WWIII : MARC JUTIER PRESIDENT EN 2022. MARC JUTIER PREMIER CANDIDAT AUX PRIMAIRES CITOYENNES DE 2017. MARC JUTIER RASSEMBLE DES VERTS AUX INSOUMIS EN PASSANT PAR LES 80% DE FRANCAIS GILETS JAUNES.

Publié le par José Pedro, collectif des rédacteurs dans LAOSOPHIE sur Overblog

WWIII : MARC JUTIER PRESIDENT EN 2022. MARC JUTIER PREMIER CANDIDAT AUX PRIMAIRES CITOYENNES DE 2017. MARC JUTIER RASSEMBLE DES VERTS AUX INSOUMIS EN PASSANT PAR LES 80% DE FRANCAIS GILETS JAUNES. MARC JUTIER N'EST PAS UN VOTE PROTESTATAIRE. MARC JUTIER EST UN VOTE CONSTRUCTIF POUR UNE SOCIETE JUSTE AVEC UNE MONNAIE JUSTE. MARC JUTIER RECU PAR LE CONSUL DE FRANCE ET LUI SERRANT LA MAIN POUR UNE NOUVELLE FRANCE DE LA LAOSOPHIE, UNE FRANCE QUI S'AIME ET QUI N'OPPOSE PAS LES FRANCAIS LES UNS CONTRE LES AUTRES, ET UNE EUROPE DE L'ATLANTIQUE A L'OURAL. MARC JUTIER EST LE SPARTACUS DE LA POLITIQUE FRANCAISE. MARC JUTIER NOUVELLE CONSTITUTION ET VI EME REPUBLIQUE.

 

Marcus Licinius Crassus est le troisième et plus jeune fils de Publius Licinius Crassus Dives, consul en 97 av. J.-C. Crassus incarne le type même de l'aristocratie sénatoriale par sa carrière exemplaire. Son frère aîné, Publius, est décédé au cours de la guerre sociale, tandis que son père et un autre frère, Lucius, ont été victimes de la répression sanglante de Marius et de Cinna lorsque Marcus Crassus était encore jeune. En 85 av. J.-C., pour échapper à la mort, il trouve refuge en Hispanie ultérieure, auprès de la clientèle que son père y avait établie. Il recrute une petite armée, sous les ordres de Sylla lorsqu’il revient en Italie comme légat romain ou préfet. Il commande 10 Légions contre la révolte des esclaves et contre Spartacus. Publius Crassus est le second fils de Marcus Licinius Crassus, le triumvir immensément riche. 

En - 71, le général Marcus Licinius Crassus réprime cruellement la révolte des esclaves menée par le gladiateur Spartacus. Spartacus, ou du moins son principal lieutenant (le gladiateur serait mort en combattant Crassus), est crucifié avec ses compagnons sur la Via Appia, de Rome à Capoue. L'exemple est terrible et frappe durablement l'esprit des esclaves. Plus aucune révolte servile d'importance n'aura lieu dans l Empire romain. Cependant, sous Auguste, les esclaves de sa nouvelle administration travaillant à Alexandrie découvrent la Septante gréco-latine. Depuis Spartacus, beaucoup n'avaient que l'esclavage à vie pour seul horizon et rêvaient d'un «jugement dernier» où l'oppresseur romain recevrait enfin ce qu'il méritait. En découvrant l'Ancien Testament, les fonctionnaires d'Auguste découvrent un livre qui leur parle. Ils trouvent dans ces lignes un grand écho aux souffrances qu'ils endurent, et à leur espoir d'une vie meilleure dans un autre monde. Et ils vénèrent désormais le dieu unique en opposition aux dieux romains. Et surtout, l'Ancien Testament précise leur identité de personnes humiliées ayant faim de revanche. Petit à petit, l'Ancien Testament se répand dans le milieu de l'administration romaine, et plus encore à Rome. La Septante devient ainsi le manifeste de référence des esclaves et de tous ceux résistant à l'oppresseur romain. Sous l'empereur Claude (41-54), un agitateur appelant à la révolte s'appelait Chrestos, et beaucoup d'esclaves d origine juive étaient dans son groupe.

Jésus lisait-Il la Septante ? Une telle question peut paraître surprenante. On associe traditionnellement « Juif » et « hébreu ». En réalité, à l’époque de Jésus, les Judéens ne parlaient quasiment plus hébreu mais araméen. Et c’est dans cette langue que Jésus a prêché. Toutefois il n’est pas impossible que Jésus ait aussi su parler grec. Jésus se rend régulièrement à la synagogue, mais une seule fois les évangélistes nous rapportent en détail ce qu’il a lu. Examinons le texte :  « Il se rendit à Nazareth, où il avait été élevé, et, selon sa coutume, il entra dans la synagogue le jour du sabbat. Il se leva pour faire la lecture, et on lui remit le livre du prophète Esaïe. L’ayant déroulé, il trouva l’endroit où il était écrit : L’Esprit du Seigneur est sur moi, Parce qu’il m’a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres ; Il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, Pour proclamer aux captifs la délivrance, Et aux aveugles le recouvrement de la vue, Pour renvoyer libres les opprimés, Pour publier une année de grâce du Seigneur.  Ensuite, il roula le livre, le remit au serviteur, et s’assit. » Luc 4 : 16-20 

 

Jésus lit un passage du prophète Esaïe qui rapporte une série d’actions que doit accomplir le « oint », c’est-à-dire le Messie. Listons-les : 

a)     annoncer une bonne nouvelle aux pauvres 

b)     guérir ceux qui ont le cœur brisé 

c)     proclamer aux captifs la délivrance 

d)    Et aux aveugles le recouvrement de la vue 

e)     Pour renvoyer libres les opprimés 

f)     Publier une année de grâce du Seigneur. 

 

Comparons maintenant avec le texte hébreu que nous lisons dans notre Ancien Testament (Esaie 61 : 1-2) : « L’Esprit du Seigneur, l’Eternel, est sur moi, car l’Eternel m’a oint pour porter de bonnes nouvelles aux malheureux ; Il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, pour proclamer aux captifs la liberté, et aux prisonniers la délivrance; pour publier une année de grâce de l’Eternel » 

 

Etablissons à nouveau une liste : 

a) porter de bonnes nouvelles aux malheureux 

b) guérir ceux qui ont le cœur brisé 

c) proclamer aux captifs la liberté 

d) Et aux prisonniers la délivrance 

e) publier une année de grâce de l’Eternel 

 

Nous remarquons à partir de cette comparaison que dans le texte hébreu de nos Bibles il manque une des actions (« Et aux aveugles le recouvrement de la vue ») mentionnées par Jésus. D’où vient cette différence ? Tout simplement du fait que le texte cité en Luc 4, correspond au texte de la Bible grecque. Nous constatons que Jésus lit ici le texte grec. Il y a donc deux possibilités : 

 

a) Soit Jésus a lu le texte hébreu, et c’est Luc qui a introduit cette citation de la Septante. Une telle hypothèse est possible, Luc utilisait la Septante 

 b) Soit Luc a fidèlement retranscris les paroles de Jésus, et celui-ci a lu le texte de la Septante. 

 

Dans ce cas, on peut effectivement en déduire que Jésus parlait grec. Bien évidemment en réalité il est impossible de trancher face à ces deux hypothèses. La plupart des personnes pencheront certainement pour la première hypothèse, néanmoins la deuxième ne peut pas être totalement exclue. Si à première abord il peut être surprenant de penser qu’il est plus probable que Jésus parlait grec plutôt qu’hébreu (l’un n’excluant pas l’autre), une comparaison avec la situation actuelle rend néanmoins cette hypothèse plus vraisemblable. On peut en effet comparer l’araméen, le grec et l’hébreu avec le français, l’anglais et le latin.

 

Il semblerait que Jésus soit allé en Inde et au Tibet entre ses 12 ans et ses 30 ans.

 

 

INTAILLE ou sceau d' EPOQUE ROMAINE de la SEPTIMANIE, Premier Siècle avant JC, sur CORNALINE, 42mm x 32, ayant  appartenu à Publius CRASSUS, VII ème Légion Romaine (7 bâtons sur le bouclier)

 

 
 

A méditer… de Jean-Robert Raviot

 

Vous me connaissez: je suis un intégriste du réalisme politique.

C'est pourquoi, malgré toute l'aversion que m'inspire la personne du président Macron, en dépit de l'irrépressible détestation qui suinte de toutes mes fibres politico-émotionnelles à la vue de sa clique et de ses ineffables groupies, je constate que ce président est sans aucun doute le plus habile politicien au pouvoir que nous ayons eu en France depuis... longtemps. Depuis Mitterrand, tiens, dont il est le digne héritier.

Les élections européennes confirment la présidentielle de 2017. Les raccourcis abondent: "France des métropoles", celle des "winners" (ou plutôt de ceux qui veulent en être) / "France périphérique" des "losers" (ou plutôt des déclassés et de ceux qui craignent de le devenir); "bloc élitaire" contre "bloc populaire", etc. Tout cela est "grosso modo" exact.

On en est là: la droite n'est plus dans la droite, la gauche n'est plus dans la gauche. Et ça, à mon avis, c'est irréversible.

Le "bloc élitaire", dont le noyau dur est constitué par LREM, agit comme un aimant. Parce que le succès et le pouvoir attirent. Ses satellites accourent, donc, et ce n'est qu'un début ! Ils vont se multiplier. Quels sont-ils? La droite centriste macrocompatible, déjà satellisée depuis deux ans; les écologistes EELV, en voie de satellisation accélérée, et, demain, le PS, du moins ce qu'il en reste, et surtout LR, dont l'inéluctable destin est de se satelliser en lâchant le "sociétal" et l'"identitaire", en se re-juppéisant pour retrouver son créneau et son électorat en jouant le rôle de la mouche du coche fiscale et économique (moins d'impôts, protection des patrimoines de ceux qui en ont un, moins de dette publique et plus de rigueur budgétaire, etc.). Objectif n°1 de LR: retrouver ses bastions de Neuilly-Auteuil-Passy, de Versailles, de Marne-la-Coquette et de l'île de Ré (regardez les résultats de dimanche). J'exagère un peu, mais à peine: écoutez donc ces jours-ci Pécresse, Didier, Peltier... Traduction: "les municipales approchent: on arrête les conneries et on négocie pour sauver les meubles!"

Le "bloc élitaire" a de beaux jours devant lui car il incarne le mouvement, il porte la dynamique, il imprime la marche, si j'ose dire.

Le "bloc populaire" est condamné à la relégation.
Pourquoi? Les raisons en sont multiples:
-l'abstentionnisme et la faiblesse numérique croissante de sa base électorale. Le déclassement pousse à l'abstention, ou à la révolte, mais la révolte est bien circonscrite. Cf.: le traitement médiatique des "Gilets jaunes".
-le quasi-monopole du RN sur le "bloc populaire", monopole renforcé par la dérive boboïde et indigéniste de la FI (qui devrait logiquement s'accélérer).
-l'effet repoussoir des Le Pen, qui empêche tout vrai "rassemblement national" de l'électorat populaire (pour commencer, le ralliement des élites venues de la gauche patriote qui pourraient rejoindre un tel rassemblement), effet repoussoir qui condamne le RN à tenir le rôle d'ennemi et à ne jamais pouvoir devenir un parti d'opposition.

Moyennant quoi, dans la dynamique politique française, le "bloc élitaire" mène le bal. Macron a compris ça depuis longtemps, et toute sa stratégie est de demeurer le centre incontournable, le pivot de ce bloc. Il faudrait une crise majeure, un tremblement de terre, un tsunami pour troubler cette dynamique qui sort renforcée des élections de dimanche. Et qui souhaite une crise d'une telle ampleur?...

SPÉCIAL N° 3 (29/05/19): Bilderberg 2019 du jeudi 30 mai au dimanche 2 juin à Montreux, en Suisse. 

(revue de presse, chapitre 36 - Le cercle des cercles : le Bilderberg - L’avènement d’une société mondiale extrait de « La MONNAIE, hier, aujourd'hui et demain. Du diktat des banquiers à une civilisation adulte » et la liste complète des participants) 

Participeront à cette réunion 130 personnes venus de 23 pays : patrons, experts, consultants, hommes politiques … 

Sont attendus notamment Jared Kushner, principal conseiller de Donald Trump, le ministre français de l’Economie Bruno Le Maire, le PDG de Crédit-Suisse Tidjane Thiam, le gouverneur de la Banque d’Angleterre Mark Carney et l’ex-PDG de Google Eric Schmidt, le PDG de Total Patrick Pouyanné, le secrétaire général de l’OTAN Jens Stoltenberg, le PDG de Microsoft Satya Nadella, l’ancien secrétaire d’Etat américain Henry Kissinger … 

Dans la liste des chefs d’État ou diplomates de premier rang présents, on retiendra: Louise Arbour, ancienne commissaire aux droits de l’homme, José Manuel Baroso, président de Goldman Sachs et ancien président de la Commission européenne, Étienne Davignon, ministre d’État (Belgique), Willem-Alexander, roi des Pays-Bas, Jens Stoltenberg, secrétaire général de l’OTAN, et Jared Kushner, conseiller spécial du président Donald Trump. 

Dans les milieux économiques, on citera la présence d’Ana P. Botin, CEO de Banco Santander, Brende Borge, président du WEF, Mark J. Carney, gouverneur de la Banque d’Angleterre, Eric E. Schmidt, ancien PDG de Google (Alphabet), Reid Hoffmann, cofondateur de LinkedIn, Nadella Satya, CEO de Microsoft. Des personnalités actives dans l’industrie spatiale et la cybersécurité, moins connues du grand public, seront aussi de la partie. 

Les discussions du groupe restent « off the record » (personne ne peut attribuer un propos à une personne nommée). Le groupe publie la liste des thèmes soumis à la réflexion. Cette année seront mis à l’honneur le Brexit, l’éthique de l’intelligence artificielle, l’importance de l’espace, le changement climatique et le développement durable. La liste des invités a été publiée. 

Montreux accueille la réunion secrète de Bilderberg. André Kudelski organise ce sommet privé auquel participera notamment le ministre français de l’économie Bruno Le Maire. - 24heures.ch/economie/montreux-accueille-la-reunion-secrete-de-bilderberg/story/14134856 

Le grand chef de l'OTAN sera à Montreux. Rencontre internationaleLa liste des participants a été publiée par la Conférence de Bilderberg qui s'ouvre jeudi. Les «techs» sont en force. - 24heures.ch/economie/le-grand-chef-de-l-otan-sera-a-montreux/story/12916626 

Europe, climat au menu de la réunion Bilderberg cette semaine en Suisse - lepoint.fr/monde/europe-climat-au-menu-de-la-reunion-bilderberg-cette-semaine-en-suisse-28-05-2019-2315627_24.php 

Montreux accueille ce week-end la discrète réunion de Bilderberg - laliberte.ch/news-agence/detail/montreux-accueille-ce-week-end-la-discrete-reunion-bilderberg/519600 

Elections : Un Parlement européen fragmenté à cause de la politique de Bilderberg - fr.kongotimes.info/2019/05/26/ue-voici-cinq-chiffres-a-connaitre-sur-les-elections-europeennes-2019/ 

Confirmed: Secretive Bilderberg Meeting to be held in Switzerland from May 30th - thelocal.ch/20190528/secretive-bilderberg-meeting-to-be-held-in-switzerland-from-may-30th-reports 

36 - Le cercle des cercles : le Bilderberg - L’avènement d’une société mondiale 

(chapitre extrait de « La MONNAIE, hier, aujourd'hui et demain. Du diktat des banquiers à une civilisation adulte » 81 chapitres, 14 annexes, 1000 000 de signes, 578 liens URL, 68 images et graphiques, pour 3 € au format numérique. Vous pouvez le lire depuis la page de présentation du livre sur Amazon ( amazon.fr/dp/B07NKRKVCF ) jusqu'au chapitre 11 inclus (cliquez sur la couverture). La version papier, avec une préface de Serge Latouche, sera en vente dans toutes les librairies de France à partir du 31 octobre 2019.) 

Depuis 1954, la conférence de Bilderberg réunie sur invitation environ 130 ninjas des affaires, académiques ou politiques de différents pays. Ses membres, des hommes politiques, des industriels, et des banquiers, s'appellent eux-mêmes les « Bilderbergers » ou « groupe Bilderberg ». L’objectif initial du groupe aurait été, dans le contexte de la guerre froide, de renforcer la coopération entre les USA et leurs partenaires européens, notamment via l'OTAN. Aussi, du fait du caractère très confidentiel des conférences et de sa non-médiatisation, le groupe a longtemps été considéré par certains comme une société secrète.

On lui reproche des possibilités de décisions antidémocratiques qui pourraient être prises par un groupe aussi puissant. Depuis la chute de l'empire soviétique, on reproche notamment à ce puissant lobby l'orchestration de la mondialisation économique. L'organisation aurait été initiée en 1952, financée par la multinationale néerlandaise Unilever et la CIA. La première réunion se serait tenue en mai 1954 à l'hôtel Bilderberg à Oosterbeek (Pays-Bas). On compte parmi ses membres fondateurs le Prince Bernhard des Pays-Bas, Denis Healey, Joseph Retinger, David Rockefeller, mais aussi Jozef Luns (ex-secrétaire général de l'OTAN) et Paul van Zeeland (ex-premier ministre belge et banquier). Le groupe Bilderberg était alors une organisation d'influence atlantiste dont le but officiel était, dans un contexte de « guerre froide », d'assurer secrètement la coopération entre les USA et les gouvernements d'Europe occidentale.

Le groupe Bilderberg se composerait en trois cercles concentriques : le Bilderberg Advisory Committee (comité consultatif) est le cercle le plus central. Il comprend une dizaine de membres. Le Steering Committee (comité de direction) est un cercle constitué d'environ 35 membres, exclusivement européens et américains. Le « cercle extérieur » est assez large et comprend 80 % des participants aux réunions. Le groupe Bilderberg rassemble annuellement, lors d'une réunion d'une durée de 4 jours, des personnalités de tous les pays : leaders de la politique, de l'économie, de la finance, des médias, des responsables de l'armée et/ou des services secrets, ainsi que quelques scientifiques et universitaires. Un rapport de synthèse de la réunion est rédigé. Ce rapport serait envoyé à l'issue de chaque réunion aux grands décideurs mondiaux.

Pour le citoyen lambda, il est très difficile voire impossible de connaître à l'avance le lieu ou l'objet de la réunion : L'hôtel choisi est entièrement vidé de tout autre client ; la sécurité est en partie assurée par les forces de l'ordre du pays d'accueil. Aucune conférence de presse n'a lieu. Les discussions se tiennent à huis-clos. Il est interdit aux Bilderbergers de prendre des notes ou de faire des déclarations à la presse. Les discussions menées au sein du groupe sont organisées de façon à obtenir un consensus parmi les membres, sans devoir recourir à un vote ni à l'adoption de résolutions quelconques. Le standing et l'influence détenue par les participants sont tels que si un consensus se forme autour d'un projet d'action, celui-ci pourra être réalisé plus facilement et plus rapidement. Certains pensent que chaque réunion annuelle (officiellement la seule) se prolonge par de nombreux contacts restreints entre des membres de sous-commissions, sur un problème particulier concernant un point précis, l'ensemble étant organisé en faisceaux regroupés au niveau supérieur. 

Dans un exposé intitulé « L’internationalisation des affaires » présenté lors de la conférence Bilderberg 1968, George Ball a laissé entrevoir l’orientation économique du groupe. Ball, qui était sous-secrétaire d’État aux affaires économiques sous JFK et Lyndon Johnson, membre du Comité de direction du groupe Bilderberg et directeur principal de Lehman Brothers and Kuhn Loeb Inc., a défini la nouvelle politique de mondialisation de Bilderberg et la manière dont elle façonnerait le nouvel ordre mondial. Comme le note Pierre Beaudry dans Synarchy Movement of Empire (USA, 2005), « … Ball a exposé les avantages d’un ordre économique mondial néo-colonial basé sur le concept d’une "société mondiale", et décrit certains des obstacles à éliminer pour y parvenir.

Selon Ball, la priorité était d’en finir avec la "structure politique archaïque de l’État-nation" ». Autrement dit, Ball réclamait un retour à l’ancien système colonialiste, mais bâti cette fois-ci sur le concept d’une "société mondiale". Beaudry poursuit : « Selon Ball, pour être productifs, nous devons commencer par reconnaître explicitement le décalage entre le développement de la société mondiale (concept répondant aux besoins modernes) et la persistance d’une structure politique archaïque d’États-nations, la plupart de petite ou moyenne taille, qui évolue trop lentement face aux besoins du nouveau monde. ». Beaudry conclut : « Il était clair pour Ball que la structure même de l’État-nation, et l’idée d’État, ou d’une assistance générale à un peuple, représentaient le principal obstacle à toute tentative de pillage de la planète, en particulier des nations faibles et pauvres, et à la création d’un empire mondial néo-colonial. La priorité de la société mondiale est évidemment basée sur le libre échange international, lequel est mesuré par le critère britannique de profit, à savoir acheter bon marché et vendre à prix d’or. Le problème est que les gouvernements nationaux ont des priorités différentes, voire contraires… ». 

Aux USA, ce système bancaire « indépendant », connu sous le nom de Réserve fédérale, est une banque privée étroitement liée au groupe Bilderberg. En Europe, le système bancaire indépendant est géré via la BCE, dont les politiques monétaires sont établies par les membres dirigeants de l’élite Bilderberger. Mario Draghi par exemple, en fonction depuis le 1er novembre 2011 (fin de fonction prévue le 31 octobre 2019) à été vice-président pour l'Europe de Goldman Sachs entre 2002 et 2005. En Grande-Bretagne, ce système indépendant est géré par la Banque d’Angleterre, dont les membres sont aussi des membres à temps plein du cercle d’initiés du groupe Bilderberg. Le système bancaire central indépendant contrôle l’émission de monnaie et les taux de crédit et d’intérêt nationaux. La société mondiale conçue par les Bilderbergers est bâtie partout dans le monde, par le biais de fusions et d’acquisitions. Ces dernières décennies, toute la politique de déréglementation des industries et des banques américaines a précisément été établie en réponse à ce scénario, en vue de créer des corporations géantes au service d’un nouvel empire dont l’intention n’est autre que la guerre perpétuelle. 

Le groupe Bilderberg n’est pas un but en soi, mais le moyen d’instaurer un gouvernement mondial unique. Cette organisation est devenue un gouvernement fantôme qui, lors de ses conférences annuelles ultra secrètes, décide de la façon dont elle va exécuter ses plans. Le but ultime est de transformer la Terre en prison en amenant un marché mondial unique, contrôlé par un gouvernement mondial unique, surveillé par une armée unique, financièrement tenu par une banque mondiale et peuplé d’habitants bardés de puces électroniques dont les besoins vitaux se réduisent au matérialisme et à la survie (travailler, acheter, procréer et dormir), tous connectés à un ordinateur mondial surveillant leurs moindres faits et gestes. Et cela devient de plus en plus facile parce que le développement des technologies de télécommunication, combiné aux avancées du savoir et aux nouvelles méthodes de manipulation comportementale, est en train de transformer en affreuse réalité ce qui, à d’autres époques de l’histoire, n’était qu’une mauvaise intention. Chaque nouvelle mesure, prise individuellement, peut sembler aberrante, mais l’accumulation de changements, dans le cadre d’une progression permanente, mène tout droit à l’asservissement. Il y a pourtant de l’espoir, la population commence à ouvrir les yeux. Nous avons le choix : devenir un État mondial électronique sous surveillance policière ou rester des êtres humains libres dans des États souverains. 

 - Organisations des maîtres du monde / Le Groupe de Bilderbergsyti.net/Organisations/Bilderberg.html 

 - Le groupe Bilderberg dénoncé par le député Européen Anglais Gerard Battenyoutu.be/NL2TW2kVkLA 

 - Le signe secret - Le groupe Bilderberg, c'est quoi exactement ? – youtu.be/NqV5zyxAq-g / dai.ly/xp9wuu (une enquête très complète)

La liste complète des organisateurs et participants : 

Organisateurs: Castries, Henri de (FRA), Chairman, Steering Committee; Chairman, Institut Montaigne 

Kravis, Marie-Josée (USA), President, American Friends of Bilderberg Inc.; Senior Fellow, Hudson Institute 

Halberstadt, Victor (NLD), Chairman Foundation Bilderberg Meetings; Professor of Economics, Leiden University 

Participants: Achleitner, Paul M. (DEU), Treasurer Foundation Bilderberg Meetings; Chairman Supervisory Board, Deutsche Bank AG 

Abrams, Stacey (USA), Founder and Chair, Fair Fight 

Adonis, Andrew (GBR), Member, House of Lords 

Albers, Isabel (BEL), Editorial Director, De Tijd / L’Echo 

Altman, Roger C. (USA), Founder and Senior Chairman, Evercore 

Arbour, Louise (CAN), Senior Counsel, Borden Ladner Gervais LLP 

Arrimadas, Inés (ESP), Party Leader, Ciudadanos 

Azoulay, Audrey (INT), Director-General, UNESCO 

Baker, James H. (USA), Director, Office of Net Assessment, Office of the Secretary of Defense 

Balta, Evren (TUR), Associate Professor of Political Science, Özyegin University 

Barbizet, Patricia (FRA), Chairwoman and CEO, Temaris & Associés 

Barbot, Estela (PRT), Member of the Board and Audit Committee, REN (Redes Energéticas 

Nacionais) 

Barroso, José Manuel (PRT), Chairman, Goldman Sachs International; Former President, European Commission 

Barton, Dominic (CAN), Senior Partner and former Global Managing Partner, McKinsey Company 

Beaune, Clément (FRA), Adviser Europe and G20, Office of the President of the Republic of France

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article