WWIII : LA SYRIE EST ATTAQUEE PAR ISRAËL, POUR NE PAS EFFAROUCHER LA RUSSIE. UN AERODROME SANS TROP DE PERTES CIVILES, HISTOIRE DE FAIRE CROIRE QUE LES DERNIERS TERRORISTES QUI ONT QUITTE LA GHOUTA ORIENTALE, N'ONT PAS FAIT SAUTER LEURS CAMIONS DE CHLORE, SUR ORDRE DE L'OTAN.

Publié le par José Pedro, collectif des rédacteurs dans LAOSOPHIE sur Overblog

WWIII : LA SYRIE EST ATTAQUEE PAR ISRAËL, POUR NE PAS EFFAROUCHER LA RUSSIE. UN AERODROME SANS TROP DE PERTES CIVILES, HISTOIRE DE FAIRE CROIRE QUE LES DERNIERS TERRORISTES QUI ONT QUITTE LA GHOUTA ORIENTALE, N'ONT PAS FAIT SAUTER LEURS CAMIONS DE CHLORE, SUR ORDRE DE L'OTAN.

Paris et Washington ont démenti leur implication dans l'attaque. Ils ont simplement donné le feu vert à Natanyahu, le fou du D.ieu Sioniste (Satan-Lucifer), et attendu les réactions pour jubiler ensemble, en disant au téléphone, "la Poutine au Canada on se la mange". Macron espère encore être reçu comme le petit Prince en Russie?

Peu après que le Grand rabbin sépharade d’Israël, Yitzhak Yosef, ait appelé à l’assassinat pour « raison humanitaire » (sic) du président Bachar el-Assad, une attaque aérienne a eu lieu dans le centre de la Syrie. Le rabbin Yitzhak Yosef est connu pour ses provocations. Il ne représente que 5 % des Israéliens. Il est le fils du Grand rabbin Ovadia Yosef, un des fondateurs du parti Shas, aujourd’hui allié de Benjamin Netanyahu.Deux avions F-15 de l’armée israélienne ont frappé l’aérodrome militaire de Tiyas entre 00h25 et 00h53 GMT à l’aide de huit missiles téléguidés depuis le territoire libanais, sans pénétrer dans l’espace aérien syrien. Selon nos informations, ces missiles n’ont pas touché la base, mais ses alentours. Ils ont tué 14 personnes dont plusieurs Gardiens de la Révolution iraniens. Cette attaque était coordonnée avec une opération de Daesh dans la province. Elle a immédiatement été déclenchée après celle de Tiyas.

La frappe aérienne contre la base aérienne syrienne Tiyas a été conduite par deux avions de combat F-15 de l'armée israélienne, a annoncé le ministère russe de la Défense, précisant que trois missiles ont atteint leur cible et que cinq autres ont été interceptés.

Vladimir Poutine avait dit à Netanyahu, tout ira bien si tu ne bouges pas d'un pouce, il vient de mettre deux doigts dans l'engrenage, et vient de briser le statut quo sur pression du Deep State Américain et de sa répercussion sur TRUMP.

Macron comme à l'habitude, veut en savoir plus, mais accuse ouvertement la Russie soit d'avoir fait le coup, soit de n'avoir pu l'éviter. Macron prend dans cette affaire le leadership sur Theresa May, qui préfère encore que Macron fasse le beau, avec Trump pour le plaisir non dissimulé de la Reine et des Rothschild.

Par contre Macron est béni des Français pour avoir envoyé la force de 2500 Militaires armés jusqu'aux dents dans la ZAD de l'ex aéroport de Notre Dame des Landes, priez pour eux, la France avec ses grèves, n'en attendait pas tant pour se mettre au vert, et cesser de travailler dans ces conditions de travailleurs forcés, pauvres, manipulés, exploités comme du bétail, que ceux de la ZAD, qui résistent, ne veulent ce statut que pour leurs poules élevées en plein air, sans OGM, et sans perturbateurs endocriniens.

Les véhicules blindés de la force cagoulée des militaires sécurisés par des grenades offensives inoffensives, font rappeler la sauvagerie et la mort du jeune de 21 ans Rémi Fraisse. Ecore une action du salopard de Valls.

Est-ce seulement la grenade qui a tué Rémy Fraisse ou les conséquences des opérations de communications de Manuel Valls visant à afficher un autoritarisme abusif pour démontrer un contraste avec Ayrault que, par ailleurs, Manuel Valls plombait lui-même dans le cas de l'aéroport (Notre-Dame-des-Landes) de la région Nantaise ? Ce Valls National-socialiste, ami d'Ayelet Shaked, Ministre de la Justice d'Israël, qui prône l'assassinat des mères palestiniennes dans la contrée de Jérusalem.

La visite de Mohammed ben Salmane à Paris, qui intervient juste après un séjour au Royaume-Uni puis aux Etats-Unis, jouira-t-elle des mêmes auspices qui ont présidé à ces bons échanges diplomatiques et commerciaux ? Quels accords la France tirera-t-elle de sa rencontre avec Riyad, que les grandes puissances occidentales semblent si promptes à courtiser pour ses largesses ? Un renforcement des relations franco-saoudiennes s’opérerait-il à la faveur d’un ancrage de Paris dans un axe atlantiste sur la scène internationale ? Autant de questions qui ne manqueront pas de jalonner les rencontres de ben Salmane dans l’Hexagone. Quels sont les assurances que l'Occident donne au Boucher du Yémen, pour qu'il mêne la danse au Moyen-Orient, en compagnie de DAESH dont il est l'initiateur par le Wahhabisme?

MACRON attire à lui tous les soupçons, de vouloir faire de la France avec ses 10% de votants pour lui, une Dictature fasciste, aux ordres de l'OTAN et des USA, sous mandat Anglais, il est le digne représentant des Droits de l'Homme auprès de Poutine à qui il reproche ses vérités à lui, pour aller le voir en MAI avec la Theresa, et pour lui faire ravaler son clapet, lui qui avait déjà déshonoré son plus fidèle conseiller, le Nicolas Sarkozy, qui ne finit plus de s'emmêler les pattes dans ses affaires de délinquant en robe noire, pour tricherie aux élections Présidentielles. La même question a été soulevée pour Macron, mais la Justice qui n'est pas divine, laisse aux Présidents le temps de finir un quinquennat, et de s'enrichir avant de convenir sur un non lieu.

 
Vous en rêviez, vous l'attendiez, les coupeurs de tête modérés l'ont fait. Alors qu'ils se prennent une fessée prison-style à Douma, dernière enclave de la désormais quasi-reconquise Ghouta orientale, les djihado-takfiris si chers au système impérial US ont lancé leur dernier atout sur le tapis : "attaque chi-mi-que" crient-ils en chœur, bien que sans grande originalité. Il est vrai que les précédents de 2013 (déjà dans la même zone) ou de 2017 à Khan Cheikhoun nous ont vaccinés contre ce genre de comédie imbécile...(en fin de page)

Défense russe: la frappe contre une base en Syrie a été menée par l'aviation israélienne

International

URL courte
 

La frappe aérienne contre la base aérienne syrienne Tiyas a été conduite par deux avions de combat F-15 de l'armée israélienne, a annoncé le ministère russe de la Défense, précisant que trois missiles ont atteint leur cible et que cinq autres ont été interceptés.

Selon le communiqué de la Défense russe, des avions israéliens ont frappé la base aérienne de Tiyas (T-4) ce lundi 9 avril.    

«Le 9 avril entre 03h25 et 03h53 heure de Syrie (02h25 heure de Paris), deux avions F-15 de l'aviation israélienne, sans entrer dans l'espace aérien syrien, ont attaqué avec huit missiles téléguidés l'aérodrome de Tiyas depuis le territoire libanais. La défense aérienne des forces armées syriennes a détruit cinq missiles téléguidés au cours d'une bataille dans l'air», déclare le communiqué de la Défense russe.  

Trois missiles, d'après les données des militaires russes, ont atteint «la partie ouest de l'aérodrome.»     

 

L'attaque n'a fait aucun blessé parmi les conseillers militaires russes, a souligné le ministère.    

Les autorités syriennes ont elles aussi accusé Israël d'avoir mené la frappe contre leur base. De son côté, l'armée de défense israélienne a refusé de commenter la déclaration russe sur l'attaque contre la base syrienne T-4.  

La Russie a déjà demandé à Israël des explications sur les raisons de la frappe via ses ministères de la Défense et des Affaires étrangères, a déclaré le sénateur Vladimir Jabarov.    

Précédemment, l'agence syrienne Sana a annoncé, en se référant à son correspondant sur place, que la base aérienne T-4 située dans l'est de la province de Homs avait été attaquée avec des missiles, sans exclure la possibilité que la base ait été attaquée par les forces américaines. La chaîne de télévision Al-Mayadine a pour sa part informé que les missiles ayant frappé la base aérienne de Tiyas (T-4) dans la province syrienne de Homs avaient survolé le Liban depuis la Méditerranée. 

L’agence Sana a publié une vidéo de la frappe de missiles contre un aéroport militaire à Homs, qui aurait fait des victimes. La défense aérienne syrienne aurait intercepté plusieurs missiles.

L'agence de presse officielle syrienne Sana a publié une vidéo de la récente frappe de missiles sur l'aéroport militaire T-4, près de Homs. La vidéo est disponible sur la page Facebook de l'agence.

La frappe a été réalisée dans la nuit de dimanche à lundi. Les États-Unis nient être à l'origine des tirs. Selon Sana, la frappe a fait des victimes. D'après une source militaire, les forces antimissiles syriennes ont réussi à abattre huit missiles.

Sur la vidéo durant une minute, on voit un missile passer dans le ciel et on entend le son d'une frappe.

«Notre système de défense aérienne répond à une frappe de missiles sur la base T-4», indique la légende.

Plusieurs missiles ont frappé tôt lundi matin la base aérienne Tiyas, également appelée T-4, de l'armée syrienne dans le gouvernorat de Homs. Comme l'indique la chaîne de télévision Al Mayadeen, les missiles ont été lancés depuis la Méditerranée à travers le territoire libanais.

De son côté, le Pentagone a assuré que les États-Unis «ne mènent pas de frappes aériennes en Syrie pour le moment».

Les terroristes du groupe Daech* ont tenté de lancer une contre-offensive sur plusieurs axes dans la province de Homs après l’attaque de la base aérienne T-4 dans l’est de la province, selon la chaîne de télévision libanaise Al-Mayadine.

La chaîne de télévision libanaise Al-Mayadine a annoncé que Daech* avait profité de l'attaque aérienne contre la base T-4 dans l'est de la province de Homs pour tenter de contre-attaquer.

«À l'issue de l'attaque de la base aérienne de Tiyas (T-4), des tentatives de Daech* d'avancer vers (deux) régions situées dans le désert ont été constatées», a informé un correspondant d'Al-Mayadine.

Précédemment, l'agence syrienne Sana a annoncé, en se référant à son correspondant sur place, que la base aérienne T-4 située dans l'est de la province de Homs avait été attaquée avec des missiles, sans exclure la possibilité que la base ait été attaquée par les forces américaines. La chaîne de télévision Al-Mayadine a pour sa part informé que les missiles ayant frappé la base aérienne de Tiyas (T-4) dans la province syrienne de Homs avaient survolé le Liban depuis la Méditerranée.

L'agence Sana a fait état de morts et de blessés lors de la frappe de missiles sur la base de Tiyas.

Une source proche de l'administration américaine a cependant annoncé à Sputnik que les États-Unis ne menaient pas d'opérations militaires contre la Syrie.

Les militaires israéliens ont refusé de commenter l'information sur la frappe de missiles contre cette base syrienne qu'Israël avait précédemment bombardée.

Plusieurs missiles ont frappé tôt lundi matin la base aérienne Tiyas, également appelée T-4, de l'armée syrienne dans le gouvernorat de Homs. Comme l'indique la chaîne de télévision Al Mayadine, les missiles ont été lancés depuis la Méditerranée à travers le territoire libanais.

Paris et Washington ont démenti leur implication dans l'attaque.

*Organisation terroriste interdite en Russie, mais pas en France, car même l'allié Erdogan accuse Macron de favoriser DAESH, lui qui en use et en abuse.

La base aérienne syrienne Tiyas, également appelée T-4, située à l’est de la province de Homs, a été attaquée par des missiles, a communiqué l’agence Sana, se référant à son correspondant.

Plusieurs missiles ont frappé tôt lundi matin une base aérienne de l'armée syrienne dans le gouvernorat de Homs, a annoncé l'agence de presse Sana, se référant à son correspondant.

«La base aérienne T-4 a été attaquée par quelques missiles. Il n'est pas exclu qu'il s'agisse d'une agression de la part des États-Unis», a communiqué l'agence.

L'armée syrienne a ouvert le feu pour intercepter ces missiles.

Comme l'indique la chaîne de télévision Al Mayadeen, les missiles ont été lancés depuis la Méditerranée à travers le territoire libanais.

Par la suite, une source informée a communiqué à Sputnik que les systèmes antimissiles de l'armée syrienne ont abattu la majorité des missiles visant la base. Selon le correspondant de Sputnik, cette attaque n'a pas fait de victimes. Cependant, l'agence Sana a fait état de plusieurs morts et de blessés.

De son côté, le Pentagone a assuré que les États-Unis «ne mènent pas de frappes aériennes en Syrie pour le moment».

Le président Donald Trump a promis dimanche de faire payer «le prix fort» aux autorités syriennes pour un présumé bombardement chimique, qui aurait eu lieu le samedi 7 avril à Douma.

Le lendemain, la diplomatie russe a qualifié d'«intox» ces informations. Le ministère a ajouté que les Casques blancs, cités comme étant l'une des sources de cette information, «ont à plusieurs reprises été pointés du doigt pour leurs liens avec les terroristes».

Le chef du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, le général Iouri Evtouchenko, a rappelé dimanche que l'opération sur le retrait des radicaux du groupe Jaych al-Islam de la ville syrienne de Douma commençait le 8 avril. Selon lui, certains pays occidentaux entreprennent des mesures pour perturber cette opération, en utilisant le thème de l'utilisation d'armes chimiques par les forces gouvernementales syriennes.

Syrie. Troisième False-flag chimique
 
Vous en rêviez, vous l'attendiez, les coupeurs de tête modérés l'ont fait. Alors qu'ils se prennent une fessée prison-style à Douma, dernière enclave de la désormais quasi-reconquise Ghouta orientale, les djihado-takfiris si chers au système impérial US ont lancé leur dernier atout sur le tapis : "attaque chi-mi-que" crient-ils en chœur, bien que sans grande originalité. Il est vrai que les précédents de 2013 (déjà dans la même zone) ou de 2017 à Khan Cheikhoun nous ont vaccinés contre ce genre de comédie imbécile...

Ce que nous écrivions l'année dernière dernière n'a pas pris une ride :

Tout part de ce qui ressemble à un énième false flag barbu : le supposé bombardement chimique par l'aviation syrienne. Comme d'habitude, aucune preuve et aucun temps de réflexion - quel serait donc l'intérêt d'Assad de perpétrer ces attaques en un point non stratégique alors qu'il est en train de gagner la guerre et que l'administration américaine venait de lui donner un blanc-seing ? Ca n'a strictement aucun sens.
Cela a encore moins de sens aujourd'hui alors que 95% de la Ghouta a été reprise et que la réduction de la dernière poche de Jaish al-Islam n'est qu'une question de jours. Mais la journaloperie ne s'arrête évidemment pas à ce genre de détail tout comme elle ne rapportera jamais la découverte jour après jour de labos chimiques rebelles...
 
Sans surprise, les habituels trolls de l'empire - McCainistan, Israël - s'empressent d'éructer et de pousser à l'action contre l'ogre Assad, dévoreur de son peuple. Chose plus curieuse, les réactions de l'Arabie saoudite et de la Turquie sont relativement inverses de ce que l'on pourrait attendre. La première, pourtant marraine de Jaish al-Islam, se contente de condamner l'attaque chimique sans désigner de coupable et d'appeler à la résolution pacifique du conflit. Signe du rapprochement russo-saoudien de ces derniers temps ?
Par contre, le sultan semble tout prêt d'une nouvelle crise de nerfs, Ankara accusant Damas de crime de guerre. Malgré l'optimisme d'excellents sites (ici ou ici), on a quand même la légère impression que la réunion tripartite Erdogan-Poutine-Rohani d'il y a quatre jours n'a pas été un franc succès (durée largement raccourcie, dispute entre Iraniens et Turcs à propos d'Afrin...)
Outre les accusations téléguidées contre Damas à propos du false flag de la Ghouta, on sent plus généralement une certaine mauvaise volonté ottomane. Ainsi, le plan russe de transporter les restes de Jaish al-Islam de Douma au nord d'Alep, dans la zone contrôlée par Ankara, a été rejeté. Simple souhait de ne pas ajouter encore plus de chaos dans la région ou volonté délibérée de faire dérailler les négociations sur l'évacuation des barbus et la reconquête totale de la Ghouta par les loyalistes ? Seul l'avenir nous le dira mais il n'est pas impossible que nous assistions aux prémices d'une nouvelle dégradation des relations russo-turques. A suivre.
Pour le moment, tous les yeux sont braqués sur ce qui va se passer entre Washington et Moscou. Se faisant plus deepstatiste que le Deep State, Donaldinho a de nouveau endossé l'habit de Cretinho. Son hoquet twitterique contre "l'animal Assad et la Russie et l'Iran qui le soutiennent" nous fait venir à l'esprit les sages pensées de Michel Audiard sur un certain chef d'escadrille...
Il ne peut pas ne pas savoir que cette "attaque chimique" est une mauvaise farce. Pourquoi alors se griller avec ces déclarations incendiaires et infantiles ? Regagner en popularité intérieure, louvoyer avec l'Etat profond ? Ce qui importe, ce sont les actions à venir.
 
Assistera-t-on à un scénario à la Khan Cheikhoun, possible false flag au carré (quelques tirs de vieux Tomahawk [1] au milieu de nulle part pour sauver la face) ? Ou les Follamour états-uniens vont-ils cette fois franchir le Rubicon et affronter la Russie en Syrie ? Car c'est bien de cela qu'il s'agit et Moscou ne rigole plus désormais. Il y a un mois, l'état-major russe avait déjà averti qu'il répondrait à toute attaque américaine. Les forces russes sont en état d'alerte et le Ministère des Affaires étrangères s'est lâché contre la propagande occidentale et menacé une intervention US des "plus graves conséquences". Âmes sensibles, s'abstenir...
 
9 Avril 2018 , Rédigé par Observatus geopoliticus