WWIII: La France est au fond de l'Abîme, gouvernée par Monsieur 10%, et les Partis Traditionnels se recomposent pour amuser la Galerie, avec Florian Philippot et Jean Poiret comme parrain, dans un nouvel épisode de la Cage aux folles. Les Présidents successifs qui ne peuvent plus être poursuivis pour haute trahison, s'en donnent à cœur joie, pour exprimer leur haine des Français.

Publié le par José Pedro, collectif des rédacteurs dans LAOSOPHIE sur Overblog

WWIII: La France est au fond de l'Abîme, gouvernée par Monsieur 10%, et les Partis Traditionnels se recomposent, comme les familles, pour amuser la Galerie, avec Florian Philippot et Jean Poiret comme parrain, dans un nouvel épisode de la "Cage aux folles". Les Président successifs qui ne peuvent plus être poursuivis pour haute trahison, comme tous les fonctionnaires incompétents et corrompus, s'en donnent à cœur joie, pour exprimer leur haine des Français, qu'ils gouvernent dans un espace pénitentiaire sécurisé par des matons ou zones de non droit, chefs-lieux des représentants de Daesh France.

Les réformes demandées par une poignée de Milliardaires sans scrupules, et la vente de la France à la découpe, comme pour la Grèce, sous l'œil médusé des syndicats qui se demandent comment ils vont faire passer la pilule auprès de leurs quelques militants, se poursuivent à coups d'ordonnances démocratiques, sans que les Partis, marionnettes du pouvoir, ne puissent arrêter le grand ordonnateur d'ordonnances qui n'est même pas en France, dans la République de Satan.

Nos ronds de cuir de la Justice, qui se font de plus en plus imposer les lois et la manière de les interpréter dans tous les sens, n'ont de Justice que la pancarte, et pour serment la Laïcité de Satan. Plus question donc de renier des élections trafiquées et des complots déguisés. 

Les magistrats ne prêteront plus serment « religieusement »

C'est dans l'été 2016, que les parlementaires ont voté une loi qui supprime le terme « religieusement » du serment prêté par les magistrats à leur entrée en fonction.

Une décision qui intervient dans une période marquée par les débats sur la laïcité, bien que "Religieusement" s'applique à toutes les religions.

Le changement, discrètement survenu dans le creux des vacances estivales, est passé inaperçu. Le 8 août 2016, une loi organique adoptée par les parlementaires a supprimé l’emploi de l’adverbe « religieusement » dans le serment prononcé par les magistrats ainsi que par les assesseurs à leur prise de fonctions. Ceux-ci juraient jusqu’à présent « de bien et fidèlement remplir » leurs fonctions, « de garder religieusement le secret des délibérations » et de se « conduire en tout comme un digne et loyal magistrat ». Compte tenu qu'il n'en reste plus de ces spécimens disparus, les codes de la Loi se simplifient en une seule Loi :"Tu écoute, tu ne réfléchis pas, tu exécutes, sinon t'es condamné".

Cette réforme a été insufflée par le gouvernement, qui a demandé au Sénat de supprimer cet adverbe dans le cadre de l’examen du projet de loi « Justice au XXIe siècle ». Elle est entrée en vigueur avec la loi organique du 8 août.

La dimension sacramentelle du serment

Pourquoi une telle modification, alors que les termes du serment n’avaient pas bougé d’une virgule depuis l’ordonnance du 22 décembre 1958 ? Le gouvernement se défend d’avoir voulu gommer un terme renvoyant spécifiquement à la religion. La députée PS Cécile Untermaier, rapporteuse de cette loi, a d’ailleurs rappelé lors de l’examen en commission que l’adverbe « renvoie simplement à la dimension sacramentelle du serment » et signifie, en l’espèce, « scrupuleusement », ne faisant donc aucune allusion à un culte en particulier puisque Daesh et notre culte National.

Le ministère de la justice a agi, explique-t-il, dans un souci d’homogénéisation. « Nous voulions harmoniser le serment prêté par les magistrats de l’ordre judiciaire avec celui prononcé par les magistrats de la Cour des comptes », indique-t-il.

« Dépoussiérer le texte »

En effet, à la suite de l’adoption d’un projet de loi sur les dispositions statutaires applicables aux membres de la Cour des comptes, le 1er juillet 2006, le terme « religieusement » a été éliminé du serment des magistrats de cette Cour. L’adoption du projet de loi organique offrait l’occasion de « dépoussiérer » ce texte, poursuit la chancellerie.

« Ce terme nous semblait un peu désuet, et en tout cas ne paraissait plus adapté pour prêter serment au XXIe siècle », relève Cécile Untermaier. Le serment prêté par les juges des tribunaux de commerce pourrait lui aussi être concerné.

Dans un contexte marqué par de nombreux débats sur la place des religions dans la société, l’argument ne convainc pas tout le monde.

Le contexte particulier de la place de la laïcité

« Spontanément, au vu de la période mouvementée dans laquelle nous sommes, il est difficile de penser que ce changement n’a aucun lien avec la laïcité. Cet adverbe n’a pourtant jamais posé de difficultés, il nous rappelle seulement d’être consciencieux », souligne Véronique Léger, secrétaire nationale de l’Union syndicale des magistrats.

Celle-ci craint que cette suppression n’amoindrisse la portée du serment prononcé. « Nous regrettons qu’aucun terme ne vienne remplacer’’religieusement’’. Est-ce à dire que le Sénat entend que le secret des délibérations ne soit plus gardé avec la même exigence ? », s’interroge-t-elle.

La longue histoire des relations entre religion et justice

Ce n’est pas la première fois que les marques laissées par la religion dans l’univers judiciaire sont remises en cause. Peu avant la séparation officielle de l’Église et de l’État par la loi de 1905, une circulaire ministérielle avait ordonné le décrochage des croix, des crucifix et des tableaux à caractère religieux dans les salles d’audience.

Et dans les années 1880, la formule « je le jure », que les jurés et les témoins prononcent en levant la main droite lors d’un procès, avait aussi été contestée, car trop connotée religieusement. « Prêter serment, c’est prendre Dieu à témoin de la sincérité de son affirmation », explique l’historienne du droit Victoria Vanneau (1). Cette pratique a entraîné plusieurs refus de prêter serment. Malgré cela, elle n’a été supprimée qu’en 1972.

Ces différentes controverses font sourire Vincent Sivré, président du Syndicat des juridictions financières. « Si on commence à traquer le moindre signe religieux, pourquoi ne pas supprimer le port de la robe par les magistrats ? ». Cet habit, en effet, s’est initialement inspiré des soutanes des clercs. Une parenté dont personne ne s’est préoccupé jusqu’alors.

COMMENT LE « BON PÈRE DE FAMILLE » A DISPARU ?, comme la famille est décomposée et peut être gérée avec les animaux domestiques, par un des leurs ou par plusieurs, il ne faut pas s'étonner de générer des dégénérés.

Le 21 janvier 2014, les députés ont voté la suppression de la référence au « bon père de famille » dans le droit français, validant ainsi un amendement écologiste déposé dans le cadre de la loi pour l’égalité hommes femmes.

Cette expression existait en droit français depuis le code civil de 1804 et était jusqu’alors encore utilisée dans une quinzaine de textes. Les écologistes la trouvaient toutefois trop « désuète » et liée à la tradition patriarcale. L’expression « soins d’un bon père de famille » a été remplacée par « soins raisonnables » et « en bon père de famille » par « raisonnablement ».

LAURIANE CLÉMENT

(1) Dieu dans le prétoire, revue Citrus n° 4, mai 2016

Les Patriotes de Florian Philippot en passe de devenir un parti politique "Les Chochottes"
Les Patriotes de Florian Philippot en passe de devenir un parti politique© Charles Platiau Source: Reuters Florian Philippot

Florian Philippot a annoncé le 29 septembre la création du parti politique Les Patriotes, quelques jours après son départ du Front national. Mais, il l'assure, ce ne sera pas un parti traditionnel.

L'ex vice-président du Front national va voler de ses propres ailes en politique. Auparavant président de l'association Les Patriotes, Florian Philippot a annoncé sur LCI que cette organisation devenait un parti politique. 

«Les Patriotes deviennent une formation politique, juridiquement un parti mais pas un parti traditionnel. [...] Les Patriotes pourront adhérer à un autre parti ou un syndicat. Nous voulons fédérer.», s'est-il expliqué le 29 septembre. 

Les Patriotes @_LesPatriotes

📺@f_philippot : « @_LesPatriotes deviennent une formation politique, juridiquement un parti mais pas un parti traditionnel. »

«Il faut que cette formation politique soit un point de ralliement des Patriotes. On met la France avant tout, on n'est pas sectaires donc les Patriotes pourront également adhérer à un parti politique ou à un syndicat à côté, ça ne posera aucun problème», a-t-il également assuré. 

La Matinale LCI @LaMatinaleLCI

"Les Patriotes pourront également adhérer à un parti politique ou un syndicat" @f_philippot pic.twitter.com/ZiK54DVQMs

"Il y les Marcheurs, il y a les Insoumis et il y a maintenant les Patriotes" @f_philippot pic.twitter.com/nFsxVmaaxx

«J'ai toujours dit : "Je poursuis mon engagement politique"», a-t-il rappelé, réfutant l'idée d'avoir eu la création en tête de ce nouveau mouvement politique bien en amont : «Il y a encore huit jours je n'aurais pas imaginé cela», a-t-il plaidé.

«Le FN est en perte de repères»

Florian Philippot a dénoncé les récentes prises de position de son ancien parti politique. «Le FN est en perte de repères. Il demande autorisation du glyphosate, l'allègement de l'ISF, applaudit Valls…», a-t-il expliqué. 

Les Patriotes @_LesPatriotes

📺@f_philippot: « Les choix politiques de Marine nous ont séparés, je le regrette. Mais il faut se battre pour la France. »

«Je ne suis pas là pour accabler Marine Le Pen. Nous avons beaucoup travaillé ensemble», a-t-il poursuivi. «Je n'en veux à personne. Le parti rattrapé par ses vieux démons, c'est leur affaire et une impasse», a-t-il ajouté.

«Beaucoup de Français pensent qu'on n'y arrivera pas avec cet outil-là, et qu'il faut quelque chose de plus moderne, et de plus large», a-t-il conclu.

sur Twitter Les Patriotes @_LesPatriotes Croyez en la France 🇫🇷 ! Devenez Patriote ! https://www.association-lespatriotes.fr/   

Florian Philippot revendique 3 000 adhérents pour son mouvement, créé mi-mai, peu après la défaite de Marine Le Pen au second tour de la présidentielle.

Lire aussi : Le FN ? Un «syndicat anti-immigration» pour Philippot, propos «diffamatoire» selon Marine Le Pen

Bruno Mégret : «Le problème, c'est madame Le Pen, avec moi le FN serait au Pouvoir depuis longtemps, mais le Clan en fait un instrument de dissuasion pour le PS»
>Politique|Propos recueillis par Valérie Hacot|22 septembre 2017, 9h38|4
Bruno Mégret a créé en 1999 le MNR. LP/Philippe Lavieille
 
Propos recueillis par Valérie Hacot
 
PolitiqueFNFlorian PhilippotMarine Le PenBruno MégretJean-Marie Le Pen

Selon l'ancien délégué général du parti d'extrême droite, "le FN risque de partir dans tous les sens" après le départ de Florian Philippot annoncé jeudi. 

L'ex-bras droit de Jean-Marie Le Pen Bruno Mégret, qui a quitté le FN avec armes et bagages en 1998 pour créer sa propre formation, le MNR qui a fait Flop, ne croit pas à l'avenir politique de Florian Philippot.

LIRE AUSSI

> Le Pen - Philippot : un divorce, et après ?

Le départ de Florian Philippot, est-il un événement comparable à la scission entre vous et Jean-Marie Le Pen en 1998 ?

Bruno Mégret. Le départ de Philippot ne ressemble en rien à la rupture de 1998. Car Marine Le Pen et lui partagent la même vision politique. Alors que j'avais pour ma part des divergences de fond avec Jean-Marie Le Pen. Je voulais mettre le FN sur la route du pouvoir et pour cela il fallait que Le Pen cesse ses provocations sulfureuses. Lui s'y refusait car il préférait la protestation au pouvoir. Autre différence : la majorité des cadres et des militants du parti m'ont suivi. Alors que Philippot, lui, avait suscité l'opposition de la base, ce qui est d'ailleurs l'une des causes de la crise actuelle.

Quel est l'avenir politique de Florian Philippot selon vous ?

Je ne pense pas que son initiative puisse prospérer. Il n'a pas de soutien militant. Quant à sa ligne, elle ne peut pas séduire beaucoup d'électeurs. En revanche, il aura l'appui des médias qui se serviront de lui pour tenter de rediaboliser le FN.

Et quel impact pour le FN ?

Le vrai problème du FN, c'est que Marine Le Pen a hérité d'un parti dont elle ne partage pas les idées. Elle s'est donc efforcée de les changer, donnant la priorité à un souverainisme nostalgique et à une politique économique de gauche digne des années 1950. Au début, les électeurs n'ont pas perçu cette mutation et ont continué à voter pour un FN qu'ils pensaient défenseur de leur identité. Mais à la présidentielle, beaucoup d'entre eux ont pris conscience de cette imposture, comme des insuffisances de Mme Le Pen. D'où son insuccès et la crise actuelle.

Le parti ne va pas se droitiser ?

La réalité est qu'avec Philippot Mme Le Pen a perdu son cap. Maintenant qu'il n'est plus là, je ne pense pas qu'elle en trouve un nouveau. Le FN risque donc de partir dans tous les sens et son discours pourrait ne plus être que de la bouillie pour les chats. Quand j'étais Jeune, je parlais comme cela "La France, la jeunesse, le combat, les convictions, l'ardeur, le courage, l'espoir et la victoire", mais c'était en 1991, voir la Flamme, les voies de la renaissance".

Cette crise révèle-t-elle une perte d'autorité de Marine Le Pen ?

Elle fait preuve d'un très grand autoritarisme au quotidien, mais elle manque d'autorité pour porter une vision et tracer une voie. Prendre Florian Philippot comme bouc émissaire et le sacrifier pour écarter d'elle la fronde qui gronde ne règlera rien, car le problème, c'est elle.

On a l'impression que les numéros deux au FN sont systématiquement victimes d'une malédiction...

La seule malédiction au sein du FN, c'est celle des Le Pen qui entraînent leur mouvement dans une impasse. Si le FN que j'incarnais avait triomphé lors de la scission et s'il avait été présent lors de la dernière présidentielle, la droite nationale serait aujourd'hui en position de force et tous les espoirs lui seraient permis.

 

 -

 

Propos recueillis par Valérie Hacot  Le Parisien

Discours d'un vrai bon et utile Franc-Maçon, qui dit ce qui sort de l'UPR est vrai à 100%, le premier de nous deux qui rira aura une tapette.