Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

WWIII : La Guerre Nucléaire de Netanyahu est en perte de vitesse, sur un front qui se perce et dont TRUMP et PUTINE ne veulent pas s'éliminer réciproquement pour un D.ieu qui est sourd aux Sionistes.

Publié le par José Pedro, collectif des rédacteurs dans LAOSOPHIE sur Overblog

WWIII : La Guerre Nucléaire de Netanyahu est en perte de vitesse, sur un front qui se perce et dont TRUMP et PUTINE ne veulent pas s'éliminer réciproquement pour un D.ieu qui est sourd aux Sionistes et aux convulsionnistes de Saint Médard.  

Les Juifs se sentent mal à l'aise alors que Jacques Attali avait prévu la victoire de son Peuple sur le papier, et que les Armées de l'Occident et du Roi du Nord ne veulent pas s'affronter pour la reconstruction d'un Temple sur lequel gît une Mosquée, dont les Juifs voudraient se débarrasser.

Pire le D.ieu des Juifs considère comme désuet l'emploi par Netanyahu de son arsenal Nucléaire qui n'est rien en face de sa colère.

Les Juifs creusent leurs tombes là où leurs ancêtres reposent déjà, et ne pensent qu'à mourir ou à être très riches, pour la reconnaissance de leur mur des lamentations, et le portefeuille de la Famille Rothschild. Il nous faut le Monde et rien d'autre, car notre Peuple ne s'est pas coupé de D.ieu, et il a promis à notre Nation Sioniste d'Israël de dominer les autres Nations avec Jérusalem, Capital du Monde et des taux d'usures afin que notre Peuple vive de la manne des Hébreux et de la reconnaissance de D.ieu.

Quid du Nouveau Testament frelaté par un Jésus-Christ apostat, qui ne respectait la Loi que pour inciter à devenir pauvre, alors que cette Loi nous a permis de nous enrichir au delà de toutes espérances en prêtant ce que l'on n'avais pas, à un taux qui nous honorait de ses bienfaits. Pourquoi devenir pauvre ou le rester quand on peut s'enrichir sur le dos des autres, tel est la Loi de ceux qui ont du Talent, et qui savent redonner au Temple ou à la Synagogue les bienfaits de GOG et Magog.

Cet apostat de Christ, qui s'imposait comme Roi des Juifs, nous avons tout essayé pour qu'il se taise, venant d'une famille de charpentier, qui a épousé une femme déjà pleine, où il a fallu étouffer le scandale, d'une procréation par autrui, et que notre Maître Hérode avait pourtant donné comme ordre, qu'on l'étouffe dans sa couche, et qu'on lui livre sur un plateau d'argent.

Jésus naquit à Bethléhem en Judée, à l'époque du roi Hérode. Or, des mages venus d'Orient arrivèrent à Jérusalem  et dirent: «Où est le roi des Juifs qui vient de naître? En effet, nous avons vu son étoile en Orient comme prévu par l'ancien Testament, et nous sommes venus pour l'adorer.»

Quand le roi Hérode apprit cela, il fut troublé et tout Jérusalem avec lui.  Il rassembla tous les chefs des prêtres et spécialistes de la loi que comptait le peuple et leur demanda où le Messie devait naître.
Ils lui dirent: «A Bethléhem en Judée, car voici ce qui a été écrit par le prophète:
Et toi, Bethléhem, terre de Juda, tu n'es certes pas la plus petite parmi les principales villes de Juda, car de toi sortira un chef qui prendra soin d'Israël, mon peuple.»

Alors Hérode fit appeler en secret les mages; il s'informa soigneusement auprès d'eux du moment où l'étoile était apparue,  puis il les envoya à Bethléhem en disant: «Allez prendre des informations exactes sur le petit enfant. Quand vous l'aurez trouvé, faites-le-moi savoir, afin que j'aille moi aussi l'adorer.»

Après avoir entendu le roi, ils partirent. L'étoile qu'ils avaient vue en Orient allait devant eux jusqu'au moment où, arrivée au-dessus de l'endroit où était le petit enfant, elle s'arrêta. Quand ils aperçurent l'étoile, ils furent remplis d'une très grande joie. Ils entrèrent dans la maison, virent le petit enfant avec Marie, sa mère, se prosternèrent et l'adorèrent. Ensuite, ils ouvrirent leurs trésors et lui offrirent en cadeau de l'or, de l'encens et de la myrrhe.

Puis, avertis dans un rêve de ne pas retourner vers Hérode, ils regagnèrent leur pays par un autre chemin. Lorsqu'ils furent partis, un ange du Seigneur apparut dans un rêve à Joseph et dit: «Lève-toi, prends le petit enfant et sa mère, fuis en Egypte et restes-y jusqu'à ce que je te parle, car Hérode va rechercher le petit enfant pour le faire mourir.»

Joseph se leva, prit de nuit le petit enfant et sa mère et se retira en Egypte. Il y resta jusqu'à la mort d'Hérode, afin que s'accomplisse ce que le Seigneur avait annoncé par le prophète: J'ai appelé mon fils à sortir d'Egypte.

Quand Hérode vit que les mages l'avaient trompé, il se mit dans une grande colère, et il envoya tuer tous les enfants de deux ans et au-dessous qui étaient à Bethléhem et dans tout son territoire, selon la date qu'il s'était fait préciser par les mages.

Alors s'accomplit ce que le prophète Jérémie avait annoncé:
On a entendu des cris à Rama, des pleurs et de grandes lamentations: c'est Rachel qui pleure ses enfants et n'a pas voulu être consolée, parce qu'ils ne sont plus là. Après la mort d'Hérode, un ange du Seigneur apparut dans un rêve à Joseph, en Egypte,
et dit: «Lève-toi, prends le petit enfant et sa mère et va dans le pays d'Israël, car ceux qui en voulaient à la vie du petit enfant sont morts.»
Joseph se leva, prit le petit enfant et sa mère et alla dans le pays d'Israël. Cependant, quand il apprit qu'Archélaüs régnait sur la Judée à la place de son père Hérode, il eut peur de s'y rendre. Averti dans un rêve, il se retira dans le territoire de la Galilée et vint habiter dans une ville appelée Nazareth, afin que s'accomplisse ce que les prophètes avaient annoncé: «Il sera appelé nazaréen.»

Mais les Juifs n'entendirent rien, notamment le Sanhédrin , les Pharisiens et le CRIF de l'époque, d'où sont sortis tous les Rabbins actuels d'Israël qui attendent toujours un Messie, qui sera conforme à leurs exigences et qu'ils pourront reconnaître s'il est conforme à leurs Lois, qui comme toutes les Lois sont conformes aux puissants et aux Francs-Maçons, illusionistes et illuminati, à partir du moment où l'on peut les convertir dans toutes les Jurisprudences qui ne donnent jamais tord à ceux qui en sont les pourvoyeurs. Le Pape François a par ailleurs mis sur la Place Saint-Pierre une crèche comme il se faut que le Messie nous arrive, dans un paquet cadeau:

 

 

 

Une crèche à l'image de l'Eglise de Satan-Lucifer que prône François le dernier, Président des Illuminatis et de l'Eglise Unipolaire du Nouvel Ordre Mondial, qu'il voudrait donner comme modèle au Monde d'Aujourd'hui et si on lui refuse il déclenchera le conflit nucléaire avec tous ceux qui viennent lui demander conseil, Apostat de Nature comme l'était le Christ dans la vision des Juifs, qui met en exergue les bienfaits de la Pédophilie, du sacrifice des enfants dans des Messes Noires, de la pédérastie des prêtres, de la soumission des bonnes sœurs du Vatican quand elles vont faire les lits de leurs princes charmants,  une coupole d'Eglise détruite occupé par la Franc-Maçonnerie qui après trois cent ans de lutte est venue à bout des Catholiques qui ne pratiquent plus que le sexe hétéros ou homos, LGBT dans l'âme, 

Avec son homme nu au premier plan, son cadavre de Jésus mort-né, et ses personnages au regard tourmenté, l’édition 2017 de la crèche dressée au cœur de la place Saint-Pierre à Rome provoque bien des interrogations. Cette « crèche de la miséricorde » supposée mettre en avant les œuvres de la charité corporelle est très loin de la représentation traditionnelle de la Nativité – l’âne et le bœuf sont absents, on cherche en vain des moutons et il faut faire un effort pour trouver saint Joseph. Facebook a censuré l’image de la crèche jugée « sexuellement suggestive ». On peut bien sûr s’en amuser, mais en creusant davantage on s’aperçoit que l’œuvre créée à la demande expresse du Vatican n’est pas sans lien avec les militants LGBT en Italie, qui se sont d’ailleurs empressés de saluer l’événement.
 
Creuser davantage, c’est ce qu’a fait Diane Montagna de LifeSiteNews qui a enquêté sur l’abbaye de Montevergine : celle qui a offert la crèche 2017 au Vatican. Il apparaît que l’abbaye abrite précisément une image de la Vierge, l’icône de la Madonna di Montevergine honorée par les gays parce qu’une légende l’associe au sauvetage de deux hommes convaincus d’homosexualité et bannis de leur ville pour être amenés sur la montagne un jour d’hiver en 1256, pour y mourir de froid. On raconte que la Mère de Dieu eut pitié d’eux, déchirant les nuages pour laisser passer les chauds rayons du soleil, ce qui permit aux deux hommes non seulement d’être sauvés mai de consommer aussitôt leur amour sans subir de châtiment divin.
La crèche de la place Saint-Pierre et la Vierge de Montevergine

Depuis lors, dit-on, les homosexuels aiment le sanctuaire et ce d’autant plus qu’il occupe un lieu autrefois voué au culte de la déesse Cybèle, ce qui correspond à la célébration par les gays d’un culte païen d’une sorte de déesse-mère au service de laquelle ses prêtres s’auto-castraient. Si les moines ne se sont pas toujours montrés ravis de la présence, tous les ans, de militants homosexuels et de travestis, le pèlerinage continue d’avoir lieu et bénéficie du soutien actif de la communauté LGBT. Celle-ci a pu qualifier les festivités traditionnelles de « gay pride ancestral ».
 
L’idée de présenter une « crèche de la miséricorde » vient de l’abbaye elle-même. Sa conception a été réalisée sous le regard attentif de la secrétairerie d’Etat qui a approuvé le projet final avant de le transmettre au pape François.
 
Interrogé par Diane Montagna, Antonello Sannino, qui préside le groupe homosexualiste Arcigay de Naples, a déclaré : « La présence de la crèche du Vatican est pour nous occasion de réjouissances supplémentaires cette année. Pour la communauté homosexuelle et transsexuelle de Naples, c’est un symbole important d’inclusion et d’intégration. » Voilà qui correspond en tout cas au sentiment de nombreux internautes qui, en découvrant la crèche la semaine dernière, s’étaient étonnés de la présence d’un homme nu alangui, auxquels ils trouvaient de airs « vaguement homoérotiques ».
Le nu de la crèche 2017 de la place Saint-Pierre, tête d’affiche pour salle de fitness

«  Ce type-là a passé deux heures par jour six jours par semaine à la salle de fitness », commentait un internaute.
Une source proche du Vatican a pour sa part indiqué à Diane Montagna : « Cette œuvre horrible est une tentative sacrilège, hautement trompeuse et malveillante de transformer la sainte innocence de la crèche de la place Saint-Pierre en outil de pression en faveur du mouvement pour les droits homosexuels ; ce n’est que le dernier acte infernal en date, mais il est symptomatique de l’ensemble de ce pontificat. »
Dans cette crèche figure précisément une reproduction de l’icône de la Vierge de Montevergine. Elle est connue comme « la mère qui accorde tout et qui pardonne tout ».
En 2002, le Père abbé de Montevergine s’était élevé avec force contre le détournement du sanctuaire et des festivités traditionnelles qui s’y déroulent deux fois par an par le lobby homosexualiste. Au cours de la messe, il avait prêché sans détour : « Vos prières ne sont pas des prières mais une clameur qui ne plaît pas à Notre Dame et qu’elle n’accueille pas. Vous êtes comme les marchands qui remplissaient le temple jusqu’à ce que Jésus les jette dehors. » C’est à partir de cette date que le lobby LGBT a accentué sa présence.
Les militants LGBT d’Italie sont très liés à l’abbaye de Montevergine : le Vatican pouvait-il l’ignorer ?

L’élection d’un nouveau Père abbé en septembre 2014 – déjà sous le pontificat de François – a marqué le début d’une nouvelle approche. Dom Riccardo Luca Guariglia a accepté de rencontrer des dirigeants de la communauté LGBT cette année : de l’avis d’Ottavia Voza, présidente d’Arcigay Salerno, les relations sont désormais « excellentes ». Le Père abbé avait interpellé selon elle Vladimir Luxuria, premier parlementaire transsexuel italien, pour parler avec son groupe. « En substance, il nous a donné sa bénédiction », assure Voza. Le Père abbé devait répondre lors d’une interview à propos de la « procession des efféminés » que l’abbaye « a cette particularité d’accueillir tous types de pèlerins qui vient au sanctuaire, d’abord pour rendre hommage ou se confier à la Mère de Dieu, mais aussi pour célébrer les sacrements ».
De son côté, Antonello Sannino a déclaré à LifeSite que la crèche n’est pas nécessairement le signe d’une plus grande ouverture au monde LGBT : tout dépend selon lui du « degré de conscience » des responsables du Vatican de l’implication d’activistes gays dans la prise de décision. Le porte-parole du Vatican, Greg Burke, refuse pour l’instant tout commentaire.

Abraham, l’ancêtre des croyants

La paternité d'Abraham

Diaporama : Le sacrifice d'Isaac

La foi d'Abraham

fraternité polissonne et franc-maçonne

Les deux fils uniques d'Abraham

L’unique fils légitime de la promesse de l’Alliance selon la Bible est Isaac, Ismaël n'est qu'un bâtard, pourtant Ismaël, née de la servante Agar, fut lui aussi dépositaire d’une promesse de descendance. Publié le 3 décembre 2014 par le Journal LaCroix. édition corrigée

Abraham répudie Agar c DR

Alors que Dieu avait promis une descendance plus nombreuse que les étoiles du Ciel à Abraham le premier enfant de cette lignée se faisait attendre ! Et Abraham et sa femme avançaient en âge. Pour contourner le problème et pour « aider » D.ieu à réaliser sa promesse inouïe, Abraham était prêt à engrosser toutes les femmes, ce qu'il fit et ce qui donna au Monde de devenir la lignée d'Abraham et donc d'être le Peuple élu de D.ieu, car nous avons tous dans nos gènes suivant Wilhelm Johannsen un reste de semence d'Abraham, qu'on soit Juif ou non, Sara, l’épouse du premier des croyants, poussa son mari dans les bras de la servante Agar. Celle-ci donna un fils à Abraham : le petit Ismaël dont le nom signifie « Dieu a entendu ». Cette naissance, pourtant orchestrée par Sara, provoqua en elle une jalousie tenace qui menaça la vie de la servante et celle de son fils. Ismaël fut contraint de fuir une première fois avec sa mère au désert.

Genèse 25
Louis Segond Bible
1Abraham prit encore une femme, nommée Ketura. 2Elle lui enfanta Zimran, Jokschan, Medan, Madian, Jischbak et Schuach. 3Jokschan engendra Séba et Dedan. Les fils de Dedan furent les Aschurim, les Letuschim et les Leummim. 4Les fils de Madian furent Epha, Epher, Hénoc, Abida et Eldaa. -Ce sont là tous les fils de Ketura. 5Abraham donna tous ses biens à Isaac. 6Il fit des dons aux fils de ses concubines; et, tandis qu'il vivait encore, il les envoya loin de son fils Isaac du côté de l'orient, dans le pays d'Orient.

7Voici les jours des années de la vie d'Abraham: il vécut cent soixante quinze ans. 8Abraham expira et mourut, après une heureuse vieillesse, âgé et rassasié de jours, et il fut recueilli auprès de son peuple. 9Isaac et Ismaël, ses fils, l'enterrèrent dans la caverne de Macpéla, dans le champ d'Ephron, fils de Tsochar, le Héthien, vis-à-vis de Mamré. 10C'est le champ qu'Abraham avait acquis des fils de Heth. Là furent enterrés Abraham et Sara, sa femme. 11Après la mort d'Abraham, Dieu bénit Isaac, son fils. Il habitait près du puits de Lachaï-roï.

12Voici la postérité d'Ismaël, fils d'Abraham, qu'Agar, l'Egyptienne, servante de Sara, avait enfanté à Abraham. 13Voici les noms des fils d'Ismaël, par leurs noms, selon leurs générations: Nebajoth, premier-né d'Ismaël, Kédar, Adbeel, Mibsam, 14Mischma, Duma, Massa, 15Hadad, Théma, Jethur, Naphisch et Kedma. 16Ce sont là les fils d'Ismaël; ce sont là leurs noms, selon leurs parcs et leurs enclos. Ils furent les douze chefs de leurs peuples. 17Et voici les années de la vie d'Ismaël: cent trente-sept ans. Il expira et mourut, et il fut recueilli auprès de son peuple. 18Ses fils habitèrent depuis Havila jusqu'à Schur, qui est en face de l'Egypte, en allant vers l'Assyrie. Il s'établit en présence de tous ses frères.

19Voici la postérité d'Isaac, fils d'Abraham. Abraham engendra Isaac. 20Isaac était âgé de quarante ans, quand il prit pour femme Rebecca, fille de Bethuel, l'Araméen, de Paddan-Aram, et soeur de Laban, l'Araméen. 21Isaac implora l'Eternel pour sa femme, car elle était stérile, et l'Eternel l'exauça: Rebecca, sa femme, devint enceinte. 22Les enfants se heurtaient dans son sein; et elle dit: S'il en est ainsi, pourquoi suis-je enceinte? Elle alla consulter l'Eternel.

23Et l'Eternel lui dit: Deux nations sont dans ton ventre, et deux peuples se sépareront au sortir de tes entrailles; un de ces peuples sera plus fort que l'autre, et le plus grand sera assujetti au plus petit.

24Les jours où elle devait accoucher s'accomplirent; et voici, il y avait deux jumeaux dans son ventre. 25Le premier sortit entièrement roux, comme un manteau de poil; et on lui donna le nom d'Esaü. 26Ensuite sortit son frère, dont la main tenait le talon d'Esaü; et on lui donna le nom de Jacob. Isaac était âgé de soixante ans, lorsqu'ils naquirent.

27Ces enfants grandirent. Esaü devint un habile chasseur, un homme des champs; mais Jacob fut un homme tranquille, qui restait sous les tentes. 28Isaac aimait Esaü, parce qu'il mangeait du gibier; et Rebecca aimait Jacob.

29Comme Jacob faisait cuire un potage, Esaü revint des champs, accablé de fatigue. 30Et Esaü dit à Jacob: Laisse-moi, je te prie, manger de ce roux, de ce roux-là, car je suis fatigué. C'est pour cela qu'on a donné à Esaü le nom d'Edom. 31Jacob dit: Vends-moi aujourd'hui ton droit d'aînesse. 32Esaü répondit: Voici, je m'en vais mourir; à quoi me sert ce droit d'aînesse? 33Et Jacob dit: Jure-le moi d'abord. Il le lui jura, et il vendit son droit d'aînesse à Jacob. 34Alors Jacob donna à Esaü du pain et du potage de lentilles. Il mangea et but, puis se leva et s'en alla. C'est ainsi qu'Esaü méprisa le droit d'aînesse.

Mais, l’ange du Seigneur ordonna à Agar et à son fils de revenir auprès d’Abraham. Quelques temps plus tard Sara et Abraham eurent un enfant : Isaac dont le nom signifie « Dieu a ri ». Pour faire d’Isaac, le seul et unique héritier d’Abraham, Sara chassa définitivement Ismaël et sa mère au désert.
L’unique fils légitime de la promesse de l’Alliance selon la Bible est donc Isaac. Pourtant Ismaël fut lui aussi dépositaire d’une promesse de descendance, mais à la différence d’Isaac, cette promesse divine ne fut formulée qu’après la naissance de l’enfant (Gn 16, 10-11). Les hébreux se considèrent fils d’une femme libre et non d’une servante, aussi est-ce Isaac qu’ils considèrent comme leur ancêtre et comme le passeur de la promesse d’Alliance. La Bible affirme que malgré les humeurs de Sara, Dieu n’abandonna pas Ismaël lui révélant un puits pour vivre. Isaac doit sa renommée à son origine -il est le fils d’Abraham- et à sa descendance – il est le père de Jacob-, toute la descendance de l’Alliance passe par lui. Isaac avait cent quatre-vingts ans quand il mourut. L’Islam se servira de la figure d’Ismaël pour se donner aussi un ancêtre prestigieux : un fils d’Abraham. Les musulmans affirment ainsi leur participation à la promesse de Dieu. Pour les musulmans, l’épisode de la ligature d’Isaac que rapporte la Genèse - où ce dernier est pourtant appelé par Dieu « fils unique » - est en réalité celle d’Ismaël qu’Abraham présente en offrande à Dieu. Les musulmans insistent sur son droit d’aînesse le considérant comme le seul bénéficiaire de la promesse d’Alliance de Dieu, qu’Isaac aurait, malgré lui, usurpé. Aujourd’hui encore, certains affirment que cet épisode est l’une des raisons qui opposent juifs et musulmans dans les conflits tragiques que nous connaissons.

Trump : Poutine ne fait rien pour contenir l’Iran, le Hezbollah, l'Irak et la Syrie, tous sont unis dans une même haine du Sionisme et des paroles malheureuses ne peuvent qu'envenimer la situation. Pour le Président Poutine, cette guerre de Religions entre Sionistes-Lucifériens, Arabes-Ismaéliens, et Juifs-Messianiques-Pharisiens, représente la fausse religion pour des Chrétiens-Orthodoxes, qui ne se sont pas écartés du Droit Chemin. Il n'y a pas que Poutine qui laisse faire, le D.IEU des Juifs semble également sourd aux appels des Sionistes et ne reconnaît pas ses Fils.
 
L’Amérique ne frappera pas les regroupements de Daesh dans les zones contrôlées par Assad du fait qu'ils y sont pourchassés, car seules les zones contrôlées par les Américains permettent le sauvetage de Daesh-Israël, ce qui pousse la Russie à freiner les percées du Hezbollah pro-iranien à proximité d’Israël, sans y réussir.
L'Amérique accuse ouvertement la Syrie (donc la Russie) de laisser la bride sur le cou de Daesh, alors que c'est l'inverse qui se passe sur le terrain, et les Etats-Unis reproche froidement à Moscou de ne pas maîtriser la percée pro-iranienne près de la frontière israélienne, ce qui va permettre aux troupes de la Coalition des BRICS (Iran-Hezbollah-Irak-Iran) de remporter la plus grande victoire sur l'Armée Sioniste et la déroute des Juifs après une Guerre Nucléaire, qui devront à nouveau migrer dans des terres plus hospitalières pour les survivants que Netanyahu et ses sbires auront fait venir des provinces de Russie et enlever à la mère Patrie.

“Le régime syrien n’a pas réussi à empêcher la résurgence de Daesh sur son propre sol”, a déclaré le Général-Major britannique Gedney, faux-cul de première, Commandant-adjoint du service de Soutien stratégique au sein de la coalition dirigée par les Etats-Unis pour vaincre le groupe terroriste Etat Islamique. Et même dans les zones où les forces syriennes ont intensifié leurs efforts contre Daesh, les progrès sont , au mieux, demeurés flottants, a t-il dit. “Nous n’avons aucune intention à opérer dans les zones qui sont actuellement détenues par le régime Assad”, d'autant plus que selon la coalition Occidentale, c'est elle qui a vaincu Daesh.

Debkafile situe les propos du général de la coalition dans le cadre d’un accord tranquillement passé au début du mois, entre les Présidents Donald Trump et Vladimir Poutine. Cette conversation avait cartographié une division des tâches dans l’arène syrienne pour éviter des risques de frictions entre leurs forces. Il était bien entendu que la Russie renverrait l’ascenseur pour le consentement accordé par les Etats-Unis de s’abstenir d’opérer à l’ouest de l’Euphrate (dans les domaines contrôlés par Assad), en refrénant les opérations turques, iraniennes et du Hezbollah, en particulier sur les régions frontalières.

Les commentaires de Gedney, alors qu’ils ne semblent uniquement mentionner que Daesh, coïncidaient aussi avec la chute de l’enclave de Beit Jinn, mercredi, lors de l’une de ces opérations.

Il a poursuivi son propos, en disant qu’un “nombre limité de djihadistes de Daesh… semble continuer de se déplacer en toute impunité à travers le territoire contrôlé par le régime” et a pointé du doigt une nouvelle concentration à l’extérieur de l’avant-poste d’Al-Tanf (zone de 55 km d’exclusion de toute autre force) dans le triangle des trois frontières syrienne-irakienne et Jordanienne.

” Nous avons clairement assisté à un grand nombre d’opérations des forces du régime, des forces syriennes appuyées par la Russie, à l’Est du fleuve de l’Euphrate”, a déclaré Gedney. “Nous nous interrogeons sur l’efficacité de certaines de ces opérations”. La Syrie et la Russie doivent faire plus que de balayer Daesh uniquement dans les zones contrôlées par le régime, insistent les responsables américains.

La coalition pro-américaine fait clairement pression pour qu’une décision soit prise et savoir qui assume la responsabilité de traiter la menace résurgente de Daesh. Les sources des renseignements militaires remarquent que, à côté de cette question, il y a celle que posent implicitement les Etats-Unis aux Russes concernant l’autre menace terroriste :

Celle qui se pose avec la chute de Beit Jinn, juste en face des avant-postes de Tsahal, au pied des collines du Mont Hermon, à une force milicienne conjuguée de Syriens, de Druzes et de membres du Hezbollah sous commandement des officiers des Gardiens de la Révolution. En ce moment même cette force combinée se tient à 11 km de frontière israélienne et apparaît placée pour continuer sa percée victorieuse par un assaut sur la poche de Quneitra, au seuil même du Golan israélien, à moins qu’elle ne soit stoppée.

Israël a mis en garde posément l’Administration Trump, du fait que si cette force hybride avançait encore plus près, Tsahal n’aurait pas d’autre option que d’intervenir pour les repousser. Manifestement, les accords passés entre les Présidents Trump et Vladimir Poutine n’étaient pas appliqués dans ni ne concernaient ce secteur.

Selon nos sources, l’entente Trump-Poutine a été scellée lors d’une longue conversation téléphonique sur la question syrienne entre les deux présidents le 14 décembre.

Jusqu’à présent, on interprétait les choses à Washington et Jérusalem, en pensant que la Russie appliquerait le principe de réciprocité au consentement des Etats-Unis de s’abstenir d’opérer à l’ouest de l’Euphrate (dans les secteurs contrôlés par Assad), cette fois en mettant un frein aux opérations turques, iraniennes et du Hezbollah. Leur accord s’articulait sur deux points majeurs :

  1. La guerre contre Daesh dans l’Est de la Syrie. Une salle de commandement conjointe dirigée par les Russes et des officiers des milices YPG kurdes devait être établie pour déployer des troupes afin de bloquer les mouvements vers l’ouest des forces de Daesh (D’où la plainte du Général Gedney quant à ces mouvements qui, mlgré cela, se poursuivent).
  2. La Russie et les Etats-Unis s’associeraient pour déjouer les opérations militaires de l’Iran, du Hezbollah et de la Turquie, dans les zones contrôlées par le régime Assad, en particulier à procximité des frontières de la Syrie avec la Turquie, Israël et la Jordanie. Sur ce point, Washington a entrepris de mettre les Turcs en garde quant à leurs projets d’envahir le nord-ouest de la Syrie et de prendre le contrôle de la province d’Idlib, tandis que Moscou aurait dû ordonner à Damas, Téhéran et au Hezbollah de s’abstenir de toute activité militaire sur ces frontières. Ce point est, de la même façon, passée par-dessus bord.

Selon les sources des renseignements militaires, Moscou prétend que l’engagement de Poutine envers Trump est respecté par la suspension de tout soutien aérien russe dans les opérations litigieuses menées par la Syrie et le Hezbollah. Mais, en réalité, les forces commandées par l’Iran ont contourné les Russes et leur accord avec les Américains en menant la bataille de Beit Jinn sans soutien aérien russe et en emportant la partie sans son aide.

Cela a représenté plus qu’une simple victoire tactique à jeter à la figure d’Israël. Elle met en place une nouvelle réalité en Syrie, où l’Iran et le Hezbollah peuvent faire la nique à Moscou, à sa couverture aérienne et à ses accords avec les Américains et aller de l’avant pour remporter des batailles, de façon indépendante, sans l’aide des Russes.

Les tous prochains jours vont, par conséquent, être lourds d’au moins trois incertitudes cruciales :

  • a) Daesh va t-il persévérer dans ses mouvements en direction de l’ouest, ou être stoppé par une action militaire consistant à contrer cette tendance?
  • b) L’armée syrienne, le Hezbollah et les forces pro-iraniennes vont-ils continuer à progresser de Beit Jinn vers Quneitra et la limite frontalière-même d’Israël? Ou vont-ils être stoppés?
  • Et c) L’entente Trump -Poutine tient-elle la route, ou va t-elle être sabordée par (a) et (b)?

Adaptation : Marc Brzustowski

Attali : les réfugiés vont faire de l’Europe la première puissance du monde, venez sonner à mon domicile ci-dessous.

Publié le 28 décembre 2017 - par

Jacques Attali, ce « Dieu vivant qui sait tout » et comme tel sollicité par tous les plateaux télé, se réjouit de l’arrivée en masse des « migrants dignes, magnifiques, souvent bien formés, jeunes, pleins de dynamisme ». La seule chose qu’il ose déplorer est que nous n’en accueillons pas assez.

https://lesobservateurs.ch/2017/10/18/jacques-attali-il-est-honteux-que-leurope-naccueille-pas-ces-migrants-dignes-magnifiques-souvent-bien-formes-jeunes-pleins-de-dynamisme/

Ces migrants seraient l’avenir de la France !  De futures élites ! Grâce à leur goût réputé pour l’étude… ils formeraient les futures équipes de savants européens !

Exit la France moisie, « populiste », rance, vieille, ringarde, franco-française !

Que ces gens issus d’un passé révolu aillent au diable !

« Les réfugiés vont faire de l’Europe la première puissance du monde ! ». Rien de moins !

http://www.lesoir.be/archive/recup/988143/article/debats/2015-09-13/attali-refugies-vont-faire-l-europe-premiere-puissance-du-monde
Bravo Jacquot ! Quel prophète tu fais ! Venus d’Afrique et de pays musulmans derniers de la classe sur tous les plans, d’après  toi, à peine toucheraient-ils les territoires européens que ces migrants se transformeraient en champions du travail, de l’exercice intellectuel ! T’es un fin anthropologue et un subtil psychologue ! Les Allemandes et les Suédoises, déjà bien renseignées et servies par tes « réfugiés dignes et magnifiques », te remercient !

Mais quelques bémols se glissent parfois au sein même des prophéties du Grand Jacquot.  Le futur mirobolant de l’Europe, « première puissance du monde » grâce au talent et à la productivité des migrants, peut évoluer au fil d’un même discours, jusqu’à se transformer en un monde cauchemardesque, inhumain, digne du llle Reich. Mais attention ! sans que ce mondialisme immonde soit en quelque façon  remis en cause ! Car le Grand Jacques porte double casaque et deux discours. L’un se flatte d’être conseiller des Princes (voire même faiseur de Rois, enfin, de Présidents.e.s) et  à ce titre, pour le moins, d’orienter le politique.  L’autre facette du Jacquot est le Prophète, qui voit tout, n’hésite pas à prédire les catastrophes, comme s’il n’y avait en rien contribué ! Regardez cette vidéo jusqu’au bout (20 mn environ) et vous ne serez pas déçu.

https://m.youtube.com/watch?v=k40RpYZlvkQ

Mais trêve de baratin élitaire pro-migrants, pseudo humaniste et pseudo-économique, qui n’a qu’une fonction d’enfumage et de lubrification du corps social, pour faciliter la pénétration massive des hordes migrantes. Préparation préalable du terrain pour que la dictature de l’UE n’ait plus besoin de se cacher derrière  son petit doigt.

Tenons-nous en aux faits :  Il est notoire qu’une infime minorité de migrants travaillent et que la majorité d’entre eux ne sont pas employables. S’ils sont entretenus, nourris, logés et soignés, on peut se douter que, dans une société utilitaire et impitoyable comme la nôtre, c’est parce qu’ils ont vocation à être utiles aux « élites ». Utiles pour remplacer les populations « d’accueil » mais aussi activer cet effacement en faisant le sale boulot (couteaux, machettes, véhicules-béliers divers, kalachnikovs, liste non exhaustive).

Le sens des décisions politiques crève les yeux :

D’un côté nos fossoyeurs aux manettes de l’Etat cassent l’armée et la police (vouées normalement à la défense de la France et des Français), cherchent à désarmer les particuliers détenteurs d’armes.

De l’autre ils ouvrent grand les frontières à des multitudes d’hommes musulmans, jeunes, africains, nord africains, afghans, Erythréens, soudanais, échauffés par un baratin culpabilisateur et victimiste, typiquement gauchiste, appris par cœur et reposant sur un alibi postcolonial.

Un argumentaire victimisme préfabriqué par Macron et ses sbires (qui ont accusé la France d’être un pays coupable de génocide, rien que ça !), prêché et rabâché auprès des migrants par les milices gauchistes, pour susciter leur agressivité. Des migrants très compétents… quand il s’agit de terroriser et tétaniser les populations autochtones dont les « gouvernances »  redoutent le soulèvement. Une main d’œuvre en effet plus utile aux « élites » que nos pauvres SDF, voués comme tous les autochtones à disparaître.

Quand les peuples se battent entre eux, leurs Seigneurs et Maîtres sont tranquilles.

« Diviser pour régner », vieille stratégie impériale…  Nos sacrificateurs, idéologues soixante-huitards aux manettes institutionnelles et prêts à tout pour les garder, n’ont rien inventé !

Il fallait juste un gros coup de pouce migratoire pour modifier la composition ethnique et religieuse de l’Europe afin de la précipiter dans le chaos, la libanisation. Scénario propice à  la prédation des mafias en tous genres, qui a permis notamment la dissolution de la Yougoslavie.

La submersion migratoire, la dissolution des Nations et des peuples européens, est un passage à l’acte monstrueux qui fait frétiller les banksters mondialistes. Tout épatés par leur propre culot, de voir leur trahison et leur stratégie criminelle s’accomplir sans que soit ébranlée – pour le moment –  la passivité des populations européennes dont ils ont programmé le sacrifice, corps et biens.

Victor Hallidée 

Allons à Messine, école de la République Laïque Sioniste et Athée de Jacques Attali, ci-dessous

Paroles : Domaine public – Musique : Pierre Perret – © Editions Adèle 2008

Refrain:

Allons à Messine
Pêcher la sardine
Allons à Lorient
Pêcher le hareng.

Ils étaient deux amants, Qui s’aimaient tendrement
Qui voulaient voyager, Mais ne savaient comment.

Qui voulaient voyager ,Mais ne savaient comment

Le vit dit au con : Tu s’ras le bâtiment !
Le vit dit au con : Tu s’ras le bâtiment !
Je serai le grand mat, Qu’on plante dedans.

Je serai le grand mat, Qu’on plante dedans

Mon rouston de droite, Sera commandant
Mon rouston de droite, Sera commandant
Mon rouston de gauche, Sera lieutenant.

Mon rouston de gauche, Sera lieutenant

Les poils de mon cul, Seront les haubans
Les poils de mon cul, seront les haubans
Et les morpions, Grimperont dedans.

Et les morpions, Grimperont dedans

La peau de mes couilles, Fera voile au vent
La peau de mes couilles, Fera voile au vent
Et le trou d’ mon cul, Soufflera dedans.

Ecole de la République Rue de Messine, à côté de l'appartement de Jacques Attali.