Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

WWIII : BREAKING NEWS : Poutine demande aux étudiants russes en Grande-Bretagne de "revenir immédiatement" alors que Moscou débat d’une frappe nucléaire sur Londres.

Publié le par José Pedro, collectif des rédacteurs dans LAOSOPHIE sur Overblog

WWIII : BREAKING NEWS : Poutine demande aux étudiants russes en Grande-Bretagne de "revenir immédiatement" alors que Moscou débat d’une frappe nucléaire sur Londres.

Les F15 d'Israël sont en état d'alerte maximum, et Ben Salmane, qui à fait son coup d'état en Arabie Saoudite après une tentative de meurtre sur sa personne, demande à Israël de foncer sur le Liban, et qu'il suivra.

Les Etats-Unis préparent les pays de l'UE à une attaque nucléaire contre la Russie, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères LAVROV, ajoutant que l'armée américaine prépare les forces armées des pays européens à une attaque nucléaire contre la Russie. La position du département à la conférence de Genève a été exprimée par le chef du département Sergueï Lavrov. Selon le ministre, cela est attesté par le désir de Washington de préserver ...

https://russian.rt.com/inotv/2017-04-25/Daily-Mail-v-Moskve-obyasniliPoutine demande aux étudiants russes en Grande-Bretagne de "revenir immédiatement" alors que Moscou débat d’une frappe nucléaire sur Londres

Selon http://www.whatdoesitmean.com/index2543.htm, le président russe Vladimir Poutine a averti les étudiants russes vivant en Grande-Bretagne de "rentrer immédiatement" parce que des "considérations fortes" sont en train de se discuter à Moscou pour lancer une  attaque sur le Royaume-Uni pour empêcher cette nation occidentale de plus en plus isolée de provoquer la Troisième Guerre mondiale. La «méthode d'attaque» la plus discutée étant une attaque de 10 kilotonnes d'une arme du Alabuga EMP Programme [1] sur Londres destinée à paralyser toute l'infrastructure électronique Royaume-Uni, tout en minimisant les pertes civiles.
 
Alors que la grande majorité du peuple américain est manipulée par ses grands médias de propagande pour faire croire que les attaques incessantes contre le président Trump sont dirigées à partir des États-Unis, la vérité est que ces attaques sont pilotées à partir de Londres.
Or, l'objectif des globalistes démoniaques [2] de la Grande-Bretagne, qui se sentaient  menacés par l'arrivée au pouvoir de Trump, est la normalisation de la pédophilie. En effet, la majorité des pays de l'UE vient d’abaisser l’âge de consentement à 14-16 ans, au lieu de 18-21 ans, et dont le plan directeur, si Hillary Clinton avait été élue, aurait été de ramener cet âge de consentement à 12 ans. Avec la Clinton, la Cour suprême des États-Unis, dirigée par le juge Ruth Bader Ginsberg, aurait forcé le peuple américain (comme elle l’a fait pour le mariage homosexuel et d'autres pratiques moralement corrompues) à abaisser l’âge d'un consentement à moins de 12 ans, pour lequel la juge Ginsberg plaide depuis longtemps, tout en légalisant la pratique immorale du trafic sexuel.
Les chefs de la Grande-Bretagne sont parmi les personnes les plus viles qui cherchent à «renverser et détruire» le président Trump/ En effet, dans les mois qui ont précédé l'arrivée de Trump, ils ont joint leurs services secrets à ceux de la campagne corrompue de Hillary Clinton et ceux du régime Obama également corrompu, pour imposer au peuple américain un document entièrement inventé appelé le "Dossier Trump-Russie" produit par Christopher Steele, agent du MI6, et qui a été aidé par l’agent double britannique-russe Sergei Skripal.
Quelques semaines avant que Trump n’accède au Bureau Ovale, la Grande Bretagne  et le régime Obama-Clinton menaient secrètement  une étude consistant à déterminer si la Russie et la Chine pourraient être anéanties par une première frappe nucléaire. Et dont les résultats ont permis à  la Grande-Bretagne de déclarer que ses «armes nucléaires pourraient facilement détruire des pays entiers».
 
De son côté, Moscou considère l’idée que les Britanniques lancent une première frappe nucléaire sur la Russie comme un "fantasme fou". D’ailleurs cette évaluation a commencé à changer ce dernier mois puisque le président Trump a non seulement réussi à contrer toutes les attaques contre lui, mais en plus, ses forces loyalistes ont également commencé à menacer sérieusement les services secrets britanniques qui cherchaient à détruire Trump, lorsque le double agent russo-britannique Sergueï Skripal a demandé qu'il soit autorisé à revenir à la maison en Russie en échange de sa révélation de la vérité sur le "dossier Trump-Russie" qu'il a  aidé à créer.
Sachant que leur nation serait ostracisée et isolée par le monde entier une fois leurs crimes ignobles découverts, les dirigeants britanniques ont déterminé que leur seule voie de survie serait de commencer la troisième guerre mondiale - avec leur première action l'empoisonnement délibéré de Sergei Skripal et de sa fille Yulia dans une opération de "faux-drapeaux" orchestrée par le MI5 et visant à diffamer la Russie.
Alors que les médias occidentaux soutenaient les affirmations absurdes de la Grande-Bretagne selon lesquelles la Russie avait quoi que ce soit à faire avec ce "faux drapeau" contre le Skripal, la Grande-Bretagne a lancé sa troisième guerre mondiale lorsqu’elle a  ordonné à son organisation terroriste, appelée les "casques blancs", pour concocter une fausse histoire sur les attaques chimiques, que les Britanniques pourraient alors reprocher au gouvernement syrien de les avoir exécutés. Mais que le célèbre journaliste britannique Robert Fisk a dénoncé cette manœuvre. Il est allé directement sur les lieux de cette supposée attaque en Syrie et a effectivement interrogé les témoins. Voici ce qu’il écrit:
J'ai traversé cette ville assez librement hier sans soldat, ni policier ou gardien pour hanter mes pas, juste deux amis syriens, une caméra et un carnet de notes. Il m'arrivait parfois de grimper sur des remparts de 20 pieds de hauteur, de haut en bas, sur des parois presque plates.
Heureux de voir des étrangers parmi les gens, plus heureux encore que le siège soit enfin terminé. Pour la plupart, ils sont souriants, celles et ceux dont on peut voir les visages, parce qu'un nombre surprenant de femmes de Douma portent un hijab noir intégral.
C'était à quelques pas du Dr Rahaibani. De la porte de sa clinique souterraine - "Point 200", on l'appelle, dans la géologie bizarre de cette ville en partie souterraine - un couloir en descente où il m'a montré son humble hôpital et les quelques lits où une petite fille pleurait lorsque les infirmières ont traité une coupure au-dessus de son œil.
"J'étais avec ma famille dans le sous-sol de ma maison à trois cents mètres d'ici dans la nuit mais tous les médecins savent ce qui s'est passé.
Il y avait beaucoup de bombardements [par les forces gouvernementales] et les avions étaient toujours au-dessus de Douma la nuit - mais cette nuit, il y avait du vent et d'énormes nuages de poussière ont commencé à entrer dans les sous-sols et les caves. Les gens ont commencé à arriver ici souffrant d'hypoxie, perte d'oxygène.
Puis quelqu'un à la porte, un "casque blanc", a crié "Gaz!", Et une panique a commencé.
Les gens ont commencé à jeter de l'eau les uns sur les autres. Oui, la vidéo a été filmée ici, c'est vrai, mais ce que vous voyez, ce sont des gens souffrant d'hypoxie - pas d'intoxication au gaz.
Au même moment, le journaliste britannique Robert Fisk circulait librement sur ce site d'attaque syrien "sans drapeau, sans gendarme ni policier ni gardien", il est important de noter que les médias occidentaux de propagande étaient, bien sûr, et, comme toujours, en train de mentir à leurs peuples en prétendant faussement que les inspecteurs d'armes chimiques étaient interdits de là-bas. Ces médias n’ont pas caché leur énorme joie quand ils ont vu comment les USA ont pu entraîner avec eux la Grande-Bretagne et la France dans ce que les militaires russes appellent une «masturbation militaire» contre la Syrie, dans laquelle 70% des missiles occidentaux ont complètement échoué.
 
Missile Tomahawk abattu par la Syrie
Missile français parmi ceux abattus par le système de défense aérienne syrien
 
Missile français parmi ceux abattus par le système de défense aérienne syrien
C’est grâce à la technologie Magrav que les forces militaires russes ont réussi à détourner ces missiles américains afin de les disséquer. Nous avons vu que la technologie Magrav qui a été déployée, en 2014, contre l'USS Donald Cook par un seul et vieil avion Sukhoi-24, que, sans lancer une seule bombe ou missile, il a paralysé ce navire de guerre américain à tel point qu'un grand nombre de ses officiers de la marine américaine ont immédiatement demandé qu'on leur permette de démissionner [3].
Les porte-avions américains ne seront plus que des baignoires flottantes si notre technologie Magrav est utilisée efficacement, et les pistes pleines de F16 et F18 ne seront que des musées d'oiseaux de fer, car ces engins ne pourront pas voler. Si leurs systèmes électroniques sont une seule fois touchés par la technologie spatiale Magrav.
Ces vaisseaux et cuirassés devraient être recâblés de A à Z avant de pouvoir fonctionner à nouveau.
Avec l'Occident sachant que toute attaque contre la Russie détruirait presque instantanément toute leur capacité de faire la guerre, la seule chance qu'ont ces fauteurs de guerre mondialistes démoniaques de vaincre la Russie est d'espérer qu'une première frappe nucléaire serait un succès, même s’ils savent que des frappes nucléaires russes de représailles suivraient.
 
[1] Programme Alabuga EMP de la Russie.
Les médias russes décrivent un programme qui semble viser à développer des armes tactiques EMP qui affecteraient une petite zone, plutôt que des armes stratégiques qui neutraliseraient, tout le réseau électrique d'un pays.
"Un élément du programme implique le développement d'un missile EMP qui émet une impulsion électromagnétique 200-300 mètres au-dessus d'une position ennemie au moyen d'un générateur de champ électromagnétique à haute fréquence de haute puissance", selon un article de Rossiyskaya Gazeta.
 
«Cet EMP créerait un champ UHF d'environ 3,5 kilomètres, non seulement en désactivant les ordinateurs, les radars, les systèmes de communication et les armes de précision, mais aussi en les rendant inutilisables en endommageant leurs composants électroniques. Bien que le système soit non létal et ne provoque aucun effet néfaste sur les humains, les effets électromagnétiques du missile (jusqu'à 100 gigawatts) seraient comparables à une arme nucléaire. "

Une arme russe EMP au sol est conçue pour faire tomber des avions. "Le Ranets-Ye est basé sur un châssis à roues MAZ-543, pesant environ 5 tonnes. Le Ranets-Ye est essentiellement un système surface-air à courte portée dans lequel l'élément de destruction utilisé n'est pas un missile, mais un cône de 60 degrés de rayonnement de 500 mégawatts de SFH qui dure 20 nanosecondes. Il est capable de neutraliser tous les avions, missiles de croisière et toute munition avec de l'électronique. À une distance de 8 à 14 kilomètres [4 à 8 milles], l'EMP détruit les composants électroniques et perturbe les systèmes électroniques jusqu'à une distance de 40 kilomètres [24 milles]. Le Ranets-Ye se compose d'un générateur diesel, d'un générateur d'impulsions électromagnétiques et d'un radar de ciblage. Le système serait également capable de s'intégrer dans les réseaux de défense aérienne, afin d'obtenir des données de ciblage.

 RS-24 Yars / SS-27 Mod 2 missiles balistiques intercontinentaux à propergol solide lors du défilé du Jour de la Victoire, Moscou, 9 mai 2015.
 
 RS-24 Yars / SS-27 Mod 2 missiles balistiques intercontinentaux à propergol solide lors du défilé du Jour de la Victoire, Moscou, 9 mai 2015.
 
 
Telegraph: craignant des représailles en Grande-Bretagne, les oligarques russes ont demandé à rentrer chez eux.
L'article est présenté dans le récit d'InoTV
Les hommes d'affaires russes au Royaume-Uni ont demandé au Kremlin s'ils pouvaient rentrer chez eux sans crainte d'être arrêtés, après que Londres a promis d'utiliser "toute la force" dans la lutte contre la corruption dans le pays, rapporte The Daily Telegraph. Boris Titov, le commissaire aux droits des entrepreneurs, Boris Titov, le président de la Russie, Vladimir Poutine, a reçu une liste de 10 hommes d'affaires qui auraient fui le pays "jusqu'au moment de l'emprisonnement" et qui veulent maintenant rentrer chez eux.
Les oligarques russes ont demandé au Kremlin s'ils pouvaient rentrer chez eux sans crainte d'être arrêtés après que la Grande-Bretagne ait promis d'utiliser "toute la force" dans la lutte contre la corruption dans le pays, rapporte The Daily Telegraph.
Le médiateur pour les hommes d'affaires Boris Titov a déclaré que le président russe Vladimir Poutine avait reçu une liste de 10 hommes d'affaires qui auraient fui le pays "jusqu'au moment de l'emprisonnement" et qui veulent maintenant rentrer chez eux.
 
Plus tôt, le ministre britannique de la Sécurité, Ben Wallace, a promis de «sévir contre» les criminels étrangers et les politiciens corrompus qui utilisent le Royaume-Uni comme «refuge» pour les pratiques de corruption.
 
Comme le journal l'écrit, au Royaume-Uni la semaine dernière est entré en vigueur de nouvelles "commandes liées à la richesse inexpliquée" , à travers laquelle les autorités seront en mesure de saisir des actifs suspects jusqu'à ce que les rapports détaillés sont fournis.
 
Cette mesure a été adoptée peu après la publication de la série "McMafia", qui souligne le rôle de Londres en tant que "site pour les gangsters et les oligarques russes" .
 
Wallace prétend que les ministres britanniques ont l'intention de profiter du succès de la série afin de sensibiliser le public au problème de la corruption.
 
Titov n'a pas divulgué les noms des entrepreneurs de la liste et a ajouté que la liste pourrait être complétée. Dans le même temps, Titov a également noté que les oligarques "ont réussi à quitter le pays avant le moment de l'accouchement", rapporte The Daily Telegraph.
 
"Cela peut durer des années et des décennies, et certaines personnes vivent 20 ans et ne peuvent pas revenir parce que l'affaire est instituée. Ils n'ont déjà aucune plainte, même Interpol les a déjà exclus de la liste de recherche, et à Moscou, l'affaire continue d'être pendante ", a déclaré le commissaire aux droits des entrepreneurs.
 
Selon les calculs des autorités britanniques, le montant des fonds illégaux blanchis chaque année au Royaume-Uni est d'environ 90 milliards de livres sterling.
 
Grâce à des «commandes liées à des richesses inexpliquées», les autorités pourront geler et saisir des biens si leurs propriétaires ne peuvent pas expliquer comment ils ont acquis des actifs d'une valeur supérieure à 50 000 £, note le Daily Telegraph.
Les matériaux d'InoTV contiennent des estimations de médias exclusivement étrangers et ne reflètent pas la position de RTОригинал новости ИноТВ:
https://translate.googleusercontent.com/translate_c?depth=1&hl=fr&prev=search&rurl=translate.google.fr&sl=ru&sp=nmt4&u=https://russian.rt.com/inotv/2018-02-05/Telegraph-opasayas-raspravi-v-Velikobritanii&xid=25657,15700022,15700124,15700149,15700168,15700186,15700201&usg=ALkJrhhUFWeK3WCAxFiC-Ezhw8XKLho0aQ
Daily Mail: Moscou a expliqué à Londres ce qui mettra fin à sa frappe préventive.
L'info est présenté dans le journal russe d'InoTV
Le sénateur russe Franz Klintsevich a réagi sévèrement à la déclaration des autorités britanniques sur la volonté de lancer une frappe nucléaire préventive, écrit Daily Mail. Selon le politicien, si la Grande-Bretagne attaque une puissance nucléaire, "elle sera littéralement effacée de la surface de la terre par une frappe de représailles".
A Moscou, ils ont réagi durement à la déclaration de Londres sur la disponibilité à utiliser des armes nucléaires, écrit Daily Mail. Selon le tabloïd, le sénateur russe Franz Klintsevich a averti que la Grande-Bretagne risquait d'être complètement détruite par une contre-attaque si elle " s'engageait dans un conflit nucléaire avec Vladimir Poutine ".
Ainsi, explique le journal, le colonel de réserve aéroporté a réagi au commentaire du chef du ministère de la Défense du Royaume-Uni, Michael Fallon. A la veille du ministre britannique a déclaré: " Nous avons dit très clairement qu'en cas d'urgence, il est impossible d'exclure l'utilisation d'une frappe nucléaire préventive ."
 
La phrase de Phillon sonnait dans le contexte du conflit pré-électoral avec le dirigeant syndical Jeremy Corbin à propos des forces stratégiques du royaume. Mais un haut fonctionnaire russe estime qu'au mieux cette déclaration " dégoûtante " du ministre britannique rappelle " un élément de guerre psychologique ".
 
Selon Klintsevich, la question se pose: à qui Londres va-t-elle utiliser cette arme? Si le Royaume-Uni est prêt à attaquer une puissance nucléaire, alors, " n'ayant pas le plus grand territoire, sera littéralement effacé de la surface de la terre par une frappe de représailles ", souligne le sénateur.
 
" Si nous parlons d'une puissance non nucléaire, alors, apparemment, les Britanniques ne donnent pas de repos aux lauriers des États-Unis, qui ont largué des bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki sans défense, Klintsevich. - Mais ce temps a irrévocablement passé, ainsi que le temps de l'ancienne grandeur de l'Empire britannique. Comme on dit: sur les vêtements, étirez vos jambes . "
 
L'analyste militaire Konstantin Sivkov ajoute: " La volonté du Royaume-Uni de frapper une frappe nucléaire dans" les circonstances les plus extrêmes "signifie une chose: il est prêt à le faire en toutes circonstances, contrairement à la Russie ."
 
Selon l'expert, les motifs de Londres semblent extrêmement vagues, ce que les « aventuriers militaires » peuvent utiliser - et appliquer une frappe nucléaire préventive. " Si tel est le cas, alors le monde est au bord de la guerre nucléaire " , affirme Sivkov.
 
Commentaires du lecteur sur le site Web du Daily Mail:
 
underpaidEngineer: Il n'y aura pas de gagnants dans une guerre nucléaire. La radiation restera dans l'air et l'eau pendant des décennies. La malformation congénitale deviendra la norme, et la nourriture sera infectée pendant de nombreuses années.

Harry Hall: Ce Russe a raison! Couvre ton gant, Fallon.
 
Campbell: En tant qu'ancien soldat, je ne doute pas un seul instant que la Grande-Bretagne ne sera pas la première à frapper une frappe nucléaire contre quelqu'un. Et en tout cas, les Russes ne voudront pas détruire leurs vastes possessions londoniennes.
 
RabD: En effet, nous pouvons être effacés de la surface de la terre, mais vous voyagerez tous avec nous. Ne pas oublier MAD - destruction mutuelle garantie. Il n'y aura pas de gagnants, camarade! Seuls les perdants.

Bluecharm: Pourquoi déciderions -nous de déclencher une frappe nucléaire en Russie? En général, beaucoup de bruit de rien!
Les matériaux d'InoTV contiennent des estimations de médias exclusivement étrangers et ne reflètent pas la position de RTОригинал новости ИноТВ:
https://translate.googleusercontent.com/translate_c?depth=1&hl=fr&prev=search&rurl=translate.google.fr&sl=ru&sp=nmt4&u=https://russian.rt.com/inotv/2017-04-25/Daily-Mail-v-Moskve-obyasnili&xid=25657,15700022,15700124,15700149,15700168,15700186,15700201&usg=ALkJrhhrD1dM5yR1XMuWqugXNRrHN1I2wA

Les F-15 d’Israël en état d’alerte maximal.

Des pilotes de l'armée de l'air israélienne. ©Flash90

Le régime israélien reste toujours dans la crainte d’une possible réponse iranienne à son attaque au missile contre la base aérienne T4 à Homs, et met ainsi en état d’alerte ses forces militaires tout au long des frontières avec la Syrie et le Liban. Il espère, semble-t-il, que cette riposte se réalise, lui donnant le bon prétexte pour déclencher la guerre, tant souhaitée, contre l’Iran.

Vu la crainte croissante d'Israël d'une riposte iranienne à l’attaque au missile israélienne contre la base aérienne T4 à Homs en Syrie, l’armée israélienne a décidé d’annuler la participation de ses F-15 à l’exercice conjoint Red Flag avec les forces américaines prévu en mai prochain en Alaska.

L’armée de l’air israélienne a annoncé que vu les tensions entre Israël et l’Iran, les chasseurs F-15 qui avaient été envoyés en Alaska pour participer à l’exercice conjoint Red Flag devaient rentrer, aussitôt, dans la région.

The Jerusalem Post a annoncé que la force aérienne israélienne avait décidé de réduire le taux de sa participation au Red Flag 2018 qui devrait se dérouler en mai prochain en Alaska avec la participation en outre d’Israël, des États-Unis, de la Corée du Sud, de l’Égypte, de l’Arabie saoudite et des pays membres de l’OTAN.

Le porte-parole de l’armée israélienne a indiqué, dans un communiqué, que la « participation de l’armée de l’air à l’exercice Red Flag en Alaska aura lieu comme prévu en mai. À la lumière des évaluations de l’armée de l’air, il a été décidé de changer les avions participant à l’exercice ».

La force aérienne a affirmé qu’elle retirait, pourtant, ses F-15 de l’exercice.

Le site web israélien Debkafile avait déjà évoqué l’état d’alerte de l’armée israélienne pour contrer tout conflit éventuel sur le front de la Résistance en Syrie.

« Les forces militaires israéliennes se sont mises en état d’alerte, plus que jamais, le long des frontières septentrionales avec la Syrie et le Liban », a affirmé Debkafile.

Coup d'Etat : MBS brouille les pistes

Une manœuvre de Ben Salmane à rendre hommage à son ministre de l’Intérieur, fils d’un rival redoutable et influent : le prince Ben Nayef.

Est-ce une manière pour cacher aux yeux des médias l’implication de la Garde nationale dans les tentatives du coup d’État du 22 avril ? Certains analystes n’en écartent pas l’hypothèse.

Au lendemain de violentes fusillades au palais du prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane (MBN) dans le district al-Khuzami de Riyad, le jeune prince envoie une lettre de remerciements à l’adresse du ministre de l’Intérieur du Royaume, Abdelaziz ben Saoud ben Nayef ben Abdelaziz.

Il y a presque un an, le roi Salmane a écarté du pouvoir Ben Nayef favorisant ainsi l’ascension de son fils qui n’a jamais réussi à faire l’unanimité.

Selon l’agence de presse saoudienne SPA, ce message intervient après les tentatives de coup d’État et la tentative du 22 avril au palais du prince ambitieux saoudien.

Dans son message MBN évoque « la baisse du nombre d’assassinats organisés et de vols à main armée » dans son pays et remercie à cette occasion le ministre de l’Intérieur, ajoute la source.

Les différentes hypothèses convergent sur la piste d’une révolte au sein de l’armée largement mécontente de la tournure qu’a prise la guerre au Yémen ainsi que de nombreuses arrestations dans ses rangs décidés par Ben Salmane.

Les commentateurs évoquent la piste d’une tentative de coup d’État organisé par l’ex-prince héritier.

Les échanges de tirs survenus, dans la nuit du samedi 21 au dimanche 22 avril, au palais de MBN ont été largement relayés sur les réseaux sociaux. Des armes légères comme Kalachnikov et GC auraient retenti pendant plusieurs heures à l’intérieur du palais du prince héritier qui aurait quitté, accompagné de son père, les locaux pour se rendre dans une base américaine.

Il est fort probable que le régime saoudien intensifie ses dispositifs de sécurité et sa répression sur le peuple, sous prétexte de garantir la sécurité de la famille royale, et qu’il dépense de plus en plus ses pétrodollars pour acheter des armes aux Occidentaux.

Riyad demande à Tel-Aviv d'attaquer le Liban.

La télévision du régime israélien a fait part de l’aide en renseignement qu'a reçu Israël de l’Arabie saoudite pour son attaque contre la Syrie, alors que Riyad lui demande d’attaquer le Liban.

La chaîne de télévision israélienne « 2 » a rapporté que le régime israélien établissait des liens avec certains pays arabes tels que l’Arabie saoudite et le Maroc de même qu’il entretenait des relations secrètes avec les États qui se disent hostiles à ce régime.

Selon cette chaîne de télévision israélienne, l’armée de l’air israélienne a visé Damas en s’appuyant sur des renseignements que l’Arabie saoudite lui avait transmis. Le reportage affirme aussi que l’Arabie saoudite avait demandé à Israël d’attaquer le Liban en échange de quelque milliards de dollars.

Tel-Aviv a eu des dialogues très étroits avec des pays arabes dont et surtout l’Arabie saoudite, qui est en guerre indirecte avec l’Iran, sur le sol syrien, au Yémen et dans le golfe Persique. Il établit, même, des relations étroites avec la Jordanie qui comptait parmi ses ennemis. De même, le Maroc, qui avait participé à la guerre de six jours contre Israël, entretient, actuellement, des relations secrètes avec ce régime si bien que les responsables israéliens fréquentent régulièrement ce pays. Aussi, parmi les pays arabes en lien avec Israël, l’armée égyptienne a également perçu des aides d’Israël.