Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

WWIII : Toutes les armées font route vers Israël. Le Roi du Nord est à ses portes, et le Roi du Sud, la nouvelle Babylone y est aussi.

Publié le par José Pedro, collectif des rédacteurs dans LAOSOPHIE sur Overblog

Le Moyen-Orient selon les prophéties bibliques

par David C. Pack et ajouts

Le Moyen-Orient est en agitation constante. Pourquoi ? La violence et la confusion sont depuis longtemps le trait caractéristique de cette région. Pourquoi ? Les solutions proposées par les hommes ne semblent jamais y apporter la paix. Pourquoi ? Très peu de personnes comprennent les racines historiques du Moyen-Orient. À cet endroit, des nations, des cultures, des religions, l’Histoire et la politique se heurtent… à la prophétie ! Quelle sera la solution ? Qu’en dit la Bible ? Les événements au Moyen-Orient ont une signification beaucoup plus grande que la majorité des gens le soupçonnent. On dit que le Moyen-Orient doit subir une nouvelle guerre à tous les huit ans. L’histoire récente semble confirmer cette affirmation. La région a été depuis toujours en ébullition. On y retrouve troubles, conflits, terrorisme et elle a été à l’origine de nombreuses occasions ratées d’établir la paix. Ses problèmes ne semblent avoir aucune solution — et cette brochure prouve qu’il n’y a que Dieu qui soit capable d’y établir la paix tant recherchée par tous. Le monde entier est lié au Moyen-Orient d’une façon remarquable. Ses problèmes sont sérieux et le monde ne peut espérer qu’ils disparaîtront simplement en les ignorant. Le Moyen-Orient est le sujet d’une prophétie de grande importance que le monde ignore. Mais pour ceux qui veulent réellement connaître le plan divin, il peut en être autrement. Les faits le concernant sont accessibles. Le Dieu suprême, qui a créé les cieux, la Terre et vous a créé, détient la clé de la connaissance nécessaire à la solution des « problèmes du Moyen-Orient ». Et vous pouvez connaître cette solution.

L’étonnante prophétie de Daniel.

Dieu est en train de réaliser un plan magistral sur la Terre. Les êtres humains ignorent totalement qu’il existe un dessein pour l’humanité, et bien sûr, en quoi il consiste. Le présent et le futur jouent un rôle important dans le grand plan divin pour l’humanité et cette région est le centre d’une prophétie stupéfiante qui affectera la vie de tous les peuples de la Terre avant que cette époque tire à sa fin.

Il y a plus de 2500 ans, Dieu inspira le prophète Daniel afin qu’il écrive une prophétie qui devait inclure plusieurs événements historiques fascinants. Celle-ci doit se conclure à notre époque de façon extraordinaire. Bien que sa réalisation finale doive abasourdir l’ensemble des nations, son sens est demeuré scellé, caché jusqu’à maintenant.

Certaines prophéties bibliques sont générales. D’autres sont hautement spécifiques. Certaines parlent d’événements qui se produisent à un moment particulier et d’autres s’accomplissent lentement pendant un grand nombre d’années, de siècles et même de millénaires. La prophétie de Daniel est constituée de plusieurs petites prophéties que nous allons examiner une à une, jusqu’à ce que nous en arrivions à nos temps modernes.

Pratiquement tous les théologiens sont très empressés à donner leur opinion sur les nombreuses prophéties bibliques — et ils les « interprètent » comme bon leur semble. Le véritable étudiant de la Bible doit toujours laisser la BIBLE INTERPRÉTER LA BIBLE ! Nous allons étudier un des longs chapitres de celle-ci. Il deviendra vite apparent qu’il n’existe qu’une seule façon d’expliquer ses 45 différents versets. Leur accomplissement ne dépend pas du raisonnement humain ni de l’opinion ou de l’interprétation des hommes.

À l’exception de la partie qui doit se réaliser prochainement, toutes ces prophéties se sont accomplies exactement comme Dieu l’avait annoncé et elles font maintenant partie de l’Histoire. Elles constituent maintenant des faits qui peuvent être vérifiés et sont des preuves éclatantes qu’un Etre suprême les a d’abord prédites, pour ensuite LES ACCOMPLIR !

Cette longue prophétie se trouve dans Daniel 11. Au chapitre 10, Daniel est étonné — complètement ébranlé et dépassé par ce que Dieu lui révèle sur ce qui va se passer à la fin des temps. Une partie du chapitre 12 est la conclusion de cette longue prophétie qui débute au chapitre 11.

Ouvrez votre Bible et lisez chaque verset correspondant au texte de cette brochure. Aucune autre façon ne sera aussi efficace. Rappelez-vous également que ce sont les hommes qui ont inséré les numéros de chapitres et de versets de la Bible. Bien qu’ils soient souvent utiles aux étudiants, ils ont souvent comme conséquences d’interrompre le fil de l’histoire ou, comme ici, des prophéties, empêchant ainsi d’en saisir toute la portée. Cette prophétie a été donnée aux environs des années 530 av. J.-C.

Deux grands rois sont prophétisés.

Dieu a donné cette prophétie la troisième année du règne de Cyrus, le roi de l’empire perse (10 :1). Daniel écrivit que deux rois puissants (deux royaumes rivaux) joueraient un rôle marquant dans les événements du Moyen-Orient jusqu’aux temps de la fin. Ces rois préparent le terrain pour le développement d’événements futurs très importants qui atteindront leur apogée avec le retour de Jésus-Christ.

Deux versets clés introduisent le sujet. Dans Daniel 10 :21, l’archange Gabriel parle à Daniel : « Mais je veux te faire connaître ce qui est écrit dans le livre de la vérité ». Le chapitre 11 nous dit à quelle période nous sommes. Le verset 2 poursuit, « Maintenant, je vais te faire connaître la VÉRITÉ ». Lorsque Dieu prédit les événements, Il dit la vérité ! Il est certain qu’ils se produiront ! Comme l’Écriture ne peut être anéantie (Jn 10 :35), ceci est vrai aussi pour tout verset de cette prophétie.

Considérez les versets suivants : « Voici, il y aura encore trois rois en Perse. Le quatrième amassera plus de richesses que tous les autres; et quand il sera puissant par ses richesses, il soulèvera tout contre le royaume de Javan. Mais il s’élèvera un vaillant roi, qui dominera avec une grande puissance, et fera ce qu’il voudra » (Dan 11 :2-3).

Qui sont ces quatre rois, dont le quatrième est plus riche que les autres ? Et qui est ce « vaillant roi » qui dominera et fera ce qu’il voudra ? Daniel parlait des rois Cambyse, Smerdis et Darius de Perse pour les trois premiers, puis de Xerxes qui fut le plus grand et le plus riche des quatre. C’est lui « souleva tout » contre la Grèce.

Nous devons maintenant étudier plusieurs versets de Daniel 8. Le père d’Alexandre le Grand, le roi Philippe de Macédoine, avait conçu un plan en vue de conquérir l’Empire perse à l’aide de l’armée grecque. Mais il mourut avant de pouvoir mettre son plan à exécution. C’est son fils qui envahit la Perse à sa place, et l’armée d’Alexandre combattit les Perses dans la fameuse bataille d’Issos en 333 av. J.-C. (Dan 8 :2, 5-6).

Deux années plus tard, en 331 av. J.-C., lors d’une seconde bataille à Arbelle, Alexandre vainquit complètement l’empire perse. Ayant déjà conquis l’Égypte peu de temps auparavant, il détruisit tout, du Moyen-Orient jusqu’aux Indes. Cela se produisit exactement comme la prophétie l’avait prédit.

Daniel 11 :4 dit à propos d’Alexandre : « Et lorsqu’il se sera élevé, son royaume se brisera et sera divisé vers les quatre vents des cieux; il n’appartiendra pas à ses descendants, et il ne sera pas aussi puissant qu’il était, car il sera déchiré, et il passera à d’autres qu’à eux ».

De nombreuses autorités en histoire admettent qu’Alexandre mourut soudainement, à l’âge de trente-deux ans, lorsqu’il fut « retranché subitement dans la vigueur de l’âge ; il ne laissa aucun héritier, ni de sa puissance, ni de ses projets » (Rawlinson A Manual of Ancient History, p. 237, c’est nous qui traduisons). Le royaume d’Alexandre se brisa bel et bien en quatre royaumes séparés, car il n’avait aucun fils pour prendre sa place. La prophétie s’est accomplie comme Dieu l’avait prédit.

Les quatre généraux d’Alexandre représentant les « quatre vents des cieux », ou les directions selon lesquelles le royaume fut divisé. (1) Lysimaque régna sur l’Asie mineure, (2) Cassandre régna sur la Grèce et la Macédoine, (3) Seleucos régna en Syrie, en Babylonie et sur toutes les régions à l’est jusqu’aux Indes, (4) Ptolémée régna sur l’Égypte, la Judée et une partie de la Syrie.

À partir de ce moment, la prophétie se concentre sur deux des quatre rois, ou divisions du territoire. Le royaume de Syrie représente le « roi du Nord ». Le royaume d’Égypte représente le « roi du Sud » (v.5), parce que l’Égypte se retrouve plus au sud de Jérusalem. (Jérusalem est le centre géographique de toutes les prophéties et les directions sont toujours établies relativement à cette ville). Ces deux royaumes se sont fréquemment repoussés à travers la Palestine, — la Terre Sainte et Jérusalem — l’appartenance de la région changeant continuellement de mains selon les résultats de la dernière bataille.

Ptolémée I, appelé Soter, fit de l’Égypte une puissance beaucoup plus grande et dominante que du temps d’Alexandre. Séleucos aussi devint très puissant. En 312 av. J.-C., il avait établi solidement le royaume de Syrie. Ces deux royaumes devinrent et représentent respectivement le « roi du midi » et le « roi du septentrion », que l’on retrouve dans toute cette prophétie. Daniel 11 :5 dit, « Le roi du midi deviendra fort. Mais un de ses chefs sera plus fort que lui et dominera; sa domination sera puissante ».

Accomplissement renversant du verset six.

Le verset 6 est une prophétie d’une remarquable spécificité. Voyez : « Au bout de quelques années ils s’allieront, et la fille du roi du midi viendra vers le roi du septentrion pour rétablir la concorde [les notes marginales mentionnent qu’il s’agit ici de mariage]. Mais elle ne conservera pas la force de son bras, et il ne résistera pas, ni lui, ni son bras; elle sera livrée avec ceux qui l’auront amenée, avec son père et avec celui qui aura été son soutien dans ce temps-là ».

Cinquante années plus tard, Antiochus II (appelé Theos) fut le roi du septentrion régnant sur la Syrie. Son épouse, Laodicée, avait une forte influence dans le royaume. Mais Theos la divorça et maria Bernice, la fille du roi du midi. Bernice devait perdre la « force de son bras ». Son mari, le roi du septentrion ne devait pas « résister » et elle et son père devaient « être livrés ». Tous les trois connurent une fin tragique.

Une prophétie étonnante de précision s’est accomplie suite au verset 6. Rawlinson dit que « Son influence [de Laodicée]… le força à s’engager dans une guerre avec Ptolémée Philadelphe [roi du midi], en 260 av. J.-C., qui se termina en 252 par un mariage entre Antiochus et Bernice, la fille de Ptolémée… Lors de la mort de Philadelphe [son père] en 247, Antiochus répudia Bernice et repris son ancienne épouse, Laodicée, qui… doutant de sa loyauté, l’assassina afin d’assurer le trône à son fils, Seleucos (II) en 246… Bernice…avait été exécutée par Laodicée » (p. 251-252 – partout c’est nous qui traduisons).

Nous allons maintenant examiner la plus longue prophétie de la Bible verset par verset.

Le contrôle de la Terre Sainte change fréquemment de mains.

Notez le verset 7 : « Un rejeton de ses racines [les parents de Bernice] s’élèvera à sa place [il s’agit de son frère qui prendra le trône de son père en tant que roi du midi]; il viendra à [avec] l’armée, il entrera dans les forteresses du roi du septentrion, il en disposera à son gré, et il se rendra puissant »

Rawlinson affirme, « Ptolémée Evergète [III, aîné de Philadelphe, et donc frère de Bernice, le rejeton de ses racines] envahit la Syrie en 245 avant J.-C. pour venger le meurtre de sa sœur Bernice… durant la guerre qui s’ensuivit, et il prit beaucoup de butin (pp. 252, 272).

Le verset 8 dit du roi du midi, qu’après avoir envahi avec succès le Nord, il ramena des vaisseaux d’argent et d’or, et des captifs avec lui en Égypte (v.9). En réalité, Ptolémée III a conquis la Syrie, le port d’Antioche (capitale du royaume) et la Séleucie. Il prit une grande quantité de butin, incluant 2500 plats et images fondues qui avaient été pris auparavant en Égypte par Cambyse, le roi du septentrion, en 526.

La fin du verset 8 est mieux traduite par « il tiendra ou restera quelques années [de plus que le] roi du septentrion » autrement dit, Ptolémée III devrait régner plus longtemps que le roi du septentrion, Seleucos II. Ce dernier mourut en 226 et Ptolémée III régna quatre ans de plus, jusqu’en 222.

À la mort de Seleucos II, son royaume fut dirigé successivement par ses deux fils. Seleucos III ne régna que trois ans (226-223) alors que son frère Antiochus III, appelé « le Grand », régna pendant 36 ans (de 223 à 187). Les deux constituèrent une grande armée pour combattre l’Égypte et reconquérir la ville portuaire de Séleucie et venger ainsi la défaite de leur père.

Cela prit vingt-sept ans à Antiochus pour reconquérir Séleucie et conquérir la Syrie et la région de la Judée jusqu’à Gaza. Les versets 10 et 11 déclarent, « Ses fils se mettront en campagne et rassembleront une multitude nombreuse de troupes; l’un d’eux s’avancera, se répandra comme un torrent, débordera, puis reviendra; et ils pousseront les hostilités jusqu’à la forteresse du roi du midi. Le roi du midi s’irritera, il sortira et attaquera le roi du septentrion; il soulèvera une grande multitude, et les troupes du roi du septentrion seront livrées entre ses mains. »

Ptolémée IV accomplit le verset 11 avec exactitude. Après avoir rassemblé une armée de 20,000 hommes, il « s’irrita » contre Antiochus le Grand. Il accomplit le verset 12 car il fit tomber [tua] des milliers. Toutefois, il retraita trop tôt en Égypte, suite à un traité trop hâtif avec Antiochus, perdant l’avantage de ce qu’il avait conquis d’où la phrase « mais il ne triomphera pas », (en parlant de sa victoire sur Antiochus en 217).

Douze années plus tard (en 205), Ptolémée Philopator, roi d’Égypte, mourut. Son fils, encore bébé, Ptolémée Épiphane, reçut le trône. Ceci rendit l’Égypte vulnérable aux attaques. Antiochus tira avantage de la situation « au bout de quelques temps » en vainquant l’Égypte. Le verset 13 explique, « Car le roi du septentrion reviendra et rassemblera une multitude plus nombreuse que la première; au bout de quelques temps, de quelques années, il se mettra en marche avec une grande armée et de grandes richesses ».

Peu après, Antiochus fit alliance avec Philippe de Macédoine pour attaquer l’Égypte et récupérer la Phénicie et la Syrie du Sud. Le réputé historien juif Flavius Josèphe dit qu’un grand nombre de Juifs se joignirent à lui lors de cette campagne. Le verset 14 décrit cela. Je vous rappelle que vous devriez lire attentivement chaque verset de votre Bible au fur et à mesure que cet aperçu historique vous est donné.

Ensuite, Antiochus assiégea toute la région, de l’Égypte à Sidon, prenant ainsi le contrôle de la Judée en 198, lors de la bataille du mont Panium. Veuillez noter la référence à la Terre Sainte (Judée) par les mots « le plus beau des pays » (v. 15-16).

À cette époque (198 av. J.-C.), Antiochus fit les arrangements nécessaires pour que sa fille Cléopâtre et le jeune garçon, roi d’Égypte, Ptolémée Épiphane, se marient. Toutefois, ce plan pour contrôler et s’accaparer de l’Égypte, échoua parce que Cléopâtre trompa son père Antiochus et ne l’aida pas à saisir le pays (v.17). (Il ne s’agit pas ici de la même Cléopâtre, reine d’Égypte très connue de l’an 31 av, J.-C.).

Ceci poussa Antiochus à se concentrer sur la prise de contrôle des côtes de l’Asie mineure et des îles situées à proximité (197-196). Par contre, lors de la bataille de Magnésie (en l’an 190), un général romain nommé Lucius Cornelius Scipio Asiaticus le vainquit et détruisit son armée (v. 18).

Daniel nous dit, « Il se dirigera ensuite vers les forteresses de son pays; et il chancellera, il tombera, et on ne le trouvera plus » (v.19). Antiochus, après avoir porté son attention sur ses propres forteresses, fut tué en 187 av. J.-C. alors qu’il tentait de consolider ses possessions en pillant le temple oriental de Bélus à Élymaïs (v.19).

Héliodore, « l’exacteur » (collecteur d’impôts), fut envoyé par Seleucos IV Philopator pour recueillir de l’argent en Judée. Toutefois, Héliodore empoisonna Seleucos IV, ce qui mit fin à un règne de 11 ans, de 187 à 176 (v. 20)

Seleucos IV n’avait pas d’héritier, alors son jeune frère (Épiphane ou Antiochus IV) prit le contrôle du royaume par intrigue. Comme le verset suivant l’indique, cet homme était vil (méprisant et non méprisé) et fut aidé par Eumenes. Rawlinson nous dit que « Antiochus [Épiphane], assisté d’Eumenes évinça Héliodore et obtint le trône en 176. Il étonnait ses sujets par ses comportements à la romaine et son attitude prodigue [intrigues] (v. 21)

Le rôle d’Antiochus IV (Épiphane).

Le verset suivant décrit les efforts d’Antiochus Épiphane pour déloger le Souverain Sacrificateur juif (chef de l’Alliance). Le dessein d’Antiochus était d’installer quelqu’un qui lui serait loyal. Certains croient que les mots « chef de l’Alliance » se réfèrent au Christ, ce qui n’est pas le cas (v. 22)

Les trois versets suivants nous donne un aperçu du caractère et du comportement d’Antiochus. Il débuta avec un petit groupe de supporteurs mais, par la flatterie et l’intrigue, il s’immisça dans les sphères du pouvoir et s’assura du soutien d’un plus grand nombre de personnes. Bien que ses ancêtres aient été favorables aux Juifs, il s’introduisit en basse Égypte et en Galilée ce qui lui valut leur opposition. Rawlinson dit que les Juifs « furent poussés à bout par les projets déments de ce monarque entêté qui, menacé de guerre par les ministres de Ptolémée Philometor [roi du midi] qui affirmait que la Palestine et la Syrie Coele étaient la dot de Cléopâtre [fille d’Antiochus III], la reine-mère décédée, Antiochus marcha contre l’Égypte » (p.255-256, 277-278).

Ceci se passa en 171. C’est à ce moment que son neveu (Ptolémée Philometor) l’attaqua avec une « armée nombreuse et puissante ». Toutefois, les officiers de Ptolémée le trahirent et il perdit la bataille aux mains d’Antiochus (v.23-25).

En 174, Antiochus avait accompagné son jeune neveu Ptolémée à une fête. Antiochus prétendit soutenir Ptolémée contre son frère, Evergète II, chacun tentant de tromper l’autre (v. 26-27).

L’abomination de la désolation.

Ensuite, Antiochus décida d’attaquer et de massacrer autant de Juifs qu’il le pourrait. En revenant de l’Égypte en 168, avec de « grandes richesses », il pilla le Temple de Jérusalem et s’empara de la vaisselle d’or qu’il contenait — tout cela faisait partie de son plan d’éliminer les Juifs. Il retourna vers l’Égypte mais sans obtenir le même succès que précédemment car Ptolémée Philopator s’était assuré l’assistance de Rome (v. 28-29).

Le commandant romain, Popillius, amena sa flotte pour attaquer Antiochus. Popillius le vainquit et lui imposa ses conditions qui incluaient d’abandonner l’Égypte après lui avoir retourné Chypre. Ceci amena Antiochus à se défouler contre la Judée (les Juifs) alors qu’il retournait à Antioche. « Furieux contre l’alliance sainte », il offrit de faire grâce à tout Juif qui renonçait à ses croyances et à ses pratiques religieuses. (v. 30)

Antiochus envoya des troupes en Palestine un an plus tard, en 167, avec des conséquences terribles pour tous ceux qui tombaient entre ses mains. Il détruisit le Temple et son sanctuaire, faisant cesser le sacrifice perpétuel (décrit dans Dan 8 :11,24), en plaçant une image (l’abomination de la désolation), directement sur l’autel du Temple, le rendant ainsi impur, et le conduisant à la ruine ! (Certains disent que cela s’est réalisé lorsque le Dôme du Rocher a été construit sur le site du Temple, soit huit cents ans plus tard, au VII siècle ap. J.-C. Pour que cela soit vrai, il faudrait que tous les versets que nous avons vus jusqu’à ce point aient une autre explication aussi précise et qui s’accorde autant avec la réalité que nous avons pu étudiée jusqu’à maintenant. Le même principe s’applique aussi aux versets qui suivent le verset 31). Antiochus Épiphane dressa « l’abomination du dévastateur » dans le Temple en 167 (v.31).

L’accomplissement prophétique de ce verset est le « type » d’un autre accomplissement aux temps de la fin qui doit avoir lieu à notre époque. Luc 21 :20 dit clairement que Jérusalem sera laissée « désolée » par les « armées » qui « l’encercleront » et la détruiront. Nous parlerons davantage de la gravité de cette prophétie à la fin de la brochure. Toutefois, il est important pour le lecteur de noter que Dieu utilise fréquemment la répétition afin de montrer au monde exactement ce qu’Il a l’intention de faire, d’abord par un événement type puis par la réalisation finale à grande échelle plus tard.

Ceci constitue une clé absolument vitale pour comprendre toutes les prophéties bibliques.

La prophétie parle du Christ et des apôtres.

La première partie du verset 32 décrit la tentative d’Antiochus de détruire la religion juive. Il rendit illégal le sacrifice perpétuel et les services quotidiens au Temple en achetant avec des faveurs tout Juif qui renonçait à ses croyances.

Il est primordial de comprendre qu’à partir du milieu du verset trente-deux, cette prophétie fait un bond vers le futur, vers l’époque de l’Église du Nouveau Testament. Nous avons suivi la progression de cette prophétie pendant deux siècles jusqu’à maintenant. Nous sommes maintenant 200 ans plus tard où elle décrit les véritables Chrétiens « jusqu’au temps de la fin, car elle n’arrivera qu’au temps marqué » (v.35). Veuillez noter que le verset 32 parle de « qui connaîtront leur Dieu agiront avec fermeté ». (Bible de Jérusalem : « s’affermiront et agiront » ; KJV : « seront forts et accompliront des exploits »). Le verset 33 poursuit, « et les plus sages parmi eux donneront instruction à la multitude ».

À ce point, plusieurs théologiens et commentateurs notent que l’histoire précise et détaillée, point par point, semble cesser brusquement. Mais ceci est faux !

Ces deux parties du verset peignent des périodes de temps différentes, la première étant un type de la seconde. Il est bien vrai qu’Antiochus a voulu corrompre par les « flatteries » un grand nombre de Juifs. La dernière partie du verset 32 parle de l’époque des Maccabées qui résistèrent à la corruption et aux massacres d’Antiochus. Ils représentaient un type de ce que les apôtres et Christ feraient plus tard au moment où Christ bâtirait Son Église (Matth 16 :18).

Les Chrétiens sont supposés être « fermes » et doivent toujours être prêts à « donner instruction à la multitude — car ils « connaissent » Dieu et le plan qu’Il accomplit sur la Terre. Bien entendu, Christ et les apôtres ont aussi réalisé les versets envers la multitude.

Daniel mentionne spécifiquement, qu’aux temps de la fin (12 :10), « … aucun des méchants ne comprendra, mais ceux qui auront de l’intelligence comprendront ». Tout le douzième chapitre de Daniel se poursuit dans le contexte des derniers jours à partir de ce moment. (Notre brochure intitulée « Sommes-nous dans les DERNIERS JOURS ? » parle de cela en détail).

La dernière partie du verset 33 représente le martyre du Christ et des apôtres (à l’exception de Jean). En ce qui concerne les vrais Chrétiens, le martyre se poursuivit pendant le Moyen-Âge. (À l’intention de ceux qui sont devenus tièdes, la même chose se reproduira avant le retour du Christ).

Les versets 34 et 35 sont une description claire et détaillée du sentier suivit par le peuple de Dieu à compter de l’époque où l’Église du Nouveau Testament fut fondée jusqu’à nos jours. Voyez : « Dans le temps où ils succomberont, ils seront un peu secourus, et plusieurs se joindront à eux par hypocrisie. Quelques-uns des hommes sages succomberont, afin qu’ils soient épurés, purifiés et blanchis, jusqu’au temps de la fin, car elle n’arrivera qu’au temps marqué ». Ces versets devraient être comparés à Apocalypse 12 :6,11,13-17).

Le verset 36 parle du roi du Nord pendant la période initiale de l’Église du Nouveau Testament. À compter de 65 av. J.-C., l’empereur romain (le roi du septentrion) est celui qui contrôle la Terre Sainte (Judée). Chaque empereur romain s’est certainement « élevé et glorifié au-dessus de tous les dieux » en exigeant de ses sujets de l’adorer et en demandant même que des sacrifices lui soient offerts, comme s’il était un dieu. Les empereurs romains agirent bel et bien comme s’ils étaient des dieux et ils parlèrent contre le vrai Dieu et persécutèrent Ses véritables serviteurs — les Chrétiens — pendant plusieurs siècles.

Le verset 37 montre comment les rois romains, avant 476 ap. J.-C., adoraient les idoles. L’Histoire nous montre que les empereurs exigeaient que leurs sujets les adorent comme des dieux.

Le verset 38 décrit la façon avec laquelle tout l’Empire romain « honora le dieu des forteresses [de la force] ». L’armée romaine s’est effectivement développée en une machine de guerre la plus puissante de l’Histoire jusqu’à cette date et l’empire acquis beaucoup d’or, d’argent, de pierres précieuses etc. À partir du règne de Justinien en 554 ap. J.-C., après que la « blessure mortelle » d’Apocalypse 13 « fut guérie », (i.e. après une période de 78 ans à compter de 476, lorsque les trois tribus barbares du nord envahirent et contrôlèrent temporairement Rome), les empereurs romains civils en vinrent à honorer (avec la puissance, l’or et l’argent) un dieu qui était inconnu à leurs ancêtres, ou leurs « pères ».

Ce « dieu » détenait un poste religieux très élevé et reçu de nombreux hommages de la part des empereurs romains.

Grâce à ces empereurs, ce poste religieux élevé a « dominé sur plusieurs nations » et se vit accorder beaucoup de puissance et de richesses. Comparez soigneusement cette partie de la prophétie avec Apocalypse 17 :4-5, 15 et 18 :3 et 16 où ce pouvoir religieux est décrit en tant que « Babylone » et la « MÈRE DES IMPUDIQUES » qui ont « forniqué » avec les « rois » et les « marchands de la Terre » (v. 38-39).

Les temps de la fin. La nouvelle Babylone (USA) roi du Sud (coalition G7 États-Unis, Japon, Allemagne, Royaume-Uni, France, Italie, Canada) avec la coalition arabe (Cette coalition dirigée par les États-Unis rassemble les principales armées européennes, l'Australie, le Canada, l'Arabie saoudite, la Jordanie, le Qatar, Bahreïn et les Émirats arabes unis, et l'Erythrée avec l'Ethiopie base arrière de l'Arabie Saoudite)...

contre le roi du Septentrion (Nord avec sept étoile : vers ceux du groupe nommé « E7 »,  la Chine, l’Inde, le Brésil, la Russie, le Mexique, l’Indonésie et la Turquie. L'Iran étant à part, mais combattant les USA).

Le verset 40 emploie ouvertement les mots « aux temps de la fin ». Puis, on lit que le « roi du midi se heurtera contre lui » alors qu’il est aussi dit que « le roi du septentrion fondra sur lui comme une tempête ». Quelle est la signification de ceci ? Qui sont ces rois ? Et qui est ce roi du midi de la fin des temps ?

Anciennement, c’était l’Égypte. Rome conquit l’Égypte et en fit une province. Aujourd’hui l’Égypte n’a pas de roi et est une république moderne. Dans les derniers siècles, il n’y a pas eu de grand roi du midi. Toutefois, rappelez-vous que Ptolémée III Evergète avait conquis une partie de l’Éthiopie en 247-222 av J.-C alors qu’il était le roi du midi en Égypte.

Rawlinson et l’Encyclopédie Britannique (11e édition) expliquent de l’Égypte et l’Éthiopie ont été gouvernées ensemble à plusieurs reprises à travers les siècles. L’Éthiopie est la seule partie du territoire du roi du midi qui soit demeurée indépendante jusqu’au XX siècle.

Le roi du Midi est l’Éthiopie.

Je le répète, seulement l’Éthiopie est demeurée indépendante en Afrique de l’Est depuis l’époque de l’empire romain. Il n’y a donc aucun autre pays ou gouvernement qui puisse jouer le rôle du roi du midi, i.e. qui fait partie de l’ancien territoire contrôlé par le « roi du midi ». Rappelez-vous que le contexte du verset 40 est le temps de la fin. Le roi du midi se heurte contre le Nord, ou Rome. C’est ce qui s’est passé en 1895. À cette époque, environ 10,000 hommes, sous les ordres du roi Ménélik ont attaqué l’armée italienne dirigée par le général Baratieri. On doit noter que l’Érythrée (le nord de l’Éthiopie) appartenait à l’Italie alors que le sud-est de l’Éthiopie était la Somalie italienne.

Une année plus tard, en 1896, le général italien Baratieri tenta de défendre l’Érythrée contre l’attaque éthiopienne. Il y eut plus de 11,000 personnes tuées ou capturées. L’armée italienne fut virtuellement détruite lors des combats qui eurent lieu en terrains rudes et montagneux.

L’Italie n’oublia jamais cette défaite et fit le vœu de se venger.

En 1927, Mussolini prit la décision d’attaquer l’Éthiopie huit ans plus tard, c’est-à-dire quarante ans après leur défaite. C’est ce qu’il fit en 1935 ! Notez le verset 40 qui fait allusion à l’attaque de Mussolini : « … Et le roi du septentrion fondra sur lui comme une tempête, avec des chars et des cavaliers, et avec de nombreux navires; il s’avancera dans les terres, se répandra comme un torrent et débordera ».

Or une tempête vient des airs. Mussolini attaqua effectivement l’Éthiopie avec une forte armée de l’air. Bien entendu, ses chars étaient des chars d’assaut modernes et il utilisa aussi d’autres armes modernes. Les « nombreux vaisseaux » faisaient partie d’une armada transportant plus de 100,000 soldats à la bataille. Le verset 40 se termine par une affirmation étonnante. Il dit que cette armée débordera (abar : passer devant, au-delà).

Tout comme Dieu l’avait prédit, Mussolini se retira et ne compléta pas son attaque. La raison étant que Dieu a réservé un dernier dirigeant qui va se lever en Europe et compléter cette prophétie. Nous sommes maintenant rendu à l’époque exacte où les versets qui suivent le verset 40 représentent les choses qui doivent être réalisées, alors que toutes celles qui le précèdent ont été accomplies et sont devenues des faits historiques.

Puissent tous ceux qui liront les cinq versets suivants comprendre le message qui nous est destiné aujourd’hui.

La dernière renaissance de l’Empire romain.

Il y a plusieurs prophéties bibliques qui révèlent qu’il doit y avoir une dernière résurrection de l’Empire romain, alors que le dernier roi du septentrion occupera la scène mondiale pendant une courte période avant le retour du Christ. Le monde se dirige vers cette ultime et terrible époque de grands troubles. Ce dictateur va rassembler autour de lui dix autres rois (Apoc 17 :12-13) qui lui accorderont leur puissance et leur fidélité. Ce sera la dernière renaissance du Saint Empire Romain.

Le verset 41 parle de ce roi : « Il entrera dans le plus beau des pays ». Cette entrée dans le plus beau des pays, ou Terre Sainte, ne s’est pas encore produite. La prophétie poursuit, « et plusieurs succomberont; mais Édom, Moab, et les principaux des enfants d’Ammon seront délivrés de sa main ». (Incidemment, Édom et Moab représentent la Jordanie moderne. Plusieurs prophéties semblent indiquer que Dieu pourrait épargner cette région afin de protéger Ses véritables serviteurs).

Comme le verset 42 dit : « le pays d’Égypte n’échappera point », elle ne peut donc pas être le roi du midi. Puis le verset 43 poursuit en disant, « les Libyens et les Ethiopiens seront à sa suite ». Le roi du septentrion contrôlera une fois encore ces deux pays sur lesquels l’Italie a perdu le contrôle à la fin de la 2e guerre mondiale.

Le verset 44 fait ensuite référence à « Des nouvelles de l’orient et du septentrion qui viendront l’effrayer ». La Russie et l’Orient sont respectivement au nord et à l’est de l’endroit au Moyen-Orient où sera établie la résurrection finale de l’Empire romain.

Rappelez-vous, Dieu utilise Jérusalem comme référence de direction. Le roi du septentrion entendra des nouvelles inquiétantes et la Russie, de concert avec plusieurs nations de l’Est, entreront dans le conflit se déroulant au Moyen-Orient.

Le verset 45 résume la fin de la plus longue prophétie de la Bible. Le roi du septentrion (le dirigeant ultime de la dernière renaissance du Saint Empire Romain) envahira le pays d’Israël moderne, « la sainte montagne », pour y établir son quartier général religieux. Une autre prophétie que l’on retrouve dans Zacharie 14 :2 dit « La ville [Jérusalem] sera prise ». La suite de ce verset doit être lue pour comprendre pleinement toute l’horreur qui règne au moment où Jérusalem est conquise.

Prenez quelques instants pour lire Luc 21 :20, où il est démontré que la désolation de Jérusalem vient des armées qui l’encerclent. Zacharie 14 :3 poursuit en expliquant ce qui arrive : « L’Éternel paraîtra, et il combattra ces nations, comme il combat au jour de la bataille. Ses pieds se poseront en ce jour sur la montagne des Oliviers, qui est vis-à-vis de Jérusalem, du côté de l’Orient » (v.4). En fin de compte, Christ détruit les armées qui détruisent Jérusalem.

En parlant de la Bête des temps de la fin et du faux prophète, Daniel 11 :45 conclut : « il [la Bête] arrivera à la fin, sans que personne lui soit en aide ». Zacharie 14 :3 explique que le Christ lui règlera son compte, en même temps que celui du faux prophète. Apocalypse 19 :19-20 et Zacharie 14 :12 expliquent davantage la fin terrible qui s’abat sur ces deux individus infâmes.

Le point culminant.

La citation suivante, tirée de la brochure de M. Herbert W. Armstrong intitulée « Le MOYEN-ORIENT selon la prophétie » résume ce que tout vrai Chrétien doit faire.

Et maintenant, après avoir lu cette merveilleuse prophétie, demandons-nous : quel est au juste ce « temps de la fin » ? Le verset suivant, Daniel 12 :1, dit que c’est l’époque de la résurrection des justes, lors du retour de Jésus-Christ !

Cette prophétie débute par les royaumes de Syrie et d’Égypte, peu après la mort d’Alexandre le Grand — il y a 2300 ans. Mais elle se termine au moment de la résurrection des saints et du second avènement du Christ qui vient enfin apporter la paix à la région, et au monde entier ! C’est tellement clair qu’on ne peut douter que cela se produira !

Etes-vous prêt pour cet événement ? Le moment approche rapidement. C’est maintenant qu’il faut se préparer car Jésus a dit : « Tenez-vous prêts ».

Syrie: indifférence totale de Poutine, le roi du Nord.

Le site proche des milieux du renseignement de l'armée israélienne, Debkafile accuse la Russie d'avoir profité de la crise de ces derniers jours à Qods occupée pour déployer " ses forces sur les frontières syriennes avec la Jordanie et Israël ".

Les tensions à Jérusalem (Qods occupée, NDLR) et la crise diplomatique entre la Jordanie et Israël (liée à la mort de deux Jordaniens dans une fusillade contre l'ambassade israélienne à Amman, NDLR) ont été reçues par la Russie comme du pain bénit. En l'espace de quelques jours, les Russes ont déployé 800 soldats sur les frontières syriennes avec Israël et 400 autres sur celles avec la Jordanie et tout ceci, en affichant une indifférence totale face aux exigences israéliennes en la matière, peut-on lire dans l'article de Debkafile qui revient par la suite sur la nationalité et le lieu de cantonnement précis des forces russes : " le contingent russe est déployé au sud de la Syrie à quelques lieux des postes frontaliers israéliens. La plupart de ces soldats sont d'origine ingouche, tchétchène ou encore daghistanaise."

Debkafile fait écho ensuite au "profond mécontentement" d'Israël de voir la Russie mais aussi les États-Unis afficher "une indifférence totale" face aux exigences sécuritaires mainte fois formulées par Israël au sujet des zones de désescalade dans le sud de la Syrie : " le sud de la Syrie semble être au centre des coopérations militaires russo-américaines en Syrie" qu'elle que soit la position de Tel-Aviv.

" La Russie a mis en place début juillet une première zone de désescalade à Deraa sans se donner la peine d'en expulser les forces du Hezbollah. La principale inquiétude d'Israël consiste désormais à voir une deuxième zone de désescalade se mettre en place dans le sud ouest syrien ou encore au Golan, là aussi sans que les Russes demandent au Hezbollah de s'en retirer."

Drapeaux russe et américain

Les relations Moscou-Washington sont pires que durant la guerre froide

© REUTERS/ Maxim Shemetov

Le lendemain du vote par le Sénat US de la proposition de loi sur de nouvelles sanctions contre la Russie, le nouveau représentant permanent de Moscou auprès des Nations unies a qualifié les relations entre les deux pays de pires que durant la guerre froide.

Les relations entre Moscou et Washington sont «au plus bas», considère le représentant permanent de la Russie auprès des Nations unies Vassili Nebenzya, entré en fonction ce vendredi.

«Il semble que les relations qui existent actuellement avec les États-Unis n'aient pas été ainsi même pendant l'époque de la guerre froide», a-t-il déclaré aux journalistes, avant d'ajouter que les rapports entre les deux pays étaient «au plus bas».

En évoquant les relations entre la Russie et l'Union européenne, le diplomate a rappelé que malgré le fait que l'UE menait une politique commune, l'attitude envers Moscou variait d'un pays à l'autre.

«L'ironie réside en ce que l'Union européenne qui, à l'instar des États-Unis, avait elle-même introduit des sanctions illégitimes à notre encontre peut devenir victime de nouvelles sanctions prévues par la résolution qui a été adoptée par le Congrès [américain, ndlr]. C'est une situation qui peut être décrite comme suit: "Nous vous avons prévenus"», a ajouté le diplomate.

Rappelons que le Sénat américain a approuvé jeudi 27 juillet la proposition de loi portant sur de nouvelles sanctions contre la Russie, l'Iran et la Corée

du Nord. Le document a été soutenu par 98 voix contre deux. Le texte sera ensuite envoyé au Président Donald Trump, qui pourrait toutefois y opposer son véto.

Plus tôt, le texte avait été adopté par la Chambre basse du Congrès.

Les nouvelles sanctions américaines visant Moscou ont été critiquées par plusieurs responsables au sein de l'UE en raison des restrictions qu'elles imposent sur la coopération entre groupes européens et russes dans le domaine énergétique.

Riposte russe aux sanctions avant «le dernier mot» de Trump. Le Kremlin s’explique
Nouvelles sanctions US, le début d’une «guerre politique»
Réponse aux sanctions: Moscou interdit l’accès aux biens diplomatiques US dès le 1er août
Le Sénat US approuve de nouvelles sanctions contre la Russie, la Corée du Nord et l'Iran

Faut-il ressusciter le Pacte de Varsovie (et y inclure le Mexique et le Canada) ?

Le Kremlin a précisé qu’un centre de commandement militaire aérien a été «activé» à Cuba, et que des chasseurs vénézuéliens alliés patrouillent désormais dans les espaces aériens canadien et mexicain pour assurer la protection de ces pays. L’Etat-major russe a précisé s’être assuré que les appareils étaient prêts à opérer même dans des zones de défense renforcée des Etats-Unis.

Enfin, le responsable russe a sommé Washington de faire toute la clarté sur les manœuvres qu’il prépare pour septembre au Texas, frontalier du Mexique.

Ces déclarations incroyables sont passées inaperçues ? C’est normal, elles sont imaginaires. Pas tant que cela cependant. Elles ont bien été prononcées le 29 juin, mais pas par des Russes. Elles émanent en réalité du Secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg. Bien sûr, il ne s’agit pas du Canada et du Mexique, mais de la Pologne et des pays baltes – ces derniers étant persuadés (ou feignant de l’être) que la Russie se prépare à les envahir à la prochaine occasion.

Cela donne donc : «notre présence renforcée est désormais pleinement opérationnelle en Estonie, Lettonie, Lituanie, et en Pologne ; il s’agit d’un message clair à qui préparerait une agression contre ces pays : nous sommes déterminés.» Un QG aérien a bien été établi en Pologne, et la chasse britannique patrouille effectivement dans le ciel balte.

Voilà qui est étonnant, lorsque l’on connaît l’inlassable rengaine des dirigeants américains : «la Guerre froide est finie.» Ces mots, assénés par George W. Bush à Vladimir Poutine lors du sommet OTAN-Russie de Bucarest en 2008, Barack Obama les a répétés en avril 2015 à Raul Castro. La Guerre froide est donc finie, puisqu’on vous le dit, mais restons prudents, il s’agit tout de même de se prémunir d’un mystérieux pays qui «préparerait une agression». Et là, pour le coup, ça n’a guère ému nos grands médias. «Où est le problème ?», en quelque sorte.

Dans le même souffle…

C’est dans cette ambiance que le Secrétaire américain à la Défense, le général James Mattis, a précisé que la réunion des ministres de l’OTAN, qui s’est tenue le 29 juin à Bruxelles, s’est concentrée sur «le terrorisme et les activités déstabilisatrices de la Russie», le tout cité dans le même souffle…

M. Mattis s’est félicité dans la foulée du renfort des 4 500 militaires de l’Alliance atlantique manoeuvrant actuellement «dans les forêts de Lituanie» (à proximité des frontières russes, donc) : «c’est vraiment formidable de penser que de jeunes soldats de l’Alliance manoeuvrent ensemble». Et le chef du Pentagone de conclure : «quand vous mettez des troupes sur le terrain sous commandement d’autres nations, quelle plus belle preuve d’unité (de l’Alliance) ?».

Et pour qui n’aurait pas compris le message, M. Mattis met les points sur les i : «au-delà de ce que vous pouvez lire dans les journaux, il faut juger de l’engagement américain à partir de ces faits». Comprendre : quoi que puisse raconter Donald Trump sur l’OTAN et sa clause de défense mutuelle automatique. On sait en effet que le président américain a tenu des propos ambigus et contradictoires à cet égard qui avaient fait enrager ses alliés européens.

En déplacement le 28 juin en Allemagne, le général Mattis a par ailleurs confirmé que les Etats-Unis avaient prévu de consacrer 1,8 milliard de dollars supplémentaires pour leurs forces stationnées en Europe l’année prochaine.

Car, a précisé, imperturbable, le ministre américain, «Vladimir Poutine fait tout pour semer la zizanie au-delà de ses frontières».

Enfin un général plein d’humour !

Pierre Lévy

Source : ruptures-presse.fr

Photo: Un soldat allemand lors du débarquement de véhicules de combat en Lituanie.  

via: https://francais.rt.com/opinions/40600-faut-il-ressusciter-pacte-varsovie-inclure-mexique-canada

Téhéran dénonce un nouvel incident entre navires américains et iraniens dans le Golfe persique

Téhéran dénonce un nouvel incident entre navires américains et iraniens dans le Golfe persique© Cole SCHROEDER / Navy Office of Information Source: AFP
Photo d'illustration, un porte-avions américain Nimitz

Un nouvel incident a opposé des navires américains et des bateaux iraniens dans le Golfe persique, après un précédent qui a eu lieu le 18 juillet, selon un communiqué des Gardiens de la révolution.

Selon le communiqué des Gardiens de la révolution islamique, l'incident s'est produit dans l'après-midi du 28 juillet entre le porte-avions Nimitz, ainsi que les navires qui l'accompagnaient, et des frégates iraniennes équipées de missiles.

«A 16h locales vendredi [le 28 juillet], le porte-avion Nimitz et les navires accompagnateurs américains, qui étaient sous la surveillance de frégates iraniennes équipées de missiles dans la zone proche du champ pétrolier Ressalat [dans la région centrale du Golfe persique], ont fait décoller un hélicoptère pour s’approcher des bateaux des Gardiens de la révolution», affirme le communiqué.

Ce dernier dénonce encore l'attitude «provocatrice et non professionnelle des Américains» qui «ont lancé des avertissements, notamment des fusées éclairantes en direction des frégates iraniennes».

Les bâtiments iraniens «ont néanmoins poursuivi leur mission alors que le porte-avions américain et ses navires accompagnateurs ont quitté la zone», ajoute le texte.

Mardi 25 juillet, un patrouilleur de la marine américaine avait tiré des coups de semonce contre un vaisseau iranien des Gardiens de la révolution islamique, qui s'était approché à moins de 140 mètres, avait indiqué un responsable américain de la Défense. 

Les incidents se sont multipliés ces derniers mois entre bateaux américains et vaisseaux iraniens dans le Golfe.

En janvier, le destroyer USS Mahan avait tiré une fusée éclairante, en signe d'avertissement, à un bateau des Gardiens de la révolution qui s'approchait de lui.

Les relations entre les deux pays se sont tendues depuis l'arrivée au pouvoir du président Donald Trump, qui multiplie les déclarations et les actions hostiles à l'égard de Téhéran, notamment en imposant de nouvelles sanctions contre le pays.

Le Congrès américain a encore adopté cette semaine de nouvelles sanctions contre la République islamique d'Iran.

Introduction

La dernière pièce à verser au dossier concerne un amiral américain assurant tout un chacun de sa détermination à obéir au président Trump s’il ordonnait une frappe nucléaire contre la Chine.
Ne nous inquiétons pas du fait qu’une guerre nucléaire au XXIe siècle, entre grandes puissances, serait La Dernière Guerre. Notre amiral – qui s’appelle Swift – est seulement préoccupé de minuscules détails démocratiques, par exemple que « tous les membres de l’armée des États-Unis ont juré de défendre la Constitution des USA contre tous ses ennemis extérieurs et intérieurs, et d’obéir aux officiers et au président des États-Unis en tant que commandant et chef suprême.
Ainsi, tout tourne autour de la loyauté envers le président et au contrôle civil de l’armée – sans considération pour le risque d’incinérer d’indicibles masses desdits civils, y compris des Américains (étant donnée l’inévitable réplique chinoise).
Appelons Swift, encore lui, à la rescousse : « Ceci est la base de la démocratie américaine et chaque fois que vous avez une armée qui s’éloigne de son allégeance au contrôle civil, nous avons un problème sérieux ».
Que le porte-parole de la flotte du Pacifique des USA – Charlie Brown (un nom ad hoc ?) – soit immédiatement passé en mode de contrôle des dégâts en tournant la proposition de l’option (nucléaire) en ridicule n’a aucune importance. La question tout comme la réponse sont révélatrices.
La déstructuration mentale de MacArthur
Pour mettre en contexte ce « contrôle civil de l’armée », un retour à septembre 1950 et à la Guerre de Corée opéré grâce à Korea: The Unknown War (Corée, la guerre inconnue), de Bruce Cumings and John Halliday est loin de pouvoir être tourné en ridicule, notamment parce que des factions actuelles du Parti de la guerre à Washington poussent à un bombardement nucléaire non pas de la Chine, mais de la Corée du Nord elle-même.
Il est central de se rappeler qu’en 1950, le président Truman avait déjà donné l’ordre de « civil à l’armée » de larguer deux bombes atomiques sur le Japon. C’était en 1945 – une première historique.
Truman était devenu vice-président en janvier 1945. FDR le traitait avec le plus profond mépris. Il n’avait pas eu connaissance du projet Manhattan. Quand FDR est mort, il avait été vice-président depuis seulement 82 jours. Il avait donc accédé à la plus haute fonction en ignorant tout des affaires internationales ou des nouvelles options militaires/nucléaires.
Truman a eu cinq ans après le bombardement du Japon pour tout apprendre, sur le terrain. L’action était désormais sur le front coréen. Avant même le débarquement amphibie à Inchon menés par le général MacArthur – le plus important depuis le débarquement de Normandie en 1944 – Truman avait autorisé MacArthur à dépasser le 38e parallèle. Il y a débat historique sur la latitude exacte qui avait été laissée à MacArthur – du moment qu’il gagnait. Parfait pour un homme qui aimait à citer Montgomery : « On ne donne jamais de directives adéquates aux généraux ».
Quoi qu’il en soit, MacArthur avait reçu un mémo secret de Truman soulignant que toutes les opérations au nord du 38e parallèle étaient autorisées, mais « seulement si les Soviétiques ou les forces communistes chinoises n’entrent pas en Corée du Nord, s’il n’y a pas n’annonce de ce type d’entrée, ni de menaces de contre-attaque militaire envers nos opérations ».
Ensuite, MacArthur avait reçu un message confidentiel du chef du Pentagone George Marshall : « Nous voulons que vous vous sentiez les coudées franches, tactiquement et stratégiquement, pour avancer au delà du 38e parallèle. »
MacArthur continuait à avancer. Il était sûr que la Chine n’interviendrait pas en Corée : « Si les Chinois tentaient d’accéder à Pyongyang, il y aurait un massacre ». Il avait tort. Les forces américaines ont pris Pyongyang le 19 octobre 1950. Exactement le même jour, pas moins de 250 000 soldats du 13ème groupe armé de l’Armée des volontaires du peuple chinois traversaient le fleuve Yalou et entraient sur le territoire de Corée. Les renseignements américains n’avaient strictement rien décelé à propos de ce que l’historien des armées S.L.A. Marshall a ensuite décrit comme « un fantôme qui ne projette pas d’ombre ». [NdT : L’opération, très habilement menée, avait permis aux 250 000 hommes de progresser sans aucunement trahir leur présence.]

MacArthur est ensuite devenu de plus en plus incontrôlable, allant jusqu’à appeler à un bombardement atomique de la Corée du Nord. Il devait partir. La question était de savoir comment. Les civils – Dean Acheson, Averell Harriman – était pour. Les généraux – Marshall, Bradly – étaient contre. Mais ils s’inquiétaient aussi du fait que, « Si MacArthur n’est pas relevé de son poste, nombre de nos citoyens vont accuser les autorités civiles de ne plus contrôler l’armée. »
Truman avait déjà pris sa décision. MacArthur a été remplacé par le lieutenant-général Ridgway. Mais la folie de la guerre faisait toujours rage, parce qu’elle était l’otage de la « menace » sino-soviétique de « domination mondiale communiste ». Plus de deux millions de Nord-Coréens ont été tués. Et ce que le général Curtis LeMay – un Dr Folamour grandeur nature – allait dire plus tard sur le bombardement du Vietnam « jusqu’à le faire retourner à l’âge de pierre » avait été infligé par les USA à la Corée du Nord.
L’industrie et les infrastructures de la Corée du Nord ont été totalement détruites. Il est impossible de comprendre les actions des leaders de Pyongyang, au cours de ces dernières décennies, si l’on ne tient pas compte du poids de ces destructions humaines et matérielles dans les esprits nord-coréens.
Ainsi, ce que l’amiral Swift a dit, en code, est que si l’ordre civil lui en est donné, l’armée des USA déclenchera la Troisième Guerre mondiale (ou la Quatrième Guerre mondiale, en comptant la Guerre froide), par une docile application de la doctrine de première frappe préventive du Pentagone. Ce que Swift n’a pas dit est que le président Trump a également le pouvoir de faire comme Truman, et de congédier tout déséquilibré qui aspirerait au rôle de clone de MacArthur.

PROPHETIE DE DAVID WILKERSON SUR LA DESTRUCTION DES USA , et déclarations inquiétantes de V. Poutine

USA destructinTransmis par Nacéra:

Dieu : Russie vs Etats-Unis ?

 Source :

Ce que vous allez lire a été écrit en 1985. C’était la fin de la guerre froide. Il n’y avait donc aucune raison d’envisager un tel scénario. L’auteur de cette prophétie est David Wilkerson, évangéliste connu décédé en 2011. Le livre dans lequel figure cette prophétie est peu connu. Il n’est même pas recensé dans la biographie de son auteur dans Wikipédia. Il s’intitule : « Sonne de la trompette et avertis mon peuple : Editions Sentinelle »

Wilkerson est un prophète atypique. Son message ne caresse pas dans le sens du poil. Il dit les choses telles que la sainteté de Dieu les ressent. Je ne porte pas ici de jugement sur le contenu de la prophétie. Mais les derniers événements m’ont poussé à relire son livre.

Prophétie de David Wikerson: Destruction des Etats-Unis…

Les Etats-Unis seront détruits par le feu ! Une destruction soudaine arrive et peu de gens y échapperont. De manière inattendue et en une seule heure, un holocauste à l’hydrogène engloutira les Etats-Unis. Cette nation aura cessé d’exister.

Cela se produira parce que les Etats-Unis ont péché contre la plus grande lumière qui soit. Les autres nations sont tout aussi pécheresses, mais aucune d’elles n’est inondée par la lumière de l’évangile autant que la nôtre.

Dieu va juger les Etats-Unis pour leur violence, leurs crimes, leur corruption, leurs fourberies, leurs escroqueries, leur tiédeur envers Christ, leurs rechutes, leur ivrognerie, leurs films obscènes, leur pornographie ignoble et leurs pratiques occultes. Le jugement les frappera également parce qu’ils assassinent des millions de bébés et qu’ils commettent des atrocités envers les enfants ; le divorce et l’adultère y foisonnent, l’homosexualité et le sadomasochisme sont étalés sur la place publique ; on abuse des drogues et, enfin, on y retrouve une forme de piété sans aucune puissance. Tout sera terminé en une heure. Pour l’intelligence naturelle, c’est une folie de se présenter devant une nation prospère et puissante pour proclamer : « Tout est fini ! Le jugement est à notre porte ! Nos jours sont comptés ! »…

Par la Russie…

La coupe d’iniquité des Etats-Unis est pleine. L’ours a pris ses dispositions et il est prêt à agir ; ce n’est plus qu’une question de temps. Les missiles meurtriers viendront d’au-delà du Pôle Nord. C’est la peur alliée à une sorte d’impulsion naturelle qui poussera l’ennemi à porter le premier coup. « Car du septentrion les dévastateurs fondront sur elle, dit l’Eternel »  (Jérémie 51,48).

Les Russes eux-mêmes seront terrorisés par la destruction et le ravage qu’ils auront causés sur terre. « C’est l’Eternel des armées qui a pris cette résolution, pour blesser l’orgueil de tout ce qui brille, pour humilier tous les grands de la terre »  (Esaïe 23,9…)

Nos énormes stocks d’armes seront semblables à un tas de bâtons et de pierres, tout à fait inutiles contre ce que Dieu a projeté contre nous. Ce qui a été dit de la Babylone antique le sera également pour la Babylone moderne :

«Les guerriers de Babylone cessent de combattre, ils se tiennent dans des forteresses ; leur force est épuisée, ils sont comme des femmes. On met le feu aux habitations, on brise les barres : Jérémie 51,30. »

Aucune représaille ne sera exercée par cette nation ou ses alliés : à cause de la soudaineté et du caractère définitif de cette attaque, nous allons cesser de combattre et nos missiles demeureront à leurs bases de lancement. Nos forces nous abandonneront à l’heure du jugement. Nos alliés seront comme des femmes et capituleront immédiatement.

Qui sera à son tour jugée…

Dieu s’occupera Lui-même de la Russie qui subira une destruction surnaturelle indescriptible. Les efforts entrepris pour obtenir la paix échoueront.

« La destruction vient ; et ils chercheront la paix, mais il n’y en aura pas : Ezéchiel 7,25 ».

L’ennemi criera « Paix », et même pendant le temps où il se préparera pour la guerre, cette paix semblera possible. Les Etats-Unis subiront les premiers coups de la vengeance. Plus tard, Dieu détruira la Russie lorsque celle-ci envahira la Terre Sainte.

« je t’entraînerai, je te conduirai, je te ferai monter des extrémités du septentrion, et je t’amènerai sur les montagnes d’Israël, toi et toutes tes troupes, et les peuples qui seront avec toi ; aux oiseaux de proie, à tout ce qui a des ailes, et aux bêtes des champs je te donnerai pour pâture » 

(Ezéchiel 39,2 à 4.)

La Russie envahira Israël parce que l’aigle américain ne sera plus là pour assurer sa protection. La défense d’Israël ne sera pas notre bataille, mais celle du Seigneur, de sorte qu’Israël donnera toute la gloire à Dieu

Source :

http://pour-que-tu-croies.blogspot.fr/2014_03_01_archive.html

Eschatologie, Nouvel ordre mondial

Roi du sud et roi du nord au temps de la fin et tableau chronologique de la Grande Tribulation: 5ème et dernière partie

Identification du roi du sud et du roi du nord au temps de la fin

Aux jours du seigneur, c’est à dire au temps de la grâce (Apo. 1v10), l’empire Romain païen s’effondra pour laisser la place à l’empire Romain de la chrétienté en 325 au concile de Nicée. Ce concile engendra un schisme sur la nature divine et humaine de Christ et la divinité de Dieu (le blasphème de la doctrine de la Trinité). Cette pomme de discorde politico-religieuse aboutit au début du 7ème siècle à l’islam (voir cet article et son PDF).
Au temps de la fin de l’empire Romain, apparurent sur ses décombres le roi du sud et du nord: les religions-civilisations-cultures de l’islam et de la chrétienté dans leur ensemble. Dès son apparition, l’islam n’eut de cesse de vouloir conquérir toujours plus de territoires pour les assujettir soit à l’impôt soit à sa propre vision apostate du salut. Cela fut la première réalisation de Daniel 11v40 (en rouge):
« Et au temps de la fin le roi du Sud engagera le combat avec lui par une poussée, et le roi du Nord se précipitera sur lui avec des chars et des cavaliers et de nombreux navires ; et à coup sûr il entrera dans les pays et inondera et passera. »
L’islam, le roi du sud, engagea le combat avec les pays de la chrétienté, le roi du nord, par une poussée, c’est à dire une déstabilisation constante pendant des siècles (voir cette  video). Ce dernier riposta d’abord timidement par les croisades (et la Reconquista Espagnole) puis par la colonisation:  « il entrera dans les pays et inondera et passera« . D’ailleurs la justification de la colonisation de l’Afrique du nord par la France était justement de mettre un terme aux rapts, mises en esclavage, viols, pillages et actes de pirateries (voir cet article). Et cette poussée du roi du sud reprendra par la suite sous une autre forme à notre époque par l’immigration de masse puis actuellement par les attentats tandis que le roi du nord continue sa progression militaire au moyen orient pour le pétrole et autres richesses cachées (Daniel 11v42,43) jusqu’à sa fin, à la Grande Tribulation mondiale (Daniel 11v44,45; Matthieu 24v21,22).
Pourquoi pouvons-nous conclure que les rois du sud et du nord sont bien l’islam et la chrétienté alors que cela ne se passe pas encore à l’époque du vrai temps de la fin, c’est à dire celui des nations, qui ne commença qu’en 1914 ?
Parce que la bible elle-même dans le livre de Daniel ne fait volontairement pas de transition nette entre la fin de l’empire Romain et le temps de la fin de ce système de chose. Ni dans la vision du colosse aux pieds de fer et d’argile (Daniel 2v33,41-43) – où l’argile représente la religion-civilisation-culture de l’islam, complètement incompatible et non miscible avec la culture occidentale – ni dans la vision de la 4ème et dernière bête (Daniel 7v7,8,17-26) – où ses 10 cornes sont  les rois successifs prolongeant sa force de fer jusqu’à l’occident guerrier contemporain – ni dans la vision du « roi au visage farouche » (Daniel 8v23-25) qui décrit les persécutions des premiers chrétiens au 1er siècle jusqu’à l’antichrist qui sera également à la tête de la bête à 7 têtes et 10 cornes (en renversant Babylone la Grande, la religion mondiale du faux culte monothéiste: Apo. 17v3,16-18; 18v2).
La réalité actuelle est que les musulmans vraiment intégrés dans nos pays ont abandonnés l’islam en ne le considérant plus comme un culte nécessaire à leur salut auquel ils ne croient plus non plus à l’instar des populations européennes droits-de-l’hommisées, sionisées et LGBTisées. Ces musulmans-là n’en sont plus comme ces chrétiens n’en sont plus et n’en ont jamais été (voir cet article et celui-ci).
Néanmoins si l’idée revenait à ces ex-musulmans ou à leurs enfants de raviver « la flamme de leur foi », alors à coup sûr cette hostilité-incompatibilité reprendrait le dessus et c’est exactement ce qui se produit avec les enfants de musulmans nés sur le sol européen. Même si les terroristes sont des gens manipulés et ne représentent pas le soi-disant « vrai islam », il n’en demeure pas moins qu’ils le font tous au nom de l’islam et que l’islam est en soi une religion manipulable à souhait et contient en elle les germes de la violence… et de sa propre destruction (Matt. 7v16-20).
Comme nous le verront plus loin, ces deux rois ne sont que les véhicules de deux idéologies antagonistes, thèse-antithèse menant à une synthèse « autre » tels que les aiment les occultistes. Les rois du sud et du nord, l’islam wahhabite et l’occident sionisé, sont tous deux des mondialismes politico-religieux totalitaires et opposés comme les deux jambes avançant en opposition et de concert par celui qu’elles soutiennent au-dessus d’elles c’est à dire les mondialistes cabalistes-satanistes qui les dirigent tout droit vers le nouvel ordre mondial.
En conclusion et pour répondre à la question posée plus haut (en violet), si donc l’occident actuel est toujours identifié selon la bible comme la continuité de l’Empire Romain dans ses caractéristiques religieuses, culturelles et civilisationnelles alors de la même façon les rois du sud et du nord apparus sur ses décombres et identifiés comme l’islam et la chrétienté (issus directement des anciens territoires romains et des territoires du christianisme primitif, voir ce PDF) sont eux aussi une dialectique, un rapport de force constant jusqu’à la fin du temps de la fin. C’est à dire que ces mêmes protagonistes réapparaissent tous les deux à notre époque lors de l’effondrement du dernier Empire mondial héritier de Rome, l’Empire Anglo-américain.

Le 7ème roi, le 8ème roi, les 10 rois et la bête

Dans les visions bibliques, les montagnes représentent toujours des autorités supérieures, des puissances, les bêtes représentent des empires et les cornes des règnes, des gouvernements. Une bête avec plusieurs cornes représente donc une succession de rois perpétuant cet empire à travers le temps. Les rois, comme les cornes, représentent des règnes mais peuvent aussi représenter des empires ou des royaumes (exemples: Daniel 10v20; 11v2). À notre époque nous connaissons parfaitement les 7 rois donnés en Apo. 17v10 (voir citation du verset ci-dessous). Ce sont les 7 puissances mondiales qui se sont succédées à travers les époques et qui ont persécutées les représentants du culte pur depuis les hébreux jusqu’aux chrétiens: L’Empire Égyptien, Assyrien, Néo-babylonien, Perse, Grec, Romain et Anglo-américain. Les autres empires d’autres continents ou à des époques antérieures non pas lieu d’être dans cette liste car les vrais adorateurs du vrai Dieu Yahvé n’existaient pas encore en tant que groupe structuré et organisé comme l’étaient les hébreux puis les chrétiens.

Apocalypse 17v9-11:
« 9 « C’est ici qu’il faut l’intelligence qui a de la sagesse : Les sept têtes représentent sept montagnes, là où la femme est assise, au sommet. 10 Et il y a sept rois : cinq sont tombés, l’un est, l’autre n’est pas encore arrivé, mais quand il arrivera, il doit demeurer peu de temps. 11 Et la bête sauvage qui était mais n’est pas, elle est aussi elle-même un huitième roi, mais elle provient des sept, et elle s’en va à la destruction. 12 “ Et les dix cornes que tu as vues représentent dix rois, qui n’ont pas encore reçu de royaume, mais ils reçoivent pouvoir comme rois, une heure, avec la bête sauvage. 13 Ceux-ci ont une seule pensée, et ainsi ils donnent leur puissance et leur pouvoir à la bête sauvage. »
À l’époque de Jean, au premier siècle, Rome était la sixième puissance mondiale. Mais un dernier empire, l’Empire Anglo-américain devait encore arriver et ne durer que le temps de la fin c’est à dire moins d’une génération (Apo. 17v10). Cet empire apparut en 1918 quand les Britanniques, aidés des États-uniens, gagnèrent la 1ère guerre mondiale. Il est la continuation de l’Empire Romain représenté par la bête à 10 cornes de Daniel (Daniel 7v19,20) et la 7ème et dernière tête de la bête à 7 têtes et 10 cornes qui monte de la mer (Apo. 17v11; 13v1).
Cet Empire Anglo-américain est aussi lui-même la bête à deux cornes qui monte de la terre et qui a créé une image de la bête montant de la mer en créant l’ONU (Apo. 13v11-15). Il a des cornes d’agneau (allusion au Christ) car il est issu de la civilisation de la chrétienté par la branche judéo-protestante avec sa propagande d’idées chrétiennes devenues folles: droit d’ingérence et guerres préventives au nom de l’intervention humanitaire, des droits de l’homme, de la liberté, de la démocratie, des droits homosexuels, etc. Cet empire, en s’affaiblissant, est en train de devenir le roi du nord et son rôle en tant que bête à deux cornes va se transformer. Il se dématérialise au profit du nomadisme financier et de la propagande mondialiste tandis que l’empire physique qui le portait est en train de se désagréger en laissant monter à nouveau cette rivalité des rois du nord et du sud qui sont eux-mêmes les fruits de cette double (deux cornes) manipulation mondialiste: La propagande wahhabo-sioniste d’un côté et le discours talmudo-protestant de l’autre. Cette bête à deux cornes est aussi le faux prophète (Apo. 16v13-14) qui mènera à l’antichrist malgré lui (voir Apo. 17v15-18), le 8ème roi.
Ce faux prophète peut également être identifié aux médias de masse sous contrôle. En tant que prophète et à l’instar de Jean Baptiste, il prépare la voie en promettant un monde meilleur et des lendemains qui chantent grâce au nouvel ordre mondial instauré par l’ONU c’est à dire par ces 10 cornes (Apo. 17v12; Daniel 2v42: les 10 orteils; Daniel 7v24), c’est à dire l’ensemble des rois de la terre – le 10 représente la complétude terrestre donc tous les rois c’est à dire l’ONU – qui donneront leur pouvoir à un 8ème et dernier roi qui ne doit régner que pour une heure (les 3,5 ans de la Grande Tribulation). Cela signifie que les pays donneront à l’ONU une autorité accrue lui permettant d’imposer son pouvoir au nom de la « paix et de la sécurité » de 1 Thess. 5v1-3 (voir cet article) qui sera probablement aussi l’événement de l’inauguration du gouvernement mondial et de la reconstruction du 3ème temple à Jérusalem.

Matthieu 24v15-16:
« 15  » Quand donc vous apercevrez la chose immonde qui cause la désolation, dont a parlé Daniel le prophète, se tenant dans un lieu saint (que le lecteur exerce son discernement), 16 alors, que ceux qui sont en Judée se mettent à fuir vers les montagnes. »
La chose immonde qui cause la désolation, dit Jésus, se tient dans UN lieu saint et non dans LE lieu saint. D’ailleurs en cela le verset incite le lecteur à user de discernement afin de bien faire la différence entre la fausse interprétation prophétique de propagande sioniste satanique liée à cet événement et la juste et bonne interprétation prophétique chrétienne pour ceux ayant gardé l’Esprit Saint de Dieu et ses commandements. Le lieu saint des chrétiens est au ciel et le temple de Dieu est le corps du Christ, son Église, c’est à dire l’ensemble des chrétiens qui en compose l’édifice. Le 3ème temple sera effectivement un lieu saint pour beaucoup de juifs et de faux chrétiens sionistes mais pas pour les vrais chrétiens (antisionistes).

Daniel 11v41-43:
« 41 Oui, il entrera aussi dans le pays de la Parure, et il y aura beaucoup de pays qui trébucheront. Mais voici ceux qui échapperont à sa main : Édom, Moab et la partie principale des fils d’Ammôn. 42 Et il continuera d’avancer sa main contre les pays ; quant au pays d’Égypte, il n’échappera pas. 43 Oui, il dominera sur les trésors cachés de l’or et de l’argent, et sur toutes les choses désirables d’Égypte. Les Libyens et les Éthiopiens seront sur ses pas. »
Ici, l’entrée du roi du nord dans le pays de la Parure est l’établissement et la montée en puissance de l’État d’Israël qui provoque de nombreux troubles dans les pays musulmans et ailleurs dans le monde (conflits, assassinats, coups d’État, changements de régimes, etc.). Ici le pays d’Égypte représente le roi du sud (l’origine historique du roi du sud antique) c’est à dire le monde musulman dans son ensemble. Les trésors cachés sont le pétrole car caché sous terre. Cette richesse se transforme en or et en argent c’est à dire en pétro-dollars qui se transforme en immenses richesses sonnantes et trébuchantes.
Ces versets montrent que le roi du nord est plus fort et a préséance sur le roi du sud et lui mène une guerre sur ses propres territoires (comme le roi du nord Syrien Séleucide Antiochus IV Épiphane dans sa dernière bataille contre le roi du sud, l’Égypte, juste avant l’apparition de l’Empire Romain) tandis que le sud mène une guerre de pauvre et ne parvient qu’à bousculer (Daniel 11v40) le roi du nord dans le but de le déstabiliser politiquement afin de le discréditer et de l’affaiblir auprès de sa population (immigration et délinquance puis attentats et guerres civiles). Mais ces rois du nord et du sud s’affaiblissent mutuellement et de plus en plus au point de laisser bientôt complètement les mains libres aux ambitions des puissances financières mondialistes issues également de cet empire et qui deviennent de plus en plus visibles. Comme l’élection de Macron en France, par exemple, montrant leur triomphe aux yeux de tous (du moins ceux qui ont des yeux pour voir) devant la Pyramide du Louvre (voir cet article). Cette puissance financière sert pour le moment les intérêts de l’État d’Israël qui manipulent à la fois les sociétés occidentales et les groupes islamistes. Israël est au cœur de la problématique par sa situation géographique, politique et financière. C’est lui et sa propagande sioniste qui mènera au nouvel ordre mondial et au 8ème roi mais Israël n’est qu’un marche-pied et est utilisé à ses dépens.

Identification du 8ème roi, le gouvernement de l’antichrist

Daniel 11v44,45:
« 44 «  Mais il y aura des nouvelles qui le troubleront, venant du levant et du nord, et à coup sûr il sortira en grande fureur afin d’anéantir et de vouer un grand nombre à la destruction. 45 Et il plantera ses tentes-palais entre la grande mer et la montagne sainte de la Parure ; et il devra venir jusqu’à sa fin, et il n’y aura personne pour lui venir en aide. »
La domination du monde par le roi du nord par son sionisme et sa religion mondiale avec Israël au centre de ce pouvoir (« la montagne sainte de la Parure« ) ne plaira pas à tout le monde. Des nouvelles provenant d’encore plus au nord et encore plus à l’est (voir ce  PDF) le mettra en grande fureur avec l’intention de détruire « un grand nombre » (en supposant que cela ne lui sera pas permis ou par manque de temps étant donné qu’il sera apparemment pris par surprise).
L’apparition du 8ème roi venu du nord et de l’est ne sera pas prévu dans le paradigme et la propagande des sionistes. Le seul objectif de ceux-ci est de faire redevenir Israël le peuple élu de Dieu, de gré ou de force, quels que soient les avis des populations à soumettre (ou à détruire) ou de Dieu. Les sionistes sont eux-mêmes noyautés et manipulés par la propagande mondialiste qui au temps fixé par Dieu ne voudra plus du tout entendre parler du sionisme et de son Dieu unique. Ce 8ème roi qui apparaîtra, après que les sionistes aient « fait le boulot » pour amener ce nouvel ordre mondial, fera que le monde se retournera contre Israël et sa politique. Les 10 rois, c’est à dire l’ONU « 2.0 » menée par l’antichrist se retournera contre cette religion mondiale contrefaite pour la détruire (Apo. 17v15-18) avec la bénédiction des peuples qui verront en lui un sauveur car ce sera alors leur dernier espoir de revenir comme avant en remettant les choses en ordre.
Cet événement sera provoqué par Dieu lui-même afin de commencer son jugement sur ce système satanique mondial. Cette destruction de Babylone la Grande, cette religion mondiale, marquera aussi le début de l’auto-destruction de ce monde et donc le commencement de la Grande Tribulation annoncée par les 7 trompettes du 7ème sceau de l’Apocalypse. Les 6 premiers sceaux s’accomplissent durant le temps de la fin de 1914 jusqu’au début de la Grande Tribulation mais est séparée de cette dernière par un silence d’une demie heure soit 3,5 ans environ (ou 1260 jours) débutant au « paix et sécurité » et marquant le calme avant la Tempête (Apo. 7v1-3). Le 6ème sceau contient apparemment un événement qui arrivera juste avant ou au moment du cri « paix et sécurité » (peut-être une troisième guerre mondiale ou un effondrement économique total qui sera la condition nécessaire pour justifier ce cri ?). Compte tenu de la configuration géopolitique et des événements à court et moyen termes plus ou moins prévisibles ainsi que la proximité de la Grande Tribulation en 2029, ce 8ème roi ne sera rien d’autre que la puissance de la Russie associée à la Chine (Le nord et l’est de Daniel 11v44) avec Astana comme capitale à la place de Jérusaem. La première haïssant le sionisme et la seconde l’idée d’un Dieu unique.
Après cela seulement commencera la bataille d’Armageddon où se lèvera le prince Michel, Jésus Christ, défenseur du peuple de Dieu pour prendre possession de son Royaume terrestre, Daniel 12v1:
« “ Et durant ce temps-là se lèvera Mikaël, le grand prince qui se tient là en faveur des fils de ton peuple. Et à coup sûr ce sera un temps de détresse tel qu’il n’y en a pas eu depuis qu’une nation a paru jusqu’à ce temps-. Et durant ce temps-là ton peuple échappera, tous ceux qui seront trouvés inscrits dans le livre. »
Matthieu 24v29-31:
« 29  » Aussitôt après la tribulation de ces jours-, le soleil sera obscurci, et la lune ne donnera pas sa lumière, et les étoiles tomberont du ciel, et les puissances des cieux seront ébranlées. 30 Et alors le signe du Fils de l’homme apparaîtra dans le ciel, et alors toutes les tribus de la terre se frapperont la poitrine en se lamentant, et elles verront le Fils de l’homme venir sur les nuages du ciel avec puissance et grande gloire. 31 Et il enverra ses anges au son d’une grande trompette, et ils rassembleront ceux qu’il a choisis, depuis les quatre vents, depuis l’une des extrémités des cieux jusqu’à leur autre extrémité. »

Tableau chronologique de la Grande Tribulation

Ce tableau doit être considéré comme une tentative d’une meilleure compréhension des événements concernant notre salut. Il est donc susceptible de changer en fonction de l’évolution de cette compréhension. De la façon dont il se présente maintenant, il montre le déroulement des événements des 7 dernières années de ce système satanique depuis le « Paix et sécurité » jusqu’au début de la résurrection de l’humanité sur terre durant le Royaume de Dieu. Cette chronologie est calée à partir des 2000 ans qui séparent la résurrection de Christ (les prémices) et le début de la résurrection globale.
Ces 7 ans sont en miroir par rapport aux 7 ans de la 70ème semaine d’années de la prophétie de Daniel. Celle-ci commença en octobre 29 et finit en octobre 36 avec la première partie des réalisations prophétiques des fêtes juives du printemps, la pâques (pessah) et la pentecôte 33 (shavout), au milieu de cette semaine d’années. A l’inverse et de la même façon, les 7 ans englobant la Grande Tribulation commenceront au printemps 2026 et finiront au printemps 2033 jusqu’au rétablissement complet de la souveraineté de Dieu le 1er avril 2033 (le début de la résurrection commençant probablement le lendemain) avec la deuxième partie de la réalisation prophétique des fêtes juives d’automnes, la fêtes des trompettes (Rosh Ashanah) et des tabernacles (soukot), au milieu de la semaine d’années.
L’Enlèvement du reste des 144000 arrive juste après la fête des trompettes. C’est justement à ces trompettes-là que l’apôtre Paul faisait allusion à propos de l’Enlèvement. Cela aura lieu après la dernière trompette (la 100ème) de cette fête et non à la 7ème trompette de l’Apocalypse (1 Corinthien 15v52) car Paul mourut vers 65, bien avant la connaissance de la révélation de l’Apocalypse donnée à Jean vers 95. D’ailleurs la première des 7 trompettes de l’Apocalypse ne commence qu’au début de la Grande Tribulation, après la destruction de Babylone la Grande et après l’Enlèvement.
Le « paix et sécurité » proclamé le 2 avril 2026 coïncidera également aux fêtes de la pâques juive car si c’est bien la religion mondiale des juifs sionistes talmudistes qui s’imposera au monde alors ce sera également en fonction de leur calendrier que cet événement se produira c’est à dire aux fêtes du printemps correspondant à la nouvelle année religieuse.
On peut également noter un petit lien entre les 45 jours allant du baptême de Jésus Christ au festin des noces de Cana et le début des 45 jours de la bataille d’Armageddon: Jésus débuta son retrait dans le désert par un jeûne et la bataille d’Armageddon commencera également par un jeûne selon le calendrier juif de l’année 2033.

Voir le tableau chronologique de la Grande Tribulation (version Flash)

Première partie : Origine du rois du sud et du roi du nord : 1ère partie

Deuxième partie : Roi du sud contre roi du nord, l’accomplissement historique jusqu’à Daniel 11v20 : 2ème partie

Troisième partie : Roi du sud contre roi du nord, l’accomplissement historique de Daniel 11v21 à 39: 3ème partie

Quatrième partie : Roi du sud et roi du nord et les 2300 soirs et matins : 4ème partie

Cinq signes prophétiques pour le Moyen-Orient

Verrons-nous un jour la paix au Moyen-Orient ? Les prophéties bibliques révèlent que les événements dans cette région seront déterminants pour l’avenir du monde entier. Savez-vous ce qu’il vous faut surveiller ?

Les États-Unis ont dépensé des milliards de dollars pendant la guerre en Irak. Les estimations vont de 648 milliards de dollars pour les dépenses militaires directes – un chiffre fourni en juillet dernier par le Congressional Research Service américain – à 3.000 milliards de dollars, quand tous les coûts annexes de la guerre sont inclus, selon l’économiste Joseph Stiglitz, de l’université de Columbia et co-auteur de “The Three Trillion Dollar War” (La guerre à trois trillons de dollars). Les inquiétudes des Américains pour la guerre ont joué un rôle majeur dans les dernières élections de novembre. Des milliers de soldats, et un nombre incalculable de civils irakiens, sont morts ou ont été irrémédiablement défigurés lors des combats en Irak.

Le journaliste israélien Yossi Melman a fait cette observation : « Quand le Moyen-Orient éternue, le reste du monde – en particulier l’Amérique et l’Europe Occidentale – risque de s’enrhumer ». En effet, les conflits au Moyen-Orient ont souvent affecté durement les États-Unis, l’inverse est également vrai. D’une manière ou d’une autre, le Moyen-Orient semble être le point d’attention des conflits mondiaux. La guerre en Irak n’est que le dernier conflit d’une longue série d’affrontements violents dans cette région. Le Moyen-Orient – et le monde entier – sera-t-il un jour en paix ?

La bonne nouvelle est que la Bible nous prédit une époque où la paix mondiale sera établie sur la planète Terre, mais cette époque sera précédée d’une période de guerres et d’intenses souffrances, comme le monde n’en a jamais connue. Cependant, si nous connaissons les signes prophétiques à surveiller, nous pouvons placer notre espoir et notre confiance dans la promesse de Dieu d’établir la paix, même lorsque nous sommes au milieu des combats et de la dévastation. Dans cet article, nous examinerons cinq signes prophétiques-clés que nous devrions tous surveiller.

1er signe
Une alliance militaire à l’est de l’Euphrate

Vous souvenez-vous de la guerre Iran-Irak ? De 1980 à 1988, plus d’un million de personnes furent tuées pendant cette guerre. L’Euphrate était un élément essentiel de ce conflit, et la Bible nous montre que ce sera à nouveau un élément essentiel dans les événements prophétisés des temps de la fin.

L’Euphrate est un fleuve qui prend sa source en Turquie, puis il traverse la Syrie et l’Irak, avant de se jeter dans le golfe Persique. À l’est, l’Iran est le voisin immédiat de l’Irak. Pendant le Jour du Seigneur prophétisé, une immense armée de 200 millions de soldats se dirigera en direction de l’ouest, traversera l’Euphrate et marchera sur le Moyen-Orient.

Dans le livre de l’Apocalypse, nous lisons que cette puissante armée venant de l’est tuera des centaines de millions de personnes. L’apôtre Jean décrit cela lors de la plaie de la sixième trompette. Notez l’endroit où s’assemblera cette immense armée : « Le sixième ange sonna de la trompette. Et j’entendis une voix venant des quatre cornes de l’autel d’or qui est devant Dieu, et disant au sixième ange qui avait la trompette : Délie les quatre anges qui sont liés sur le grand fleuve, l’Euphrate » (Apocalypse 9 :13-14).

Oui, l’Euphrate est l’élément charnière de cette prophétie. Jean continue : « Et les quatre anges qui étaient prêts pour l’heure, le jour, le mois et l’année, furent déliés afin qu’ils tuent le tiers des hommes. Le nombre des cavaliers de l’armée était de deux myriades de myriades : j’en entendis le nombre. Et ainsi dans la vision je vis les chevaux et ceux qui les montaient, ayant des cuirasses couleur de feu, d’hyacinthe, et de soufre. Les têtes des chevaux étaient comme des têtes de lions ; et de leurs bouches il sortait du feu, de la fumée, et du soufre. Le tiers des hommes fut tué par ces trois fléaux, par le feu, par la fumée, et par le soufre, qui sortaient de leurs bouches » (Apocalypse 9 :15-18).

Nous venons de lire la description d’une guerre mondiale qui verra mourir des centaines de millions d’êtres humains, alors qu’une armée de 200 millions d’hommes traversera l’Euphrate et détruira un tiers de la population mondiale ! C’est pourquoi Jésus-Christ nous dit que personne ne pourrait être sauvé si ces jours n’étaient abrégés (Matthieu 24 :21-22).

Quelles puissances mondiales se trouvent à l’est de l’Euphrate ? Regardez sur une carte, et vous trouverez des nations comme l’Iran, l’Inde, la Chine et la Russie. Soyez attentifs aux développements militaires et aux alliances internationales de ces pays. Surveillez les investissements croissants de ces nations dans leur arsenal militaire, y compris les armements nucléaires !

2ème signe
Une grande union parmi les ennemis traditionnels d’Israël

En juin 1967, Israël déclencha la « guerre des Six Jours ». Seul contre les forces égyptiennes, syriennes et jordaniennes, Israël s’empara de la péninsule du Sinaï, du plateau de Golan, de la Cisjordanie et de Jérusalem Est. Cette victoire permit à Israël d’avoir accès aux anciens sites saints de Jérusalem, dont le Mur Occidental (aussi connu sous le nom de “Mur des Lamentations”) au Mont du Temple. À la fin de la guerre, Israël proposa de rendre le contrôle de la Cisjordanie aux Palestiniens, à condition qu’ils accordent à Israël un droit de propriété entier et exclusif sur la ville de Jérusalem. Le président égyptien de l’époque, Gamal Abdel Nasser, se joignit à ses voisins arabes pour répondre « Non » à l’offre d’Israël d’échanger un territoire contre la paix.

Sept ans plus tard, le 6 octobre 1973, Israël était de nouveau en guerre. Pendant cette guerre, connue sous le nom de « Guerre du Kippour » – car elle débuta le jour même des Expiations – Israël repoussa les assauts de l’Égypte et de la Syrie. Finalement, l’État d’Israël, l’Égypte et la Syrie acceptèrent le cessez-le-feu proposé par les Nations unies, ce qui mit un terme au conflit.

Depuis lors, il y a eu des frappes militaires sporadiques, ainsi que des années d’intifada (un mot arabe signifiant “soulèvement”) pendant lesquelles les Palestiniens ont opposé une résistance – parfois sanglante – à l’autorité d’Israël, qu’ils considèrent comme injuste. Les combats et les effusions de sang se sont aussi poursuivis entre les factions rivales palestiniennes ; le président de l’Autorité Palestinienne, Mahmoud Abbas, a déclaré que sa nation était « au bord de la guerre civile » à cause des frictions entre son parti, le Fatah, et le groupe islamiste du Hamas.

Mais l’Histoire montre que malgré leurs querelles internes, les combattants arabes n’ont jamais hésité à unir leurs forces pour se battre contre Israël. Le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, a menacé à plusieurs reprises de « rayer l’État d’Israël de la carte ». L’Iran continue aussi de développer des armes nucléaires. Alors que les disputes traditionnelles entre les Arabes et les Musulmans se poursuivront, surveillez l’union grandissante de ces forces contre Israël. La Bible montre qu’un « roi du sud » à venir réussira à unir plusieurs nations arabes et cette force combinée sera perçue comme une menace par le « roi du nord ». Cela intensifiera encore les querelles autour de Jérusalem (Daniel 11 :40-45). Cela amènera un effroyable conflit qui secouera notre monde, mais ceux qui étudient la Bible reconnaîtront là un signe annonçant l’imminence du retour de Jésus-Christ.

3ème signe
Des tentatives internationales pour contrôler Jérusalem

D’un point de vue historique et religieux, Jérusalem est une ville importante pour les partisans du judaïsme, de la chrétienté et de l’islam. Toutes ces religions voient en Jérusalem le théâtre des événements majeurs de leur foi. Les Juifs tiennent à Jérusalem car c’est la ville des grands prophètes, ainsi que la capitale du Royaume d’Israël et de Juda, sous le roi David et son fils, le roi Salomon.

Le temple de Salomon, aussi connu sous le nom de « premier temple », fut bâti à Jérusalem sous la direction du roi Salomon au 10ème siècle av. J.-C., et il demeura le principal lieu d’adoration pour Juda jusqu’à sa destruction par les Babyloniens au 6ème siècle av. J.-C., quand le peuple de Juda fut emmené en captivité. Après leur captivité à Babylone, les Juifs revinrent à Jérusalem et bâtirent le « second temple », qui demeura le principal lieu d’adoration des Juifs jusqu’à sa destruction par les armées romaines en 70 apr. J.-C.

Jérusalem est aussi considéré comme le troisième lieu le plus saint par l’Islam, après la Mecque et Médine. C’est là que se dresse le « Dôme du Rocher » – le gigantesque dôme doré de la Mosquée d’Omar dominant le Mont du Temple depuis l’an 691 apr. J-C., connu comme étant le plus ancien bâtiment religieux musulman au monde. Les Musulmans se réfèrent au Mont du Temple, ou l’Esplanade des Mosquées, en le nommant Haram-al-Sharif (“le noble Sanctuaire”) et ils croient que c’est au Dôme du Rocher que Mahomet fût enlevé dans les cieux en compagnie de l’ange Gabriel.

De leur côté, les chrétiens voient Jérusalem comme la ville où Jésus-Christ a été crucifié puis ressuscité, mais aussi comme le lieu de Son second avènement prophétisé – quand Ses pieds se poseront sur le mont des Oliviers à l’est de Jérusalem (Zacharie 14 :4).

Depuis très longtemps, l’importance de Jérusalem pour ces trois grandes religions mondiales a fait de l’administration de cette ville un important sujet de controverses. Bien qu’Israël contrôle les versants est et ouest de Jérusalem depuis 1967, de nombreux gouvernements souhaitent voir une administration internationale de la ville sainte. Le premier plan de partage de la Palestine, rédigé par les Nations unies en 1947 (résolution 181 de l’assemblée générale de l’ONU) proposait que Jérusalem devienne un Corpus Separatum – une zone sous contrôle international – et bien que ce statut n’ait jamais été adopté, nombreux sont ceux qui espèrent, un jour, voir aboutir un projet similaire. En 1984, le pape Jean-Paul II écrivit, dans sa lettre apostolique Redemptoris Anno, son espoir de voir Jérusalem bénéficier d’un « statut spécial international garanti ». Qui pourrait garantir ce statut ? En 1975, le secrétaire d’état Henry Kissinger avait proposé que Jérusalem devienne une ville internationale dont le contrôle des lieux saints et l’administration religieuse seraient confiés au pontife de l’Église catholique romaine.

Un tel contrôle international de Jérusalem se réalisera-t-il un jour ? La Bible révèle que les événements prendront une tournure stupéfiante, et que Jérusalem ne sera plus contrôlée par Israël, mais par d’autres puissances gouvernementales. L’apôtre Jean écrivit : « On me donna un roseau semblable à une verge, en disant : Lève-toi, et mesure le temple de Dieu, l’autel, et ceux qui y adorent. Mais le parvis extérieur du temple, laisse-le de côté, et ne le mesure pas ; car il a été donné aux nations, et elles fouleront aux pieds la ville sainte pendant quarante-deux mois » (Apocalypse 11 :1-2).

Oui, Jérusalem (“la ville sainte”) sera contrôlée par des nations étrangères pendant quarante-deux mois avant le retour de Jésus-Christ ! Une grande puissance mondiale, décrite comme la « bête » dans le livre de l’Apocalypse, envahira le Moyen-Orient et prendra le contrôle de Jérusalem pendant trois ans et demi avant le retour de Jésus-Christ ! Pendant cette période, deux prophètes de Dieu porteront témoignage avec puissance et ils s’opposeront à la force étrangère qui dominera le Moyen-Orient (Apocalypse 11 :3-14).

4ème signe
La restauration des sacrifices d’animaux à Jérusalem

Si vous avez lu les écrits de Daniel et de Matthieu dans la Bible, vous êtes peut-être resté perplexe face à la mystérieuse « abomination de la désolation ». De quoi s’agit-il ? Quel est son rôle dans les prophéties des temps de la fin ? Commençons par regarder les paroles du Christ : « C’est pourquoi, lorsque vous verrez l’abomination de la désolation, dont a parlé le prophète Daniel, établie en lieu saint, – que celui lit fasse attention ! – alors, que ceux qui seront en Judée fuient dans les montagnes » (Matthieu 24 :15-16).

Assurément, il est important de comprendre ce signe. Il signale au peuple de Dieu l’instant où il devra s’enfuir pour échapper aux trois ans et demi de dévastation et de calamités prophétisées pour les temps de la fin.

D’après l’histoire, le dirigeant grec Antiochus Épiphane promulgua un décret en 167 av. J.-C. interdisant aux Juifs de poursuivre les sacrifices du temple : « Des troupes se présenteront sur son ordre ; elles profaneront le sanctuaire, la forteresse, elles feront cesser le sacrifice perpétuel, et dresseront l’abomination du dévastateur » (Daniel 11 :31). Toujours d’après l’histoire, Antiochus fit non seulement cesser les sacrifices journaliers, mais il érigea une statue de Jupiter Olympien dans le temple et obligea la foule à l’adorer.

Cet événement, également décrit dans Daniel 8, préfigurait une prophétie qui s’accomplira à nouveau aux temps de la fin. « Depuis le temps où cessera le sacrifice perpétuel, et où sera dressée l’abomination du dévastateur, il y aura mille deux cent quatre-vingt dix jours » (Daniel 12 :11). Oui, il s’écoulera 1290 jours entre le second avènement de Jésus-Christ et l’arrêt des sacrifices d’animaux ! En tant que chrétiens, Jésus nous avertit de prendre garde à l’abomination de la désolation des temps de la fin ! Comme Antiochus Épiphane profana le temple en 167 av. J.-C. et fit cesser les sacrifices, une autorité laïque fera à nouveau cesser les sacrifices juifs à l’avenir ! L’apôtre Paul nous avertit à ce sujet qu’un faux prophète se tiendra dans le lieu saint : « Que personne ne vous séduise d’aucune manière ; car il faut que l’apostasie soit arrivée auparavant, et qu’on ait vu paraître l’homme impie, le fils de la perdition, l’adversaire qui s’élève au-dessus de tout ce qu’on appelle Dieu ou de ce qu’on adore ; il va jusqu’à s’asseoir dans le temple de Dieu, se proclamant lui-même Dieu » (2 Thessaloniciens 2 :3-4).

Un faux prophète fera de grands miracles et il séduira des millions de personnes. Il amènera les gens à l’adorer et il proclamera sa divinité. Ce faux prophète réalisera des miracles étonnants, allant même jusqu’à faire descendre le feu du ciel, et il séduira des millions de personnes à travers le monde (Apocalypse 13 :13-14) ! Nous ne devons pas nous laisser séduire par ces signes et ces prodiges ! Les Écritures nous disent : « Examinez toutes choses ; retenez ce qui est bon » (1 Thessaloniciens 5 :21).

Mais il y a encore un obstacle. Les Juifs n’ont pas offert de sacrifices d’animaux depuis l’an 70 apr. J.-C., quand les Romains ont détruit le temple à Jérusalem. Puisque les sacrifices s’arrêteront à nouveau, il faut pour cela qu’ils recommencent ! Quand les sacrifices d’animaux reprendront à Jérusalem, vous saurez que les prophéties dont le Christ a parlées atteindront bientôt leur apogée !

Observez les changements en Israël qui conduiront à la reprise des sacrifices d’animaux. Peu importe que le temple soit reconstruit ou non. Notez ce qui arriva quand les Juifs rentrèrent de leur exil à Babylone vers l’an 536 av. J.-C. Ils avaient seulement un lieu saint, mais pas encore de temple. Le livre d’Esdras montre qu’ils allaient à la « Maison de Dieu » avant même qu’il y ait un temple où offrir les sacrifices (Esdras 3 :6). Plus tard, dans les versets suivants, nous lisons que les fondements du temple furent posés.

L’information à retenir est que les sacrifices devaient être présentés dans un « lieu saint » – mais nous avons vu dans Esdras que les sacrifices journaliers pouvaient être offerts même en l’absence d’un bâtiment physique appelé « temple » ! De nos jours, seuls les Musulmans sont autorisés à adorer au Mont du temple ; le lieu le plus saint contrôlé par les autorités religieuses juives est le Mur Occidental, le « Mur des Lamentations ». D’une manière ou d’une autre, les sacrifices reprendront, il ne reste plus qu’à savoir où et quand cela arrivera. Une grande crise nationale en Israël pourrait précipiter cet événement !

5ème signe
Une superpuissance européenne prendra le contrôle de Jérusalem

Nous avons vu qu’avant le retour de Jésus-Christ, les ennemis d’Israël vont s’unifier et assiéger cette petite nation. Nous avons vu qu’une action sera menée pour ôter le contrôle de Jérusalem des mains d’Israël et le placer dans les mains d’une administration internationale. Nous avons vu que cette crise conduira les religieux juifs à réinstaurer les sacrifices d’animaux. Quel autre signe devons-nous encore surveiller ?

La Bible montre que, peu de temps avant le retour de Jésus-Christ, une superpuissance européenne prendra le contrôle de Jérusalem. Le prophète Daniel décrit l’ascension d’une puissance du sud s’opposant à une puissance du nord : « Au temps de la fin, le roi du midi [sud] se heurtera contre lui. Et le roi du septentrion [nord] fondra sur lui comme une tempête, avec des chars et des cavaliers, et avec de nombreux navires, il s’avancera dans les terres, se répandra comme un torrent et débordera. Il [le roi du nord] entrera dans le plus beau des pays [la terre sainte], et plusieurs succomberont ; mais Edom, Moab, et les principaux des enfants d’Ammon seront délivrés de sa main. Il étendra sa main sur divers pays, et le pays d’Égypte n’échappera point » (Daniel 11 :40-42).

Le roi du nord entrera dans « le plus beau des pays », la Terre sainte – là où se situe l’actuel État d’Israël. Les érudits bibliques identifient Ammon (qui sera délivré de la main du roi du nord avec Edom et Moab) comme étant l’actuelle Jordanie, portant à croire que les Jordaniens s’allieront à la puissance européenne. Qui fera partie de l’alliance contre Israël ? Lisez le Psaume 83. L’Assyrie (l’Allemagne actuelle) conclura une alliance avec Moab, Ammon et Edom. Regardez les cartes présentes dans votre Bible pour trouver les emplacements historiques de ces tribus. Et si vous ne l’avez pas encore fait, lisez notre article intitulé Allemagne : Un quatrième Reich pour en apprendre davantage sur le rôle de l’Allemagne (l’actuelle Assyrie) aux temps de la fin.

Que nous apprennent les Écritures sur le roi du nord ? Nous avons vu qu’il est aussi connu sous le nom de la « bête » – mais qui est la bête ? Notez ce commentaire à propos de la bête d’Apocalypse 17 :11, dans la version de la Bible Douay-Reims (New Catholic Edition) : « La bête dont il est question ici, semble être l’Empire Romain, comme au chapitre 13 » (c’est nous qui traduisons tout au long de cet article). En d’autres termes, la bête d’Apocalypse 17 et celle d’Apocalypse 13 représentent toutes deux l’Empire Romain. Cette Bible catholique commente également Apocalypse 13 :1 de la manière suivante : « L’image de la première bête est basée sur le chapitre 7 de Daniel. Cette bête symbolise les royaumes du monde, des royaumes fondés sur la convoitise et l’égoïsme, qui de tous temps se sont opposés au Christ et cherchent à opprimer les serviteurs de Dieu. La Rome impériale représente cette puissance. »

Oui, la « bête » est une résurgence de l’ancien Empire Romain. Si vous étudiez les événements mondiaux, vous aurez peut-être remarqué que l’Union européenne développe les mêmes caractéristiques politiques, économiques et militaires que l’empire décrit dans les Écritures. Apocalypse 18 décrit la puissance économique de cet empire.

Alors que nous approchons de la Grande Tribulation, les véritables chrétiens seront de plus en plus persécutés. Mais Jésus nous enseigne comment réagir quand la persécution religieuse s’intensifie. « Par votre persévérance vous sauverez vos âmes. Lorsque vous verrez Jérusalem investie par des armées, sachez alors que sa désolation est proche » (Luc 21 :19-20).

Nous vivons actuellement à l’époque prophétisée des temps de la fin. Nous devons nous préparer pour le second avènement. Le Christ sera Roi sur la terre, Il régnera depuis la nouvelle capitale mondiale, Jérusalem. « En ce jour-là, des eaux vives sortiront de Jérusalem, et couleront moitié vers la mer orientale, moitié vers la mer occidentale ; il en sera ainsi été et hiver. L’Éternel sera roi de toute la terre ; en ce jour-là, l’Éternel sera le seul Éternel, et son nom sera le seul nom » (Zacharie 14 :8-9).