WWIII : Officiel : Poutine avait averti, l'emploi du Nucléaire Préventif est indispensable et je tirerai le premier pour répondre aux attaques répétées contre la Russie. Londres est visé. La Grande Bretagne et le G7 prennent des mesures préventives, pour une frappe Nucléaire préventive de la Russie.

Publié le par José Pedro, collectif des rédacteurs dans LAOSOPHIE sur Overblog

WWIII : Officiel : Poutine avait averti, l'emploi du Nucléaire Préventif est indispensable et je tirerai le premier pour répondre aux attaques répétées contre la Russie. Londres est visé. La Grande Bretagne et le G7 prennent des mesures préventives, pour une frappe Nucléaire préventive de la Russie.

Alors que le G7 du 22-23 avril 2018 se termine sur une prise en compte de la Guerre Nucléaire Préventive, contre la Russie, le travail de Macron aux USA avec TRUMP en ce moment même consiste à activer l'OTAN qui est aux frontières de la Russie avec une véritable armada, pour une Blitzkrieg, avec la prise de Moscou dévasté dans un futur proche. Les étudiants Russes et l'Oligarchie Russe auraient quitté la Grande Bretagne.

Notre fanfaron National, n'a aucune idée de la gravité de la situation, et des conséquences à entraîner la France, l'Europe et les USA, dans un combat perdu d'avance. Comme à son habitude, il est seul à décider, et les Français, c'est sûr, ne voteront plus pour lui la fois prochaine, et pour cause! Avec de fausses accusations, et une constante agressivité sans jamais remettre en cause les mensonges de Theresa May, Macron et le prototype même du Docteur Folamour.

Le Ministre des Affaire Etrangères LAVROV, avait prévenu, que les Occidentaux ne prenaient pas assez garde au fait d'occuper illégitimement la Syrie, d'y installer des bases Militaires avec du Nucléaire, et de profiter des champs pétrolifères pour les exploiter avec DAESH et les FDS. Le Président Français est en plein dans sa ligne de mire et si la Grande Bretagne risque de disparaître, la France sera gravement touchée.

De son côté, Israël frappe, de nouveau, la Syrie et met le feu aux poudres, et déclare son armée prette à combattre, sur ordre de Macron, de ne pas laisser une seule seconde Poutine tranquille. Des soldats sur le plateau du Golan. ©AFP L’armée israélienne a fait état d’une attaque au mortier contre les positions de l’armée syrienne situées sur le plateau du Golan. Dans un communiqué publié, mardi 24 avril, l’armée israélienne a annoncé avoir pris pour cible les positions de l’armée syrienne après le tir d’un obus de mortier depuis le territoire syrien sur la partie nord du plateau du Golan. "L’armée israélienne désigne l’État syrien comme responsable de l’attaque et fait face à toute tentative menaçant l’intégrité territoriale d’Israël ainsi que la vie de ses citoyens", prétend l'armée israélienne dans son communiqué.

Le ministre israélien de l’Energie Youval Steinitz a averti lundi le président syrien qu' »il en subirait les conséquences » dans le cas où il permettrait à l’Iran de déclencher une guerre contre ‘Israël’ à partir de la Syrie.« Si Bachar Assad permet à l’Iran ou à qui que ce soit de déclarer la guerre à Israël à partir du territoire syrien, il en assumera toute la responsabilité et prendra des risques pour l’existence non seulement de son régime (nucléaire israélien) mais aussi de sa propre personne », a prévenu ce ministre dans une interview au site d’information israélien Ynet.« L’Iran a déjà envoyé un drone avec des explosifs pour infiltrer les frontières israéliennes et la tentative iranienne de transformer la Syrie en une base militaire iranienne est encore plus grave. C’est quelque chose que nous ne permettrons pas, » selon ses propres termes.Evoquant également le Hamas, M. Steinitz prétend que la guerre contre le Hamas est couronnée de succès.

Netanyahu appelle à révoquer l’accord nucléaire  afin de pouvoir attaquer l'IRAN, légalement!!!

Entre-temps, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a de nouveau appelé lundi à réviser l’accord sur le nucléaire iranien, à l’approche de la fin de l’ultimatum du président américain Donald Trump qui a menacé de se retirer de cet accord.« Israël ne permettra pas aux régimes qui cherchent notre anéantissement à acquérir des armes nucléaires », a lancé M. Netanyahu.« C’est pourquoi cet accord doit être soit entièrement revu, soit totalement révoqué », a-t-il déclaré en anglais. Netanyahu soutient que l’accord de 2015 pourrait permettre à l’Iran de relancer son programme nucléaire à des fins militaires. Le texte « ouvre la voie à l’Iran à un arsenal nucléaire », a-t-il déclaré. Et de prétendre : « Il permet, sur quelques années, un enrichissement illimité de l’uranium ».

Réunion des ministres de l’Intérieur du G7 à Toronto

23 avril 2018

Le ministre d’État, ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, participera ces lundi 23 et mardi 24 avril à la réunion des ministres de l’Intérieur du G7, qui se tiendra sous présidence canadienne à Toronto. Conjointement avec les ministres des Affaires étrangères du G7, les ministres de l’Intérieur évoqueront les principaux défis sécuritaires auxquels les démocraties du G7 sont confrontées. Ils examineront notamment comment mieux se coordonner et réagir face aux tentatives d’ingérence par des puissances étrangères qui ont pour objectif d’altérer le fonctionnement de nos États de droit, notamment pendant les périodes électorales. En France, suite aux tentatives d’ingérence constatées pendant la dernière élection présidentielle, une proposition de loi « relative à la lutte contre les fausses informations », déposée par la majorité, a pour objectif de pouvoir mieux faire face à de telles actions. Les ministres traiteront également du renforcement de la coopération des pays du G7 pour assurer un suivi efficace des combattants terroristes étrangers dans le contexte de la défaite militaire de Daech, et de la menace que peut constituer leur retour.

Les ministres de l’Intérieur évoqueront par ailleurs, dans le cadre d’un dialogue avec les représentants des grands acteurs de l’internet, l’importance d’un retrait automatique, ou tout au plus dans un délai d’une heure après publication, de contenus terroristes en ligne. La pleine appropriation de cet impératif par les géants de l’internet comme par les petites entreprises du net est essentiel pour empêcher la dissémination rapide et parfois exponentielle de contenus terroristes. Le 12 avril, la France et l’Allemagne ont appelé à cet égard la Commission européenne à présenter une législation européenne sur le retrait de contenus terroristes d’ici juin prochain. Ces enjeux de lutte contre le terrorisme seront par ailleurs évoqués dans le cadre de la conférence internationale sur la lutte contre le financement de Daech et d’Al-Qaida, qui se tiendra le 26 avril à Paris sous la présidence du Président de la République. La réunion des ministres de l’Intérieur du G7 devrait permettre d’agréer une série d’ «engagements de Toronto», qui pourront faire l’objet d’un suivi dans le cadre de la présidence française du G7, en 2019.

Le G7 monte sur pied un groupe de travail pour surveiller le «comportement malveillant» de la Russie.
24 avr. 2018, 07:38

Le G7 monte sur pied un groupe de travail pour surveiller le «comportement malveillant» de la Russie

© Lars Hagberg Source: AFP

Le ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson tient une conférence de presse à l'issue d'une réunion du G7 tenue à Toronto, le 23 avril 2018.

Réunis à Toronto les 22 et 23 avril, les ministres des Affaires étrangères, de l’Intérieur et de la Sécurité des pays du G7 ont décidé de créer un groupe de travail. Selon Londres, il s'agira d'étudier le «comportement malveillant» de la Russie. Constituer un groupe de travail pour étudier le «comportement malveillant» de la Russie, tel serait l’objectif que se sont assignés les ministres des Affaires étrangères, de l’Intérieur et de la Sécurité des pays du G7.

Lire aussi

 
Les inspecteurs de l'OIAC sur le site de l'empoisonnement des Skripal, le 12 avril 2018, photo ©Peter Nicholls/Reuters

L’annonce en a été faite le 23 avril par le ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson, habitué des accusations contre la Russie – notamment dans le cadre de l’affaire Skripal, du conflit syrien ou encore des dernières élections américaines.

«Ce que nous avons décidé hier, c'est de mettre en place un groupe de travail qui étudiera le comportement malveillant de la Russie dans toutes ses manifestations, qu'il s'agisse de guerre cybernétique, de désinformation, de tentatives d'assassinat», a-t-il déclaré devant les journalistes. Selon lui, Moscou «est incroyablement habile pour semer le doute et la confusion, propager de fausses nouvelles et essayer de brouiller les cartes».

Même son de cloche du côté du ministre canadien des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, qui a repris l'antienne de son homologue britannique en accusant à l’issue de la réunion la Russie (sans plus de preuves Boris Johnson) d’être l’instigatrice d’une attaque chimique «méprisable» sur le sol britannique.

Accuser Moscou sans preuve tout en appelant au dialogue sur la Syrie 

Si les accusations contre la Russie ont fusé lors de cette réunion, les représentants ont paradoxalement admis que Moscou était un acteur incontournable dans la résolution de la crise syrienne.

A ce sujet, le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas a rappelé que le communiqué final de la réunion soulignait «qu’il n’y aur[ait] pas de solution politique en Syrie sans la Russie […] et que la Russie d[evait] apporter sa part à cette solution».

Un appel au dialogue qui intervient alors que le risque d'une escalade militaire en Syrie est réel après les frappes du 14 avril menées contre Damas par la France, les Etats-Unis et le Royaume-Uni. Les pays occidentaux avaient justifié leurs frappes en accusant Damas d'avoir utilisé des armes chimiques à Douma le 7 avril, ce que le gouvernement syrien dément. Moscou a pour sa part qualifié de «mise en scène» l'attaque chimique présumée.
 

 

 

https://pbs.twimg.com/profile_images/955841571345326081/qaf4dp-b_normal.jpg@RTenfrancais RT France

Deux jours après les frappes, les pays européens appellent au dialogue avec la #Russie en #Syrie

https://francais.rt.com/international/49927-syrie--europeens-veulent-revenir-dialogue-pollitique-parler-avec-russie …Les frappes occidentales ont retardé l'arrivée en Syrie d'une mission de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), organisme lié à l'ONU chargé d'enquêter sur l'utilisation ou non d'armes chimiques sur le terrain.

Lire aussi : Nouvelles sanctions américaines contre la Russie : l'UE, «inquiète» pour son économie, veut réagir

La Défense russe fait le point sur la situation en Syrie

Les projets des radicaux visant à créer un pseudo califat sur le territoire syrien sont sabordés, la plus grande partie du pays a été libérée des terroristes, a déclaré le ministre russe de la Défense.

Sergueï Choïgou, le ministre russe de la Défense, a commenté la situation en Syrie lors d'une allocution mardi à Pékin pendant la réunion des ministres de la Défense des pays membres de l'Organisation de coopération de Shanghai.

«Aujourd'hui, la plus grande partie du territoire syrien est libérée de terroristes, on mène des négociations avec les autres radicaux pour qu'ils déposent les armes. Les projets visant à créer un pseudo califat sont sabordés», a-t-il déclaré.

Dans le même temps, M. Choïgou a souligné que la situation en Syrie a commencé à s'améliorer depuis l'année 2015, «depuis le début de l'opération de forces aérospatiales russes et de la création d'une véritable alliance avec la participation de l'Iran, de la Russie et de la Turquie».

Dans la nuit du 13 au 14 avril, les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont porté des frappes contre la Syrie. Sur 103 missiles tirés, 71 ont été interceptés par la DCA syrienne, informe le ministre russe de la Défense.

 

Le bombardement a été mené au prétexte d'une opération visant à éliminer les armes chimiques présumées de cet État, suite à l'attaque chimique qui aurait été perpétrée le 7 avril à Douma, près de Damas, selon les pays occidentaux.

La Russie a démenti les informations concernant une bombe au chlore qui aurait été larguée par les forces gouvernementales syriennes. Les militaires russes ont qualifié de fausses les photos de victimes de la prétendue attaque chimique à Douma, publiées par les Casques blancs sur les réseaux sociaux. Moscou estime que l'objectif de ces informations mensongères est de protéger les terroristes et de justifier d'éventuelles actions extérieures.

La Banque centrale de Turquie a décidé de rapatrier les 220 tonnes d’or stockées dans les coffres de la Réserve fédérale américaine, et les grandes banques commerciales du pays ont imité son exemple. C’est un signe précurseur du retour au système financier mondial multipolaire, a indiqué à Sputnik un expert sur les métaux précieux en Suisse.

Depuis 2012, plusieurs pays ont décidé de rapatrier leurs réserves d'or entreposées dans les coffres de la Réserve fédérale des États-Unis, et l'actuelle démarche de la Turquie témoigne du retour imminent à la multipolarité financière mondiale, a estimé dans un entretien accordé à Sputnik Claudio Grass, expert sur les métaux précieux en Suisse.

«À mon avis, il existe plusieurs explications à cette démarche d'Ankara. […] L'économie turque est actuellement confrontée à de grandes difficultés, dont la dégringolade de la livre turque vis-à-vis de la monnaie américaine ses dernières années», a poursuivi l'interlocuteur de l'agence.

Selon ce dernier, en rapatriant ses réserves d'or, le Président turc Recep Tayyip Erdogan montre qu'il ne compte plus sur les États-Unis comme sur un partenaire.

 

«La Turquie est toujours membre de l'Otan, mais tout porte à croire qu'Erdogan entend désormais emprunter son propre chemin, et l'or lui permet de financer, acheter et vendre des devises sans passer par le système bancaire mondial», a relevé M.Grass.

Et de souligner que le monde devenait moins centralisé, voire qu'on revenait d'un monde unipolaire au monde multipolaire.

«On voit que les pays se rendent de mieux en mieux compte qu'il est beaucoup plus sage de garder leurs réserves d'or sur leur propre territoire», a résumé l'interlocuteur de Sputnik.

 

Certains observateurs supposent qu'en retirant la totalité de ses réserves d'or des États-Unis, Ankara réagissait tout simplement à la détérioration de ses relations avec Washington.

Toujours est-il que le Président turc a pris une position ferme contre la devise américaine. Il a critiqué les prêts en dollars et a déclaré que les prêts internationaux devraient être accordés en or à la place du dollar.

Lavrov: certains pays ont mis le cap sur l'effondrement de la Syrie

En dépit de leurs engagements, les Etats-Unis n'ont pas l'intention de quitter la Syrie et le Président français les soutient à cet égard, affirme le ministre russe des Affaires étrangères.

Nombre de pays ont choisi pour objectif de faire effondrer la Syrie, a déclaré mardi Serguei Lavrov.

«Les Etats-Unis nous ont assuré que leur seul objectif consistait à chasser les terroristes du territoire syrien, à lutter contre l'Etat islamique*. Cependant, en dépit de leur engagements, en dépit des propos de Donald Trump, les Etats-Unis prennent activement leurs quartiers sur la rive est de l'Euphrate et n'ont pas l'intention de s'en aller», a souligné le ministre.

D'après lui, le Président français, qui a récemment déclaré que Washington ne devait pas quitter l'Afghanistan et que la coalition internationale devait rester en Syrie tant qu'ils n'instauraient pas là-bas l'ordre qui convient aux pays occidentaux, encourage activement leur politique.

L'ex secrétaire d'État américain Rex Tillerson a annoncé à la mi-janvier que son pays envisageait de maintenir sa présence militaire en Syrie même après la défaite du groupe terroriste Daech.

Moscou a déjà mis en garde contre la présence ultérieure de militaires américains sur le sol syrien, dénonçant les dangers que cela représentait pour le règlement politique de la crise.

Dans la nuit du 13 au 14 avril, les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont porté des frappes contre des sites syriens où, selon eux, pourraient être fabriqués des armes chimiques. Sur 103 missiles tirés, 71 ont été interceptés par la DCA syrienne. Le bombardement a été mené suite à l'attaque chimique qui aurait été perpétrée le 7 avril à Douma, près de Damas, selon les pays occidentaux.

*Daech est une organisation terroriste interdite en Russie mais crée par les USA-La France-Le Vatican.