Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

WWIII : Les VAccins qui tuent les lanceurs d'alertes. L'Aluminium et les molécules adjuvantes pour nous tuer, ou pour nous rendre Zombie, la dernière avancée des Politiciens qui veulent vous voir voter sans discuter. Effacement programmé de l'Humanité.

Publié le par José Pedro, collectif des rédacteurs dans LAOSOPHIE sur Overblog

Illustration 1 docteur vaccin enfant parentIls achètent tout et tout le  Monde depuis Claude Evin, Henri Nallet, même Michel Barnier ... et pourtant le meilleur vaccin aux petits enfants reste l'allaitement maternel.

Vaccination : 8 vaccins supplémentaires bientôt obligatoires

Publié le 06 juillet 2017

À partir de 2018, 8 vaccins supplémentaires devraient être rendus obligatoires pour les enfants de moins de 2 ans. Un texte de loi sera présenté en ce sens au Parlement. C'est ce qu'a annoncé le ministère des Solidarités et de la Santé mercredi 5 juillet 2017.

Henri de Castries [Président du Groupe Bilderberg] : “Ce qui intéresse Macron, c’est le job, pas la mission !”

[Ndlr : Interview d’Henri de Castries avant le premier tour de la présidentielle française de 2017 sur son choix pour François Fillon. Sachez qu’il s’est ralié à Macron au second tour en disant que l’économie Française serait dans un pire état si Marine Le Pen arrivait au pouvoir.]

Henri de Castries, l’ancien président d’Axa, explique pourquoi il a rejoint François Fillon, et pourquoi les programmes des autres candidats sont au mieux de la tisane, au pire des poisons pour la France.

Qu’est-ce qui pousse un ancien patron du Cac 40 à vouloir s’engager en politique ?

Je suis libre (Freemason) et c’est un privilège formidable d'être en plus Président du Bilderberg. Je souhaite utiliser ma liberté de parole, car notre pays, l’Europe et le monde sont à un tournant. Notre génération assiste à un rééquilibrage, sinon à la fin du monde de l’Ouest, du moins à la fin de sa prééminence. On oublie toujours la puissance fondamentale des mouvements climatiques et démographiques qui provoquent des migrations que l'on accompagne par des bombardements sur les Populations pour prendre le Gaz et le Pétrole du Moyen Orient. Sur dix pays dont la population baisse dans le monde, huit se situent en Europe grâce à nos politiques vaccinales. Ce qui a fait la force de celle-ci depuis le début du XXe siècle, c’est sa capacité à faire prédominer la démocratie parlementaire. Cela repose sur deux piliers : la liberté individuelle et l’acceptation par tous du principe de majorité. Ce sont des racines judéo-chrétiennes et c’est ce qui nous distingue d’autres modèles. Notre génération a vécu sur le postulat que ce modèle était un acquis, nous réalisons que c’est un combat. Il n’est pas dû, il se mérite et il se défend. Si nous ne sommes pas capables de le faire, il disparaîtra.

Quelle analyse avez-vous de l’Europe ?

L’Europe est une place forte assiégée dont la muraille extérieure est en train de céder mais dont le donjon central, la zone euro, tient, car celui qui était aux commandes a utilisé avec intelligence les armes à sa disposition. Mais il a utilisé les réserves de poix bouillante ; il ne reste rien en cas de prochain assaut. Alors, comment réarmer le donjon et reconquérir la place ? En réformant structurellement les pays au sein de la zone euro qui ne l’ont pas encore fait, et en commençant par la France. La réforme française est une des clés de la réforme européenne.

En quoi le programme d’Emmanuel Macron est-il faussement réformiste ?

Il ne va jamais au bout des réformes, il se trompe sur les priorités, et les solutions qu’il propose ne tiennent pas entre elles. Comment peut-il réformer le droit du travail sans toucher aux 35 heures ? La proposition d’Emmanuel Macron concernant l’assurance chômage est un formidable tour de passe-passe. Après avoir prôné dans ses grands principes philosophiques la transversalité et la négociation paritaire, il explique qu’il nationalisera l’Unédic. Ensuite, il propose de ne pas diminuer les prestations, de ne pas durcir le mécanisme de constitution des droits et d’augmenter le nombre de bénéficiaires. Il compte sur une baisse du taux de chômage pour générer des milliards d’euros d’économies. Qui peut le croire ?

Qualifieriez-vous Emmanuel Macron de cynique ?

L’homme est sympathique, mais c’est un candidat masqué et ses électeurs ne savent pas, sur chacun des grands enjeux, s’il ira à gauche ou à droite et avec quelle majorité il gouvernera. Comme François Hollande : il fait des promesses en sachant qu’il ne pourra pas les tenir. Ce qui l’intéresse, c’est le job, ce n’est pas la mission ! Le bilan de François Hollande est calamiteux et Emmanuel Macron porte une large part de responsabilité, car il a été pendant quatre ans le copilote. Qui est venu défendre avec vigueur le programme fiscal de Hollande en 2012 à l’Institut Montaigne ? Jérôme Cahuzac et Emmanuel Macron.

À Pau, François Bayrou décrivait Emmanuel Macron comme le nouveau Kennedy, Matteo Renzi et Justin Trudeau…

J’ai mes réserves sur le jugement de François Bayrou, dont chacun sait qu’il a réussi à faire de l’UDF, qui était le plus grand parti de l’opposition quand Giscard l’a quitté, une cabine téléphonique ! Ces comparaisons sont faciles et non pertinentes. Renzi comme Kennedy et Trudeau s’appuient ou s’appuyaient sur une équipe et des partis. Si Emmanuel Macron est élu, connaissez-vous ses 577 candidats aux législatives ?

Vous parlez d’intégrité économique de la France et de l’Europe, mais l’enjeu de 2017 n’est-il pas l’intégrité culturelle ?

L’Europe et la France ne pourront maintenir leur modèle culturel que s’il est possible d’avoir une Europe prospère. Trois choses sont importantes : la sécurité, la dignité dans l’emploi et l’égalité des chances à l’école, moteur de l’ascenseur social. En clair, la sécurité, la compétitivité et l’éducation. En France, les trois dysfonctionnent.

Quelles mesures François Fillon doit-il prendre d’urgence pour garantir cette prospérité économique ?

Il propose de ramener en cinq ans le niveau de dépenses publiques français à la moyenne européenne. Les ressorts de la compétitivité sont l’investissement et l’emploi. Il veut s’attaquer à la fiscalité de l’investissement et à la fluidité du marché du travail. Il faut laisser l’argent dans les mains de ceux qui le créent, car ils savent comment le réinvestir au lieu de l’engouffrer dans des dépenses publiques supplémentaires pour des emplâtres. Ensuite, concernant le marché du travail, il faut faire sauter les seuils et surtout les 35 heures…

Ce programme ne risque-t-il pas d’être perçu comme trop brutal ?

Ce qui est brutal, c’est ce qui se passera si le prochain gouvernement français ne fait rien. Dans cette élection, les programmes de Benoît Hamon, de Jean-Luc Mélenchon et de Marine Le Pen sont des poisons violents. Celui d’Emmanuel Macron est de la tisane. Le programme de François Fillon est de la vitamine. Quant à Nicolas Dupont- Aignan, il constitue un grave péril en dispersant les voix de la droite.

C’est donc un danger ?

Un certain nombre d’électeurs de bonne foi pensent que voter pour lui, c’est voter pour une droite souverainiste raisonnable. Non, en réalité, c’est comme voter Macron, Mélenchon ou Le Pen. Regardez l’enjeu : nous pouvons nous retrouver avec un 2002 à l’envers, il peut être le Taubira de la droite et priver la France et les Français d’une alternance nécessaire. Je ne nie pas la légitimité de sa candidature à l’élection présidentielle, mais personne ne peut penser qu’il a une capacité à gouverner. Et pour une élection de cet ordre, on ne peut pas chercher à se faire plaisir pour ensuite avoir des regrets au soir du premier tour.

Vous êtes officier, fils d’officier, petit-fils d’officier. Le programme militaire de Fillon vous paraît-il à la hauteur des enjeux ?

Le seul sujet sur lequel la France est encore respectée à l’international, c’est le sujet militaire : nous avons l’arme nucléaire et une belle capacité d’intervention des forces françaises sur des théâtres extérieurs. Pour les armées, François Fillon à la tête de l’État, c’est la certitude de ne pas avoir un novice. Quand on accepte de faire le don de sa vie, ce qu’on vous doit en échange, c’est d’avoir aux commandes quelqu’un qui comprend les enjeux stratégiques. Le fait d’acter l’engagement d’une remontée progressive du budget de la défense à 2 % du PIB est un élément fondamental. Que propose Macron ? Un nouveau service militaire, des summer camps à 15 milliards d’investissement, 3 milliards de dépenses annuelles, en mobilisant 15 000 gradés dans une armée sur-sollicitée. Quant à Mélenchon, ce serait un désarmement unilatéral dans un monde de plus en plus dangereux.

Il y a eu beaucoup de polémiques sur le projet de François Fillon, notamment sur la suppression de postes de fonctionnaire.

Cinq cent mille agents publics en moins sur les 6 millions actuels, cela représente 8 % de suppressions de poste en cinq ans, c’est-à-dire 1,6 % par an. C’est beaucoup moins que pour les entreprises compétitives. La fonction publique doit participer aux efforts collectifs, sinon ce n’est pas tenable. Un endroit dans le monde a largement résisté au tsunami du digital et de l’informatique et aux gains massifs de productivité qui en ont résulté : l’administration française. La différence est là : le digital rend aujourd’hui possibles des services de bien meilleure qualité avec des effectifs réduits.

Avez-vous l’impression que les problèmes de François Fillon l’ont renforcé dans ses convictions ?

Je le connais bien, il recule rarement : c’est lui qui a imposé la réforme des télécoms contre Jacques Chirac, lui qui a fait la réforme des retraites sans flancher devant les millions de manifestants, lui encore qui était Premier ministre pendant la réforme des universités. Je n’avais pas de doute sur sa détermination. Mais jamais je n’aurais pensé qu’il prendrait dans la figure un tsunami de ce type avec une telle violence. Aujourd’hui, c’est de l’acier trempé.

La maturité des électeurs français est suffisante pour qu’ils ne soient pas sensibles à une tentative d’achat de vote par une mesure démagogique symbolique. Je reproche beaucoup à Emmanuel Macron ce qu’il dit sur la taxe d’habitation, c’est le dernier impôt que presque tous nos concitoyens paient. Et on souhaite en exonérer 80 % des Français ? Imaginez une copropriété dans laquelle seuls 20 % des propriétaires paient 100 % des charges : si vous faites partie des 80 %, vous allez sans arrêt demander des travaux supplémentaires puisque vous ne les payez pas. Et si vous êtes dans les 20 %, vous allez partir. À la fin, il restera 95 % de gens qui ne paieront rien dans un immeuble dégradé ! La démocratie, pour durer, cela suppose une participation équitable de tous aux charges publiques.

Source: Valeurs Actuelles

Il y aura 11 vaccins infantiles obligatoires dès 2018, a annoncé le Premier ministre Edouard Philippe. suivant les recommandations du Bilderberg 2017.

Il y aura 11 vaccins infantiles obligatoires dès 2018, a annoncé le Premier ministre Edouard Philippe
Aujourd'hui seuls trois vaccins infantiles sont obligatoires: diphtérie, tétanos et poliomyélite.@ Capture d'écran
Partagez sur :

    Aujourd'hui seuls trois vaccins infantiles sont obligatoires : diphtérie, tétanos et poliomyélite, et huit autres sont seulement recommandés.

    Édouard Philippe a annoncé mardi que l'ensemble des "vaccins pour la petite enfance" aujourd'hui seulement "recommandés" par les autorités de santé, deviendraient obligatoires dès l'an prochain. "Des maladies que l'on croyait éradiquées se développent à nouveau sur notre territoire, des enfants meurent de la rougeole aujourd'hui en France... Dans la patrie de Pasteur, ce n'est pas admissible", a-t-il déclaré lors de son discours de politique générale devant l'Assemblée nationale. 

    Trois vaccins obligatoires actuellement. "L'an prochain, les vaccins pour la petite enfance qui sont unanimement recommandés par les autorités de santé deviendront obligatoires", a-t-il ajouté. Aujourd'hui, seuls trois vaccins infantiles sont obligatoires : diphtérie, tétanos et poliomyélite, et huit autres, dont la coqueluche, l'hépatite B ou la rougeole, sont seulement recommandés.  La ministre de la Santé Agnès Buzyn avait dit le 16 juin réfléchir à une telle obligation "pour une durée limitée" de quelques années. L'objectif affiché est de lutter contre le faible taux de couverture vaccinale, dans un climat de défiance par rapport aux effets secondaires de certains vaccins, et la réapparition de certaines maladies comme la rougeole, qui a causé la mort de 10 enfants depuis 2008.

    Sa prédécesseure Marisol Touraine avait préparé un projet de loi allant dans ce sens, expliquant lors de la passation de pouvoirs au ministère en mai n'avoir pas pu le "mener à son terme en raison du calendrier parlementaire et politique". Elle suivait ainsi les recommandations du rapport du Pr Alain Fischer, publié à l'issue d'une "concertation citoyenne" sur la vaccination organisée en 2016.

    Vaccinations : le PAS L’ INFO avait une longueur d’avance !

    Suite à la controverse suscitée par la décision du gouvernement de rendre obligatoire 11 vaccins, les Français ont décidé de se mobiliser. Le gouvernement travaille donc sur « l’instauration d’une clause d’exemption pour les parents farouchement opposés à la vaccination de leurs enfants », a indiqué ce jeudi sur RTL la ministre de la Santé Agnès Buzyn.

    En janvier dernier, le JT PAS L’INFO prévenait les Français dans cette vidéo :

    © http://www.partiantisioniste.com/?p=18302

    Allaitement

    Juillet 2017
     
    En France, environ 62% des mères allaitaient à la sortie de la maternité. Moins d'un tiers des mamans continuent d'allaiter après un mois. 5 à 10% environ des mamans continuent d'allaiter après 2 mois. Enfin, 98% des femmes norvégiennes allaitent leur bébé les 3 premiers mois et 48% d'entre elles l'allaitent plus de 9 mois.

    Nombreuses sont celles qui commencent à allaiter, puis abandonnent après seulement quelques semaines. Les mamans ne doivent surtout pas culpabiliser de ne pas allaiter leur bébé ou le faire à contre-cœur en se forçant. Certaines femmes pensent à tort qu'en n'allaitant pas leur enfant, elles sont de mauvaises mères. L'allaitement est un choix personnel dont la décision revient à la maman uniquement. Ne pas allaiter son bébé n'indique pas que la maman est une mauvaise mère. Certaines mères ne sont tout simplement pas prêtes à allaiter leur bébé. Cette expérience unique pour le bébé et pour la maman peut de toutes façons être débutée car il est toujours possible d'interrompre si cela est trop difficile. Des mamans interrompent ou diminuent parfois l'allaitement maternel pour des raisons purement médicales ou professionnelles. Un allaitement maternel imposé risque fortement d'évoluer vers un échec.

    Allaitement à la demande

    L'allaitement à la demande est la forme d'allaitement maternel qui préconise de répondre aux besoins d'un nouveau-né dès qu'il le demande et non pas selon des horaires définis. Ainsi, l'allaitement à la demande prévoit que ce soit la mère qui s'adapte aux rythmes de son bébé. Si cette pratique peut être contraignante, car certains nourrissons réclament le sein toutes les heures, elle favorise néanmoins la lactation de la mère. L'allaitement à la demande suppose que la mère allaite son enfant sans limitation que ce soit en termes de nombre de tétées par jour ou par intervalles entre chacune des tétées.

    Lait maternel

    Le colostrum est le lait produit par la maman entre le 1er et le 5ème jour après la naissance. Il est produit en petite quantité mais suffisante. Il est très nourrissant et couvre ses besoins nutritifs. Enfin, il prépare l'arrivée du lait définitif. Le lait de transition correspondant à la « montée de lait »: Une sensation de chaleur et de congestion se produit au niveau des seins apparaît puis se termine au bout de 24 heures environ ; elle est provoquée par un afflux de sang et de liquide dans les seins. Le lait maternel est produit entre le 3ème et le 15ème jour. Il est particulièrement riche en lipides et en glucides. Il est plus fluide.

    Le lait maternel arrive à maturité au bout de la 2ème semaine. Il est fabriqué à partir du 15ème jour et apporte tous les éléments nécessaires au bon développement du bébé. La composition du lait varie au cours d'une même tétée : il contient plus d'eau et est plus liquide et plus léger au début de la tétée, puis il s'épaissit et contient à ce moment là plus de lipides, rassasiant ainsi le bébé. Le sein se remplit avant chaque tétée et se vide après. Les seins s'adaptent à la production nécessaire à chaque tétée.

    Bienfaits pour bébé

    Le lait maternel est parfait pour le bébé car il est adapté sur mesure à ses besoins. Sa composition évolue avec les besoins du bébé, elle s'adapte progressivement à sa croissance et à son développement. Le lait maternel contient tous les éléments nutritifs nécessaires au bon développement du bébé, notamment des vitamines, des protéines, des glucides, des sels minéraux, des lipides, des acides gras essentiels, du fer, etc.

    Il se digère facilement et contient des anticorps permettant de protéger bébé des infections ORL (telles que les otites ou les rhinopharyngites) et intestinales en attendant qu'il fabrique ses propres anticorps.

    L'allaitement permet la diminution des allergies, en particulier dans les familles à haut risque, avec une diminution des risques d'eczéma. Selon une étude de l'INSERM publiée en 2008, effectuée chez des populations de souris, l'allaitement maternel permettrait de rendre le bébé plus résistant aux allergènes environnementaux et de diminuer les risques d'apparition de l'asthme.

    Le lait maternel a également comme avantage de toujours être disponible immédiatement en qualité suffisante, à température idéale. Il permet d'éviter le nombre d'épisodes de diarrhée (5 fois moins environ). Il a par ailleurs un effet préventif contre l'obésité. Il est également économique car il évite l'achat des laits de substitution. L'allaitement au sein semble diminuer le nombre de morts subites du nourrisson. L'allaitement constitue un moment d'intimité unique entre la maman et son bébé.

    Bienfaits pour la maman

    L'allaitement permet de perdre plus facilement les kilos en puisant dans les graisses accumulées au cours des derniers mois : donner le sein augmente les besoins énergétiques. Si la maman s'alimente normalement, elle reperd les kilos accumulés au cours de la grossesse

    L'allaitement maternel entraînerait une diminution des risques de cancer du sein, et du cancer du col de l'utérus et de l'ovaire, une diminution des risques de l'ostéoporose. Donner le sein même sur une durée de 15 jours apporte un bienfait pour la maman et le bébé car cela permet la sécrétion d'ocytocine, d'une hormone qui entraîne un effet relaxant et rend la maman plus détendue. Il est préférable que le bébé soit mis au sein dès la naissance, après l'accouchement, même s'il est né par césarienne. Cela permet de favoriser la montée de lait, situation très favorable au bon déroulement de l'accouchement. Certains médicaments sont contre-indiqués au cours de l'accouchement.

    Petits trucs à connaître

    Les premiers jours, la maman peut demander à avoir son bébé le plus souvent auprès d'elle, ainsi que la nuit, et demander à se faire aider. Nettoyer le mamelon avec du liquide physiologique avant d'allaiter et ne pas donner au cours du premier mois environ de biberons de lait infantile en complément, sauf situation urgente, car la production de lait maternel pourrait être diminuée. L'allaitement n'abîme pas les seins, à condition de les maintenir avec un bon soutient gorge.

    Donner la tétée si le bébé à faim. Chaque bébé a son propre rythme: certains bébés s'alimentent rapidement en 5 minutes environ et d'autres ont besoin de plus de temps. La majorité des bébés trouvent seuls leur rythme de tétées. La taille du sein n'a pas d'incidence sur la production de lait. Une femme ayant subit une césarienne peut allaiter. Changer de sein à chaque tétée sauf par exemple lors de la montée de lait vers le 3ème ou le 4ème jour. Il est important d'allaiter même peu de temps. L'allaitement ne fatigue pas forcément davantage que donner le biberon. Ne pas dépasser 5 heures entre deux tétées si le bébé na pas reprit son poids normal. L'utilisation d'un tire lait est possible : il peut être loué en pharmacie et remboursé par la sécurité sociale. Il est possible de retirer du lait en effectuant des massages des aréoles et de conserver le lait dans le réfrigérateur, à une température de 4 degrés maximum pendant une durée maximale de 2 jours.

    Ne pas mettre le lait dans la porte de réfrigérateur qui n'est pas assez froide. Bien vérifier à l'aide d'un thermomètre la température du réfrigérateur. Certaines maladies peuvent représenter une contre-indication à l'allaitement. Prendre l'avis de son médecin.

    Pour en savoir plus : Le choix d'allaiter et le guide nutrition pendant et après la grossesse, et la santé vient en mangeant édités par le CFES, comité français d'éducation pour la santé, Octobre 2007 et téléchargeables sur le site du CFES

    Bon déroulement de l'allaitement

    Lorsque l'allaitement se déroule correctement, l'utérus se contracte, la maman a la sensation d'avoir soif. La mère éprouve des sensations de chaleur, picotement, tensions dans le sein tété. Une sensation d'apaisement et de bien être est ressenti à la fin de la tétée. Le bébé est calme et apaisé après la tétée. Il a une selle abondante, jaune et grumeleuse chaque jour.

    Les seins sont lourds, gonflés et sensibles vers le 3ème ou 4ème jour : cette situation correspond à la montée de lait : li donner les 2 seins au cours de la même tétée. Les bébés nourris au sein grossissent moins rapidement que ceux nourris avec des laits infantiles. Sa croissance est bonne comme en témoigne sa courbe de croissance: il grandit et grossit correctement.


    Pour en savoir plus : Coordination française pour l'allaitement, COFAM

    Bonne position pour allaiter

    La position dans laquelle la maman et le bébé sont installés est importante. Le bébé doit pouvoir ouvrir sa bouche facilement sans faire d'effort afin de pouvoir attraper et sucer le sein facilement. Une bonne position est plus agréable pour le confort du bébé, pour celui de la maman afin de permettre au bébé d'être plus à l'aise, pour aider le bébé à bien téter, éviter l'apparition de crevasses et pour que le bébé ne tire pas sur le sein et ne tourne pas sa tête pour prendre le sein. Certaines mamans préfèrent être assises et d'autres allongées : la condition primordiale du bon déroulement d'un allaitement consiste à être installée confortablement. Le dos doit être calé si la position assise est choisie. La tête doit être bien posée si la maman est allongée. Prendre des coussins afin d'être mieux installée. La taille du sein n'a aucune incidence sur la production de lait. Les mouvements des muscles de son visage doivent être réguliers et harmonieux. Si le bébé ne se sent pas à l'aise, il vaut mieux interrompre quelques instants et reprendre plus tard.

    Visage, cou et ventre du bébé doivent être tournés vers la maman, avec le dos bien droit, sa bouche à hauteur du mamelon. Le nez ne doit pas être collé sur le sein afin de lui permettre de respirer normalement. Sa langue est positionnée vers le bas. L'oreille, l'épaule, la hanche et la cheville du bébé doivent être positionnées dans le même axe. La maman doit approcher l'enfant de sa poitrine afin de permettre au bébé d'ouvrir facilement sa bouche pour téter. Le bébé doit prendre l'aréole dans sa bouche et pas seulement le mamelon. Une succion régulière du bébé augmente la production de lait de la maman.

    La nicotine, l'alcool, certains médicaments passent dans le lait de la maman et peuvent être absorbés par le bébé. L'infection par le virus HIV est une contre-indication à l'allaitement si un autre mode d'alimentation est possible. L'infection par le virus Hépatite B ou C nécessite l'avis du médecin.

    Problèmes au cours de l'allaitement

    Baisses de lait

    Une baisse de lait produit par la maman, situation assez fréquente et se prolongeant peu de temps inquiète beaucoup les mamans. Au bout de quelques jours, la production de lait redevient en générale tout à fait normale. Cette phase est souvent liée un épisode de fatigue. Un bébé qui pleure peut exprimer qu'il ne boit pas suffisamment de lait. Il faut se détendre et se reposer, boire suffisamment et donner le sein plus fréquemment. En effet, plus le sein est stimulé et plus il produit du lait.

    Engorgement des seins

    Les seins s'engorgent parfois car le lait ne réussit pas à s'écouler correctement vers le mamelon. Dans ce cas, les seins sont tendus, durs et douloureux. Un engorgement des seins ne doit pas entraîner l'arrêt de l'allaitement. Ne pas réduire la fréquence ou la durée des tétées, et l'allaiter à sa demande, ceci afin de permettre de stimuler la production de lait, porter un soutien gorge qui ne serre pas trop afin d'éviter la compression des canaux pouvant gêner l'évacuation du lait et faire téter en priorité le sein engorgé. Ne pas dormir sur le ventre. Ne pas laisser trop de temps entre chaque tétée. Ne pas trop boire. Prendre une douche chaude qui permettra de décongestionner les seins. Vider les seins en les massant, sous une douche chaude par exemple, de l'extérieur vers le mamelon, sans stimuler l'aréole. Se reposer au maximum et se détendre. Consulter le médecin si ces manifestations persistent.

    Un engorgement peut provoquer une lymphangite, qui se manifeste par des plaques rouges et chaudes sur les seins et de la fièvre nécessitant la consultation d'un médecin.<Ne pas utiliser de tire lait car un soulagement ponctuel peut s'observer, mais la stimulation des seins fournira toujours autant de lait.

    Crevasses

    Les crevasses sont souvent provoquées par une mauvaise position du bébé pour allaiter. Ne pas trop faire durer la tétée. Sécher les seins après chaque tétée : essuyer la salive du bébé en tamponnant avec une compresse stérile. Ne pas nettoyer les seins trop fréquemment. Ne pas utiliser de savon. Changer la position du bébé. Lorsque les crevasses apparaissent, il est conseillé d'utiliser des bouts de sein en silicone, disques protecteurs posés sur les seins à chaque fois qu'ils sont mouillés. Ne pas interrompre l'allaitement. Consulter le médecin si les crevasses saignent afin de prendre un traitement.

    Mastite

    La mastite correspond à une inflammation d'un ou des deux seins. Apparaissent une inflammation, des douleurs musculaires, une fièvre et une fatigue. Devant des signes évoquant une mastite, il est nécessaire de consulter rapidement un médecin afin de débuter un traitement antibiotique et antifungique.

    Causes d'échecs

    Donner le sein n'est pas facile : pleurs, fatigue, épuisement...poussent un pourcentage important de mamans à laisser tomber. Le personnel médical souvent insuffisamment formé ne peut pas toujours conseiller les mamans. Les complications de l'allaitement au sein (douleurs, abcès, crevasses... ) peuvent effrayer les mamans. Le manque d'informations des mamans est un frein à l'allaitement. Une maman qui n'est pas prête et qui se force risque d'abandonner. Stress, fatigue, angoisse de la maman influent sur la qualité de l'allaitement et diminuent la sécrétion d'ocytocine, hormone qui intervient dans la production de lait. Le métier de consultante en lactation a désormais fait son apparition aux Etats-unis. Les premiers résultats montrent que la présence de ces professionnels dans les maternités augmenterait le nombre de mamans qui décident d'allaiter.

    Allaitement et alimentation

    Conserver les bonnes habitudes alimentaires acquises pendant la grossesse. L'alimentation doit être équilibrée et variée. Tous les aliments sont autorisés. Eviter toutefois le soja et produits à base de soja ainsi que les compléments alimentaires: ils contiennent des phyto œstrogènes passant dans le lait maternel, qui pourraient provoquer des effets secondaires

    Eviter les produits contenants des phytostérols (margarines, boissons lactées, yaourts. ;) en raisons d'éventuels risques pour le bébé et pour la maman. Eviter la consommation de cacahuètes si vous présentez un terrain allergique ou s'il existe une ou plusieurs personnes présentant des allergies dans la famille. L'absence totale d'arachide ne pourra être envisagée qu'après l'avis du médecin et de l'allergologue. Augmenter la consommation de produits laitiers : consommer en moyenne 1 laitage à chaque repas. Boire beaucoup, 2 à 3 litres par jour car les besoins en eau augmentent pendant l'allaitement, le lait étant principalement constitué d'eau. Ne pas sauter de repas. Ne pas faire de régime sans avis médical, situation pouvant altérer la composition du lait. Diminuez le café et le thé, car la caféine et théine passent dans le lait et boire au maximum 3 tasses de café par jour. Ne pas boire d'alcool et ne pas fumer. Ne prendre aucun médicament sans l'avis de votre médecin. Une supplémentation en vitamine D, VIT K et fluor sont le plus souvent nécessaires pour le bébé allaité au seil.

    Sevrage

    Le sevrage est un changement important pour le bébé et sa maman. Il n'existe pas de règle quand à la date du sevrage. Le sevrage peut avoir lieu quand la maman est fatiguée, ne peut plus allaiter en raison d'un manque de temps, d'une activité professionnelle trop prenante, d'un manque de lait ou tout simplement quand elle n'en n'a plus envie. Le sevrage doit se faire progressivement afin de permettre aux seins de s'adapter et de ne pas s'engorger. Le premier biberon peut représenter une étape difficile pour le bébé et sa maman.. La maman se sent angoissée de donner ce premier biberon. Certains médecins recommandent au papa de donner le premier biberon. Prendre l'avis du médecin pour le choix du lait.

    Le sevrage peut se faire de différentes façons : Envisager le sevrage au début du dernier mois de congé. Ne pas le faire brutalement afin d'habituer le bébé progressivement au biberon. Tarir la source de lait progressivement afin d'éviter d'avoir les seins douloureux. Exemple d'un sevrage sur 13 jours si le bébé tête 5 fois par jour :Supprimer une tétée par une. Commencer par les moins abondantes, celles du milieu de journée, puis supprimer celle du soir puis celle du matin et laisser 7 jours entre chaque tétée supprimée afin d'effectuer le sevrage sur une période de 5 semaines. Demander conseil à votre médecin qui reste le seul à pouvoir conseiller le type de lait qui correspond aux besoins exacts du bébé et qui vous conseillera pour planifier le sevrage.

    Allaiter et travailler

    Une maman qui doit reprendre son travail doit prévoir de sevrer son bébé progressivement afin que cette étape ne soit pas trop brutale. Il est nécessaire de prévoir une période de 2 semaines environ afin de remplacer progressivement une tétée par un biberon un jour sur deux puis chaque jour. Il est possible de continuer à allaiter bébé le soir en rentrant du travail et de maintenir aussi longtemps que le souhaite la maman la tété du matin et/ou du soir. Il est possible d'utiliser un tire lait, de recueillir le lait afin que la nourrice puisse lui donner avec un biberon au cours de la journée. Une maman qui allaite peut prendre 1 heure par jour au cours de son activité professionnelle. Cette heure n'est pas rémunérée. Cette possibilité n'est pas permise aux fonctionnaires. Il est également possible d'allaiter sur son lieu de travail.

    Allaitement mixte

    L'allaitement mixte correspond à un mode d'allaitement qui associe allaitement maternel et biberons de lait en poudre. Cette pratique est généralement utilisée par les mères qui allaitent au sein mais qui doivent reprendre le travail au terme de leur congé maternité. Ainsi, elles peuvent poursuivre l'allaitement maternel le matin et le soir. Le maintien d'une lactation de qualité passe par un nombre de tétées quotidiennes suffisantes. Il est conseillé d'opter pour des biberons qui reproduisent à peu près le débit du sein maternel afin que le bébé s'adapte à ce mode d'allaitement mixte.

    En savoir plus

    Si vous n’avez pas reçu ce courriel directement,
    inscrivez-vous pour recevoir
    les prochains courriels :
    http://www.jean-jacques-crevecoeur.com

    Chers amis,

    Vous êtes extrêmement nombreux à m’avoir écrit depuis un mois. 5.500 courriels, parfois très longs, pour me remercier et m’encourager dans ma démarche.
    J’ai de bonnes nouvelles pour vous ! Les grands de ce monde sont de plus en plus inquiets de l’ampleur que prend le mouvement de protestation contre les campagnes de vaccination obligatoire. Tous les sondages indiquent que ceux qui refuseront cette vaccination contre la grippe A (H1N1) dépassent maintenant les 50 % ! Qu’il s’agisse des médecins, des pharmaciens, des infirmiers, mais aussi de ces innombrables citoyens silencieux qui ont, d’ores et déjà pris leur décision, en conscience. Et cela, en soi, c’est déjà une victoire de l’intelligence des individus, face à une élite qui se croit supérieure et qui se perd dans sa suffisance, ses mensonges et ses contradictions.

    Comme le disait Hegel : « dans la relation maître – esclave, lorsque l’esclave meurt, le maître disparaît ». N’oublions jamais que si, aujourd’hui, certains individus se croient déjà les maîtres du monde, c’est parce qu’ils ont trouvé suffisamment de gens dociles qui leur ont donné leur pouvoir, dans un mouvement de servitude volontaire (pour reprendre les termes du philosophe Étienne de la Boétie). N’oublions pas que nous pouvons, du jour au lendemain, mettre cette élite à nu, en reprenant simplement notre propre puissance individuelle et en leur tournant le dos.

    Comme je vous le disais dans mon précédent courriel, nous sommes en train de gagner la bataille de l’information.
    J’en veux pour preuves quelques éléments, anecdotiques sans doute, mais très révélateurs :

    en dix jours, j’ai été l’invité de plus de dix émissions de radio et de cinq émissions de télévision. Les journalistes commencent à se rendre compte que quelque chose cloche dans cette mise en scène d’une pandémie qui n’existe même pas !
    quelques journalistes commencent à s’acharner sur moi, en tentant de me faire passer pour un promoteur de la théorie du complot. Par contre, ces mêmes journalistes évitent soigneusement de discuter ou de relayer les questions légitimes que je pose et qui ne trouvent, malheureusement, aucune réponse satisfaisante dans les propos des autorités sanitaires, politiques ou médicales. Quand on n’a pas d’arguments à opposer à un adversaire, on tente de s’en prendre à lui, en le discréditant, en l’isolant et en le ridiculisant. C’est ce qui est en train de se passer ici au Québec, et c’est très bon signe.
    les représentants officiels se plaignent que leurs efforts pour convaincre le public de l’utilité de se faire vacciner sont mis à mal par notre travail d’information. Voici ce que disait un journal de Montréal, hier : « Depuis plusieurs semaines, des pétitions contre une vaccination de masse, des doutes sur les effets secondaires du vaccin ainsi que des allégations de complot au profit des sociétés pharmaceutiques se sont multipliés et ont malmené les efforts du gouvernement à convaincre la population de l'importance de se faire vacciner contre le virus de la grippe A (H1N1). » On aurait presque envie de les plaindre. Quand on pense qu’ils investissent des millions de dollars pour convaincre une population et que nous, qui n’avons pas de moyens, nous sommes en mesure de les inquiéter ! C’est quand même très encourageant, à propos de l’intelligence des humains !

    Mais trop de personnes sont encore déstabilisées par le matraquage médiatique autour de cette pandémie, matraquage pourtant en total décalage avec la réalité vécue au quotidien. Personne ne meurt, presque personne n’est malade. Pourtant, on nous montre à la télévision des dizaines de milliers de sacs mortuaires, des hôtels réquisitionnés pour accueillir les malades en surnombre, les creusements de fosses communes, etc.

    C’est la raison pour laquelle je vous propose de diffuser autour de vous cette réflexion qui me semble accessible à tout le monde. C’est de la pure logique, et elle s’adresse tant aux partisans qu’aux opposants des vaccins. Pour une fois, il n’est même pas nécessaire d’avoir des connaissances scientifiques ou médicales pour comprendre qu’on nous prend pour des cons et qu’on nous ment de manière volontaire et consciente.

    Bien à vous

    Jean-Jacques Crèvecoeur

    CAMPAGNE DE VACCINATION MASSIVE : UN PEU DE LOGIQUE, JE VOUS PRIE, MESSIEURS LES EXPERTS !

    Pour répondre à cette question cruciale, je vous propose un simple exercice de logique. Exercice qui ne nécessite même pas de connaissances médicales !

    PRÉMISSES :

    Imaginons que l’Organisation Mondiale de la Santé, que les compagnies pharmaceutiques et que les instances politiques de santé publique nous disent la vérité (on peut rêver).
    Imaginons donc qu’il n’y a pas de complot et que toutes ces institutions oeuvrent pour le plus grand bien de la Santé des individus.
    Admettons que nous sommes vraiment en situation de pandémie.
    Admettons que ce soit vrai que le virus H1N1 – version 2009 ait un potentiel pandémique important.
    Admettons que nous pouvons nous attendre à une pandémie aussi grave que celle de 1918 (c’est ce que l’OMS prétend).

    RAISONNEMENT :

    Alors, asseyons-nous et réfléchissons un instant (car il semble que la réflexion soit une denrée devenue extrêmement rare dans le monde scientifique, politique et médiatique, à l’heure actuelle).

    Si nous sommes réellement en situation de pandémie (de niveau 6), pourquoi le nombre de morts provoqués officiellement par le virus A (H1N1) - 2009 (en six mois) atteint à peine 3.917 personnes, dont la plupart souffrait déjà de pathologies graves avant de contracter la grippe ( http://www.who.int/csr/don/2009_09_25/en/index.html ) alors qu’une grippe ordinaire tue chaque année entre 250.000 et 500.000 personnes ( http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs211/fr/ (allez voir sous le titre épidémie saisonnière)) ?

    À cela, on me répond que c’est vrai que ce virus est très peu virulent, dans sa forme actuelle (même s’il est très contagieux). D’ailleurs, dans l’immense majorité des cas recensés dans le monde (entre 300.000 et 600.000 selon les sources), les personnes atteintes souffrent de fièvre, de toux, de maux de tête, de douleurs musculaires et articulaires, de maux de gorge et d’écoulements nasaux ( http://www.who.int/csr/disease/swineflu/frequently_asked_questions/about_disease/fr/index.html ). C’est-à-dire les mêmes symptômes que ceux de la grippe ordinaire. Et ils se guérissent en restant chez eux, en quatre à dix jours, sans l’aide d’aucune médication et d’aucun médecin.

    Mais si le virus A (H1N1) - 2009 est si peu virulent, pourquoi alors les pays ont-ils commandé à l’avance 4,9 milliards de doses de vaccins dans le monde, pour immuniser la majorité de la population du globe (6,8 milliards d’individus) ?

    À cela, on me répond que « les vaccins constituent l'un des moyens les plus utiles pour protéger les individus pendant les épidémies et les pandémies de grippe. Parmi les autres mesures applicables, figurent l'utilisation de médicaments antiviraux, le maintien d'une distance sociale et l'hygiène personnelle » ( http://www.who.int/csr/disease/swineflu/frequently_asked_questions/vaccine_preparedness/fr/index.html – 3e paragraphe). Remarquez que pas un mot n’est prononcé sur les moyens naturels de renforcer notre immunité naturelle qui nous maintient en vie depuis des millions d’années !!!

    Si les vaccins constituent une des meilleures protections, sur quelles études se base l’Organisation Mondiale de la Santé pour affirmer cela ? Les experts de l’OMS auraient-ils oublié de lire l’étude internationale la plus complète et la plus exhaustive en la matière, qui concluait récemment « qu’il n’existe pas de preuves de l’efficacité des vaccins anti-grippaux dans aucune des populations étudiées (plus de 65 ans, adultes jeunes, enfants et professionnels de santé) depuis 40 années d’observation en matière de vaccination contre la grippe » ? ( http://www.cochrane.org/ - la Collaboration Cochrane est un groupe complètement indépendant et à but non lucratif qui a rassemblé (entre autres) TOUTES les études existant sur l’efficacité des campagnes de vaccination dans le monde entier, entre 1966 et 2006)

    À cela, les plus honnêtes ne me répondent rien. Les autres me répondent qu’il existe d’autres études qui prouvent l’efficacité des vaccins contre la grippe (le problème, c’est qu’aucune source n’est citée par ces experts ou par les instances officielles. Le problème, c’est qu’il n’existe aucune étude qui n’ait été prise en compte par la collaboration Cochrane ! Et le groupe Cochrane fait autorité et référence internationalement, par son exhaustivité (elle reprend TOUTES les études) et par son indépendance (elle n’est financée par aucune compagnie pharmaceutique).

    Malgré tout, on m’annonce que la vaccination sera quand même utile pour immuniser tout le monde, car les experts prévoient que le virus A (H1N1) - 2009 risque de muter cet automne dans une forme beaucoup plus virulente et potentiellement mortelle. C’est la fameuse deuxième vague qu’on attend tous !

    Ici, pour être capable de suivre le raisonnement des experts, il me faut admettre d’autres prémisses (soyons de bonne composition !).
    Admettons que les vaccins soient efficaces (ce qui n’est pas démontré) et que la collaboration Cochrane s’est trompée en interprétant des centaines d’études menées dans le monde entier et pendant quarante ans. Et admettons que le virus pourrait muter cet automne.

    Comment les experts peuvent-ils affirmer que le virus mutera dans une forme plus grave ? Car cette mutation pourrait aller vers une mutation encore moins dangereuse qu’elle ne l’est !

    À cela, on me répond qu’il faut envisager le pire scénario pour protéger la population. Admettons !

    Dans ce cas, si le virus mutait dans une forme plus grave, comment les autorités de santé publique et les experts justifieront l’efficacité du vaccin actuellement développé ? Car ce vaccin a été conçu à partir de la souche du virus apparu au printemps (le virus non muté et pas dangereux), et non à partir de la mutation potentielle du virus ?

    À cela, on me répond que c’est vrai que le vaccin ne serait plus aussi efficace, mais qu’il le serait quand même un peu, car la structure génétique et protéique du virus muté ne serait pas très éloignée de celle de la souche originale.

    Si cet argument est vrai, pourquoi nous raconte-t-on alors depuis des années que nous devons nous vacciner chaque année parce que le virus de la grippe mute légèrement chaque année et que le vaccin d’une année n’est pas efficace pour l’année suivante ???

    De nouveau, à cela, on ne me répond plus rien. Par contre, on m’assure « qu’une surveillance attentive des évolutions du virus A(H1N1) est en cours. Cette surveillance étroite et constante aidera à apporter une riposte rapide si l'on détecte des modifications importantes du virus » ( http://www.who.int/csr/disease/swineflu/frequently_asked_questions/vaccine_preparedness/fr/index.html – 19e paragraphe).

    Nous voilà rassurés ! L’OMS veille et surveille pour nous ! Mais combien de temps faut-il pour apporter une riposte rapide, si le virus devait muter de manière importante ?


    À cela, on me répond qu’il faut compter entre quatre et six mois, pour produire en grande quantité des vaccins à partir du moment où l’on aurait isolé la nouvelle souche virale contre laquelle on cherche à immuniser les individus… Autant dire que nous serons tous atteints par le virus muté avant qu’un nouveau vaccin soit mis au point.

    Mais même dans ce cas-là, n’oublions pas que seuls mourront ceux dont le système immunitaire est déjà gravement affaibli ! Comme disait Pasteur sur son lit de mort : « je reconnais que je me suis trompé. C’est Béchamp qui avait raison. Le virus n’est rien. Le terrain est tout ! » Mais ça, c’est un autre débat.

    Ah oui, j’allais oublier une dernière question : si les vaccins sont efficaces, pourquoi les promoteurs de la campagne de vaccination reprochent-ils à ceux qui la refusent de mettre en danger les personnes vaccinées ??? Ne devrait-ce pas être l’inverse ? Ne serait-ce pas les non-vaccinés qui devraient craindre d’être malades, et non les vaccinés ?

    CONCLUSIONS :

    aucun vaccin contre la grippe n’a jamais démontré son efficacité pour diminuer le nombre de personnes atteintes ou pour diminuer la virulence de la maladie ;
    le virus A (H1N1), dans sa forme actuelle, ne justifie nullement la mise en place d’une campagne massive de vaccination (et je n’ai pas parlé ici des effets secondaires graves qui risquent de toucher des millions de personnes) ;
    si le virus mute dans une forme plus grave et plus mortelle, les vaccins préparés actuellement ne seront d’aucune utilité, puisqu’ils ont été préparés sur la base de la souche existant en mai et en juin 2009 !

    DONC, DANS TOUS LES CAS, QUE VOUS SOYEZ POUR OU CONTRE LES VACCINS, AUCUN ARGUMENT LOGIQUE NE PARVIENT À JUSTIFIER CETTE CAMPAGNE DE VACCINATION MASSIVE.

    PAR CONTRE, CETTE CAMPAGNE SE PRÉPARE AU MÉPRIS DU RESPECT DE NOTRE INTELLIGENCE ET DE NOS LIBERTÉS.
    AVEC LA COMPLICITÉ DES DIRIGEANTS POLITIQUES, DES HAUTS FONCTIONNAIRES ET DES MÉDIAS.

    Rien que cela devrait suffire à stopper définitivement cette campagne où les experts se prennent les pieds dans leurs propres mensonges et dans leurs propres incohérences.

    Texte rédigé par Jean-Jacques Crèvecoeur, épistémologue des pratiques médicales, avec la collaboration de Cyrinne Ben Mamou, PhD, biologiste et docteur en neuro-sciences.
    Reproduction et diffusion intégrales ou partielles autorisées et vivement encouragées.

    --------------------------------------------------------------------------------
    Pour la route. Quelques-unes de mes interventions qui résument bien la situation :

    ma conférence lors du congrès pour la liberté de choix en santé, le 12/09/09 :

    http://www.dailymotion.com/relevance/search/jean-jacques+crèvecoeur/video/xakeut_choix-en-sante06jeanjacquescrevecoe_news
    http://www.dailymotion.com/relevance/search/jean-jacques+crèvecoeur/video/xakeyu_choix-en-sante06jeanjacquescrevecoe_news
    http://www.dailymotion.com/relevance/search/jean-jacques+crèvecoeur/video/xakf5r_choix-en-sante06jeanjacquescrevecoe_news
    http://www.dailymotion.com/relevance/search/jean-jacques+crèvecoeur/video/xakfd5_choix-en-sante06jeanjacquescrevecoe_news
    http://www.dailymotion.com/relevance/search/jean-jacques+crèvecoeur/video/xakffx_choix-en-sante06jeanjacquescrevecoe_webcam

    ma participation à l’émission de radio « zone de résistance », le 22/09/09 : http://www.cism.umontreal.ca/show_details.php?sID=230 .
    ma participation à l’émission de Web-TV, le Guy Propos, le 24/09/09 : http://www.cablevision.qc.ca/fr/index.php?option=com_content&view=article&id=131&Itemid=160 (cliquez sur l’émission le Guy Propos – H1N1 – Première partie)
    l’article réalisé par une journaliste le 30/09/09 qui veut démontrer que je suis un théoricien du grand complot : http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/sante/200909/29/01-906812-pandemie-de-la-grippe-a-h1n1-complot-ou-menace-reelle-.php
    ma participation à l’émission de Jean-Luc Mongrain, le 30/09/09 : http://videos.lcn.canoe.ca/video/42812260001/mongrain-partie-iii/

    _________________

    La mort d'Andrew Moulden est enveloppée de mystère. iils disent qu'il a eu une crise cardiaque et d'autres disent qu'il se suicide. Un collègue du Dr Moulden qui souhaite garder l'anonymat signalé à Santé impact Nouvelles qu'il / elle avait été en contact avec lui deux semaines avant sa mort en 2013. Dr. Moulden dit notre source et un petit nombre de collègues de confiance en Octobre 2013 que il était sur le point de rompre son silence et serait publie une nouvelle information qui serait un défi majeur pour l'industrie du vaccin de big pharma. Il était prêt à revenir. Même si il avait été silencieux, il n'a jamais cessé ses recherches. Puis, deux semaines plus tard, le Dr Moulden est mort subitement. Dr. Moulden était sur le point de libérer un corps de recherche et les traitements, ce qui aurait pu détruire le modèle de vaccin de la gestion des maladies, détruit une source majeure de financement pour l'industrie pharmaceutique, et en même temps sérieusement endommagé le fondement de la théorie des germes de maladie.

    « Chaque vaccin provoque des dommages ! » 

    « Ce que nous nous sommes fait l’un à l’autre avec les vaccins a produit les dommages les plus graves que l’humanité se soit jamais infligés à elle-même au cours de toute son histoire »

    Dr Andrew Moulden, M.D, PhD 

    Dr-Andrew-Moulden-Premiere-photo.jpg

          

    Par John P. Thomas, Health Impact News, 5 janvier 2015

    Le médecin canadien, le Dr Andrew Moulden, a fourni des preuves scientifiques évidentes que chaque dose de vaccin administrée à un enfant ou à un adulte provoque des dommages. La vérité qu’il a découverte a été rejetée par le système médical conventionnel et par l’industrie pharmaceutique. Néanmoins, ses avertissements et son message adressés à l’Amérique représentent l’héritage solide d’un homme qui s’est dressé contre Big pharma et son programme qui vise à vacciner tous les êtres humains de la terre.

    Le Dr Moulden est décédé de façon inattendue en novembre 2013 à l’âge de 49 ans, certains y voient un assassinat politique.

    C’est à la suite de la forte opposition de Big pharma à l’égard de sa recherche que je me suis inquiété de constater que le nom de ce brillant chercheur, ainsi que son œuvre avaient pratiquement disparu d’internet. Sa réputation avait été salie et son message d’espoir et d’éveil avait été déformé pour être enterré sans la moindre trace.

    J’ai préparé une série d’articles en hommage à ce grand médecin et une célébration commémorative à cet homme courageux qui n’a pas eu peur de la vérité par rapport à un système médical corrompu, un système de santé sérieusement déficient qui fait plus de mal que de bien.

    Cet article est le premier d’une série de quatre qui seront dédiés au Dr Moulden –  à cet homme et à ce médecin qui veut clairement mettre fin à tous les vaccins. Dans les prochains articles, j’essayerai de résumer les mécanismes habituels qui provoquent les dommages et comment les vaccins dégradent la santé de tous ceux qui les reçoivent, que ceux-ci aient ou non  remarqué des effets secondaires au moment où ils ont été vaccinés.

    Le Dr Moulden a déclaré :

    « Ce que nous nous sommes fait l’un à l’autre avec les vaccins a produit les dommages les plus graves que l’humanité s’est jamais infligés à elle-même au cours de toute son histoire. Tout ceci s’explique en partie à cause de :

    - Notre arrogance qui nous fait croire que nous connaissons tout, et qu’en physiologie et en médecine nous avons aussi toute la connaissance !

    - Notre cupidité  qui fait passer avant tout notre envie de faire de l’argent, de vendre nos produits, comme de faire prospérer les alliances corporatistes. Le commerce a supplanté le principe humain fondamental qui commande de ne pas faire à autrui ce que l’on ne voudrait pas que l’on nous fasse.

    Si la société pouvait revenir à cette valeur fondamentale, nous travaillerions ensemble pour le plus grand bien de tout un chacun. Malheureusement d’autres valeurs ont pris le pas. Je me fous pas mal de qui j’écrase le pied aussi longtemps que je puis me permettre de réaliser mon rêve américain ! Qui aura à en payer les frais m’est égal pourvu que j’y arrive ». [1]

    […] Le Dr Moulden avait un PhD en Psychologie Clinique et Neurophysiologie. Il possédait un master dans le développement de l’enfant. Il était aussi docteur en médecine [2]. Son travail était respecté par d’autres chercheurs qui ne marchent pas au roulement du tambour des compagnies pharmaceutiques. Le Dr Moulden représentait une menace pour l’industrie pharmaceutique et ses 21 sites pourfendeurs d’hérétiques qui le traitaient en ennemi. [3, 4]

    Le Dr Moulden a interrompu sa pratique pour témoigner au sujet de la « sécurité » des vaccins

    Le Dr Moulden a interrompu sa pratique médicale en 2007 pour parcourir l’Amérique et délivrer son message que chaque dose  et chaque type de vaccin provoque des dommages chez ceux qui les reçoivent. Il écrit :

    « Comme beaucoup le savent, j’ai arrêté ma pratique. J’ai choisi cette option pour parcourir l’Amérique du Nord, poursuivre ma recherche sur la sécurité des vaccins et présenter les résultats de ma recherche partout au Canada et aux Etats-Unis. » [5]

    Au cours de ces années, le Dr Moulden a montré que de nombreux cas du Syndrome du Bébé Secoué étaient à mettre en relation avec les vaccins et les dommages qu’ils provoquent. Son témoignage a permis de libérer de nombreux parents des fausses accusations qui étaient portées contre eux d’avoir maltraité leur enfant.

    En 2010, le Dr Moulden se retire du domaine public : attaques et menaces de mort

    Il déclare :

    « En 2010-2011, j’ai poursuivi ma formation PhD et terminé une année d’interne en Neuropsychologie Clinique au « Baycrest Center for Geriatric Care » à Toronto. Pendant cette période, j’ai donné un cours universitaire sur la Médecine de Santé à l’Université New-York à Toronto. Au cours de cette période, je n’ai plus fait allusion à ma recherche ni aux vaccins. Le Département de la Santé Publique a préconisé  qu’on ne me permette plus de m’occuper de patients en médecine clinique que si j’acceptais de signer un contrat proposé par le département de la Santé Publique, et  qui précisait que :

    a) Je suis malade mental et dès lors ma recherche et mes enseignements sur la sécurité vaccinale étaient délirants.

    b) Je ne suis pas autorisé de quelque manière que ce soit, de m’exprimer ou de présenter en public ma recherche et mes opinions sur la sécurité des vaccins. Ceci constitue la condition sine qua non pour être autorisé à pratiquer la médecine clinique, recevoir ma licence médicale et garder cette licence ». [6]

    Même avant que le Dr Moulden disparaisse de la scène publique, un groupe de professionnels se sont acharnés à détruire sa réputation de toutes les manières possibles. Ils ont publié des mensonges, des tromperies sur internet et ont fait tout ce qu’ils pouvaient pour l’abattre. Après qu’il ait pris du recul, ses sites ont été attaqués et l’accès à ses enseignements largement détruit. Oui, il y a même eu des menaces de mort.

     

    Le mystérieux décès du Dr Andrew Moulden

    Dr-Moulden-eglise-livre-ouvert.jpg

    Le décès du Dr Moulden est entouré de mystère. Certains disent qu’il a eu une attaque cardiaque et d’autres déclarent  qu’il s’est suicidé.

    Un collègue du Dr Moulden qui souhaite rester anonyme a expliqué à « Health Impact News » qu’il/elle avait eu un contact avec le Dr Moulden deux semaines avant sa mort en 2013. Le Dr Moulden a, en octobre 2013, déclaré à cette personne et à un petit nombre de collègues en lesquels il avait confiance qu’il était sur le point de briser le silence et allait diffuser une nouvelle information qui représenterait un défi majeur pour l’industrie du vaccin de Big pharma. Il se disait prêt à revenir sur la scène. Bien qu’il soit resté longtemps silencieux, il n’avait jamais arrêté sa recherche.

    Deux semaines plus tard, le Dr Moulden est mort subitement.

    Le Dr Moulden était sur le point de diffuser une importante information sur sa recherche et sur les traitements qui auraient pu porter un grave préjudice au modèle vaccinal comme au traitement de la maladie, et qui aurait pu détruire une source majeure de revenus pour l’industrie pharmaceutique. Ce qui aurait du même coup pu gravement mettre en danger les bases mêmes de la théorie du germe en ce qui concerne les maladies.

    Les menaces de mort à l’encontre des critiques sur les vaccins ne sont pas inhabituelles

    C’est au cours d’un nouveau cas de camouflage en matière de dommages vaccinaux que le Dr Garth Nicolson a reçu des menaces de mort. Il faisait partie d’une équipe qui avait été mise au courant que des tests biologiques (agents de guerre chimique) avaient été effectués sur des prisonniers au Texas. Ces agents biologiques pour guerre chimique ont plus tard été découverts dans des vaccins qui avaient été administrés à du personnel américain pendant les guerres du Golfe Persique. Des milliers de cas du Syndrome de la Guerre du Golfe et des décès liés aux vaccins s’en sont suivis.

    Le professeur Emérite Garth L. Nicolson, est le Président, officier scientifique en chef, chercheur et professeur de pathologie moléculaire à l’Institut de Médecine à Huntington, Californie. Il a été professeur dans des facultés de médecine aux Etats-Unis et en Australie. Il est l’un des scientifiques les plus souvent cités en Amérique aujourd’hui.

    Le Dr Nicolson a expliqué ce qui lui est arrivé quand lui et d’autres personnes ont été informées des expériences qui avaient été réalisées dans une prison du Texas, ainsi que des dommages vaccinaux qui en résultèrent parmi les troupes pendant la guerre du Golfe. Il explique :

    « Nous avons effectivement été obligés de quitter le Texas. J’étais cependant professeur full time à l’Université du Texas et j’ai dû littéralement quitter le Texas parce que la situation devenait trop dangereuse. Plusieurs de mes collègues sont morts. Mon directeur a reçu une balle dans la tête alors qu’il était à son bureau parce qu’il s’apprêtait à dévoiler les expérimentations et tests qui s’étaient déroulés dans la prison. Cela devenait donc très dangereux ». [7]

    Préserver l’héritage du Dr Moulden

    Ceux qui sont au pouvoir et qui voulaient détruire l’œuvre du Dr Moulden ont fait un excellent travail en supprimant l’essentiel de l’information qui avait auparavant été disponible sur internet. Avant que tout ne disparaisse, j’aimerais prendre le temps de résumer quelques uns de ses enseignements.

    Dans cet article et dans ceux qui suivront, je m’efforcerai de condenser les points clé d’une vidéo de 6 heures intitulée « Tolerance Lost ». Pour le moment, cette vidéo est toujours accessible sur YouTube.com – L’information a été donnée en 3 vidéos qui sont présentées sur YouTube en 51 segments.

    Si vous souhaitez entendre le Dr Moulden expliquer ses découvertes, je vous recommande vivement ces vidéos. Les images de la physiologie vasculaire du cerveau sont très instructives, de même que les nombreuses photos d’enfants. Les vétérans de la Guerre du Golfe et autres adultes montrent bien les signes de dommages vaccinaux.

    Dans «  Tolerance Lost », Il faut écouter le Dr Moulden expliquer avec ses propres mots les mécanismes qui provoquent les dommages vaccinaux. Il est facile de voir les dommages produits par les vaccins sur la figure des enfants. […]

    Comment la théorie des germes a introduit l’ère vaccinale

    La plupart des gens, y compris moi-même avons appris que chaque maladie avait une seule cause. Donc, si nous voulons prévenir la maladie, tout ce que nous avons à faire est d’éradiquer la cause de cette maladie. Une fois la chose réalisée, la maladie disparaitra de la surface de la terre.

    Selon cette théorie, si on a affaire à une maladie, il doit alors y avoir une seule cause. Il pourrait s’agir de bactéries, de virus, de parasites ou de toute exposition à un facteur environnemental toxique. Nous pourrions ne pas comprendre le mécanisme par lequel un microbe, par exemple, pourrait provoquer la maladie ou la mort. Non, nous devons seulement faire raisonnablement confiance que le microbe en question  est associé à la maladie. En d’autres mots, ce sont les germes qui provoquent les maladies, et il nous est possible d’arrêter la propagation des maladies infectieuses grâce aux vaccins qui sont supposés conférer l’immunité au corps par rapport à ces maladies. En théorie, les vaccins créent dans le corps une situation qui ne permet pas à la maladie de se déclencher quand il y a exposition au pathogène. L’ère vaccinale a vraiment débuté au milieu des années 1800 ; elle a été  pour les maladies, la conséquence de la croyance en la théorie du germe. Et c’est à la fin des années 1950 après que la soi-disant épidémie de polio ait menacé la vie de milliers de personnes que cette grande visibilité a été rendue possible grâce au rôle des médias. Ces informations ont provoqué une énorme peur qui a poussé les américains à se faire injecter le vaccin contre la polio ou à avaler le morceau de sucre vaccinal dès que ceux-ci ont été disponibles.

    On nous a dit que nous devions être fiers des chercheurs et de leur génie qui a permis la création du premier vaccin contre la polio en 1950. Que le vaccin polio ait été ou non efficace, qu’il ait causé plus de décès que n’aurait provoqué le virus sauvage fait toujours l’objet d’un débat acharné. Mais une chose est claire, le marketing vaccinal a permis aux Américains de devenir des croyants. Les Américains croient aujourd’hui que les vaccins peuvent protéger leur santé.

    Le Dr Moulden a rejeté la théorie qui veut que les maladies modernes soient causées par un simple agent

    Dr-Moulden-dans-son-bureau.jpg

    Le Dr Moulden n’est pas d’accord avec la théorie du germe qui veut qu’une seule cause provoque la maladie. Un groupe de médecins et de scientifiques pensent avec lui que l’on ne peut plus croire qu’un seul germe suffit à causer une maladie. L’épidémie moderne de syndromes et de maladies qui ont commencé à nous toucher au cours de la dernière partie du XXème siècle, et continue de nous affecter aujourd’hui, est le produit de multiples causes qui s’additionnent pour produire des handicaps, des maladies et la mort. Ces causes multiples produisent de multiples maladies et syndromes.

    La plupart des médecins et des scientifiques sont toujours accrochés à la théorie qui veut qu’il n’y ait qu’une seule cause pour chaque maladie. C’est dans le même esprit que l’industrie pharmaceutique met au point ses médicaments. Chaque maladie, chaque problème peut être traité par une substance spécifique de leur création. Evidemment leurs traitements guérissent rarement la maladie. Ils ne font que traiter les symptômes. Quand les symptômes disparaissent, alors, selon eux, le problème est résolu.

    Le Dr Moulden a rejeté cette manière de voir les choses, parce qu’il constatait qu’il échouait à guérir ses patients de leurs problèmes. Ce qu’il avait appris était basé sur  une science médicale erronée et inefficace. Il a choisi  de ne pas rester dans les limites de la science médicale officielle, et a tout fait pour sortir de la boîte afin de pouvoir approfondir davantage les choses. Les gens qui sortent des clous sont toujours critiqués, attaqués, menacés par l’ordre établi. […]

    Le Dr Moulden ne pouvait pas ignorer le fait que les vaccins représentaient la plus grande menace qui pesait sur la santé humaine des XXème et XXIème siècles

    En fonction de ses diverses formations et de son expérience clinique, le Dr Moulden ne pouvait pas ignorer le fait que les vaccins représentaient la plus grande menace pour la santé des humains des vingtième et vingt-et-unième siècles. Il ne pouvait l’ignorer parce qu’il le voyait dans les yeux et sur la figure de ses patients. Il pouvait voir les preuves des dommages causés par les vaccins aux nerfs crâniens quand il examinait les expressions et les mouvements anormaux du visage et des yeux de ceux qui avaient reçu des vaccins.

    Dr-Moulden-photos-d-enfants.JPG

    Le Dr Moulden était convaincu que l’utilisation largement répandue d’un grand nombre de vaccins ne marquait nullement le commencement d’un nouvel âge qui ne connaîtrait plus la maladie, mais plutôt une nouvelle ère universelle de mauvaise santé.

    Le dommage vaccinal ne consiste pas qu’en un seul et unique symptôme

    Le dommage vaccinal ne consiste pas qu’en un seul et unique symptôme, les réactions sont nombreuses et variées. En outre, les réactions aux vaccins peuvent se produire rapidement après avoir reçu l’injection ou ils peuvent apparaître des années plus tard. On ne remarque souvent les réactions qu’après plusieurs doses de différents vaccins. La variété des réactions et le temps imprévisible qui s’écoule avant que la réaction n’apparaisse donnent à l’industrie pharmaceutique et à l’establishment médical qu’elle contrôle une confiance statistique qui les assure que les vaccins ne produisent pas de dommages. S’ils ne voient pas un grand nombre d’effets secondaires d’un type bien défini au cours d’un temps assez court, ils en concluent alors qu’aucun dommage ne s’est produit.

    USA champion des vaccins

    Les Etats-Unis arrivent en tête de liste pour le nombre de vaccins injectés aux bébés avant l’âge d’un an.

    On nous dit que les vaccins sont tellement sûrs qu’un enfant pourrait recevoir 10.000 vaccins et n’avoir aucun effet secondaire, et cependant l’industrie pharmaceutique n’a jamais fait d’étude longitudinale de vingt ans pour évaluer ce qui arrive aux enfants qui reçoivent 69 doses de vaccin ou davantage au cours de leurs premières 18 années de vie. Ils n’ont pas fait cette étude et ne la feront pas parce qu’ils savent que les dommages vaccinaux seraient visibles aux yeux de tous. Ils ne compareront jamais non plus la santé des enfants vaccinés avec celle des enfants non vaccinés.

    On estime qu’un million d’enfants américains ne reçoivent aucun vaccin. Il serait donc facile de comparer des enfants vaccinés avec des enfants non vaccinés. Mais si la comparaison était faite, les résultats démontreraient que les vaccins provoquent en fait des maladies, des handicaps et des décès.

    Le Dr Moulden était convaincu, sans l’ombre d’un doute, que les vaccins provoquent des dommages. Il a, lui-même, pu observer les preuves d’invalidité, de souffrances interminables et de mort prématurée. Ceux d’entre nous qui acceptent de réfléchir en dehors des sentiers battus qui ont été décidés par l’industrie pharmaceutique peuvent accepter le fait que les dommages vaccinaux représentent un large éventail de conditions et de syndromes, que l’on peut faire remonter à l’utilisation de vaccins et à l’exposition à différentes toxines environnementales.

    Dommages dus aux vaccins et aux toxines environnementales

    Le Dr Moulden a compris que les vaccins représentaient un grave problème. Il a cependant aussi reconnu que de nombreux facteurs environnementaux pouvaient provoquer les maladies modernes.

    La combinaison des vaccins, l’exposition aux pesticides, aux produits chimiques dans la nourriture, aux métaux toxiques dans l’eau et dans l’air pour n’en citer que quelques-uns. Tous ces éléments se combinent entre eux pour détruire la santé, endommager la fertilité et réduire la population mondiale. Il a également compris qu’une mauvaise alimentation aggravait encore les effets secondaires vaccinaux.

    Les mécanismes des vaccins qui provoquent des dommages

    Le Dr Moulden a identifié deux mécanismes primaires qui expliquent comment les vaccins et les toxines environnementales provoquent de nombreuses maladies qui se sont répandues aux Etats-Unis, au Canada et dans d’autres pays développés. Ces deux mécanismes sont le M.A.S.S. et le potentiel Zêta. Il en sera question en détail dans les prochains articles. Je voudrais maintenant introduire la notion de M.A.S.S. (Moulden Anoxia Spectrum Syndrome)

    Les dommages pour la santé provoqués par les vaccins et les toxines environnementales peuvent perturber le flux sanguin normal et provoquer des réactions extrêmes du système immunitaire. Il en résulte une privation d’oxygène au niveau microvasculaire (les capillaires). Les capillaires sont les plus petits vaisseaux sanguins du corps. On estime à 965 Km l’étendue des capillaires. Quand le flux sanguin s’arrête et que l’oxygène n’est plus disponible pour les cellules dans certaines régions sensibles, des dommages cellulaires s’ensuivent et le fonctionnement normal du corps est endommagé. Quand ceci se produit dans le cerveau et dans le système digestif, l’autisme et autres problèmes neurodéveloppementaux peuvent se produire. Ce sont essentiellement les vaccins, certaines toxines environnementales, ainsi qu’une mauvaise alimentation qui peuvent créer les conditions qui permettront à de mini accidents vasculaires de se produire dans les régions davantage irriguées par des capillaires.

    Commençons par définir le M.A.S.S.

     Dr-Moulden-MASS-Jpeg.JPG

    Moulden

    La lettre M indique que c’est le Dr Moulden qui a développé les principes qui peuvent expliquer le syndrome du spectre anoxique.

    Anoxie

    L’anoxie correspond à l’état d’un groupe de cellules ou un organe qui ne peuvent plus être approvisionnés en oxygène. L’anoxie est le résultat d’un flux sanguin limité.

    Des caillots, des vaisseaux enflammés, du sang coagulé peuvent ralentir ou bloquer le flux sanguin dans certaines régions du corps. Quand le flux sanguin est très ralenti, il peut brusquement s’arrêter ou même momentanément changer de direction. Dans pareille situation, l’oxygène ne peut plus être fourni aux cellules, et ces dernières commencent à mourir. Sans oxygène, les cellules peuvent étouffer et mourir. Il s’agit ici du processus–clé pour comprendre comment les dommages vaccinaux se produisent.

    Syndrome

    Un syndrome n’est pas la même chose qu’une maladie parce qu’il implique de nombreuses causes et de multiples symptômes. Nous avons tendance à penser que les difficultés d’apprentissage, l’autisme, l’Alzheimer, la maladie de l’intestin irritable, la maladie de Crohn, la colite, les allergies alimentaires, le syndrome du bébé secoué, la mort subite du nourrisson, les convulsions idiopathiques, le syndrome de la Guerre du Golfe, les effets secondaires du Gardasil, le schizophrénie, le syndrome de Tourette, le syndrome de fatigue chronique, la fibromyalgie, l’aphasie, les troubles du langage, les troubles de l’attention, les crises ischémiques, la formation de caillots, le purpura thrombocytopénique idiopathique, la maladie de Parkinson et autres troubles neurodéveloppementaux sont des maladies différentes qui doivent avoir des causes différentes, particulières. Cependant, si nous sortons des clous de la théorie conventionnelle des germes où chaque maladie a une cause, il devient alors possible de commencer à voir la maladie et sa guérison d’une toute autre manière. Le Dr Moulden a rassemblé toutes ces pathologies sous l’abréviation M.A.S.S. parce qu’il a pu voir les mécanismes communs que l’on pouvait retrouver dans tous ces états de santé.

    Spectrum

    Spectrum indique qu’il s’agit d’un syndrome qui peut varier en gravité et intensité. Les symptômes du M.A.S.S. peuvent être légers ou graves. Les infirmités de M.A.S.S. peuvent passer quasi inaperçues ou aller jusqu’à la mort. Le mot spectrum s’applique aux syndromes qui peuvent se produire à tout âge.  Le syndrome peut toucher les fœtus in utero, les nourrissons, les enfants et les adultes de tous âges.

    Chez certaines personnes, un petit déclencheur peut produire une série de symptômes invalidants. Chez d’autres personnes, une forte exposition peut seulement produire de faibles modifications dans la santé à un moment donné.

    Il faut cependant noter que les expositions qui déclenchent le M.A.S.S. sont cumulatives…Dans certaines situations au cours desquelles des expositions peu importantes se sont produites, il est possible qu’un stade soit atteint où une exposition supplémentaire puisse entraîner la mort.

    Déclencheurs de la réaction M.A.S.S.

    La réaction M.A.S.S. suppose une stimulation excessive du système immunitaire qui provoque une hypersensibilité immunologique.

    Cette condition est le plus souvent provoquée par l’introduction dans le corps de substances étrangères qui ne devraient jamais s’y trouver.

    Les vaccins avec leurs virus, les bactéries, les adjuvants, les conservateurs, ainsi que des contaminants biologiques résiduels non désirés, introduisent dans le corps de nombreuses substances étrangères. L’entièreté des ces ingrédients introduits intentionnellement ou non intentionnellement dans les vaccins vont déclencher une réponse immunitaire.

    Les fabricants de vaccins cherchent à faire produire une réponse immunitaire dans le but de créer une « immunité ». Cependant, le Dr Moulden nous a montré que cette réponse du système immunitaire pouvait avoir de graves conséquences qui peuvent menacer la santé et même conduire à la mort. Techniquement parlant, cette réaction s’appelle hyperstimulation immunitaire excessive non spécifique. Cette réaction amène un préjudice certain en plus du faible bénéfice (s’il existe) qui pourrait être produit par le vaccin.

    Plusieurs déclencheurs sont susceptibles de provoquer la réaction M.A.S.S. en ce qui concerne les vaccins. Ces déclencheurs comprennent les agents biologiques comme des bactéries ou des virus vivants ou morts ou des éléments de ceux-ci. Les vaccins contiennent aussi des résidus de produits utilisés dans la culture des virus et des bactéries, comme par exemple des tissus de fœtus humains avortés, des cellules d’organes de singes, de cerveaux de souris et de sang de veau. Ils contiennent également des toxines comme le latex, le gluten, le soja, de l’huile d’arachide, du MSG, du formaldéhyde et différents conservateurs. Des métaux comme le mercure (thiomersal) et l’aluminium sont particulièrement nocifs. [9]

    Peu importe le déclencheur, la réponse du système immunitaire est la même.

    Les symptômes visibles des dommages qui résultent de l’hyperstimulation du système immunitaire varient considérablement d’une personne à l’autre. Ces réactions ont été classifiées comme étant différentes maladies modernes même si leur cause à toutes est à mettre en rapport avec une hyperstimulation du système immunitaire.

    Ceci est particulièrement logique quand on sait que des particules inorganiques comme l’amiante, les prions, les métaux lourds, la poussière de charbon, par exemple, peuvent provoquer des maladies, le cancer, différents troubles et même la mort. Pourtant aucun de ces éléments ne sont à classer dans les germes. Il est clair qu’il s’agit de la réponse que fournit le corps à ces substances étrangères qui provoquent la maladie et pas nécessairement «les germes et les maladies infectieuses »  en elles-mêmes et par elles-mêmes.

    Le M.A.S.S. est une réponse physiologique générique. Il importe peu que les agents infectieux du vaccin aient été atténués, tués avant d’être mis dans une seringue et injectés dans le corps. Le point qui est important, c’est qu’une substance étrangère a été injectée dans le corps et à laquelle le corps réagit de manière telle que des maladies modernes en résultent. La prévention et la guérison des maladies doit être cherchée dans la compréhension de la réponse générique du M.A.S.S. du corps à des substances étrangères qui pénètrent dans le corps.

    Le Dr Moulden a clairement expliqué que les vaccins ne sont pas les seuls déclencheurs de l’autisme et d’autres maladies modernes, mais les vaccins peuvent être une cause directe de l’autisme chez de jeunes enfants. Même des vaccins administrés à des mères allaitantes peuvent conduire à l’autisme chez leurs enfants. Ceci veut dire qu’un enfant n’a même pas besoin d’être vacciné pour avoir la santé endommagée par les vaccins. […]

    Remarques du Dr Moulden faites en 2003 (au cours de l’éloge funèbre de son propre père) :

    « Comme je continuais à exprimer mes inquiétudes au sujet d’un lien possible entre les vaccins des enfants, l’autisme et les troubles neurodéveloppementaux, on en est arrivé à un point où les autorités médicales furent convaincues qu’il y avait chez moi quelque chose qui ne tournait pas rond et qu’il me fallait suivre un traitement pour remettre les choses en place. Le Collège des Médecins, ainsi que certains de mes collègues (je n’avais jamais rencontré personnellement certains d’entre eux) déclarèrent : «  le Dr Moulden est mentalement instable et a besoin d’un traitement » - il doit être « FOU ». -   Je suis – j’étais – et je continue d’ être FOU. JE SUIS TOUT A FAIT FOU, et je possède les preuves scientifiques que l’autisme puisse être induit par les vaccins avec une certitude statistique de 99.99. C’est là ce qui me rend FOU du point de vue de mon humeur et non d’une aliénation mentale quelconque.

    Malgré ma conviction inébranlable que les vaccins sont susceptibles de provoquer des dommages cérébraux (j’ai pu les voir et les mesurer), les experts indépendants auxquels avait eu recours le Collège des Médecins et des Chirurgiens n’ont finalement rien trouvé d’anormal par rapport à mes facultés mentales, à part le fait que j’étais stressé. J’étais en fait bien stressé : nous provoquons des dégâts et… personne ne semble s’en soucier. Personne ne veut faire des vagues. Moi, je veux que la vérité éclate et soit connue des parents pour leur permettre de faire des choix éclairés et pour que la santé des enfants ne soit plus endommagée, qu’il n’y ait plus de décès d’enfants et de nourrissons. Malgré l’avis des experts psychiatres indépendants qui avaient été mandatés par le Collège des Médecins et qui m’avaient trouvé sain d’esprit, le Collège ne fut pas pour autant satisfait de leurs conclusions et a insisté pour faire passer un diagnostic d’une forme ou l’autre d’instabilité mentale, parce que pareille étiquette pouvait justifier le fait que mon cas ne correspondait pas à leur monde dogmatique de croyances  compartimentées et à leur panacée de médecine préventive – des vaccins passe-partout pour tout le monde ». […]

    Lire la partie 2 : Dr Andrew Moulden : Every vaccine produces microvascular damage.

    Dr-Moulden-et-amis.jpg

    En résumé :

    Le Dr Moulden explique que les vaccins provoquent une hyper-réactivité du système immunitaire au cours de laquelle les leucocytes se précipitent pour attaquer les produits étrangers injectés dans le flux sanguin.  Le but recherché par l’utilisation des additifs des vaccins est d’engendrer une réponse plus rapide des leucocytes. Et cela marche à merveille : les leucocytes se précipitent vers les régions où des matières étrangères ont été introduites. Ils finissent par obstruer, bloquer et délabrer ces capillaires. La route est donc coupée pour les globules rouges qui doivent apporter l’oxygène aux différents organes voisins C’est en fait là que se trouve l’origine des problèmes. – Les leucocytes bloquent et délabrent les capillaires en tentant de détruire les matières étrangères. – « Il s’agit ici d’une découverte majeure

     

    Circulation sanguine

    Références

    [1] “Tolerance Lost,” Dr. Andrew Moulden, Video series, Retrieved 12/1/2014. https://www.youtube.com/watch?v=RZXM-TKvLN8

    [2] Vaccine Errors, Chapter 2: Where we Went Wrong with Vaccines, Dr. Andrew Moulden, MD PhD; Retrieved 12/9/14.

    http://barbfeick.com/tolerance_lost/moulden/vaccines-Moulden.html

    [3] “Andrew Moulden” RationalWiki, Retrieved 11-04-2014.

    http://rationalwiki.org/wiki/Andrew_Moulden#Death_and_purported_mental_illness

    [4] “Vaccines cause “microvascular strokes” that cause autism?” by Respectful Insolence, Retrieved 11/04/2014.

    http://scienceblogs.com/insolence/2008/10/16/vaccines-cause-microvascular-strokes-that-cause-autism/

    [5] Retrieved 11/05/2014. http://www.drandrewmoulden.com/

    [6] IBID.

    [7] “Weaponized Mycoplasmas,” Dr. Garth L. Nicolson, Lecture presented at the 9th Common Cause Medical Research Foundation Conference, Sudbury, Ontario, Canada on Aug. 29-31, 2008, Published July 29, 2013, Retrieved 10/29/14. https://www.youtube.com/watch?v=sT25HhAVhhU

    [8] Vaccine Errors, Chapters 2-4, Andrew Moulden, MD PhD, Retrieved 12/9/14. http://barbfeick.com/tolerance_lost/moulden/vaccines-Moulden.html

    [9] “Toxic Vaccines: The Current Science,” Presentation given by Leslie Manookian, Weston A. Price Foundation Annual Conference 2014.

    [10] “Tolerance Lost,” Dr. Andrew Moulden, Video series, Retrieved 12/1/2014. https://www.youtube.com/watch?v=RZXM-TKvLN8

    [11] “A Son’s Tribute MASS Ischemia Discovered in Eulogy”, Dr. Andrew Moulden, Scribd, Retrieved 12/12/2014. https://www.scribd.com/doc/79335431/A-Son-s-Tribute-MASS-Ischemia-Discovered-in-Eulogy

     

    Source : Health Impact News

     

    Voir aussi :

     

    Les vaccins provoquent des attaques micro-vasculaires

     

    Dr Moulden : ce qu’on ne vous a jamais dit à propos des vaccins (Anglais)

    Grippe A - vaccinations (J-J Crèvecoeur)

    Message de Jean-Jacques Crèvecœur 10 septembre 2009 :

    Pandémie de grippe A H1N1 :
    Il reste très peu de temps pour vous informer et pour vous mobiliser.
    Dans un mois, ce sera trop tard…

    Comme de plus en plus d’individus conscients,
    j'ai choisi de me consacrer entièrement à ce dossier,
    pour dénoncer les mensonges et les manipulations.
    C’est ma part d’engagement…

    Je vous demande de faire votre part : diffusez ces informations
    à tout votre carnet d’adresses, sur vos blogs et vos sites Internet.
    C’est votre vie qui est en jeu.

    Si vous n’avez pas reçu ce courriel directement, inscrivez-vous pour recevoir les prochains courriels :
    promethee@videotron.qc.ca



    Madame, Monsieur,
    Chers amis,

    Je vous avais promis de vous informer. C’est ce que je fais. En attendant la sortie de ma première capsule vidéo, je vous écris. Parce que c’est plus fort que moi. Et parce que les jours nous sont comptés. L’objectif de ce courriel est double.

    Premier objectif : je veux vous rappeler la tenue à Montréal d’un congrès exceptionnel qui aura lieu ce samedi 12 septembre, de 9 heures à 22 heures (heure de Montréal) (15 heures à 4 heures du matin, heure européenne). Ce congrès est la première conférence pour la liberté de Choix en Santé. En tant qu’Européens, vous pourrez suivre en ligne tout le déroulement de ce congrès, en direct et en différé.

    Si vous voulez savoir de quoi traitera ce congrès, cliquez sur le lien qui annonce l’événement : http://www.youtube.com/watch?v=NbMWPTM2yhs

    Connaissant bien les politiques de santé tant en Amérique du Nord qu’en Europe, je vous assure que les Européens y trouveront beaucoup d’informations qui s’appliquent à leur réalité. Seuls les noms des lois et des ministres diffèrent. Mais ce sont les mêmes compagnies pharmaceutiques qui imposent leurs lois iniques et liberticides à des politiciens devenus pantins et hommes de paille. Si vous voulez comprendre ce qui nous attend dans les mois qui viennent, de grâce, prenez le temps de suivre cette conférence. C’est tout simplement votre santé, votre liberté et votre vie qui sont en jeu.

    Pour vous inscrire, cliquez sur le lien suivant :

    http://www.tele-sante.com/conference_flcs_12sept09_webdiffusion.html

    Et si vous croyez encore naïvement que le plan de vaccination obligatoire n’aura pas lieu, je vous invite à tenter de répondre aux questions que je me pose depuis que je suis ce dossier de la grippe porcine. Tel est le second objectif de ce courriel : vous partager quelques-unes de mes nombreuses questions et interrogations à propos de cette fameuse pandémie de grippe H1N1, et vous inviter à y répondre par vous-même puis à tirer vos propres conclusions.

    pourquoi, Madame Bachelot (ministre de la santé en France) a-t-elle demandé début février 2009, à un groupe de légistes constitutionnalistes, un mémo sur la question suivante : l’imposition d’un plan de vaccination à toute la population serait-elle illégale et anticonstitutionnelle ? Ce sur quoi les experts l’ont rassurée, invoquant qu’une situation exceptionnelle et qu’un état d’urgence sanitaire justifiait amplement qu’on supprime toutes les libertés individuelles !

    pourquoi l’Organisation Mondiale de la Santé a-t-elle modifié, le 27 avril 2009, sa définition de la pandémie ? Auparavant, pour déclarer une pandémie, les contraintes étaient beaucoup plus sévères ! Maintenant, il suffit que la maladie soit identifiée dans deux pays d’une même zone OMS !

    comment se fait-il que le brevet du vaccin contre la grippe porcine (H1N1) a été déposé en 2007 (bien avant la réapparition du virus disparu depuis la fameuse épidémie de grippe espagnole, en 1918) ?

    par quel hasard le président Sarkozy a-t-il eu l’intuition d’aller signer un contrat d’investissement d’un montant de 100 millions d’euros, le 9 mars 2009, pour la construction d’une usine de fabrication de vaccins contre la grippe ? Et devinez où ! Au Mexique, là où justement, le foyer de la pandémie a pris naissance !

    pourquoi aucun média et aucun expert scientifique ne rappellent que la grippe ordinaire tue chaque année entre 250.000 et 500.000 personnes, soit plus de 1.000 morts par jour (ce sont les chiffres officiels de l’Organisation Mondiale de la Santé) ?

    pourquoi tous les médias du monde répètent-ils quotidiennement que le virus de la grippe A H1N1 va provoquer une hécatombe de victimes, alors que les faits démontrent qu’il s’agit d’une simple grippette (moins grave que la grippe saisonnière ordinaire) qui n’a fait que 2.000 morts en plus de cinq mois ? La grippe ordinaire en aurait fait, pendant ce même laps de temps, 200.000 morts !

    pourquoi, malgré ces chiffres de morbidité et de mortalité insignifiants (2.000 au lieu de 200.000), la plupart des pays du Monde ont passé des commandes faramineuses pour des centaines de millions de doses de vaccin, et ce, dès le mois de juin 2009 ?

    autrement dit, pourquoi met-on en place des mesures exceptionnelles cette année, alors que la grippe est moins virulente que les autres années ? Qu’est-ce qui, dans les faits, justifie de telles décisions alors qu’il n’y a rien d’exceptionnel ?

    pourquoi des lois d’exception (lois martiales) ont-elles déjà été votées dans la plupart des pays (sans en révéler le contenu) ?

    pourquoi le Ministre de l’Intérieur Français a-t-il rappelé tous les réservistes de l’armée et de la gendarmerie, en février 2009, en vue (je cite) « de graves troubles sociaux prévus pour la fin de l’été 2009 » (c’est-à-dire septembre) ?

    pourquoi l’armée américaine vient d’être déployée sur tout le territoire des Etats-Unis ?

    pourquoi plus de 800 camps de concentration ont-ils été installés aux Etats-Unis, ces dernières années (pour l’instant, ils sont vides) ? Pourquoi sont-ils gérés par la FEMA (Federal Emergency Management Agency), qui intervient lors des grandes catastrophes sur le territoire (comme lors du cyclone Katrina) ?

    pourquoi des centaines de milliers de cercueils sont-ils entreposés dans tous les états américains et pourquoi des fosses communes ont été creusées dans chaque district ?

    pourquoi 600 neurologues britanniques ont-ils reçu, le 29 juillet 2009, une lettre confidentielle du Health Protection Agency (HPA), les invitant à être particulièrement attentifs à la future recrudescence du syndrome de Guillain Barré (maladie neurologique dégénérative gravissime déclenchée la plupart du temps par l’acte vaccinal) ? Et pourquoi cette même agence n’a-t-elle pas prévenu le public qui va « bénéficier » de cette campagne de vaccination ?

    comment se fait-il que le 5 mars 2009, la firme Baxter a contaminé 72 kg de matériel vaccinal, mélangeant les virus H5N1 de la grippe aviaire et H3N2 de la grippe ordinaire, avant de les envoyer dans six pays différents, alors que les procédures de sécurité dans ce genre de laboratoire rendent cet accident absolument impossible  ? Impossible sauf si l’acte devient volontaire. Cela m’a été confirmé par un docteur en biologie.

    pourquoi ne nous dit-on pas que le vaccin contre la grippe, depuis 40 ans qu’il existe, n’a jamais eu d’impact positif sur l’incidence de cette maladie, au contraire ? Une étude internationale a démontré que les vaccinés attrapaient plus souvent la grippe que les non-vaccinés.

    pourquoi nous cache-t-on qu’en 1918, ce sont les personnes vaccinées qui sont mortes de la grippe espagnole, et pas les non-vaccinées ? Cela voudrait-il dire qu’elles ont été tuées par le vaccin lui-même, et pas par la grippe ?

    si les vaccins ont si peu d’effets secondaires, comment les autorités sanitaires expliquent-elles que le nombre de scléroses en plaques en France est passé de 25.000 à 85.000, suite à la campagne de vaccination contre l’hépatite B ?

    pourquoi nous cache-t-on que toutes les épidémies du XXe siècle ont été déclenchées par des campagnes de vaccination préalables ?

    pourquoi autorise-t-on de mettre dans le futur vaccin contre la grippe H1N1, un adjuvant tel que le squalène (dans une proportion un million de fois plus importante – j’ai revérifié les calculs, car je n’y croyais pas !), alors que la Chambre des Représentants l’avait reconnu explicitement responsable du syndrome de la première guerre du Golfe, syndrome qui avait rendu 180.000 GI’s malades (25 % des soldats) suite à l’injection du vaccin contre l’anthrax ? À noter que le squalène avait été interdit par un juge fédéral en 2004 !

    pourquoi les premières populations visées par la vaccination sont-elles les femmes enceintes et les enfants, alors qu’habituellement, ce sont les vieux qu’on vise ? Eux, paraît-il, auraient une mémoire immunitaire de la grippe espagnole de 1918 !!!

    pourquoi les procédures de vaccination obligatoire seront-elles confiées, non pas à des médecins, mais à des étudiants volontaires et des militaires ?

    pourquoi aucun médecin et aucun hôpital ne pourra dispenser les vaccins eux-mêmes ? Craindraient-ils de faux certificats ?

    pourquoi 50 % des médecins anglais disent qu’ils refuseront de se faire vacciner avec le nouveau vaccin, parce qu’ils n’ont pas confiance en la procédure de préparation ?

    pourquoi présente-t-on le Tamiflu comme un antiviral efficace, alors que toutes les campagnes d’utilisation de ce produit se sont révélées catastrophiquement inefficaces ? De plus, ce médicament provoque de nombreux désordres psychologiques et neuronaux, allant jusqu’à provoquer des suicides en nombre chez ceux qui en consomment !

    pourquoi les autorités sanitaires, censées vouloir notre bien et notre protection, autorisent-elles qu’un nouveau type de vaccin (ce sont leurs mots) soit testé directement sur des centaines de millions de cobayes (c’est-à-dire nous), sans que les protocoles normaux de Mise en Marché ne soient respectés, et sans aucune garantie d’innocuité dudit vaccin ?


    Je pourrais continuer comme cela encore des heures. Mais je m’arrête là, car les autres questions iraient toujours dans le même sens. Je n’ai plus le temps, pour l’instant, de vous mettre toutes les références d’articles des journaux officiels (le Monde, le Figaro, le Daily Post, le Journal du dimanche, etc.), des sites officiels (de l’OMS, de Baxter, d’Aventis, de Sanofi-Pasteur, etc.) et des déclarations de scientifiques pro-vaccinalistes que j’ai consultées ! Vous trouverez tout cela sur mon site, d’ici la fin du mois de septembre.

    Mais je vous garantis sur l’honneur que toutes les questions que je pose ci-dessus se basent uniquement sur des lectures de documents officiels et accessibles à tous ! Ce ne sont pas des allégations, des suppositions, des supputations de théoriciens du grand complot ! C’est cela qui fait qu’il est impératif de se poser de telles questions ! Et de tirer les conclusions qui s’imposent.

    Pour ma part, c’est fait. Et j’ai pris position clairement.
    Autrement dit, tant qu’on ne m’obligera pas à fermer ma gueule, je continuerai à vous informer.

    Il y a, par contre, une question que je vais poser ici et à laquelle je vais répondre, car beaucoup de mes interlocuteurs ne comprennent pas cela (j’ai reçu des centaines de courriels en une semaine !!! Merci à ceux qui m’ont traité de pauvre connard et de manipulateur. Merci surtout à tous ceux qui ont relayé l’information à des dizaines de milliers de personnes en Europe et au Canada. Merci particulièrement à tous ceux qui prient pour moi, pour l’instant. J’ai été très touché et ému.)

    La question est : comment un virus aussi bénin va-t-il s’y prendre pour tuer des millions de personnes ? Ça, c’est la question à un million de dollars !!!

    Eh bien c’est l’histoire des pandémies du passé qui nous apporte la réponse. La recette est simple (en douze étapes, déjà expérimentées en 1918 avec succès) :

    on annonce qu’un foyer d’une nouvelle grippe vient d’apparaître au Mexique et que c’est très grave, car c’est un virus animal qui s’est transmis à l’homme !

    on annonce ensuite 350 morts en une semaine, pour rectifier ensuite le décompte à 8 morts. Mais tout le monde a retenu qu’il y avait eu beaucoup de morts dès le début (ça ne vous rappelle rien, ça : le 11 septembre, on nous a annoncé à la télévision 40 à 50.000 morts dans les Twin Towers – ce qui a justifié la croisade contre les forces du Mal – puis, on a révisé le nombre de morts à 2.974) ;

    on annonce à grand renfort de publicité quotidienne que ce terrible virus se propage à une vitesse incroyable sur toute la planète (alors que par ailleurs, aucun laboratoire du monde ne dispose de la souche du virus pour confirmer que c’est bien ce virus qui est en cause, et pas le virus ordinaire – on reconnaît par ailleurs que la grippe porcine ne présente aucun symptôme spécifique par rapport à ceux de la grippe ordinaire – alors, comment font-ils pour compter le nombre de cas ???) ;

    devant le peu de virulence dudit virus, on nous annonce que ce gentil virus (finalement) va muter et va devenir TRÈS méchant, et que l’on sait qu’il va muter à une date précise (celle de la sortie des vaccins, quelle coïncidence quand même !) ;

    pendant tout ce temps, on prépare des produits en laboratoire dont on dit qu’ils sont des vaccins, et dans lesquels on mélange deux souches de la grippe porcine, deux souches de la grippe aviaire et une souche de la grippe humaine (cocktail tout à fait explosif, lorsqu’il sera injecté dans le corps !). De plus, on rajoute (en plus grande quantité que d’habitude) des adjuvants (mercure, aluminium et squalène), reconnus pour leur grande toxicité ;

    peu avant la sortie des soi-disant vaccins (qui sont en réalité, ici, des armes bactériologiques), les médias se déchaînent pour nous annoncer qu’il y a une recrudescence de cas de grippe. Même si les médecins ne prennent plus la peine de vérifier s’il s’agit bien du même virus, le peuple est tellement hypnotisé qu’il ne réfléchit plus. Il est persuadé que la mutation annoncée est en train de se réaliser ;

    on annonce aussi que tous les vaccins ne seront pas disponibles immédiatement et qu’il y aura des chanceux qui pourront en bénéficier tout de suite, et d’autres devront attendre jusqu’à quatre mois pour enfin recevoir le vaccin salvateur ! À noter que nous en sommes là, pour l’instant, dans la chronologie des événements.

    dès la sortie des premières armes bactériologiques déguisées en vaccins, le bon peuple apeuré court se faire vacciner volontairement, dans les centres spécialement préparés à cet effet (et encadrés par des militaires). Ici au Canada, les gens s’inscrivent sur des listes d’attente pour être certains d’être parmi les premiers vaccinés !

    dès l’injection du vaccin, le cocktail préparé soigneusement par les laboratoires entraîne la mutation et la combinaison des différentes souches dans le corps du patient, rendant les virus extrêmement mortels. Dans le même temps, les adjuvants auront mis par terre le système immunitaire. La Tamiflu sera utilisé pour provoquer une surinfection (cas déjà observés dans plusieurs pays) entraînant immédiatement la mort de la personne. Conséquence : il y aura des milliers de morts parmi les premières populations vaccinées ;

    on nous dira alors que, malheureusement, ce qu’on craignait est arrivé : le virus a muté sous une forme mortelle. On attribuera la cause des décès au virus, et pas au gentil vaccin censé nous protéger ! Une panique s’emparera de la population, qui réclamera qu’on les vaccine d’urgence ;

    vu la gravité de la situation sanitaire, vu les troubles engendrés, d’une part par ceux qui réclameront avec force leur vaccin, d’autre part par ceux qui accuseront les autorités sanitaires de génocidaires, l’état d’urgence sera déclaré dans tout le pays et le plan de vaccination obligatoire sera mis en place ;

    ceux qui refuseront de se faire vacciner devront se cacher ou disparaître pendant un temps suffisamment long, à moins qu’on ne les fasse disparaître dans des camps de concentration prévus à cet effet.


    Ce scénario, je vous l’écris en cette nuit du 9 au 10 septembre 2009. Je ne le fais pas du tout de gaieté de cœur.
    Je sais que certains parmi vous me reprocheront d’alimenter la peur qui est déjà créée par les élites lumineuses, et de finalement, faire le jeu de ceux que je dénonce. À cela, je vous citerai une phrase de Jésus-Christ (même si je n’appartiens plus à aucune religion) : « Vous connaîtrez la vérité, et la vérité fera de vous des hommes libres ! » (Jean 8:32).

    Je vous offre ici une synthèse de tout ce que j’ai lu depuis cinq mois (dont deux mois à temps plein). Mon objectif, c’est de décrypter pour vous les informations qui nous sont cachées (même si elles sont disponibles publiquement – faites vos recherches avec Google – vous verrez!), afin que vous ne cédiez pas à la panique lorsque l’hécatombe commencera. Afin que vous compreniez quelle est la cause réelle de ce que vous verrez.

    Maintenant, que pouvons-nous faire, me direz-vous ? Pour l’instant, la chose qui me paraît la plus importante, c’est que vous diffusiez cette information à TOUS vos contacts. Imprimez ce courriel, découpez-le en morceaux s’il vous paraît trop long, donnez-le à tous vos amis, à toutes vos connaissances. Si vous êtes parents d’enfants allant à l’école, constituez immédiatement des comités de résistance à ce plan génocidaire. Dans trois semaines, il sera trop tard. Et vous devez savoir que les écoles seront bouclées pour pouvoir vacciner vos enfants. Si vous n’êtes pas organisés maintenant, vous serez démunis le 28 septembre, lorsque le plan se mettra en marche. Allez parler à tous les policiers, à tous les gendarmes que vous connaissez car eux aussi, sont maintenus dans l’ignorance de ce plan (et ils ne seront pas vaccinés par les mêmes produits, pour ne pas tomber malades, eux !). Expliquez-leur qu’ils vont participer, sans le savoir, à un génocide programmé contre la population. Rappelez-vous que si les nazis ont pu déporter autant de personnes vers les camps de la mort, c’est parce qu’ils ont bénéficié de l’aide de la police française qui n’avait pas compris ce qui se passait. Allez parler aussi à vos représentants politiques, car la plupart d’entre eux ne savent pas ce qui se trame. Demandez-leur de ne pas coopérer, de saboter le plan, de faire détruire les fichiers de population, pour que le recensement des vaccinés et des non vaccinés devienne un casse-tête.

    Cette activité devrait devenir votre tâche prioritaire. Car la seule manière d’enrayer ce plan diabolique, c’est de réunir une masse critique de gens conscients. Gandhi ne disait-il pas : « un individu conscient et debout est bien plus dangereux pour le pouvoir en place que 10.000 individus endormis et inconscients. » J’en suis convaincu.

    Par contre, ne perdez pas votre temps avec les hauts dirigeants de l’État, les grands médias et les experts payés (achetés) par les laboratoires pharmaceutiques. Ne perdez pas non plus votre temps avec les sceptiques, les indécrottables du petit écran pour qui seule la parole des médias est l’évangile. Méfiez-vous même de leur réaction, car ils pourraient vous accuser de chercher à les tuer en les empêchant de se faire vacciner.

    Et si vous avez peur en lisant mon courriel, transformez cette peur en action, en mouvement. C’est toujours comme cela que l’humanité a fait des bonds dans son évolution : c’est en transformant sa peur du feu en maîtrise du feu que l’homme a inventé la technique. Ici, l’enjeu est de taille : c’est en transformant votre peur de la mort que vous pourrez accéder à une nouvelle dimension, à une nouvelle vibration. Rappelez-vous que nous ne sommes pas des êtres matériels vivant des expériences spirituelles. Nous sommes des êtres spirituels vivant l’expérience fabuleuse de l’incarnation.

    Personnellement, je suis très conscient de ce que je risque en prenant cette position, à découvert. Depuis quelque temps, je vis avec la perspective qu’il se pourrait que je ne sois plus de ce monde dans les semaines qui viennent. Et je découvre une perspective fabuleuse à mon existence. Souvent, je me suis posé la question de façon théorique : s’il me restait un an à vivre, quels choix de vie ferai-je pour que je puisse entrer dans la mort sereinement et sans regret ? Aujourd’hui, cette question n’est plus théorique pour moi. Et je me rends compte que beaucoup de mes valeurs se transforment de façon encore plus radicale. Et beaucoup de choses qui me causaient du souci deviennent tellement secondaires...

    Et cette phrase de saint Matthieu résonne dans ma tête : que votre oui soit un oui, que votre non soit un non, (Matthieu 5:37).
    Serons-nous capable de dire non à l’infamie, au risque de notre vie corporelle ? Serons-nous capables de dire oui à ce que notre âme nous dicte de faire ? Serons-nous capable de nous mettre debout, quel que soit le prix à payer ?

    Tel est le cadeau que ce plan de pandémie nous offre en cette fin d’année 2009. Si nous sommes à la hauteur du défi (et je sais que nous le sommes), ce vaccin deviendra notre pierre philosophale et nous transformera en alchimistes, pour réaliser le grand œuvre.

    Restons debout et conscients.
    Je vous salue avec le cœur.

    Jean-Jacques Crèvecœur
    De Montréal (4 heures du matin, ce jeudi 10 septembre 2009)

     

    La Presse, publié le 30 septembre 2009 à 05h00

    Pandémie de la grippe A (H1N1): complot

    Jean-Jacques Crèvecoeur et Cyrinne ben Mamou accusent les compagnies pharmaceutiques, les gouvernements et l’OMS de comploter dans le but d’organiser une campagne de vaccination obligatoire contre la grippe A (H1N1).    Photo: François Roy, La Presse

    Pascale Breton
    La Presse

    La menace d’une pandémie de grippe A (H1N1) – et surtout la vaccination massive qui se mettra en branle cet automne – suscite une suspicion et des questionnements grandissants.

    Certains crient à la théorie du complot. D’autres multiplient les mises en garde alarmistes dans les boîtes de courriel. À les croire, c’est une pandémie inventée par les compagnies pharmaceutiques pour s’en mettre plein les poches. Le vaccin est dangereux ; il a été volontairement contaminé pour provoquer un génocide de masse. Les gouvernements vont obliger la population à se faire vacciner, à la pointe du fusil s’il le faut.

    «Je veux réveiller les gens sur le fait que nous sommes en train d’être manipulés.» Jean-Jacques Crèvecoeur s’est, quant à lui, donné pour mission d’alerter la population québécoise sur les dessous de la grippe A (H1N1) en organisant une quinzaine de conférences dans cinq villes du Québec, dont Montréal, cet automne.

    Spécialisé en philosophie et en physique quantique, une branche de la physique moderne, M. Crèvecoeur ne croit pas les discours officiels. Tant l’Organisation mondiale de la santé que les gouvernements et les médias sont à la solde des compagnies pharmaceutiques, dit-il.

    Dans ses conférences – il faut débourser 20 $ pour y assister -, il se questionne sur la menace réelle de pandémie et met en doute le bien-fondé des vaccins. Mais il se défend de vouloir faire peur à la population : «Moi, je préviens les gens qu’ils sont en train de se faire avoir.»

    Ce qu’il craint par-dessus tout? «Que les gouvernements obligent les gens à se faire vacciner.» Comme plusieurs autres, il est persuadé que c’est ce qui va se produire.

    La Loi sur la santé publique du Québec prévoit que le gouvernement peut «ordonner la vaccination obligatoire de toute la population ou d’une certaine partie de celle-ci contre la variole ou contre une autre maladie contagieuse menaçant gravement la santé de la population» en cas d’urgence sanitaire.

    «C’est un pouvoir qui existe, qu’on s’est donné pour une situation très particulière, où le taux de mortalité serait très élevé, pour la variole par exemple, mais on est très loin de ça. C’est plus théorique que réel», assure pour sa part le directeur de la protection de la santé publique du Québec, le Dr Horacio Arruda.

    Même lorsque le Ministère envisageait un taux d’attaque de 35% de la grippe et prévoyait un taux de mortalité supérieur à ce qu’il est actuellement, il n’a jamais été question d’une vaccination obligatoire.

    «Ça demeure une vaccination volontaire, fortement recommandée surtout aux personnes à risque», affirme le Dr Arruda.

     

    Théorie du complot

    La grippe A (H1N1) semble un sujet de prédilection pour les adeptes de la théorie du complot. L’un des nombreux documents qui circulent affirme, références à l’appui, qu’une journaliste scientifique autrichienne aurait intenté des recours judiciaires notamment contre l’OMS, qu’elle accuserait de génocide planifié à l’aide de vaccins contaminés.

    «Les théories du complot ont toujours été appuyées sur des citations d’apparence scientifique. Pourtant, ça ne repose sur aucune base. Ce sont des experts autoproclamés. Je peux trouver plein de gens qui pensent que la Terre est plate», commente André-A. Lafrance, professeur au département de communication de l’Université de Montréal.

    Le dossier de la grippe A (H1N1) est très complexe alors que tout le monde a besoin de simplifier les choses. «Quelle merveilleuse façon de simplifier les choses que de croire qu’il y a un complot !» ajoute-t-il.

    Titulaire de la chaire de recherche en relations publiques et communications marketing à l’Université du Québec à Montréal, Bernard Motulsky abonde dans son sens. «Ce n’est pas nouveau comme attitude de penser que des forces occultes gouvernent le monde.»

    «L’internet permet à n’importe qui d’émettre à peu près n’importe quelle idée. La force vient du fait que ça se dissémine très rapidement, et plus il y a de gens qui y croient, plus les médias s’en mêlent», déclare M. Motulsky.

    Comment faire la part des choses ? Les Sceptiques du Québec affirment qu’il faut se baser sur la méthode scientifique avant tout. Mettre en opposition les experts dans le dossier de la grippe A (H1N1) apporte aussi un éclairage intéressant, souligne le porte-parole, Pierre Cloutier.

    «Les gens voient deux experts, mais il y en a un qui représente des milliers de scientifiques, si ce n’est pas des millions, alors que l’autre représente un petit groupe de quelques personnes, mais qui sont très volubiles.»

    La page des grandes frayeurs! ici  

    Tous ensemble, irons-nous à l’abattoir ?

     

    irons-nous à l’abattoir ?

    Notre but n’est pas de vous apeurer mais de vous réveiller de sorte que vous puissiez sauver votre vie et celle des vôtres.

    Si vous n’avez pas le temps (!) de vous informer convenablement, eh bien, regardez cette courte vidéo qui en dit long : le Dr Marc Girard, expert en médicaments. Sinon, vous pouvez lire ce qui suit.

    La vaccination est un fléau inutile et très dangereux. Personne n’est informé mais tous devraient l’être car les vaccins sont des armes potentiellement mortelles. Voir Silence, on vaccine et Le vaccin autrement.

    La grippe porcine : Il semble qu’on soit bien loin de la vérité avec ce qu’on lit dans les journaux et ce qu’on voit à la télé. Un article de Michel Chossudovsky : Mensonge politique et désinformation médiatique concernant la pandémie porcine. Et un autre de F. William Engdahl : Le Tamiflu et les porcheries industrielles.

    Encore les vaccins ! Y a-t-il un lien entre autisme et mercure ? Un article de Robert Kennedy Jr, avocat spécialisé en droit de l’environnement et neveu de l’ancien président américain John Fitzgerald Kennedy. Aussi, ce site web des parents d’un enfant mort des suites de la vaccination contre l’hépatite B, et cette vidéo du Dr Lorraine Day, ex-chirurgienne en chef au Grand Hôpital de San Francisco et professeure en faculté de Médecine : Les vaccins ne marchent pas. Et une interview très intéressante d’un chercheur de l’industrie des vaccins .

    Voici l’endroit de la médaille. On a voulu nous faire croire à notre impuissance face à la maladie et nous inculquer cette attitude de victime qui nous maintient dans la peur et dans la soumission. Mais non, la maladie n’est pas ce qu’on croit. Ce qu’on nous présente comme le sauveur de notre santé serait-il une des causes de nos maladies. Changeons notre pensée et notre mode de vie et la guérison surviendra. La « maladie », c’est la guérison !

    La grippe porcine nous mènera-t-elle à l’abattoir ? Si vous n’êtes pas encore convaincu-e de l’inefficacité et de la dangerosité des vaccins, je vous suggère fortement de visionner cet extrait de l’émission de la chaîne américaine CBS, 60 Minutes , de 1979, qui fut bannie au Canada et aux États-Unis pendant 15 ans. Elle est commentée par la Dre Guylaine Lanctôt dans cette deuxième , troisième , quatrième , cinquième , sixième , septième , huitième et neuvième vidéos. Et si cela ne vous suffit pas, il y a aussi cet article et cet autre , puis celui-ci concernant la possible obligation de se faire vacciner . Et cet article du Dr Andrew Moulden qui démontre que les vaccins sont dangereux. Puis, pour terminer avec humour, ce diaporama (cliquez sur les images) des dessins de René Bickel .

    Vaccins : encore des témoignages d’experts, Sylvie Simon, recherchiste spécialisée sur les vaccins, Michel Georget, biologiste, Françoise Berthoud, pédiatre, Édith Gallay, biochimiste. Aussi cette lettre d’information du Dr Rath, médecin mondialement reconnu pour ses recherches sur les traitements des maladies. Puis cet interview du Dr Rima Labow qui met en garde la population. La vérité finit toujours par s’imposer d’elle-même. C’est le moment ou jamais de dire non à cette folie vaccinale.

    Catherine Austinn Fitt, ex-commissaire au développement urbain sous l’administration Bush et figure importante de la finance américaine nous explique pourquoi elle a démissionné de son poste et pourquoi elle croit que le but du vaccin de la grippe porcine est de réduire la population mondiale. Par ailleurs, pour Bernard Debré, professeur de médecine et député français, cette grippe est une « grippette » qui ne sert qu’à nous faire peur. Et puis, le gros bon sens d’un homme du peuple : André Arthur. Aussi, ne manquez pas ces connaissances de base sur les vaccins : Vaccination 101.

    Pour vendre des médicaments, inventons des maladies. L’industrie pharmaceutique est à ce point corrompue par l’appât du gain que ce n’est plus la santé du « patient » qui prime mais la quantité de pilules qu’on parviendra à lui faire avaler. Un article du journal « sérieux » Le monde diplomatique.

    Voici de bonnes nouvelles : Il semblerait que la Belgique vient de reculer sur l’obligation vaccinale. Voir ce communiqué de SOS justice. En Grande-Bretagne, des sondages indiquent que la moitié des médecins refuseront le vaccin. En Australie et au Canada, les assureurs refuseraient de couvrir les médecins en cas de poursuite à cause du vaccin contre la grippe porcine. De nombreux médecins et experts dénoncent la vaccination, l’OMS et certains dirigeants. Des organismes et des individus intentent des actions en justice contre les instigateurs de la vaccination. Le monde se réveille ! 

    Le Dr Marc Vercoutere nous parle de l’inefficacité et de la dangerosité des vaccins. Il nous explique comment la maladie se répand grâce aux vaccins. Écoutons-le attentivement. De plus, une conspiration de plus en plus évidente apparait maintenant au grand jour : voyez ce diaporama explicatif. Et si vous aimez les citations, vous serez servi-e en lisant cette page.

    Vous croyiez qu’il était impossible que la vaccination soit obligatoire ? Eh bien, lisez les articles 123 et 126 de la loi de la Santé publique du Québec. Quiconque refuserait de s’y soumettre deviendrait un criminel pourchassé qu’on vaccinera de force. En Europe (article 6, e des Explications relatives à la Charte des droits fondamentaux), toute personne peut être emprisonnée si elle est jugée susceptible de propager une maladie contagieuse. Si vous habitez ailleurs, informez-vous. Il est fort possible qu’une loi semblable existe.

    Saviez-vous qu’une action judiciaire a été intentée contre l’Organisation mondiale de la santé, l’Organisation des nations unies et contre de hauts responsables de gouvernements ainsi que des compagnies pharmaceutiques et des grands banquiers ? On les accuse de complot pour bioterrorisme et de tentative de meurtre de masse envers l’humanité. Des plaintes semblables ont été déposées dans divers pays et d’autres le seront bientôt. Écoutez ce que dit Jane Burgermeister, la courageuse journaliste scientifique qui a intenté l’action.

    À lire absolument, la position très bien documentée du Dr Rebecca Carley, experte judiciaire qualifiée en maladies engendrées par les vaccins. « Au lieu de prévenir la maladie, la vaccination empêche en fait d’éliminer la maladie. » Si vous voulez vivre, vous vous devez de lire ce texte car la vaccination est l’arme de destruction massive utilisée pour l’holocauste de l’humanité dans le but d’instaurer le Nouvel ordre mondial.

    Que faire ? Diffusons l’information vraie, pas celle de grands médias. C’est le premier geste à poser pour que le plus grand nombre possible de gens prennent conscience de l’ampleur tragique de la situation. Cette « pandémie » provoquée est un acte criminel sans précédent contre l’humanité. Refusons le vaccin ! Exigeons le retrait de toute politique vaccinale ! Voir Alliance liberté santé pour le Québec et SOS justice pour l’Europe. 

    Et pour terminer en humour. voici Tamiflu et grippe porcine, la chanson du moment. Et les dessins humoristiques de Bickel : cette page. Voyez aussi ce montage intéressant : partie 1 et partie 2.  

    Enfin, bien que je sois d’avis qu’il faille user de prudence en ce qui a trait aux messages canalisés, je vous suggère la lecture de ce texte qui me semble voir la situation actuelle d’un oeil assez clairvoyant : Constat mondial.

    Voici une bonne introduction à la solution. Êtes-vous un mouton blanc ou un mouton noir dépendants de leur bon pasteur ? Vivez-vous dans l’illusion ou dans la réalité ? Voyez ce qu’en dit Ghis : partie 1 et partie 2.

    Maintenant, que faire ? Rester dans la peur et suivre le troupeau vers l’abattoir ou bien agir en être libre, conscient et responsable ? je vous suggère, avec grand respect de votre liberté mais aussi avec grande insistance, de lire ce message urgent de Jean-Jacques Crèvecoeur concernant la pandémie provoquée. M. Crèvecoeur est un éminent conférencier et philanthrope bien connu du monde francophone. Ce message est suivi de la solution que je vous propose.

    Vaccins : L’excellent film documentaire Silence, on vaccine vient de sortir en DVD à la condition qu’il ne soit pas revendu par une personne ou un commerce et qu’aucune publicité ne soit faite. Étrange, ne trouvez-vous pas ? Vous pouvez le visionner ici ou ici. De plus, voici le point de vue légal face à la possibilité de vaccination obligatoire par le juriste Jean Dury lors d’une entrevue télévisée au Québec.

    En primeur : Voulez-vous en avoir plein la vue concernant les vaccins et le mépris de la liberté? Le livre Le procès de La mafia médicale , le récit d’un procès authentique, vient de sortir sur l’Internet et peut être téléchargé. Pour un avant-goût, vous pouvez lire d’abord les pages 70 à 97. 

     

    Bonne nouvelle : vous pouvez visionner toute la Conférence pour la liberté de choix en santé, en 49 parties, qui s’est tenue à Montréal le 12 septembre dernier.

    Vaccination massive : Voyez ce document qui démontre, preuves à l’appui, l’inefficacité et la dangerosité des vaccins.

    Mais quel est le but de cette folie vaccinale ? Par la peur, on amène les populations à se soumettre à une « élite » qui veut tout contrôler par le biais du Nouvel ordre mondial, un gouvernement unique au dessus des nations. Voir ceci . De plus, ce gouvernement mondial pourrait être propulsé en place par la faillite financière des pays du monde, faillite qui est imminente.

    Je pense bien qu’après avoir pris connaissance de ces informations, n’importe qui serait convaincu du danger et de l’inutilité des vaccins. Mais peut-être doutez-vous pour l’instant de l’idée de complot criminel contre l’humanité : ce serait trop monstrueux. Il y a une évidence cependant : les compagnies pharmaceutiques et les gouvernements savent hors de tout doute que les vaccins, qui contiennent du mercure et du squalène (reconnus scientifiquement pour leur extrême toxicité), sont très dangereux pour la santé et la vie des gens, et ils continuent à les fabriquer et à les administrer en prétendant que c’est pour notre bien. Ça c’est criminel; c’est une tentative de meurtre préméditée, de génocide conscient et volontaire.

    NE VOUS FAITES PAS VACCINER ! Le vaccin, c’est la maladie et la mort ; c’est une arme de destruction massive.

    H1N1

    La solution

    Il y a toujours une solution à un problème. Vous pouvez faire partie du problème, être indifférent — ce qui revient au même — ou bien faire partie de la solution. Le choix est vôtre.

    1. Soyez bien centrés dans votre être, profondément enracinés à la terre et puissamment connectés à votre source spirituelle. Vous serez ainsi tout-puissants et invincibles.
    2. Soyez bien informés, non pas des pseudo-vérités véhiculées par les médias de masse, mais des vérités authentiques provenant de diverses sources non officielles mais sérieuses et sûres. Répandez cette information plus vite qu’un virus.
    3. Ne vous laissez pas apeurer ni endormir par la propagande vaccinale. Réveillez-vous de votre torpeur et de votre apathie et passez à l’action, car personne d’autre que vous ne sera responsable à votre place.
    4. Renforcez votre immunité pour faire face à toute éventualité. Nourrissez-vous sainement et nettoyez votre corps. Utilisez des suppléments nutritionnels en renfort si nécessaire.
    5. Agissez physiquement en répandant l’information, en participant à des assemblées et à des groupes d’action, en signant des pétitions (si vous y croyez !), en prenant des actions légales (si vous y croyez !) ou en posant tout geste que vous croyez approprié, sans colère ni violence mais avec amour. Car la violence attire la violence et c’est ce que certains souhaitent pour justifier la répression et un plus grand contrôle.
    6. Agissez spirituellement, soit en méditant — ce qui ne veut pas dire demander qu’on vienne vous sauver mais générer pour vous-mêmes l’énergie requise pour que vous ayez la force d’agir –, soit en vous reconnaissant comme un être souverain créateur, en aimant l’humanité et en utilisant les lois de l’esprit pour co-créer un nouveau monde de paix, de justice et de bonheur.
    7. Refusez tout vaccin. Le mot vaccin vient du mot vaccine qui est une maladie (créée par qui ?) de la vache. Et le mot vaccine vient du latin vacca qui veut dire vache. Nous sommes des humains, il me semble !

    Soyez forts, exigez la vérité et agissez avec amour.

    Ensemble, nous réussirons à nous libérer de ces plans obscurs. Cette pandémie vaccinale provoquée est l’occasion inespérée qui permettra à l’humanité de prendre conscience de son état lamentable actuel ainsi que de sa responsabilité envers elle-même et envers les générations futures.

    Aucun sauveur ne viendra la sauver. Elle devra se prendre en mains et se libérer elle-même de son attitude millénaire de victime, ce qui lui permettra de sortir de la domination et de l’esclavage des forces machiavéliques qui la contrôlent depuis déjà trop longtemps.

    Levons-nous; debout et conscients ! N’ayons pas peur. Nous sommes tous des êtres souverains; nous avons le pouvoir de changer nos vies. Agissons maintenant ! Demain, il sera très tard.

    « Un lion sommeille dans le cœur

    de tout brave homme. »

    proverbe turc

    par Sortir du Chaos et de l'illusion

    ATTENTION ! ÉPIDÉMIE ENCORE PLUS Ce très beau texte, je l’ai pris chez mon ami Philippe, un homme hors du commun, venez chez lui ici

    .
    .
    Attention !… Epidémie de bonheur, encore plus dangereux que le H1N1 !

    Une épidémie mondiale est en train de se propager à une allure vertigineuse.
    l’OMB (Organisation Mondiale du Bien-Etre) prévoit que des milliards d’individus seront contaminés dans les dix ans à venir.

    Voici les symptômes de cette terrible maladie :

    1 – Tendance à se laisser guider par son intuition personnelle plutôt que d’agir sous la pression des peurs, idées reçues et programmations du passé.

    2 – Manque total d’intérêt pour juger les autres, se juger soi-même et s’intéresser à tout ce qui engendre des conflits.

    3 – Perte complète de la capacité à se faire du souci (ceci représente l’un des symptômes les plus graves) 

    4 – Plaisir constant à apprécier les choses et les êtres tels qu’ils sont, ce qui entraîne la disparition de l’habitude de vouloir changer les autres.

    5 – Désir intense de se transformer soi-même pour gérer d’une manière positive ses pensées, ses émotions, son corps physique, sa vie matérielle et son milieu afin de développer sans cesse ses potentiels de santé, de créativité et d’amour.

    6 – Attaques répétées de sourire, ce sourire qui dit « merci » et donne une sensation d’unité et d’harmonie avec tout ce qui vit.

    7 – Ouverture sans cesse croissante à l’esprit d’enfance, à la simplicité, au rire et à la gaieté.

    8 – Instants de plus en plus fréquents de communication consciente avec son Âme, Non-duelle… Être, ce qui donne une sensation très agréable de plénitude et de bonheur.

    9 – Plaisir de se comporter en guérisseur qui apporte joie et lumière plutôt qu’en critique ou en indifférent

    10 – Capacité à vivre seul, en couple, en famille et en société dans la fluidité et l’égalité, sans jouer ni les victimes, ni les bourreaux, ni les sauveurs.

    11 – Sensation de devenir responsable et heureux d’offrir au monde ses rêves d’un futur abondant, harmonieux et pacifique.

    12 – Acceptation totale de sa présence sur terre et volonté de choisir à chaque instant, le beau, le bon, le vrai et le vivant.

    Si vous voulez continuer à vivre dans la peur, la dépendance, les conflits, la maladie et le conformisme, évitez tout contact avec des personnes présentant ces symptômes.

    Cette maladie est très contagieuse !

    Si vous présentez déjà des symptômes, sachez que votre état est d’une façon certaine irréversible.

    Les soins médicaux peuvent faire disparaître d’une manière momentannée quelques symptômes mais ne peuvent s’opposer à la progression inéluctable du mal.

    Aucun vaccin anti-bonheur n’existe.

    Comme cette maladie du bonheur provoque une perte de la peur de mourir, qui est l’un des piliers centraux des croyances de la société matérialiste moderne, des troubles sociaux risquent de se produire, tels des grèves de l’esprit belliqueux et du besoin d’avoir raison, réunions de gens heureux pour chanter, danser et célébrer la vie, des cercles de partage et de guérison, des crises de fou-rire et des séances de pour défouler l’émotionnel collectif. 

    Et gardez ceci en tête:
    C’EST PAS ÉCRIT DANS LES LIVRES
    QUE LE PLUS IMPORTANT À VIVRE
    C’EST DE VIVRE AU JOUR LE JOUR
    LE TEMPS C’EST DE L’AMOUR !
    Extrait d’une Chanson de Pascal Obispo
    Philippe Bernard Gervais
    KÉBEK 777 COMMUNICATIONS

    Claire Sévérac a été assassinée pour ce qu’elle dit dans cette vidéo

    Claire Sévérac a été assassinée pour ce qu’elle dit dans cette vidéo

    Risques de la grippe a? ou risques d’un tamiflu inutile et d’un vaccin non testé

     
    Risques de la grippe A? Ou risques d’un Tamiflu inutile et d’un vaccin non testé, contenant des adjuvants nocifs?

    Par Pharmacritique

    La collusion entre la sphère médiatico-politique et les intérêts financiers pharmaceutiques crée une bulle qui s’auto-alimente au point de mettre en danger la santé publique. Depuis quelques semaines, les réactions critiques des scientifiques, des médecins et de certains media de service public s’intensifient surtout en Allemagne et en Espagne. Voici de quoi inspirer les journalistes français et l’opinion publique, et peut-être de quoi gripper un peu la bulle de la grippe…

    Risques de la grippe A? Ou risques d’un Tamiflu inutile et d’un vaccin non testé, contenant des adjuvants nocifs?

    Par Pharmacritique

    La collusion entre la sphère médiatico-politique et les intérêts financiers pharmaceutiques crée une bulle qui s’auto-alimente au point de mettre en danger la santé publique. Depuis quelques semaines, les réactions critiques des scientifiques, des médecins et de certains media de service public s’intensifient surtout en Allemagne et en Espagne. Voici de quoi inspirer les journalistes français et l’opinion publique, et peut-être de quoi gripper un peu la bulle de la grippe…

    Clin d’oeil

    Après toutes les catastrophes qui étaient censées nous tomber dessus ces dernières années (SRAS, grippe aviaire, vache folle…), c’est étonnant de voir que nous nous laissons toujours aussi facilement apeurer. La peur, on le sait, est l’un des meilleurs outils de manipulation : elle pousse les individus à se recentrer autour d’hommes politiques qui feraient autrement l’objet de critiques acerbes ; appliquée à la santé, elle pousse à gober facilement des discours irrationnels, à accepter l’idée de moyens médicamenteux et de vaccins distribués en masse, sans aller questionner le bien-fondé scientifique de telles mesures et à s’interroger sur les conflits d’intérêts des experts et des décideurs politico-sanitaires.

    Face à l’emballement médiatique de ces derniers mois et aux annonces qui détournent des vrais problèmes que sont la pauvreté, la précarité et le chômage endémiques, il faut raison garder, apporter des critiques rationnelles et raisonnées pour ne tomber ni dans l’hystérie des uns ni dans la paranoïa des autres.

    Voici quelques remarques assorties de liens vers des textes critiques de sources médicales, traduits pour la plupart, qui critiquent cette bulle de la grippe A qui ne cesse de gonfler et de s’auto-alimenter pour le plus grand profit des firmes pharmaceutiques telles Roche (Tamiflu) ou encore Sanofi-Pasteur, GSK (vaccins et l’antiviral Relenza), Baxter ou Novartis, c’est-à-dire les firmes qui commercialisent des vaccins contre la grippe saisonnière et contre la grippe A H1N1.

    Un exposé détaillé d’un médecin français nous fait comprendre l’ensemble des aspects liés à la grippe A, à partir des spécificités du virus H1N1, des pandémies et des vaccins. En lisant ce texte, on se rend compte à quel point l’hystérie ambiante ne repose sur rien. L’auteur rappelle les pandémies les plus marquantes du 20ème siècle, pour qu’on puisse tirer des leçons de l’histoire. Il n’y a pas de deuxième vague tueuse avec un virus devenu plus agressif, par exemple; et le contexte actuel est très différent de celui de la grippe espagnole, où une population très pauvre, affamée et affaiblie par la première guerre mondiale vivotait dans des habitations insalubres, et où il n’y avait pas d’antibiotiques pour traiter les surinfections telles les pneumonies.

    Les exemples détaillés de pays de l’hémisphère australe, actuellement en période hivernale, montrent que les effets de la grippe A ont été largement surestimés. Une enquête dans les coulisses des décideurs révèle que les scientifiques ont manifesté leurs doutes quant aux adjuvants de type squalène, et que des études expérimentales ont mis en évidence les risques potentiels d’effets secondaires de type maladie auto-immunes.

    Enfin, l’auteur met en cause l’indépendance des experts – du Comité technique des vaccinations, par exemple -, puisque les conflits d’intérêts ont toujours des conséquences fâcheuses en santé, et s’agissant de conseiller les hommes politiques sur des mesures dont le coût se chiffre en milliards d’euros…

    Ce ne sont là que quelques-uns des aspects évoqués – à des fins de lutte contre la désinformation – dans cet article décapant : « Grippe A H1N1 pandémique et vaccin adjuvanté au squalène: une analyse des risques », dont voici la première partie, puis la deuxième.

    Voici un texte écrit par la rédaction de la revue médicale allemande indépendante Arznei-Telegramm, portant plus particulièrement sur les vaccins contre la grippe A H1N1. Les médecins comparent les vaccins qui seront disponibles en Europe avec ceux qui seront utilisés aux Etats-Unis et constatent que les Européens n’ont pas la prudence des Américains… Les vaccins ne sont pas fabriqués de la même façon. Ils décortiquent aussi la composition des vaccins et parlent des dangers et des risques induits par un certain mélange qui sera utilisé comme adjuvant pour renforcer la réponse immunitaire – et pour diminuer le prix… Le squalène est directement mis en cause. Et on apprend que le Pandemrix de GSK contient du thimérosal (aussi appelé thiomersal ou ethyl-mercure).

    D’autres aspects délicats sont aussi abordés, notamment la vaccination des femmes enceintes, l’absence de données quant à l’efficacité d’un Tamiflu que l’on sait mal toléré, surtout par les enfants, etc. La rédaction de ce journal qui n’est pas du tout antivaccinaliste souligne clairement qu’il s’agit là de tester directement sur la population des vaccins quasiment inconnus :

    « Grippe A : un vaccin douteux aux adjuvants risqués sera expérimenté directement sur la population, déplore Arznei-Telegramm » Si les Américains se montrent plus prudents, c’est qu’ils ont eu une épidémie de grippe porcine (« swine flu ») en 1976, et que, suite à un seul décès – celui d’un soldat dans une caserne -, le président Ford a décrété la vaccination massive d’au moins la moitié de la population. En tout cas, 40 millions de personnes ont été vaccinées, dans des conditions comparables aux nôtres actuellement : vaccin bâclé, non testé (ou beaucoup trop peu), qui aurait été inutile en 1976, puisque cette grippe porcine-là n’était pas plus dangereuse que celle hivernale, elle non plus.

    Une vidéo de 1979 – en fait l’enregistrement d’une investigation qui n’a pu être rendue publique qu’après une bataille juridique – et le texte explicatif qui l’accompagne montrent bien à quel point les conséquences des expérimentations grandeur nature sont trop imprévisibles et ne devraient pas être mises en place pour tenir lieu de pseudo-politique de santé publique.

    « La grippe A ou grippe porcine de 1976 : épidémie d’effets secondaires d’une vaccination massive inutile (vidéo) »

    Ce n’est pas à la hâte que l’on doit décider de mesures touchant des populations entières. La santé publique doit se fonder sur un certain nombre de preuves scientifiques, issues d’études d’efficacité de tel vaccin et de tel médicament ; elle demande des études sur le rapport bénéfices-risques, sachant que plus la vaccination est massive, plus le risque est grand de voir apparaître des effets indésirables graves, et en nombre de plus en plus important. Le vaccin bâclé et non testé de 1976 a fait beaucoup de dégâts, comme on l’apprend dans la vidéo, exemples à l’appui… Il y a eu une véritable « épidémie » de syndromes de Guillain-Barré, maladie neurologique invalidante, de même que 30 à 40 morts.

    Et l’interview du directeur du programme de vaccination de 1976 montre l’ignorance coupable des autorités sanitaires et politiques, exécutants des désirs d’une industrie pharmaceutique qui a mené la danse, comme on le voit dans les campagnes publicitaires étatiques de l’époque, dénuées de tout esprit critique.

    Et voici un autre article très synthétique et bien documenté, écrit par Juan Gérvas, un médecin espagnol spécialiste en santé publique, qui a parcouru la littérature médicale sur la grippe A et nous expose les grandes lignes de ce que nous devons raisonnablement savoir sur cette forme de grippe certes plus contagieuse, mais aussi plus légère. Cause des complications, nombre de décès, moyens de prévention, rapport bénéfices – risques des traitements antiviraux par Tamiflu ou Relenza, ou encore vaccins – rien n’est laissé de côté. De quoi rassurer même les plus peureux.

    « Vaccin et Tamiflu sont inutiles dans une grippe A H1N1 bien moins grave que la grippe saisonnière. Juan Gérvas nous rappelle à la raison ».

    Une excellente critique de la bulle médiatico-politique et médico-pharmaceutique qui s’autoalimente est faite par des journalistes du service public allemand, qui interviewent plusieurs médecins et scientifiques sur divers aspects de la grippe A par rapport à la grippe saisonnière, ainsi que sur les moyens de prévention (vaccins) et de traitement proposés (Tamiflu, Relenza).

    En regardant leur enquête, traduite dans l’article, on se rend compte que les hommes politiques et les autorités sanitaires veulent donner l’impression d’avoir tout sous contrôle, et ignorent volontairement les forts doutes sur l’efficacité de ces moyens acquis pourtant pour des sommes astronomiques. Une ignorance qui entraînera des décisions inutiles, des gaspillages inutiles, et surtout des risques inutiles que les autorités feront courir à des bien portants vaccinés en masse par des vaccins bâclés et très peu (ou quasiment pas) testés. Les personnes touchées par des formes légères de grippe, et surtout les femmes enceintes et les enfants, risqueront eux aussi de faire un certain nombre d’effets secondaires – détaillés dans les articles -, lorsqu’on leur administrera du Tamiflu en masse au moindre symptôme.

    On apprend dans cette émission d’investigation beaucoup d’autres choses sur le « traitement » médiatique qui noircit le tableau pour faire augmenter les ventes, sur les méthodes douteuses employées par certaines firmes pharmaceutiques pour obliger les autorités à passer commande sans attendre les preuves scientifiques de l’efficacité de leurs médicaments ou vaccins.

    On apprend aussi, par des experts qui font leur devoir de vérité et de mise en garde, qu’on n’a pas de preuves de l’efficacité réelle du Tamiflu dans les vagues de grippe passées, et encore moins dans la grippe A. Les jours de ce médicament étaient comptés avant que la grippe porcine ne s’installe sur le devant de la scène. De plus, beaucoup de souches virales sont déjà résistantes au Tamiflu. Ces détails et d’autres sont dans l’article

    « La télé publique allemande critique le business de la grippe A, l’inefficacité du Tamiflu et les pressions de Roche sur les politiques »

    Parlant du business, comment s’étonner que la France soit le pays européen qui a commandé le plus de vaccins, lorsqu’on connaît les relations – les conflits d’intérêts – de Nicolas Sarkozy et de François Sarkozy avec Sanofi-Aventis, grand producteur de vaccins ? Ils n’ont pas hésité à instrumentaliser la maladie d’Alzheimer et la recherche publique pour des profits, alors pourquoi ne feraient-ils pas de même avec la grippe A H1N1 ? Voir l’article

    « Plan Alzheimer et conflits d’intérêts : les Sarkozy, Sanofi, recherche publique, franchises médicales… Les deniers publics feront les profits privés »

    Si vous voulez avoir une idée de l’énorme faiblesse des fondements scientifiques sur lesquels se basent les recommandations de vacciner tout le monde contre la grippe A H1N1 et de traiter par Tamiflu, lisez l’article suivant, qui commente deux papiers parus dans la prestigieuse revue médicale internationale The Lancet. Sur la base d’un très petit nombre de cas de femmes enceintes qui ont eu des complications suite à leur contamination par la grippe porcine, on attise les craintes de toutes les femmes, et le petit monde médico-pharmaceutique – dont Pharmacritique dénonce régulièrement les conflits d’intérêts – a tout de suite vu là l’occasion de dire qu’il fallait vacciner toutes les femmes enceintes, y compris contre la grippe saisonnière, et qu’il fallait les traiter par des antiviraux, notamment par Tamiflu, dès l’apparition des symptômes..

    Si cela s’appelle science, si cela s’appelle médecine…

    La plus élémentaire prudence dit qu’il faut en premier lieu préserver les femmes enceintes de tout médicament ou vaccin, surtout lorsqu’il n’y a pas de données sur leur impact sur le fœtus. Mais les décideurs politico-sanitaires s’en fichent, à commencer par ceux de l’OMS, dont une représentante s’exprime dans l’un des papiers cités ici :

    « Femmes enceintes et grippe A : vaccins et Tamiflu à gogo et à l’aveugle, selon des articles du Lancet »

    Et, dans un tout autre registre, voici un coup de gueule d’un personnage canadien très controversé, mais qui a le mérite de ne pas mâcher ses mots :

    « Grippe porcine : le député et animateur canadien André Arthur dénonce une manipulation médiatique et politique »

    Pour finir, voici la révélation Clin d’oeil qui dédramatise l’ensemble. Restons sur cette note ironique et de recul critique dans la réception des « informations » avec lesquelles nous bombardent les media, genre décompte des morts: « Les vraies causes de la grippe A H1N1, dite grippe porcine ».

    Rationnellement vôtre,

    Pharmacritique

    lepost.fr […] ocifs.html

    Y PENSER À DEUX FOIS AVANT DE SE FAIRE VACCINER…


     

    Cette information vient de : http://kebek777.spaces.live.com/blog/cns!1D8D253E0DF011A!2067.entry?ccr=6011#comment

    Par Radio-Canada, http://www.radio-canada.ca, Mis à jour le: 24 septembre 2009 08:56

    Vaccins contre la grippe – Des études sèment la confusion

    Se faire vacciner contre la grippe saisonnière pourrait augmenter le risque d’attraper la grippe A (H1N1), selon les conclusions préliminaires de quatre études canadiennes.

    Un bien pour un mal. C’est ce qui ressort des conclusions préliminaires de quatre études canadiennes, menées auprès de 2000 sujets, qui semblent indiquer que les personnes ayant reçu un vaccin contre la grippe saisonnière sont plus exposées que les autres au virus de la grippe A (H1N1).

    Les chercheurs soulignent qu’il ne s’agit que d’une hypothèse. « Nous avons repéré des indices. Il n’ont pas encore été validés, on en est encore à un stade préliminaire », a déclaré à CBC News le Dr Donald Low, microbiologiste en chef à l’hôpital Mount Sinaï de Toronto.

    Il faudrait, entre autres, s’assurer que ce phénomène existe aussi dans l’hémisphère sud, où la période annuelle de grippe saisonnière vient de s’achever.

    Améliorer les campagnes de vaccinations

    Si les conclusions de ces études sont confirmées, les campagnes de vaccination contre la grippe, saisonnière ou A (H1N1), pourraient être mieux planifiées.

    Il serait, par exemple, possible de déterminer dans quel ordre il vaut mieux administrer les vaccins pour obtenir une protection optimale.

    Le débat est d’actualité au Canada, puisqu’on envisage de reporter, voire d’annuler, la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière au profit de la vaccination contre la grippe A (H1N1).

    Au Québec, cette décision pourrait concerner en priorité certains groupes comme les jeunes adultes en bonne santé.

    L’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) rappelle qu’il appartient à chaque province et territoire de décider ou non de reporter ou d’annuler les campagnes de vaccination.

    Les professionnels de la santé méfiants

    En attendant, c’est le doute sur la fiabilité du vaccin contre le virus de la grippe A (H1N1) lui-même qui prévaut au sein de la communauté des professionnels de la santé en France, au Royaume-Uni et à Hong Kong.

    Selon la radio de Radio-Canada, des consultations menées auprès de ces professionnels montrent que la moitié d’entre eux ne se fera pas vacciner contre le virus de la grippe A (H1N1). Ils estiment que les risques associés à un nouveau vaccin dépassent les bénéfices possibles.

    Aucune consultation de ce type n’a, pour le moment, été menée au Canada.

    CBC News 

    par Sortir du Chaos et de l'illusion

     

    La ministre de la Santé, Leona Aglukkaq, elle-même originaire du Nunavut, a réclamé une enquête interne pour faire la lumière sur l’affaire des sacs mortuaires envoyés à des communautés autochtones.

     

    Publié le 18 septembre 2009 à 07h54 | Mis à jour le 18 septembre 2009 à 07h55

     

    Malorie Beauchemin
    La Presse

    (Ottawa) Une «erreur» macabre a soulevé une vague de consternation à Ottawa, hier. Tous les partis, y compris le gouvernement, ont condamné avec indignation l’envoi, par Santé Canada, de dizaines de sacs mortuaires à des communautés autochtones du nord du Manitoba, en prévision d’une prochaine éclosion de la pandémie de grippe A (H1N1).

    «Le message que ça envoie, c’est que des gens d’origine autochtone vont mourir. C’est un message de mépris, de désespoir. C’est un cynique manque de compassion, a déploré le chef libéral, Michael Ignatieff. Il y a un manque de préparation dans ces communautés qui est très troublant pour les chefs. Ils sont démunis. Ils ne peuvent pas prévenir l’épidémie.»

    Mercredi, des chefs de nations autochtones se sont rendus jusqu’à Ottawa pour dénoncer ce qu’ils ont perçu comme une insulte de la part du gouvernement fédéral.

    Devant le tollé de critiques, Santé Canada a publié un communiqué en fin d’après-midi, hier, s’excusant pour cet «incident», tout en expliquant qu’il s’agissait d’un approvisionnement normal et «nécessaire» de matériel médical, qui se fait périodiquement dans les régions éloignées.

     

    «Puisque nous ne connaissons pas la gravité de l’éclosion éventuelle et que les collectivités isolées du Nord se trouvent dans une situation vulnérable, la région du Manitoba a renouvelé, pour une période de trois à quatre mois, les réserves de fournitures de plusieurs collectivités des Premières Nations», a indiqué Santé Canada.

    En matinée, la ministre de la Santé, Leona Aglukkaq, elle-même originaire du Nunavut, avait toutefois réclamé une enquête interne pour faire la lumière sur l’affaire.

    «Ce qui s’est produit est inacceptable. Il s’agit d’un geste insensible et insultant. En ma qualité de ministre de la Santé et étant moi-même autochtone, je suis offusquée», a souligné Mme Aglukkaq, par communiqué, alors qu’elle se trouvait à Winnipeg pour rencontrer les ministres de la Santé des provinces et territoires.

    En chambre, les ministres du gouvernement Harper ont dû répondre à de nombreuses critiques de la part des partis de l’opposition, notamment sur le manque de préparation à la veille de la saison de l’influenza.

     

    Philippe Bernard Gervais

    KÉBEK 777 COMMUNICATIONS

    par Sortir du Chaos et de l'illusion

    La pré-pandémie


     
    Cette information vient de chez mon ami Bernard, venez voir son blog ici

     La pré-pandémie

    Message nº 1
    Jean-Paul Thouny (Montreal, QC) a écritle 11 septembre 2009 à 08:17

    Madame, Monsieur,
    Chers amis,
    Je vous avais promis de vous informer. C’est ce que je fais. En attendant la sortie de ma première capsule vidéo, je vous écris. Parce que c’est plus fort que moi. Et parce que les jours nous sont comptés. L’objectif de ce courriel est double.

    Premier objectif : je veux vous rappeler la tenue à Montréal d’un congrès exceptionnel qui aura lieu ce samedi 12 septembre, de 9 heures à 22 heures (heure de Montréal) (15 heures à 4 heures du matin, heure européenne). Ce congrès est la première conférence pour la liberté de Choix en Santé. En tant qu’Européens, vous pourrez suivre en ligne tout le déroulement de ce congrès, en direct et en différé.

    Si vous voulez savoir de quoi traitera ce congrès, cliquez sur le lien qui annonce l’événement :

    http://www.youtube.com/watch?v=NbMWPTM2yhsConnaissant bien les http://www.telesante.com/conference_flcs_12sept09_webdiffusion.html

    •pourquoi, Madame Bachelot (ministre de la santé en France) a-t-elle demandé début février 2009, à un groupe de légistes constitutionnalistes, un mémo sur la question suivante : l’imposition d’un plan de vaccination à toute la population serait-elle illégale et anticonstitutionnelle ? Ce sur quoi les experts l’ont rassurée, invoquant qu’une situation exceptionnelle et qu’un état d’urgence sanitaire justifiait amplement qu’on supprime toutes les libertés individuelles !

    •pourquoi l’Organisation Mondiale de la Santé a-t-elle modifié, le 27 avril 2009, sa définition de la pandémie ? Auparavant, pour déclarer une pandémie, les contraintes étaient beaucoup plus sévères ! Maintenant, il suffit que la maladie soit identifiée dans deux pays d’une même zone OMS !
    •comment se fait-il que le brevet du vaccin contre la grippe porcine (H1N1) a été déposé en 2007 (bien avant la réapparition du virus disparu depuis la fameuse épidémie de grippe espagnole, en 1918) ?
    •par quel hasard le président Sarkozy a-t-il eu l’intuition d’aller signer un contrat d’investissement d’un montant de 100 millions d’euros, le 9 mars 2009, pour la construction d’une usine de fabrication de vaccins contre la grippe ? Et devinez où ! Au Mexique, là où justement, le foyer de la pandémie a pris naissance !
    •pourquoi aucun média et aucun expert scientifique ne rappellent que la grippe ordinaire tue chaque année entre 250.000 et 500.000 personnes, soit plus de 1.000 morts par jour (ce sont les chiffres officiels de l’Organisation Mondiale de la Santé) ?
    •pourquoi tous les médias du monde répètent-ils quotidiennement que le virus de la grippe A H1N1 va provoquer une hécatombe de victimes, alors que les faits démontrent qu’il s’agit d’une simple grippette (moins grave que la grippe saisonnière ordinaire) qui n’a fait que 2.000 morts en plus de cinq mois ? La grippe ordinaire en aurait fait, pendant ce même laps de temps, 200.000 morts !
    •pourquoi, malgré ces chiffres de morbidité et de mortalité insignifiants (2.000 au lieu de 200.000), la plupart des pays du Monde ont passé des commandes faramineuses pour des centaines de millions de doses de vaccin, et ce, dès le mois de juin 2009 ?
    •autrement dit, pourquoi met-on en place des mesures exceptionnelles cette année, alors que la grippe est moins virulente que les autres années ? Qu’est-ce qui, dans les faits, justifie de telles décisions alors qu’il n’y a rien d’exceptionnel ?
    •pourquoi des lois d’exception (lois martiales) ont-elles déjà été votées dans la plupart des pays (sans en révéler le contenu) ?
    •pourquoi le Ministre de l’Intérieur Français a-t-il rappelé tous les réservistes de l’armée et de la gendarmerie, en février 2009, en vue (je cite) « de graves troubles sociaux prévus pour la fin de l’été 2009 » (c’est-à-dire septembre) ?
    •pourquoi l’armée américaine vient d’être déployée sur tout le territoire des Etats-Unis ?
    •pourquoi plus de 800 camps de concentration ont-ils été installés aux Etats-Unis, ces dernières années (pour l’instant, ils sont vides) ? Pourquoi sont-ils gérés par la FEMA (Federal Emergency Management Agency), qui intervient lors des grandes catastrophes sur le territoire (comme lors du cyclone Katrina) ?
    •pourquoi des centaines de milliers de cercueils sont-ils entreposés dans tous les états américains et pourquoi des fosses communes ont été creusées dans chaque district ?
    •pourquoi 600 neurologues britanniques ont-ils reçu, le 29 juillet 2009, une lettre confidentielle du Health Protection Agency (HPA), les invitant à être particulièrement attentifs à la future recrudescence du syndrome de Guillain Barré (maladie neurologique dégénérative gravissime déclenchée la plupart du temps par l’acte vaccinal) ? Et pourquoi cette même agence n’a-t-elle pas prévenu le public qui va « bénéficier » de cette campagne de vaccination ?
    •comment se fait-il que le 5 mars 2009, la firme Baxter a contaminé 72 kg de matériel vaccinal, mélangeant les virus H5N1 de la grippe aviaire et H3N2 de la grippe ordinaire, avant de les envoyer dans six pays différents, alors que les procédures de sécurité dans ce genre de laboratoire rendent cet accident absolument impossible ? Impossible sauf si l’acte devient volontaire. Cela m’a été confirmé par un docteur en biologie.
    •pourquoi ne nous dit-on pas que le vaccin contre la grippe, depuis 40 ans qu’il existe, n’a jamais eu d’impact positif sur l’incidence de cette maladie, au contraire ? Une étude internationale a démontré que les vaccinés attrapaient plus souvent la grippe que les non-vaccinés.
    •pourquoi nous cache-t-on qu’en 1918, ce sont les personnes vaccinées qui sont mortes de la grippe espagnole, et pas les non-vaccinées ? Cela voudrait-il dire qu’elles ont été tuées par le vaccin lui-même, et pas par la grippe ?
    •si les vaccins ont si peu d’effets secondaires, comment les autorités sanitaires expliquent-elles que le nombre de scléroses en plaques en France est passé de 25.000 à 85.000, suite à la campagne de vaccination contre l’hépatite B ?
    •pourquoi nous cache-t-on que toutes les épidémies du XXe siècle ont été déclenchées par des campagnes de vaccination préalables ?
    •pourquoi autorise-t-on de mettre dans le futur vaccin contre la grippe H1N1, un adjuvant tel que le squalène (dans une proportion un million de fois plus importante – j’ai revérifié les calculs, car je n’y croyais pas !), alors que la Chambre des Représentants l’avait reconnu explicitement responsable du syndrome de la première guerre du Golfe, syndrome qui avait rendu 180.000 GI’s malades (25 % des soldats) suite à l’injection du vaccin contre l’anthrax ? À noter que le squalène avait été interdit par un juge fédéral en 2004 !
    •pourquoi les premières populations visées par la vaccination sont-elles les femmes enceintes et les enfants, alors qu’habituellement, ce sont les vieux qu’on vise ? Eux, paraît-il, auraient une mémoire immunitaire de la grippe espagnole de 1918 !!!
    •pourquoi les procédures de vaccination obligatoire seront-elles confiées, non pas à des médecins, mais à des étudiants volontaires et des militaires ?
    •pourquoi aucun médecin et aucun hôpital ne pourra dispenser les vaccins eux-mêmes ? Craindraient-ils de faux certificats ?
    •pourquoi 50 % des médecins anglais disent qu’ils refuseront de se faire vacciner avec le nouveau vaccin, parce qu’ils n’ont pas confiance en la procédure de préparation ?
    •pourquoi présente-t-on le Tamiflu comme un antiviral efficace, alors que toutes les campagnes d’utilisation de ce produit se sont révélées catastrophiquement inefficaces ? De plus, ce médicament provoque de nombreux désordres psychologiques et neuronaux, allant jusqu’à provoquer des suicides en nombre chez ceux qui en consomment !

    •pourquoi les autorités sanitaires, censées vouloir notre bien et notre protection, autorisent-elles qu’un nouveau type de vaccin (ce sont leurs mots) soit testé directement sur des centaines de millions de cobayes (c’est-à-dire nous), sans que les protocoles normaux de Mise en Marché ne soient respectés, et sans aucune garantie d’innocuité dudit vaccin ?Je pourrais continuer comme cela encore des heures. Mais je m’arrête là, car les autres questions iraient toujours dans le même sens. Je n’ai plus le temps, pour l’instant, de vous mettre toutes les références d’articles des journaux officiels (le Monde, le Figaro, le Daily Post, le Journal du dimanche, etc.), des sites officiels (de l’OMS, de Baxter, d’Aventis, de Sanofi-Pasteur, etc.) et des déclarations de scientifiques pro-vaccinalistes que j’ai consultées ! Vous trouverez tout cela sur mon site, d’ici la fin du mois de septembre.

    Mais je vous garantis sur l’honneur que toutes les questions que je pose ci-dessus se basent uniquement sur des lectures de documents officiels et accessibles à tous ! Ce ne sont pas des allégations, des suppositions, des supputations de théoriciens du grand complot ! C’est cela qui fait qu’il est impératif de se poser de telles questions ! Et de tirer les conclusions qui s’imposent.

    Pour ma part, c’est fait. Et j’ai pris position clairement.
    Autrement dit, tant qu’on ne m’obligera pas à fermer ma gueule, je continuerai à vous informer.

    Il y a, par contre, une question que je vais poser ici et à laquelle je vais répondre, car beaucoup de mes interlocuteurs ne comprennent pas cela (j’ai reçu des centaines de courriels en une semaine !!! Merci à ceux qui m’ont traité de pauvre connard et de manipulateur. Merci surtout à tous ceux qui ont relayé l’information à des dizaines de milliers de personnes en Europe et au Canada. Merci particulièrement à tous ceux qui prient pour moi, pour l’instant. J’ai été très touché et ému.)

    La question est : comment un virus aussi bénin va-t-il s’y prendre pour tuer des millions de personnes ? Ça, c’est la question à un million de dollars !!!

    Eh bien c’est l’histoire des pandémies du passé qui nous apporte la réponse. La recette est simple (en douze étapes, déjà expérimentées en 1918 avec succès) :

    1.on annonce qu’un foyer d’une nouvelle grippe vient d’apparaître au Mexique et que c’est très grave, car c’est un virus animal qui s’est transmis à l’homme !

    2.on annonce ensuite 350 morts en une semaine, pour rectifier ensuite le décompte à 8 morts. Mais tout le monde a retenu qu’il y avait eu beaucoup de morts dès le début (ça ne vous rappelle rien, ça : le 11 septembre, on nous a annoncé à la télévision 40 à 50.000 morts dans les Twin Towers – ce qui a justifié la croisade contre les forces du Mal – puis, on a révisé le nombre de morts à 2.974) ;
    3.on annonce à grand renfort de publicité quotidienne que ce terrible virus se propage à une vitesse incroyable sur toute la planète (alors que par ailleurs, aucun laboratoire du monde ne dispose de la souche du virus pour confirmer que c’est bien ce virus qui est en cause, et pas le virus ordinaire – on reconnaît par ailleurs que la grippe porcine ne présente aucun symptôme spécifique par rapport à ceux de la grippe ordinaire – alors, comment font-ils pour compter le nombre de cas ???) ;
    4.devant le peu de virulence dudit virus, on nous annonce que ce gentil virus (finalement) va muter et va devenir TRÈS méchant, et que l’on sait qu’il va muter à une date précise (celle de la sortie des vaccins, quelle coïncidence quand même !) ;
    5.pendant tout ce temps, on prépare des produits en laboratoire dont on dit qu’ils sont des vaccins, et dans lesquels on mélange deux souches de la grippe porcine, deux souches de la grippe aviaire et une souche de la grippe humaine (cocktail tout à fait explosif, lorsqu’il sera injecté dans le corps !). De plus, on rajoute (en plus grande quantité que d’habitude) des adjuvants (mercure, aluminium et squalène), reconnus pour leur grande toxicité ;
    6.peu avant la sortie des soi-disant vaccins (qui sont en réalité, ici, des armes bactériologiques), les médias se déchaînent pour nous annoncer qu’il y a une recrudescence de cas de grippe. Même si les médecins ne prennent plus la peine de vérifier s’il s’agit bien du même virus, le peuple est tellement hypnotisé qu’il ne réfléchit plus. Il est persuadé que la mutation annoncée est en train de se réaliser ;
    7.on annonce aussi que tous les vaccins ne seront pas disponibles immédiatement et qu’il y aura des chanceux qui pourront en bénéficier tout de suite, et d’autres devront attendre jusqu’à quatre mois pour enfin recevoir le vaccin salvateur ! À noter que nous en sommes là, pour l’instant, dans la chronologie des événements.
    8.dès la sortie des premières armes bactériologiques déguisées en vaccins, le bon peuple apeuré court se faire vacciner volontairement, dans les centres spécialement préparés à cet effet (et encadrés par des militaires). Ici au Canada, les gens s’inscrivent sur des listes d’attente pour être certains d’être parmi les premiers vaccinés !
    9.dès l’injection du vaccin, le cocktail préparé soigneusement par les laboratoires entraîne la mutation et la combinaison des différentes souches dans le corps du patient, rendant les virus extrêmement mortels. Dans le même temps, les adjuvants auront mis par terre le système immunitaire. La Tamiflu sera utilisé pour provoquer une surinfection (cas déjà observés dans plusieurs pays) entraînant immédiatement la mort de la personne. Conséquence : il y aura des milliers de morts parmi les premières populations vaccinées ;
    10.on nous dira alors que, malheureusement, ce qu’on craignait est arrivé : le virus a muté sous une forme mortelle. On attribuera la cause des décès au virus, et pas au gentil vaccin censé nous protéger ! Une panique s’emparera de la population, qui réclamera qu’on les vaccine d’urgence ;
    11.vu la gravité de la situation sanitaire, vu les troubles engendrés, d’une part par ceux qui réclameront avec force leur vaccin, d’autre part par ceux qui accuseront les autorités sanitaires de génocidaires, l’état d’urgence sera déclaré dans tout le pays et le plan de vaccination obligatoire sera mis en place ;

    12.ceux qui refuseront de se faire vacciner devront se cacher ou disparaître pendant un temps suffisamment long, à moins qu’on ne les fasse disparaître dans des camps de concentration prévus à cet effet.Ce scénario, je vous l’écris en cette nuit du 9 au 10 septembre 2009. Je ne le fais pas du tout de gaieté de coeur.
    Je sais que certains parmi vous me reprocheront d’alimenter la peur qui est déjà créée par les élites lumineuses, et de finalement, faire le jeu de ceux que je dénonce. À cela, je vous citerai une phrase de Jésus-Christ (même si je n’appartiens plus à aucune religion) : « Vous connaîtrez la vérité, et la vérité fera de vous des hommes libres ! » (Jean 8:32).

    Je vous offre ici une synthèse de tout ce que j’ai lu depuis cinq mois (dont deux mois à temps plein). Mon objectif, c’est de décrypter pour vous les informations qui nous sont cachées (même si elles sont disponibles publiquement – faites vos recherches avec Google – vous verrez !), afin que vous ne cédiez pas à la panique lorsque l’hécatombe commencera. Afin que vous compreniez quelle est la cause réelle de ce que vous verrez..

    Maintenant, que pouvons-nous faire, me direz-vous ? Pour l’instant, la chose qui me paraît la plus importante, c’est que vous diffusiez cette information à TOUS vos contacts. Imprimez ce courriel, découpez-le en morceaux s’il vous paraît trop long, donnez-le à tous vos amis, à toutes vos connaissances. Si vous êtes parents d’enfants allant à l’école, constituez immédiatement des comités de résistance à ce plan génocidaire. Dans trois semaines, il sera trop tard. Et vous devez savoir que les écoles seront bouclées pour pouvoir vacciner vos enfants. Si vous n’êtes pas organisés maintenant, vous serez démunis le 28 septembre, lorsque le plan se mettra en marche. Allez parler à tous les policiers, à tous les gendarmes que vous connaissez car eux aussi, sont maintenus dans l’ignorance de ce plan (et ils ne seront pas vaccinés par les mêmes produits, pour ne pas tomber malades, eux !). Expliquez-leur qu’ils vont participer, sans le savoir, à un génocide programmé contre la population. Rappelez-vous que si les nazis ont pu déporter autant de personnes vers les camps de la mort, c’est parce qu’ils ont bénéficié de l’aide de la police française qui n’avait pas compris ce qui se passait. Allez parler aussi à vos représentants politiques, car la plupart d’entre eux ne savent pas ce qui se trame. Demandez-leur de ne pas coopérer, de saboter le plan, de faire détruire les fichiers de population, pour que le recensement des vaccinés et des non vaccinés devienne un casse-tête.

    Cette activité devrait devenir votre tâche prioritaire. Car la seule manière d’enrayer ce plan diabolique, c’est de réunir une masse critique de gens conscients. Gandhi ne disait-il pas : « un individu conscient et debout est bien plus dangereux pour le pouvoir en place que 10.000 individus endormis et inconscients. » J’en suis convaincu.

    Par contre, ne perdez pas votre temps avec les hauts dirigeants de l’État, les grands médias et les experts payés (achetés) par les laboratoires pharmaceutiques. Ne perdez pas non plus votre temps avec les sceptiques, les indécrottables du petit écran pour qui seule la parole des médias est l’évangile. Méfiez-vous même de leur réaction, car ils pourraient vous accuser de chercher à les tuer en les empêchant de se faire vacciner.

    Et si vous avez peur en lisant mon courriel, transformez cette peur en action, en mouvement. C’est toujours comme cela que l’humanité a fait des bonds dans son évolution : c’est en transformant sa peur du feu en maîtrise du feu que l’homme a inventé la technique. Ici, l’enjeu est de taille : c’est en transformant votre peur de la mort que vous pourrez accéder à une nouvelle dimension, à une nouvelle vibration. Rappelez-vous que nous ne sommes pas des êtres matériels vivant des expériences spirituelles. Nous sommes des êtres spirituels vivant l’expérience fabuleuse de l’incarnation.

    Personnellement, je suis très conscient de ce que je risque en prenant cette position, à découvert. Depuis quelque temps, je vis avec la perspective qu’il se pourrait que je ne sois plus de ce monde dans les semaines qui viennent. Et je découvre une perspective fabuleuse à mon existence. Souvent, je me suis posé la question de façon théorique : s’il me restait un an à vivre, quels choix de vie ferai-je pour que je puisse entrer dans la mort sereinement et sans regret ? Aujourd’hui, cette question n’est plus théorique pour moi. Et je me rends compte que beaucoup de mes valeurs se transforment de façon encore plus radicale. Et beaucoup de choses qui me causaient du souci deviennent tellement secondaires…

    Et cette phrase de saint Matthieu résonne dans ma tête : que votre oui soit un oui, que votre non soit un non, (Matthieu 5:37).
    Serons-nous capable de dire non à l’infamie, au risque de notre vie corporelle ? Serons-nous capables de dire oui à ce que notre âme nous dicte de faire ? Serons-nous capable de nous mettre debout, quel que soit le prix à payer ?

    Tel est le cadeau que ce plan de pandémie nous offre en cette fin d’année 2009. Si nous sommes à la hauteur du défi (et je sais que nous le sommes), ce vaccin deviendra notre pierre philosophale et nous transformera en alchimistes, pour réaliser le grand œuvre.

    Restons debout et conscients.

    Je vous salue avec le coeur.


    Jean-Jacques Crèvecoeur
    De Montréal (4 heures du matin, ce jeudi 10 septembre 2009)

    par Sortir du Chaos et de l'illusion

    Quels sont les intérêts économiques derrière cette grippe porcine.


     
    UNE PANDEMIE DE PROFIT
     
    Quels sont les intérêts économiques derrière cette grippe porcine dont on nous rabat les oreilles ?1 million de personnes par an meurent dans le monde de la MALARIA, qui pourrait être prévenue avec un simple moustiquaire.Les journaux n’en parlent pas! 2 millions d’enfants par an meurent dans le monde de la DIARRHÉE, alors que l’on pourrait l’éviter avec un banal sérum pour 0€25 la dose.
     
    Les journaux n’en parlent pas! 10 millions de personnes par an meurent de la ROUGEOLE, PNEUMONIES et INFIRMITÉS, que l’on pourrait les guérir avec de simples vaccins. Les journaux n’en parlent pas! Mais il y a de cela 10 ans, quand la fameuse grippe aviaire est apparue…Les journaux mondiaux nous ont inondés d’informations à ce sujet… :Une épidémie, la plus dangereuse de toutes… Une PANDEMIE ! On ne nous parlait que de la terrifiante maladie des volatiles. Et pourtant, la grippe aviaire a causé la mort de quelques 250 personnes en 10 ans… 25 morts par an.  La grippe commune, tue un demi-million de personnes par an, dans le monde. Un demi-million contre 25 !
     
    Un moment… Un moment s’il vous plaît !
     
    Alors, pourquoi un tel remue-ménage – un scandale- autour de la grippe Aviaire? Parce que derrière les poulets il y avait un "Coq", un coq à grande crête. L’entreprise pharmaceutique internationale ROCHE avec son fameux TAMIFLU vendu à des millions de doses aux pays asiatiques. Bien que l’efficacité du Tamiflu soit douteuse, le gouvernement britannique en a acheté pour 14 millions de doses pour protéger sa population. Grâce à la grippe aviaire, ROCHE et RELENZA, les deux des plus grosses entreprises pharmaceutiques qui vendent les antiviraux, ont obtenues des millions de dollars de bénéfices. Alors, en avant avec les oiseaux et maintenant avec les porcs.
     
    Eh oui! Maintenant commence la psychose avec la grippe porcine.  Et tous les médias du monde ne parlent que de çà. Et je me demande: Si derrière les poulets il y avait un "Coq"… N’y aurait t’il pas derrières les cochons un "Gros Porc"? L’entreprise nord-américaine Gilead Sciences détient le brevet du Tamiflu. Le principal actionnaire de cette entreprise n’est autre que le sinistre, Donald Rumsfeld, secrétaire d’état à la défense de Georges Bush, l’artisan de la guerre contre l’Iraq…Les actionnaires des entreprises pharmaceutiques ROCHE et RELENZA doivent se frotter les mains, ils doivent être heureux avec les millions de nouvelles ventes du Tamiflu.
     
    La véritable pandémie est celle de l’argent, les énormes bénéfices de ces mercenaires de la santé.Je ne nie pas les précautions nécessaires qui sont entrain d’être prises par tous les Pays du globe.Mais si la grippe porcine est une pandémie aussi terrible que l’annonce les médias. Si l’OMS se préoccupe tant de cette maladie, pourquoi ne la déclare-t-on pas cette pandémie comme un problème mondial de santé publique.Pourquoi ne pas autoriser la fabrication de médicaments génériques pour la combattre ? Se passer momentanément des brevets des entreprises ROCHE et RELENZA et distribuer les médicaments génériques gratuitement à tout les pays, et plus particulièrement aux pays les plus pauvres. Ne serait-ce pas la meilleure solution. Ou alors c’est une farce et aucune menace réelle ne pèse sur le genre humain !!!
     
    Avez vous remarqué que malgré le très grand risque lié à la prolifération de cette maladie, aucune précaution n’est prise à l’égard des destinations à risques? Aucuns médias ne se fait le relais de la prévention ni ne met sérieusement les gens en garde comme le voudrait le bon sens. Demande-t-on aux gens d’éviter de se rendre aux états-unis? Non! Que fait-on concrètement pour enrayer le risque de s’engager dans une pandémie?  Rien! Pourquoi? On est inscrits dans un contexte de crise financière ayant entraîné une crise économique. Une des plus grave que l’on ai connu.
     
    Pour détourner l’attention du peuple et sa méfiance, relancer l’économie "florissante" et ultralibérale avec les mêmes personnes qu’avant, il faut une situation de crise visant les personnes dans leur intégrité physique.  On sait tous qu’en temps de crise, les gens se jettent sur les magasins pour faire des stocks de tout et de rien. La preuve, certains font déjà des listes de survie pour pandémie.  On a vu ça avec les différentes guerres au 20ème siècle, les gens vont naturellement acheter plus et font des réserves. Une guerre mondiale ne pouvant être déclarée (logique) rien de tel qu’une bonne pandémie!
     
    Film en espagnol, mais pas besoin de parler la lange pour comprendre!
     
     
    Pourquoi pas en rire un peu
    Fabriquer son propre vaccin anti-grippe à la maison
     

    par Sortir du Chaos et de l'illusion

     

    Il semble que suite à cette conférence d’une grande importance tenue aujourd’hui pour la liberté de choix en santé, que l’information suivante ait été donnée « la loi obligeant TOUT LES CANADIENS SANS EXCEPTIONS À SE FAIRE VACCINNER est passée!!! »

    Aussi une loi au Massachusetts (usa) prévoit 1000 dollars d’amende par jour et 30 jours de prison pour toute personne qui refuserait le vaccin contre la grippe porcine !!

    http://www.lespacearcenciel.com

    Bon, relevons nos manches bien haute et continuons notre démarche pour informer le maximum de personnes afin d’être plus fort qu’eux, après tout ne sommes-nous pas en nombre supérieur? Les gouvernements semblent oubliés que nous les avons nommés pour nous représenter et à mon sens ils sont nos employés grâcement payés, en tant qu’employeur je dis qu’ils font de l’insubordination et on doit arrêter tout ça?

    La Suède interdit les vaccinations obligatoires

    enfants-suedois-sur-un-bateau_vaccins


    La Suède est pourtant un pays occidental très avancé scientifiquement. Cette décision démontre donc que les résultats scientifiques et les réactions biologiques du corps humain ne sont pas les mêmes en France qu’en Suède ! On peut dire également que les scientifiques et autres médecins suédois sont incompétents voire des imbéciles et des ignorants ! Pourtant, ces derniers publient dans les plus belles et les plus prestigieuses publications scientifiques mondiales !

    La déclaration de Robert F. Kennedy Jr. éminent juriste, spécialiste du droit de l’environnement, se suffit à elle-même et traduit sa perception de la dangerosité des vaccins de par les conservateurs et autres adjuvants utilisés. Elle donne froid dans le dos :  « Si vous prenez un flacon de ce vaccin et qu’il vous arrive de le briser, vous devez vous en débarrasser selon les règles légales qui sont d’application pour les produits dangereux. Vous devez, en outre évacuer le bâtiment où l’accident s’est produit. Pourquoi auriez-vous l’audace d’injecter ce produit dans le corps d’un enfant ? » !

    Et pourtant nos responsables en charge de la Santé des Français n’en ont cure. Attendent-ils une catastrophe nationale pour réagir raisonnablement ?

    Il est important d’indiquer que si certains effets se manifestent assez tôt, permettant de déduire une relation de cause à effet évidente, les effets délétères se produisent souvent à distance de la dernière injection si bien que l’on ne pensera pas à incriminer les vaccinations.


    Notamment en fonction de « graves problèmes de santé » et le fait que pareilles lois violeraient les droits constitutionnels des citoyens qui doivent avoir leur mot à dire dans leurs soins de santé (Extraits)

    La Suède a rejeté les vaccinations obligatoires, après avoir évoqué « de graves problèmes de santé », ainsi que le fait que l’obligation violerait les droits constitutionnels des citoyens de choisir ce qui peut ou non convenir à leur propre santé.

    Le 10 mai 2017, le Parlement Suédois a rejeté sept motions qui auraient inclus des vaccinations obligatoires dans la loi. Le Parlement a fait savoir « Si nous introduisions des vaccinations obligatoires ou forcées, cela violerait notre [Constitution Suédoise] »

    Notant également « la résistance massive à toute forme de coercition en matière de vaccination », le Parlement a aussi fait référence aux « réactions indésirables graves et fréquentes » chez les enfants qui reçoivent les vaccinations.

    « Le NHF Suède a fait parvenir une lettre au Comité en expliquant que l’introduction de vaccinations obligatoires ou forcées telles qu’elles ont été soumises dans la requête d’Arkelsten violerait la Constitution. De nombreuses autres personnes ont fait parvenir une correspondance au Parlement et interpellé les politiciens et le Parlement. Les politiciens n’ont pu faire que remarquer qu’il existait une résistance massive à toutes les formes de coercition en matière de vaccination.


    parlement-suedois


    « Le NHF Sweden a également fait ressortir à quel point les réactions indésirables peuvent être fréquentes au cours d’une année de vaccination. […] En outre, il convient de tenir compte que chaque groupe d’âge recevra deux fois le vaccin ROR, de sorte que les effets secondaires seront multipliés par deux. Il convient aussi de ne pas oublier, qu’en outre des réactions indésirables similaires s’appliquent à d’autres vaccins.

    « Dans la lettre, nous avons même inclus une liste exhaustive d’additifs trouvés dans les vaccins – substances qui ne sont pas des aliments pour la bonne santé et ne doivent certainement pas se retrouver dans le corps des bébés ou des enfants. Nous avons également inclus pour les législateurs une très importante liste d’études qui démontrent que la vaccination est une mauvaise idée.

    On pourra trouver le rapport complet ici 

    La décision judicieuse du Parlement Suédois fait fi, et va à l’encontre de ce qui se passe aux États-Unis comme dans les autres pays occidentaux. Big Pharma tient les législateurs sous sa coupe ; elle leur dicte sa politique en utilisant les médias corrompus pour calmer les dissidents.

    Robert F. Kennedy Jr. s’est récemment manifesté dans le Show Tucker Carlson où il a courageusement exposé « l’état de cette mafia  sans loi » que représente Big Pharma et leur « très lucrative » escroquerie vaccinale.

    « L’industrie pharmaceutique est si puissante, a expliqué RFK Jr. Elle donne 5,4 milliards de dollars par an aux médias. Elle s’est débarrassée des avocats… Elle a été réellement capable de contrôler le débat et de réduire des gens comme moi au silence. »

    Quand on lui a demandé comment il était possible que la situation soit à ce point si mauvaise, Robert F. Kennedy Jr. a expliqué : « que le Congrès accordait à Big Pharma une immunité légale globale » lorsqu’il s’agit des vaccins.

    Big Pharma est devenue la loi après que le président Reagan ait signé la loi sur les dommages liés aux vaccins infantiles. Ces gens peuvent ainsi mettre des ingrédients toxiques dans les vaccins. Ces éléments peuvent gravement endommager la santé de vos enfants- mais il est impossible de les poursuivre en justice.

    « Ce que vous devez comprendre, c’est que le régime des vaccins a considérablement changé depuis 1989. La raison pour laquelle il a changé, c’est que le Congrès sous l’influence de l’industrie pharmaceutique, a fait ce qui n’a jamais été réalisé pour aucune autre industrie – le Congrès a accordé une immunité légale générale pour tous les fabricants de vaccins.

    « Donc peu importe les protocoles, peu importe l’absence de contrôle de la qualité, peu importe la toxicité des ingrédients ou les dommages graves qui peuvent être causés aux enfants, il vous est impossible d’entamer des poursuites à leur encontre.

    « Il n’y a donc pas de témoignage, pas de découverte, pas de recours collectifs et… tout à coup les vaccins deviennent éminemment rentables. »

    Les énormes profits de cette industrie non réglementée ont fait en sorte que les compagnies Big Pharma se sont engagées à produire de nouveaux vaccins parfois inutiles qui sont injectés dans le corps des jeunes enfants – souvent plus de dix à la fois.

    « C’est devenu une véritable ruée vers l’or pour l’industrie pharmaceutique d’ajouter de nouveaux vaccins au schéma de vaccinations. »

    Mais à quel prix ? L’industrie du vaccin, en vertu de ses propres règles – ou plutôt en vertu de l’absence de règles –  nous rend impossible l’accès aux faits. Depuis longtemps, le Président Trump demande une enquête indépendante sur la sécurité des vaccins. Robert F Kennedy Jr. a fait la même demande.

    […] « J’ai reçu trois vaccins et j’étais donc tout à fait en ordre. J’ai maintenant 63 ans. Pour pouvoir être en ordre mes enfants ont dû recevoir 69 doses de 16 vaccins.

    Nombre de ces vaccins ne concernent même pas les maladies transmissibles. Prenons l’exemple de l’hépatite B qui s’attrape par des rapports sexuels non protégés ou chez des personnes qui partagent des aiguilles. – Pourquoi donc administrons-nous ce vaccin à un enfant  le premier jour de sa vie ? Et, en outre, il contient du mercure ! »

    Tucker demande : « Nous administrons vraiment ce vaccin à des enfants ? »

    « Nous continuons à leur administrer ce vaccin. Le mercure a été retiré de trois vaccins, mais il reste présent dans le vaccin contre la grippe et on en trouve encore dans plusieurs vaccins distribués dans le monde. Il faut savoir qu’il s’agit de la plus puissante neurotoxine non radioactive connue.

    « Comment est-il possible que nous injections pareil produit à des enfants ?

    Robert F. Kennedy Jr. a essayé de mettre cette situation scandaleuse dans un contexte.

    « Si vous prenez un flacon de ce vaccin et qu’il vous arrive de le briser, vous devez vous en débarrasser selon les règles légales qui sont d’application pour les produits dangereux. Vous devez, en outre évacuer le bâtiment où l’accident s’est produit. Pourquoi auriez-vous l’audace d’injecter ce produit dans le corps d’un enfant ? »


    Source: Yournewswire

    Vaccin hépatite B: La Cour européenne reconnaît le lien avec la sclérose en plaques

    Le vaccin contre l’hépatite B peut-il causer la sclérose en plaques et ouvrir droit à une réparation du préjudice? La Cour de Cassation hésitait à le dire… la Cour de Justice de l’Union Européenne vient de lui confirmer qu’elle avait le droit de le reconnaître. Une décision qui va compliquer l’entrée en vigueur de la vaccination obligatoire annoncée par la ministre Buzyn…

    Agnès Buzyn se serait probablement bien passée de cette décision qui va compliquer la mise en oeuvre de sa politique de vaccination obligatoire. La Cour de Justice de l’Union Européenne vient de considérer, dans le cadre d’une question préjudicielle, qu’il était conforme au droit de l’Union Européenne de reconnaître un lien de causalité entre un vaccin de Sanofi Pasteur contre l’hépatite B et la sclérose en plaques.

    L’affaire visait un cas français. Un homme en parfaite santé avait déclaré une sclérose après une vaccination. Il est décédé en 2011.

    Jusqu’ici, la directive de l’Union sur le sujet imposait aux plaignants d’établir la preuve de la causalité entre la vaccination et la maladie. La CJUE vient de reconnaître que cette preuve ne supposait pas forcément un consensus scientifique, mais pouvait simplement s’appuyer sur des présomptions fortes et sérieuses. Il appartiendra à chaque juridiction nationale de vérifier ce sérieux.

    Cette réponse ouvre la voie à une indemnisation des victimes par les fabricants de vaccins incriminés.

    Une très mauvaise nouvelle pour Sanofi… et pour Agnès Buzyn.

    Extrait du communiqué de presse de la Cour de justice de l’Union Européenne du 21 juin 2017:

    « Dans son arrêt de ce jour, la Cour estime comme compatible avec la directive un régime probatoire qui autorise le juge, en l’absence de preuves certaines et irréfutables, à conclure au défaut d’un vaccin et à l’existence d’un lien causal entre celui-ci et une maladie sur la base d’un faisceau d’indices graves, précis et concordants, dès lors que ce faisceau d’indices lui permet de considérer, avec un degré suffisamment élevé de probabilité, qu’une telle conclusion correspond à la réalité. En effet, un tel régime n’est pas de nature à entraîner un renversement de la charge de la preuve incombant à la victime, puisqu’il revient à cette dernière d’établir les différents indices dont la conjonction permettra au juge saisi de se convaincre de l’existence du défaut du vaccin et du lien de causalité entre celui-ci et le dommage subi.

     En outre, exclure tout mode de preuve autre que la preuve certaine issue de la recherche médicale aurait pour effet de rendre excessivement difficile voire, lorsque la recherche médicale ne permet pas d’établir ni d’infirmer l’existence d’un lien causal, impossible la mise en cause de la responsabilité du producteur, ce qui compromettrait l’effet utile de la directive ainsi que les objectifs de celle-ci (à savoir protéger la sécurité et la santé des consommateurs et assurer une juste répartition des risques inhérents à la production technique moderne entre la victime et le producteur).

    La Cour précise néanmoins que les juridictions nationales doivent veiller à ce que les indices produits soient effectivement suffisamment graves, précis et concordants pour permettre de conclure que l’existence d’un défaut du produit apparaît, compte tenu également des éléments et des arguments présentés en défense par le producteur, comme étant l’explication la plus plausible de la survenance du dommage. Le juge national doit en outre préserver sa propre liberté d’appréciation quant au point de savoir si une telle preuve a ou non été apportée à suffisance de droit, jusqu’au moment où il se considère en mesure de former sa conviction définitive. »

    Source: www.entreprise.news

    via: http://www.sante-nutrition.org/vaccin-hepatite-b-cour-europeenne-reconnait-lien-sclerose-plaques/

     

    Avec Agnès Buzyn, épouse d'Yves Lévy directeur de l'INSERM et ex belle-fille de Simone Veil, la célèbre philanthrope sioniste, nous sommes vraiment, pour une fois, en de bonnes mains !
    Il n'y a de toutes évidences aucune raison de s'inquiéter de possibles conflits d'intérêts avec Big Pharma et il est raisonnable d'écarter les soupçons envers les professionnels de la santé qui œuvrent sans relâche au bonheur de l'hu...manité...
    Nommée à ce poste par Jacques Attila (Mr Nouvel Ordre Mondial), la douce Agnès aurait seulement promis pour le remercier de cette nomination de faire appliquer scrupuleusement les deux premiers commandements inscrits dans le marbre des Georgia Guidestones (http://www.inexplique-endebat.com/…/georgia-guidestones-hum…)...
    https://youtu.be/yjvAXH7lGLk