Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

WWIII : Le Gouvernement Mondial des Hommes n'a pas lieu d'être, ni les sacrifices à l'être suprême, ni la constitution d'un état d'Israël géré par des Sionistes.

Publié le par José Pedro, collectif des rédacteurs dans LAOSOPHIE sur Overblog

UN GOUVERNEMENT MONDIAL À L'HORIZON

UN GOUVERNEMENT MONDIAL À L’HORIZON

Par Samuel David Meyer – Juin 2017

« Le Dieu qui a fait le monde et tout ce qui s’y trouve, étant le Seigneur du ciel et de la terre, n’habite point dans des temples faits de main d’homme ; Il n’est point servi par des mains humaines, comme s’il avait besoin de quoi que ce soit, lui qui donne à tous la vie, la respiration, et toutes choses.  Il a fait que tous les hommes, sortis d’un seul sang, habitassent sur toute la surface de la terre, ayant déterminé la durée des temps et les bornes de leur demeure ; Il a voulu qu’ils cherchassent le Seigneur, et qu’ils s’efforçassent de le trouver en tâtonnant, bien qu’il ne soit pas loin de chacun de nous, car en lui nous avons la vie, le mouvement, et l’être.  C’est ce qu’ont dit aussi quelques-uns de vos poètes : Nous sommes de sa race… » (Actes 17:24-28)

 « C’est pourquoi, sortez du milieu d’eux, et séparez-vous, dit le Seigneur ; Ne touchez pas à ce qui est impur, et je vous accueillerai.  Je serai pour vous un père, et vous serez pour moi des fils et des filles, dit le Seigneur tout-puissant. » (II Corinthiens 6:17-18)

« Mais l’Esprit dit expressément que, dans les derniers temps, quelques-uns abandonneront la foi, pour s’attacher à des esprits séducteurs et à des doctrines de démons. » (I Timothée 4:1)

« Et Dieu ne fera-t-il pas justice à ses élus, qui crient à lui jour et nuit, et tardera-t-il à leur égard ?  Je vous le dis, il leur fera promptement justice.  Mais, quand le Fils de l’homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? » (Luc 18:7-8)

Dans ce bulletin, nous examinerons une fois de plus la condition actuelle de notre monde, qui subit des processus de conditionnements depuis plusieurs décennies. Les cœurs et les esprits des gens ont été éduqués, endoctrinés et prêts à accepter le globalisme et, par extension, un gouvernement mondial.  Je me souviens de mon père, le pasteur David J. Meyer, avertissant à maintes reprises que des efforts étaient en cours pour créer un gouvernement mondial.  Dans le passé, une telle discussion a été écrite comme une « théorie de la conspiration » par une majorité de personnes, mais, pour ceux qui veulent regarder, nous pouvons voir les forces globalistes à pleine vue et ouvertement aujourd’hui.

En février 2017, des mondialistes éminents de partout dans le monde se sont réunis à Dubaï, dans les Émirats Arabes Unis, pour un événement de trois jours connu sous le nom de Sommet du Gouvernement Mondial.  Ce rassemblement a réuni des représentants de plus de 130 pays et a présenté plus de quatre-vingts discoureurs célèbres, y compris le chef de la direction de SpaceX, Elon Musk, la directrice générale du Fonds Monétaire Internationale, Christine Lagarde, et le secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, Antonio Guterres.  Antonio Guterres, ouvertement et fièrement socialiste, a été le Premier Ministre du Portugal entre 1995 et 2002.  Au cours du sommet de Dubaï, Antonio Guterres a déclaré à son auditoire : « Améliorer la gouvernance et améliorer la confiance entre les gouvernements et les populations est essentiel, et c’est une condition pour améliorer la confiance dans les relations entre les pays.  Nous vivons aujourd’hui dans un monde qui n’est plus bipolaire, qui n’est plus unipolaire, mais, qui n’est pas encore multipolaire.  C’est vraiment chaotique. »  Plus tard, il a déclaré : « Dans un monde où tout est global, où les problèmes sont globaux, des changements climatiques aux mouvements des personnes, il n’y a aucun moyen pour les pays de les faire par eux-mêmes.  Nous avons besoin de réponses globales, et les réponses mondiales ont besoin d’institutions multilatérales capables de jouer leur rôle. »  Bien sûr, si vous lisez entre les lignes, il est évident qu’Antonio Guterres appelle à un gouvernement mondial. Dans un clin d’œil au programme 2030 de l’Organisation des Nations Unies, Antonio Guterres a également déclaré que le développement durable est nécessaire pour que la paix et la sécurité prennent racines dans notre monde.

À la suite du sommet à Dubaï, les Émirats Arabes Unis, en collaboration avec l’Organisation des Nations Unies, ont maintenant établi ce qu’ils appellent le Conseil Mondial du Bonheur.  Cette entité plutôt étrange semble déterminée à imposer sa version du bonheur dans le monde entier.  « Le bonheur est une infection louable.  Nous voulons que les peuples du monde en soient infectés afin qu’ils puissent être bénis avec la bonté.  Cela nécessitera un changement tangible dans la culture des travaux gouvernementaux », a déclaré Sheikh Mohammad bin Rashid Al Maktoum, vice-président et Premier Ministre des Émirats Arabes Unis et dirigeant de Dubaï.  Il a ajouté : « Notre initiative de lancer le Conseil Mondial du Bonheur a été dérivée de nos valeurs et notre conviction qu’il est nécessaire d’apporter le bonheur et les valeurs positives aux peuples. »  Vraiment, l’Organisation des Nations Unies est une organisation avec de nombreux tentacules, de sorte qu’il peut être difficile de suivre toutes ses dérives.  La branche de l’Organisation des Nations Unies, connue sous le nom de Réseau de solutions de développement durable, fournit un soutien administratif au Conseil Mondial du Bonheur, qui est ensuite divisé dans les six sous-conseils suivants : Le Conseil du Bonheur et de la Santé, le Conseil du Bonheur et de l’Éducation, le Conseil du Bonheur Personnel, le Conseil du Bonheur en Milieu de Travail, le Conseil de la Mesure du Bonheur et le Conseil des Villes Heureuses.

Pour rendre les choses encore plus bizarre, une réplique d’une ancienne structure connue sous le nom d’Arche de Triomphe de Palmyre, en Syrie, a été mise en place et exposée lors du Sommet du Gouvernement Mondial de 2017.  Cette même réplique avait déjà été exposée à Londres, en Angleterre et à New York, aux États-Unis.  Pourquoi est-ce si important ?  L’Arche de Triomphe original, qui a été détruit en 2015, était connue pour être l’entrée du temple du dieu païen, Baal.  Ainsi, nous avions des dirigeants mondiaux, des mondialistes et des élitistes réunis à Dubaï sous l’ombre de l’Arche de Baal et travaillant pour créer un gouvernement mondial.  Bien sûr, nous savons par les Écritures que les anciens Israélites des temps bibliques ont apporté beaucoup de jugements de Dieu sur eux-mêmes quand ils ont adoré Baal qui, en réalité, est Satan dans un assez piètre déguisement.  Jérémie 11:17 nous dit : « L’Éternel des armées, qui t’a planté, appelle sur toi le malheur, à cause de la méchanceté de la maison d’Israël et de la maison de Juda, qui ont agi pour m’irriter, en offrant de l’encens à Baal. »

Le 21 mai 2017, l’Organisation des Nations Unies a célébré un événement connu sous le nom de « Journée mondiale de la diversité culturelle pour le dialogue et le développement ».  Selon un communiqué de presse publié par le Centre des Nouvelles de l’Organisation des Nations Unies, Irina Bokova, directrice générale de l’Organisation de l’éducation, de la science et de la culture de l’Organisation des Nations Unies, a utilisé cette journée pour inviter le monde à adopter un « nouvel humanisme ».  Ce que beaucoup de gens pourraient ne pas réaliser, c’est que l’humanisme est un mode de vie très anti-Dieu.  Le dictionnaire inédit Random House Webster définit l’humanisme comme « tout système ou mode de pensée ou d’action dans lequel prédominent les intérêts, les valeurs et la dignité humaine ».  Une autre définition stipule que l’humanisme est « une variété de théorie et de pratiques éthiques qui met l’accent sur la raison, l’enquête scientifique et l’accomplissement humain dans le monde naturel et qui rejette souvent l’importance de la croyance en Dieu ».  Ainsi, lorsque l’Organisation des Nations Unies appelle la population mondiale à embrasser l’humanisme, ils disent vraiment aux gens que la croyance en Dieu n’est pas importante.

Malheureusement, il semble que beaucoup de gens pensent aujourd’hui qu’un gouvernement mondial humaniste serait merveilleux.  Selon un rapport publié par The Independent, un récent sondage a révélé que 7 des 10 répondants du Royaume-Uni sont favorables à la création d’un gouvernement mondial, alors que 62% des répondants se considéraient comme un « citoyen mondial ». L’étude a également révélé que 67% des répondants des États-Unis, 62% des répondants de l’Allemagne, 76% des répondants de l’Afrique du Sud, 78% des répondants de la Chine et 84% des répondants de l’Inde ont approuvé la formation d’un gouvernement mondial.  On croit qu’une telle structure gouvernementale unifiée sera nécessaire pour lutter contre une multitude de menaces contre l’humanité, y compris les changements climatiques, la guerre nucléaire, les pandémies de maladies et le développement d’une intelligence artificielle avancée.  « Alors que les dirigeants mondiaux se réunissent pour le Sommet du G7, ils devraient être conscients que les citoyens de la planète souhaitent qu’ils collaborent et travaillent plus fort pour trouver des solutions à ces menaces critiques contre l’humanité », a déclaré Mats Andersson, de Global Challenges Foundation, en Suède.  Il a poursuivi en disant : « Que ce soit le spectre des conflits nucléaires contre la Corée du Nord ou notre planète plongeant dans les changements climatiques catastrophiques, la nécessité d’une coopération mondiale efficace n’a jamais été aussi grande ».

Il est évident que la volonté d’établir un gouvernement mondial gagne plus d’élan que jamais, mais comment Dieu se sent-il à propos d’un gouvernement mondial ?  Dans Actes, chapitre 17, on nous dit expressément que Dieu a établi des limites dans ce monde.  Actes 17:26 nous dit que Dieu a fait du même sang toutes les nations d’hommes pour habiter sur toute la face de la terre, et a déterminé les temps avant l’assignation et les limites de leur habitation.  Nous savons aussi que, en tant qu’êtres de Dieu, on ne nous dit pas de se joindre au monde, mais, plutôt de s’en séparer.  II Corinthiens 6:17-18 nous dit : « C’est pourquoi, sortez du milieu d’eux, et séparez-vous, dit le  Seigneur ; Ne touchez pas à ce qui est impur, et je vous accueillerai.  Je serai pour vous un père, et vous serez pour moi des fils et des filles, dit le Seigneur tout-puissant.»

Quand le Fils de l’homme reviendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ?

À chaque année qui passe, nous trouvons plus de recherches publiées concernant la croissance de l’athéisme aux États-Unis.  Bien que ce pays ait longtemps été considéré comme une nation chrétienne, et le président américain Donald Trump a récemment déclaré que « l’Amérique est une nation de croyants ».  Les nouvelles indiquent que les États-Unis ne sont pas aussi chrétiens que les gens semblent le penser.  Une telle histoire a été publiée en mai 2017 par une société de recherche connue sous le nom de FiveThirtyEight.  Le titre de leurs articles stipule : « Beaucoup d’Américains peuvent être plus athées que nous le pensons ».  Pour atteindre cette conclusion, les chercheurs ont demandé aux participants dans leurs études de sélectionner les énoncés applicables à propos d’eux-mêmes à partir d’une liste.  Cette liste comprenait des déclarations inoffensives telles que, « Je possède un chien », mais, incluait également la déclaration, « Je ne crois pas en Dieu ».  Sur la base des réponses sélectionnées, les chercheurs estiment que jusqu’à 26 pour cent de tous les Américains peuvent être athées.

Une autre histoire publiée en mai 2017 par Newsweek Magazine a fait valoir que les athées sont plus intelligents que les adhérents religieux.  Le rapport cite Edward Dutton de l’Institut Ulster du Royaume-Uni et Dimitri Van der Linden de l’Université de Rotterdam, aux Pays-Bas, qui croient tous deux que les athées sont plus intelligents que les croyants parce qu’ils sont capables de s’élever « au-dessus de l’instinct naturel de croire en Un Dieu ou des dieux »« Si vous avez une intelligence supérieure, vous êtes moins instinctif.  Vous êtes plus bas dans ce que vous pourriez appeler des « instincts évolués » qui ont évolué pendant des milliers et des milliers d’années jusqu’à la révolution industrielle lorsque la sélection naturelle a ralenti », a déclaré Edward Dutton.  Je ne peux m’empêcher de me demander si ces scientifiques n’ont jamais envisagé la possibilité que la raison pour laquelle l’humanité a un instinct naturel de croire en Dieu c’est parce que Dieu a mis cet instinct en nous.  En tout cas, le fait que cet instinct existe démontre qu’il existe effectivement un Dieu.  Les paroles de l’apôtre Paul que nous trouvons dans Romains 1:22 semblent particulièrement pertinentes.  Dans ce verset, nous lisons : « Se vantant d’être sages, ils sont devenus fous. »

Nous voyons donc que l’Organisation des Nations Unies veut un gouvernement mondial humaniste et un nombre croissant de personnes adoptent l’athéisme et l’agnosticisme.  Beaucoup de jeunes, en particulier ceux qui appartiennent à la génération du Millénaire, sont hostiles aux croyances chrétiennes.  Selon le Pew Research Center, plus de 60 pour cent des Millénaires qui ont été étudiés disent que le Christianisme est trop «jugemental », alors que 64 pour cent se plaignaient que le Christianisme était trop « anti-gays ».  On ne peut que se demander ce que seront les générations futures, s’il en existe.

En réalité, il n’y a rien de surprenant avec la dégénérescence actuelle de la foi. En fait, Jésus semble reconnaître qu’il y aurait une grande perte de la foi en Dieu avant son retour.  Dans Luc 18:8, Jésus se demande : « Je vous le dis, il leur fera promptement justice.  Mais, quand le Fils de l’homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? »  L’apôtre Paul nous prévient également dans I Timothée 4:1 : « Mais l’Esprit dit expressément que, dans les derniers temps, quelques-uns abandonneront la foi, pour s’attacher à des esprit séducteurs et à des doctrines de démons. »

La famine et la peste dans notre monde d’aujourd’hui

Quand nous ouvrons la Bible et que nous lisons Matthieu 24, Marc 13 ou Luc 21, nous sommes confrontés aux paroles de notre Seigneur et Sauveur, Jésus-Christ, qui nous prévient d’un temps venant sur la terre où nous serons confrontés à de nombreuses calamités.  Ces calamités comprennent la famine et la peste.  Je trouve incroyable que, dans notre monde d’aujourd’hui, de vastes segments de la population sur la terre soient confrontés à la famine et à la peste.

Le mot « famine » aujourd’hui n’est officiellement utilisé que pour les crises alimentaires les plus sévères, alors nous savons que c’est un terme qui n’est pas utilisé à la légère.  Selon les règles officielles, pour qu’une crise alimentaire soit considérée comme une famine, au moins un ménage sur cinq doit avoir un « extrême manque de nourriture » avec une population qui souffre d’une mortalité significative.  Aujourd’hui, quatre pays d’Afrique et du Moyen-Orient sont au bord de la famine.  Ce sont le Yémen, le Nigéria, la Somalie et le Soudan du Sud.  La crise alimentaire au Nigeria a été attribuée aux ravages du groupe terroriste islamiste connu sous le nom de Boko Haram.  Au Sud-Soudan, la pénurie alimentaire a été causée par des luttes intestines entre les rebelles et le gouvernement établi, un conflit qui a obligé plus de trois millions de personnes à fuir le pays.  En Somalie, environ 6,2 millions de personnes, soit près de la moitié de la population du pays, font face à une pénurie alimentaire causée par la sécheresse.

Pour beaucoup de personnes, en Somalie, le cauchemar ne semble que s’aggraver.  En mai 2017, près de 160.000 Somaliens ont fui vers la ville de Baidoa, en Somalie, à partir des régions sinistrées de leur pays.  Cependant, le surpeuplement dans les camps de secours a entraîné une épidémie de choléra qui a touché plus de 20.000 personnes.

Dans l’intervalle, une épidémie de choléra au Yémen a tué 315 personnes depuis le 27 avril 2017, alors qu’elle affecte environ 29.300 personnes.  Les responsables de la santé s’attendent à ce que la crise s’aggrave.  « Nous devons nous attendre à quelque chose qui pourrait dépasser 200.000 à ,250 000 cas au cours des six prochains mois, en plus des 50.000 cas qui se sont déjà produits », a déclaré Nevio Zagaria de l’Organisation Mondiale de la Santé. Nevio Zagaria a poursuivi en disant : « Je dois admettre que lorsque je vois les données que j’ai vues ce matin, qui ne sont pas officiellement publiées, nous sommes vraiment surpris.  La vitesse de la résurgence de l’épidémie de choléra est sans précédent ».

Il semble également que le virus Ebola soit de retour.  À la date de la rédaction de ce bulletin, 43 cas suspects d’infection au Ebola en République Démocratique du Congo et quatre décès signalés.  Espérons que cette épidémie sera rapidement contenue.  L’épidémie bien connue d’Ebola, qui a frappé l’Afrique de l’Ouest en 2013 et a continué pendant plusieurs mois, a entraîné la mort de plus de 11 ;000 personnes.  Cette dernière épidémie, bien que petite, est un rappel déplaisant que l’Ebola est toujours là.

Guerre dans un monde connecté

Quand on pense à la guerre, il ne fait aucun doute que certaines images viennent à l’esprit.  La guerre est souvent associée à des soldats, des missiles balistiques, des navires, des avions et des armements sophistiqués.  Cependant, il existe un nouveau type de guerre qui a mis pleinement en jeu tout le monde, et cela ne comporte aucune des méthodes habituelles de guerre conventionnelle.  Plutôt, c’est une bataille qui se dispute sur internet et par des réseaux informatiques.

Le 12 mai 2017, une cyberattaque majeure a été lancée contre le monde.  Cette attaque a utilisé un type de codage informatique malveillant communément connu sous le nom de ransomware pour chiffrer des fichiers sur des systèmes informatiques exécutant des anciennes versions de Microsoft Windows.  Une boîte de dialogue est apparue sur les écrans d’ordinateur des utilisateurs et les a informés que leurs fichiers ont été cryptés et sont inaccessibles.  Les utilisateurs ont également été informés que les fichiers pourraient être débloqués contre le paiement d’une rançon de trois cents dollars, mais que le paiement augmenterait de façon constante si l’utilisateur prenait plus de temps pour payer.  D’ici le 14 mai 2017, le logiciel malveillant, connu sous le nom de « WannaCry », a affecté 200.000 personnes, 10.000 organisations et plus de 150 pays.  L’attaque a paralysé plusieurs entités, y compris les grandes entreprises et les organismes gouvernementaux, comme la société espagnole de télécommunications connue sous le nom de Telefonica, la compagnie maritime américaine appelée Fedex, le chemin de fer national allemand Deutsche Bahn, la banque centrale de Russie, l’entreprise automobile connue sous le nom de Renault, en France, et le National Health Service de la Grande-Bretagne.  À la suite de l’attaque, de nombreux hôpitaux en Grande-Bretagne n’ont pas pu accéder à leurs téléphones ou systèmes informatiques et ont été obligés de reporter les procédures médicales programmées.  « Pour qu’autant d’organisations dans le même jour soient frappées, cela n’a pas de précédent » a déclaré Chris Wysopal de la société de sécurité informatique connue sous le nom de Veracode.  Mikko Hypponen, de la société de cybersécurité, connue sous le nom de F-Secure, a déclaré que l’attaque était « la plus grande attaque de ransomware dans l’histoire ».

De toute évidence, toute cyberattaque qui peut fermer les hôpitaux est une menace sérieuse.  Alors, comment cela pourrait-il se produire ?  Il s’avère que le code malicieux utilisé dans l’attaque a effectivement été conçu par l’Agence nationale de sécurité (NSA) des États-Unis.  Le code a ensuite été volé de la NSA et utilisé par des individus entreprenants du monde criminel.  Brad Smith, qui est président de Microsoft Corporation, a été clairement perturbé par les actions de la NSA.  « À plusieurs reprises, les exploits entre les mains des gouvernements se sont répandus dans le domaine public et ont causé de vastes dégâts.  Un scénario équivalent avec des armes classiques serait l’armée américaine dont certains de ses missiles Tomahawk ont été  volés », a déclaré Smith.  Il a ensuite écrit : « Les gouvernements du monde devraient traiter cette attaque comme un réveil.  Ils doivent adopter une approche différente et adhérer dans le cyberespace aux mêmes règles appliquées aux armes dans le monde physique ».  Au lendemain de l’attaque, des rapports ont éclaté qui placent le blâme sur des pirates informatiques en Corée du Nord.  Cependant, une histoire publiée par le Chicago Tribune prétend que les pirates russes étaient probablement responsables.

La dépendance de l’humanité à la technologie a exposé le monde à une série de menaces.  Alors que, à cette occasion, les pirates ne cherchaient qu’à collecter de l’argent, cela pourrait être très différent la prochaine fois.  Une attaque similaire pourrait éteindre les réseaux électriques, les systèmes de contrôle de la circulation aérienne, les services d’eaux, les feux de signalisation, les institutions financières et tout ce qui est connecté à internet.  En outre, le fait que la NSA puisse perdre la trace de son propre code malveillant n’inspire pas la confiance de nos dirigeants gouvernementaux.  En ce qui concerne la menace de la cyber-guerre, le sénateur John McCain, un républicain d’Arizona, a déclaré : « Notre pays reste mal préparé pour s’attaquer à ces menaces ».  Le gouvernement en Australie est également concerné.  En fait, selon un article publié par The Australian, les participants à la direction d’une retraite australienne ont été informés que la cyberguerre sera bientôt une menace plus grande pour le monde que la guerre nucléaire.

Grande instabilité dans le gouvernement américain

Les événements dans le gouvernement peuvent parfois être vraiment étranges. Le 28 octobre 2016, l’ancien directeur du FBI, James Comey, a annoncé une nouvelle enquête sur le traitement des informations classifiées par l’ancienne Secrétaire d’État et candidate à la présidentielle américaine, Hillary Clinton. L’élection américaine, qui devait avoir lieu le 8 novembre 2016, était à quelques jours seulement.  L’indignation s’est produite avec de nombreux libéraux et démocrates affirmant que Comey devrait être renvoyé de son poste au FBI parce qu’il a mis en danger la victoire d’Hillary Clinton.  Bien sûr, nous savons tous que, le jour des élections, Hillary Clinton a effectivement perdu aux mains de Donald Trump, et qu’Hillary Clinton a mis le blâme pour sa défaite directement sur les épaules de James Comey.  « Ce n’était pas une campagne parfaite, il n’y a rien de tel, mais, j’étais en route pour gagner jusqu’à ce que quelque chose se passe.  Si l’élection avait été le 27 octobre, je serais votre présidente », a déclaré Hillary Clinton, le 2 mai. 2017.  Curieusement, lorsque le président Donald Trump a congédié James Comey, le 9 mai 2017, les démocrates ont été scandalisés à nouveau, ce qui suggère que Donald Trump doit être malhonnête pour avoir licencié l’homme qui l’aurait aidé à gagner l’élection. Pendant ce temps, nous avons continué à entendre des allégations selon lesquelles Donald Trump était en collusion avec la Russie pour publier des courriels secrets du Parti Démocrate et qu’il a donné des informations classifiées au gouvernement russe.  Ces revendications peuvent-elles finalement conduire à une mise en accusation de Donald Trump ?

Le 17 mai 2017, le représentant Al Green, un démocrate du Texas, a appelé à la mise en accusation de Donald Trump sur le sol de la Chambre des Représentants à Washington.  « C’est une position de conscience pour moi.  C’est ce que je crois.  Et, c’est là que je me dresse.  Je ne serai pas ému.  Le président doit être mis en accusation », a demandé Green.  Le représentant Maxine Waters, un démocrate de Californie, a également donné un indice sur une mise en accusation du président.  « Je ne sais pas ce qui se passera après aujourd’hui, lorsque toutes les questions auront été soulevées à propos de lui … mais, je pense que cela nous permettra de parcourir un peu plus loin ce que j’ai demandé depuis si longtemps, et c’est une mise en accusation », a déclaré Waters.  De plus, le représentant Justin Amash, un républicain du Michigan, a également suggéré que l’accusation pourrait être appropriée.  Pour susciter les flammes des spéculations, Politico a publié un rapport d’information le 17 mai 2017, avec un titre qui déclare : « Les conservateurs commencent à murmurer : Le président Pence ».  Néanmoins, il est très peu probable que Donald Trump soit mis en accusation en tant que président des États-Unis.  Cela nécessiterait que 218 membres de la Chambre des Représentants votent en faveur d’une mise en accusation.  Quoi qu’il en soit, les États-Unis d’Amérique sont sur une course cahoteuse pour les prochains mois.

En terminant, nous vivons vraiment dans un monde de grandes turbulences.  Le 21 mai 2017, le peuple du Venezuela est entré dans la cinquantième journée consécutive de manifestations et d’émeutes alors que 200.000 personnes marchaient dans les rues contre le régime socialiste du président Nicolas Maduro.  Au moins 47 personnes sont mortes dans ces émeutes au cours de sept semaines, et il y a de grandes violences, conflits et misères dans le pays.  Les prix au Venezuela devraient augmenter de 720 pour cent cette année.  En Angleterre, les gens sont en train de se relever d’un attentat-suicide qui a eu lieu le 22 mai 2017, après un concert au Manchester Arena, à Manchester.  L’attaque, qui a été attribuée à un musulman britannique de 22 ans, a tué 22 personnes et a blessé 59 autres personnes.

Oui, il y a de nombreuses difficultés dans cette vie.  Les nouvelles que nous lisons souvent sont certainement difficiles à supporter.  Cependant, je sais que Dieu renforce son peuple.  Dans le Psaume 31:24, on nous dit : « Aimez l’Éternel, vous qui avez de la piété !  L’Éternel garde les fidèles, et il punit sévèrement les orgueilleux. »  J’encourage tous les lecteurs de ce bulletin à rejoindre Dieu et, si vous ne vous êtes pas encore repenti de vos péchés et que vous n’avez pas encore consacré votre vie à Dieu, je vous exhorte à le faire maintenant.

Que la grâce et la paix soient sur vous au nom du Seigneur Jésus-Christ. †

Source : Last Trumpet New Letter 

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

ISRAËL VA-T-IL UN JOUR TROUVER LA PAIX

« La Promesse de la Terre, selon les rabbins, doit s’accomplir par le Messie, miraculeusement et surnaturellement, sans armes et sans guerre, avec l’accord de toutes les nations intéressées »

ISRAËL VA-T-IL UN JOUR TROUVER LA PAIX ?

Par J.L Robb – Le 18 mai 2017

Ceci a été le rêve de la plupart des présidents américains depuis la renaissance d’Israël en tant que pays, il y a 69 ans, d’apporter la paix entre Israël et la Palestine.  La plupart des présidents américains ont échoué malheureusement.

Grâce à la Déclaration de Balfour et au travail des chrétiens du monde entier, le 14 mai 1948, Israël a réussi à renaître en tant que pays indépendant.  Les chrétiens qui, quelques cent ans auparavant, ont détesté les Juifs, ont commencé à se rendre compte que si les Juifs étaient le peuple choisi comme l’indiquait la Bible, les chrétiens devaient être embarqués.  Dieu mettrait Sa justice sur le peuple juif et n’aurait pas besoin des chrétiens pour l’aider.  Nous avons aidé de toute façon par les Croisades, l’Inquisition et l’Holocauste.

Enfin, les chrétiens commencèrent à comprendre que si le Peuple Juif, il y a 2000 ans, n’avait pas insisté sur la mort de Jésus, alors, Jésus ne serait pas le Messie. Sa mort aux mains de ceux qu’Il était venu sauver avait été prédite des milliers d’années avant l’événement réel.

En mai 1948, de Tel Aviv, puisque Jérusalem ne faisait pas partie de l’accord, le Premier Ministre d’Israël, David Ben-Gourion, l’a déclaré dans son discours :

« La terre d’Israël était le lieu de naissance du peuple juif.  Ici, leur identité spirituelle, religieuse et politique a été façonnée.  Ici, ils ont d’abord été un état, ils ont créé des valeurs culturelles de portée nationale et universelle, et ils ont donné au monde le Livre des Livres éternel.  Après avoir été exilés par la force de leurs terres, les gens ont gardé leur foi pendant toute leur dispersion et n’ont jamais cessé de prier, et espérer leur retour, et la restauration de leur liberté politique. »

Mais, Jérusalem, la ville de David et la capitale de l’ancien Israël, ne faisait pas partie de l’entente.  Le président Donald Trump, le faiseur d’ententes, peut-il accomplir ce qui est apparemment impossible ?

« Au cours de ma vie, j’ai toujours entendu dire que peut-être l’accord la plus difficile à faire est l’accord entre les Israéliens et les Palestiniens.  Voyons si nous pouvons prouver le contraire. »   (Président Donald J. Trump)

Comme d’autres présidents des États-Unis avant lui, la quête de la paix en Israël a été quelque peu insaisissable.  Leurs traités de paix ont une histoire de la tolérance israélienne à l’égard des incursions multiples et des attaques de roquettes des Palestiniens.  Les descendants d’Ismaël et les descendants d’Isaac se battent depuis longtemps.

Lors de la première visite à l’étranger du président Donald Trump, il sera en Israël le 22 mai 2017.  Le président Barack Obama l’a fait en Israël après quatre ans ; Mais, le président Donald Trump laisse savoir à son grand allié que les États-Unis, une fois de plus, sont de retour.

Le président Donald Trump commence sa tournée religieuse en visite en Arabie Saoudite, en Israël et au Vatican.  Visiter la Maison de Saud et, ensuite, Israël, est logique selon les stratèges, du moins dans le monde des traités de paix d’Israël.

Si le président Donald Trump, qui ne dit jamais jamais, devait gérer un traité de paix entre Israël et les Palestiniens, ce serait un premier succès, s’il réussit.  Ce serait aussi une énorme plume au chapeau de Donald Trump.  Le mot clé est réussite.

En 1978, le président Jimmy Carter a réussi à négocier l’Accord de Camp David.  Dans ce traité de paix, les voisins arabes d’Israël ont accepté de cesser d’attaquer Israël si Israël retournait les terres arabes qu’ils avaient capturées dans l’attaque arabe précédente, y compris Jérusalem.  La guerre israélo-arabe s’est produite il y a cinquante ans.  En 1979, la Révolution Islamique a été introduite et l’Islamisme a été différent depuis.  Jimmy Carter était un président d’un seul terme.

Ensuite, il y a l’Accord d’Oslo de 1993, sous le président Clinton.  Dans ce traité de paix, Israël devait de nouveau retourner des terres, qui étaient appelées un  « butin de guerre », et les terres arabes laisseraient Israël en paix.  Il y a eu des milliers d’incursions palestiniennes et des attaques de roquettes dans le cadre de ce traité.

Les Palestiniens ont eu de nombreuses possibilités pour un accord de paix avec Israël, mais la paix est difficile lorsque les Palestiniens refusent de reconnaître Israël comme un pays avec lequel ils feraient la paix.  C’est intéressant, car dans le monde réel, la Palestine n’a jamais été un état dans l’histoire, n’a jamais été un pays ou n’a jamais eu de capitale, bien qu’ils prétendent que Jérusalem est leur capitale de … quelque chose.

Si le président Donald Trump peut tisser un véritable accord de paix entre les Israéliens et les Palestiniens, un accord sans incursion, sans attaque de roquettes, sans attaque avec des voitures et sans attaque pour battre les Juifs, alors, il sera la Mère de tous les Marchands de Paix.

Alors que Donald Trump faisait campagne et que tout le monde semblait croire qu’il perdrait ses élections, il a fait campagne pour le déplacement de la capitale reconnue d’Israël de Tel Aviv vers Jérusalem.  Ce serait une première très controversée.  Tandis que Donald Trump est un fabricant d’accords, ce serait un briseur d’accords.

Le 24 avril 2017, Donald Trump, qui a été qualifié d’antisémite tout au long de sa campagne, avait ceci à dire pour la Journée du Souvenir de l’Holocauste.

« Pendant le Yom Hashoah, nous regardons le chapitre le plus sombre de l’histoire humaine.  Nous pleurons, nous nous rappelons, nous prions, et nous nous engageons : Jamais plus.  Je le dis, plus jamais. »

« L’esprit ne peut pas comprendre la douleur, l’horreur et la perte.  Six millions de Juifs, les deux tiers des Juifs en Europe, assassinés par le génocide nazi.  Ils ont été assassinés par un mal que les mots ne peuvent pas décrire, et que le cœur humain ne peut pas supporter. »

« Si vous le faites, ce n’est pas un rêve qu’Israël est une nation formidable qui a ressuscité du désert. »

« Nous ne pouvons pas laisser cela être jamais pensé. »

La plupart des Arabes ne croient pas que Jérusalem ait déjà été la capitale d’Israël, que l’Holocauste n’a jamais eu lieu, et que le Dieu Juif est en réalité Allah.  Dans la version coranique, Muhammad remplace Jésus en tant que sauveur ; Bien qu’ils proclament « croire en Jésus ».

Donald Trump réussira-t-il un accord satisfaisant pour les Palestiniens et les Israéliens ?  Mettra-t-il en place un traité de paix qui semble avoir réussi ?  Va-t-il aller jusqu’où d’autres ont échoué ?

Probablement pas.

Il y a deux semaines, le groupe terroriste palestinien qui aide à diriger le territoire palestinien, le Hamas, a laissé tomber son appel à la destruction d’Israël.

Aucune paix réussie jusqu’à la fin de la bataille d’Armageddon n’est également prédite.  Si les Israélites rebelles avaient finalement accepté leur Messie, les choses seraient bien différentes.  Mais, ce n’est pas dans le jeu magnifique de Dieu.  C’est pourquoi les 144.000 témoins ont été prédits.

Source :  Omega Letter 

Voici une petite étude concernant les sacrifices d'animaux, le Temple et Le Sacrifice de Yéshoua (Jésus) Source de Salut pour le monde !

Tout d'abord, il faut être conscient que les lois cérémonielles et sacrificielles sont liées au Temple à Jérusalem au sein d'Israël et n'ont pas été imposés à ceux qui étaient en dehors d'Israël en dehors de Jérusalem en dehors de la présence du Temple.
Car Israel est le modèle, l'enseignant, le gardien des symboles utilisés par Dieu pour parler au monde.

Les sacrifices dans le temple n'ont jamais sauvé quiconque, il ne sont que des symboles qui représentent le Sacrifice Parfait de Yéshoua (Jésus), donc des gens à l'extérieur d'Israël et de Jérusalem avant la venue de Yéshoua (Jésus) pouvaient être sauvés en venant au Dieu d'Israël, en Le Suivant en passant par Le Malack YHWH (L'Envoyé de YHWH) = Yéshoua (Jésus) sans pour cela venir à Jérusalem offrir des sacrifices d'animaux au Temple.

Le sang de Yéshoua (Jésus) à la croix était préfiguré par les sacrifices accomplies par le peuple Juif pour le reste du monde.

Comme Yéshoua (Jésus) est mort Crucifié à Jérusalem en Israel, nous n'avons pas besoin d'aller à Jérusalem pour être sauvé, il en était de même avant.

Cela a toujours été par la foi que les gens étaient sauvés et non par les oeuvres ni par les sacrifices d'animaux qui sont des symboles.
Si nous réfléchissons bien Daniel et la reine Esther qui étaient en exil ne pouvaient plus faire toutes les lois sacrificielles et cérémonielles dans le Temple étant éloignés du Temple mais étaient sauvés quand même par le sang de Yéshoua (Jésus) à venir.
C'est la foi en Dieu qui sauve !
Ensuite vient l'obéissance en Ses Commandements, en Sa Torah !

Lire ce passage Biblique qui confirme que ceux qui étaient loin de Jérusalem, loin du Temple pouvaient être pardonnés de leur péché s'ils revenaient à Dieu de tout leur coeur, tournés vers le Temple, vers Jérusalem, c'est à dire ayant à l'esprit l'idée des sacrifices offerts pour eux dans Le Temple, sacrifices qui étaient le symbole du Sacrifice Parfait de Yéshoua (Jésus) qui Seul Efface les péchés.

1 Rois 8:46-53
Quand ils pécheront contre toi, car il n'y a point d'homme qui ne pèche, quand tu seras irrité contre eux et que tu les livreras à l'ennemi, qui les emmènera captifs dans un pays ennemi, lointain ou rapproché;
s'ils rentrent en eux-mêmes dans le pays où ils seront captifs, s'ils reviennent à toi et t'adressent des supplications dans le pays de ceux qui les ont emmenés, et qu'ils disent: Nous avons péché, nous avons commis des iniquités, nous avons fait le mal!
s'ils reviennent à toi de tout leur coeur et de toute leur âme, dans le pays de leurs ennemis qui les ont emmenés captifs, s'ils t'adressent des prières, les regards tournés vers leur pays que tu as donné à leurs pères, vers la ville que tu as choisie et vers la maison que j'ai bâtie à ton nom, -
exauce des cieux, du lieu de ta demeure, leurs prières et leurs supplications, et fais-leur droit;
pardonne à ton peuple ses péchés et toutes ses transgressions contre toi; excite la compassion de ceux qui les retiennent captifs, afin qu'ils aient pitié d'eux,
car ils sont ton peuple et ton héritage, et tu les as fait sortir d'Égypte, du milieu d'une fournaise de fer!
Que tes yeux soient ouverts sur la supplication de ton serviteur et sur la supplication de ton peuple d'Israël, pour les exaucer en tout ce qu'ils te demanderont!
Car tu les as séparés de tous les autres peuples de la terre pour en faire ton héritage, comme tu l'as déclaré par Moïse, ton serviteur, quand tu fis sortir d'Égypte nos pères, Seigneur Éternel!


Aimer La Loi de Dieu, c'est aimer ce que Dieu approuve et c'est désapprouver ce que Dieu désapprouve.

_________________

Apocalypse 14:12
"C'est ici la patience des saints, ce sont ici ceux qui gardent
Les Commandements d'Elohim, et La Foi de Yéhoshoua-Jésus."



Voici une petite étude concernant les sacrifices d'animaux, le Temple et Le Sacrifice de Yéshoua (Jésus) Source de Salut pour le monde !

Tout d'abord, il faut être conscient que les lois cérémonielles et sacrificielles sont liées au Temple à Jérusalem au sein d'Israel et n'ont pas été imposés à ceux qui étaient en dehors d'Israel en dehors de Jérusalem en dehors de la présence du Temple.
Car Israel est le modèle, l'enseignant, le gardien des symboles utilisés par Dieu pour parler au monde.

Les sacrifices dans le temple n'ont jamais sauvé quiconque, il ne sont que des symboles qui représentent le Sacrifice Parfait de Yéshoua (Jésus), donc des gens à l'extèrieur d'Israel et de Jérusalem avant la venue de Yéshoua (Jésus) pouvaient être sauvés en venant au Dieu d'Israel, en Le Suivant en passant par Le Malack YHWH (L'Envoyé de YHWH) = Yéshoua (Jésus) sans pour cela venir à Jérusalem offrir des sacrifices d'animaux au Temple.

Le sang de Yéshoua (Jésus) à la croix était préfiguré par les sacrifices accomplies par le peuple Juif pour le reste du monde.

Comme Yéshoua (Jésus) est mort Crucifié à Jérusalem en Israel, nous n'avons pas besoin d'aller à Jérusalem pour être sauvé, il en était de même avant.

Cela a toujours été par la foi que les gens étaient sauvés et non par les oeuvres ni par les sacrifices d'animaux qui sont des symboles.
Si nous réfléchissons bien Daniel et la reine Esther qui étaient en exil ne pouvaient plus faire toutes les lois sacrificielles et cérémonielles dans le Temple étant éloignés du Temple mais étaient sauvés quand même par le sang de Yéshoua (Jésus) à venir.
C'est la foi en Dieu qui sauve !
Ensuite vient l'obéissance en Ses Commandements, en Sa Torah !

Lire ce passage Biblique qui confirme que ceux qui étaient loin de Jérusalem, loin du Temple pouvaient être pardonnés de leur péché s'ils revenaient à Dieu de tout leur coeur, tournés vers le Temple, vers Jérusalem, c'est à dire ayant à l'esprit l'idée des sacrifices offerts pour eux dans Le Temple, sacrifices qui étaient le symbole du Sacrifice Parfait de Yéshoua (Jésus) qui Seul Efface les péchés.

1 Rois 8:46-53
Quand ils pécheront contre toi, car il n'y a point d'homme qui ne pèche, quand tu seras irrité contre eux et que tu les livreras à l'ennemi, qui les emmènera captifs dans un pays ennemi, lointain ou rapproché;
s'ils rentrent en eux-mêmes dans le pays où ils seront captifs, s'ils reviennent à toi et t'adressent des supplications dans le pays de ceux qui les ont emmenés, et qu'ils disent: Nous avons péché, nous avons commis des iniquités, nous avons fait le mal!
s'ils reviennent à toi de tout leur coeur et de toute leur âme, dans le pays de leurs ennemis qui les ont emmenés captifs, s'ils t'adressent des prières, les regards tournés vers leur pays que tu as donné à leurs pères, vers la ville que tu as choisie et vers la maison que j'ai bâtie à ton nom, -
exauce des cieux, du lieu de ta demeure, leurs prières et leurs supplications, et fais-leur droit;
pardonne à ton peuple ses péchés et toutes ses transgressions contre toi; excite la compassion de ceux qui les retiennent captifs, afin qu'ils aient pitié d'eux,
car ils sont ton peuple et ton héritage, et tu les as fait sortir d'Égypte, du milieu d'une fournaise de fer!
Que tes yeux soient ouverts sur la supplication de ton serviteur et sur la supplication de ton peuple d'Israël, pour les exaucer en tout ce qu'ils te demanderont!
Car tu les as séparés de tous les autres peuples de la terre pour en faire ton héritage, comme tu l'as déclaré par Moïse, ton serviteur, quand tu fis sortir d'Égypte nos pères, Seigneur Éternel!

Aimer La Loi de Dieu, c'est aimer ce que Dieu approuve et c'est désapprouver ce que Dieu désapprouve.

Apocalypse 14:12

"C'est ici la patience des saints, ce sont ici ceux qui gardent
Les Commandements d'Elohim, et La Foi de Yéhoshoua-Jésus."


http://i57.servimg.com/u/f57/18/18/56/98/nazare10.jpg
http://i47.servimg.com/u/f47/12/97/33/14/chazak10.jpg

Golan : Moscou joue contre Israël

Golan : Moscou joue contre Israël

Selon le journal Rai al-Youm, deux événements majeurs se sont produits ces deux derniers jours qui ne peuvent pas ne pas être pris en compte en raison de leur impact sur la guerre en Syrie.

Primo, la DCA syrienne a abattu mardi un drone israélien dans la province de Quneitra

Secundo, comme le secrétaire d’État américain, Rex Tillerson l’a confirmé au secrétaire général de l’ONU, le sort de Assad est entre les mains de la Russie.

Le premier événement reflète en effet un changement stratégique des rapports de force sur le front sud de la guerre qui oppose Damas à Israël. Le second événement fait écho à une retentissante marche arrière des Américains qui s’acharnaient depuis six ans sur Assad, mais qui viennent tout bonnement d’abandonner leur exigence et de remettre le tout entre les mains des Russes et de leurs alliés iraniens.

Assad a fini par sortir de sa réserve : alors que depuis six ans, il rongeait son frein et ne répondait pas aux frappes aériennes d’Israël contre le Sud syrien, son armée vient d’affirmer qu’elle ne resterait plus les bras croisés. Et elle ne l’est pas restée : le crash d’un drone israélien, abattu par la DCA syrienne mardi, a prouvé que les règles du jeu ont changé et qu’Israël ne pourra plus dormir sur ses lauriers. Les Russes ont donc choisi leur camp : ils ont armé leur allié syrien de canons électromagnétiques qui paralysent les radars des avions israéliens et provoquent leur crash. La presse russe affirme que ce genre de canons peut être monté sur les blindés et intercepter des avions de chasse modernes dont la carlingue est recouverte de revêtements plastiques.

Il est fort possible que les Russes aient décidé d’aller encore plus loin et activer les S-300 contre les chasseurs israéliens.

La Russie a sans doute voulu faire passer un message : elle est déterminée à aller jusqu’au bout de son soutien à ses alliés. Reste à savoir si les USA et Israël ont compris ou non ce message : les propos de Tillerson et l’arrêt des frappes israéliennes contre le Sud syrien après 10 jours de violations incessantes laissent entendre que le message a été compris.

source: http://www.presstv.ir/DetailFr/2017/07/05/527546/Golan-Isral-Trump-Moscou-Poutine-Russie-Syrie-Terrorisme

Nouvel Ordre Mondial : Le complot démantelé

La théorie du Nouvel Ordre Mondial (et des Illuminati) se répand depuis déjà plusieurs années sur le net, le 11 septembre ayant remis au goût du jour le fantasme du grand complot mondial. Si à première vue, la petite histoire racontée peut paraître sympathique avec ses Illuminati qu’il faut démasquer et son univers reptilien branché sciences fictions, la prolifération des sites Internet de désinformation diffusant la théorie, ainsi que les commentaires des internautes, laissent indiquer que le « mouvement pour la vérité » est à prendre au sérieux, en particulier si l’on regarde de près qui sont les théoriciens et quelle idéologie se cache derrière cette théorie.


Ces sites, bien que s’adressant à des cibles de sensibilité différente, présentent les mêmes caractéristiques : un style calomnieux visant à la diabolisation systématique de responsables (les juifs, le capital, l’Etat, les communistes, les francs-maçons, le Vatican et bien d’autres groupes identifiés au gré des besoins…), et de leurs « complices » ( l’élite, les intellectuels, les chercheurs, les journalistes et les associations/ONG…). Tous offrent une lecture exclusivement conspirationniste de l’histoire qui ne serait qu’une succession de complots imbriqués les uns dans les autres, opérés par un gouvernement caché. Le grand complot est donc la pierre angulaire de l’édifice, avec une exploitation à outrance du concept de « Vérité » et le recours à une terminologie commune, presque sectaire.

Autre leitmotiv récurrent : la description d’un monde exclusivement fait de manipulateurs et de corrompus, dans lequel tout est mauvais et mensonger. Les sites en cause ne font que relater des séries de catastrophes, d’attentats, de complots et de faits tels que les contaminations par virus, les maladies, la destruction de la planète, ou encore la pédophilie. Le but n’est pas tant d’inciter les personnes à se mobiliser dans la société civile pour imaginer des solutions alternatives ou exiger des réformes, mais plutôt de les désinvestir, les désunir et les inhiber en instaurant un décorum ultra angoissant, digne de l’univers orwelien.

On notera aussi, notamment à l’écoute de Dieudonné et de Soral, une nette propension paranoïaque à s’ériger en victimes d’un « système totalitaire » qui, pourtant, ne les a pas encore fait incarcérer, ni torturer, ni disparaître. Il s’agit bien sûr d’amenuiser la réalité des vraies dictatures passées et actuelles, en présentant les démocraties libérales (aussi imparfaites qu’elles soient) comme des dictatures et les régimes autoritaires de Poutine, iranien, nord-coréen ou syrien, pour de la résistance.

Les théoriciens

Aux Etats-Unis, par exemple, des sites comme Infowar, ou Three world war, surfent sur la vague 11 septembre, CIA et sionisme, en faisant une exploitation systématique des conflits dans le monde qui ne seraient que le fruit de complots organisés par un super-gouvernement, avec la complicité de l’Establishment américain, des sionistes et du grand capital. Les thématiques sont actuelles, branchées et greenwashées (nombreuses références à la nature, l’environnement et la santé). S’agissant des personnalités notoires se faisant les porte-paroles de la théorie, on retrouve Alex Jones et Glenn Lee Beck (polémistes Fox News proches de la John Birch Society), des essayistes comme Edward Griffin, mais aussi des paléo-conservateurs ou libertariens représentés au sein du mouvement Tea Party comme Ron et Rand Paul, Pat Buchanan, ainsi que des membres de la John Birch Society (William F. Jasper, notamment). Les liens entre le mouvement Tea Party et la John Birch Society sont d’ailleurs connus.

Il convient de préciser que la John Birch Society (JBS), dont les idées sont souvent rapprochées de celles du Ku Klux Klan, fait depuis très longtemps partie du paysage de l’extrême-droite américaine, celle-ci étant notamment à l’origine de la chasse aux sorcières contre les communistes, durant la guerre froide. Rappelons également que cette organisation qui se définit comme anti-communiste, est à l’origine de la vaste campagne menée dans les années 60 en défaveur du Civil Right Act (loi fondamentale protégeant le droit des minorités et les libertés civiles), au prétexte que la loi de l’Etat fédéral était une conspiration communiste, voire judéo-maçonnique, via l’ONU. C’est également au sein de cette organisation, que le complot du nouvel ordre mondial a été colporté, dès la fin des années 50, mais également celui de l’industrie pharmaceutique qui œuvrerait, en plus de toutes les dérives qui l’on peut légitimement soulever, pour le Nouvel Ordre Mondial. Sur ce dernier point, on peut rappeler le scandale de la Laétrile (vitamine B17), une substance toxique présentée comme un médicament pour le cancer par des membres de la JBS et interdite par le gouvernement américain. C’est à partir de ces faits, dans les années 60, que les ragots sur le grand complot de l’industrie pharmaceutique ont commencé à être colportés, l’interdiction liée à la Laétrile profitant à l’industrie pharmaceutique, selon la JBS.

Aujourd’hui, les paléo-conservateurs et libertariens du Tea Party et de la JBS axent leur théorie sur le 11 septembre. Ils militent pour la réouverture de l’enquête et contestent la version officielle en s’appuyant sur les failles contenues dans les différents rapports de l’administration. Ils rejettent également les lois sécuritaires qui ont succédé aux attentats du 11 septembre, lesquelles seraient, selon certains, l’enjeu-même du complot, outre l’invasion programmée du Moyen-Orient...

Au regard du désastre lié à la gestion des attentats par l’administration Bush et des interventions militaires en Afghanistan, puis en Irak, ayant donné lieu à de nombreuses atteintes et dérives sécuritaires sur le plan des libertés civiles, ils passeraient presque pour des héros. Presque ! Le réel motif qui conduit les birchers et membres du Tea Party à dénoncer les lois sécuritaires en évoquant le nouvel ordre mondial, n'est pas la défense des libertés. Ces lois émanent d'un gouvernement fédéral qu'ils haïssent depuis des générations, depuis l'indépendance des Etats-Unis marquée par les débats opposant Jefferson et Hamilton sur le fédéralisme, depuis la création de la banque fédérale américaine et de l'impôt. Un gouvernement qui, dans la conception hamiltonienne, protège la population des tyrans et les empêche d'être souverains dans leurs fiefs. C’est la raison pour laquelle les ultras conservateurs que l’on retrouve au sein du Tea Party et de la JBS ont toujours critiqué le collectivisme, l'étatisme et le supranationalisme en militant pour un non-interventionnisme politique et une déréglementation économique. Ils prônent d’ailleurs un néo-darwinisme social total. Le but des birchers, paléo-conservateurs et libertariens est de porter atteinte à l’idée-même d’un Etat fédéral et d’une structure supranationale comme l’ONU par tous les moyens, c’est-à-dire par le biais du jeu démocratique, au sein de partis politiques, mais également via la désinformation, la diabolisation de leurs « ennemis » et la théorie du grand complot, relayées sur leurs sites de propagande.

En France, la situation n’est guère plus reluisante. La théorie est colportée sur les sites du Collectif de la contre-révolution et de Démocratie royale, dont la ligne éditoriale est clairement orientée droite radicale catholique et contre-révolutionnaire. Il s’agit de l’extrême-droite traditionnelle française, celle des ultras de la Restauration, qui est à l’origine de la diffusion de la thèse Illuminati, dès le XVIIIème siècle (Mémoires pour servir à l'histoire du Jacobinisme, Augustin Barruel). D’autres organisations comme Egalités et réconciliation, Riposte Laïque, le site du Parti Anti Sioniste (PAS), Le citoyen engagé, Le réseau Voltaire, etc., dénoncent, à l’instar de la version américaine, le grand complot du Nouvel Ordre Mondial à travers le 11 septembre, le sionisme et les conflits dans le monde.

Derrière ces sites, on retrouve notamment Chantal Dupille allias Eva et ses blogs (proche UPR), Kemis Seba et Dieudonné (proches du FN, législatives 2012 sur la liste « antisioniste »), Alain Soral (proche du FN, créateur d’Egalité et Réconciliation, législatives 2012 sur la liste « antisioniste »), Salim Laïbi (se définissant comme « le libre-penseur », législatives de 2012 sous le nom LLP), Thierry Meyssan (proche d'anciens du GUD, des milieux chiites radicaux, ami de Soral et de Dieudonné), Pierre Hillard (royaliste et révisionniste). Leurs pamphlets sont ensuite relayés sur les blogs et sites d’Alter Info, Atlantico, Agora vox, Le grand soir, Kontre Kulture, etc. D'autres personnalités de la complot-sphère comme Frédéric Chatillon (proche FN) éditent également des sites de propagande du régime syrien tels qu'InfoSyrie.

L’idéologie

La clé de voute de toute idéologie fasciste que l’on retrouve dans la théorie du grand complot (notamment à travers son aspect naturaliste et anti-modernité) est le conservatisme et la perpétration des valeurs traditionalistes. C'est pour cela que bon nombre de courants et régimes fascistes se sont appuyés (et s'appuient encore) sur le dogme clérical, lequel favorise le bon ordre et la soumission auprès d’une autorité apparaissant comme légitime. La famille au sens patriarcal également. Les valeurs traditionalistes sont transmises par la femme qui joue un rôle « spécial » dans la reproduction du schéma autoritaire. Le thème de la femme est donc très présent dans toute idéologie fasciste. Les dernières manifestations de haine concernant le mariage pour tous en sont l'une des représentations, les manifestants dénonçant une atteinte à la famille « naturelle » et « légitime » reposant sur le concept de la femme mariée, hétéro, dévouée à sa famille et à sa communauté. Le mariage pour tous a d’ailleurs fait l’objet de virulentes critiques sur tous les sites prônant la théorie du Nouvel Ordre Mondial. Dieudonné a même parlé de complot sioniste... Leur conservatisme conduit également les idéologues à viser le Vatican comme faisant partie du grand complot mondial. L’explication est très simple, certains chrétiens n’ont jamais accepté Vatican II qui est, pour eux, une tentative de destruction de l’Eglise, une atteinte aux valeurs chrétiennes et à la loi naturelle. Les ultra-catholiques s’attaquent ainsi aux branches les plus « modérées » de l’Eglise romaine, dont l’Opus Dei qui a le défaut de respecter, d’une certaine manière, le jeu démocratique en exerçant son lobbying auprès de l’élite économique et politique. Le grand complot du Vatican pour le Nouvel Ordre Mondial est également mis en avant sur nombreux sites arabes teintés d’extrémisme religieux.

Le complot est également la pierre angulaire du fascisme : celui de l’Etat et du capital contre des citoyens abandonnés par une élite corrompue qui ne les protège pas parce qu'elle se fiche de l'intérêt général. On peut édulcorer la chansonnette en impliquant, en plus, des minorités ethniques, religieuses et sexuelles ou des acteurs de la société civile. Tous les régimes fascistes, qu’il s’agisse des fascismes européens, du nazisme, du stalinisme, des dictatures en Asie, en Amérique latine, en Afrique mais aussi au Moyen-Orient, se sont servis du complot pour assoir leur pouvoir et, ensuite, priver les peuples de leurs libertés fondamentales (liberté d’aller et venir, liberté d’expression, liberté d’association, pluralisme politique…). Tous, sans aucune exception. Même des régimes qui ne sont pas des dictatures ont également eu recours au complot pour imposer des lois liberticides : G.W. Bush avait, par exemple, multiplié les amalgames pour dénoncer une conspiration des musulmans contre les démocraties libérales, ce qui lui a permis d’obtenir nombreuses prérogatives auprès du Congrès. On se souviendra d’ailleurs de sa vision « axe du bien vs/ axe du mal », lecture manichéenne du monde propre à la pensée fasciste, qui, en s’appuyant sur le complot, permet de cultiver la paranoïa et, ainsi, de préparer les gens à une forme d’autoritarisme, une vérité unique dictée par un « sauveur ».

Autre aspect commun à toute idéologie fasciste, lié au complot : La manipulation des masses, notamment par l’entretien de leur paranoïa. Qu’il s’agisse d’une secte religieuse, d’un courant politique ou d’un régime d’Etat, le fascisme reprend toujours le même processus nihiliste: cultiver l’angoisse des gens et les culpabiliser dans le but de les inhiber et de permettre ainsi au discours autoritaire d’exercer une emprise sur leur pensée : si tu ne penses pas « juste », si tu t’affranchis de ma « vérité » en allant à l’encontre de l’ordre « naturel », celui voulu par l’autorité « légitime », ce sera la fin. On retrouve le même mécanisme dans la généalogie de la morale de Nietzche mais aussi dans la conception freudienne de la névrose : un surmoi trop autoritaire qui annihile les pulsions de vie à coup d’angoisse et de culpabilité, un surmoi tyrannique qui inhibe et fait refouler. Il y a donc une dimension psychologique, voir anthropologique, dans la pensée fasciste : un désir de conservation (conservatisme ?), un désir de contrôle à travers des règles rigoureuses pour palier une angoisse ancestrale. Ce phénomène est également présent dans la théorie du Nouvel Ordre Mondial, les sites qui la diffusent ne font d’ailleurs qu’énumérer des séries de catastrophes à coups de titres racoleurs et de vocabulaire alarmiste. Nombreux sites surfent également sur l’apocalypse/fin du monde/destruction de la planète et de l’homme (angoisse de punition et du néant). En outre, les manipulateurs ont souvent pour habitude de mêler le vrai dans le faux pour convaincre leurs proies. En parcourant les sites anti-Nouvel Ordre Mondial, on se rend compte que les idéologues de la théorie maîtrisent parfaitement cette technique : les complots des démocraties libérales pendant la guerre froide, les dérives des gouvernements en matière sécuritaire, les stratégies militaires secrètes, toujours présentés comme un « scoop » sur les sites en cause (on a parfois envie de rire), servent à attester et rendre véridique l’histoire du grand complot relatée en toile de fond. L’idée qu’il s’agit d’une manipulation prend tout son sens lorsque l’on constate que les lecteurs sont noyés dans un raz-de-marée d’informations techniques et que, si des « responsables » sont identifiés, au jour le jour, au gré des humeurs, l’ennemi (le gouvernement invisible) ne l’est jamais… et pour cause ! Il s’agit de perdre sa proie dans un dédale intellectuel et, ainsi, de prendre l’ascendant en ayant toujours raison. 

Pour finir, les partisans de la théorie du grand complot ont tendance à croire qu’ils sont les seuls à se préoccuper des complots et que dans le fond, c’est ce qui dérange leurs opposants. Pourtant, quotidiennement, des scandales, des secrets sont dévoilés grâce, notamment, à des journalistes, universitaires, associations/ONG qui exercent leur activité tant bien que mal, en s’appuyant sur une méthode sérieuse et intellectuellement rigoureuse. Bien que ces travaux et recherches soient exploités par les théoriciens du grand complot pour les besoins de leur idéologie, les journalistes, universitaires et ONG sont sans cesse apparentés à des menteurs corrompus sur les sites « alter » de la droite radicale, comme si le corps universitaire, journalistique ou associatif formait un tout homogène et indivisible. Outre cette fâcheuse tendance à envisager les entités et groupes humains de façon globale, en mettant toute le monde dans le même panier sans aucune nuance, sans tenir compte du fait que toute structure est composée de forces antagonistes, on retrouve un autre point central de l’idéologie fasciste : le dénigrement permanent des intellectuels et des militants, ce qui témoigne d'un rejet du pluralisme et, donc, des valeurs démocratiques. Ceux-ci contribuent, en effet, au bon fonctionnement du jeu démocratique (tout aussi imparfait mais perfectible qu’il soit) et garantissent un certain pluralisme des idées. Or, les idéologues du grand complot s’accordent tous sur le rejet du vivre ensemble. L’aversion historique des fascistes pour la franc-maçonnerie ne surprend donc pas, étant donnée sa fonction de laboratoire d’idées et sa contribution dans l’édification des principes démocratiques et des grandes lois républicaines (liberté de la presse, laïcité, droit de vote des femmes, droit à l’avortement, abolition de la peine de mort…). Les francs-maçons, mais aussi les intellectuels, chercheurs et ONG ont en commun de tenter, à tort ou à raison, parfois en commettant des erreurs, mais toujours sur la base de la science, des connaissances et du débat d’idées, d’apporter des améliorations dans une société plurielle.

Ces différents aspects que l’on retrouve dans la théorie du Nouvel Ordre Mondial, et qui sont propres à l’idéologie fasciste, permettent de faire le lien entre un besoin d’autoritarisme, un conservatisme rigide et, son corollaire, un rejet du pluralisme. Ces mécanismes anciens, inscrits dans la pensée, ont permis à des régimes autoritaires de prospérer avec la collaboration de leurs citoyens… Les sites anti-Nouvel Ordre Mondial, dont on sait qui les alimente, méritent ainsi d’être observés et démantelés par le combat d’idées.

Un plan Rothschild pour un gouvernement mondial, et avec sources s’il vous plaît !

image: http://reseauinternational.net/wp-content/uploads/2016/07/20160830-linnett-1728x800_c.jpg

Un plan Rothschild pour un gouvernement mondial, et avec sources s’il vous plaît !

***

Cet article va donner une source écrite et sans ambiguïté des plans de l’élite, en l’occurrence les Rothschild puisque l’auteur de la source, Simon Linnett est le Vice Président Exécutif des Rothschild à la Cité de Londres. Venons-y.

Les scénarios de crise sont les moyens par lesquels les dictateurs justifient le contrôle qu’ils veulent exercer. L’exemple le plus souvent cité est la «Loi habilitante» de Hitler dans le sillage de l’incendie du Reichstag. Un autre exemple est le “Patriot Act” à la suite du 11 Septembre 2011. Les organisations mondialistes, derrière la façade habituelle des intentions les plus idéalistes, tels que le Club de Rome, ont depuis des décennies agité la menace qu’il y aurait des problèmes planétaires imminents, à moins qu’un système de contrôle du monde ne soit mis en place par leurs soins.

Bien que plusieurs des problèmes abordés par les amateurs mondiaux de contrôle soient réels, l’attention est déviée loin de la réalité de ceux qui font des suggestions pour y remédier, alors que ceux qui avertissent se trouvent être également être ceux qui ont créé les problèmes en premier lieu. Ce sont les ploutocrates qui dirigent un système de contrôle globaliste de facto, dont le but est de le transformer en un système de jure.

Par conséquent, il faut se poser des questions lorsque les oligarques qui dirigent le système financier mondial élaborent des programmes d’amélioration du monde. Ça a été le cas concernant le projet de Traité de Copenhague de fin 2009. J’ai le PDF du projet et c’est assez délirant. C’est une fois de plus une tentative de mettre le monde en coupe réglée, en cherchant à établir une rente financière importante qui rentrerait pour toujours dans leur poche. La tentative a été débusquée par certains, comme ici un politicien.

L’un de ceux qui les premiers ont exposé ces manoeuvres a été Lord Christopher Monckton qui a mis l’accent sur le scénario concernant le changement climatique proposé par les oligarques dans le cadre d’un programme au niveau mondial. Seulement après avoir menacé d’un incident diplomatique s’il ne l’obtenait pas car à l’époque le document était caché, Lord Christopher a obtenu le projet du traité de Copenhague qui aurait imposé une taxe internationale de 2% sur toutes les transactions financières, une taxe de 2% sur le Produit Intérieur Brut, et établirait 700 nouvelles bureaucraties des Nations Unies, avec une taxe internationale allant directement dans les caisses de la Banque mondiale. Évidemment les Nations-Unies et la Banque Mondiale sont des organisations appartenant aux élites.

Monckton a déclaré concernant cet ordre du jour à Copenhague: « Une fois encore, ils tentent désespérément de cacher à tout le monde ici l’ampleur de ce qu’ils tentent de faire : ils tentent vraiment de mettre en place un gouvernement mondial ». On voit que ce politicien lucide a tout compris des plans et de la méthode des oligarques. Ces plans sont de plans de banquiers chercheurs de rente.

Il y a plusieurs décennies, les oligarques ont poussé l’adoption d’un schéma similaire à ce gouvernement mondial des Nations Unies décrit plus haut et faisant appel à la fiscalité internationale, sous prétexte de mettre fin à la dette et d’autres disparités économiques entre le soi-disant Nord et le Sud, c’est à dire le monde développé et celui en développement. Il avait pour but de concentrer plus de puissance dans la main du système financier international sous prétexte de justice économique et sociale. Ce régime a été appelé le « nouvel ordre économique international », mais comme d’autres tentatives, cela a été avorté. On voit que ça ne marche pas systématiquement.

Est-ce que ce programme de réchauffement global mondial qui selon les élites justifiait une collecte financière de tous les états dénoncé par Lord Monckton est une pure spéculation, une interprétation subjective, une théorie du complot paranoïaque ? Ou y a t’il des preuves très précises quant à l’ordre du jour oligarchique ?

Les aveux écrits candides et formels de Simon Linnett, vice-Président Exécutif des Rothschild

En 2008, Simon Linnett a écrit un document de politique sur la question, publié par The Social Market Foundation. Linnett est vice-président exécutif de N M Rothschild, Londres. J’ai le PDF intégral là aussi et c’est instructif et sans discussion aucune. Vous arriverez aisément à le trouver sur l’Internet.

Linnett est la personne à droite de la photo que j’ai mise en ligne, avec un papier dans ses mains. Dans le manifeste de Linnett, il définit les « émissions à effet de serre », comme la nouvelle forme de « marché social »; une nouvelle monnaie mondiale spéculative. Linnett déclare que tout cela doit imposer aux forces du marché et au libre-échange de s’occuper financièrement des émissions de carbone, et ce qui est requis est un gouvernement mondial supranational. Les forces du marché, plus une ” institution internationale ” avec une constitution équivalent à celle d’un Etat mondial sous contrôle oligarchique. Il écrit: « Qu’un tel marché doit être établi sur une base mondiale coordonnée par une institution internationale dotée d’une constitution pour lui correspondre. »

Dans ce document, Linnett est clair dans sa conviction que cette façade pour « sauver la planète » est en fait une méthode de création d’un « nouvel ordre mondial » – comme il l’appelle en rajoutant sans vergogne qu’à cette ” Institution internationale” les Nations doivent céder leur souveraineté. Comment peut-on être plus clair que cela ? Je rappelle que c’est le Vice Président de Rothschild dans son fief de la Cité de Londres qui se livre à ces aveux sans complexes et de façon tout à fait ouverte et écrite dans un document consultable et sans ambiguïté.

Linnett est ici ouvertement explicite en déclarant que « le changement climatique » est simplement une étape sur le chemin de quelque chose de plus grande envergure qui “pourrait bien prolonger au-delà de cette question simple mais critique.” En un mot, il n’est pour les ploutocrates qu’un début. Linnett rajoute dans le texte de ce document « que les Nations doivent être prêtes à subordonner, dans une certaine mesure, une partie de leur souveraineté à cette initiative mondiale. »

La réticence à céder la souveraineté à une autorité internationale, que Linnett fait valoir, doit être surmontée afin d’obtenir l’Inde et la Chine entrent dans le système international en leur montrant bien que toutes les nations sont prêtes à sacrifier leur indépendance pour le plus grand bien de la collectivité. Linnett est spécifique à ce qu’il avait précédemment appelé « une renonciation marginale et gérable de la souveraineté nationale » : « Quand les pays sont déjà à ce niveau, le droit de contrôle direct sur la politique monétaire par la création de banques centrales indépendantes pourrait être un prix relativement faible à payer pour une telle inclusion ».

Ce doit être l’une des déclarations les plus franches et révélatrices jamais faite de “l’intérieur” du système des élites, en l’occurrence des Rothschild en ce qui concerne les véritables objectifs de l’oligarchie mondiale.

Ici, Linnett, en affirmant que les « banques centrales », soient nationalisées ou non, ce ne sont que des agences pour le système financier privé de la création de crédit, qui constituent le système bancaire international avec les moyens par lesquels l’oligarchie contrôle les politiques monétaires des nations. Toute notion de souveraineté, ainsi que tout ou partie des promesses politiques sur le « plein emploi », etc. ne sont que vaine rhétorique parce qu’un Etat qui n’est pas souverain parce qu’il n’a pas le contrôle sur sa propre politique monétaire ne peut rigoureusement rien. On en sait quelque chose en France.

On se souvient de la déclaration de l’historien éminent et globaliste de Harvard Carroll Quigley, qui a décrit le but des banquiers internationaux comme étant de créer « un système international de contrôle » : « Dans le temps ils ont apporté dans leur réseau financier les centres bancaires provisoires, organisés comme les banques commerciales et caisses d’épargne, ainsi que les compagnies d’assurance, pour former l’ensemble de celles-ci dans un système financier unique à l’échelle internationale qui a manipulé la quantité et la circulation de l’argent de sorte qu’ils étaient en mesure d’influencer, voire de contrôler, les gouvernements d’un côté et les industries de l’autre. Les hommes qui ont fait cela aspiraient à établir des dynasties de banquiers internationaux, et avaient au moins autant de succès que la plupart des dirigeants politiques dynastiques. La plus grande de ces dynasties, bien sûr, était celle des descendants de Meyer Amschel Rothschild ».

 Linnett indique que le moteur du système international est la création de banques centrales sous propriété privée par les banquiers internationaux tels que Rothschild, son employeur, qui dictent les politiques économiques et financières de tous les pays du monde, à travers “le contrôle direct de la politique monétaire “. Le système proposé par Linnett, pour servir la cause de « sauver la planète », est la consolidation du système bancaire international en vertu d’une autorité centrale. Linnett affirme que les nations européennes ont déjà cédé leur souveraineté à l’UE; l’étape suivante étant: « céder la souveraineté à un corps plus grand du monde sur le marché du carbone ». Un « organisme mondial est peu probable de commencer en tant que tel », déclare Linnett, mais une constitution lui permettrait de se développer.

Linnett se réfère à l’Union Européenne

Autrement dit, c’est l’ancienne stratégie du socialisme Fabian, la centralisation du contrôle par étapes progressives; ou pourrait-on dire, lentement bouillir la grenouille afin qu’elle ne sache pas à ce qui se passe jusqu’à ce qu’il soit trop tard pour sauter hors du pot. Linnett estime que le schéma peut être démontré par l’UE, en raison de la volonté des Etats européens qui ont déjà cédé leur souveraineté à un organisme supranational, avec un “haut responsable politique préparé pour diriger cette nouvelle initiative. Si une telle feuille de route n’a pu être trouvée, alors peut-être que nous pourrions être au début d’une nouvelle constitution du monde et un nouvel ordre mondial. »

Selon Linnett, la “City of London” doit être la Capitale de l’Etat du Monde

Le gouvernement mondial que Linnett propose s’appelle dans sa bouche l’Autorité mondiale de l’environnement (WEA). Ceci devrait être basé sur ce que Linnett appelle une « ville mondiale ». Linnett suggère que cette «ville mondiale» ou ce qu’on pourrait appeler une « capitale mondiale » sera Londres. Cependant, je pense que l’on peut être plus précis et indiquer que ce que Linnett a à l’esprit est pas “London” dont la plupart des gens comprennent le nom, mais ce qui est appelé la City, une certaine partie de Londres qui comprend le siège de la finance internationale, qui est une entité souveraine comme la Cité du Vatican.

Après ces aveux qu’il faut connaître de Simon Linnett, finissons par une courte histoire sur le transfert de la Banque d’Angleterre dans les mains des Rothschild. Ça ne date pas d’hier.

Pour finir, l’histoire de l’acquisition à l’époque de la Banque Centrale d’Angleterre par Nathan Rothschild

La Banque d’Angleterre dans la City de Londres a été reprise par Rothschild lorsque le roi ne pouvait pas rembourser l’or emprunté nécessaire pour battre Napoléon à Waterloo. Un espion des Rothschild a informé le Baron un jour plus tôt que le roi n’ait reçu le message de Waterloo. Rothschild a joué le marché des Consuls – Obligations – comme une perte pour conduire le marché vers le bas. Ensuite, il les a racheté pour quelques centimes, le lendemain du jour il a fait un profit de 400 fois son investissement, quand la vérité a été connue l’Angleterre a gagné.

Le roi ne pouvait pas racheter les consuls hors de prix et a été contraint de donner la Banque d’Angleterre à Rothschild. On dit que les Consuls, contrairement aux obligations, sont à des niveaux de perte et de gain sans fin. En d’autres mots, le roi continue de payer pour Waterloo. La maison gagne toujours à savoir la Chambre des Rothschild.

Conclusion

Ce n’est pas tous les jours qu’on a un accès aussi explicite à une source aussi claire sur les plans de l’élite. Cette information doit nous conforter dans la conviction que c’est réel et pas un fantasme.

Algarath

http://algarath.com/2016/07/29/plan-rothschild-gouvernement-mondial-sources-sil-plait/

TROISIÈME TEMPLE

« Israël est la ligne des prophéties », a déclaré Joseph Farah, auteur de « La restitution de toutes choses : Israël, le Christianisme et la fin des âges ». « Qu’il y ait tellement de bavardage et d’activité au sein de l’État Juif au sujet de la reconstruction du Temple à Jérusalem, signifie que nous vivons dans un moment passionnant de l’histoire, celui sur lequel tous les prophètes ont regardé avec espoir pour la restauration du monde ».

« Israël est un miracle vivant au milieu de nous, la seule et unique nation du monde à ressusciter des morts après près de 2000 ans, sa langue a été recréée, et son peuple s’est regroupé à partir des quatre coins du monde.  Si cela était arrivé à une autre nation, ce serait vraiment incroyable.  Que tout ceci soit arrivé à la seule et unique nation de l’histoire sur laquelle tout cela a été prophétisé, ceci ne peut être que le résultat de l’intervention directe et surnaturelle de Dieu. »

« Les derniers jours ne sont pas proches, ils sont ici », a déclaré Jan Markell, de Olive Tree Ministries.  « Nous avons la convergence de tous les signes prédits.  La renaissance d’Israël a commencé la convergence en 1948. Nous voyons la poussée vers le globalisme comme prédit dans Apocalypse 13. Nous voyons toutes les nations qui ont une « détresse avec perplexité » comme prévu dans Luc 21:25.  Nous voyons les persécutions des chrétiens et la montée de l’antisémitisme.  Nous voyons le monde se tourner contre Israël comme prévu dans Zacharie 12.  Ces signes et des dizaines d’autres « signes des temps » supplémentaires rappellent aux croyants que l’heure est très tardive. »

« J’ai souvent dit que la renaissance d’Israël était le signe principal, suivie des problèmes autour de Jérusalem, suivie de l’activité du Mont du Temple.  Israël est l’horloge, Jérusalem est l’aiguille des minutes, et le Mont du Temple est l’aiguille des secondes.  Il a fallu la recapture de Jérusalem, en juin 1967, pour permettre que cela se produise.  C’est pourquoi le monde a essayé de diviser Jérusalem depuis des décennies.  C’est de cette façon que Satan peut ralentir le plan de la fin des temps. »

Jan Markell croit également qu’il doit y avoir la reconstruction d’un temple littéraire pour que se produisent les événements de la fin des temps comme décrits dans la Bible.

« Il est dit dans II Thessaloniciens 2:3-4 que l’Antéchrist entrera dans le Temple de Jérusalem et se déclarera lui-même être dieu », a-t-elle déclaré à WorldNetDaily.  « C’est au point des trois ans et demi des Tribulations.  Il exigera que les Juifs l’adorent.  Cela signifie qu’il y ait un Temple et il n’existe pas maintenant.  Il faut donc le construire.  Les Juifs se préparent à construire ce Temple, mais ils n’ont aucune idée qu’un tel « sans loi » l’occupera un jour et exigera l’adoration ».

« Ils cherchent déjà une génisse rousse parfaite à des fins sacrificielles.  Des robes sacerdotales sont préparées.  Malheureusement, après la guerre des six jours, en 1967, ils ont donné le Mont du Temple au monde musulman et c’est l’endroit nécessaire pour ce Troisième Temple. »

Cependant, il existe des opinions mitigées sur le fait qu’il y aura effectivement un Troisième Temple physique et littéraire, à court terme.  En effet, Mark Biltz, pasteur d’El Shaddai Ministries, auteur de « God’s Day Timer » et un des principaux défenseurs de la réintégration des pratiques juives dans la foi chrétienne, soutient que le renouveau de la foi est plus important que l’obsession au sujet des détails de la construction physique.

« Bien que de nombreux chrétiens soient enthousiasmés par la construction du Temple d’un point de vue essentiellement eschatologique, mon espoir d’un Temple reconstruit est basé sur combien le monde a besoin de la présence de Dieu sur Terre d’une manière réelle et tangible », a déclaré Mark Biltz à WorldNetDaily.

« Dieu a demandé au prophète Aggée pourquoi Israël se contentait d’habiter dans ses maisons alors que la Maison de Dieu repose dans les ordures. Aujourd’hui, la même question se pose.  Je trouve que la réponse repose dans les raisons politiques et de savoir qui sera au contrôle, l’establishment politique ou un tribunal de la Torah.  C’est peut-être une affaire qui devra attendre que le Messie établisse Son règne et Sa direction à partir de Jérusalem.  Que cela se produise de nos jours ! »

Joel Richardson, l’auteur best-seller du New York Times de « L’Antéchrist Islamique », croit qu’il y aura quelque chose sur le Mont du Temple. Cependant, ce que cela sera réellement, il ne peut pas le dire.

« Certes, nous approchons du temps où les sacrifices bibliques seront réinstallés sur le Mont du Temple, car les Écritures déclarent qu’ils se dérouleront dans le Acharayit Yawn, ou les derniers jours, » a-t-il déclaré à WorldNetDaily.  « Personnellement, je crois que tout cela ne sera mis en place qu’après une restructuration significative des réalités géopolitiques.  Je crois que nous verrons quelques guerres drastiques au Moyen-Orient et un important changement des conditions actuelles avant qu’une telle construction ne commence.  Mais, seul le temps nous le dira, et Dieu seul le sait mieux que nous ».

« Maintenant, à savoir si le temple à venir sera une véritable structure de briques et de mortier ou simplement une chose aussi simple qu’une tente, nous ne le savons tout simplement pas.  Ce que nous savons, c’est qu’une structure physique quelconque sera rétablie sur le Mont du Temple.  Les Écritures le disent clairement.  Théologiquement parlant, ce sera une des réalités les plus profondément controversées dans toute l’histoire de la Rédemption. »

Joel Richardson prévient que la reconstruction du Temple, ou de toute structure créée, ouvrira un énorme débat au sein du Christianisme, en particulier pour savoir si les pratiques « juives » devraient être réintégrées dans la vie des croyants.

« Aujourd’hui, il existe déjà une énorme controverse au sein du Corps du Christ en ce qui concerne l’observance de la Torah, qu’il s’agisse de savoir si les chrétiens gentils doivent garder le sabbat, ou manger Kasher, etc… », a-t-il dit.  « Parce qu’il n’existe pas encore de temple, nous avons été épargnés de la très grande controverse de savoir si nous devrions ou non participer aux divers rituels et sacrifices du temple.  De nombreux chrétiens souligneront que le moment arrive lorsque l’Antéchrist s’assoira dans le Temple, et, donc, les chrétiens ne devraient pas être impliqués dans un futur temple ».

« Maintenant, à un certain point, l’Antéchrist entrera et souillera le Temple. Cependant, avant cela, les Écritures se réfèrent à cette structure comme « Le Temple de Dieu ».  On ne peut souiller quelque chose à moins qu’il ne soit considéré comme « saint ».  D’autres évangéliques diront rapidement que le sacrifice du Christ était une fois pour toutes, et donc, toute participation chrétienne à des rituels ou des sacrifices dans le Temple seraient semblables à un blasphème.  Mais, les Apôtres eux-mêmes comprenaient évidemment la nature une fois pour toutes du « Travail Expiatoire » de Jésus, et ils ont continué à prendre part aux activités dans le Temple longtemps après sa crucifixion, sa mort, son enterrement, sa résurrection et son ascension ».

Joel Richardson a suggéré que les chrétiens enthousiasmés par les efforts de reconstructions du Temple devraient réfléchir longuement aux questions qui seront soulevées après sa construction.

« Lorsque le Temple sera reconstruit, et il le sera, la question ne sera pas aussi simple que, oui ou non, s’il est bon pour les disciples de Jésus de participer aux rituels du Temple, mais plutôt, les questions seront beaucoup plus compliquées et théologiquement nuancées », explique Joel Richardson.  « Les juifs messianiques ne devraient-ils pas participer aux rituels de Temple ou tous les chrétiens doivent-ils faire cela ?  Dans quels aspects des rituels du temple pouvons-nous être impliqués ?  Évidemment, le temps viendra où l’Antéchrist souillera le Temple et fera cesser les offrandes, mais, avant ce temps-là, comment allons-nous exactement nous y rapporter ? »

« Encore une fois, comme je l’ai dit, ce sera probablement la plus grande controverse à laquelle le mouvement chrétien aura à faire face, dans toute son histoire.  Bien que ce temps ne soit encore ici, il arrive bientôt et il est temps de commencer à lutter sérieusement à travers ces problèmes très vrais. »

Bill Cloud, directeur de Shoreshim Ministries, auteur de « Esau Rising » et autre partisan vocal pour intégrer les pratiques juives dans le culte chrétien, se passionne pour l’environnement prophétique mis en branle par la capture du Mont du Temple par Israël, il y a un demi-siècle.  Cependant, il a des sentiments mitigés quant à la légitimité de toute nouvelle structure émergeant sur le Mont du Temple.

« Sans aucun doute que la réunification de Jérusalem et la capture du Mont du Temple, en 1967, ont été un des événements prophétiques significatifs », a-t-il déclaré à WorldNetDaily.  « À mon avis, ceci a mis en mouvement d’autres situations dans lesquelles d’autres prophéties pourraient être accomplies ».

« En ce qui concerne la reconstruction du Temple, je crois que la Bible suggère que cela se produira, mais je ne suis pas convaincu que le prochain Temple sera la résidence du Sh’kinah (Présence de Dieu).  Je suis d’avis que lorsque le prochain Temple sera construit, peut-être avant qu’il ne soit dédié, celui que nous connaissons comme Antéchrist entrera et mettra fin à tout cela, et il tuera les deux témoins (Apocalypse 11:7-10), accomplissant ainsi ce que Paul a parlé dans II Thessaloniciens 2:3-4. »

Pourtant, Bill Cloud a déclaré qu’il est indéniable qu’il existe un sentiment palpable pour que l’accomplissement prophétique puisse se dérouler dans notre propre temps.

« Les efforts de l’Institut du Temple pour créer toutes les composantes et le mobilier nécessaires pour le Temple démontrent les attentes messianiques croissantes qui existent aujourd’hui en Israël », a-t-il observé.  « Que, en conjonction avec l’instabilité dans le monde et en particulier au Moyen-Orient, a préparé la voie à la réalisation des prophéties concernant un Temple à Jérusalem ».

Carl Gallups, l’auteur de plusieurs ouvrages, y compris son dernier examen final « Lorsque Rugit le Lion », est d’accord que la génération actuelle vit pendant un temps extraordinaire dans l’histoire.  Plus important encore, le pasteur a-t-il déclaré à WorldNetDaily, les événements s’accélèrent.

« Il ne fait aucun doute que nous vivons dans des temps prophétiques intenses », a-t-il déclaré.  « Je constate que ce sont les moments les plus prophétiquement significatifs depuis la première venue de Jésus-Christ.  Il y a une convergence particulière d’au moins une douzaine d’événements et/ou d’éléments prophétisés qui apparaissent juste devant nos yeux, tels qu’ils sont décrits dans « Lorsque Rugit le Lion ».  Et nous sommes la première génération de l’histoire à les voir se produire. »

« Je pense que ce n’est pas une petite coïncidence que, dans cette année particulière de Jubilé de 2017, il existe un bouleversement sans précédent au Moyen-Orient impliquant des puissances mondiales majeures.  La Russie, la Chine, l’Iran, la Syrie et la Turquie sont interconnectés comme jamais auparavant.  Même la Corée du Nord figure dans le mélange avec ses connexions avec l’Iran et avec la Chine en particulier.  Du Brexit jusqu’au « Facteur Trump » en cours, les puissances mondialistes sont dans une frénésie. Maintenant, en Israël, il y a un accent sans précédent et renouvelé pour le Mont du Temple et pour le potentiel d’un contrôle juif beaucoup plus fort sur le Mont du Temple, incluant la possibilité d’un vrai projet du Temple. »

Carl Gallups a suggéré que le 50ème anniversaire de la capture du Mont du Temple par Israël pourrait voir des événements extraordinaires, pas seulement dans un proche avenir, mais, dans l’année en cours.

« Cinquante ans plus tôt, en 1967, le Mont du Temple a finalement été repris par Israël dans la Guerre des Six Jours », a-t-il noté.  « Et, 50 ans avant cela, en 1917, l’Empire Britannique avait capturé le Mont du Temple de l’Empire Ottoman Islamique dans la bataille de Jérusalem.  Les deux dernières années du Jubilé ont vu des moments de « rédemptions » incontournables impliquant le Mont du Temple de Jérusalem, en particulier une sorte de « libération » des mains de l’Islam.  Il sera intéressant de voir ce que cette année pourrait retenir. »