WWIII : PRENEZ A COURT TERME LA DECISION DE QUITTER LES GRANDES VILLES ET DE VOUS REFUGIER DANS DES CAMPAGNES ELOIGNEES DE LA MER ET DE LA MONTAGNE.

Publié le par José Pedro, collectif des rédacteurs dans LAOSOPHIE sur Overblog

WWIII : PRENEZ A COURT TERME LA DECISION DE QUITTER LES GRANDES VILLES ET DE VOUS REFUGIER DANS DES CAMPAGNES ELOIGNEES DE LA MER ET DE LA MONTAGNE.
LA GUERRE EST INÉVITABLE. UNE GUERRE LONGUE, NUCLEAIRE DE 30 ANS. NOUS SOMMES EN GUERRE, ET LES FORCES DU MAL "OCCIDENT", SE DECHAINENT CONTRE L'ORIENT. CE N'EST PLUS UNE RESIDENCE QU'IL VOUS FAUT, C'EST UN BUNKER POUR VOS ENFANTS ET VOTRE FAMILLE. DANS BEAUCOUP DE PAYS ILS SONT PRÊTS AVEC DES VILLES SOUTERRAINES ET ILS ONT DEJA MONOPOLISE LES RESSOURCES POUR EUX.
DENVER. 104 AUTRES VILLES. PENTAGONE ET COMMANDEMENT RUSSE. DEMOCRATIE EN FRANCE . A MOSCOU 10000 BUNKERS PROTEGENT LA POPULATION, AUX USA SEULS LES RICHES EN ONT, EN SUISSE TOUTE LA POPULATION PEUT ÊTRE PROTEGEE, EN FRANCE IL Y A LE PC JUPITER! CHAQUE PERSONNE DOIT AVOIR AU MOINS TROIS MOIS D'AUTONOMIE DANS UN BUNKER ET DES EQUIPEMENTS DE FILTRATION D'AIR, AINSI QUE DE L'ENERGIE POUR CEUX QUI VEULENT SURVIVRE, LES AUTRES ON LES A ASSEZ ENTENDU!
 
Par Ron Ewart
 
Dr Ronald (Ron) Robertson Ewart, médecin généraliste

Le 13 mars 2019

Si vous ne vous dressez pas maintenant, le mal gagne, et la guerre est inévitable

« Ici, je me trouve à nouveau au bord de la guerre, un citoyen de nulle part, pas de temps, pas de pays, sauf le mien…  et qu’un pays ensanglanté par une mer, bordé uniquement par les contours d’un visage aimé depuis longtemps. » (Diana Gabaldan, auteure contemporaine,  Série Outlander)

Ce n’est pas très souvent dans l’histoire de l’Amérique que les deux parties se sont jusqu’à présent aussi éloignées et qu’elles se séparent toujours au fil des jours.  Les dos se cambrent, la colère monte et les cheveux se dressent sur le dos de notre cou collectif.  L’Amérique bouillonne, la rhétorique s’allonge, la température augmente, la marmite est en ébullition et l’odeur âcre de la guerre est dans l’air…  encore !  De nombreux experts crédibles prédisent une guerre civile en Amérique comme en France et en Europe.  Même le grand, Mark Levin, fait allusion à la possibilité d’une guerre civile dans une émission d’une demi-heure.  Il ne le fait pas à la légère.

Un homme qui a récemment témoigné devant le Congrès au sujet d’une loi sur le contrôle des armes à feu suggère également la possibilité d’une guerre civile.  Il en a marre des mensonges, des dissimulations, de la corruption, du copinage, de l’usurpation de nos droits inaliénables et de la destruction de notre Constitution. Cet homme parle pour des millions d’Américains.

Mais, la guerre à venir n’est pas une guerre entre nations se disputant la géographie, les ressources, les territoires ou la religion.  C’est une guerre d’idéologies opposées et quelle idéologie détiendra le pouvoir politique au sein de notre propre nation.  Nous sommes déjà venus ici auparavant, mais, nous avons toujours pris du recul, à une exception horrible en 1861.  La question est de savoir si nous pouvons revenir en arrière cette fois-ci.

Les cicatrices de la guerre habitent nombre d’entre nous aujourd’hui.  Les membres de la « plus ancienne génération » sont de moins en moins vivants. Même aujourd’hui, les souvenirs de cette guerre fondent en larmes lorsqu’ils revivent les horreurs qui tourmentent leurs esprits après une guerre menée il y a 75 ans.  Ceux qui ont combattu dans les guerres de Corée et du Vietnam se souviennent des vies perdues de leurs amis et de la mort et de la destruction.  Les anciens combattants vietnamiens se souviennent de s’être faits crachés dessus à leur retour à la maison.  Et maintenant, nous devons mener des guerres dans des pays étrangers contre une idéologie qui ne connaît aucune nation, mais, une idéologie qui vit de la haine pure pour tout autre être humain sur terre qui ne croit pas en un Islam radical.

La plupart des soldats de combat sont modifiés pour toujours par les événements de guerre.  Beaucoup ne mènent jamais une vie normale par la suite. Une guerre silencieuse fait rage dans leur esprit alors qu’ils se déplacent entre les souvenirs de la folie et du carnage sanglant de la guerre et la prétendue santé d’une vie normale en paix.  Beaucoup perdent la bataille et finissent par divorcer, commettre des crimes ou devenir des sans-abri.  Telle est la face laide de la guerre et il convient de l’éviter à tout prix, à moins que nous ne nous retrouvions un jour « … à combattre quand il n’y a plus d’espoir de victoire, car il vaut mieux périr que de vivre en esclavage. » (Churchill )

Ce qui nous sépare est fondamental et irréconciliable.  Le fossé entre les libéraux et les conservateurs est aujourd’hui aussi grand que le fossé entre les Israéliens et les Palestiniens, un fossé qui ne sera peut-être jamais comblé.  En tant que nation, en tant que peuple et en tant que culture, nous avons le choix entre les principes de la liberté et le pouvoir politique brut, incontrôlé et descendant.  Le compromis entre les deux parties est un jeu sans issue qui mènera éventuellement à la guerre.  Il ne peut y avoir de compromis entre la liberté et l’esclavage, et le socialisme-mondialisme progressiste sérieusement proposé par la gauche, comme voie d’avenir, est un esclavage abject.  Leur « Nouvel Accord Vert » est l’invention des aliénés criminels.  Medicare-pour-tous n’est qu’un sous-ensemble du Nouvel Accord Vert, éclos par des idiots dont la s mission est d’obtenir le pouvoir absolu en recueillant la majorité des voix des masses ignorantes et lavées du cerveau à la recherche de produits « gratuits ».

En tant que nation et en tant que peuple, nous devons choisir entre les droits inaliénables du peuple et les pouvoirs limités de ceux qui nous gouvernent, tels que codifiés dans la loi par la Constitution des États-Unis, sans quoi nous pourrions être contraints de choisir un gouvernement et une classe dirigeante du pouvoir.  Si nous choisissons ce dernier, une partie importante du pays sera forcée d’entrer en guerre pour préserver la liberté et cette partie possède la plupart des armes à feu.  Mais, la guerre n’est pas la solution.  Cela ne mènera qu’au chaos, à l’anarchie, à la mort et peut-être même à une dictature.

Les jeunes (la génération du millénaire) qui embrassent maintenant le socialisme ont été façonnés de la sorte par nos systèmes d’enseignements publics et supérieurs, et le vacarme constant de messages progressistes qui imprègnent les entreprises, la famille, les voies respiratoires, les médias sociaux et parfois les chaires des églises ?  De par sa conception, le progressivisme a lentement infiltré toutes nos institutions au cours des 100 dernières années, comme un cheval de Troie et il n’y a guère de personne en vie aujourd’hui qui n’ait été infectée de quelque façon que ce soit par le virus Progressif.

Mais, ceux de plus de 65 ans sont sages avec les duperies.  Ils ont la sagesse de l’âge, de la logique, de l’intellect et de l’histoire pour voir à travers le voile de la tromperie offert par le jeu contre le progressisme, le socialisme, le mondialisme et le réchauffement climatique causé par l’homme.  Malheureusement, les plus de 65 ans n’ont plus la force de s’engager dans la bataille qui se profile de plus en plus dans notre avenir.  Par le passé, toute bataille est transmise aux jeunes qui possèdent l’énergie, le courage et la motivation nécessaires pour poursuivre une guerre.  Mais, ces mêmes jeunes, aujourd’hui, ne voient aucune raison de faire la guerre et soutiennent en réalité pleinement le cadre gouvernemental progressiste-socialiste qui consiste à « libérer » tout sans tenir compte de ceux qui doivent payer pour tout « gratuitement ».

Existe-t-il une réponse à ce dilemme du lavage de cerveau progressif générationnel ?  Comment pouvons-nous éviter la guerre alors que nous sommes si éloignés l’un de l’autre ?  L’une des parties veut nous priver de notre liberté et l’autre n’a pas l’intention de capituler.  La guerre, étant politique par d’autres moyens, pourrait être l’arbitre final.

Lorsque gagner semble impossible, les généraux intelligents recherchent le talon d’Achille de leur ennemi et de l’autre côté a plusieurs talons d’Achille.  Ils ne respectent pas et ne respecteront pas les règles, car leur seul objectif est le pouvoir absolu par quelque moyen que ce soit, en l’absence de principe ou de loi. Le progressisme et le socialisme mènent à l’élitisme, à l’arrogance, au copinage et à la corruption, et l’élitisme, l’arrogance, le copinage et la corruption du côté progressiste sont légendaires.  Ils sont arrogants parce qu’ils pensent que leur chemin est le seul moyen.  Ils sont devenus corrompus parce que les gens leur ont permis de s’en tirer.  Il n’y a pas de compromis avec eux et si la vérité est connue, nous avons fait des compromis avec eux depuis trop longtemps.

Sachant qu’une guerre est la dernière alternative viable, comment pouvons-nous les vaincre ?  Il y a un moyen et c’est d’exposer à grande échelle leur arrogance, leur copinage et leur corruption, locale, étatique et fédérale.  À mesure que l’exposition grandit et augmente, ceux qui soutiennent l’autre côté vont se retrouver face à un dilemme.  Soutiendront-ils le pouvoir pour le pouvoir ou appuieront-ils enfin les principes constitutionnels et décideront-ils que la liberté vaut mieux que l’esclavage ?

Mais, vous dites, comment pouvons-nous exposer leur arrogance, leur copinage et leur corruption ?  Vous le faites en enquêtant sur un juge, un politicien et un bureaucrate à la fois, avec des équipes d’enquêteurs citoyens de toutes les villes, de tous les comtés et de tous les états d’Amérique.  Nous n’avons pas à partir en guerre.  Nous devons juste enquêter et exposer.

Parmi notre vaste auditoire de lecteurs, il est fort probable qu’un ou plusieurs d’entre vous connaissent un politicien, un juge ou un bureaucrate que vous pensez (ou savez) corrompu ?  Qui sait, peut-être que tous sont corrompus.  Il s’avère que plus le juge, le politicien ou le bureaucrate est en poste depuis longtemps, plus il est probable qu’ils soient corrompus.

Dans la vie privée de votre domicile avec un ordinateur et une connexion internet, vous pouvez enquêter sur un homme politique, un juge ou un bureaucrate pour malversation, corruption, crimes, infidélité ou violation du serment professionnel, puis, les exposer au grand public.  Rien n’élimine plus rapidement la corruption qu’un faisceau de lumière de vérité très concentré.

Nous allons vous montrer comment le faire en utilisant votre propre ordinateur, internet et certaines techniques d’investigation.  Nous avons mis au point une méthode permettant de vérifier la preuve d’actes répréhensibles, de fournir des affidavits permettant de déclarer la preuve par écrit et d’indiquer les endroits où le meilleur endroit pour fournir la preuve qui fait le plus de bien.  Nous fournissons des exemples de demandes de loi sur la liberté d’informations et d’autres documents pour obtenir des preuves plus difficiles à trouver.

Nous n’avons pas besoin de 10.000.000 de citoyens-patriotes pour faire le travail. Pouvez-vous imaginer les ravages que nous pourrions provoquer si nous avions juste 10.000 enquêteurs citoyens ou plus, plongeant au fond de chaque juge, chaque homme politique ou chaque bureaucrate démocrate ?

Oui, il y a probablement autant de politiciens républicains corrompus que de politiciens démocrates et chacun serait un jeu d’investigation équitable.  La liberté ne peut coexister dans la soupe toxique de la corruption.  La corruption, le copinage, le manque d’intégrité, l’honneur et l’honnêteté sont les tueurs d’une République constitutionnelle.  Si la liberté doit survivre, la corruption doit être considérablement réduite ou éliminée.  La seule façon de l’éliminer est de l’exposer et le camp adverse tremblera dans ses bottes en sachant que des milliers de citoyens américains « viennent le chercher »…  en toute légalité !

Que vous soyez jeune, d’âge moyen ou âgé, c’est une chose qu’à peu près tout le monde peut faire sans faire beaucoup d’efforts ni dépenser beaucoup d’argent. Tout ce dont vous avez besoin est un désir de rechercher et de trouver cette preuve qui conduira à la disgrâce un politicien, un juge ou un bureaucrate, ou à le renvoyer en justice pour poursuites pénales.  Et, il y a un bonus !  Si la personne sur laquelle vous enquêtez est évincée, démissionne, est destituée ou si elle est rappelée à la suite de vos efforts d’enquêtes incriminantes, vous pourriez avoir droit à une indemnité pécuniaire importante.

Qu’avez-vous à perdre ?  Juste votre liberté si vous laissez gagner l’autre côté !

Les Américains ont trois choix.

1)  Capituler ouvertement devant les progressifs,

2)  Ne rien faire, ce qui revient à capituler ou

3)  Se battre.

Si les démocrates reprennent le contrôle de la situation, les taxes et les réglementations augmenteront de manière spectaculaire, des lois extrêmement restrictives en matière de contrôle des armes à feu seront adoptées, des centaines de milliers d’emplois pourraient être perdus et ils adopteront sans aucun doute leur Nouvel Accord Vert et leur Medicare-pour-tous, juste comme ils ont passé ObamaCare.  S’ils prennent le contrôle, l’Amérique ne sera plus qu’un tiers-monde, la banqueroute, la république socialiste, la république de bananes et la guerre sera inévitable.

Source: News With Views 

Le haut commandement russe se déclare prêt à une confrontation militaire avec les USA  

Il aura fallu moins de 10 ans pour ressusciter l'armée russe. Maintenant la question est de savoir combien de mois tiendra t'elle en cas de conflit de grande envergure…  

En 2011, Anatoly Serdioukov, le ministre russe de la Défense de l'époque, lança le programme d'armement 2011-2020. L'information suscita peu d'intérêt en Occident, sans doute parce que le délai semblait lointain et que peu d'experts croyait que la Russie avait les moyens technologiques, logistiques et budgétaires pour moderniser son armée et la rendre capable de rivaliser avec les armées occidentales. 
 
L'objectif : La guerre de Géorgie de 2008, gagnée par la Russie en cinq jours grâce à l'efficience de ses forces terrestres, avait révélé des faiblesses qui auraient été fatales face à une armée occidentale. Il faut savoir que les Forces armées russes ont perdu plus d'avions et que plus de soldats sont morts en cinq jours qu'en trois ans d'intervention en Syrie. 1  
 
Après les bombardements illégaux de l'OTAN sur la Serbie de 1999 qui laissèrent la Russie impuissante à venir en aide à son alliée et les cafouillages des guerres de Tchétchénie, la direction russe comprit qu'elle devait porter une attention particulière à ses forces conventionnelles. Se reposer sur la dissuasion nucléaire n'est pas suffisant pour se protéger d'ennemis aussi retors que les États-Unis et leurs satellites.  
 
La guerre de Géorgie a été l'élément déclencheur de la décision de remise à niveau de l'Armée russe. L'objectif était de faire de la Russie une des trois premières puissances militaires du monde en 2020.   
 

La situation actuelle 
 
Le programme de réarmement est en avance sur les prévisions et nous pouvons constater qu'il y a eu un saut qualitatif sans équivalent à l'Ouest. Les armes stratégiques de nouveau type sont nombreuses et certaines utilisent des principes physiques nouveaux suivant les déclarations de Vladimir Poutine devant les corps constitués de la Fédération de Russie le 1er mars dernier  
 
La partie militaire de ce discours avait plutôt porté sur les armes stratégiques nouvelles tandis que les nouvelles armes conventionnelles étaient testées sur les champs de bataille de Syrie 2 et d'Ukraine.  
 
Les manœuvres « Vostok 2018 » en Sibérie qui ont rassemblé 300.000 soldats, 36.000 véhicules blindés et autres, 80 bâtiments de guerre, plus de 1.000 avions, hélicoptères et drones viennent de se terminer avec succès. 
 
Ces vastes manœuvres, d'ailleurs analysées avec un ton léger en Occident, avait deux buts : 
- Préparer l'Armée russe à des opérations de grande ampleur sur son territoire ou dans son étranger proche 
-Démontrer à certains de ses proches voisins et aux Occidentaux que la Russie a les moyens de défendre ses intérêts et sa sécurité. 
 
Je ne suis pas sûr que ce dernier message ait bien été entendu.   
 
Bluff ou pas bluff ?  
 
L'inventaire des nouvelles armes russes dressé par le président Poutine lors de son discours du 1er mars dernier a laissé pas mal d'experts militaires perplexes.  
 
Leurs avis étaient partagés entre l'étonnement et la mise en doute des paroles du président russe.  
 
Les élites occidentales en étaient pour la plupart restées aux clichés bien imprimés dans leur esprit d'une armée russe déclinante dans un pays qui d'une manière ou d'une autre finira par rendre gorge. 
 
L'existence de ce nouvel arsenal stratégique ne fait aucun doute mais est-il réellement opérationnel à 100 % ?  
 
Est-il produit en quantité suffisante pour détenir une supériorité sur l'armée étasunienne ?  
 
La partie militaire du discours était clairement un avertissement destiné aux Occidentaux mais il est possible que Vladimir Poutine ait amplifié la force réelle de l'armée russe pour dissuader les États-Unis d'intervenir directement en Syrie ou ailleurs où des intérêts vitaux de la Russie sont en jeu.  
 
En tout cas, beaucoup d'experts militaires le considèrent ainsi.  
 
En ce qui me concerne, je n'ai aucune certitude (et même pas une opinion personnelle) quant au niveau réel des actuelles armées russe et étasunienne.  
 
Ce que je sais par contre, c'est que Vladimir Poutine ne bluffe généralement pas mais ici, la crise est suffisamment grave pour qu'il puisse faire une exception pour faire douter ses adversaires.   
 
2018-2019 
 
La tentation est grande pour les États-Unis de se confronter militairement à la Russie dans le cadre d'un conflit régional comme la Syrie ou l'Ukraine par exemple.  
 
La grande majorité sinon presque la totalité des hommes politiques étasuniens sont persuadés de la supériorité militaire, économique et morale de leur pays. 
 
Même le président Obama, pourtant censé être bien informé par ses conseillers, traita la Russie de puissance régionale en 2014. 
 
Samantha Power, l'ancienne ambassadrice étasunienne auprès de l'ONU, prétendit que comme la Russie a perdu la guerre froide, elle ne doit plus avoir le droit de défendre ses intérêts. 
 
Les déclarations méprisant la Russie sont nombreuses et dénotent bien ce concept d'exceptionnalisme qui règne parmi les élites aux États-Unis.  
 
Les militaires, plus réalistes, savent qu'ils ne doivent pas sous-estimer l'adversaire mais ils peuvent penser qu'ils gardent encore un grand avantage tout en sachant qu'il se réduira inéluctablement dans le futur.  
 
Ils pourraient croire qu'ils ont une dernière fenêtre de tir qui leur permettrait de sortir vainqueur d'une courte confrontation conventionnelles contre la Russie.  
 
De leur coté, les stratèges russes ont bien assimilé le traité de stratégie militaire « De la Guerre » de Carl von Clausewitz et adaptent bien la citation suivante : « Quand la supériorité absolue n'est pas possible, vous devez rassembler vos ressources pour obtenir la supériorité relative au point décisif. »  
 
Cela pourrait compenser l'infériorité quantitative de l'arsenal russe en armes de dernière génération.  
 
Une partie non négligeable du haut commandement russe pense que le moment est venu pour une confrontation militaire avec les États-Unis et ils pensent que le président Poutine est trop prudent et que son attentisme est une faiblesse. Pour eux, les opérations de Géorgie et de Crimée ont été des succès parce que les Russes avaient pris l'initiative.  
 
Pour la première fois de leur histoire, l'industrie de l'armement des États-Unis est vulnérable et il n'est pas garanti qu'elle sorte indemne d'une confrontation avec la Russie comme lors des deux guerres mondiales. De plus, avec les nouveaux vecteurs russes, le territoire des États-Unis n'est pas sanctuarisé.  
 
Toute la question est de savoir si un conflit régional avec la Russie est possible, s'il peut être circonscrit à un théâtre d'opération restreint et être limité dans le temps  
 
L'histoire nous a appris que ce genre de calcul s'avère souvent faux comme pour les deux guerres mondiales par exemple.  
 
2020 et après 
 
Le programme de modernisation de l'Armée russe de Anatoly Serdioukov est sur le point d'être terminé. Il reste à achever le rééquipement de l'armée russe à 70 % de matériel nouveau comme programmé mais il semble que la Russie est en avance et que ce sera vite réalisé.  
 
Certains programmes marquent le pas comme le SU-57 (qui ne faisait pas partie du programme de Anatoly Serdioukov). C'est un programme coûteux qui n'est peut-être pas utile si les avions de génération 4++ arrivent à rivaliser avec les avions étasuniens de génération 5 comme la plupart des experts le croient. La furtivité n'est plus une option importante depuis que les nouveaux systèmes de détection radar ont fait un bon en avant et ont quasi annihilé cet avantage.  
 
De plus, depuis que l'Inde a opté pour le Rafale français, elle est moins intéressée à développer cet avion avec la Russie comme initialement prévu.  
 
Ce programme pourrait bien rester en « standby ». L'expérience acquise ne sera pas perdue, le programme d'armement nouveau 2018-2025 (qui ne sera pas une modernisation d'armes anciennes comme le programme 2011-2020) fera appel à de nouveaux types d'armes qui utiliseront l'intelligence artificielle. Il ne s'agira pas d'armes télécommandées (comme les drones par exemple) mais d'armes autonomes qui, une fois lancées, prendront leurs décisions (tirer, brouiller, espionner) toutes seules sans intervention humaine.  
 
A mon avis et même si c'est généralement démenti (et interdit par le traité de l'espace déjà mis à mal par le SPACE Act étasunien de 2015), on peut aussi s'attendre à une militarisation de l'espace sous une forme impossible à définir maintenant.
 

C'est une évolution assez effrayante qui attend l'humanité.  
 
Voila pourquoi 2018 et 2019 seront sans doute les dernières années de vulnérabilité de la Russie et qu'il n'est pas impossible que des « Dr Strangelove » du Pentagone convainquent le chef de l'exécutif étasunien de se confronter militairement à la Fédération de Russie.  
 
Conclusion 
 
La sécurité dans le monde voudrait que l'on tienne compte de la nouvelle puissance militaire russe et qu'on arrête d'essayer de la réduire à une réserve de matières premières dans laquelle les multinationales occidentales pourraient se servir à leur seul bénéfice.  
 
Certains politiques européens ont déjà fait des déclarations pour établir un dialogue constructif avec Vladimir Poutine mais ils sont encore bien seuls pour le moment. La majorité des dirigeants européens sont dans une position suiviste des décisions politiques étasuniennes.  
 
Beaucoup de déclarations inconsidérées ont été faites en Occident et cela rend le retour vers le réalisme difficile : après avoir introduit des sanctions pour l'adhésion de la Crimée à la Fédération de Russie, il est difficile de les retirer maintenant sans rien obtenir en échange et avoir définitivement perdu le marché russe des produits alimentaires par exemple ou d'admettre le maintien du président Assad comme autre exemple.  
 
Les sujets de désaccords restent nombreux mais il en va de notre intérêt et de notre sécurité d'avoir des accords réalistes avec la Russie sur les points les plus dangereux que sont la Syrie et l'Ukraine.  
 
Une fuite en avant, que ce soit en Ukraine où on pourrait pousser à une reprise de la guerre civile ou en Syrie où la tentation d'intervention aérienne est grande, nous rapprocherait inéluctablement de cette troisième guerre mondiale qui devrait être redoutée de tous.  
 
Vladimir Poutine ne s'humiliera jamais à céder devant la menace mais ce n'est pas un va-t-en guerre. Le compromis trouvé avec le président Erdogan pour sortir de l'impasse à Idlib est une démonstration de la volonté russe d'éviter les bains de sang inutiles.  
 
Ce qui est inquiétant, c'est l'indifférence ou plutôt l'apathie des citoyens du monde occidental presque totalement conditionnés par les principaux médias aux mains d'oligarques qui ont des intérêts à préserver.  
 
Cette conclusion ne sera sans doute qu'une goutte de bon sens dans l'océan de propagande belliciste actuelle mais comme dans le colibri de la légende amérindienne, il est une petite part du travail pour prévenir une catastrophe universelle et mettre fin à cet insupportable sentiment de supériorité morale de notre système libéral occidental.  

Publié le 29 mars, 2019 | par Equipe de Pleinsfeux

0
JUSTIFIER LES ACTIONS DES DAMNÉS
 
Par Bradlee Dean – Le 27 mars 2019
« Faire ce que tu veux, sera toute la loi. »  (Première Écriture trouvée dans la Bible satanique, écrite par le pape noir, Anton LaVey)

Je viens juste de finir de regarder un documentaire cette semaine sur un célèbre chanteur décédé dans un passé pas si lointain.

Dans ce documentaire, ils ont commencé par montrer cette jeune femme et ses modestes débuts.  Elle a commencé en tant que chanteuse pour une Église Baptiste locale à la tête du groupe de louanges et de prières.  Quels modestes débuts.

Parlez d’un cadeau donné par Dieu !  Quelle voix !  Mes amis, elle l’avait et elle l’a utilisée, à son crédit, pour la gloire de Dieu (Psaume 96:1), du moins au début.  A quel point elle était innocente, à quel point elle était apparemment pure et à quel point elle était américaine à bien des égards.

Quand elle est devenue un peu plus âgée et a obtenu son diplôme d’un lycée, sa mère a ensuite présenté sa fille à la scène musicale à New York.  Nous savons tous ce qui suit après cela, neuf fois sur dix.  Ils sont ensuite vendus progressivement pour la cause et pour le dessein de Hollywood, des designers infernaux, accompagnés de leurs sbires immoraux dans le monde, et pourtant, à la fin, ils perdent leur vie et perdent inconsciemment leur âme (Marc 8:36).

À chaque étape, j’ai remarqué qu’elle prenait la décision de faire ce qu’elle avait choisi de faire (Deutéronome 30:19) et je n’ai jamais vu quelqu’un lui forcer la main pour faire les choix qu’elle avait faits.

Elle a d’abord commencé à se démarquer de ses vrais amis.  Elle a ensuite commencé à forniquer (le sexe avant le mariage), à consommer des drogues (cocaïne, marijuana, boire, etc.).  Vous voyez la photo, ceci a simplement empiré très rapidement.

En bref, tout ce que la vie de fête avait à offrir, elle y adhéra rapidement (1 Jean 2:15-16).  Elle est passée de servir Christ à servir le diable en très peu de temps et, à cause des faux enseignements de l’Église américaine, comme tant d’autres, elle pensait qu’elle était toujours en sécurité du Ciel (Galates 5:13).

En peu de temps, et pour connaître sa surprise, elle finit par prendre une overdose de cocaïne dans un hôtel populaire de Los Angeles, en Californie, et elle est morte.

Au cours de son éloge funèbre, j’ai regardé des images de stars de cinéma et de musiciens se rendant au pupitre de l’église pour raconter les bons moments dont ils peuvent se souvenir avec cette femme tout en jurant (Proverbes 10:11 ; Matthieu 12:34 ; Éphésiens 4:25 ; Jacques 1:26), de la façon dont cette femme est maintenant au paradis où le Seigneur l’accepte et l’approuve de tout cœur, bien qu’elle ne se soit jamais repentie de ses péchés (Actes 20:21).  N’est-il pas intéressant de voir comment les païens ont une fausse assurance du faux évangile, ainsi que les fidèles des temps modernes ?  Ils pensaient qu’elle souriait maintenant d’une manière ou d’une autre et qu’elle était plus heureuse que jamais auparavant « alors qu’elle, de là-haut, nous regarde de haut en bas », suggérant qu’elle est maintenant dans un meilleur endroit.

Peut-être que ces personnes devraient prendre le temps de lire la Bible par elles-mêmes.  Cela ressemble plus aux doctrines de la bible satanique, « Fais ce que tu veux » plutôt que « Tu ne feras pas ! » qui se trouve dans la Parole de Dieu.

Combien de fois par année dans ce pays entendons-nous des histoires similaires ?  Ce n’est pas uniquement à propos des riches et des célébrités que nous entendons ce type d’éloges non bibliques.

« Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine ; Mais, ayant la démangeaison d’entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désirs, détourneront l’oreille de la vérité, et se tourneront vers les fables. »  (2 Timothée 4:3-4)

Je suis ici pour vous dire qu’il n’y a rien de plus loin de la vérité.  Il suffit de demander à l’homme qui s’est retrouvé en enfer et qui voulait que quelqu’un aille avertir ses frères de leur témoigner « …afin qu’ils ne viennent pas aussi dans ce lieu de tourments ». (Luc 16:28)

Remarque : Vous ne devez pas craindre les amis de l’enfer, vous devez craindre Dieu (Luc 12:4), vous repentir devant Lui (Actes 20:21), et mettre votre foi dans le Christ (Galates 3:24 ; Éphésiens 2:8) et « aller et ne plus pécher » (Jean 8:11)

Et, quelle était la réponse scripturaire à l’homme en enfer ?

« Abraham répondit : Ils ont Moïse et les prophètes ; Qu’ils les écoutent.  Et il dit : Non, père Abraham, mais si quelqu’un des morts va vers eux, ils se repentiront.  Et Abraham lui dit : S’ils n’écoutent pas Moïse et les prophètes, ils ne se laisseront pas persuader quand même quelqu’un des morts ressusciterait. »   (Luc 16:29-31)

Mes amis, les faux enseignants, c’est le jugement de Dieu sur les gens qui ne veulent pas de Dieu, mais au nom de la religion, envisagent de faire tout ce que leur petit cœur charnel désire.

C’est la raison pour laquelle de faux enseignants sont élevés et mis en scène.  Les personnes assises sous de faux enseignants ne sont pas les victimes.  Les faux docteurs sont les jugements de Dieu sur eux parce qu’ils veulent exactement ce que veulent les faux docteurs, et ce n’est ni Dieu ni son Fils, Jésus-Christ.  Ils veulent simplement bénéficier d’un dieu qu’ils ont créé dans leur esprit.

« Tu ne te feras pas d’image taillée… »   (Exode 20:3)

Un dieu qui ressemble et agit exactement comme vous.

« Tu ne te feras point d’image taillées, ni de représentation quelconque des choses qui sont en haut dans les cieux, qui sont en bas sur la terre, et qui sont dans les eaux plus bas que la terre.  Tu ne te prosterneras point devant elles, et tu ne les serviras point ; Car moi, l’Éternel, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux, qui punis l’iniquité des pères sur les enfants jusqu’à la troisième et à la quatrième génération de ceux qui me haïssent. » (Exode 20:4-5)

Vous pouvez aligner de faux enseignants d’un bout à l’autre de l’Amérique.  Ce ne sont que des enseignants de leurs propres créations, ainsi que de celles des gens, et tout cela est conforme à leurs propres désirs (Exode 32:4).

Donc, vous avez un faux enseignant qui plaît aux gens qui sont là pour dire aux gens ce qu’ils peuvent avoir, ce qu’ils peuvent faire, et pour vivre sans la crainte du Seigneur en s’éloignant du mal (Proverbes 16:6), le tout dans le monde du nom d’un Jésus contrefait, au nom d’un évangile contrefait (Galates 1:6-9).

Quand tout est fini et que ces émulateurs du diable, tout en louant Jésus de leurs lèvres (Matthieu 5:6), sont au bout de leurs jours prêchés directement au ciel par d’autres faux prédicateurs.

Je l’ai vu maintes et maintes fois.  Un homme consomme de la drogue, vole un magasin et se fait tuer.  Au cours de ses funérailles, parce que le pasteur ou le prêtre qui l’avait baptisé quand il était jeune d’une manière ou d’une autre, finit au paradis parce qu’après tout, il a fait de son mieux.

Ensuite, il y a l’homme qui est tellement ivre et bat sa femme et ne pourvoit pas pour ses enfants est en quelque sorte inauguré au ciel le jour de sa mort  (1 Timothée 5:8).  Qu’écoutent les Américains ?

« Ne savez-vous pas que les injustes n’hériteront point le royaume de Dieu ?  Ne vous y trompez pas ; Ni les impudiques, ni les idolâtres, ni les voleurs, ni les cupides, ni les ivrognes, ni les outrageux, ni les ravisseurs, n’hériteront le royaume de  Dieu. » (1 Corinthiens 6:9-10)

Les Écritures sont claires :

« Celui qui pèche est du diable, (Exode 20 ; 1 Jean 3:4) ; Car le diable pèche dès le commencement.  Le Fils de Dieu a paru afin de détruire les œuvres du diable. » (1 Jean 3:8)

« Nous savons que quiconque est né de Dieu ne pèche point ; Mais celui qui est né de Dieu se garde lui-même, et le malin ne le touche pas. » (1 Jean 5:18)

Toutefois, malgré les Écritures, les chaires de tout le pays nous racontent leur version déformée de la prédication lors de funérailles remplie de gens qui n’ont presque jamais été dans des églises, des drogués, des ivrognes, des adultères, des fornicateurs, des auto-justes et de tout ce que vous pouvez imaginer.  Ils sont tous à l’église pour rendre hommage à leur ami décédé, et le pasteur  (1 Corinthiens 12:28) se lève et dit : « Je loue Dieu, je le sais (même s’il ne le fait pas), ce jeune homme a vendu beaucoup de la folle avoine quand il n’était qu’un jeune homme, et c’est moi qui l’ai conduit à prier et à recevoir Jésus comme son Seigneur », même s’il ne l’a jamais pris en considération (1 Jean 2:4, 5:12).  Puis, il gémit : « Je suis ici pour vous dire qu’il est au paradis aujourd’hui », bien qu’il ne puisse vous donner cette assurance dans les Écritures, et que tous les pécheurs égarés qui étaient présents sont sortis directement de cette église et dans les rues, justifiés de leur péché à cause de la prédication du mercenaire (Jean 10:12).  Ils sont pathétiques !

Je peux entendre quelqu’un dire que c’est méchant.  Est-ce un esprit vicieux de prêcher ce que Jésus nous a commandé de prêcher : « Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche. »  (Matthieu 3:2)

Si j’ai le remède pour un homme ou une femme qui meurt de maladie et que je refuse les moyens par lesquels ils peuvent être guéris, cela signifie-t-il de leur montrer d’abord leur maladie et ensuite celui qui peut les guérir ?

« Ce ne sont pas ceux qui se portent bien qui ont besoin de médecin, mais les malades.  Je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs. »  (Marc 2:17)

Le problème des gens d’aujourd’hui est qu’ils ne croient pas avoir besoin du Grand Médecin parce qu’ils ne croient pas qu’ils ont la maladie du péché.  En grande partie, c’est parce que les prédicateurs de l’époque ne connaissent pas les Évangiles (Osée 4:6).

« Nous, nous prêchons Christ crucifié ; Scandale pour les Juifs (à cause de leur orgueil) et folie pour les païens (ils ne croyaient pas qu’ils avaient besoin d’un Sauveur). (Corinthiens 1:23)

Charles Spurgeon a dit :

« Cherchez cet évangile qui déchire, blesse, et même tue, car c’est l’évangile qui fait revivre ».

Pourquoi ?  Parce que cela conduit les hommes à Christ où ils pourraient être sauvés.

Aujourd’hui, la plupart des surveillants des églises ne prêchent pas le conseil complet de Dieu (Loi de Grâce) à cause de leur lâcheté d’offenser les hommes, ne réalisant pas que les pécheurs sont une offense à Dieu (Psaume 7:11).

Les congrégations d’aujourd’hui dans ce pays sont ignorantes de l’Évangile parce que la plupart des prédicateurs de ce pays sont ignorants de l’Évangile.

Le salut n’est pas simplement un changement de pratique, il en est le fruit.  Ce n’est pas une nouvelle page, ce n’est pas une résolution du Nouvel An, ce n’est pas cette conviction forte de vouloir être une personne différente.  Rien de tout cela n’est le salut.

Le salut est un travail surnaturel de Dieu selon lequel une personne devient réellement une nouvelle créature en Christ (Jean 3:3).

« Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature.  Les choses anciennes sont passées ; Voici, toutes choses sont devenues nouvelles. » (2 Corinthiens 5:17)

En conclusion, la Bible dit que nous devons « nous efforcer de nous présenter devant Dieu comme un homme éprouvé, un ouvrier qui n’a point à rougir, qui dispose droitement la parole de la vérité. »  (2 Timothée 2:15)

Il est également dit de « travailler à votre salut avec crainte et tremblement. »  (Philippiens 2:12)

Cela ne nous dit pas de marquer nos manches à ceux à qui on nous a appris de savoir mieux que nous.  C’est ainsi que sont fabriqués les esclaves.  Nous, en tant qu’individus, devons commencer à creuser pour nous-mêmes afin de savoir si nous appartenons au Seigneur et à son Esprit.

« Telle voie paraît droite à un homme, mais son issue, c’est la voie de la mort. » (Proverbes 14:12)

J’ai commencé la chronique de cette semaine avec une citation d’Anton LaVey.

« Fais ce que tu veux, ce sera toute la loi ».

Pour certains, cela peut être un jeu à jouer.  Ce qu’il faut noter, ce ne sont pas tant les années passées par Anton LaVey à se moquer de Dieu (Galates 6:7), ni à enseigner aux autres à faire ce qu’ils désiraient malgré le livre « Tu ne feras pas »  (Exode 20).  Prenez note de la façon dont LaVey a joué vaguement avec sa propre éternité, et comment il a réagi lorsqu’il est venu le temps de quitter ce monde pour faire face à son Créateur, car seule une histoire différente était à raconter (Apocalypse 20:11-15).  Il a été rapporté que, alors qu’il était mourant sur son lit, il a commencé à dire :

« Oh mon Dieu, oh mon Dieu, il y a quelque chose de très faux, il y a quelque chose de très mauvais », alors qu’il demande la miséricorde de Dieu alors qu’il se glisse dans l’enfer.

« Anton a déclaré qu’en tant que sataniste, il croyait dans le Dieu de la Bible, mais, a refusé de l’adorer et a délibérément pris la décision d’adorer Satan. »  (Entretien personnel avec Susan Atkins, Good Fight Ministries – La vérité sur les cultes sataniques)

En fin de compte, il a révélé que la plupart de ses affirmations étaient fausses.  Il avait tort avec ce qu’il avait fait dans cette vie.  Il a fondé l’église du diable et prêchait de vivre dans le côté sombre de la vie, mais à la fin, quelques instants avant de mourir, il déclara devant la caméra qu’il avait été trompé par le diable dans sa vie et, maintenant, il allait en enfer.

« Car il est écrit : Je suis vivant, dit le Seigneur, tout genou fléchira devant moi, et toute langue donnera gloire a Dieu. » (Romains 14:11)

Source: News With View