noire).

Dès sa création, le mouvement a su générer une « forte demande pour organiser des événements » à l’étranger, ainsi que le mouvement le notait en avril 2016. De fait, les expatriés dans les pôles urbains de Londres, Genève, San Francisco ou New York ont été très actifs dans la collecte de dons. Parfois, les investisseurs étrangers ont aussi directement pris attache avec l’équipe.

Tandis qu’Emmanuel Macron s’installait en tête des sondages, le dirigeant d’un important hedge fund à New York a par exemple sollicité fin mars 2017 Cédric O, par l’entremise d’une connaissance commune, pour qu’il organise une rencontre avec un membre du mouvement à Paris. O l’oriente alors vers Dargnat, qui accepte la mission : « Oui j’en fais 2 à 3 par jour[sic] des présentations de ce type… Cela me détend des négociations sur le prêt[En Marche! est alors en pleine négociation – tardive – d'un emprunt de 8 millions – ndlr]. » Rien ne prouve dans la comptabilité analysée par Mediapart que cet investisseur ait financé la candidature, mais l’épisode témoigne de l’attrait du mouvement à l’international.

Plus de 57 % des dons proviennent des dîners et réseaux

Très organisée, la dynamique de dons n’a eu de cesse d’affoler les compteurs. Dans ses toutes premières projections, En Marche! prévoyait de récolter un total de 1,15 millions d’euros par l’intermédiaire des campagnes de fundraising jusqu’en juillet 2016. S’il a tenu ce rythme de croisière (moyenne de 7 900 euros récoltés par jour) jusqu’au mois d’août, la cadence s’est considérablement accélérée dès le mois de septembre, au lendemain du départ d’Emmanuel Macron du gouvernement.

Au 31 décembre 2016, selon la comptabilité du mouvement, En Marche! avait récolté un peu plus de 5 millions d’euros de dons, bien au-dessus des 3,5 millions d’euros prévus dans son scénario central. Près de 70 % de cette somme – 3,482 millions – provenaient uniquement du travail de fundraising (dîners/réseaux) auprès de 669 donateurs (dont 400 à plus de 5 000 euros).

 

Bilan des dons en 2016 © Document MediapartBilan des dons en 2016 © Document Mediapart

 

La communication du mouvement a évidemment cherché à rendre compte d’une tout autre réalité. En avril 2017, dans un échange sur les éléments de langage à utiliser face à la presse, alors que Macron est pressé par certains médias de faire la lumière sur l'origine de ses dons, Ismaël Emelien préconise d’insister sur les 35 000 donateurs à l’origine de la collecte totale de 10 millions d’euros et de communiquer sur le don médian de 50 euros. Il note par ailleurs que « 1/3 des dons » sont inférieurs ou égaux à 30 €, « 2/3 des dons » inférieurs ou égaux à 65 € et que les « dons supérieurs à 5 000 € »ne représentent que « 1,7 % du total des donateurs ». Ou l’art de faire dire aux chiffres ce que l’on veut. Car en réalité, la place des « grands » contributeurs est centrale. Dans ses projections financières pour le début d'année 2017 (de janvier à mai), En Marche! prévoyait notamment que les campagnes de fundraising lui rapporteraient 57,5 % des dons totaux du mouvement (contre 43,5 % pour le financement participatif). 

Ce rythme soutenu n’a jamais entamé le dynamisme des argentiers de Macron. Après Paris, Genève, Londres ou New York, Dargnat a aussi intensément lorgné vers l’Afrique. Ainsi qu’en témoigne son message à l’égard du responsable d’une grande banque française sur le continent. « Comme évoqué, par votre intermédiaire et celui d’[…] et de quelques autres, ce serait exceptionnel de pouvoir organiser une levée de fonds sur le continent africain, et notamment en Côte d’Ivoire », lui écrit-il en juin 2016.

Sollicité par Mediapart, le banquier – qui confirme avoir rencontré Dargnat puis Macron – déclare avoir refusé de s’engager : « La question d’une levée n’a en réalité jamais fait l’objet d’une discussion, affirme-t-il. J’ai dit clairement que nos fonctions ne pouvaient pas nous permettre de nous mettre en avant de manière ostentatoire. J’ai dit que si une visite en Côte d’Ivoire s’organisait, je pourrais y participer au titre de citoyen franco-ivoirien mais c’est tout. Je n’aime pas le mélange des genres. »

D’autres banquiers n’ont pas songé à prendre de telles précautions. La banque Rothschild, où a travaillé Emmanuel Macron pendant quatre ans, lui apporte un soutien sans réserve. Fin septembre, Olivier Pécoux, directeur général de Rothschild – dans les faits il est le dirigeant opérationnel de la banque –, organise pour En Marche! une rencontre de donateurs potentiels sur les Champs-Élysées. Déjà contributeur pour un montant de 7 500 euros au mouvement, M. Pécoux n’avait toujours pas été remboursé des frais engagés pour l’événement sept mois plus tard. L’a-t-il été depuis ? Il n’a pas répondu aux sollicitations de Mediapart.

Cinq autres associés-gérants de cette banque, interlocuteur privilégié de l’État dans des opérations capitales menées par le ministère des finances, ont aussi directement soutenu En Marche!. Il s’agit de Laurent Baril (don maximal de 7 500 euros), de Cyril Dubois de Mont-Marin (7 500 euros), de Cyrille Harfouche (7 500 euros), d'Alexandre de Rothschild (2 500 euros) et d'Arnaud Joubert (7 500 euros). Florence Danjoux – compagne de Vincent Danjoux (autre associé de la banque) – fait aussi partie des premiers donateurs (7 500 euros). Tout comme Luce Gendry (3 000 euros), associée-gérante jusqu'en 2016.

Le 19 mai 2016, un cadre de Rothschild, Philippe Guez, a aussi organisé une récolte de dons dans son appartement du XVIe arrondissement. Y étaient conviés une dizaine d’invités – chefs d’entreprise, avocats, family office et investisseurs dans l’immobilier –, en compagnie de Christian Dargnat et d’Emmanuel Macron. « Tous ont été informés d’une contribution de 7 500 euros », précise alors l’hôte de l’événement.

Dans un autre établissement bancaire, la banque privée Edmond de Rothschild, certains salariés se sont eux aussi très activement engagés dans la campagne. C'est le cas par exemple de Mylène Bonot, une chargée de partenariat qui n'a pas ménagé son temps dans la collecte. « Salut à tous. Suite à notre échange d’hier soir et comme convenu, je vous fais suivre le profil de Mylène, proposait Cédric O en avril 2016. Je pense qu’elle serait top pour donner un coup de main sur le fundraising pour gérer la bande passante de contacts : elle est très maligne, hyper sympa, c’est son job de soutirer de la maille aux gens qui ont de la thune et en plus c’est une meuf, ce qui est un atout non négligeable. Par ailleurs je la connais très bien et je lui fais confiance », ajoutait-il à l’époque.

Depuis, la jeune femme s’est activement impliquée dans la prospection et la relance de « grands donateurs » du mouvement, en liaison étroite avec Emmanuel Miquel. Ni elle, ni l'équipe d'En Marche! n'ont répondu à nos questions sur le cadre de cette mission. A-t-elle été rémunérée pour cette tâche ? Ou, peut-être, s'agissait-il d’un investissement à plus long terme.