WWIII : Le Peuple de D.ieu part en Guerre contre les GOYS et les Arabes aux Lisses Lames. Le D.ieu des Zébreux devrait crier: HA ARETZ CES CONS.

Publié le par José Pedro, collectif des rédacteurs dans LAOSOPHIE sur Overblog

WWIII : Le Peuple de D.ieu part en Guerre contre les GOYS et les Arabes aux Lisses Lames. Le D.ieu des Zébreux devrait crier : HA ARETZ CES CONS.

Le terme de goy ou goï (héb. גוי, nation) apparaît dans la Torah afin de désigner une « nation » pourvue d'institutions et d'un territoire, par opposition au « peuple » (héb. עם, 'am), qui qualifie plutôt un groupe (ethnique) de personnes ayant des origines communes.

Ce terme repris par le yiddish correspond à ce que les traductions de la Bible et la littérature biblique expriment traditionnellement en français par le mot Gentils (du latin Gentiles, les « Nations »), c'est-à-dire les membres des peuples non juifs. C'est le terme le plus souvent utilisé entre eux par les Juifs pour désigner les membres des autres nations.

Le mot goy (pluriel : « goyim » ou « goym » ou « goys ») est admis dans des dictionnaires français depuis les années 1980 (terme présent dans le dictionnaire encyclopédique Larousse de 1985, avec plutôt une connotation péjorative).

Le sens du terme a évolué selon les époques, l'usage biblique du terme n'étant ainsi pas celui du Talmud, ou de la période contemporaine.

Pendant que DAESH-ISRAËL protège les Chefs Terroristes de la CIA et de la Coalition Occidentale, et les emmène en hélicoptère vers leur nouveau champ de bataille, tous les Chefs d'Etats sont rentrés dans leur Bunker, et jouent en direct  sur des consoles, les lieux des batailles et les engagements au corps à corps.

De son côté, Vladimir Poutine revoit tout à la hausse.  Son engagement pour protéger ses bases et ses arrières en Syrie, en particulier sur le poste Logistique à Tartous en Syrie, et réarme à grande vitesse l'Armée et la Marine Russe, en plus de programme spéciaux pour l'aviation, dont les usines tournent à fond.

La base russe de Hmeimim a fait l’objet mercredi de tirs de missiles depuis la province d’Idleb. Quelque temps après le bombardement d’un avion syrien au dessus de la province avoisinante de Hama. Alors que la bataille bat son plein aux portes de la provinces d’Idleb, occupée par le front al-Nosra et Cie.

Selon l’agence russe Sputnik, deux missiles ont été interceptés par les systèmes antiariens russes Pantsir. Alors que les médias syriens font état de plusieurs missiles ayant été tirés depuis la province d’Idleb.

«Nous voyons dans la tentative d’hier de pilonner les militaires russes sur la base de Hmeimim un nouveau maillon de la chaîne des provocations incessantes et probablement orchestrées avec la participation de terroristes et de radicaux de l’opposition syrienne, qui visent à saper les tendances positives dans l’évolution de la situation en Syrie et notamment à créer des obstacles sur la voie de a convocation et de la tenue, les 29 et 30 janvier à Sotchi, du Congrès du dialogue national syrien», a averti la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova, lors d’un point presse ce jeudi.

Des témoins oculaires ont indiqué pour Sputnik avoir vu les missiles exploser dans l’air.

Des positions de l’armée syrienne dans la zone de désescalade dans la province de Lattaquié ont également fait l’objet de tirs.
Tous sont apparemment en provenance de la localité de Jisr al-Chogour.

Mme Zakharova s’est également dit inquiète de l’apparition de nouvelles armes entre les mains des groupes terroristes en Syrie.
Elle faisait allusion à l’avion syrien qui a été abattu mercredi au dessus de la province de Hama.

«Les faits permettent de conclure que les organisations terroristes continuent de recevoir des armes», a souligné Mme Zakharova.
« D’où obtiennent-ils ces armes », s’est-elle aussi interrogée.

Dans cette région située non éloignée de la province d’Idleb, l’armée syrienne et ses alliés mènent un combat acharné contre le front al-Nosra et ses alliés regroupés dans la coalition Hayat Tahrir al-Cham.

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), les forces syriennes gouvernementales ont progressé ce jeudi aux portes de la province d’Idleb.
« L’armée s’est emparée de plusieurs villages et localités » à cheval entre la province d’Idleb et celle voisine de Hama (centre), a-t-il indiqué.
Il a précisé que l’avancée a été menée avec le soutien des frappes aériennes de l’allié russe.
« Le régime veut s’emparer du sud-est de la province d’Idleb », frontalier de la province de Hama, souligne l’OSDH.

Avant cette escalade, l’état-major russe avaient déclaré que ses objectifs pour l’an 2018 consiste à éradiquer le front al-Nosra et Cie dont le fief n’est autre que la province d’Idleb.

Avant cela, c’est le président syrien Bachar al-Assad qui avait annoncé que  la reconquête de cette province d’Idleb est en tête des priorités.

Pendant ce temps, comme une andouille Macron fait du ski, confiant dans la valeur de nos militaires qui ont perdu nos Guerres en moins de 15 jours (BlitzKrieg) et Margaux dégrafait son corsage pour donner la "gougoutte à son chat", nom donné à sa sulfateuse pour tirer sur toutes les cibles Françaises ou étrangères que la coalition occidentale US a donné:

 

Des hélicoptères US ont évacué les chefs de Daech de Deir ez-Zor, selon SANA.
© Sputnik. Mikhail Alaeddin

International URL courte

Les États-Unis poursuivraient l’évacuation des chefs du réseau terroriste Daech des zones, où l’armée arabe syrienne continue son offensive, selon l’agence SANA.

Des hélicoptères américains ont évacué les leaders du réseau terroriste Daech de la province de Deir ez-Zor, a annoncé l'agence SANA citant des sources.

«Plusieurs hélicoptères américains ont auparavant atterri à proximité du barrage de Bassel, au sud de Hassaké, transportant à bord 47 chefs de Daech qui ont pris la fuite en raison des frappes de l'armée arabe syrienne», selon les mêmes sources.

 

© Sputnik. Ministry of Defence of the Russian Federation

Deux ans de lutte contre le «califat»: les opérations des forces russes en Syrie

Cette évacuation, qui aurait eu lieu dans la nuit du 27 au 28 décembre, ne serait pas la première évacuation de chefs de Daech, qui iraient rejoindre les Forces démocratiques syriennes (SDF) soutenues par les États-Unis.

En août dernier, l'armée de l'air américaine a évacué de Deir ez-Zor vers le Nord de la Syrie plus de 20 chefs de guerre de Daech et des membres de leur entourage, avait indiqué à Sputnik une source diplomatique militaire. Une information démentie par un porte-parole de la coalition menée par Washington.

Le conflit armé se poursuit en Syrie depuis mars 2011. Il a déjà fait plus de 220.000 morts selon l'Onu. Les pourparlers de paix se déroulent à Astana (Kazakhstan) et à Genève.

Urgent:
Israël répond aux tirs de missiles par une attaque contre les positions du Hamas
© AFP 2017 THOMAS COEX
International
URL courte 569

En réponse aux tirs de missiles, les militaires israéliens ont attaqué les positions du Hamas dans la bande de Gaza, a communiqué l'armée.

L'armée israélienne, en réponse aux tirs de missiles depuis la bande de Gaza, a attaqué des sites de combattants du mouvement Hamas, a indiqué le service de presse de l'armée.

«Avec l'aide de chars et de l'aviation, nos forces ont attaqué deux cibles de combattants du Hamas dans la bande de Gaza. L'assaut était une réponse à une attaque aux missiles sur le territoire israélien», a déclaré l'armée sur Twitter.    

IDF @IDFSpokesperson
 

In response to the rockets fired towards Israel, IDF tanks and IAF aircraft targeted two posts belonging to the terrorist organization Hamas in the northern Gaza Strip.

Trois missiles ont été lancés vendredi à partir de la bande de Gaza en Israël, dont deux ont été interceptés par le système de défense aérienne «Dôme de fer», a indiqué plus tôt le communiqué de l'Armée de défense israélienne.    

Les lancements de missiles contre Israël depuis le territoire de Gaza ont repris après que Donald Trump a ordonné le transfert de l'ambassade américaine en Israël à Jérusalem et a reconnu cette ville comme la capitale de l'État juif.

Plus de 30 missiles ont été lancés contre Israël pendant le mois de décembre. L'un d'eux est tombé sur une école maternelle dans la ville de Sderot, un autre a explosé, endommageant des voitures garées dans une rue de cette ville, et cinq ont été interceptés par la défense antiaérienne. Aucune victime n'a été signalée à la suite des bombardements

roi-jordanie


 
Le roi Abdallah II de Jordanie a démis de leurs fonctions dans l’armée ses deux frères, les princes Fayçal ben al-Hossein et Ali ben al-Hossein, ainsi que son cousin, le prince Talal ben Mohamed. Il a ainsi évité un coup d'ETAT de justesse, car Israël avait manœuvré pour organiser en Jordanie, la partie essentielle du Grand Israël.

La restructuration des forces armées jordaniennes a débuté en octobre 2016 à la demande du roi Abdallah II de Jordanie.

Le roi jordanien a formulé cette demande dans une lettre à l’adresse du général de division Mahmoud Farihat.

Cette décision a été prise, à en croire le roi jordanien, en raison de la situation chaotique de la région notamment à cause de la lutte contre le terrorisme.

« Le limogeage des commandants de l’armée est intervenu après qu’ils ont été promus aux grades élevés et cela a constitué un message de la part d’Abdallah II aux hauts gradés de l’armée notamment les chefs de tribu, un message comme quoi “moi je commence le limogeage par mes propres frères” », a déclaré Omar Kallab, un analyste politique.

En ce qui concerne la réduction des dépenses militaires et la menace proférée par les États-Unis de couper leurs aides à certains pays, Omar Kallab, cité par Arabe 21, a déclaré : « La décision de restructurer l’armée avait été prise avant la récente décision du président américain de reconnaître AlQods comme capitale d’Israël. En avril dernier, lors de sa rencontre avec nous, le roi a parlé de la réduction des dépenses et de la diminution du nombre des hauts gradés ».

« Le prince Fayçal ben al-Hossein, général de division, assistant spécial d’état-major, et le prince Ali ben al-Hossein, général de division, chargé sur ordre du roi de former et de diriger un centre de sécurité nationale et de gestion de crise, font partie des commandants qui ont été mis à la retraite », a précisé ce site.

Parmi les personnalités limogées, figure le nom du prince Hamza ben al-Hossein, colonel de l’armée, commandant de la 3e brigade royale.

Il y a aussi le prince Hachem, le plus jeune frère du roi, un haut commandant de l’armée jordanienne. Il était général de brigade et chef de la Cour royale.

L'armée et la marine russe se réarment à vitesse grand V
© Sputnik. Vitaly Timkiv
Défense URL courte 12571

En 2017, la dotation de l’armée et de la marine russes en armements modernes a atteint en moyenne 59%, selon une infographie publiée par le quotidien officiel du ministère russe de la Défense.

Le quotidien officiel de l'armée, Krasnaïa zvezda, a publié une infographie annuelle consacrée aux Forces armées russes pour l'année 2017. Il s'ensuit de ce rapport que l'armée et la marine sont équipées d'armes modernes à 59%.

Le ministère de la Défense a dressé un bilan impressionnant de la modernisation réalisée cette année. Ainsi, conformément à l'infographie, l'armement des forces aérospatiales a été rénové à 73%.

En 2017, l'armée a reçu 190 avions et hélicoptères flambant neufs, en particulier des avions d'attaque Su-34, Su-35S et Su-30SM qui avaient fait leurs preuves en Syrie.

La modernisation bat son plein dans la marine, renouvelée à 53%. Cette année, 16 nouveaux navires de guerre et sous-marins ont été mis en service, dont certains sont équipés de missiles de croisière Kalibr.

Il y a seulement quelques jours, la cérémonie de levée du drapeau de Saint-André a eu lieu sur la frégate Amiral Makarov, remise officiellement à la marine. Cette frégate dotée des missiles Kalibr, tout comme deux autres de la même classe, l'Amiral Essen et l'Amiral Grigorovitch, constitueront la principale force de frappe de la Flotte de la mer Noire.

La modernisation se déroule à un rythme particulièrement rapide dans les forces nucléaires stratégiques où son taux est de 79%.

 

Clashes Erupt Between Israeli Troops, Palestinians in West Bank (PHOTOS, VIDEO)
© REUTERS/ Ammar Awad

Middle East Get short URL 0 0 0

New protests against Washington's Jerusalem decision have flared up in the several cities across the West Bank.

According to Ma’an News Agency, protesters threw stones at Israeli soldiers, who fired rubber-coated steel bullets and tear gas canisters in response.

Hundreds of Palestinians organized rallies in several cities in the West Bank, including Ariha (Jericho), Bethlehem and al-Khalil (Hebron) after prayers, according to media reports.

READ MORE: Israel Approves $11Mln Funding for West Bank Settlement Construction — Reports

The status of Jerusalem is one of the key issues in the Palestinian-Israeli conflict. The Israelis occupied the eastern part of the city during the 1967 war. They insist that Jerusalem is the "single and indivisible" capital of Israel. In turn, the Palestinians want to make the eastern part of the city the capital of their state.

​On December 6, President Donald Trump announced the decision of the United States to recognize Jerusalem as the capital of Israel and to transfer the American embassy there. This decision was condemned by many Islamic and European countries; mass protests took place in Palestine.