WWIII : La Guerre va raser tout cela. La Russie en est consciente et dénonce l'hégémonie Américaine. Rapprochement pour sauver ce qui reste du Christianisme.

Publié le par José Pedro, collectif des rédacteurs dans LAOSOPHIE sur Overblog

WWIII : Malheureusement la Guerre va raser tout cela. La Russie en est consciente et dénonce l'hégémonie Américaine orchestrée par le Vatican qui reçoit systématiquement les Grands de ce Monde pour leur feuille de route. Rapprochement de l'Eglise Orthodoxe Russe du Vatican, pour sauver ce qui reste du Christianisme car le mensonge permanent et la dissimulation de la vérité sont des péchés mortels.
 
À russsede@libero.it
Отсутствие знаний о Католической Церкви делает Русское Православие, проститутку Ватикана и, в частности, Черному Папе, всегда жило в прозелитизме, поскольку между 15 и 19 веками иезуиты всегда сопровождали колонисты, в политике их выжженной земли и обращения к щипцам, они также представляют тех, кто насильно обратил большинство туземцев на боль смерти. Семья не пощажена, мы узнаем однополые пары, развод и т. Д. Прозелитизм - это грех, но все остальное - нет, мы очень далеки от архиепископа Лефевра, если Православная Церковь связывается с Ватиканом, это определенная смерть христианства, основанная не на религии людей, но на первом из апостолов "Марии Магдалины"
 
La mancanza di conoscenza della Chiesa cattolica rende l'ortodossia russa, la prostituta del Vaticano e in particolare il Papa nero, hanno sempre vissuto il proselitismo poiché tra il XV e il XIX secolo i gesuiti hanno sempre accompagnato il i coloni, nella loro politica della terra bruciata e la conversione al forcipe, rappresentano anche coloro che hanno forzatamente convertito i più indigeni a pena di morte. La famiglia non è risparmiata, riconosciamo coppie dello stesso sesso, divorzio, ecc. Il proselitismo è un peccato, ma tutto il resto no, siamo molto lontani dall'arcivescovo Lefebvre, se la Chiesa ortodossa si accoppia con il Vaticano, è la morte certa del cristianesimo, basata non su un religione degli uomini, ma sul primo degli apostoli "Maria Maddalena"
 
JCL

Vatican et l'Eglise orthodoxe russe appelés à coopérer pour préserver les valeurs chrétiennes

Le Vatican et l'Eglise orthodoxe russe appelés à coopérer pour préserver les valeurs chrétiennes© David Mdzinarishvili Source: Reuters
Un navire navigue sur la Volga derrière les dômes de l'église orthodoxe de Saint-Jean-Baptiste à Nijni Novgorod , en Russie, le 12 juillet 2017.

L'ambassadeur de Russie au Vatican a salué les relations actuelles entre les Eglises catholique romaine et orthodoxe russe. Il a en outre appelé à une vaste coopération pour préserver les fondements de la civilisation chrétienne.

«La situation actuelle du monde nous impose un large champ de coopération car elle menace les fondements moraux et éthiques de la civilisation chrétienne, qui sont les mêmes pour les croyants et les non-croyants», a déclaré l'ambassadeur russe au Vatican, Alexandre Avdeïev, lors d’une interview accordée à l’agence de presse russe RIA Novosti.

«Les deux Eglises voient cela comme une menace sérieuse. Quand l'institution même de la famille et du mariage est détruite, les gens commencent à violer les lois de la civilisation chrétienne et cela ne peut laisser les catholiques et les chrétiens orthodoxes sans préoccupation», a-t-il ajouté.

Dialogue interreligieux : l'expérience de l'Eglise orthodoxe russe intéresserait le Vatican 

Le diplomate a également déclaré que la coopération actuelle entre les églises russe orthodoxe et catholique était profonde et bénéfique. «Ce dialogue a été grandement amélioré par les déclarations du Pape concernant deux questions qui ont toujours divisé les chrétiens orthodoxes russes et les catholiques romains. Tout d'abord, le pape a déclaré que le prosélytisme est un péché. C'était probablement la première déclaration de ce genre dans toute l'histoire du Saint-Siège. En outre, il a dit que le dialogue et la coopération entre catholiques et orthodoxes devaient reposer sur l'égalité et le principe selon lequel chacun doit rester soi-même.»

RT France‏Compte certifié @RTenfrancais 18 mai

13:05 - 18 mai 2017
Alexandre Avdeïev a par ailleurs révélé que le Vatican était intéressé par l'expérience de l'Église orthodoxe russe quant à son travail de cohabitation avec la population musulmane en Russie. «Cinq siècles de telles relations démontrent que nous observons la situation la plus stable dans les endroits où les chrétiens orthodoxes et les musulmans vivent ensemble. C'est le type d'expérience qui manque aux catholiques romains», a-t-il jugé.

Lire aussi : La fin est proche: pour le patriarche russe Kyrill, le péché se transmet par le cinéma et le théâtre

Préservation de la famille traditionnelle : catholiques et orthodoxes à l’unisson ?

L'Eglise russe souhaiterait s'inspirer davantage des programmes éducatifs et des projets du Vatican visant à préserver les valeurs familiales traditionnelles, selon le diplomate.

Lorsque les journalistes ont interrogé l'ambassadeur sur la possibilité d'une visite officielle du pape en Russie, il a répondu par une citation du président du Département des relations extérieures du Saint-Synode russe, le métropolite Hilarion : «Chaque jour de notre vie nous rapproche de cet événement.»

À la mi-février 2016, le chef de l'Église orthodoxe russe, le patriarche Kyrill, et le pape François ont tenu une première réunion à La Havane, à Cuba. Lors de ce sommet, les deux dirigeants ont signé une déclaration appelant à la protection des chrétiens au Moyen-Orient et en Afrique du Nord et à l’aide aux réfugiés de ces régions.

Abordant la question de la famille, ils ont regretté que d'autres formes de foyers soient placées au même niveau que l'union traditionnelle entre un homme et une femme. 

Lire aussi : «Liberté, Egalité, Fraternité» ? Pour le patriarche Cyrille, ces valeurs ne peuvent pas coexister

«Menace pour le monde» : le Conseil de sécurité de Russie dénonce l'hégémonisme des Etats-Unis

«Menace pour le monde» : le Conseil de sécurité de Russie dénonce l'hégémonisme des Etats-Unis

La mise à jour des options de politique étrangère étasunienne, présentée par Donald Trump le 18 décembre, suscite la désapprobation des grandes puissances partisanes d'un monde multipolaire. Washington se refuse toujours à partager son leadership.

La nouvelle stratégie géopolitique des Etats-Unis – dite «nationale» – dévoilée par Donald Trump le 18 décembre 2017 a le mérite de la clarté. Et pour le chef du Conseil de sécurité de la Fédération de Russie Nikolaï Patrouchev, elle a de quoi inquiéter. «La réalisation des objectifs décrits dans le document, notamment la consolidation des positions internationales des Etats-Unis par le moyen de la puissance, peut présenter une menace pour la sécurité régionale et internationale», a-t-il jugé devant des journalistes à Moscou.

«America first, la fondation du leadership américain dans le monde»

De fait, le document, publié par la Maison-Blanche et paraphé par Donald Trump, ne fait aucun mystère des objectifs de la politique étrangère américaine. Si le président des Etats-Unis le présente comme une «vision stratégique» destinée à protéger le peuple américain, ainsi que l'«American way of life», les grandes lignes concernent plutôt le reste du monde. La Russie et la Chine y sont particulièrement visées, et qualifiées de «puissances révisionnistes [remettant en cause le système international actuel]».

«"America first" est le devoir de notre gouvernement et la fondation du leadership américain dans le monde», déclare ainsi Donald Trump en introduction du texte, appelant en outre à préserver la «paix par la force» .

RT France‏Compte certifié @RTenfrancais 19 déc.

09:32 - 19 déc. 2017
Cette défense de la pax americana a suscité la réprobation des pays visés, tels la Russie et la Chine. «Nous exhortons les Etats-Unis à ne pas déformer intentionnellement les intentions stratégiques de la Chine et à abandonner les notions obsolètes telles que la mentalité de guerre froide et le jeu à somme nulle [où le gain de l'un constitue obligatoirement une perte pour l'autre]», a ainsi déploré la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying.

Le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov a pour sa part regretté le 19 décembre le caractère «impérialiste» du document, dernier en date produit par la Maison-Blanche depuis février 2015, sous l'administration de Barack Obama, président... et prix Nobel de la paix.

Lire aussi : Toujours au nom de l'«agression russe», Washington va encore renforcer ses bases en Europe