WWIII : LA FRANCE COMPORTE 150 MOLENBEEK. TACHE-MACRON VEULENT LA PARTITION DE LA FRANCE. LA COALITION VOLE DE L'OR EN AFRIQUE ET EN SYRIE. LA BANQUE DE FRANCE A DONNE SON OR AUX ROTHSCHILD-MORGAN. LA JUSTICE A RENDU L'ÂME.

Publié le par José Pedro, collectif des rédacteurs dans LAOSOPHIE sur Overblog

Il en a des idées, le caniche de Mohamed Macron !

Certes, il admet, du bout des lèvres, qu’il y aurait quelques problèmes en banlieue musulmane : il y a des quartiers où l’islam politique est en train de prendre le contrôle, il faut l’éradiquer. Il y a aussi des classes où l’on ne peut pas enseigner la Shoah, c’est inadmissible.

Mais il nous rassure : Mais il ne faut pas exagérer, il n’y a pas cent cinquante Molenbeek en France, ce n’est pas vrai ça ! 

Mieux encore, le génie Taché a trouvé les moyens, imparables, et de faire disparaître l’antisémitisme des quartiers, et d’y faire disparaître la pauvreté, et de transformer des habitants passifs et délinquants en citoyens actifs et engagés devenus blancs comme neige (c’est une image) et copains comme cochon des Hébreux.

Si, si… Il a trouvé.

Enseignons à ces jeunes, dont l’histoire trouve ses racines au Maghreb, des récits de mémoire partagée entre juifs et musulmans. Ce n’est pas non plus dans la France périphérique mais dans les quartiers et les grandes villes que se concentre la pauvreté. Notre priorité doit être de l’y faire reculer et d’investir dans les établissements scolaires qui y sont sous-dotés et où les profs absents ne sont pas remplacés. Nous avons commencé à le faire en limitant à douze élèves les classes de CP. Il y a plus de difficultés dans ces quartiers, il faut y mettre plus de moyens et assumer une logique de discrimination positive territoriale.

Il nous faut des listes vraiment inclusives aux prochaines municipales. Aujourd’hui, il n’y a pas un Noir ou un Arabe parmi les maires des cinquante plus grosses villes. Nous devons changer cela. Cette question de la représentativité est essentielle pour ramener les jeunes dans la démocratie. Je propose aussi qu’on fasse confiance à la banlieue. Des conseils citoyens sans réel pouvoir existent dans les mille trois cents quartiers prioritaires de la politique de la ville. Qu’on leur confie l’utilisation des crédits du ministère chargé de la Ville plutôt que de les laisser à des hauts fonctionnaires qui ne connaissent pas le terrain.

https://www.nouvelobs.com/politique/20190227.OBS0889/aurelien-tache-l-antisemitisme-ne-vient-pas-du-coran-mais-de-l-ignorance.html

Lumineux, non ? 60 ans de milliards engloutis pour la politique de la ville qui ne visait que les banlieues, pour rien. Il suffisait d’un Taché pour que Omo lave plus blanc que blanc.On se demande aussi ce que font les bourgmestres de Molenbeek et le très efficace maire de Londres Sadiq Khan qui se fracassent sur les mêmes problèmes que nous. Londres de plus en plus invivable, malgré son maire musulman… Moi qui suis pleine de commisération pour eux je veux bien leur prêter -que dis-je leur donner – Taché pour qu’il les conseille. Je lui paye l’aller sans retour de ma poche.

Même mieux je leur propose l’original plutôt que le cloné,  Mohamed Macron, grand réformateur devant l’éternel, qui est à l’origine de ces propositions. Et on leur envoie les deux pour le prix d’un. Taché-Goebbels et Mohamed Macron. On n’est pas généreux, nous, les Sans-dents ?

Revenons à ces propositions, qui ne sont ni des idées ni des trouvailles.. Car ce que proposent Taché-Macron… c’est toujours la même chose, la même histoire, interprétée avec quelques dièses ou bémols de plus ou de moins depuis 60 ans.

Elles répondent à un postulat, toujours le même : si ça ne marche pas, la banlieue, si l’assimilation ne marche pas, c’est notre faute, c’est parce que nous ne prenons pas suffisamment en compte leur culture, leur identité, parce que nous sommes méchants, arrogants, de sales Gaulois qui s’obstinent à vouloir leur faire dire « nos ancêtres les Gaulois ».

Le résultat on le connaît. Un fric fou déversé dans ces banlieues bien plus riches que le Cantal… ce n’est pas moi qui le dis, mais l’Insee. Xavier Raufer donnait en 2012 des chiffres qui donnaient déjà le tournis : Comme de l’eau dans un trou, cette “politique” déverse des milliards d’euros dans des programmes immobiliers opaques et dans d’incontrôlables subventions : 550 millions d’euros en 2012 pour la politique de la ville ; 390 millions pour la “cohésion sociale et l’égalité des chances”, nom fort noble pour ce qui ressemble souvent à du racket ou du chantage à l’émeute. 

Apparemment Tache ne connaît pas l’Insee. La Seine Saint-Denis serait pourtant le 15ème département le plus riche de France, grâce en partie à l’argent de la drogue. Et même sans doute le 5ème le plus riche, quand les plus pauvres sont l’Ariège, le Cantal, la Creuse. La France des Sans-dents, la France des Gilets Jaunes. La pauvreté de ces derniers est niée par Taché : ce n’est pas non plus dans la France périphérique mais dans les quartiers et les grandes villes que se concentre la pauvreté. 

http://resistancerepublicaine.eu/2012/04/10/le-9-3-sans-doute-un-des-5-departements-les-plus-riches-de-france/

Mais Tache se fout des chiffres. Tache est là pour COM-MU-NI-QUER. Il est payé ( très cher), par Mohamed Macron pour justifier les cadeaux pharaoniques faits à ceux qui caillassent nos flics et nos pompiers, empoisonnent et tabassent (au mieux) notre jeunesse et nous crachent à la gueule.

Cadeaux pharaoniques. Les dédoublements des classes de CP des Aliens, payées par la fermeture des écoles des nôtres (ça pue sérieusement, il n’y a jamais eu autant de fermeture de classes que sous Macron). Et tout ça sans que cela change quoi que ce soit, malgré les cocorico de Blanquer. Ils nous prennent vraiment pour des cons.

http://resistancerepublicaine.eu/2019/03/01/ecole-les-dedoublements-en-banlieue-ont-fait-progresser-seulement-3-de-plus-deleves/

La discrimination positive, dans les emplois, à l’école, et à présent sur les listes électorales. Un but, faire disparaître le Français d’origine des prises de décision dans les Quartiers. Cela s’appelle la partition. On n’est plus chez nous. Mohamed Macron offre des pans entiers de territoire aux musulmans.

Quant aux milliards qu’il veut verser aux habitants réunis en conseils de quartier pour qu’ils décident quoi en faire… Ce serait drôle si ce n’était pas nous qui payions. Apparemment Taché ne sait pas ou plutôt il ne veut pas savoir que nous engraissons déjà des milliers d’associations communautaristes qui font effectivement la loi chez nous dans leur banlieue, avec des Frères musulmans très actifs pour empêcher et interdire la normalisation, l’intégration, le respect de nos traditions et coutumes, de notre civilisation.

Il y a deux ans, il y avait 1300 associations pro-islam en IDF. 800 000 associations étaient nées entre 2013 et 2017.

http://resistancerepublicaine.eu/2017/09/10/1300-associations-pro-islam-en-idf-800-000-associations-apparues-entre-2013-et-2017/

Et la Conférence islamique persiste et signe : interdiction de changer quoi que ce soit au Coran et à ses visées totalitaires.

http://resistancerepublicaine.eu/2017/09/11/1300-associations-musulmanes-en-idf-pour-appliquer-les-preceptes-de-la-conference-islamique-en-france/

Mais demander à Taché de se pencher sur les racines du mal, ce serait comme lui demander de se jeter du haut d’un immeuble de 4 étages.

Alors Taché veut offrir aux musulmans des quartiers ce que Macron refuse aux Gilets Jaunes, le pouvoir de décider par eux-mêmes de leur destin et de l’argent du contribuable. 

Christine Tasin

http://resistancerepublicaine.eu/2019/03/02/tache-veut-interdire-aux-francais-dorigine-de-gerer-les-quartiers-la-partition-cest-maintenant/

LA JUSTICE EST REMPLACEE PAR LES BARBOUZES DE LA RIPOUBLIQUE, LA GESTAPO DE MACRON-CASTANER ET DES PROCUREURS DE LA RIPOUBLIQUE DERNIER REMPART AVANT MACRON. C'EST LA FIN EN 2019. Inde et Pakistan en Guerre.

Macron est un PPA. Entendez par là qu’il ne passera pas l’automne. Il a beau essayer de donner le change, il n’y parvient pas, son vernis est si léger qu’il craque à tous coups et sa morgue est telle qu’il ne tient pas longtemps le rôle, malgré sa prof de théâtre qui doit s’en mordre les doigts et l’engueuler ferme dans leur chambre de l’Élysée dont, à ce qu’il paraît, les éclats de voix ne sont pas arrêtés par les portes feutrées.  Vous y avez cru, vous, lorsqu’il s’est accroupi devant deux ou trois SDF  afin de donner le change alors qu’une de ses promesses de campagne était de les loger tous? Pipeau.

Non pas que l’argent manque, mais le gros menteur a décidé de l’affecter à ces « chances pour la France » dont personne ne veut puisqu’ils ne nous apportent rien, ou du moins rien d’autre que des problèmes. Et lorsqu’il est allé déjeuner prolétairement dans un Courtepaille, dont tous les clients étaient en réalité des policiers déguisés ? Quel message pensait-il faire passer ?  Vous en connaissez beaucoup, des Français pauvres – des millions aujourd’hui –  qui puissent se payer le restaurant, même un restaurant de moyenne gamme ?

Ou encore lorsque avec Madame ils ont cru « faire jeune et dans le vent » en invitant durant la fête de la musique ce groupe infâme qui a déshonoré l’Élysée, se ridiculisant à jamais ? Pire  quand il a voulu faire populo en se collant contre le torse nu et suant de ce voyou des îles dont la photo a fait le tour du monde, jetant le discrédit sur la fonction présidentielle ? Vous croyez vraiment qu’il a écouté, au salon de l’Agriculture, ces gens qui nourrissent la France mais crèvent de ne pas vivre eux-mêmes, sous le poids des taxes, des directives européennes ahurissantes, de la concurrence étrangère, comme si la France, premier producteur européen de produits agricoles, avait besoin d’importations ?

Qu’est-ce que c’est que cette folie qui oblige nos producteurs à récolter seulement à telles ou telles dates, comme si les paysans ne savaient pas composer avec le temps ? Quelle est cette folie qui les oblige à abattre leurs troupeaux pour faire rentrer des bêtes venues d’autres pays ? À vendre leur blé au prix décidé à Chicago ?

Mais Macron n’en a rien à faire, de leurs doléances, ça rentre par une oreille et ça sort par l’autre. Tout ce qui compte, c’est l’image qu’il a donnée et qui sera scrutée attentivement par son épouse-mère. Quant au Grand débat, qui en parle ? Les invités sont triés sur le volet, les sujets qui importent au peuple ne sont pas abordés, Macron chaque fois qu’il le peut s’arroge la parole durant des heures pour s’écouter parler, bloquant ainsi la parole à tout contradicteur. Quelle blague ! Pense-t-il faire illusion, alors que tout, dans sa politique, ses décisions, démontre à chaque instant la grande tromperie ?

Car la réalité est là. Il continue à appliquer sa politique d’écrasement du peuple français. Il ne faut ni plus ni moins que faire mourir les vieux  et  les pauvres, soit un tiers de la population, 20 millions de personnes, autant que les crimes commis par Staline et que nous dénonçons haut et  fort dans nos manuels scolaires.  Les vieux qui  crèvent, ce sont des retraites à ne pas verser, des soins à ne pas donner.  Et le grand capital oligarchique représenté par Macron a donc mis en œuvre leur élimination par la misère, par le biais des retraites qui baissent alors que le coût de la vie ne cesse d’augmenter. Mais on oublie aisément que les vieux consomment, achètent pour leurs familles, font tourner les cabinets médicaux et les hôpitaux, et en définitive donnent du travail.

Ils seront heureux, les médecins, lorsqu’ils perdront un tiers de leurs clients !  (et puis Attali et son maître Soros oublient qu’eux aussi sont des vieux). Qu’ensuite les pauvres meurent ! Ce seront  des prestations sociales en moins et on pourra les remplacer par ces « chances pour la France » qu’on importe par centaines de milliers, bientôt par millions. Sauf que là aussi on oublie que ces gens ne sont en définitive pas les esclaves dociles dont le grand capital rêvait.

Et puis, pour faire bonne mesure,  éliminons aussi les malades, quel que soit leur âge. Vous savez comment cela s’appelle, cette élimination de ceux que le pouvoir appelle des indésirables ? Le nazisme. Certes un nazisme camouflé, mais un nazisme cependant. Au demeurant ce sont les mêmes qui sont derrière le nazisme hitlérien et le nazisme de Bruxelles dont le plus fervent partisan est Macron. Ce sont les mêmes familles d’oligarques qui n’ont pas été éliminées après la guerre. Les mêmes qui pourrissent le monde. Les mêmes que des pantins servent en trahissant leurs peuples.

Alors, poursuivant son chemin sans se détourner sur ce peuple qu’il aurait dû aimer et protéger, Macron continue à augmenter le prix des carburants, des denrées alimentaires, des taxes et impôts, et n’hésite pas à faire dire à son valet Griveaux, celui qui, il y a 15 jours courait comme un fou se cacher chez son pote de Matignon parce qu’il avait eu la peur de sa vie devant quelques Gilets jaunes, ce lâche, qu’il faut augmenter la répression, malgré l’opprobre du monde entier et de nombreux députés qui se retournent maintenant contre le tyran.

On piège, on tire, on mutile, on maltraite, on condamne, on enferme pour des années en s’appuyant sur des juges ignobles persuadés qu’ils conserveront encore longtemps leurs pouvoirs exorbitants (comme ils se trompent)…  et on s’étonne. On s’étonne car le peuple est toujours là. Pour la 16e semaine, il occupe les rues des villes de France. On le voit défiler avec ses banderoles, on le voit réclamer le Ric et la démission de Macron, on le voit revendiquer avec courage, suivi pas à pas par les policiers armés comme des Robocops.

Et plus la répression s’intensifie, plus le peuple démontre sa résilience et sa volonté. Macron ne les aura pas à l’usure. S’il le croit, il se trompe comme jamais. C’est une question de vie ou de mort. Il y a des combats qu’on ne peut abandonner. Celui-là est peut-être le plus important que le peuple de France n’ait jamais eu à mener. Or Macron ne veut rien lâcher. Il refuse de servir le peuple, lui préférant ses patrons oligarques. La guerre civile est donc inéluctable. C’est pourquoi Macron ne passera pas l’automne. Macron est bien un PPA.

La Justice n'existe plus, les Lois scélérates remplacent les Juges d'Instruction que Nicolas Sarkozy voulait déjà supprimer.

Les procureurs de la République tirent la sonnette d'alarme. En décembre 2013, 128 des 164 procureurs ont signé une motion pour dénoncer leurs une situation qui ne fait que se dégrader. La quasi-totalité des magistrats du parquet souhaitent alerter le gouvernement mais aussi les citoyens sur leurs conditions de travail. Les procureurs craignent que les justiciables soient les premières victimes de cette dégradation.

Les procureurs expliquent notamment qu'ils ont de plus en plus de missions extra-judiciaires, plus de permanences et plus d'actes judiciaires à effectuer au quotidien. Leurs tâches seraient donc de plus en plus nombreuses alors que leurs moyens financiers, eux, ne font que baisser. Ils pointent également du doigt un manque cruel d'effectif. Un parquetier traite en moyenne 2000 affaires par an, des affaires allant du plus petit vol de chewing gum au meurtre le plus abominable. Autre exemple, 20 000 procédures ont été enregistrées par les six magistrats du parquet de Chalon-sur-Saône l'an dernier. 

De moins en moins de candidats mais de plus en plus de nominations Bidons et des procureurs expéditif et orienté avec une tendance islamiste ou fasciste!

L'une des conséquences directe de cette dégradation des conditions de travail des procureurs, c'est la désaffection de la profession. Les candidats ne se bousculent pas pour devenir procureur de la République. Par exemple, à Chalon-sur-Saône, il y a eu dernièrement quinze candidats pour un poste de juge des enfants alors qu'une seule candidature a été reçu pour celui de procureur.

La Justice est dans les mains de la Gestapo à Macron-Castaner par la nomination de Procureurs de la République qui n'ont rien fait comme études et par des Juges bidon bénis-oui-oui, qui n'ont pas fait d'école de la Magistrature et qui jugent sans connaître les lois, ni leurs applications. Ils convoquent sur la base non plus d'un Tribunal, mais sur celui des droits qu'ils se donnent de passer n'importe qui devant un tribunal correctionnel, qui instruit qu'à charges, pour faire des Français des délinquants et de l'immigration, le Peuple légitime de la France. La seule chose qu'ils redoutent c'est de payer pour leurs crimes de la fonction où ils sont, par abus de pouvoir et ayant pour seule légitimité la défense de la République et de la mafia Franc-Maçonne qui sévit.

La Justice se voit actuellement dans le rôle de Juge et Partie contre les plaignants. Un plaignant se plaint, à un Procureur, à un Juge, à un Avocat, il sera automatiquement assigné, convoqué et mis en garde à vue et tabassé, par les mêmes Procureurs, Juges, Avocats, qui n'acceptant pas la plainte du plaignant veulent le Juger par les mêmes auxquels le plaignant s'est recommandé pour obtenir justice. Pourtant la Justice ne peut avoir un pouvoir de décision dans une affaire où elle a des intérêts personnels à défendre : celui d'un avocat qui n'a pas respecté un contrat et qui se retourne contre son client, celui d'un bâtonnier qui soutient l'avocat du client qui ne veut pas payer des honoraires abusifs non prévus dans des prestations non effectuées, celui d'une Juge, qui interfère dans l'héritage d'un fils de la mère décédée, en demandant sa part alors qu'elle n'est même pas de la famille, avec une pression de Legs sur la mère du fils, avant de mourir, en occupant indûment l'appartement du fils et en ayant subtilisé ses affaires personnelles avec cerise sur le gâteau, décidé de la mort de la mère et de la fin de la prise en charge, par l'hôpital, des soins palliatifs, sans que l'aîné de la famille ne puisse rien faire.

Attention les Avocats et les procureurs ont l'ordre de s'attaquer à ceux qui portent plainte devant leurs instances, et de protéger coûte que coûte les délinquants qu'ils sont, en poursuivant leurs clients pour les avocats qui se retournent contre vous et obtiennent toujours une première et seconde instance favorable auprès de leur Bâtonnier, ce qui vous amène très rapidement en cassation pour vous défendre, sans changer le Jugement avec saisie de vos comptes bancaires, et saisies immobilières. Les procureurs n'aiment pas la vérité et vous accuse de porter atteinte à la dignité des personnes de l'administration, si les écrits accusent personnes de l'Administration, à la diffamation de ces personnes même s'il s'agit de lettres personnelles qui ne sont ni diffusées, ni envoyées à des tiers, avec des preuves qu'ils ne vérifient même plus, (les plaintes deviennent irrecevable), les condamnations deviennent définitives, la prison est également leur solution pour tous les Français qui n'acceptent pas de se soumettre. Ils n'ont que peu d'instruction, il ont gravi les échelons à la force des têtes qu'ils ont enfoncée, les Benalla et compagnie, s'ils ont eu des diplômes pour sanctionner des semblants d'études, ils avouent qu'ils ont trichés, et la Ripoublique est composée comme l'Eglise franc-maçonne des nouveaux arrivants LGBT qui sont protégé par une Armée à l'image de la nouvelle France. En plus comme la Justice est composée à 99% de Francs-Maçons qui doivent par principe et par engagement s'entraider, vous êtes souvent jugé par Maître trois points ***, qui vous donne tord simplement parce que vous n'êtes pas *** ou simplement que votre grade n'est pas connu, ou que vous vous en preniez à l'un des leurs! Dans Trois il y a ROI. Ce qu'il faut savoir, et que l'on sait dans les hauts grades, c'est que les F.M. sont sous la Tutelle de Satan et du B'nai B'right, l'organisation de tutelle de toutes les grandes loges.

Louise Guersan

L'armée américaine vole 2,13 milliards de dollars d'or en Syrie dans le cadre d'un accord avec l'Etat IslamiqueL'armée américaine a été surprise en train d'expédier 50 tonnes d'or hors de Syrie dans le cadre d'un prétendu accord avec des combattants de l’État islamique au nord-est de la Syrie.  

 

Selon des reportages de l'agence de presse syrienne SANA, des responsables militaires américains ont conclu un accord avec des terroristes mercenaires  de l'Etat islamique aux termes duquel le groupe terroriste leur permettrait de transporter 50 tonnes d'or dans la province de Deir el-Zour, située dans l'Est de la Syrie, en échange d'un passage sûr pour les terroristes.

 

Themindunleashed.com rapporte: Le métal précieux, d'une valeur d'environ 2,13 milliards de dollars, a été pillé par le soi-disant «califat» lors de son règne de terreur en Syrie et en Irak entre 2015 et 2017. Cet or aurait été volé par l'Etat islamique à Mossoul en Irak et dans d'autres régions de la Syrie. Le rapport ajoute que les dernières cachettes du groupe terroriste à Deir-el-Zour contiennent également des millions de dollars en liquide pillés par le groupe de toute la Syrie et de l’Irak voisin.

 

Selon le quotidien turc Daily Sabah , des hélicoptères de l'armée américaine auraient déjà transféré l'or de la base des forces américaines à Kobane, une ville contrôlée par les Kurdes et située à proximité de la frontière nord-syrienne. Une partie de l’or a également été distribuée aux Unités de protection du peuple kurde (YPG), qui dominent les Forces démocratiques syriennes (SDF) alliées aux États-Unis. 

 

La nouvelle intervient après que SANA eut déclaré que des habitants avaient assisté à des hélicoptères américains qui avaient transporté de grosses caisses contenant une quarantaine de tonnes d’or dans la région d’Al-Dashisha, dans le sud de la campagne de Hasaka. Les médias syriens ont affirmé que les dirigeants de l’Etat islamique ont guidé les hélicoptères américains vers les endroits où l’or était caché, "suite à un accord par lequel Washington a épargné des centaines de dirigeants et d’experts de l’organisation terroriste." 

 

Les affirmations du gouvernement syrien coïncident avec celles de l’observatoire, l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), basé au Royaume-Uni, selon lesquelles les États-Unis et leurs alliés kurdes auraient épargné les combattants de l’Etat islamique dans le but de mettre la main sur le butin du groupe. 

http://www.wikistrike.com/2018/11/alerte-jp-morgan-vient-de-faire-main-basse-sur-l-or-de-la-banque-de-france.html

L’OSDH a déclaré: 

«Les forces de la coalition dirigées par les États-Unis et les Forces démocratiques syriennes (SDF) ne ciblent pas délibérément les zones sous le contrôle des terroristes et des commandants de l'EI dans l'est de l'Euphrate à Deir el-Zour. Par contre, elles tentent de localiser ses trésors en forçant  les terroristes de l’EI/ISIS de parler de son emplacement après s'être rendu. " 

Les médias syriens et russes affirment depuis longtemps que, contrairement à ce que prétend Washington, Washington ne mène pas de guerre contre le groupe extrémiste ISIS. Les forces américaines collaborent avec ISIS de multiples façons. 

Lors de la destruction de Raqqa sous contrôle de l’État islamique en Syrie par la coalition dirigée par les États-Unis, un accord secret a été conclu avec le groupe qui a permis aux membres de quitter les lieux en toute sécurité lors de son évacuation. L’accord, découvert par la BBC, a assuré la survie et la liberté de nombreux dirigeants de l’ISIS et de nombreux combattants étrangers. 

Les États-Unis maintiennent toujours leur base à al-Tanf, à la frontière syro-jordanienne, en violation du droit international et contre la volonté du gouvernement syrien sous prétexte de lutter contre l'Etat islamique. Moscou a accusé à plusieurs reprises les États-Unis de former de nouveaux groupes armés à partir des restes de l'Etat islamique, où ils avaient carte blanche pour se cacher dans le désert puis jaillir « comme un diable sorti de sa boîte »  pour tendre des embuscades aux troupes syriennes avant de s’enfuir se protéger dans les zones sous contrôle des États-Unis, comme la base d’al-tanf. 

Le dernier rapport a été publié environ une semaine après que la coalition dirigée par les États-Unis ait transféré les terroristes de Daesh et les membres de leur famille dans 50 camions du village de Baghouz, où les éléments restants de Daesh sont bloqués, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme. 

"Les États-Unis protègent Daesh" 

Dans le même temps, un législateur irakien a déclaré que le chef de file de Daesh, Abou Bakr al-Baghdadi, alias Ibrahim al-Samarrai, de son vrai nom juif israélien Shimon Elliot, « est actuellement protégé par les forces américaines dans une zone désertique de l’ouest située dans la province irakienne d’Al-Anbar. » 

Hassan Salem, du Bloc Al-Sadiqoun du Parlement, associé au groupe paramilitaire Asa’ib Ahl al-Haq (Ligue des Justes), a fait ces remarques sur le site d'information libanais Elnashra. 

« Les forces américaines basées à la base aérienne Ayn al-Asad dans la province, qui est utilisée par l’armée américaine, fournissent tous les moyens nécessaires au mouvement d’al-Baghdadi entre l’Irak et la Syrie », a-t-il ajouté. 

"Il voyage entre l'Irak et la Syrie sous la protection des forces américaines", a déclaré Salem. 

 
 

Washington, a-t-il ajouté, « soutient le mouvement d'al-Baghdadi, craignant qu'un projet de législature préparé au parlement n'oblige les forces américaines à quitter le sol irakien. » 

VOIR AUSSI : 

Partager la publication "Main basse sur l’or du Mali"Avec une production moyenne de 70 tonnes par an, les mines d’or du Mali génèrent des centaines de milliards CFA. Mais l’Etat malien et les populations installées sur les sites n’y voient que du feu à cause, notamment, du système mafieux mis en place par les sociétés minières. Avec la complicité tacite de la Banque mondiale. Un article de Oumar Babi paru sur Maliactu. 

 

« Parce qu’il n’a pas les moyens techniques d’extraire son or et que la Banque mondiale en a décidé ainsi, l’Etat malien n’est qu’un actionnaire minoritaire des entreprises exploitantes, présentes sur son sol ».Dans un rapport d’enquête, publié en 2007 déjà, la fédération Internationale des Droits de l’Homme(FIDH) lève un coin du voile sur la gestion, faite de l’or malien, par les multinationales. Troisième  producteur mondiale d’or, après l’Afrique du Sud et le Ghana, le Mali n’en demeure pas moins l’un des pays les plus pauvres au monde. 

 

Ce constat de la FIDH a été corroboré par d’autres rapports, élaborés par des organisations internationales. Selon le ministère malien des Mines, la valeur totale des exportations d’or a atteint, en 2014, 863 milliards CFA. Soit, plus de 70 % des recettes d’exportation totale du Mali. Mais elle n’a contribué au budget qu’à hauteur de 254,3 milliards CFA. Soit 25 % des recettes budgétaires et 8 % du PIB. Et comme si cela ne suffisait pas, les populations installées sur ce site n’y voient que de la poussière. La contribution totale des sociétés minières, au développement local, est insignifiante. En 2014, seulement 1 milliard CFA avait été affecté à l’ensemble des villages de Kayes, abritant ces mines. 

 

Espoirs déçus 

 

« Les attentes des communautés locales, en ce qui concerne l’amélioration du niveau de vie socio-économique (éducation, formation, création d’emplois, réalisation d’infrastructures) ne sont pas comblées », indique un élu local. 

Et Mr Amadou Konaré, opérateur économique de cette localité d’ajouter : « Franchement, nous ne savons pas ce que l’exploitation minière a rapporté aux populations de Syama, Fourou, et du cercle de Kadiolo. La preuve, c’est que la SOMISY (Société Minière de Syama) n’est pas parvenue à bitumer un tronçon de moins de 100 km, entre la mine et la route nationale reliant le Mali à la Côte-d’Ivoire. Pendant l’hivernage, cet axe est impraticable. Sans compter que les populations de Fourou souffrent toujours d’une grave pénurie d’eau en saison sèche ». 

 

Face à la réaction des populations, la SOMISY rappelle avoir doté le village de Fourou d’un lycée public, d’une salle de spectacle, d’un château d’eau et de salles de classes. Insuffisant, jugent les populations au regard des centaines de milliards CFA générés, chaque année, par les mines de cette localité. 

Et l’ONG britannique, Alert, de rappeler, dans son rapport international que les « communautés à la base bénéficient peu de l’exploitation minière »  dans la région de Kayes. Dans le domaine des emplois, les attentes sont loin d’être comblées. Faute d’emplois bien rémunérés dans les mines, les jeunes des localités abritant les mines se voient obligés d’émigrer. Soit vers l’Europe soit vers les villes. 

 

Et un universitaire, originaire de cette localité, de pointer un doigt accusateur vers le gouvernement, qui ne fait rien, ou presque, pour défendre ses intérêts. Et ceux des populations locales : « Nous ne devons pas en vouloir aux sociétés minières, mais au gouvernement et surtout à nos élus, qui ne défendent pas comme il se doit les intérêts communautaires ». 

De son côté, le gouvernement explique cette situation par le manque de coordination entre les actions des différentes sociétés minières, opérant dans les mêmes zones géographiques. Ainsi, dit-il, chaque société minière dispose d’un plan de développement communautaire qu’elle met en œuvre, sans concertation avec les autres. En clair, la mise en œuvre du plan de développement local est laissée au bon vouloir des sociétés minières. 
 

L’origine de ce paradoxe 
 

A l’origine de ce paradoxe, un plan diabolique, pensé et mis en œuvre par la Banque mondiale, au profit des multinationales. Surendetté, le Mali n’avait d’autre choix que de se soumettre au Programme d’Ajustement Structurel(PAS). Une ordonnance prescrite à notre pays par le « médecin de Bretton-Wood » : la Banque mondiale. C’était dans les années 80. 

Pour elle, les Etats africains sont inaptes à disposer d’une industrie minière ; c’est-à-dire, trop pauvres pour assumer des investissements liés aux capacités techniques des industries minières. Du coup, son diagnostic tombe comme un couperet : exiger de nos pays qu’ils se dotent d’un code minier attractif ; c’est-à-dire, profitable aux multinationales. 

C’est ainsi qu’en 1995, près de 35 pays africains reforment leur code minier. Au Mali, la réforme du code minier est intervenue dès 1991. Car la toute puissante Banque mondiale menaçait de fermer le « robinet à sous » à notre pays. Et ce qui devrait arriver, arriva. 

 

L’Etat malien clochardisé 

 

La brèche étant ouverte, les multinationales s’y engouffrent. Avec, sous leurs bras, leurs capitaux. Elles lèvent des fonds à la bourse de Toronto (Canada) des fonds destinés à l’Afrique. Notamment, au secteur minier. 

Au Mali, trois multinationales détiennent le monopole de l’or : Anglogold Ashanti, Rangold et  Iamgold. 

 

Selon le rapport d’enquête de la FIDH, la mine d’or de Morila est la parfaite illustration de la gestion mafieuse des mines d’or du Mali par les sociétés minières. 

 

En juillet 2000, explique le rapport, Rangold cède 40 % de son permis d’exploitation à Anglogold. Ensemble, elles créent Morila Limited qui, avec l’Etat malien, actionnaire à hauteur de 20 %, donnera naissance à une société fantôme, dénommée « Morila- SA ». C’est cette dernière, qui énumère Anglogold Ashanti – services Mali –SA, comme opérateur minier. Ainsi 1 % des ventes d’or lui reviennent, au titre de frais de gestion. A titre d’exemple, cette société fantoche a perçu, en 2005, un million de dollars de frais de consultation. Pour avoir fait quoi ? Vous demandez-vous ! Rien ! 

Autre exemple de la gestion mafieuse de l’or malien par les sociétés minières, selon la FIDH : Morila- SA, à son tour, ne traite que le minerai extrait. Son extraction, elle, est confiée à une autre société : SOMADEX. 

 

Filiale du Groupe français Bouygues, cette société s’attribue la part du lion. Pour avoir investi dans le matériel d’extraction du minerai. Voilà, schématiquement, comment les fonds générés par l’or malien, sont repartis entre les multinationales et les sociétés de sous-traitance. A noter que la mine d’or de Morila arrive à épuisement. De classe mondiale, elle est contrôlée à 40 % par Anglogold Ashanti ; 40 % par Rangold- Ressources et 20 % par l’Etat malien. En quinze ans d’exploitation, elle a produit plus de 6 millions d’onces d’or. Mais elle n’a rapporté, à l’issue de ces 15 ans d’exploitation, que 2 pauvres milliards de dollars. 

 

L’Etat malien et la portion congrue 

 

Au cours de sa conférence de presse, organisée la semaine dernière, l’Organisation internationale Publiez Ce Que vous Payez, en abrégé PCQVP, dénonce le manque à gagner, accusé par l’Etat,  suite aux exonérations accordées aux sociétés minières. 

 

« Les contrats miniers révèlent, malgré une évolution positive, plusieurs problèmes qui sont à l’origine des manque à gagner considérables pour l’Etat malien. Parmi ces problèmes, on peut citer les nombreuses exonérations accordées aux sociétés minières, ainsi que les clauses de stabilité contenues dans les contrats miniers », déplore le rapport de PCQVP. Et le même rapport de préciser : « Nous avons constaté une baisse progressive d’impôts au profit des sociétés minières au Mali. Le code minier de 1999 consacre au trésor malien 35 % de leurs bénéfices, au lieu des 45 % prévus en 1991. Le code 2012 stipule, lui, un versement de seulement 30 % des bénéfices au trésor malien », regrette Nouhoun Diakité, coordinateur du PCQVP. Aussi, les auteurs de ce rapport déplorent le manque d’expériences des personnes chargées de négocier ces contrats. 

 

Bref, vingt ans après le boom de l’exploitation aurifère au Mali, les populations attendent toujours de bénéficier de ses retombées. Nommé ministre des Mines, dans le gouvernement Tatam Ly, Dr Boubou Cissé, actuellement ministre de l’Economie et des Finances, avait promis un « inventaire complet de tous les contrats miniers ….S’il y  a des contrats qu’il est nécessaire de revoir dans l’intérêt du Mali, nous entamerons des négociations avec les partenaires concernés ». 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article