WWIII : Daech contrôle encore 80% des gisements pétroliers à Deir ez-Zor, et veut partager avec les Américains afin de reconstruire les Installations détruites.Tous veulent se payer sur la bête!

Publié le par José Pedro, collectif des rédacteurs dans LAOSOPHIE sur Overblog

 

Daesh contrôle encore 80% des gisements pétroliers à Deir ez-Zor et veut partager avec les Américains, afin de reconstruire les installations détruites. Tous veulent se payer sur la bête!
© Sputnik. Mikhail Voskresenski

International

URL courte
553407

Les terroristes ont délibérément détruit la plupart de l’infrastructure des grands champs de gaz dans la région de Deir ez-Zor, tandis que près de 80% des gisements de pétrole sont encore contrôlés par Daech, a déclaré à Sputnik une source sur les lieux.

Le porte-parole d'une compagnie de gaz syrienne de Deir ez-Zor, Amin al-Hamid, a dressé le bilan de la situation actuelle autour des gisements de gaz et de pétrole dans la région.

«À ce jour, plus de 80% des ressources pétrolières de Deir-ez-Zor sont contrôlées par Daech. En ce qui concerne les champs de gaz, ils sont pratiquement tous sous le contrôle des terroristes. Toutes les usines et les gisements de gaz en question se trouvent sur l'autre côté de l'Euphrate — ce sont Konoko, Omar, Jafra, Ezba et Tanak — et la plupart des usines de traitement du gaz sont situées là-bas», a déclaré M. al-Hamid.

«Selon nos informations, les terroristes ont déjà complètement détruit l'infrastructure dans les champs Omar et Tanaka, tandis qu'à Konoko on a détruit certaines installations», a ajouté M. al-Hamid.

Selon l'ingénieur, les terroristes ont également détruit le gazoduc au sud-est de Deir ez-Zor.

«Konoko, avec tous ses puits, peut produire jusqu'à deux millions de mètres cubes par jour. C'est le gisement le plus important de Deir ez-Zor. Avant la guerre, c'était le troisième plus grand gisement gazier en Syrie. La restauration de leur infrastructure est possible, mais les dégâts pourront être estimés dès que nous pourrons visiter ces lieux et effectuer une enquête détaillée», a conclu le représentant de la compagnie de gaz.

 

© Sputnik. Mikhaïl Voskresenski

Le 5 septembre, les forces syriennes ont brisé le siège de Deir ez-Zor et sont entrées dans sa partie nord. Le blocus de la base aérienne de Deir ez-Zor a été brisé quatre jours plus tard par des unités syriennes placées sous le commandement des généraux Issam Zahreddine et Souheil al-Hassan.

Grâce au soutien de l'aviation et de l'artillerie, l'armée est parvenue à reprendre plusieurs hauteurs, mettre hors d'usage des équipements des terroristes de Daech et détruire certaines de leurs positions fortifiées.

Syrie, Deir ez-Zor: Moscou s’allie au Hezbollah

L’engagement russe à Deir ez-Zor s’explique surtout par l’alliance qui unit Moscou à l’Iran et au Hezbollah

Pourquoi la Russie a-t-elle envoyé ses avions bombarder les positions de Daech à Deir ez-Zor ? Après tout, le sud-est syrien n’est pas forcément la zone qui l’intéresserait le plus. Alquds alarabi évoque le sujet dans un article.

Les forces russes ont fini par se déployer dans plusieurs localités de la province de Deir ez-Zor après que l’armée syrienne et ses alliés ont réussi à briser le siège de la province et à en reprendre le contrôle, secondées par l’aviation russe.

Le spectacle des chars et des blindés russes sillonnant les différentes villes de la province de Deir ez-Zor n’a rien d’inhabituel pour les habitants. Ce sont surtout les analystes politiques qui s’étonnent de la présence des forces terrestres russes dans la province.

En effet, qu’est-ce qui justifie cette présence, vu que Deir ez-Zor n’a jamais constitué un objectif militaire pour Moscou ? Il semblerait que la Russie soit déterminée à restituer l’emprise économique de l’État syrien dans cette province pétrolifère, qui possède des gisements pétroliers et gaziers. La Russie a ainsi armé les forces alliées d’Assad qui ont pris part, aux côtés de l’armée syrienne, à la reprise de la ville, tout en prenant pour cible de ses missiles et bombes les positions de Daech, afin d’ouvrir la voie à leur avancée.

Les soldats russes s’affichent désormais dans les rues des localités d’al-Jawra et d’al-Qassour alors que les Sukhoï russes survolent les quartiers de la ville.

Le journal cite ensuite les forces tribales syriennes qui racontent avoir vu « plus de 600 soldats russes » se battre aux côtés de l’armée syrienne lors des combats visant à briser le siège de Deir ez-Zor. Ces soldats s’y étaient rendus via la route internationale Damas-Deir ez-Zor-Panorama.

Le journal proche de Riyad évoque ensuite l’usage par l’aviation russe des missiles qui ont facilité la tache aux soldats syriens surtout dans les collines d’Allouch ou encore dans le village de Baghiya.

Interrogé par le journal, le général de brigade Hicham al-Mustapha commente l’implication directe de la Russie en ces termes: « Depuis le début de la bataille pour la libération de Deir ez-Zor dans l’est de l’Euphrate, la Russie s’est engagée aux côtés de Damas, quitte à redéfinir les rapports de force. A vrai dire, Moscou veut restituer au régime syrien le contrôle des puits de pétrole de la province, manière de lui assurer de nouvelles ressources financières. En effet, l’engagement russe à Deir ez-Zor s’explique surtout par l’alliance qui unit Moscou à l’Iran et au Hezbollah. Deir ez-Zor, Abou Kamal et al-Mayadeen sont des localités stratégiques situées sur la route reliant Téhéran à la Méditerranée via le sol syrien et libanais. C’est dire à quel point l’alliance Russie-Iran est solide. Mais la liberté d’action dont jouissent l’armée syrienne et ses alliés n’existera pas à Abou Kamal et à al-Mayadeen. »

L’auteur de l’article espère voir un face-à-face direct éclater entre les alliés d’Assad et les États-Unis car la Russie « finira par se lasser » en l’absence des intérêts stratégiques, au contraire de Washington qui a bien compté sur les puits de pétrole du nord et de lest de la Syrie.

« C’est pour avoir ces puits de pétrole que les Américains ont renoncé à la ville de Deir ez-Zor elle-même, préférant contrôler la périphérie. Ils ont fait la même chose par le passé à Hassaké, Qamishli et Raqqa », ajoute l’auteur.

Mais les Russes vont-ils renoncer à Deir ez-Zor aussi facilement que l’auteur le laisse supposer ? Rien n’est moins sûr. A Deir ez-Zor deux opérations se déroulent parallèlement: celle de l’armée syrienne et ses alliés dans la périphérie ouest de la ville et celle des Kurdes dans l’est. Sur le terrain, les forces alliées ont le dessus.

presstv.ir

Les États-Unis empêchent l'armée syrienne d'avancer à Deïr ez-Zor

Les États-Unis empêchent l'armée syrienne d'avancer à Deïr ez-Zor

Selon le chef de la diplomatie syrienne, Washington tente d’endiguer l’avancement de l’armée syrienne à Deïr ez-Zor.

En marge de la 72e session de l’Assemblée générale de l’ONU à New York, le chef de la diplomatie syrienne Walid Moualem a rencontré son homologue russe, Sergueï Lavrov.

" Les États-Unis tentent de faire obstacle au progrès des forces de l’armée régulière syrienne vers les régions occupées par Daech de la ville de Deïr ez-Zor, dans l’est du pays ", a dit Moualem.

" Le peuple syrien croit que le dernier chapitre du conflit syrien sera terminé par Moscou. Les États-Unis ne changent pas leur cap dans le dossier syrien et cherchent à empêcher l’armée syrienne d’accéder à Deïr ez-Zor", a affirmé Moualem.

Le ministre syrien a également qualifié d’efficaces les négociations en septembre dernier sur la crise syrienne à Astana.

" C’est une grande percée, mais reste à savoir si Washington s’apprête à reconnaître le rôle efficace de Moscou dans le règlement de la crise syrienne ", a-t-il conclut.

Entente russo-américaine pour Deir Ezzor : une course contre la montre pour le pétrole

Depuis 2 jours 21 septembre 2017
armee_syrienne_deir_ezzor1

Le déferlement  de tous les protagonistes américains, russes, syriens et kurdes vers la province de Deir Ezzor soulève des questions de grandes importances. Est-il possible que cette province stratégique soit le théâtre de l’éclatement d’un clash entre eux ?

Jusqu’à présent, malgré les quelques escarmouches ici et là, ce face-à-face a été évité. On l’attendait surtout lorsque les forces gouvernementales syriennes et leur alliés ont franchi l’Euphrate, vers sa rive est. Il était évident que Les Etats-Unis voulaient faire en sorte que ce fleuve soit le tracé qui sépare les zones qu’ils convoitent avec l’aide des milices kurdes des Forces démocratiques syriennes et les zones loyalistes.

« Les Américains ont menacé qu’ils allaient bombarder les forces syriennes si elles franchissaient le fleuve mais ceci n’a pas eu d’influence sur les choix de  l’armée » syrienne, a révélé un responsable syrien pour le journal libanais al-Akhbar, sous le couvert de l’anonymat.

Il semble que l‘obstination des dirigeants syriens ait porté ses fruits, et il en découle que les Américains sont plus enclins à éviter de se laisser entrainer vers une escalade contre l’armée syrienne et ses alliés. D’autant qu’une branche des FDS refuse de rentrer dans une bataille de ce genre.

Pour le journal libanais, son porte-parole Talal Sello a confié que ses forces allaient s’en tenir à respecter « ce sur quoi que les Russes et les Américains s’entendront ».

« La question est désormais entre les mains russes et américaines. Il y a des rencontres entre les deux parties afin d’endiguer toute crise qui puisse entraver la lutte contre le terrorisme », a-t-il expliqué.

Il a poursuivi : «  La question de la traversée vers l’Est de l’Euphrate avait été discutée entre eux et ils avaient convenu qu’elle ne devrait pas avoir lieu. Il semble que pour le moment ils se concertent pour trouver des nouvelles formules pour délimiter les ententes ».

Des sources bien informées ont dit pour al-Akhbar que la version le plus récente de l’entente russo-américaine sur Deir Ezzor a renouvelé leur engagement d’empêcher la confrontation entre leurs alliés sur le terrain.

Ils auraient aussi convenu que chaque protagoniste s’abstienne d’empêcher l’autre protagoniste de lancer l’assaut contrôlé par Daech pour l’en déloger.

Cette entente aura donc pour conséquence d’ouvrir la voie pour une course contre la montre entre ces deux protagonistes.

Les champs d’hydrocarbures devraient être en tête des zones convoitées. Leur conquête pourrait engendre un compromis, ou tout le contraire, une grande bataille.

A noter que la province de Deir Ezzor comprend les plus grands gisements de pétrole en Syrie dont al-Tank et Al-Amr, ainsi que l’usine de gaz Koniko. Celle-ci  est l’exportateur de gaz syrien le plus important du pays. Elle a fait l’objet ces derniers jours d’une polémique de part et d’autre sur sa présumée conquête, laquelle n’a pas encore été tranché.

Selon Al-Akhbar, l’essentiel de la bataille pour les forces syriennes gouvernementales  devrait avoir lieu dans les régions nord-est dans le but de freiner l’avancée des FDS.

DEIR EZZOR : PROGRESSION D'EST EN OUEST DE L'ARMEE SYRIENNE

Deir ez-Zor : l’armée syrienne progresse à l’est et à l’ouest

Fri Sep 22, 2017 5:29PM

L’armée syrienne a réussi, le vendredi 21 septembre, à prendre le contrôle de la localité de Khasham à l’est de Deir ez-Zor ainsi que trois villages situés à l’ouest de la ville.

Selon l’agence de presse iranienne Fars, l’armée syrienne a étendu, depuis hier, l’ampleur de ses opérations dans le Rif oriental de Deir ez-Zor.

L’agence de presse syrienne SANA a rapporté de son côté que l’armée syrienne et ses alliés avaient réussi, ce vendredi, à libérer la localité de Khasham, située au sud du village de Mazloum, libéré hier.

Simultanément, les militaires syriens ont poursuit leur opération dans le Rif occidental de Deir ez-Zor, où ils sont parvenus à libérer les villages de Haliba, Zaliba et al-Qasba.

À l’heure actuelle, les unités d’ingénierie de l’armée syrienne sont en train de déminer et de nettoyer ces villages.

Dans le cadre de cette opération, un grand nombre de terroristes ont été tués et d’autres se sont réfugiés vers al-Badiya, le désert de l’Est syrien.

C’est ainsi que l’armée syrienne s’est rapprochée de la ville de Maadan, l’un des derniers bastions de Daech situé à 70 km à l’ouest de Deir ez-Zor.

De même, les forces syriennes ont libéré les villages de Kharita et de Shamitiya.

Le 5 septembre, les forces syriennes ont brisé le siège de Deir ez-Zor et sont entrées dans sa partie nord. Le blocus de l'aéroport militaire de Deir ez-Zor a été brisé quatre jours plus tard. 

Selon le ministère russe de la Défense cité par Sputnik, l’armée syrienne a d’ores et déjà repris 85% du territoire de Deir ez-Zor et la ville sera complètement libérée la semaine prochaine.

http://www.presstv.com/DetailFr/2017/09/22/536084/Syrie-Deir-ez-Zor-allis-terroristes

LES INDESIRABLES USA HOSTILES A LA PARTICIPATION DE LA SYRIE A LA LIBERATION DE DEIR EZZOR

 

Damas: Washington hostile à la participation de la Syrie à la libération de Deir ez-Zor

© Sputnik. Ilya Pitalev

INTERNATIONAL

URL courte 71185028

Selon le chef de la diplomatie syrienne, Washington est hostile à la participation de Damas à la libération de Deir ez-Zor en coopération avec Téhéran et Moscou.

Sergueï Lavrov

© SPUTNIK. MAXIM BLINOV

Moscou: al-Nosra épargné par les frappes de la coalition en Syrie

Les Etats-Unis ne veulent pas que les forces syriennes participent à la libération de la ville de Deir ez-Zor des djihadistes, a déclaré le ministre syrien des Affaires étrangères Walid al-Mouallem.

Il a également accusé Washington de chercher à torpiller le réglement de la crise syrienne avec l'aide de "terroristes sous son contrôle".

"Ils sont mécontents des succès de la conférence d'Astana et c'est pourquoi ils se sont mis à aider le Front al-Nosra", a affirmé le chef de la diplomatie syrienne en marge de l'Assemblée générale de l'Onu à New York.

Terroristes du Front al-Nosra. Image d'illustration

© AFP 2017 GUILLAUME BRIQUET

Lavrov appelle la coalition US à ne pas ménager le Front al-Nosra

Auparavant, des combattants du Front al-Nosra avaient lancé une vaste offensive contre les forces syriennes au nord et au nord-est de la ville de Hama dans la zone de désescaladed'Idlib. L'état-major interarmées russe a accusé les services spéciaux américains d'avoir initié l'offensive des djihadistes dans l'objectif d'endiguer l'avancée des troupes gouvernementales.

Le Pentagone a pour sa part démenti tout lien avec les combattants du Front al-Nosra opérant en Syrie.

https://fr.sputniknews.com/international/201709221033167190-syrie-deir-ezzor-liberation

"Novatek" a déterminé la période de lancement de "Yamal LNG"
Novatek lancera la première étape de l'usine de GNL de Yamal en novembre 2017, a déclaré le ministre de l'Energie Alexander Novak. Auparavant, le moment du lancement n'était pas appelé. La capacité estimée de l'usine est de 16,5 millions de tonnes. Près de 96% de la production est déjà sous contrat - les principaux consommateurs seront les pays de la région Asie-Pacifique. TASS
L'Arabie saoudite veut réduire la production pétrolière
Le roi d'Arabie Saoudite, lors de sa visite en Russie au début d'octobre, discutera de la possibilité d'étendre l'accord sur la réduction de la production pétrolière, que l'OPEP a conclue avec 11 pays producteurs indépendants, y compris la Russie. Le roi discutera également à Moscou de la question des nouvelles zones de dégradation en Syrie et de la situation autour du Qatar.

«Новатэк» определил срок запуска «Ямал СПГ»

«Новатэк» запустит первую очередь завода «Ямал СПГ» в ноябре 2017 г., сообщил министр энергетики Александр Новак. Ранее сроки запуска не назывались. Предполагаемая мощность завода – 16,5 млн т. Почти 96% производства уже законтрактовано – основными потребителями станут страны Азиатско-Тихоокеанского региона. ТАСС

Саудовская Аравия хочет снижать добычу нефти

Король Саудовской Аравии во время визита в Россию в начале октября обсудит возможность продления действия соглашения о снижении добычи нефти, которое ОПЕК заключила с 11 независимыми странами-производителями, среди которых и Россия. Король также обсудит в Москве вопрос о новых зонах деэскалации в Сирии и ситуацию вокруг Катара. ТАСС, WSJ

«Русгидро» заняла 20 млрд руб.

«Русгидро» впервые за семь лет разместила евробонды на 20 млрд руб., сообщил источник на финансовом рынке. Срок обращения бумаг – пять лет, ставка – 8,125% годовых. Первоначальный ориентир доходности составлял 8,25%. При этом спрос составил 42 млрд руб. «Компания предпочла максимизировать участие иностранных инвесторов при размещении бумаг», – добавил источник. ТАСС

В Марокко появится российский газ

«Газпром» и «Новатэк» могут принять участие в газовых проектах Марокко, заявил министр энергетики Александр Новак. Правительство Марокко рассчитывает увеличить потребление газа и построить электростанции, работающие на этом топливе. Для этого планируется построить регазификационный терминал, трубопровод и 2400 МВт генерирующих мощностей. Сейчас уточняются финансовые и технологические параметры проектов. По словам Новака, российские компании вполне конкурентоспособны и уже ведут переговоры о поставках сжиженного природного газа, в том числе с проектов «Ямал СПГ» и «Арктик СПГ». Заинтересованность также проявляет «Интер РАО – инжиниринг», добавил он. ТАСС

Минэнерго ожидает роста добычи на шельфе

К 2035 г. добыча углеводородов на российском шельфе вырастет почти в 2 раза до 50 млн т, сообщил замминистра энергетики Кирилл Молодцов. По его словам, компании продолжат увеличивать добычу по действующим месторождениям – введенные против России в 2014 г. санкции не оказали сильного негативного влияния, как ожидалось. В первой половине 2017 г. Россия добыла на шельфе 13,6 млн т (для сравнения: за тот же период 2016 г. добыча составила 11 млн т). ТАСС